Navigation – Plan du site
DOSSIER
Les Bourses du travail : quels enjeux ?

Pour la liberté du travail : retour sur les origines des Bourses du travail

Nicolas Gallois
p. 27-42

Résumé

Les Bourses du travail, fondées à la fin du xixe siècle, relèvent de la volonté des syndicats de pouvoir se réunir pour établir des liens forts entre les ouvriers et peser dans la lutte des classes. Ces institutions évoluent à contre-courant de ce qu’avait espéré leur fondateur, Gustave de Molinari (1819-1912). Cet économiste de l’école libérale française voit dans la télégraphie électrique et les chemins de fer le moyen de faire circuler librement et rapidement les ouvriers grâce à l’instauration de Bourses du travail fonctionnant à l’image des Bourses de valeurs. C’est à travers le développement de cette liberté tant recherchée (et non à travers le droit de coalition) que les différents maux de la société (la question sociale) pourraient enfin disparaître.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1C’est le 28 avril 1887 qu’a été ouverte à Paris la première Bourse du travail. Cette institution est mise à la disposition des syndicats ouvriers et dispose d’une subvention de 100 000 francs pour son fonctionnement. De telles structures se développent alors très rapidement dans les principales villes de France : Nîmes : 1887, Marseille : 1888, Toulon : 1889, Bordeaux, Montpellier : 1890, etc.

  • 1 Le livre de Peter Schöttler de 1985 reprend de manière détaillée l’historique des industries de pla (...)
  • 2 Cette histoire officielle se retrouve dans divers ouvrages sur le syndicalisme français tel que ceu (...)

2L’idée du placement des ouvriers trouve son origine au xve siècle. Les premières conceptions modernes renvoient à la fin du xviiie et au début du xixe siècle avec l’apparition de l’industrialisation. Pour Peter Schöttler1, il existe une histoire officielle2 de cette institution avec comme point de départ la Révolution française et un certain Francis de Corcelles jusqu’à l’inauguration des premières Bourses. Dans cette histoire officielle, tous les commentateurs reconnaissent la paternité de cette invention à un économiste libéral, Gustave de Molinari (1819-1912).

  • 3 Peter Schöttler, op. cit., p. 27.

3« On considère en fait que le véritable inventeur des Bourses du travail est l’économiste libéral Gustave de Molinari qui, dès 1843, se prononça dans de nombreuses publications pour la création à Paris d’une centrale de placement, qui fonctionnait selon le principe des Bourses3 ».

  • 4 Le ministère de l’Intérieur résume ainsi, le 30 juin 1893, la situation des Bourses du travail : «  (...)

4C’est ce fondateur qui va faire l’objet du présent article. Le fait que Gustave de Molinari soit considéré comme le père des Bourses n’est pas anodin, même si les réalisations concrètes de la fin du xixe siècle ont été en profonde opposition avec son projet initial4. L’histoire a retenu de lui le fait qu’il ait revendiqué explicitement la paternité de ce projet, notamment dans un ouvrage de 1893 qui a connu à sa parution un vif succès, Les Bourses du travail. Du fait de cette reconnaissance de paternité et de l’utilisation du nom « Bourse du travail », dans une démarche libérale, il parvient à éclipser les projets concurrents, notamment les idées socialistes, dont la plus significative est celle d’Adolphe Leullier.

  • 5 Gustave de Molinari approfondira cette maxime dans presque tous ses ouvrages.

5Gustave de Molinari est en effet un économiste qui a apporté une importante contribution aux analyses économiques du xixe siècle. Bien qu’originaire de Belgique, c’est en France qu’il a le plus exercé, aussi bien en tant que théoricien, qu’en tant qu’homme d’action. Cet économiste n’est pas de la mouvance des « socialistes » comme il qualifie les initiateurs des Bourses du travail de la fin du xixe siècle, mais d’une école de pensée qui a tenu une place institutionnelle fondamentale au xixe siècle, à savoir l’école libérale française. Celle-ci est constituée d’un petit nombre d’économistes soudés et regroupés autour d’institutions prestigieuses telles que l’Institut de France, le Collège de France, la maison d’édition Guillaumin, le Journal des économistes. Ces penseurs se regroupent également, et surtout, à travers leurs discours en faveur du libre-échange Ils reprennent à leur compte la maxime du « laisser faire, laisser passer5 ».

6Leur ambition est d’appliquer la liberté économique dans le monde concret. Ils s’assignent cette mission car, selon eux, tous les maux de la société proviennent justement de l’absence de liberté ou de freins mis à la liberté, celle-ci permettant d’obtenir le bien-être social. Mais cette liberté, qui paraît la source de tout le bonheur, ne s’applique pas de manière automatique. Gustave de Molinari va alors développer une idée originale pour que la liberté du travail devienne absolue : il faut créer une institution qui va se charger d’informer et de déplacer les travailleurs, les Bourses du travail, institutions qui sont donc au service de la liberté.

La liberté au service du bien-être social

  • 6 Ce terme commence à revenir actuellement dans notre pays du fait du développement croissant des iné (...)
  • 7 Concernant les descriptions faites par les économistes de l’école française, on peut rappeler parti (...)
  • 8 Adolphe Blanqui, Histoire de l’économie politique depuis les anciens jusqu’à nos jours, 2 volumes, (...)

7 Avec l’apparition de l’industrialisation, de nombreux pays voient, au cours du xixe siècle, l’émergence d’une classe sociale très pauvre, vivant et travaillant dans des conditions désastreuses. Il s’agit du développement de la misère sociale caractérisée à l’époque par le terme de « la question sociale »6. Tous les penseurs ont été particulièrement touchés par cette situation catastrophique de la population ouvrière qui se caractérise par trois dimensions : la question du logement, de la santé et du travail. Concernant le travail des enfants dans les manufactures, par exemple, Auguste Blanqui7 écrit que : « C’est par là que le mal se perpétue de génération en génération, attaquant l’enfant dans sa fleur, et créant une population maladive, souffreteuse, à qui manquent tout à la fois la force physique et la valeur morale8. »

  • 9 Pour une vision plus développée, consulter Nicolas Gallois, « Un combat pour l’éducation : les écon (...)
  • 10 Jules Simon, L’Ouvrière, Paris, Hachette, 1861, première édition 1849, p. II.

8Devant la misère sociale qu’il est difficile de décrire en quelques lignes9, la quasi-totalité des penseurs ont considéré qu’il fallait intervenir et faire disparaître ces maux sociaux. Jules Simon écrit dans l’Ouvrière : « et j’avoue avec tristesse que mes craintes les plus vives ont été partout dépassées. Ce sont des souvenirs qui ne me quitteront plus. Je voudrais faire passer dans l’âme de mes lecteurs une partie des impressions que j’ai ressenties, et leur inspirer l’ardent désir de porter remède à tant de souffrances10. »

  • 11 Par école française, nous évoquons aussi bien Gustave de Molinari que ses collègues économistes lib (...)

9Les économistes de l’école française11 conçoivent deux solutions pour répondre à cette situation.

  • 12 Derrière cette référence au socialisme, les économistes de l’école française regroupent tous les pe (...)
  • 13 La référence aux penseurs utopistes renvoie aux écrits de Marx et Engels qui valorisent leur travai (...)

10La première est, selon eux, artificielle et repose sur une intervention plus ou moins importante de l’état : il s’agit de la solution socialiste12. Les penseurs de cette école sont nombreux à défendre l’amélioration des conditions de vie de la classe ouvrière par le prisme de l’emploi. Avec les révolutions de 1830 et 1848, leurs idées en faveur des ouvriers ont été particulièrement entendues. Des penseurs qualifiés d’utopistes, comme Charles Fourier, étienne Cabet13, ont repensé l’organisation de la société. D’autres penseurs se sont intéressés au problème du placement des travailleurs, comme Louis Blanc dans son ouvrage, L’Organisation du travail, ou Simonde de Sismondi avec ses projets d’« ateliers sociaux ». D’autres ont fait des propositions concrètes, comme Adolphe Leullier. Ce dernier est parti des préoccupations immédiates, à savoir les difficultés du marché du travail à Paris, pour mettre au point ses industries de placement.

  • 14 En dépit de leur prétention à présenter une doctrine commune et opposée aux socialistes, les économ (...)

11Les économistes de l’école française se sont toujours opposés farouchement à ces approches de reconstruction sociale qu’ils renvoient à une intervention étatique totalement inefficace. Ils font référence aux forces naturelles de la société et à la croyance dans la maxime du laisser-faire, laisser-passer14. C’est la liberté qui va jouer le rôle moteur d’inhibiteur de tous les maux sociaux. Cette liberté se suffit à elle-même. La seule chose à faire lorsqu’un problème économique intervient, est de laisser fonctionner librement le marché.

12L’analyse de la question sociale, au prisme de l’école française, passe par l’examen, dans un premier temps, de l’origine des maux de la société, examen qui part de la répartition des richesses dans le travail. à la suite de cet examen, se profile leur solution tirée du travail d’Adam Smith, complété par l’analyse des lois naturelles de la société.

Le problème de la répartition des richesses

13La question sociale, telle qu’elle vient d’être évoquée, repose en termes d’analyse économique sur le problème de la répartition des richesses. Plus particulièrement, il s’agit de comprendre la raison pour laquelle une petite part de la population concentre une grande partie de la richesse, tandis qu’une grande part de la population (ouvrière) ne dispose que de peu de ressources. Les économistes de l’école française assignent à cette inégalité de répartition des richesses, suite aux progrès industriels, trois causes. La première résiderait dans un vice dans la répartition de la richesse. La seconde aurait sa source dans la part des ouvriers face aux capitalistes. La dernière serait une imposition trop forte de la classe ouvrière.

  • 15 Gustave de Molinari, Les Bourses du travail, Paris, Guillaumin, 1893, p. IV.

14Pour ces économistes, c’est uniquement la seconde explication qui est défendue par les socialistes : « l’ouvrier est nécessairement exploité par l’entrepreneur ou le patron salariant ; il ne peut recevoir que la somme indispensable pour le faire vivre. Tout le surplus, toute la plus-value du produit de son travail va à l’entrepreneur-capitaliste, de même qu’elle allait jadis au propriétaire d’esclaves15 ».

15Si les économistes de l’école française s’effraient devant les descriptions sociales, leur remède passe toujours par la question de la liberté. En effet, c’est parce que la liberté du travail et des échanges n’est pas suffisante que certains travailleurs peuvent recevoir moins que ce qu’ils ont mis sur le marché. Pour résoudre ce problème, et les Bourses du travail vont dans ce sens pour Gustave de Molinari, il faut et il suffit de laisser fonctionner librement le marché.

16Pour ces économistes, le problème d’un marché du travail local réside dans le fait qu’il est sujet à des déséquilibres entre les offres et les demandes de travail, allant presque toujours dans le sens des employeurs. Lorsque la production ralentit ou que le développement technologique se propage, se crée une concurrence extrême entre les travailleurs qui conduit à la baisse du prix du travail. Grâce au développement du marché du travail, les dysfonctionnements locaux ne pourront plus exister et laisseront la place à un marché général dans lequel le prix du travail se rapprochera de son prix naturel, considéré bien évidemment ici comme supérieur et permettant une meilleure répartition des richesses aboutissant au bien-être social. Ce prix naturel, impersonnel, cesserait d’être influencé par des intensités inégales d’un côté ou de l’autre des échanges. Il annoncerait la fin du marchandage et l’arrivée dans un monde nouveau où les disparités et les misères sociales disparaîtraient.

Des économistes fondateurs aux lois naturelles

17Si les physiocrates constituent le fondement théorique pour les économistes de l’école française, ce sont les travaux d’Adam Smith qui vont être au cœur de leurs analyses. Une des grandes problématiques qu’il propose est la suivante : la division du travail, qui est à la source de l’échange et le moyen de produire le plus possible (pour le bien-être de tous), est limitée par l’étendue du marché. Il faut donc chercher à trouver les éléments qui vont permettre d’élargir au maximum les marchés pour que les hommes puissent échanger librement. Il décrit ainsi les transformations apportées par le transport fluvial :

  • 16 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Flammarion, 2 (...)

18« à l’aide de la navigation, six ou huit hommes pourront conduire et ramener dans le même temps, entre Londres et édimbourg, la même quantité de marchandises que cinquante chariots à larges roues conduits par cent hommes et traînés par quatre cents chevaux16 ».

  • 17 Notamment Charles Gide et Charles Rist.

19Cette liberté, le mot d’ordre de l’école française, vaut tant pour les marchandises que pour les personnes. Pour que la société se développe au mieux, il convient uniquement que la liberté ne soit pas contrainte. Les économistes de l’école française ont régulièrement été qualifiés d’optimistes17 en raison de leur croyance dans les bienfaits de la nature. Lorsqu’un problème survient, la seule chose à faire est justement de ne rien faire, de laisser fonctionner la liberté (et les lois naturelles) qui vont agir pour le bien-être de la société.

  • 18 Nous choisissons Adolphe Blanqui (1784-1854) car il est le premier économiste à faire une histoire (...)
  • 19 Adolphe Blanqui, Histoire de l’économie, op. cit., p. 67.

20L’approche exposée sur le plan théorique par Adam Smith demeure la référence à suivre. Signalons ainsi l’avis d’Adolphe Blanqui18 : « Le grand ouvrage d’Adam Smith est resté le livre classique par excellence en économie politique. C’est par celui-là qu’il faut commencer l’étude de la science, qui peut-être s’y trouve tout entière encore, malgré les nombreux écrits dont les auteurs se vantent de l’avoir renouvelée de fond en comble19 ».

  • 20 Voir à ce propos son ouvrage de 1887 qui va servir de base à l’ensemble de ses écrits ultérieurs et (...)
  • 21 Pour plus de précisions sur ce point, consulter les ouvrages de Barthélemy Raynaud, Les lois nature (...)

21Gustave de Molinari, comme l’ensemble des économistes de l’école française, reprend à son compte le discours d’Adam Smith sur la place de la liberté et la volonté de développer au maximum l’étendue des marchés. Il complète ce travail par l’analyse des lois dites naturelles. Il fait passer les lois économiques20 des lois préceptes (ces lois sont « envisagées comme un ordre, un précepte donné à l’homme et qu’il est dans l’obligation d’observer et d’accomplir ; par exemple : il faut aimer ses parents, il faut aimer sa patrie »), aux lois constatations (il s’agit de lois « envisagées comme l’expression d’une succession de faits toujours les mêmes, constantes, qui n’impliquent plus l’idée d’une obligation à remplir21 »).

  • 22 Gustave de Molinari, Les Lois naturelles de l’économie politique, Paris, Guillaumin, 1887, p. 29.

22Le rôle des économistes est de comprendre et d’expliquer les lois naturelles de la société. Celles-ci peuvent être entravées ou paralysées par des obstacles provenant du milieu dans lequel elles agissent, mais elles ne peuvent en aucun cas être éclipsées. Elles sont « immuables, l’homme ne les a pas faites et il n’est pas en son pouvoir de les changer, pas plus qu’il ne peut changer sa propre nature et les conditions de son existence sur la terre22 ».

  • 23 L’une des caractéristiques des membres de l’école française est la faiblesse de leur méthodologie. (...)

23Le rôle de l’homme de loi ou de raison est d’essayer de tout faire pour que la société se rapproche de ces lois et de ne pas leur opposer trop d’obstacles, car l’homme ne peut les changer. Cette situation est d’autant plus appréciable pour l’homme, nous dit Molinari, que ces lois naturelles sont bonnes par nature. Cet économiste pense prouver, grâce à l’expérience et l’observation23, qu’il existe trois lois naturelles dans la société : la loi de l’économie des forces, la loi de la concurrence et enfin la loi de progression des valeurs. Il va analyser ces lois dans une perspective évolutionniste, la première agissant dans les temps « primitifs » tandis que la dernière va donner tous ses fruits dans le monde industrialisé.

24Adam Smith, le père de l’économie politique pour les économistes de l’école française, fait de la restriction de liberté des marchés la source des maux sociaux. Gustave de Molinari, qui s’inscrit parfaitement dans cette école, reprend ce travail et va tenter de tout mettre en œuvre pour voir se développer un monde de liberté. C’est ce qu’il entreprend en concevant l’idée des Bourses du travail.

Les Bourses du travail : une institution au service de la liberté du travail

25L’objectif des économistes de la mouvance d’Adam Smith est de tout mettre en œuvre pour que s’élargissent au maximum les marchés et qu’apparaisse un « marché général » dans lequel tant les hommes que les marchandises pourront évoluer librement. Pour ce faire, il faut que les moyens de communication et de transport se développent le plus rapidement possible. C’est dans ce cadre théorique que Gustave de Molinari va mettre au point les Bourses du travail, les rattachant à l’utilisation des nouvelles technologies. Il garde en tête les obstacles à la libre circulation du travail, présentés par Adam Smith de la manière suivante : « de toutes les espèces de bagages, l’homme est la plus difficile à transporter ». Il faut lutter à la fois contre les obstacles naturels (distance, reliefs, etc.) et les obstacles artificiels (restrictions de circulation, protection des frontières, etc.). Gustave de Molinari ne va pas se contenter de développer la théorie du libre-échange en envisageant la création des Bourses du travail : il va en tenter la réalisation en prenant contact à la fois avec le monde politique et avec le monde ouvrier.

Le projet de Gustave de Molinari

  • 24 Gustave de Molinari, Les bourses du travail, op. cit., p. 160. Autre citation allant dans ce sens : (...)

26L’objectif de G. de Molinari est d’agrandir et d’unifier les marchés du travail, car, tandis que les marchés des produits et des capitaux se développent sur un rayon de plus en plus grand, celui du travail reste restreint ; « les ouvriers de l’industrie lyonnaise se recrutent à Lyon même et dans la région avoisinante24 ». Son objectif est de montrer qu’il est possible d’instaurer un marché général pour le travail (pour le bien-être de l’homme). Pour ce faire, il faut établir des moyens de communication très développés, des moyens de communication pour les marchandises et pour les informations, des moyens de communication rapides et surtout bon marché (ce qui faciliterait le déplacement des travailleurs).

  • 25 Gustave de Molinari, Des moyens d’améliorer le sort des classes laborieuses. Colonisation. éducatio (...)

27« Si l’ouvrier peut voyager rapidement et à très bas prix, il n’hésitera pas certainement à se déplacer lorsque le travail viendra à lui manquer dans l’endroit où il demeure. Mais de quel côté dirigera-t-il ses pas pour trouver de l’occupation ? Comment saura-t-il où le travail est offert aux conditions les plus avantageuses ? Comment pourra-t-il éviter les démarches infructueuses et les dépenses inutiles de temps et d’argent ? Quelle boussole le guidera dans ses recherches ? Si grave que semble cette difficulté, elle peut être complètement résolue par l’établissement des Bourses du travail25 ».

28Pour arriver à la création de cet organisme qui repose sur les bases de la Bourse classique, deux inventions sont, selon G. de Molinari, cruciale : le télégraphe électrique (pour l’information) et le chemin de fer (pour la mobilité des personnes).

Une Bourse à l’image des Bourses de valeurs

  • 26 La valeur du travail, ainsi que celle de l’ensemble des marchandises, est déterminée par le rapport (...)

29Les Bourses du travail sont basées sur le même fonctionnement que les Bourses classiques : « les Bourses du travail seraient pour les transactions des travailleurs ce que les Bourses actuelles sont pour les opérations des capitalistes » (Molinari [1844], 12). Le mécanisme est identique. Vont être réunies, dans les Bourses, les offres et les demandes de travail ainsi que le prix demandé pour chaque industrie. Il se fixera alors une cote, tout comme dans les Bourses classiques, qui indique, pour toute marchandise, le cours actuel26.

  • 27 Gustave de Molinari, études économiques. (L’Organisation de la liberté industrielle et l’abolition (...)

30« La cote de la Bourse du travail serait ensuite insérée dans les journaux, de même que l’on y publie aujourd’hui celle de la Bourse des capitalistes. Les ouvriers de tout un pays, de tout un continent pourraient de la sorte connaître, jour par jour, les endroits où le travail s’obtient aux conditions les plus favorables, ceux où ils doivent se porter de préférence pour en demander27 ».

  • 28 Lorsque les Bourses du travail se développeront à la fin du xixe siècle, la bourgeoisie républicain (...)

31Les Bourses du travail ne sont pas de simples Bourses de valeurs telles que celles que l’on trouve dans les principales capitales. Elles vont aussi avoir pour mission de déplacer des hommes28.

L’utilisation des nouvelles technologies

La télégraphie électrique

32L’utilisation de l’électricité dans la télégraphie fut rendue possible en 1843 par les travaux de Samuel Morse (1791-1872) qui fit breveter à cette époque son premier appareil utilisant un électro-aimant. La première liaison du télégraphe électrique fut réalisée entre Baltimore et Washington avec des démonstrations concluantes par leur rapidité. G. de Molinari évoque l’idée des Bourses du travail la même année, c’est dire s’il se tient au courant de toutes les avancées technologiques de l’époque, car la première ligne de télégraphie électrique n’arrive en France qu’en 1845, deux ans après le premier article de l’économiste belge sur la création des Bourses du travail.

  • 29 Gustave de Molinari, Les Bourses du travail, op. cit., p. 121.
  • 30 Ibid., p. 264.

33La force de cet économiste réside dans sa faculté à imaginer, l’année même de son invention, une utilisation à des fins sociales, ici de liberté économique, de cette nouvelle technologie. « On se demandait quels changements elles [les nouvelles technologies] allaient apporter dans les relations des peuples et dans les conditions d’existence des différentes classes de la société29 ». Il a réussi à voir dans cette nouvelle technologie le moyen de dépasser les moyens de communication habituels, notamment le télégraphe de Chappe (sémaphore installé sur des hauteurs utilisant des bras articulés pour transmettre des codes) et de comprendre comment cela pouvait s’appliquer « au service des ouvriers30 ».

L’expansion des voies de chemin de fer

  • 31 La France mettra en place un système d’économie mixte, système entre le chemin de fer privé de l’An (...)

34éclairer le marché du travail grâce à la télégraphie électrique est une chose, reste à élargir le marché du travail et à réduire les durées de transport. Pour le chemin de fer, il faut attendre la charte du 11 juin 1842 pour que les lignes reliant la capitale aux grandes villes de France commencent à se construire, créant l’architecture ferroviaire que nous connaissons encore aujourd’hui31, structure qui part des petites villes pour se diriger vers les grandes, et des grandes vers la capitale.

  • 32 Gustave de Molinari, Des moyens d’améliorer le sort des classes laborieuses, op. cit., p. 59.
  • 33 Il faut noter tous les travaux que G. de Molinari effectua tout au long de sa vie pour montrer l’im (...)

35G. de Molinari compte utiliser, pour le fonctionnement de ses Bourses du travail, les nouvelles technologies de communication. «Ainsi, la locomotion à vapeur et la télégraphie électrique sont, en quelque sorte, les instruments matériels de la liberté du travail. En procurant aux individus les moyens de disposer librement d’eux-mêmes, de se porter toujours dans les contrées où l’existence est la plus facile et la plus heureuse, ces véhicules providentiels poussent irrésistiblement les sociétés dans les voies du progrès, dans les voies qui conduisent à la perfection de l’état social32 ». Cette vision idyllique de la mise en place d’un marché généralisé constitue un élément fondamental des idées de Molinari33.

  • 34 Gustave de Molinari, « Avenir des chemins de fer », La Nation, Journal des droits et des intérêts d (...)

36« La vapeur est destinée à exercer sur la propagation du bien-être une influence au moins égale à celle que l’imprimerie a eue, dès son origine, sur la pensée. […] Une machine à vapeur remplace aujourd’hui des milliers de bras. Les frais de production des objets dus au travail mécanique se trouvent ainsi diminués dans une proportion considérable et, par conséquent la consommation de ces objets s’accroît. De cette augmentation, il résulte un accroissement relatif d’industrie et de produit net. Plus le chiffre du produit net s’élève, et plus les limites de la consommation s’élargissent, plus encore le champ de la production devient vaste : c’est un cercle dont le rayon s’agrandit dans une progression continue, progression dont la marche est en relation directe avec celle du perfectionnement des agents de production34 ».

37Nous allons maintenant envisager comment, selon Molinari, doivent fonctionner les Bourses du travail et comment le chemin de fer et la télégraphie électrique peuvent unifier le marché du travail pour que la liberté soit la plus complète et les bienfaits les plus grands.

Le fonctionnement des Bourses du travail

  • 35 Gustave de Molinari, études économiques., op. cit., p. 56.

38G. de Molinari entrevoit des solutions techniques assez simples. Il faut selon lui aller du plus grand vers le plus petit et du plus petit au plus grand : « Dans chacun des grands états d’Europe, les principales lignes de chemin de fer se dirigent vers la capitale comme vers un centre commun. Elles rattachent à la métropole toutes les villes secondaires. Celles-ci, à leur tour, deviennent les foyers d’autres voies de communication qui vont aboutir à des centres de population de troisième ordre35 ».

  • 36 Ibid., p. 56.
  • 37 Y. Guyot, « M. Gustave de Molinari » dans le Journal des économistes, tome XXIII, n° 2, 1912, févri (...)

39Pour appuyer sa démarche, G. de Molinari imagine un scénario dans lequel vingt Bourses secondaires seraient ouvertes en France en plus de la Bourse centrale, Bourses qui auraient une fonction multiple, non pas seulement pour le travail, mais « servant à la fois à la vente du travail et au placement des capitaux et des denrées36 ». Lorsque les Bourses vont ouvrir, les ouvriers à la recherche d’un emploi et les employeurs à la recherche de travailleurs s’y rendent, les uns pour vendre, les autres pour acheter du travail. Car le travail, ne l’oublions pas, est une marchandise comme une autre. « Certes, l’homme est un colis récalcitrant, beaucoup moins facilement transportable que du minerai et du grain. Cependant, il apprendra à profiter de la facilité que lui donnent les moyens de circulation37 ».

40Chaque Bourse va alors émettre un bulletin décrivant ses offres et ses demandes. Ce bulletin, ainsi que tous ceux des Bourses de second rang, va être acheminé, par voie télégraphique, à la Bourse centrale. Avec les vingt bulletins, la Bourse centrale crée un bulletin général qui va être immédiatement adressé aux vingt Bourses secondaires. Les Bourses secondaires pourront transmettre les bulletins à des Bourses de troisième ordre, tout comme les Bourses nationales pourront transmettre des bulletins à des Bourses de continents qui les transmettraient à une Bourse centrale mondiale.

41Ainsi, les informations circuleraient facilement et rapidement de toutes les Bourses, non pas vers toutes les Bourses, mais vers une Bourse centrale qui se chargerait après de collecter et de rediffuser toutes les informations. Cette architecture spécifique trouve son origine dans la charte de 1842 qui instaure les voies de chemin de fer en forme d’étoile, fixant ainsi la géographie économique et sociale. Cette structure, malgré les défauts inhérents à toute centralisation, permet de réunir toutes les informations dans la capitale pour les redistribuer, après récapitulation, à toutes les Bourses locales.

  • 38 Gustave de Molinari, études économiques, p. 57.

42Derrière cette présentation très générale du fonctionnement des Bourses, il nous reste à analyser le fonctionnement concret de ces organismes pourvoyeurs de liberté du travail, tel qu’imaginé par l’économiste belge. Grâce aux Bourses, les travailleurs disponibles dans certains centres de production peuvent envoyer leurs offres pour les places vacantes. Si un ouvrier trouve un emploi qui correspond à sa recherche, il va alors transmettre un message sous la forme : « Rouen – Charpentier à fr. 4-50 – Lyon38. »

  • 39 Gustave de Molinari, études économiques, p. 59.

43Cette phrase indique qu’à Rouen, un charpentier est prêt à accepter un poste concernant ses fonctions à Lyon pour un prix de 4,50 francs. Mais si l’employeur lyonnais avait demandé un ouvrier pour un prix de 4 francs et que l’ouvrier rouennais se proposait pour 4,50 francs, une discussion, un marchandage (télégraphique) aura alors lieu afin d’obtenir un accord entre les parties. Grâce à ce moyen de communication, les informations circulent comme si les employeurs et les ouvriers se trouvaient réunis au même endroit. « L’Europe devient un vaste marché où les transactions des travailleurs s’effectuent aussi rapidement, aussi aisément que dans le marché de la cité. Par Constantinople, les Bourses de l’Europe correspondent avec celles de l’Afrique et de l’Asie39 ». Les travailleurs du monde entier peuvent alors communiquer entre eux.

  • 40 Gustave de Molinari, Des moyens d’améliorer le sort des classes laborieuses, op. cit., p. 11.
  • 41 Ibid., p. 11.

44Le travail, comme n’importe quelle marchandise, dispose d’un prix naturel et d’un prix courant. G. de Molinari, tout comme Adam Smith, explique l’ajustement des prix vers les prix naturels grâce au mouvement de l’offre et de la demande. « Il n’y a qu’un seul point où ces deux prix (naturels et courants) puissent se confondre, c’est celui où l’offre et la demande viennent à s’équilibrer40 ». Malheureusement, nous dit Molinari, « la vente de travail a lieu de nos jours dans des conditions défavorables à l’établissement de cet équilibre (entre l’offre et la demande)41 ». L’économiste belge, à travers la constitution théorique des Bourses, a tenté d’acheminer le prix du travail vers son prix naturel.

  • 42 Vilfredo Pareto, Cours d’économie politique, Genève, Droz, 2 tomes, 1964, édition originale publiée (...)

45L’idée de la création des Bourses du travail au service de la liberté et du bien-être est reprise par d’autres économistes, dont Vilfredo Pareto, qui voit cette « idée comme féconde, elle est en harmonie avec le grand principe de la division du travail. (…) Mais, pour que de semblables tentatives réussissent, il faut, avant tout, la liberté la plus complète, la plus absolue d’association. Les demi-libertés, comme celles qu’on donne aux syndicats professionnels en France, ne servent qu’à accentuer les dissensions entre les classes sociales et créer des sociétés révolutionnaires, ce que précisément on prétendait éviter42 ». C’était bien là l’objet théorique de Gustave de Molinari : créer une institution qui permette de réaliser une liberté absolue pour le bien-être de la société. Pour cela, il ne s’est pas contenté d’être un théoricien.

Du monde politique au monde ouvrier : les tentatives infructueuses de réalisation

46Gustave de Molinari n’est pas resté un théoricien retranché derrière ses nombreuses fonctions de professeur ou de journaliste engagé. Il a également cherché à se confronter au monde réel. Il est intervenu pour défendre sa vision politique pendant les événements de la Commune et a tenté à de nombreuses reprises de créer les Bourses du travail. Pour cela, il a développé une stratégie qui s’appuie sur les acteurs de la décision : les hommes politiques et le monde ouvrier. L’échec de ses tentatives va porter, comme l’indique Fernand Pelloutier, sur l’existence d’une différence fondamentale entre une origine idéologique politique libérale et une exigence sociale tournée vers un meilleur encadrement des conditions de travail.

Un lobbying peu efficace auprès des hommes politiques

47Il lance un premier appel pour la formation des Bourses dans le Courrier français, dirigé par Xavier Durrieu, en 1846, mais il rencontre alors l’opposition des ouvriers. Avec la révolution de février, Gustave de Molinari tente une nouvelle application de ses principes.

  • 43 Gustave de Molinari, Les Soirées de la rue Saint-Lazare. Entretiens sur les lois économiques et déf (...)

48« J’essayais de remettre cette idée à flot. J’écrivis à M. Flocon, alors ministre de l’Agriculture et du Commerce, pour l’engager, sinon à faire bâtir une Bourse du travail à Paris, du moins à mettre au service des travailleurs la Bourse déjà bâtie. Les gens d’affaires vont à la Bourse dans l’après-midi, les ouvriers ne pourraient-ils pas y aller le matin ? […] La même idée fut reprise à quelque temps de là, et un projet de Bourse du travail fut même présenté au préfet de police, M. Ducoux, par un architecte, M. Leuiller43 ».

49M. Ducoux, désirant donner consistance à cette idée de Bourse du travail à Paris, soumet à l’Assemblée nationale un projet de loi pour la créer en 1851. Présenté à l’Hémicycle le 15 février 1851, ce projet est rejeté (suite au rapport de M. Gouin) car considéré comme essentiellement d’envergure communale. Ce premier échec ne désespère pas Gustave de Molinari qui voit dans sa découverte la possibilité d’améliorer la condition humaine. Il s’adresse alors directement au monde professionnel pour mettre en place son projet de Bourses.

Un refus systématique du monde ouvrier

50Dans ses différents appels aux ouvriers, Gustave de Molinari rappelle bien qu’il n’est pas insensible à la situation des classes laborieuses, bien au contraire, et que tout son travail ne vise qu’à l’amélioration du bien-être des ouvriers.

  • 44 Gustave de Molinari, Les Bourses du travail, op. cit., p. 126.

51« On a prétendu que si le règne de la liberté illimitée arrivait un jour, ce jour serait marqué par l’asservissement de la classe qui vit du travail de ses bras […] Plus d’une fois nous avons prouvé à nos antagonistes que les souffrances des classes laborieuses proviennent non point, comme ils le pensent, de la liberté du travail, de la libre concurrence, mais des entraves de toute nature apportées à cette liberté féconde ; nous leur avons prouvé que la liberté […] amène à sa suite, comme des conséquences inévitables, l’égalité et l’ordre44 ».

52G. de Molinari tente alors une première réalisation de cette idée en s’adressant aux tailleurs de pierre du marché parisien. Mais face au refus du monde ouvrier français et après le coup d’état du 2 décembre 1851, Gustave de Molinari rentre en Belgique pour y tenter une nouvelle réalisation. Avec la collaboration de son frère, il met en place la revue La Bourse du travail qui se veut un journal fournissant des renseignements utiles pour les ouvriers.

  • 45 Ibid., p. 275.

53« Nous voulons recueillir d’une manière régulière tous les renseignements sur les taux des salaires, l’offre et la demande des bras ; nous voulons indiquer aux entrepreneurs où ils peuvent trouver des ouvriers ; aux ouvriers où ils peuvent trouver du travail. Nous voulons créer pour la classe ouvrière une véritable Bourse où le cours des différentes sortes de travail sera coté, comme le cours des marchandises, des fonds publics et des valeurs industrielles est coté dans les Bourses ordinaires45 ».

  • 46 Ibid., p. 276.

54Mais le journal, du fait de la réticence de tous les membres du marché du travail, « du manque de concours des ouvriers et de l’hostilité des patrons46 » doit arrêter sa publication au bout de cinq mois.

55Cet échec, tant auprès des entrepreneurs que des ouvriers, trouve son origine dans le travail même de Gustave de Molinari. Lorsqu’il conceptualise cette structure au début des années 1840 ou lorsqu’il tente sa réalisation quelques années plus tard, plusieurs contraintes peuvent expliquer son échec. L’idée en tant que telle est totalement en accord avec l’école libérale, mais le contexte de sa réalisation n’était pas favorable. L’absence d’accord des groupes sociaux concernés entraîne inévitablement l’échec. Cet échec est dû également à une appréciation fausse des capacités technologiques nouvelles. La télégraphie électrique n’est absolument pas en mesure de transmettre toutes les informations nécessaires à une telle réalisation. Cela renvoie à une amplification des capacités scientifiques très typique des moments d’arrivée des nouvelles technologies, que l’on retrouve, par exemple, chez Jules Verne ou Albert Robida. L’échec repose enfin sur le décalage entre une réponse libérale à la question sociale et des exigences des ouvriers passant par plus d’interventionnisme de l’état.

56Gustave de Molinari, économiste fervent du libre-échange, a cherché toute sa vie à approfondir le travail d’Adam Smith sur l’étendue des marchés. Grâce à l’arrivée des nouvelles technologies, il en est arrivé à conceptualiser un organisme qui se chargerait de faire émerger, non pas une demi-liberté, mais une liberté absolue au profit des classes laborieuses. En effet, un marché général du travail permettrait, selon lui, de faire passer les salaires d’un prix local à un prix national (ou international) supérieur. Les ouvriers, à juste titre au vu des résultats produits par l’application stricte du principe de liberté économique, se sont toujours opposés à cette vision liant augmentation des salaires et bien-être matériel à la liberté du marché. Ils ont montré que cette liberté ne pouvait conduire qu’à une diminution du salaire et à une misère encore plus grande. Ils ont alors repris à leur compte l’idée de la création de Bourses du travail, non pas pour y échanger des emplois, mais pour se réunir afin de s’organiser, de défendre les intérêts d’une classe qui subissait lourdement les effets de l’industrialisation.

Haut de page

Notes

1 Le livre de Peter Schöttler de 1985 reprend de manière détaillée l’historique des industries de placement : Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’état à la fin du xixe siècle, Paris PUF, 1985, 296 p.

2 Cette histoire officielle se retrouve dans divers ouvrages sur le syndicalisme français tel que ceux de Jean Maitron, Le mouvement anarchiste en France, Paris, Gallimard, 2011, tome 1, 490 p., tome 2, 216 p; Georges Lefranc, Le mouvement syndical sous la IIIe République, Paris, Payot, 1967, 455 p. ; Henri Dubief, Le syndicalisme révolutionnaire, Paris, Armand Colin, 1969, 316 p.

3 Peter Schöttler, op. cit., p. 27.

4 Le ministère de l’Intérieur résume ainsi, le 30 juin 1893, la situation des Bourses du travail : « la Bourse du travail a complètement dévié du but que lui avaient assigné ses fondateurs, et est devenue un foyer d’agitation révolutionnaire », cité par Peter Schöttler, op.cit., p. 26.

5 Gustave de Molinari approfondira cette maxime dans presque tous ses ouvrages.

6 Ce terme commence à revenir actuellement dans notre pays du fait du développement croissant des inégalités et de la misère sociale.

7 Concernant les descriptions faites par les économistes de l’école française, on peut rappeler particulièrement trois auteurs : A. Blanqui, L. Villermé et J. Simon.

8 Adolphe Blanqui, Histoire de l’économie politique depuis les anciens jusqu’à nos jours, 2 volumes, Paris, Guillaumin, quatrième édition, édition originale en 1837, 1860, p. 69.

9 Pour une vision plus développée, consulter Nicolas Gallois, « Un combat pour l’éducation : les économistes de l’école française du xixe siècle et la question sociale » dans B. Hake, La question sociale et l’éducation des adultes, Peter Lang, Berlin, 2009, p.1-24.

10 Jules Simon, L’Ouvrière, Paris, Hachette, 1861, première édition 1849, p. II.

11 Par école française, nous évoquons aussi bien Gustave de Molinari que ses collègues économistes libéraux.

12 Derrière cette référence au socialisme, les économistes de l’école française regroupent tous les penseurs qui ne sont pas de leur rang ; c’est dire la disparité qui caractérise ce groupe et l’impossibilité de déterminer une approche commune. Ce choix de regrouper « les socialistes » leur permet de se positionner face aux autres, de mettre en évidence la spécificité de leur approche.

13 La référence aux penseurs utopistes renvoie aux écrits de Marx et Engels qui valorisent leur travail en le qualifiant de « socialisme scientifique », qu’ils opposent à un socialisme peu structuré, le socialisme utopique.

14 En dépit de leur prétention à présenter une doctrine commune et opposée aux socialistes, les économistes de l’école française sont loin de développer les mêmes analyses. « Les membres [de l’école française] étaient en profond désaccord sur la plupart des points fondamentaux de l’économie politique (…) ces doctrinaires n’ont point de doctrine » précise Yves Breton, « Les économistes libéraux français et l’emploi des mathématiques en économie politique. 1800-1914 » dans Œconomia, Cahiers de l’ISMEA, Série PE, n° 5, 1986, p. 27.

15 Gustave de Molinari, Les Bourses du travail, Paris, Guillaumin, 1893, p. IV.

16 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Flammarion, 2 volumes, vol. 1, 1991, p. 86.

17 Notamment Charles Gide et Charles Rist.

18 Nous choisissons Adolphe Blanqui (1784-1854) car il est le premier économiste à faire une histoire de l’économie politique.

19 Adolphe Blanqui, Histoire de l’économie, op. cit., p. 67.

20 Voir à ce propos son ouvrage de 1887 qui va servir de base à l’ensemble de ses écrits ultérieurs et Nicolas Gallois, « Les lois naturelles chez Gustave de Molinari » dans A. Berthoud, B. Delmas et T. Demals dir., Y a-t-il des lois en économie ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007, p. 219-238.

21 Pour plus de précisions sur ce point, consulter les ouvrages de Barthélemy Raynaud, Les lois naturelles en économie politique, Paris, Domat-Montchrestien, tome I, L’Idée de loi naturelle en économie politique, 1936, 176 p. ; tome II, Les Lois économiques. Les Lois générales, 1938, 239 p. ; tome III, Les Lois naturelles économiques, Les Lois spéciales, 1945, 296 p.

22 Gustave de Molinari, Les Lois naturelles de l’économie politique, Paris, Guillaumin, 1887, p. 29.

23 L’une des caractéristiques des membres de l’école française est la faiblesse de leur méthodologie. L’expérience est subjective et l’observation partielle. Il ne s’agit pas d’une démarche digne d’un travail scientifique. Pendant le xixe siècle, période de rayonnement de l’école française, ces affirmations sans justifications étaient convaincantes. On peut penser qu’elles le sont moins aujourd’hui en dépit des discours souvent très idéologiques.

24 Gustave de Molinari, Les bourses du travail, op. cit., p. 160. Autre citation allant dans ce sens : « Malgré tout ce qu’on a dit de la légèreté et de l’inconstance de la nature humaine, il paraît évidemment, par l’expérience, que rien n’est plus difficile à déplacer que l’homme » (Smith [1991], p. 146).

25 Gustave de Molinari, Des moyens d’améliorer le sort des classes laborieuses. Colonisation. éducation professionnelle. Bourse du travail, Paris, Amyot, 1846, p. 55.

26 La valeur du travail, ainsi que celle de l’ensemble des marchandises, est déterminée par le rapport entre l’offre et la demande. Dans quel sens va la variation du salaire ? C’est simple, nous dit l’économiste anglais Cobden : « Quand deux ouvriers courent après un maître, le salaire baisse ; quand deux maîtres courent après un ouvrier, le salaire hausse ».

27 Gustave de Molinari, études économiques. (L’Organisation de la liberté industrielle et l’abolition de l’esclavage), Paris, Chapelle, 1846, p. 12.

28 Lorsque les Bourses du travail se développeront à la fin du xixe siècle, la bourgeoisie républicaine, favorable au projet libéral de Gustave de Molinari, reviendra sur le caractère moderne de cette institution. Eugène Spuller indiquera ainsi qu’il faut « ramener les Bourses du travail à leur principe et (…) les soustraire aux influences néfastes des fauteurs de désordre et d’anarchie », dans Peter Schöttler, op. cit., p. 27.

29 Gustave de Molinari, Les Bourses du travail, op. cit., p. 121.

30 Ibid., p. 264.

31 La France mettra en place un système d’économie mixte, système entre le chemin de fer privé de l’Angleterre et le chemin de fer étatisé de la Belgique.

32 Gustave de Molinari, Des moyens d’améliorer le sort des classes laborieuses, op. cit., p. 59.

33 Il faut noter tous les travaux que G. de Molinari effectua tout au long de sa vie pour montrer l’importance que pouvait avoir l’économie concernant la paix mondiale. Le lien entre l’économie et la paix était évident au xixe siècle et conduisit le comité du prix Nobel de la paix à décerner le premier prix à l’économiste français Frédéric Passy, un collègue de G. de Molinari, pour la création de la Ligue internationale de la paix.

34 Gustave de Molinari, « Avenir des chemins de fer », La Nation, Journal des droits et des intérêts de tous, article publié en deux parties diffusées le 22 et 25 Juillet 1843.

35 Gustave de Molinari, études économiques., op. cit., p. 56.

36 Ibid., p. 56.

37 Y. Guyot, « M. Gustave de Molinari » dans le Journal des économistes, tome XXIII, n° 2, 1912, février, p.177-196., p. 186.

38 Gustave de Molinari, études économiques, p. 57.

39 Gustave de Molinari, études économiques, p. 59.

40 Gustave de Molinari, Des moyens d’améliorer le sort des classes laborieuses, op. cit., p. 11.

41 Ibid., p. 11.

42 Vilfredo Pareto, Cours d’économie politique, Genève, Droz, 2 tomes, 1964, édition originale publiée à Lausanne en 1896 pour le premier tome et 1897 pour le second, tome II, p. 184.

43 Gustave de Molinari, Les Soirées de la rue Saint-Lazare. Entretiens sur les lois économiques et défense de la propriété, Paris, Guillaumin, 1849, p. 174.

44 Gustave de Molinari, Les Bourses du travail, op. cit., p. 126.

45 Ibid., p. 275.

46 Ibid., p. 276.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Gallois, « Pour la liberté du travail : retour sur les origines des Bourses du travail », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 27-42.

Référence électronique

Nicolas Gallois, « Pour la liberté du travail : retour sur les origines des Bourses du travail », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2358

Haut de page

Auteur

Nicolas Gallois

économiste

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page