Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Ronan Chalmin, Lumières et corruption

Paris, Honoré Champion, coll. « Les dix-huitièmes siècles », 2010, 400 p.
Stéphanie Roza
Référence(s) :

Ronan Chalmin, Lumières et corruption, Paris, Honoré Champion, coll. « Les dix-huitièmes siècles », 2010, 400 p.

Texte intégral

1Professeur de littérature française aux états-Unis, Ronan Chalmin livre ici une interprétation large de la pensée du xviiie siècle sous l’angle, assurément intéressant, du thème de la corruption. Montesquieu, Crébillon fils, Diderot, Rousseau, Sade, Robespierre enfin, sont successivement convoqués. Leur pensée, mais également leur rapport au monde sont analysés au prisme de cette question, considérée par l’auteur comme absolument cruciale, puisqu’il définit les Lumières elles-mêmes dès les premières pages de son ouvrage comme « l’ensemble des phénomènes intellectuels convoqués par une société émancipée afin de résoudre le problème majeur de la corruption ».

2L’hypothèse paraît d’emblée un peu trop réductrice pour épuiser le sens d’œuvres aussi importantes que celles des auteurs convoqués, sans parler du phénomène global des Lumières lui-même. Si la question des mécanismes de la corruption des régimes et des civilisations, et des moyens de la corriger, ou de l’empêcher, semblent bien un prisme pertinent pour analyser la pensée politique et historique de Montesquieu, Rousseau ou Diderot, elle ne la résume pas. De plus, ce présupposé conduit son auteur à passer trop rapidement sur les nécessaires distinctions entre production littéraire et pensée théorique, entre les impensés d’une écriture et ses analyses explicites, entre le fantasme d’un siècle et la logique réelle du processus historique. Ceci, alors que le projet de l’ouvrage, conduit avec plus de rigueur analytique, n’aurait pas forcément impliqué un tel résultat. Le livre se présente ainsi, au fil des chapitres, comme un pot-pourri de critiques littéraires, de commentaires philosophiques, et de remarques psychologisantes sur l’événement révolutionnaire, dans lequel la philosophie et surtout l’histoire s’avèrent les grandes perdantes.

3En effet, la dernière partie de l’ouvrage, consacrée à Robespierre, et à travers lui à la Terreur, illustre de façon éclatante les mauvais traitements qu’une analyse plaçant tous les registres de discours sur le même plan, et toute réalité sur le plan du discours, fait subir aux péripéties d’une époque et à ses enjeux concrets. Sans surprise, l’auteur réactive l’essentiel de l’interprétation furétienne de la Révolution française, grande accusatrice des inévitables dérives sanglantes de l’idéologie toute puissante. La Terreur n’est à aucun moment envisagée comme une réponse politique aux menaces objectives pesant sur la Révolution, « la Terreur, et ses meilleures plumes le savent, c’est d’abord un discours ». Vu sous cet angle, l’exécution du roi, la guillotine, la guerre de Vendée, ne peuvent qu’apparaître comme les horribles conséquences de l’imaginaire politique en proie à un délire de purification. Il est logique aussi que, dans cette perspective, l’auteur suive P. Gueniffey dans son chiffrage plus que contestable du « bilan de la Terreur » qui met sans scrupule sur le seul compte de la Révolution non seulement les exécutions décidées par les tribunaux révolutionnaires, mais également les victimes de la Vendée ainsi que toutes les morts occasionnées par la guerre civile. Chalmin a la bonne grâce de refuser d’assimiler la Révolution au massacre des Tutsis rwandais, mais ajoute : « on peut toutefois reconnaître la terrible efficacité de la Terreur en matière d’extermination. » Le camp royaliste n’aurait-il donc jamais tiré l’épée ?

4Tout aussi partiale, et même paradoxale, est la place faite à Babeuf dans un tel commentaire des événements : citant, là encore sans la moindre réserve, l’édition très controversée de la brochure babouviste Du Système de dépopulation, que ses préfaciers Sécher et Brégeon avaient souhaité verser à charge au dossier du « génocide vendéen », l’auteur semble ignorer que le Tribun du peuple lui-même a désavoué rapidement ce pamphlet anti-robespierriste, et s’est revendiqué, auparavant comme par la suite, de l’héritage jacobin. Manifestement, Chalmin a une connaissance aussi partielle de l’œuvre et du combat de Babeuf que de l’historiographie de la Révolution française. Dans sa bibliographie ne figurent notamment ainsi aucun ouvrage d’Albert Soboul, un seul article de Claude Mazauric, aucun ouvrage de Michel Vovelle.

5Son livre apporte une nouvelle fois la démonstration que l’exégèse littéraire peut être un bien mauvais guide dans la compréhension d’un phénomène historique, surtout quand il s’agit de révolution, surtout quand il s’agit de la Révolution française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Roza, « Ronan Chalmin, Lumières et corruption », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2336

Haut de page

Auteur

Stéphanie Roza

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page