Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-10

Texte intégral

  • 1 Intervention télévisée du président de la République française le 29 janvier 2012.
  • 2 Temps fort dans l’affirmation de cette voie d’émancipation, l’efflorescence des associations ouvriè (...)
  • 3 Sur ce poids politique nouveau des ouvriers, voir notamment Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la so (...)
  • 4 Voir Alain Faure, Bibliographie des enquêtes et publications officielles françaises sur les questio (...)

1Au moment où un président de la République française peut proposer parmi les mesures à même de lutter contre la crise économique des « accords de compétitivité » autorisant les négociations entreprise par entreprise du temps de travail, cassant le droit du travail, la validité des conventions collectives, il paraît plus urgent que jamais de revisiter les temps au cours desquels ceux qui vivaient de leur travail ont cherché à créer des associations leur permettant d’être moins vulnérables, notamment face aux employeurs1. Temps comme aujourd’hui de transformation des conditions du travail, temps de récession économique qui provoque du chômage dans un contexte de développement des dogmes libéraux en matière économique, temps comme aujourd’hui où les travailleurs paient de leurs conditions de vie les transformations des formes du travail, les concurrences accrues entre les entreprises, entre les états. C’est en effet au cours de la « longue récession » de la fin du xixe siècle que se créent en France les premiers syndicats et dans leur foulée les Bourses du travail, fruit du besoin vital de s’unir pour peser sur l’organisation du travail, fruit d’un long cheminement de résistance à l’interdiction des coalitions, à la répression des organisations, de grands espoirs d’émancipation2. Les syndicats ne sont légaux que depuis 1884, traversés de profondes divisions et très inégalement puissants selon les métiers. Mais avec le développement des forces socialistes, ils gagnent des appuis politiques, ils peuvent peser sur les programmes des candidats et obtenir de nombreuses municipalités la construction de ces bâtiments, souvent puissants, tels ceux de Saint-étienne dont Jean-Michel Steiner montre ici la riche symbolique, bâtiments construits en plein centre des villes, au cœur du pouvoir urbain, qui vont abriter les Bourses du travail3. Une centaine de villes de France ont leur Bourse du travail au tournant du siècle. Le travail s’impose ainsi comme une dimension cruciale de l’organisation sociale, petit à petit, du fait de cette pression des travailleurs. Le souci de connaissance, voire de réforme, est pris en charge par les forces politiques et les pouvoirs publics, comme l’atteste la création du Conseil supérieur du travail et de l’Office du travail en 1891, puis la création d’un ministère du Travail et de la prévoyance sociale en 19064. Institutionalisation de la question dite « sociale » qui fait entrer les Bourses du travail dans un nouvel horizon social.

2Ce sont vers ces débuts de l’organisation collective des travailleurs, vers ce temps où se croisent chez les militants ouvriers l’attente de la révolution et la volonté d’améliorer dans le présent le sort des travailleurs que nous ramène l’important dossier de ce numéro des Cahiers d’histoire.

3Dans son introduction au dossier, David Hamelin présente l’état des connaissances actuelles sur le sujet. Les questions liées au syndicalisme, à l’organisation collective des travailleurs et, singulièrement, aux Bourses du travail, n’ont pas été le cœur vibrant des recherches des dernières décennies. David Hamelin propose une hypothèse : la confiance des citoyens des années 1980-1990 dans l’État-providence et le paritarisme, bien loin du souci d’autonomie des créateurs des Bourses du travail, notamment du fondateur de la fédération des Bourses, Fernand Pelloutier. Sans doute. Mais on sait que c’est l’ensemble des questions liées au travail qui ont assez peu suscité l’intérêt des historiens.

  • 5 On peut retrouver la réponse du sociologue Robert Castel à cette vision d’un monde sans travail dan (...)
  • 6 Voir le numéro déjà ancien des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 83, 2001, « Commen (...)
  • 7 On connaît bien l’importance des travaux de Danielle Tartakowsky notamment sur les manifestations o (...)
  • 8 Irène Pereira, Anarchistes, Montreuil, éditions La ville brûle, 2009, p. 60.

4On se souvient qu’il n’y a pas si longtemps des penseurs de notre présent évoquaient sans crainte « la fin du travail », dans une perspective qui n’était pas celle d’une mise au chômage généralisée accompagnée de la grandissante misère que nous connaissons aujourd’hui. C’était il y a quinze ans à peine. Des sociologues ont construit des réponses à cette emphase sur le changement de type de société5. Les historiens ont été plus longs à revenir à une pensée des hommes du passé dans leur rapport au travail. Ils se sont délectés de l’élargissement du prisme de l’historisation des activités humaines et se sont émerveillés du fait que la vie des hommes soit aussi celle de leurs rêves, de leurs représentations, celle de leurs jouissances, de leurs divertissements, de leurs goûts. On connaît la place nouvelle faite à l’histoire culturelle, histoire du corps, des loisirs, de la mode… Nous avons tous partagé le constat ; à défaut de partager tout à fait l’engouement dans ce qu’il comportait d’oblitération souvent des rapports de domination, de leurs élaborations politiques notamment6. Cependant, les historiens secoués par les grands mouvements de protestation collective sont revenus vers les hommes au travail, plus vers l’étude des formes de leurs protestations, manifestations, grèves, que sur les aspects économiques, salaires, temps de travail ou organisations syndicales7. Sans doute, les études présentes, travaillées par l’inquiétude globale, écologique pour l’avenir de la planète, amènent-elles les historiens vers une histoire de l’environnement, mais aussi vers un renouveau d’intérêt pour ce qu’Irène Pereira repère chez les anarcho-communistes, la société comme « communauté d’intérêts qui seraient liés à l’existence d’une commune humanité8 ». Le renouveau d’intérêt pour les Bourses du travail passera-t-il par cette plongée dans le mouvement social d’avant le bolchevisme, nourrie des échecs des mises en œuvre communistes étatistes du xxe siècle, nourrie aussi de l’effacement de la lutte des classes comme principal paradigme explicatif du social ? Le renouveau d’intérêt pour la pensée et les mouvements anarchistes de la fin du xixe siècle est sensible, qui ne s’accompagne pas toujours d’ailleurs d’un déni de la lutte des classes. Cependant, l’appel à communication sur les Bourses du travail lancé par les Cahiers d’histoire, il y a maintenant plus de deux ans, a permis de mesurer à la fois l’importance d’un travail qui chemine en même temps que les limites du chantier. Une bibliographie existe. Des spécialistes de l’histoire du travail, dont Rolande Trempé, Michel Pigenet, peter Schöhler, André Narritsens au sein de l’Institut d’histoire sociale CGT et d’autres ont contribué à cette sédimentation de travaux. Des historiens du mouvement ouvrier, dont Serge Wolikow, Maurice Carrez à l’université de Dijon, Jacques Girault à Paris 13, Claude Pennetier dans le cadre de l’Institut d’histoire sociale de Paris 1 notamment, Danielle Tartakowsky, Michel Dreyfus à Paris 8, ont suscité des travaux de jeunes chercheurs, travaux souvent non publiés, restés épars, mais travaux dont on trouve l’écho dans le présent dossier. Des chercheurs locaux ont apporté leur contribution, souvent dans le cadre d’histoires plus globales et ces travaux nourrissent également ce dossier. On mesure donc ici un état des lieux d’une recherche ininterrompue, d’une recherche sédimentée sur plusieurs décennies de travaux d’histoire sociale, traversée par les ébranlements du présent mais pas encore tout à fait ressaisie, remodelée dans un grand renouveau de cette histoire. Espérons que le croisement des connaissances suscité par ce dossier apportera sa contribution à ce renouveau.

5Ces Bourses, espaces de l’organisation collective, sont pour beaucoup d’abord la possibilité de s’organiser dans la recherche du travail, contre les placeurs privés, dénoncés depuis longtemps pour les profits scandaleux qu’ils font aux dépens des travailleurs en quête d’emploi. Supprimer ces officines privées de placement avait été une des premières mesures des Communards en 1871. Mais ces placeurs avaient vite repris leur place et une place amplifiée par la crise. Les remplacer par des bureaux de placement contrôlés par les ouvriers est au cœur de la création des Bourses, comme le rappellent plusieurs des articles réunis ici. Mais ces études montrent aussi la difficulté à concurrencer les placeurs privés et les limites sociales de cette initiative ouvrière. Le dossier permet aussi de mieux comprendre l’ampleur de la fonction des Bourses dans l’affirmation d’une autonomie ouvrière, revendiquant spécificité des organisations, des revendications et de la culture. Les Bourses sont en effet aussi espaces de réunion, d’organisation et des lieux d’enseignement et de distraction. On y voit se déployer un mouvement ouvrier qui avance avec la certitude que l’instruction est mère de l’émancipation, qu’il faut se former, apprendre pour gagner en liberté, mais aussi celle que la lutte est également du ressort des idées, qu’il faut faire comprendre, convaincre pour vaincre. Marjorie Gaudemer revient ici sur les initiatives théâtrales et leur importance au sein du dispositif militant : « C’est un des meilleurs moyens pour frapper les sens, l’imagination, l’intelligence des travailleurs, leur faire connaître la vie et la leur faire aimer ; en un mot, il constitue un élément d’éducation de premier ordre […] » écrit en 1907 un militant de Perpignan cité dans son article. Ardeur propagandiste, éducation populaire, les deux se joignent dans l’enthousiasme de la création des Bourses. On sait que le ménage ne sera pas toujours paisible, mais que les deux tâches sont restées pendant tout le xxe siècle au cœur de l’activité des organisations ouvrières.

  • 9 Actualité de la situation, Dorothée Thienot, « La fin des cinémas indépendants », dans le mensuel R (...)

6Le numéro des Cahiers témoigne encore de cette constance de la dimension culturelle des mobilisations à travers l’évocation de l’histoire du ciné-club d’Ivry : le ciné-club ne prend-il pas la suite des projections qui avaient lieu avant la Seconde guerre dans la « salle des conférences » édifiée par la municipalité en 1904 et « destinée aux réunions politiques, aux conférences scientifiques ou artistiques et aux concerts ou bals d’initiative privée donnés dans la commune » ? Le ciné-club connaît les temps d’enthousiasme de l’après-guerre, des creux, des renouveaux, enfin le lent délitement des associations culturelles et, spécifiquement, du militantisme d’éducation populaire de la fin du xxe siècle. Mais André Destouches, son historien, ici pour Chantiers, et l’un des anciens animateurs du lieu, annonce une reprise de ce qu’il appelle « l’esprit ciné-club », état d’esprit non mercantile, recherche d’autonomie, valorisation des échanges à travers débats et introductions documentés. Autant d’ingrédients que l’on retrouve au-delà des ciné-clubs dans les structures associatives culturelles qui se sont, de fait, multipliées au cours de la dernière décennie, mais aussi dans les petites structures indépendantes, elles aussi mises à mal par l’extension du capitalisme à toutes les niches potentiellement lucratives de la production et de la distribution culturelle9.

  • 10 Emplois, réemplois de l’expression si bien trouvée de Paul Nizan (1932), notamment dans le titre du (...)

7Cette importance de la maîtrise de la culture, d’une possible autonomie de sa production, d’une possible restitution de son point de vue, revient, insistante, tout au long de l’histoire des luttes populaires, comme forme cruciale de la réappropriation de la liberté : « prendre la parole » disaient les acteurs de mai 68. « « Préservez vos archives ! ». Autrement, que trouveront les futurs historiens ? Le point de vue de la presse, celui des élus ou des agents de l’administration, et celui de nos adversaires », disent les animateurs de l’Institut d’histoire sociale CGT de la Seine-Maritime à travers la présentation que fait ici Pierre Largesse dans Métiers de leur activité collective de constitution de fonds d’archives et d’analyse historique. Combat du pot de terre contre le pot de fer que ces combats, locaux, fragmentés, dans lesquels nous inscrivons notre propre production des Cahiers d’histoire, face aux si puissants « chiens de garde », pourra-t-on dire10. Peut-être la renaissance de « l’esprit ciné-club » évoquée ici vient-elle rappeler la puissance de long terme de ce cheminement d’une résistance qui perdure, presque ensevelie parfois sous la pression de l’idéologie marchande et de ses si puissants moyens d’action, épisodiquement ressourcée et grandie par les mobilisations sociales et, parfois, leurs victoires.

  • 11 Comme ce collectif « Fier-e-s et Révolutionnaires » qui rassemblent des jeunes communistes et sympa (...)

8Pour conclure ce numéro, est-ce revenir au pot de terre et pot de fer que de retrouver les luttes des jeunes communistes à travers le xxe siècle ? L’auteur nous dit que le temps n’est pas encore venu de l’écriture de cette longue histoire, elle aussi faite de temps forts et d’une longue déconvenue sur la fin du siècle dont, peut-être, nous voyons là aussi le bout à travers l’efflorescence de formes nouvelles de collectifs de jeunes militants révolutionnaires11. Plus modestement, Guillaume Quashie-Vauclin propose un état des lieux de la production historique. Il nous dit que, là aussi, beaucoup a été écrit sur un siècle d’histoire, mais que beaucoup des analyses sont peu connues, peu accessibles, travaux d’étudiants-es non publiés et pas toujours recensés, articles demeurés épars, ou connaissances sur les mouvements de jeunesse peu visibles au sein d’analyses plus vastes. Là aussi, souhaitons que ce beau travail de recension de la bibliographie existante soit un point d’appui stimulant pour des recherches à venir et pour les futures synthèses dont l’article exprime le besoin.

9Le prochain numéro des Cahiers d’histoire nous entraînera, sur un temps plus long, vers d’autres combats, liés ceux-là spécifiquement aux assignations des corps par les pouvoirs, à travers un dossier coordonné par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, Le Corps, ce territoire politique…

Haut de page

Notes

1 Intervention télévisée du président de la République française le 29 janvier 2012.

2 Temps fort dans l’affirmation de cette voie d’émancipation, l’efflorescence des associations ouvrières au lendemain de la révolution de février 1848, la peur qu’elle suscite et l’empressement à interdire tous les regroupements de travailleurs à la suite de la défaite de juin, notamment dans Maurizio Gribaudi, Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, La Découverte, 2008. Synthèse dans Sylvie Aprile, La révolution inachevée 1815/1870, Paris, Belin, 2010.

3 Sur ce poids politique nouveau des ouvriers, voir notamment Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, xixe-xxe, Paris, édition du Seuil, 1986 ; Christophe Charle, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, édition du Seuil, 1991.

4 Voir Alain Faure, Bibliographie des enquêtes et publications officielles françaises sur les questions ouvrières et sociales (1891-1914), Bulletin d’histoire de la France contemporaine, université de Paris X Nanterre, 1988, www.uparis10.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils. et Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du travail, 1891-1914 : la République et la réforme sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

5 On peut retrouver la réponse du sociologue Robert Castel à cette vision d’un monde sans travail dans le Monde diplomatique de novembre 1998 http://www.mondediplomatique.fr/1998/09/CASTEL/10915

6 Voir le numéro déjà ancien des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 83, 2001, « Comment les historiens parlent-ils du travail ? » dossier coordonné par Anne Jollet. Le prochain numéro des Cahiers d’histoire abordera le traitement social des corps dans le cadre d’un dossier coordonné par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Le corps, territoire politique ».

7 On connaît bien l’importance des travaux de Danielle Tartakowsky notamment sur les manifestations ou de Stéphane Sirot sur la grève.

8 Irène Pereira, Anarchistes, Montreuil, éditions La ville brûle, 2009, p. 60.

9 Actualité de la situation, Dorothée Thienot, « La fin des cinémas indépendants », dans le mensuel Regards, n° 18, février 2012.

10 Emplois, réemplois de l’expression si bien trouvée de Paul Nizan (1932), notamment dans le titre du récent documentaire, repris du livre de Serge Halimi de 1997, Les nouveaux chiens de garde, réalisation de Gilles Balastre et Yannick Kergoat, scénario de Serge Halimi et Pierre Rimbert, 2011, 104 min.

11 Comme ce collectif « Fier-e-s et Révolutionnaires » qui rassemblent des jeunes communistes et sympathisants « qui veulent lutter contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et pour l’égalité des droits ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 5-10.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2354

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page