Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Chloé Maurel, Histoire de l’UNESCO. Les trente premières années (1945-1974)

L’Harmattan, 2010, 316 p.
Marie Scott
Référence(s) :

Chloé Maurel, Histoire de l’UNESCO. Les trente premières années (1945-1974), L’Harmattan, 2010, 316 p.

Texte intégral

1Cette histoire de l’UNESCO s’inscrit dans la lignée des travaux d’histoire globale portant sur la gouvernance mondiale, à la croisée de l’histoire des relations internationales et de l’histoire culturelle.

2La première partie du livre propose une histoire incarnée de l’institution onusienne, saisie à travers la galerie de portraits de ses Directeurs généraux. Cette fresque vivante permet d’introduire le lecteur aux enjeux de chaque « époque » directoriale.

3La seconde partie, consacrée aux jeux diplomatiques et politiques qui scellent le destin de l’UNESCO, offre trois clés d’explication des échecs relatifs de l’institution. Les divisions entre « clan latin » et « clan anglo-saxon », entre « camp occidental » et « camp oriental », puis entre pays du Nord et pays du Sud se superposent autant qu’elles se succèdent, parasitant l’agence et paralysant son action. Ces tensions se focalisent sur les nominations aux postes de direction (Directeur général, Secrétariat général, Conseil exécutif, experts en mission), l’adhésion des nouveaux États membres, le choix des lieux des conférences et des langues utilisées, et plus particulièrement à propos de l’orientation des programmes et de l’attribution des budgets. Le croisement des archives centrales de l’institution et des archives gouvernementales de cinq États (États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, RFA) met en lumière le poids écrasant du contexte des relations internationales dans le métabolisme d’un organisme fondamentalement intergouvernemental.

4Le fonctionnement – et les dysfonctionnements – administratifs et institutionnels de l’UNESCO font l’objet d’une troisième partie. Deux défauts structurels – l’impuissance de l’agence face aux États-nations et un budget en berne – combinés à de multiples turpitudes secondaires (bureaucratie, népotisme dans les nominations, corruption et tensions sociales internes) expliquent les difficultés de l’UNESCO. L’éviction des « intellectuels » et des « scientifiques » au profit de hauts fonctionnaires et d’administrateurs au service des intérêts nationaux, témoigne de la politisation croissante de l’agence.

5Les trois derniers chapitres font l’inventaire critique des programmes menés par l’UNESCO. Ces derniers sont caractérisés par deux évolutions. Délaissant l’intellectualisme hérité de la SDN et de son Institut international de coopération intellectuelle, l’UNESCO se recentre sur des actions concrètes et opérationnelles orientées vers les populations mondiales faiblement éduquées. Cependant, en termes intellectuels, les idéaux du pacifisme, de l’universalisme et de l’approche globale sont en perpétuelle contradiction avec les présupposés occidentalistes et coloniaux, voire racistes, qui dominent les rapports mondiaux. À partir des années 1970, le vent libéral qui souffle sur les organisations internationales impose un impératif d’utilité et d’efficacité à court terme.

6Chloé Maurel, par cette présentation thématique, noue avec clarté les fils du « drame » (à la fois personnel car durement ressenti par les acteurs, et collectif car entraînant l’échec des programmes) qui expliquent l’incapacité chronique de l’institution. Si le diagnostic est sévère, il est très clairement argumenté. Un seul regret : l’auteure enferme le lecteur dans un cadre monographique que l’on souhaiterait plus large. Si les rapports entre l’UNESCO et les gouvernements nationaux (notamment les États-Unis et le Vatican) sont soigneusement restitués, l’insertion de l’UNESCO dans la galaxie onusienne et ses interactions avec les autres organismes transnationaux non étatiques (fondations philanthropiques, ONG) pourrait être encore approfondie. De même, des études micro, au plus près du déroulement des programmes sur le terrain, permettraient de voir les réseaux d’acteurs en action, mettant (ou pas) des savoirs en circulation, et d’aborder ainsi la question des réceptions des programmes de l’agence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Scott, « Chloé Maurel, Histoire de l’UNESCO. Les trente premières années (1945-1974) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2321

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page