Navigation – Plan du site
DOSSIER

Aux sources de l’histoire syndicale française, retour sur les Bourses du travail

Introduction
David Hamelin
p. 13-24

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Miguel Chueca, textes rassemblés et présentés par Déposséder les possédants. La Grève générale aux (...)

1Toute recherche portant sur les Bourses du travail se trouve très rapidement confrontée à une situation pour le moins déstabilisante pour l’historien. Bien que ces organismes, ces institutions sociales aient développé nombre d’activités et des services sociaux précurseurs durant la trentaine d’années de leur existence, de la fin des années 1880 au déclenchement du premier conflit mondial de 1914, et constituent la matrice du syndicalisme français contemporain, les travaux d’envergure traitant de leur rôle, de leur activité, de leur place dans la société de la Belle Époque demeurent extrêmement rares. Miguel Chueca, dans un ouvrage récent portant sur la grève générale, établit ce constat, en élargissant le propos au syndicalisme ouvrier de la Belle Époque. Il souligne ainsi que « c’est peu dire que le syndicalisme français des origines – souvent baptisé a posteriori, et de façon discutable du nom d’anarchosyndicalisme, est peu et mal connu si on met à part quelques ouvrages monographiques sur telle ou telle figure remarquable du mouvement […] il n’a eu droit qu’à quelques paragraphes dans les histoires générales du mouvement ouvrier français […] sans qu’aucun travail d’ensemble ne lui ait été consacré1. »

  • 2 Deux bibliographies non exhaustives rassemblant plusieurs centaines de références aident à prendre (...)
  • 3 T. Masclot, Aux origines du mouvement ouvrier aixois : syndicalisme et Bourse du travail 1890-1914.(...)
  • 4 Jean Sagnes, Le Mouvement ouvrier du Languedoc : syndicalistes et socialistes de l’Hérault, de la f (...)
  • 5 G. Pica, La fonction éducative des Bourses du travail dans le mouvement ouvrier (1895-1914), mémoir (...)

2Les bibliographies existantes sur le fait syndical confirment ce constat et aident à prendre la mesure des domaines privilégiés par la recherche depuis les années 19602. De fait, les Bourses du travail y apparaissent étrangement délaissées, à l’exception de quelques monographies locales3, de paragraphes ou chapitres au sein d’enquêtes plus vastes4 et de rares travaux thématiques5.

  • 6 S. Paquelin et S. Wolikow, « Elliptiques historiennes autour de l’objet syndicat », Épistémologie d (...)

3Revenant sur la production historiographique ayant trait au syndicalisme depuis 1975, Stéphane Paquelin et Serge Wolikow6 constatent à regret que les thèses sur le champ syndical, portant sur le cas français notamment, sont peu nombreuses et progressivement délaissées.

  • 7 Pour ne citer que quelques chercheurs connus : Jacques Julliard est militant et permanent syndical (...)

4Leur analyse des conditions de production de la recherche sur ce champ révèle également une dimension essentielle permettant de mieux comprendre pourquoi les Bourses du travail dans le champ universitaire français furent délaissées. Bien sûr, l’université n’est pas un lieu neutre, ni au sens sociologique, ni au sens politique. Si une « historiographie historienne du syndicalisme émerge », selon Stéphane Paquelin et Serge Wolikow, et trace un sillon, les choix des jeunes chercheurs des années 1960 et 1970, âge d’or de la recherche sur le champ syndical, se portent vers des univers avec lesquels ils partagent une certaine communauté de valeurs, sinon des attaches partisanes7. Rares seront alors les chercheurs à ne pas embrasser des causes contemporaines. La plupart d’entre eux, pourtant reconnus pour la qualité de leurs travaux sur l’histoire des mouvements sociaux et particulièrement prolixes, ne s’engageront pas dans de plus amples investigations sur le sujet qui nous mobilise ici. Comment en effet relier l’histoire des Bourses du travail au contexte socio-économique et aux mobilisations de ces quarante dernières années ? Quel intérêt subsiste-t-il dans les années 1970 à étudier des structures à la recherche de leur indépendance dans une période où l’État providence domine et répond de façon croissante à des problématiques sociales, et que le syndicalisme, malgré son éclatement, choisit globalement de s’intégrer dans une société favorisant le paritarisme et la concertation ?

  • 8 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’État à la fin du xixe  (...)
  • 9 Rolande Trempé, Solidaires. Les Bourses du travail, Paris, Scandéditions, 1993, 112 p.

5La parution du livre commenté, sinon contesté de PeterSchöttler8 en 1985, ou encore celui de Rolande Trempé9 en 1993, laissaient augurer une possible reprise de ce chantier resté en friche. Peter Schöttler alertait d’ailleurs, en conclusion de son ouvrage, sur l’existence de nombreuses zones d’ombre que laissait son propre travail. Il était en effet nécessaire, selon lui, d’analyser plus avant la vie de la fédération des Bourses du travail et, en particulier, le comité fédéral en charge de son administration, mais aussi de renouveler la connaissance de leurs dynamiques et de leurs spécificités par le biais de la microhistoire ou de recherches régionales par exemple… Son appel est resté hélas sans écho ou presque.

  • 10 François Dosse, L’histoire en miettes : des annales à la nouvelle histoire, Paris, La Découverte, 1 (...)

6Depuis ces deux productions, l’historiographie du syndicalisme s’est considérablement diversifiée, sinon « émiettée » pour paraphraser François Dosse10. Le syndicalisme, le monde ouvrier, les luttes collectives ou les œuvres sociales seront, dès les années 1990, de moins en moins traités pour leur dynamique propre ou sous l’angle de l’histoire sociale, mais davantage au gré de travaux partiels, morcelés, très divers et s’inscrivant dans différentes filiations historiographiques, relevant de l’histoire économique, de l’histoire du droit, de l’histoire de l’éducation ou encore de l’histoire culturelle, au sein desquelles les Bourses sont mentionnées, rapidement décrites sans générer d’apports nouveaux pour la connaissance de ces institutions.

  • 11 Stéphane Sirot, La grève en France. Une histoire sociale, xixe-xxe siècle, Paris, Odile Jacob, 2002 (...)
  • 12 H. Michel et L. Willemez, Les conseils de prud’hommes entre défense syndicale et action publique. A (...)
  • 13 G. Brucy, F. Laot, E. Lescure de, (dir.), Mouvement ouvrier et formation. Genèses : de la fin du xi (...)
  • 14 M. Margairaz, D. Tartakowsky dir., Le syndicalisme dans la France occupée, Rennes, PUR, 2008, 508 p (...)
  • 15 M. Dreyfus et M. Pigenet dir., Les meuniers du social, Force ouvrière, acteur de la vie contractuel (...)

7Les travaux les plus neufs sur le syndicalisme ont concerné essentiellement des dimensions thématiques (actions collectives et grèves11, syndicalisme juridique12, formation syndicale13...) ou encore des périodes très récentes de l’histoire syndicale14, en mettant en lumière des confédérations peu investies par la recherche15.

8À l’aune de ce trop bref bilan historiographique où se mêlent histoire engagée, raréfaction des travaux sur le champ syndical et émiettement des axes de recherches, il nous a pourtant semblé utile, sinon nécessaire de poser à nouveau la question de la place et du rôle de ces organismes sociaux qu’ont été les Bourses du travail dans la société française, près de cent ans après leur effacement de la scène sociale. Dans le contexte historiographique que nous venons de décrire, la possibilité de mener à bien un tel dossier, de recueillir des analyses renouvelant les quelques approches existantes concernant ces structures singulières n’était pourtant pas acquise.

  • 16 Voir, par exemple, dans Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, Le syndicalisme révolutionn (...)
  • 17 J. Julliard, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Le Seuil, (...)
  • 18 L’action des militants allemanistes est, par exemple, déterminante dans l’ascension de la fédératio (...)

9Plusieurs faits nous ont cependant convaincus d’aller dans ce sens. La commémoration du centenaire de la Charte d’Amiens de 1906 a en effet été l’occasion de déconstruire, à la lumière de travaux produits à cette occasion, nos connaissances sur le syndicalisme révolutionnaire16 dont les militants ont nourri les Bourses du travail autant qu’ils ont bénéficié de leur aura. Les Bourses du travail sont présentes en filigrane dans ces travaux et apparaissent comme un lieu de prédilection pour ces militants. Elles ne se réduisent cependant pas à cette mouvance idéologique, ni d’ailleurs aux autres membres de la famille socialiste de la Belle Époque, pas plus qu’à la figure de Fernand Pelloutier d’ailleurs, même s’il fut tout à la fois un de ses théoriciens, un de ses propagandistes, un de ses secrétaires généraux mais aussi un des historiens des Bourses17. Son apport est indéniable, mais force est de constater que ce n’est pas un homme seul18 qui permet à la Fédération nationale des Bourses du travail (FNB) de triompher de la Fédération nationale des syndicats (FNS) à partir de 1894, ni de favoriser la création de la CGT en 1895 et de maintenir une certaine autonomie de la fédération des Bourses du travail jusqu’à son décès en 1902. Les Bourses du travail demeurent avant tout un mouvement social complexe, non réductible à quelques personnages emblématiques et à un seul courant idéologique. Elles jouent indéniablement le rôle de creuset d’un pan entier du socialisme.

  • 19 André Narritsens., Les Bourses du travail, avant la Première Guerre mondiale, Montreuil, Institut C (...)
  • 20 Les syndicats domiciliés à la Bourse du travail de Châtellerault, par exemple, ont créé à la fin de (...)

10À cette dynamique intellectuelle s’ajoute une forme d’émulation militante ou citoyenne se traduisant par la publication de brochures ou la reproduction d’ouvrages ayant trait aux Bourses, ou à leur propre histoire19 et des initiatives visant à commémorer la naissance de ces institutions dans certaines villes ou se plaçant dans le cadre de luttes qui opposent syndicats et municipalités autour de la mise à disposition gratuite de locaux pour exercer leurs activités syndicales20.

11L’histoire de ces structures nous est connue. Pour restituer les différentes contributions à ce dossier, il n’est pas inutile de rappeler à grands traits la dynamique qui place les Bourses au cœur des processus de politisation et de radicalisation du monde ouvrier au tournant des xixe et xxe siècles.

  • 21 Francine Soubiran-Paillet, L’invention du syndicat (1791-1884). Itinéraire d’une catégorie juridiqu (...)
  • 22 Claude Willard, Jules Guesde, l’apôtre et la loi, Paris, Les Éditions ouvrières, 1991, 125 p.

12L’écrasement de la Commune, la diversité et la concurrence de différentes formes de regroupement ouvrier, la réticence du législateur à accorder des cadres juridiques pouvant aller à l’encontre des libertés individuelles et rendant possibles des revendications politiques auront pour conséquence de ralentir le processus de construction du fait syndical en France21. Légalisés, pour finir, par la loi du 21 mars 1884, les syndicats professionnels permettront alors aux militants socialistes de différentes sensibilités d’intégrer des structures pour organiser une défense quotidienne de travailleurs et préparer, selon leurs vœux, la société socialiste de demain. La Fédération nationale des syndicats et des groupes corporatifs (FNS) est fondée peu après en octobre 1886 à Lyon. Elle sera dirigée par les militants réunis autour de Jules Guesde22. Ce processus, permettant le développement et l’organisation du syndicalisme sur le territoire national, se double de la création des premières Bourses du travail, dont la première naît à Paris en 1887. Même si les chiffres divergent sensiblement en fonction des sources retenues, on dénombre 27 Bourses au moment du congrès fondateur de la Fédération nationale des Bourses en 1892 à Saint-Étienne, 44 en 1895, année de la création de la CGT, 93 en 1902, date du congrès de Montpellier présenté comme le second congrès fondateur de la CGT, 103 unions de syndicats et Bourses du travail en 1913.

  • 23 Si les Bourses inquiètent les édiles locaux, les commentateurs scientifiques du tournant du siècle (...)

13Progressivement, la France, surtout les territoires industrialisés, se couvre de ces organismes qui, bien que se référant aux mêmes valeurs fondatrices, développent des sensibilités politiques différentes en fonction des opportunités, des partenariats locaux avec le monde politique local et les municipalités… Des activités multiples leur permettent tout à la fois d’obtenir une légitimité, sinon une crédibilité dans le monde ouvrier d’une part, mais aussi auprès des forces sociales économiques et politiques d’autre part, même si pour certaines d’entre elles (patronat local, municipalités conservatrices, parfois municipalités progressistes), cette reconnaissance est chargée négativement. En effet, en tant que potentiel foyer d’agitation ou lieu de convergence ouvrière, les Bourses, qui incarnent une forme de microsociété ouvrière dans la République renaissante, inquiètent, polarisent les affrontements, mais aussi forcent à composer23.

  • 24 Laurent Willemez, « Quand les syndicats se saisissent du droit : invention et redéfinition d’un rôl (...)

14Les Bourses se caractérisent par leur extraordinaire capacité à développer des services aussi variés qu’utiles à la population ouvrière locale, dans une période où la prise en charge par les pouvoirs publics des besoins sociaux est très réduite. Aux services de placement des ouvriers, aux cours professionnels qui permettent aux Bourses de bénéficier de subventions, s’ajoutent le viaticum (secours de voyage pour la recherche d’un emploi), la mise en place de bibliothèques, de commissions et services juridiques24, de services de propagande, de dispensaires médicaux parfois… Elles seront également à l’origine de l’organisation de nombreuses luttes sociales pour défendre ou acquérir des droits nouveaux ou du soutien qui sera apporté à ces luttes.

15Cependant, les Bourses et leur dynamique rencontrent des difficultés croissantes dès la fin de la décennie 1900. Le volontarisme des animateurs ne permet pas de faire oublier que les résultats demeurent modestes au regard des ambitions affichées. Le développement et l’implantation des Bourses restent en effet inégaux, les services de placement ou les cours professionnels ne font pas le plein ou sont concurrencés par des initiatives municipales ou patronales, la lutte pour la journée de huit heures ne donne pas les fruits escomptés. De plus, en interne, la CGT, au sein de laquelle les rapports de force sont devenus moins favorables aux partisans de la décentralisation, parvient, en 1913, à transformer les Bourses locales en les faisant disparaître au profit d’unions départementales de syndicats.

  • 25 La dernière conférence extraordinaire des fédérations nationales des Bourses du travail et unions d (...)

16S’inscrire dans un rapport social plus long que prévu impose d’envisager de façon différente la structuration de l’appareil syndical, reléguant de fait les Bourses. Le déclenchement de la guerre en 1914 favorise la disparition définitive des bourses locales, hormis quelques exceptions25, et non du syndicalisme en tant que tel qui pourra se régénérer relativement rapidement à la fin des années de guerre.

17Peter Schöttler a montré que les sources d’inspiration des promoteurs des Bourses à la fin du xixe siècle sont difficiles à cerner avec précision et qu’elles s’inscrivent au moins au sein de trois courants : l’organisation capitaliste du marché du travail, la tradition du placement compagnonnique et le projet d’organisation du travail socialiste.

18Ainsi, Nicolas Gallois présente dans ce dossier le parcours intellectuel de Gustave de Molinari, économiste libéral de l’école française qui élabore au milieu du xixe siècle un système qu’il dénomme « Bourses du travail », devant permettre d’assouplir le fonctionnement du marché et d’assurer le progrès social. S’inspirant des travaux d’Adam Smith, Molinari souhaite ainsi étendre autant que possible les marchés et, en particulier, le marché du travail. Mais ce développement est confronté à un paradoxe : autant les échanges de capitaux ou de biens sont facilités dans le contexte de son temps, autant le marché du travail rencontre des contraintes. Deux innovations technologiques, le télégraphe et le chemin de fer rendent pourtant possibles, selon l’économiste, les communications nécessaires à un tel marché. Dans son esprit, les Bourses du travail complètent le système des Bourses des valeurs existantes en facilitant la rencontre entre l’offre et la demande de travail. L’économiste tente de passer de la théorie à la pratique dans les années 1840 et 1850 en publiant un journal, en allant à la rencontre des élus et du monde ouvrier, mais en vain, même si certains de ses préceptes devaient être repris et réinterprétés par les syndicalistes français quelques décennies plus tard.

  • 26 Adolphe Leulier publie plusieurs écrits dont Projet d’un marché aux travaux ou bureau central des o (...)

19D’autres tentatives concomitantes à celles de Molinari, notamment celles d’Adolphe Leullier, témoignent de l’importance de la question du placement des travailleurs dans la France du xixe siècle26. Le placement est aussi le sujet qu’étudie ici Benjamin Jung, dans le contexte parisien notamment. Durant les années et les mois qui précèdent la création de la première Bourse du travail, celle de Paris en 1887, la lutte des travailleurs contre les placeurs privés qui accablent de commissions et autres taxes les employés, particulièrement ceux du secteur de l’alimentation, bat son plein. La Bourse du travail de Paris, arrachée de haute lutte, vise alors à organiser le placement par les travailleurs eux-mêmes. L’échec d’un projet de loi visant à supprimer les bureaux de placements privés amène par conséquent les animateurs de la Bourse, qui soutenaient une telle initiative législative, à mener bataille contre ces bureaux et à organiser au mieux leurs propres services. Benjamin Jung montre comment, à la faveur du développement de la Fédération nationale des Bourses, un glissement s’opère, la lutte contre les placeurs privés devenant un enjeu majeur de la fédération. À cela s’ajoute le refus d’un placement municipal gratuit qui vient concurrencer l’activité des Bourses, seules aptes selon Fernand Pelloutier, notamment, à réaliser un placement profitable aux travailleurs. Malgré les efforts des Bourses pour se coordonner dans cette tâche et essayer de structurer un marché national du travail, les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances, notamment par manque de fonds. La loi de 1904, qui crée des bureaux municipaux gratuits de placement, programme en définitive la fin de cette spécificité des Bourses.

20Cette évolution du placement par les Bourses est aussi étudiée par Sylvain Leteux qui met en lumière le cheminement et le positionnement de la très singulière corporation des bouchers parisiens en la matière. Pour ces travailleurs, les mêmes espoirs, les mêmes priorités d’actions, mais également le même constat d’échec se font jour, d’autant que le manque de probité de certains placeurs ou responsables syndicaux tend à saper la confiance des ouvriers de la corporation à l’égard de l’institution.

  • 27 Guillemette de Larquier, « Émergence des services publics de placement et marchés du travail frança (...)

21Si le placement est au cœur de l’activité des Bourses, le modèle privilégié par les syndicalistes français constitue-t-il une originalité si on le compare à d’autres pays européens ? C’est à cette question que Malcom Mansfield tente de répondre en menant une comparaison, que l’auteur reconnaît difficile, entre les Bourses du travail et les labour exchanges britanniques. Ces deux organismes, à la genèse et aux itinéraires dissemblables, auront pour dénominateur commun d’offrir un service de placement à destination des ouvriers. Néanmoins, tant du point de vue de la gestion que de celui de l’organisation, ces organismes diffèrent grandement : les Bourses essaiment sur tout le territoire et sont gérées directement par les salariés alors que les labour exchanges ont un fonctionnement centralisé, géré par l’administration, et ont pour fonction de réduire les « surplus » locaux de main-d’œuvre en les transférant vers d’autres bassins d’emploi. Pour rendre possibles ces transferts, les labour exchanges disposeront de statistiques sur l’ensemble du marché, centralisées et redistribuées par une instance nationale. Ce système, développé par Beveridge dans les années 1910, sera d’ailleurs comparé par certains chercheurs, au système mis en place quelques décennies plus tard, en France, à travers les agences nationales pour l’emploi (ANPE)27.

22La comparaison entre modèles d’organisation permet de mesurer la singularité du phénomène français, mais cette singularité est également à mettre en rapport avec l’extraordinaire diversité des contextes locaux au sein desquels les Bourses se déploient. Alain et François Prigent, fins connaisseurs du mouvement social breton, proposent une immersion dans la vie tumultueuse de la Bourse du travail de Saint-Brieuc, vie courte du fait de la division du monde syndical, d’une part, et de la détérioration des relations entre les militants socialistes locaux de la Bourse, d’autre part. Devant cet échec, la Bourse est bientôt remplacée par un projet ambitieux de Maison du Peuple, devant marquer l’indépendance totale des syndicats vis-à-vis des subsides de la municipalité. Mais ce projet peine à se réaliser du fait de la faiblesse locale des syndicats, des événements nationaux – la guerre de 1914-1918 – et de la virulence des conflits locaux. Il faudra attendre 1932 pour que ce projet se concrétise. Les réseaux locaux ont donc un poids très lourd sur la vie de ces Bourses.

23Les rapports de force de ces réseaux locaux pèsent également très fort sur une question cruciale qui est celle des locaux : disposer de locaux est une exigence, la condition de réunion des syndicats et de mise en place d’un certain nombre de services utiles aux travailleurs.

24Dans l’exemple stéphanois analysé par Jean-Michel Steiner, les locaux portent en eux-mêmes la marque des conflits et des enjeux du moment. Ville ouvrière par excellence, Saint-Étienne a une municipalité qui est très tôt confrontée aux sollicitations de syndicats relativement puissants, désireux de disposer de locaux. Cette demande fait l’objet de tractations à l’occasion des scrutins municipaux qui voient s’affronter les radicaux et les socialistes. Si la quatrième Bourse a être créée en France jouit de locaux mis à sa disposition par la municipalité, un projet s’avance au gré des retournements de municipalités, très sensibles à l’agitation ouvrière, visant à la construction d’un « palais du Travail », mais dont la destination finale reste indécise. La décoration du site est en lui-même l’objet d’enjeux idéologiques. Si de nombreux traits du décor du bâtiment sont empruntés au monde ouvrier, les valeurs républicaines ne sont pas ignorées, permettant ainsi de concilier des volontés partisanes parfois contradictoires.

25Favoriser l’accès à la culture des travailleurs mais aussi les sensibiliser par l’activité artistique aux causes défendues par les syndicalistes, telle est une autre des finalités que donnent les promoteurs des Bourses à leur création. Marjorie Gaudemer analyse ce versant de l’activité des Bourses au travers de la production théâtrale en leur sein. Ce domaine de l’activité de ces institutions sociales est très peu connu. Pourtant, cette pratique a pu être considérée comme « un moyen supérieur de propagande », capable de transmettre, aux familles notamment, des valeurs plus conformes à l’idéal syndicaliste. Pour ce faire, des troupes se structurent dans différentes localités. À Amiens et Marseille, Bourses étudiées par Marjorie Gaudemer, elles sont composées de militants syndicalistes et reprennent à leur compte des pièces divertissantes ou à vocation sociale.

26Si ces troupes rencontrent un franc succès, elles se trouvent confrontées à deux séries de difficultés : d’une part, l’ingérence des municipalités qui apprécient peu la propagande antimilitariste déployée au travers de certaines pièces ; d’autre part, les conflits entre différentes sensibilités syndicales, conduisant parfois à l’éclatement de différentes troupes et la constitution de troupes dissidentes représentatives des différents courants idéologiques.

27L’échec de certaines Bourses (celle de Saint-Brieuc) ou de certaines de leurs pratiques (théâtre), du fait de la dépendance des Bourses vis-à-vis des subsides municipaux, posent inévitablement la question de l’autonomie de ces organismes et de leur modèle théorique. Peter Schöttler les assimile à des « appareils idéologiques d’État », totalement dépendants d’un certain « subventionnisme ». Prenant le contre-pied de l’historien allemand, David Rappe, en puisant entre autres dans l’exemple lyonnais, essaie de montrer différentes caractéristiques attestant de la quasi parfaite autonomie des Bourses. Pour lui, l’autonomie des Bourses s’exprime dans leur organisation sous forme de structures interprofessionnelles ancrées localement. Elle s’exprime également à travers les formes de leur action (par la capacité des syndicats à gérer leurs actions revendicatives ou politiques), dans le domaine social ou culturel (par la mise en place d’œuvres socialement utiles), sur le plan sociétal (par la construction d’un autre modèle de société) et, enfin, en matière politique, par la défiance à l’égard du parlementarisme mais aussi des partis politiques. C’est donc, selon David Rappe, par ce prisme qu’il faut comprendre l’originalité des Bourses. L’effacement de celles-ci est aussi interrogé par David Rappe qui esquisse plusieurs séries d’explications pour éclairer ce processus : saignée de la guerre, renouvellement générationnel, division syndicale, légitimation du modèle soviétique.

  • 28 Ce constat est déjà présenté par D. Rosenthal dans l’« Évolution des Bourses du travail », Le Droit (...)

28L’idéal représenté par les Bourses du travail s’efface assez rapidement au lendemain de la Première Guerre mondiale, les différentes activités que celles-ci ont promues sont progressivement prises en charge par les pouvoirs publics (bureau de placement, formation professionnelle…) et, des Bourses du travail, il ne subsiste généralement qu’une inscription sur un fronton indiquant l’emplacement de simples locaux syndicaux28. En définitif, que reste-il des Bourses du travail dans les mémoires aujourd’hui ? C’est à cette question que tente de répondre Pierre Bertoncini qui, dans une démarche ethnologique, questionne dans un territoire singulier, la Corse, à partir des publications et d’entretiens avec les principaux responsables syndicaux, le mécanisme de sélectivité de la mémoire.

29L’enquête de Pierre Bertoncini accrédite l’idée selon laquelle les Bourses constituent un « non-lieu de mémoire », du fait notamment de la permanence d’une vie sociale et politique qui ne retourne guère vers son passé, mais aussi d’une historiographie dominée par d’autres enjeux, la lutte entre légitimisme français et nationalisme corse.

30Les Bourses du travail font donc partie intégrante, tout à la fois du paysage urbain, du patrimoine social et de l’histoire sociale du mouvement syndical. Sans nostalgie, ni complaisance, les contributions à la fois originales et documentées de ce dossier des Cahiers d’Histoire permettent de mesurer la place des Bourses et leur rôle de précurseurs dans de nombreux domaines de la société française du tournant des xixe et xxe siècle. Ceci est vrai tout aussi bien à des échelles locales que macrosociales. Les études permettent aussi d’apprécier les débats qui président à leur mise en œuvre, leur utilité sociale ou les débats qui touchent à leurs finalités multiples.

31Ces contributions permettent, en outre, d’ouvrir à nouveau ce chantier historiographique trop longtemps délaissé, mais aussi de faire en sorte que les acteurs sociaux d’aujourd’hui puissent se réapproprier cette mémoire des Bourses, ce patrimoine social et national. L’histoire des Bourses du travail demeure un vaste chantier, mais dont on mesure mieux à quel point il peut être fécond.

Haut de page

Notes

1 Miguel Chueca, textes rassemblés et présentés par Déposséder les possédants. La Grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906), Marseille, Agone, 2008, p. 9.

2 Deux bibliographies non exhaustives rassemblant plusieurs centaines de références aident à prendre conscience de cette profusion, G. Groux et M. Mouriaux, La CGT. Crise et alternatives, Paris, Economica, 1992, 307 p. et Dominique Labbé, « Les travaux sur la CGT, 1945-1993 », Communisme n° 35-37, 1993-1994, p. 191-237.

3 T. Masclot, Aux origines du mouvement ouvrier aixois : syndicalisme et Bourse du travail 1890-1914., mémoire de maîtrise, Jean-Marie Guillon dir., université de Provence, 2000, 2 vol., 128 p. et 58 p. ; A.-L. Sassot La bourse du travail de Chalon-sur-Saône (1893-1921), mémoire de maîtrise, Maurice Carrez dir., université de Bourgogne, 2002, 156 p. 

4 Jean Sagnes, Le Mouvement ouvrier du Languedoc : syndicalistes et socialistes de l’Hérault, de la fondation des Bourses du travail à la naissance du Parti communiste, Toulouse, Privat, 1980, 320 p. ; Laurent Cantamessa, Les débuts du syndicalisme en Poitou-Charentes : 1884-1914, thèse de doctorat, Jean-Marie Augustin dir., université de Poitiers, 2005, 1007 p.

5 G. Pica, La fonction éducative des Bourses du travail dans le mouvement ouvrier (1895-1914), mémoire de maîtrise, A. Prost et J.-L. Robert dir., université de Paris 1, 1981, 278 p. ; Muriel Maillefert, « Les syndicats et l’activité de placement : l’enseignement des Bourses du travail », Philosophie, travail, système(s), hommage à Guy Caire, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 99-114.

6 S. Paquelin et S. Wolikow, « Elliptiques historiennes autour de l’objet syndicat », Épistémologie du syndicalisme. Construction disciplinaire de l’objet syndical, V. Chambarlhac, G. Ubbiali dir., Paris, L’Harmattan, 2005, p. 69-95.

7 Pour ne citer que quelques chercheurs connus : Jacques Julliard est militant et permanent syndical à la CFTC puis à la CFDT durant la période où il travaille sur le syndicalisme révolutionnaire et Fernand Pelloutier ; Jean-Louis Robert, auteur du célèbre La scission syndicale 1914-1921, essai de reconnaissance des formes et de nombreux ouvrages de qualité sur le syndicalisme, sera durant près d’une trentaine d’années adhérent au PCF. Georges Lefranc, né en 1904, est un autre auteur important, notamment à travers Le syndicalisme en France, dans la célèbre collection Que sais-je ? en 1966, eut un parcours atypique, militant cégétiste, socialiste mais aussi collaborationniste.

8 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’État à la fin du xixe siècle, Paris, PUF, 1985, 267 p.

9 Rolande Trempé, Solidaires. Les Bourses du travail, Paris, Scandéditions, 1993, 112 p.

10 François Dosse, L’histoire en miettes : des annales à la nouvelle histoire, Paris, La Découverte, 1987, rééd. 2005, 268 p.

11 Stéphane Sirot, La grève en France. Une histoire sociale, xixe-xxe siècle, Paris, Odile Jacob, 2002, 306 p. ou O. Fillieule et D. Tartakowsky, La manifestation, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2008, 184 p.

12 H. Michel et L. Willemez, Les conseils de prud’hommes entre défense syndicale et action publique. Actualité d’une institution bicentenaire, Rapport final. Mission de recherche Droit et justice, 2007, 165 p. ; Tellier E., Les confédérations syndicales face au droit et à la justice : pratiques, organisations, acteurs et réseaux (1968-1978), thèse en cours, Michel Pigenet (dir.), université de Paris I.

13 G. Brucy, F. Laot, E. Lescure de, (dir.), Mouvement ouvrier et formation. Genèses : de la fin du xixe siècle à l’après Seconde Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 2009, 154 p. ; N. Ethuin, Y. Siblot, K. Yon dir., « Les frontières de la formation syndicale », Le mouvement social, n° 235, avril-juin 2011, Paris, la Découverte, 208 p.

14 M. Margairaz, D. Tartakowsky dir., Le syndicalisme dans la France occupée, Rennes, PUR, 2008, 508 p. ; É. Bressol, M. Dreyfus, J. Hedde, M. Pigenet (dir.), La CGT dans les années 1950, Rennes, PUR, 2005, 487 p.

15 M. Dreyfus et M. Pigenet dir., Les meuniers du social, Force ouvrière, acteur de la vie contractuelle et du paritarisme fin des années 1950-début des années 1980, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, 272 p.

16 Voir, par exemple, dans Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, Le syndicalisme révolutionnaire. La charte d’Amiens a cent ans, n° 24, 2006/1, 210 p. ou M. Pigenet et P. Robin dir., Regards sur le syndicalisme révolutionnaire, Nérac, éditions d’Albret, 2007, 335 p.

17 J. Julliard, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Le Seuil, 1971, 554 p.

18 L’action des militants allemanistes est, par exemple, déterminante dans l’ascension de la fédération des Bourses mais aussi dans le fonctionnement de nombreuses Bourses locales. Voir Didier Bigorgne, Les allemanistes (1882-1905). Itinéraires, place et rôle dans le mouvement socialiste français, thèse de doctorat, Jacques Girault (dir.), université Paris 13, 2001, 793 p.

19 André Narritsens., Les Bourses du travail, avant la Première Guerre mondiale, Montreuil, Institut CGT d’histoire sociale, 2008, 74 p. ; Fernand Pelloutier., Histoire des Bourses du travail : Origine, institutions, avenir, Paris, Phénix éd.- Nantes, CHT, 2001, 360 p.

20 Les syndicats domiciliés à la Bourse du travail de Châtellerault, par exemple, ont créé à la fin de l’année 2011 une association visant à célébrer le centenaire de la création de la bourse du travail de Châtellerault, à présenter aussi le contexte syndical et social des cent dernières années dans le Châtelleraudais. À cette fin, l’association se donne pour mission d’œuvrer au travail de mémoire sous formes de recherches historiques, de publications, d’expositions et toutes autres manifestations en rapport avec son objet ; pour ce faire, elle pourra bénéficier éventuellement de la participation de syndicats de salariés, de comités d’entreprises et d’associations culturelles.

À Troyes, l’association Bourse du travail, mémoire vivante milite, suite à un projet municipal de déclassement de la Bourse, pour « que la Bourse reste un lieu à fonction sociale sous différentes formes rappelées dans les statuts » : http://bourse-travail-troyes.over-blog.com/

21 Francine Soubiran-Paillet, L’invention du syndicat (1791-1884). Itinéraire d’une catégorie juridique, Paris, LGDJ-EJA, 1999, 189 p.

22 Claude Willard, Jules Guesde, l’apôtre et la loi, Paris, Les Éditions ouvrières, 1991, 125 p.

23 Si les Bourses inquiètent les édiles locaux, les commentateurs scientifiques du tournant du siècle s’émeuvent également de leurs activités, comme en témoignent nombre de thèses de doctorat, de droit ou de sciences politiques de l’époque. Tout en livrant une description des services et œuvres mis en place au sein des Bourses, ces travaux s’accompagnent de prises de position très négatives quant aux velléités révolutionnaires de celles-ci. Les leaders syndicaux y sont souvent accusés d’avoir détourné l’esprit des Bourses qui auraient eu, selon eux, comme but premier de pacifier les relations sociales au lieu d’attiser les conflits, voir A. Boivin, Les Bourses du travail en France, thèse de doctorat, université de Lille, 1905, 184 p.

24 Laurent Willemez, « Quand les syndicats se saisissent du droit : invention et redéfinition d’un rôle », Sociétés contemporaines, n° 32, 2003, p. 17-38 ; Pierre Bance, Les fondateurs de la CGT à l’épreuve du droit, Claix, La Pensée sauvage, 1978, 251 p.

25 La dernière conférence extraordinaire des fédérations nationales des Bourses du travail et unions de syndicats, a lieu à Clermont-Ferrand du 23 au25 décembre 1917.

26 Adolphe Leulier publie plusieurs écrits dont Projet d’un marché aux travaux ou bureau central des ouvriers pour remplacer la grève sur la voie publique, Paris, éd. Plon, 1847, 6 p., ou Organisation des travailleurs libres, Paris, éd. Plon, 1847, 7 p.

27 Guillemette de Larquier, « Émergence des services publics de placement et marchés du travail français et britannique au xxe siècle », Travail et Emploi, n° 84, 2000, p. 33-45.

28 Ce constat est déjà présenté par D. Rosenthal dans l’« Évolution des Bourses du travail », Le Droit social, 1953, p. 599-607.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Hamelin, « Aux sources de l’histoire syndicale française, retour sur les Bourses du travail », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 13-24.

Référence électronique

David Hamelin, « Aux sources de l’histoire syndicale française, retour sur les Bourses du travail », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2355

Haut de page

Auteur

David Hamelin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page