Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Alain Accardo, Engagements. Chroniques et autres textes (2000-2010)

Marseille, Coll. Contre-Feux, Agone, 2011, 310 p.
Sébastien Jahan
Référence(s) :

Alain Accardo, Engagements. Chroniques et autres textes (2000-2010), Marseille, Agone, coll. « Contre-feux », 2011, 310 p.

Texte intégral

1Il y a sans doute quelque chose d’insolite à présenter dans une revue d’histoire le compte rendu d’un ouvrage réunissant les plus récents écrits d’un sociologue tel qu’Alain Accardo, plus enclin à s’indigner du présent qu’à s’interroger sur le passé. Toutefois, l’expérience intellectuelle de ce disciple de Pierre Bourdieu intéresse forcément l’historien pour ce qu’elle permet de comprendre des « effets de générations », l’auteur ayant été largement façonné dans ses convictions et ses engagements par le contexte de la guerre d’Algérie. Par ailleurs, il va sans dire que le parcours militant d’Accardo, passé du Parti communiste français à la mouvance des objecteurs de croissance, de même que sa soumission volontaire « au devoir de lucidité critique » ne manqueront pas d’interpeller le chercheur en science sociale habité par le désir de mettre son savoir et ses méthodes au service de la dénonciation des mécanismes de domination inhérents au système capitaliste, sans rien abdiquer pour autant de sa rigueur scientifique.

Avoir 20 ans en khâgne à Alger, en 1954…

2Pied-noir, petit-fils d’immigrés italiens, Alain Accardo se décrit lui-même comme un « petit Blanc » tiraillé, au moment où éclate la guerre d’Algérie, « entre Fanon et Camus », c’est-à-dire entre le soutien sans faille à la cause nationaliste algérienne et un sentiment de devoir « pacifiste » qui refuserait le caractère radical et définitif de l’affrontement et de la séparation… Avec sincérité, Accardo témoigne aussi de la peur qui l’habitait durant ces années de violences et d’hystérie collective algéroises : la peur d’être arrêté et torturé, simplement parce qu’il refusait, contrairement à la plupart des membres de sa famille, de communier dans la haine et le mépris des Arabes. Une peur qui alimentait souvent la honte, cette honte d’avoir peur précisément, au point parfois de n’oser réagir à des violences et à des humiliations dont il s’est trouvé le témoin…

3Perclus de ce sentiment d’impuissance, Accardo aurait donc pu, comme tant d’autres, choisir le camp des Candide et cultiver son jardin en attendant des jours meilleurs. Il ne l’a pas fait et cette option résulte sans nul doute d’une sorte d’exigence morale et intellectuelle qu’il relie au privilège qui fut le sien de faire des études et d’échapper ainsi aux discours convenus de son milieu. C’est alors qu’il s’engagea dans le groupe des « étudiants libéraux », dont il estime avec le recul la contribution à la cause algérienne modeste, faute de stratégie et de cohérence. L’expérience s’avéra néanmoins autrement plus décisive pour sa destinée ultérieure qu’une formation académique moins propre à nourrir la démarche révolutionnaire que la révolte métaphysique ! Elle le préparait surtout à la rencontre avec Pierre Bourdieu, dont on perçoit l’impact sur son militantisme et ses choix de carrière, par ricochet, à travers un texte expliquant en quoi Bourdieu a lui aussi puisé dans ces années de tourmente algérienne probablement bien plus que dans les livres…

4Accardo relate, en effet, comment la violence de l’histoire a mué Bourdieu, le philosophe « institutionnel », en sociologue engagé, l’éloignant de la pensée spéculative pour l’amener à questionner le mouvement objectif d’un monde qui vacillait, et ainsi se doter des moyens d’« agir dans et sur la réalité ». Ce sont les cours de « morale et sociologie » de l’assistant Bourdieu en phase de conversion que l’étudiant Accardo et ses camarades « libéraux » suivaient et qu’ils prolongeaient, en dehors des amphis, dans des conversations de cafés plus « politiques ». Ils finirent fort logiquement par choisir la même voie : faire de la sociologie pour « répondre aux sommations d’une époque de bouleversement » et « redonner un sens humaniste et rationaliste à l’horreur et l’absurdité de l’histoire » (p. 71).

La force subversive des « idées vraies »

  • 1  Alain Accardo, Initiation à la sociologie de l’illusionnisme social : invitation à la lecture des (...)

5La ligne de conduite d’un Pierre Bourdieu a indéniablement valeur d’exemple pour Alain Accardo qui fut à la fois son étudiant en thèse et l’un de ses vulgarisateurs les plus talentueux1. Les différents articles et chroniques de l’auteur, réunis dans ce livre, témoignent tous de cette obstination dans le combat pour l’instauration de la justice dans le monde social. Car Accardo est, comme Bourdieu, de ceux qui sont restés fidèles à leurs choix de jeunes militants, c’est-à-dire au parti des dominés. Cette application et cette constance dans la lutte et la dénonciation des injustices ne sont jamais perçues comme contradictoires avec la déontologie du chercheur et le sacro-saint principe wébérien de « neutralité axiologique ». En réalité, la réaffirmation par Bourdieu que le social peut être un objet scientifique comme un autre n’exclut évidemment pas que cette recherche soit engagée. Bien au contraire. C’est précisément parce que la sociologie de Bourdieu se soucie de rigueur et d’objectivité, qu’elle ambitionne « de dire la vérité sur les causes réelles de la souffrance sociale […] qu’elle peut être utile au combat émancipateur » (p. 76‑77). En accomplissant son devoir intellectuel de vérité, le chercheur « réalise aussi son devoir moral de solidarité avec les opprimés auxquels il apporte des armes de subversion symbolique de l’ordre établi ».

6Ces positions intransigeantes furent sans doute pour beaucoup dans l’hostilité qu’une partie de l’establishment – Université comprise – manifesta à l’égard de Bourdieu et de ses disciples. Les intellectuels étaient parmi les plus virulents, parce que les premiers touchés par une analyse bourdieusienne qui, en dévoilant les véritables soubassements sociaux de la méritocratie, faisait voler en éclat le mythe du « désintéressement et de l’indépendance des dominants du monde symbolique ». Les marxistes n’étaient pas en reste qui taxèrent Bourdieu de « sociologue bourgeois ». Probablement ne lui pardonnaient-ils pas d’avoir compris que les rapports de domination ne sont pas toujours de simples rapports de force et qu’il existe aussi une « soumission connivente » du dominé à ses oppresseurs, qui enracine le système dans une apparente légitimité.

7Si donc le système survit, c’est en grande partie à cause de cette capacité de séduction, mais aussi, nous dit Accardo – suivant une fois encore les traces de Bourdieu –, en raison du ralliement « à la minorité des ultra-riches » d’une légion petite-bourgeoise de collaborateurs avides d’ascension sociale et d’autres « bons petits soldats sans états d’âme ».

Petits-bourgeois gentilhommes, journalistes larbins et serviteurs volontaires

  • 2  Alain Accardo, Le petit-bourgeois gentilhomme. La moyennisation de la société, Bruxelles, Labor-CA (...)

8Ces complices sans lesquels les grands possédants ne pourraient imposer au reste de la société la logique du capital s’incarnent bien sûr dans le petit-bourgeois, figure de la « moyennisation » de la société, déjà dépeinte et brocardée dans un décapant petit ouvrage du même Accardo2. Spontanément hostile à tout bouleversement de l’ordre établi, soucieuse de répondre aux objectifs qui lui sont fixés par sa hiérarchie qui monnaye ainsi l’accélération des carrières, la classe moyenne constitue l’un des piliers majeurs du système capitaliste. Elle est aussi la principale pourvoyeuse de la profession de journaliste dont la prolétarisation rampante, en raison de la prolifération du travail précaire, n’altère en rien une attractivité qui s’explique notamment par le fait que la corporation « détient collectivement le monopole du contrôle de l’accès aux moyens d’expression publique » (p. 93). Ce faisant, le petit-bourgeois contribue au pouvoir de cet autre suppôt du néolibéralisme qu’est la presse, un milieu presque entièrement sous la coupe des puissances financières et industrielles, mû non plus par la nécessité de produire de l’information, mais par celle de reproduire « les structures de pouvoir qui le constituent et les rapports de domination qui le sous-tendent ».

9Plus dérangeantes apparaissent les pages où Accardo relève que les « prolos » ne sont pas les moins contaminés par la peste capitaliste et par certains de ses stigmates comme le racisme, la servilité, l’appât du gain, l’égoïsme, etc. Il s’en prend ainsi (p. 26-27) à une certaine « culture militante », trop souvent portée à fétichiser le peuple et à en faire une victime exclusive du capitalisme, sans prendre aucunement la mesure de la contribution que les classes populaires apportent à la pérennité des injustices et des inégalités, en acceptant de se laisser dicter leurs désirs, en cédant au chant des sirènes promettant la réussite et la richesse. Cela conduit Accardo à se démarquer d’une vision « messianiste du rôle émancipateur du prolétariat ». Dans une récente chronique parue dans la Décroissance (2010) – et reprise ici (p. 289-291) – il considère que le sarkozysme repose sur une sorte d’alliance paradoxale entre « le monde de la richesse » et celui du « semi-alphabétisme à qui le ressentiment social tient lieu de conscience politique ». Cette virulente rhétorique pourrait certes sembler en contradiction avec ce que l’auteur entend dénoncer (le mépris de classe), mais elle relève aussi de l’exhortation révolutionnaire à la prise de conscience et à l’union des plus opprimés. Tant il est vrai, nous dit Accardo, que le seul danger que redoutent vraiment les possédants est la coalition massive de tous ceux qu’ils spolient et exploitent.

10L’analyse iconoclaste d’Accardo a au moins le mérite de soulever de vraies questions sur la vulnérabilité des catégories les plus démunies socialement et culturellement à un conditionnement idéologique qui sert les objectifs du capitalisme : « détruire le monde humain dans sa matérialité objective, mais aussi dans sa réalité subjective ». On adhérera du coup sans mal à l’idée que si l’ordre établi a pu se maintenir, c’est parce qu’il s’est « établi aussi à l’intérieur des agents, et pas seulement autour d’eux ».

Lutter contre le capitalisme, c’est aussi lutter contre une part de soi-même

11C’est bien là, je crois, l’un des apports les plus stimulants et les plus originaux de la pensée d’Accardo. Les plus déconcertants aussi. Accardo est bien sûr un partisan fervent du combat collectif. Méprisant ceux qui s’accommodent « d’une logique réformiste de fonctionnement », il croit en la nécessité et en la vertu d’une révolution qui mettrait à bas un système capitaliste qu’il qualifie « d’organisation criminelle » dirigée par des « gangs mafieux » (p. 184). Au bestiaire de Daniel Mermet qui oppose la taupe militante et silencieuse rongeant patiemment les pilotis de l’édifice au « colibri exhibitionniste » s’agitant au dessus de l’incendie capitaliste pour n’y déverser qu’une petite goutte d’eau, Accardo ajoute le criquet : « quand il y en a un, il y en a des millions, qui se soutiennent en volant serrés dans la même direction ; et comme une mâchoire géante faite de myriades de petites mandibules inlassables, là où s’abat le nuage compact, il fait place nette » (p. 138).

  • 3  Paul Ariès, La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance, Les empêcheurs de penser en r (...)

12Pour autant, cette déferlante collective et victorieuse n’est pas, selon lui, envisageable sans un préalable qui relève de l’ascèse individuelle. Dès lors que l’on est conscient de la capacité du capitalisme à façonner notre subjectivité, notre sensibilité, notre façon de percevoir le monde, il faut impérativement agir pour affaiblir ou inhiber ces dispositions qui nous conduisent à notre insu à adhérer au système que nous souhaiterions détruire. On ne peut, nous dit Accardo, « changer le système sans lui reprendre la part de nous-mêmes qu’il a aliénée ». Cette conviction permet de comprendre pourquoi Alain Accardo a quitté le Parti communiste (à l’époque de la gauche plurielle) pour se rapprocher des penseurs de la décroissance. Il s’agissait alors de se démarquer d’une gauche qui ne perdait (perd ?) pas une occasion de voler à la rescousse du PS, alors même que celui-ci est « devenu depuis longtemps la roue gauche du char de l’État capitaliste qui écrase le monde du travail aussi bien, sinon mieux, que sa roue droite » (p. 152) ! Il fallait aussi sans doute rompre avec un héritage productiviste qui rend illusoire toute sortie du capitalisme dans la mesure où il prône l’appropriation par le peuple des moyens de production sans envisager de changer les outils de production, mais aussi, radicalement, le style de vie, les rapports sociaux, bref notre civilisation... Le productivisme serait bien selon le mot du politologue Paul Ariès, « cette maladie honteuse » d’une gauche qui mésestime gravement la progression destructrice d’un hypercapitalisme, occupant les derniers territoires autonomes de la vie privée, nous associant quasi ontologiquement au monde de la marchandise et nous rendant « plus étrangers que jamais à l’idée de communisme3 ».

La décroissance, avenir du communisme ?

  • 4  Paul Ariès, Désobéir et grandir. Vers une société de décroissance, Montréal, Éditions Écosociété, (...)

13Communiste, Accardo l’est viscéralement. Il se sent de ceux « pour qui l’idéal communiste demeure aussi neuf, lumineux et convaincant qu’il l’était pour Babeuf » (p. 35). à condition de sortir de la perspective « économiste » et d’intégrer qu’on « ne peut plus envisager rationnellement d’extrapoler le modèle actuel à une population mondiale qui dépasse déjà les six milliards d’individus ». Face à ce défi, la seule issue « civilisée » (il en est des « barbares » !), c’est « le partage, la mise en commun de toutes les ressources, la restitution à la communauté des humains, et d’abord des moins bien lotis, de tout ce qui permet de mener une vie digne, dans le respect de soi-même et des autres, y compris des autres formes de vie sur terre ». Un credo qui retrouve le projet à la fois subversif et « désirable » d’un Paul Ariès, réclamant avec les objecteurs de croissance « moins de biens et plus de liens4 ». Une perspective aussi qui permet de renoncer au mythe de la société d’abondance, « sans retomber dans un socialisme de la misère et désespérer du communisme ».

Haut de page

Notes

1  Alain Accardo, Initiation à la sociologie de l’illusionnisme social : invitation à la lecture des æuvres de Pierre Bourdieu, Le Mascaret, 1983 et Introduction à une sociologie critique. Lire Pierre Bourdieu, Agone, 2006.

2  Alain Accardo, Le petit-bourgeois gentilhomme. La moyennisation de la société, Bruxelles, Labor-CAL/Espaces de Libertés, 2003.

3  Paul Ariès, La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance, Les empêcheurs de penser en rond/La Découverte, 2010, p. 71.

4  Paul Ariès, Désobéir et grandir. Vers une société de décroissance, Montréal, Éditions Écosociété, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Alain Accardo, Engagements. Chroniques et autres textes (2000-2010) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2324

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page