Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Guerres et histoire

Chloé Maurel
Référence(s) :

Guerres et histoire

Texte intégral

  • 1  L’IRSEM est le nouvel Institut de recherche stratégique de l’École militaire créé par le gouvernem (...)

1Ce nouveau magazine d’histoire, trimestriel, est publié par Science et Vie, du groupe Mondadori. Deux numéros sont parus à ce jour. Le rédacteur en chef, Jean Lopez, est spécialiste de l’histoire de l’Armée rouge et du conflit germano-soviétique. Il est l’auteur, entre autres, de Grandeur et misère de l’Armée rouge (Seuil, 2011) et l’on comprend d’emblée que la Guerre froide et la dénonciation de la politique de l’URSS vont faire partie des moments clés du contenu de la revue. L’équipe éditoriale est exclusivement composée d’hommes, en bonne partie des militaires et des personnes impliquées dans la politique de défense de la France. On y trouve notamment Yacha MacLacha, ancien diplomate, et Michel Goya, colonel et historien militaire, directeur de recherches à l’Irsem, la nouvelle structure centralisée de réflexion stratégique mise en place par le gouvernement en 20091.

2La revue qui, par sa présentation et son contenu, semble viser un public masculin, tente de remettre à l’honneur l’histoire-bataille et les grands hommes, en s’intéressant principalement aux grands conflits de l’histoire contemporaine.

3Le numéro 1 inaugure la revue par un dossier sur Napoléon, annoncée par une couverture où domine le gris acier et qui fait apparaître un Napoléon en buste, coiffé de son bicorne, au cœur de l’image. Le dossier est introduit par une question, elle aussi, coup de poing, et aussi provocatrice que simpliste : « Napoléon était-il vraiment un génie militaire ? » De Toulon à Waterloo, ce dossier analyse les dix campagnes ou batailles majeures de Napoléon. Le reste du numéro porte essentiellement sur le xxe siècle, et notamment sur la Première et la Seconde Guerres mondiales. Ainsi, un article montre comment la flotte française de 1939 souffrait de graves lacunes et déficiences (où pouvaient bien se trouver les responsabilités ?) Un autre retrace la campagne d’Hitler dans les Balkans en 1941, observant que cette offensive, qui a permis au Führer d’éliminer la Grèce et le royaume de Yougoslavie, est « un chef d’œuvre du genre ». Le numéro présente aussi une interview exclusive d’un ancien colonel du KGB, Yakov Semenov, qui fait le récit de l’assaut lancé par l’armée soviétique sur Kaboul en 1979.

4Ce premier numéro, éclectique, mais toujours orienté sur le rôle des personnalités d’exception, se tourne aussi vers l’Antiquité : un article montre comment, en 371 avant notre ère, le Grec Epaminondas a introduit l’ordre oblique, ce qui lui a permis de détruire la puissance spartiate. Culte du grand homme et valorisation de l’art de la guerre traversent donc les temps.

  • 2  Laurent Henninger, dans sa page personnelle sur site LinkedIn (29 juillet 2011) se présente comme (...)

5Loin de se borner à des récits sur la stratégie et la tactique militaire, la revue présente quelques articles de fond, comme une chronique de Laurent Henninger, membre de cette nouvelle rédaction, auteur bien connu du monde de l’histoire militaire2. Il répond à sa façon à la question qu’il y a bien lieu de se poser face au succès actuel de ce champ de l’histoire : « à quoi sert l’histoire militaire ? »

6Le numéro 2 de la revue revient sans plus attendre à ce qui est bien, du fait même de la culture de son rédacteur en chef, un des moteurs éditoriaux de la revue, sans originalité d’ailleurs dans ce secteur de l’histoire destinée au grand public, la politique militaire et diplomatique de l’URSS. Un dossier est consacré à l’opération Barberousse. Il examine les causes de la déroute de l’Armée rouge (problèmes de doctrine, de croissance, et problèmes humains qui, selon les auteurs, tiennent à la nature même du stalinisme), et analyse les raisons de la résistance soviétique : le patriotisme, mais aussi une mobilisation économique totale et précoce, une pensée militaire très avancée, et, à en croire Jean Lopez, l’exercice d’une terreur sans limites.

  • 3  Laboratoire de recherche Identités, Relations internationales et Civilisations de l’Europe.

7Seule femme à apparaître dans ce numéro, l’historienne Claude d’Abzac-Epezy, chercheuse associée à l’Irice (Paris 1/Paris IV)3, spécialiste de la stratégie et des doctrines d’emploi de l’arme aérienne, présente la pensée d’un Italien, Giulio Douhet. Dans le premier tiers du xxe siècle, il a, en visionnaire, dit l’auteur, conceptualisé l’usage de l’arme aérienne, dans laquelle il voyait un moyen décisif de remporter la victoire (notamment par le bombardement des villes).

8Un reportage sur la guerre du Biafra (1967-1970), guerre qui a fait un million de morts, étudie comment ce conflit a eu un aspect médiatique et comment la manipulation des images a joué dans la présence de cette guerre.

9Enfin, ce deuxième numéro s’intéresse (on a envie de dire évidemment) à la guerre du Vietnam, rappelant avec la sempiternelle fascination pour la démesure, comment le Viet-Công avait construit dans ce contexte une véritable ville souterraine, par un système de tunnels : le complexe de Cu-Chi, avec ses 200 kilomètres de galeries, pouvait abriter jusqu’à 1 600 combattants.

10Au total, il semble que cette nouvelle revue, bien ancrée dans les fortes polarisations du xxe siècle, avec une prédilection pour celles qui mettent en cause les États du bloc de l’Est, plutôt que d’élaborer des questionnements et des analyses proprement historiques sur les phénomènes envisagés, se concentre sur le rôle des individus et s’attache surtout à restituer une ambiance, celle du combat, du danger, de l’affrontement, des situations extrêmes, pour un grand public friand de sensations fortes et d’images choc.

Haut de page

Notes

1  L’IRSEM est le nouvel Institut de recherche stratégique de l’École militaire créé par le gouvernement français en 2009. Autour d’une « équipe de direction » dirigée par le professeur Frédéric Charillon, il rassemble une « direction de recherche » formée de sept directeurs. Le colonel Michel Goya est chargé des « Études des nouveaux conflits ». Le professeur Hervé Drévillon, de l’université de Paris 1, coordonne le pôle « Histoire de la défense et de l’armement ».

2  Laurent Henninger, dans sa page personnelle sur site LinkedIn (29 juillet 2011) se présente comme « directeur de collection aux éditions Vendémiaire ». Précédemment, il a été directeur de collection aux éditions Tallandier. Il est, par ailleurs, chargé d’études à l’IRSEM (anciennement au CEHD, Centre d’études d’histoire de la défense).

3  Laboratoire de recherche Identités, Relations internationales et Civilisations de l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Guerres et histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2330

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page