Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Denise Davidson, Anne Verjus, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire

Seyssel, Champ Vallon, coll. « La chose publique », 2011, 352 p.
Caroline Fayolle
Référence(s) :

Denise Davidson, Anne Verjus, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire, Seyssel, Champ Vallon, coll. « La chose publique », 2011, 352 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage se propose d’explorer la vie ordinaire de deux couples de l’époque révolutionnaire et de l’Empire à travers leurs correspondances déposées dans les fonds privés des Archives municipales de Lyon. Les deux couples sont formés d’une part par Antoine et Magdeleine Morand de Jouffrey, mariés peu avant la Révolution, et d’autre part par Pierre et Amélie Vitet, unis en 1801. D’origine lyonnaise et issus d’une bourgeoisie fortunée, ces couples ne se sont pas fréquentés, les Vitet s’étant installés à Paris. Les auteurs ont puisé leurs informations dans un corpus d’environ 1 250 documents, principalement des lettres envoyées par les époux à leur femme, et celles qu’ils ont échangé avec leur mère et belle-mère. Les lettres des épouses n’ayant souvent pas été conservées, c’est donc surtout à travers le regard des hommes que nous avons accès au « théâtre conjugal ».

2Organisé en neuf parties thématiques, le livre aborde les multiples aspects du quotidien de ces couples : de l’intimité amoureuse au drame de la mort d’un enfant, de l’impact de la Révolution sur la vie de famille à la gestion du patrimoine commun, de l’éducation des jeunes héritiers à l’organisation de leur mariage. L’enjeu est de saisir la nature du lien marital dans le contexte révolutionnaire et post-révolutionnaire où s’imbriquent les sphères privées et politiques et se réinventent les normes de la conjugalité. L’analyse minutieuse des lettres conduit les auteurs à revenir sur plusieurs idées reçues. Elles récusent, par exemple, l’opposition trop schématique entre mariage d’amour et union d’intérêt, soulignant l’importance de la réciprocité des sentiments dans des couples nés de l’arrangement. De même, elles remettent en cause l’idée que la prise en charge de l’éducation des filles est uniquement du ressort des mères. Si ces dernières jouent un rôle pédagogique central, les pères s’impliquent dans l’éducation des enfants des deux sexes, se souciant de leur santé, de leur alimentation et des progrès de leur instruction. Plus généralement, la division sexuée des activités publiques et privées est nuancée. Du fait de l’absence fréquente de son mari, Magdeleine participe pleinement à la gestion des affaires du couple, ce qui l’amène à tisser des réseaux sociaux et à élaborer des stratégies. « Idée neuve » au tournant du xixe siècle, le couple bourgeois apparaît fondé sur la collaboration des époux pour défendre leurs intérêts communs.

3Cependant, cette collaboration n’est pas égalitaire puisque l’autorité reste détenue par le chef de famille. Cette autorité est d’ailleurs ressentie par Magdeleine lors du conflit qui l’oppose à son mari après la mort d’Albine, leur fille aînée. Quittant dans sa détresse le foyer, elle se voit peu à peu contrainte par son époux à renouer avec la vie telle qu’elle se déroulait avant le drame. Ces tensions, à peine esquissées dans les lettres d’Antoine, laissent présager d’autres conflits qui ont été invisibilisés dans les correspondances. Conscientes de cette limite, les auteurs terminent leur ouvrage en complétant leurs sources par l’étude de trois contes moraux sur le mariage publiés à la veille de la Révolution. C’est finalement la littérature qui dévoile la construction de la hiérarchie conjugale derrière l’apparence du partage des pouvoirs entre les époux.

4Si le lecteur peut ne pas partager l’« empathie » des auteurs pour les Morand de Jouffrey et les Vitet, qu’elles estiment proches des couples d’aujourd’hui, il sera passionné par la découverte de ces fragments de vie qui nous informent de manière exceptionnelle sur le quotidien des hommes et des femmes de la bourgeoisie sous la Révolution et l’Empire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Fayolle, « Denise Davidson, Anne Verjus, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2338

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page