Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Alain Supiot, L’esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total

Paris, Seuil, 2010, 184 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Alain Supiot, L’esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total, Paris, Seuil, 2010, 184 p.

Texte intégral

1Dans ce livre, Alain Supiot, professeur de droit, directeur de l’Institut d’études avancées de Nantes, remet à l’honneur la Déclaration de Philadelphie proclamée en 1944 par l’Organisation internationale du travail (OIT). Ce texte, première déclaration internationale des droits à vocation universelle, a un caractère pionnier dans la mesure où il entendait faire de la justice sociale l’une des pierres angulaires de l’ordre juridique international. Affirmant que « le travail n’est pas une marchandise » et qu’« une paix durable ne peut être établie que sur la base de la justice sociale », ce texte, qui introduit la notion de « sécurité économique », revêt une singulière actualité aujourd’hui.

2Alain Supiot retrace comment l’« esprit de Philadelphie » a aujourd’hui cédé la place à son exact contraire, sous l’influence de la contre-révolution ultra-libérale anglo-américaine et de la conversion des ex-pays communistes à l’économie de marché. Mise en œuvre à partir des années 1980 aux états-Unis et au Royaume-Uni, la doctrine ultra-libérale s’est ensuite répandue dans tous les pays occidentaux. Elle s’est attachée à défaire méthodiquement les acquis du programme du Conseil national de la Résistance. Elle a opéré une privatisation de l’état-providence et une mise en concurrence à l’échelle internationale des travailleurs, des droits et des cultures. Le principe de justice sociale a disparu de l’agenda de la globalisation à la faveur de la conversion des régimes communistes à l’économie de marché. La privatisation des produits ou services qui, comme l’électricité, le gaz, la poste, les autoroutes, les chemins de fer, répondent à des besoins également partagés par toute la population et dont l’entretien s’inscrit dans un temps long qui n’est pas celui des marchés, apparaît comme une régression, après leur nationalisation dans l’après-guerre. L’auteur déplore la course au « moins-disant » social qui est à l’œuvre dans le monde globalisé d’aujourd’hui. Démontant les mécanismes de cette transformation vécue par le monde depuis quelques décennies, il fustige la doctrine du « New Public Management », selon laquelle les états doivent être soumis aux mêmes règles de fonctionnement que les entreprises opérant sur des marchés concurrentiels. Il montre aussi que la « responsabilité sociale des entreprises » promue depuis quelques années n’est qu’un leurre : sans responsable clairement identifiable, sans organisation susceptible de demander des comptes et sans tiers devant qui répondre, cette responsabilité n’en est en fait pas une.

3L’auteur oppose à ce mouvement ultra-libéral actuel les principes humanistes et sociaux contenus dans la Déclaration de Philadelphie, et met en avant l’importance du principe de solidarité, affirmé pour la première fois par l’Afrique dans la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples en 1981. Ce principe a été repris par la Charte européenne des droits fondamentaux adoptée à Nice en 2000.

4L’expression de « marché total » présente dans le titre de l’ouvrage emprunte à l’écrivain allemand Ernst Jünger, très marqué par la Première Guerre mondiale, le mot « total » pour désigner un mode d’organisation fondé sur la mobilisation d’absolument toutes les ressources humaines, techniques et naturelles, transformant les hommes en un combustible alimentant le fonctionnement monotone d’une machine de guerre semblable à « une turbine alimentée en sang humain ».

5Cet ouvrage au style clair et agréable a le mérite de remettre à l’honneur l’action de l’OIT et notamment sa Déclaration de Philadelphie, document important qui n’a malheureusement pas obtenu de portée pratique et qui a été vite éclipsé par les textes et règlements des institutions de Bretton Woods et du GATT (devenu en 1995 l’OMC). Cependant, le titre est quelque peu trompeur : l’auteur traite finalement peu de l’OIT, il ne se livre pas à une analyse détaillée des conditions dans lesquelles la Déclaration de Philadelphie a été adoptée et des personnages qui en ont été à l’origine, ce qui est dommage. L’essentiel de l’ouvrage est en fait consacré à une critique (utile et fondée) du système mondial ultra-libéral à l’œuvre depuis quelques décennies. Espérons en tout cas que cet essai encouragera les historiens à se repencher sur l’histoire de l’OIT et de ses nombreuses initiatives pionnières en matière sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Alain Supiot, L’esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2326

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page