Navigation – Plan du site
DÉBATS

Situation de la connaissance du babouvisme

Stéphanie Roza
p. 157-174

Résumé

Le présent article tente de faire le point sur l'état actuel d'avancement des connaissances concernant Babeuf. Il revient sur près de deux siècles de recherche et de débats, en essayant d'en expliciter les enjeux idéologiques successifs parfois difficiles à saisir d'un point de vue contemporain, et de faire la part du contenu scientifique par rapport aux partis-pris ou aux déformations doctrinales. Il vise à montrer en quoi ces questionnements intéressent le lecteur d'aujourd'hui et pourquoi ils doivent être poursuivis.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Bien que Babeuf, en tant que personnage historique et chef politique, n’ait pas intégré le panthéon de la République française, il a, depuis l’époque de sa Conjuration jusqu’à nos jours, fait couler beaucoup d’encre et suscité bien des débats. Il n’est pas toujours aisé, pour celui qui se penche sur ces débats, d’en comprendre les enjeux afin de mesurer la portée historique du babouvisme. Il faut se frayer un chemin dans cette littérature souvent passionnante mais très abondante. Nous braquerons ici le projecteur sur l’entremêlement remarquable de cette historiographie avec les controverses politiques qui ont marqué notre histoire depuis la Révolution française, que ces discussions aient été internes au mouvement ouvrier ou qu’elles aient mis aux prises ses représentants et leurs ennemis. Un fait est en effet frappant : la constance avec laquelle la figure de Babeuf resurgit presque à chaque étape importante : au tournant du xixe siècle, alors que se structure le socialisme français et que la question du réformisme est âprement discutée par les militants ; dans les années 1920-1930, où l’on remarque que la discussion sur le babouvisme retentit des échos des événements russes ; après-guerre, où l’on retrouve Babeuf enrôlé dans la Guerre froide ; et enfin, ces trente dernières années, où l’on voit son héritage résister aux tentatives d’enterrement de ceux qui voudraient faire disparaître avec lui toute remise en question fondamentale de l’ordre mondial contemporain.

  • 2  Nous nous limiterons pour l’essentiel au débat français, en raison de l’abondance de l’historiogra (...)

2L’historiographie du babouvisme, qui prolonge celle de la Révolution, est bien évidemment une historiographie politique. Il serait mutilant de la présenter comme un long débat de spécialistes qui ne s’enrichirait que de l’exhumation de tel document inédit, de tel manuscrit oublié, si décisives que soient par ailleurs ces découvertes qui jalonneront notre propos. Il s’agira donc de retracer les progrès de la connaissance du babouvisme en précisant à chaque fois, en même temps, les enjeux non directement scientifiques des positions des uns et des autres2. N’est-ce pas la seule authentique manière de rendre hommage au tribun, de lui restituer sa place parmi nous ? La teneur politique de notre connaissance de Babeuf, en effet, manifeste la présence de sa mémoire dans nos combats d’aujourd’hui, théoriques, bien sûr, mais aussi plus directement pratiques. Babeuf lui-même n’aurait probablement pas vu les choses autrement.

Babouvisme et mouvement ouvrier, des premiers théoriciens aux socialistes

  • 3 P. Buonarroti, Conspiration pour l’égalité, dite de Babeuf, Paris, Éditions Sociales, 1957, en deux (...)
  • 4 P. Buonarroti, Conspiration pour l’égalité…, op. cit., Avant-propos, p. 19.

3L’historiographie du babouvisme est d’abord, dans la trentaine d’années qui suit l’exécution de Babeuf à Vendôme, une mémoire vivante, celle de ses compagnons de route au premier chef, et celle de ceux qui, parmi eux ou avec eux, tentent de continuer le combat engagé par les Égaux. C’est Buonarroti, le vieux révolutionnaire, qui publiera au soir de sa vie, en 1828 à Bruxelles, la Conspiration pour l’Égalité, dite de Babeuf 3, par laquelle il dit s’acquitter de la promesse faite à ses compagnons « sur les bancs de la haute cour de Vendôme », de « venger leur mémoire, en publiant un récit exact de nos intentions communes, que l’esprit de parti avait si étrangement défigurées4 ». Il ne s’agit pas d’une œuvre d’historien au sens courant, mais de l’ouvrage de l’ami qui salue la mémoire de ses camarades morts au combat et du militant qui entend rétablir la vérité contre les calomniateurs et à destination « des hommes que le clinquant de la société civilisée et les systèmes prônés par ceux qui s’arrogent le droit de diriger l’opinion, n’éblouissent pas… ». L’infatigable insurgé est resté fidèle à ses principes, et c’est à ce titre qu’il prend la plume. Il campe un Babeuf animé de l’idéal de la communauté des biens, un Babeuf incontestablement communiste, comme lui-même : nous verrons par la suite que ce point lui sera contesté.

  • 5  La place manque ici pour l’étude des rapports de Marx avec la tradition de pensée babouviste. Elle (...)

4L’ouvrage fut traduit en plusieurs langues. Il est resté jusqu’à nos jours une source irremplaçable pour l’étude de ses acteurs principaux, et on sait par ailleurs qu’il exerça une profonde influence sur le milieu révolutionnaire français, particulièrement sur Auguste Blanqui. Il permit à Proudhon d’enrichir sa connaissance du projet politique de Babeuf, avec lequel il a beaucoup confronté ses propres vues. Marx aussi le lut dans les années 1840, et il évoque la tentative révolutionnaire des babouvistes dans La Sainte Famille, ouvrage de 1845. à cette époque, la conspiration incarne à ses yeux la révolte des opprimés, porteuse de progrès pour l’humanité toute entière5.

  • 6  Réédité en deux tomes grâce aux efforts de Claude Mazauric aux Éditions du CTHS, Paris, 1990.

5Le premier ouvrage historique d’importance sur Babeuf date de 1884 : il s’agit de l’Histoire de G. Babeuf et des babouvistes d’après des documents inédits6, par Victor Advielle : cet inconnu, qui n’était pas spécialement sympathisant et encore moins militant du mouvement ouvrier, avait projeté d’écrire un ouvrage d’érudition sur des personnages célèbres du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme, et c’est dans cette perspective qu’il était venu travailler dans les fonds de l’importante collection d’archives de l’industriel Pochet-Deroche qui lui, collectait depuis 1848 des documents relatifs à la Révolution française. Juste après le passage d’Advielle, en 1882, l’ensemble fut mis aux enchères publiques et dispersé. Contrairement à Buonarotti, Advielle mettait dans une première partie l’accent sur la vie de Babeuf en négligeant l’histoire de la conjuration et l’exposé des théories babouvistes. Malgré un récit critiquable, non pas du fait de l’antipathie de l’auteur pour son personnage, mais dû à sa maladresse d’historien, l’ouvrage était une source décisive, en tant qu’il constitua longtemps l’unique recueil d’un certain nombre de textes introuvables : le mémoire sur la division des fermes de 1785, les brouillons des lettres de Babeuf avec leurs réponses, notamment issues de la correspondance avec l’académie d’Arras avant la Révolution, ainsi que la défense au procès de Vendôme accompagnée d’autres pièces complémentaires, y étaient consignés. Ces textes constituèrent notamment la matière première principale des travaux qui parurent dans les vingt ans qui suivirent.

  • 7 A. Espinas, La philosophie sociale au xviiie siècle et la Révolution, Paris, Alcan, 1898, p. 196.
  • 8 A. Espinas, op. cit., note p. 227

6De ces travaux, trois sont particulièrement significatifs. Le premier chronologiquement est celui d’Alfred Espinas, professeur de philosophie et d’histoire de l’économie sociale : il s’intitule La philosophie sociale du 18e siècle et la Révolution. Babeuf et le babouvisme, paru en 1898. Selon Claude Mazauric en 1961, il s’agit de la première synthèse vraiment claire concernant l’idéologie babouviste ; et sur ce point on ne peut que lui donner raison. Mais il faut ajouter pour notre propos que la valeur de ce récit est amoindrie par les considérations extrêmement simplificatrices, par ailleurs ouvertement hostiles au babouvisme, dont il est émaillé. Selon l’auteur, la Révolution française réalise le programme que la philosophie des Lumières lui a légué, et qui vise essentiellement « un changement dans la distribution des biens ». Mais il ne songe pas, comme on pourrait le croire, au rachat par la bourgeoisie d’une partie des biens de la noblesse, ni même à l’accession à la propriété de la terre d’une part de la paysannerie. Par ce changement il faut entendre un partage égalitaire des biens, voire la collectivisation. Pour Espinas, l’idéal commun, non seulement à Rousseau et Morelly, mais également à Montesquieu, à Condorcet, aux Encyclopédistes, était d’assurer à tous une part égale de jouissances. Tous ces philosophes étaient donc socialistes, et de ce point de vue « Babeuf et Robespierre se sont abreuvés aux mêmes sources et l’un achève l’autre. Le babouvisme n’est pas […] une bizarrerie de l’histoire, une curiosité révolutionnaire : il est l’aboutissement naturel et la dernière expression du jacobinisme7 ». Quant à Babeuf, notre professeur en fait un « révolutionnaire professionnel, pas sanguinaire et même sensible, mais exalté et instable jusqu’à l’incohérence. » Caractéristique qui n’est que la conséquence logique de son projet insensé : « faire par un coup de force le bonheur du peuple. Comme si une foule ou un homme pouvait faire le bonheur d’un peuple en une fois ! 8 »

7Du point de vue de la recherche actuelle, cette vision de la pensée des Lumières et des objectifs de la Révolution française prête à sourire. Mais elle doit être envisagée du point de vue de son effet idéologique. En prétendant que les Lumières débouchent sur le jacobinisme dont le babouvisme n’est que le parachèvement, les conservateurs cherchent à effrayer les bonnes gens. Il s’agit de discréditer le socialisme, montant à l’époque, en montrant son inévitable aboutissement dans les violences de la Terreur.

  • 9  Cité par V. Lecoulant, « Babeuf vu par Jaurès » dans Présence de Babeuf : Lumières, Révolution, Co (...)

8L’analyse socialiste du babouvisme viendra quelques années après. Personne ne répond directement à Espinas, sans doute parce que les priorités politiques des auteurs sont tous autres : elles sont internes au mouvement socialiste lui-même. À partir de 1901 paraissent en effet les tomes successifs de L’Histoire socialiste, vaste entreprise dirigée par Jean Jaurès. Celui-ci, qui traite de la Révolution française depuis la Constituante jusqu’à Thermidor, cherche à y fixer sa conception des rapports entre le socialisme et la démocratie, à une période marquée pour les socialistes français par le débat qui fait rage entre les adversaires de la participation de Millerand au gouvernement Waldeck-Rousseau, et ses défenseurs dont Jaurès fait partie. Celui-ci reconnaît en Babeuf son « maître » et « l’accoucheur de l’esprit révolutionnaire » ; c’est lui qui commente le premier en termes éloquents la belle lettre que Babeuf écrit à sa femme en juillet 1789 pour déplorer la violence meurtrière de la foule dont la responsabilité revient, dit le futur tribun du peuple, à ceux qui ont laissé les hommes croupir dans la barbarie. Mais finalement, Jaurès s’attache peu à l’aspect révolutionnaire du babouvisme, et retient surtout ce qui chez Babeuf lui permet de combattre ses adversaires au sein du mouvement ouvrier : c’est l’étroitesse de vues de Guesde qu’il vise, par exemple, quand il souligne l’intérêt de Babeuf pour les mécanismes de délibérations dans les assemblées. Il ne traite pas de la conjuration elle-même, où l’on voit Babeuf prendre les armes contre le Directoire à cause des limites chronologiques de son travail. Mais on le verra, dans un article paru dans La petite République du 17 octobre 1901, invoquer la tactique, prônée par Babeuf dans le Tribun du Peuple, de front commun avec le Directoire contre l’insurrection royaliste du 13 Vendémiaire an III : « Admirables paroles » que celles de Babeuf, « et qui crient contre le citoyen Vaillant » 9 selon Jaurès. Malgré le caractère partisan de ces analyses, où se lit trop clairement la volonté d’assujettir la pensée de Babeuf aux nécessités de sa propre lutte politique, Jaurès aura cependant incontestablement ouvert des voies à la recherche ultérieure, comme le reconnaîtra plus tard un de ses meilleurs spécialistes, Victor Daline.

9En 1904, Gabriel Deville fait paraître son tome de l’Histoire socialiste, consacré à la Convention thermidorienne et au Directoire. Son ouvrage s’inscrit dans l’historiographie comme étant le premier à innocenter Babeuf de l’accusation de faux que ses ennemis picards firent peser sur lui à partir de 1792, l’obligeant à fuir à Paris. Il défend par ailleurs l’idée selon laquelle Babeuf est le premier véritable socialiste utopique, dans la mesure où le socialisme implique un appel à l’action. Une réflexion philosophique sur les mérites de la communauté des biens qui ne débouche pas sur un programme pratique d’application ne mérite pas cette appellation selon lui.

  • 10 G. Deville, Histoire socialiste, t. V, Paris, éditions Rouff, s. d., p. 9.

10Pourquoi une telle précision terminologique ? Parce qu’il s’agit de faire du socialisme le « fils légitime de la Révolution française10 ». Deville enfonce le clou : « l’explicite apparition du socialisme en France » remonte à 1795, au moment où Babeuf devient Gracchus. Auparavant, selon lui, on ne constate chez Babeuf que des tendances, des « velléités » collectivistes. Cette appréciation n’est pas neutre : faire du socialisme le « fils légitime de la Révolution française » est à replacer dans le cadre d’une stratégie politique, visant, pour un modéré comme Deville, bien plus radicalement que chez Jaurès, à faire du socialisme un républicanisme. Ce socialisme est par là soustrait à la filiation qui, pour les sociaux-démocrates allemands de la même époque, notamment, va de l’Utopie de Thomas More à la Deuxième Internationale, pour s’inscrire dans une tradition purement française. Il s’agit aussi de l’épurer de toute compromission avec le blanquisme, et plus généralement avec le dépassement révolutionnaire de la démocratie bourgeoise.

  • 11 G. Deville, op. cit., p. 289.

11Dans cette perspective, il importe de montrer que Babeuf, qui peut représenter pour l’ensemble du mouvement ouvrier français de l’époque un père fondateur, a toujours soutenu les institutions républicaines. Ainsi Deville commente le n° 34 du Tribun du Peuple en ces termes : « C’est en réclamant la Constitution de 93 qu’il terminait ce très clairvoyant exposé dont l’esprit politique peut nous servir de modèle, et qui a le mérite de prouver qu’en France la défense de la forme républicaine est la véritable tradition socialiste11 ». Dans le même esprit, il insistera plus loin sur le rapprochement, au printemps 1796, entre les Égaux et les anciens Conventionnels jacobins hostiles aux hommes du Directoire, qu’il interprète comme un projet de collaboration avec les hommes de la démocratie bourgeoise ne se limitant pas, comme chez Blanqui, à la période de la lutte à main armée, mais impliquant une participation commune au pouvoir après la victoire. Bien entendu, il s’agit là, encore une fois, d’un plaidoyer pro domo.

  • 12 A. Thomas, « La pensée socialiste de Babeuf avant la Conspiration des Égaux », dans « La revue soci (...)

12Malgré tout, certains des aspects de cette analyse seront contestés par son propre camp : entre août 1904 et janvier 1905 paraît dans la Revue Socialiste une série d’articles signés du nom d’un autre modéré, Albert Thomas. Titré de façon significative La pensée socialiste de Babeuf avant la Conspiration des Égaux, le travail de Thomas entend rectifier celui de Deville sur cette question essentielle : Babeuf était-il seulement « tendanciellement » socialiste avant juillet 1794 ? Pour l’auteur des articles, la réponse négative n’est pas douteuse. Il reprend la correspondance de 1787, publiée par Advielle, où Babeuf commente le peu que Dubois de Fosseux lui a donné à connaître de l’utopie de Collignon et en tire cette conclusion : dès avant la Révolution « Babeuf a fait de la rêverie morale des communistes philosophes un projet d’avenir »12. De même, Thomas s’attarde intelligemment sur l’important texte du Discours préliminaire au Cadastre perpétuel que Babeuf écrit à l’été 89 et qu’il dédie à l’Assemblée nationale, négligé selon lui par Deville. Il montre que Babeuf y distingue déjà programme minimum (celui qui est applicable dans l’ordre existant) et programme maximum. L’idée générale de la série d’articles est que les idées communistes de Babeuf étaient plus ou moins arrêtées dès avant la Révolution, et qu’elles ne firent par la suite que se préciser et se développer. Thomas montre également de façon convaincante que les réformes exigées par le tribun, qui ne débordent pas le cadre de l’ordre institué par la Révolution, sont conçues comme transitoires vers l’ordre réellement voulu. L’auteur discute aussi l’interprétation jaurésienne de la pensée de Babeuf, désapprouvant son commentaire de la correspondance avec le député picard Coupé de l’Oise : « communisme parcellaire, appliqué à la terre seulement ». Il montre que pour Babeuf à cette époque la revendication du partage des terres représente une première forme « d’organisation communiste totale », et qu’elle s’accompagne de mesures garantissant un revenu minimum à tous, qui sont plus qu’une simple assurance sociale, mais un début de réalisation du « droit de chaque individu à une part égale de bonheur ».

  • 13 A. Thomas, op. cit., p. 705.

13En revanche, selon lui, Jaurès a parfaitement saisi la portée des conseils de prudence politique que Babeuf prodigue à Coupé : celui-ci « ne s’immobilise pas dans des formules », mais « cherche sans cesse la meilleure adaptation possible de son idéal égalitaire aux conditions politiques et sociales toujours changeantes où il se meut13 ». Bref, Thomas s’autorise de Jaurès pour voir dans le sens politique du tribun « la première formule de cette tradition opportuniste du socialisme français, emporté dans un effort démocratique plus vaste… ». Babeuf apparaît donc une nouvelle fois comme l’ancêtre du socialisme réformiste à la française, même si, cette fois, l’analyse est menée par un véritable historien qui ne commet pas le même type de raccourcis que son prédécesseur. Notons qu’aucun représentant du camp guesdiste n’a à cette période pris la plume pour contester de manière consistante ces interprétations de Babeuf.

14Il faut conclure cette présentation du premier temps fort de l’historiographie du babouvisme par les tâches que celui-ci nous lègue : en effet, les brouillons de Deville sont consignés dans un carton aux Archives nationales. Ils attendent d’être examinés, d’autant plus qu’ils pourraient contenir des passages des manuscrits de Babeuf que notre auteur aurait recopiés, parmi ceux qui ne figurent pas dans le recueil d’Advielle, mais qui se trouvaient encore en France à l’époque et qui depuis sont partis pour Moscou.

Babeuf à la lumière de la Révolution russe

15Pendant la quinzaine d’années qui suivent, nul ouvrage important ne vient faire progresser la connaissance de Babeuf et du babouvisme. Un seul texte mérite d’être cité, moins pour sa qualité intrinsèque que pour la notoriété de son auteur : il s’agit en effet d’Albert Mathiez, grand historien de la Révolution française, qui publie dans le numéro de 1917 de ses Annales révolutionnaires un assez court article sur Babeuf et Robespierre. à peu de choses près, l’article résume la position qui restera celle de Mathiez, notamment dans son ouvrage ultérieur sur Le Directoire : il fait de Babeuf un robespierriste, minorant les critiques que le tribun a pu porter contre l’homme du comité de Salut public, y compris dans sa période thermidorienne. L’article se termine par un appel aux « socialistes de notre époque », intoxiqués par l’idéologie délétère des perfides Allemands (nous sommes en pleine guerre, et Mathiez est patriote) : ceux-ci doivent effectuer un retour aux sources d’un socialisme véritablement national, porteur d’un message d’union de tous les républicains pour la défense de la patrie. De ce point de vue, les positions de Mathiez convergent avec celles d’Albert Thomas, devenu entretemps ministre dans le gouvernement d’Union sacrée.

  • 14 M. Dommanget, Babeuf et la Conjuration des Égaux, Paris, Librairie de L’Humanité, 1922.

16Malgré ses positions discutables, cet historien sera, avec Georges Lefebvre, l’un de ceux qui remettront Babeuf au goût du jour en France après guerre, notamment grâce au cours sur le Directoire qu’il donnera à la Sorbonne en 1929, où il sera beaucoup question du tribun. Mathiez accordait une importance secondaire au communisme des Égaux, dans lequel il ne voyait qu’une adjonction circonstancielle à un programme qui pour l’essentiel aurait été celui des robespierristes. Mais telle n’était pas l’opinion de celui dont il encouragea les recherches et qui fut l’un des plus grands « babouvologues » : Maurice Dommanget. Cet instituteur picard extrêmement érudit, militant politique et syndical, socialiste, communiste puis oppositionnel de gauche (trotskyste), fit paraître un premier ouvrage important, Babeuf etla Conjuration des Égaux en 192214. Il y établissait, textes à l’appui, tout d’abord un certain nombre de faits, attestant contre Deville que le fameux faux avait bien été contresigné par Babeuf. Mais plus fondamentalement, Dommanget mettait en lumière des documents qui prouvaient que le communisme était au centre de la pensée du tribun dès avant 1789, ce qu’avait déjà partiellement montré Thomas mais plus brièvement et sans en tirer les mêmes conséquences. Pour l’instituteur picard, le communisme babouviste n’était pas une conséquence de la Révolution française et de son égalitarisme républicain, bien qu’il puisât partiellement aux mêmes sources, celles de la philosophie et des utopies des Lumières.

  • 15 M. Dommanget, Pages choisies de Babeuf, Paris, Librairie A. Colin, 1935, préface de G. Lefebvre, p. (...)

17Mais surtout, Dommanget insistait sur une autre origine, beaucoup plus concrète : l’idéologie communautaire de Babeuf, selon lui, aurait pris sa source, comme dira Lefebvre préfaçant un de ses textes, « parmi les paysans de la plaine picarde où son esprit s’est formé15 » ; elle trouva « sa racine dans la tradition communautaire de nos campagnes ». Par là, les deux historiens ouvraient un front de recherche extrêmement important. Par ailleurs, Dommanget émettait un autre avis promis à une vaste discussion, en observant que les babouvistes n’avaient pas discerné « le sens de l’activité spontanée des prolétaires », qu’ils avaient négligé « les incidents, les conflits qui mettent aux prises les ouvriers et les patrons ». On sent dans cette appréciation la conséquence d’une inflexion dans les préoccupations de ce spécialiste de Babeuf par rapport à ses prédécesseurs, inflexion qui va se confirmer dans la génération suivante. Désormais, la question de la présence ou l’absence de l’analyse sociale, de l’analyse de classe chez Babeuf, prend le pas sur celle de ses rapports avec la République et le jacobinisme.

18C’est encore grâce à Mathiez que Dommanget put faire paraître les Pages choisies de Babeuf en 1935. Ce recueil de sources devint très vite un ouvrage de référence pour tous ceux qui veulent connaître la pensée de Babeuf. Il est le fruit d’un travail approfondi de recension et de sélection dans plusieurs fonds, celui de l’Institut Marx-Engels-Lénine de Moscou, dont il va être question, ce qui restait de la Collection Henri Rollin, les Archives nationales, ainsi que les archives communales d’un certain nombre de localités de la Somme et de l’Oise.

19À partir de cette période, en effet, un nouveau pôle de recherches en « babouvologie » était apparu à l’Est : dans la Russie soviétique nouvellement née, on avait manifesté dès le début un intérêt compréhensible pour ceux que Marx désignait comme « le premier parti communiste agissant ». En 1925, paraissait à Moscou le premier ouvrage relatif à Babeuf de la main de Prigojine, intitulé sobrement Gracchus Babeuf. C’était une simple vulgarisation. Mais la même année étaient traduits et publiés en russe les textes de Buonarroti et de Dommanget. Dans les années 1926-27, Riazanov, responsable de l’Institut Marx-Engels-Lénine, faisait le voyage en Europe de l’Ouest afin de racheter environ un millier de lettres, brouillons d’ouvrages ou de discours, notes de toutes sortes, reconstituant ainsi à peu près à Moscou la collection Pochet-Deroche qu’avait consultée Advielle.

  • 16 J.-M. Schiappa, « L’image de G. Babeuf dans la pensée et l’action de Trotsky » dans Présence de Bab (...)

20Cette ressource inestimable allait présenter un double intérêt pour les chercheurs soviétiques. D’une part, elle constituait bien sûr une mine pour les historiens officiels, auteurs de travaux parfois de très bonne qualité sur les « Précurseurs du socialisme contemporain », pour reprendre le titre éloquent d’un de ces travaux écrit par Volguine. À travers cette littérature, Babeuf, en effet, prenait naturellement sa place dans la lignée des communistes utopiques, annonçant par leurs intuitions encore inabouties le socialisme scientifique de Marx et Engels. À leur manière, les écrits et les combats de ces ancêtres justifiaient ceux du temps présent en les enracinant dans un passé déjà ancien et dans des combats vénérables. Mais pour ceux qui avaient assisté ou pris part au combat de l’opposition de gauche en Union soviétique et dans le reste de l’Europe contre le stalinisme, la figure de Babeuf évoquait aussi la résistance à ce que Trotsky lui-même avait appelé le Thermidor soviétique, la confiscation bureaucratique du pouvoir des soviets. Indirectement, et même de façon de plus en plus souterraine au fur et à mesure de la progression de la dictature, certains ont pu chercher dans le récit et l’analyse de la vie de Babeuf, à donner un sens aux événements qu’ils étaient en train de vivre. J.-M. Schiappa est intervenu sur ces questions à Amiens en 198916. C’est ainsi le cas, de l’avis de Dommanget lui-même, pour La vie de Gracchus Babeuf, romancée par Ilya Ehrenbourg, qui n’était certes pas trotskyste et avait toujours conservé, selon les mots de notre historien picard, « son individualisme foncier, son scepticisme méprisant ». Mais c’est probablement aussi ce qui explique pourquoi Victor Daline, animateur de l’opposition de gauche dans les Jeunesses communistes et condamné à la déportation pour cela, devint après son retour un des meilleurs spécialistes de Babeuf.

Babeuf dans la Guerre froide

21C’est après la Seconde Guerre mondiale que l’historiographie du babouvisme va prendre un véritable essor. Parallèlement à une littérature partisane qui vient des deux camps de la Guerre froide, se mettent en place les conditions d’un vaste et fructueux débat au sein d’un milieu international d’éminents chercheurs. L’objectivité scientifique n’étant pas forcément entravée par l’engagement politique, ces chercheurs sont pour la plupart d’entre eux liés aux différents partis communistes. Mais il faut souligner que ce fait ne change rien à la qualité de la recherche.

  • 17 G.Babeuf,Textes choisis, présentés par Germaine et Claude Willard, Paris, Éditions Sociales, 1950.

22Germaine et Claude Willard, les premiers, ont le mérite après la guerre d’éditer le premier recueil (après celui de Dommanget en 1935) de textes de Babeuf, aux éditions du Parti communiste17, à la demande de Soboul et Varloot. Dans les années 1945-1950, ce sont les travaux de Georges Lefebvre qui retiennent l’attention. Dans son rapport au IXe congrès des Sciences historiques concernant les origines du communisme de Babeuf, Georges Lefebvre rappelle certes la filiation de la pensée babouviste avec celles de Morelly, de Mably et de Rousseau ; mais il insiste surtout sur l’expérience de la plaine picarde, déjà évoquée par lui avant-guerre. Par ailleurs, il apporte une précision concernant le communisme de Babeuf qui ne serait pas, selon lui, un communisme de production comme celui de Marx et Engels, mais un communisme de répartition, insistant avant tout sur l’égalité de la portion que chacun doit recevoir de la richesse produite. Ce faisant, il renoue en quelque sorte avec la remarque de Marx concernant l’ascétisme et l’égalitarisme grossier attribué au programme des Égaux. Plus tard, en 1957, Lefebvre préfacera la réédition du récit de Buonarroti, préparée par les Éditions Sociales sous le patronage d’Albert Soboul.

23C’est à la même période que démarrent en Italie les recherches approfondies sur Buonarroti et son héritage. En 1947, Galante Garone, dans un ouvrage sur Buonarotti et Babeuf, défend l’idée que dans l’ouvrage de 1828 s’expriment non pas les idées de son auteur à cette époque, mais bien les idées qu’il partageait avec ses compagnons en 1795-1796. Selon lui, le communisme des Égaux était bien, à la vérité, un communisme de répartition et de distribution, mais qui, par certains aspects, approchait l’idée d’une collectivisation de la production. Quoi qu’il en soit, Galante Garone insiste sur l’évolution parallèle des deux dirigeants, dans le sillage de l’interprétation de Dommanget. Le travail d’Armando Saitta, son compatriote, sur Buonarroti, publié au début des années 1960, lui contestera ce parallélisme, arguant du fait que le robespierrisme de Buonarroti était sincère, tandis que celui de Babeuf n’était que tactique.

  • 18  J.L. Talmont, Les origines de la démocratie totalitaire, Paris, Calmann-Lévy, 1966, p. 288.

24Il faut signaler, dans le registre des ouvrages de Guerre froide, la parution en 1952 d’un ouvrage de Jacob Talmon intitulé Les origines de la démocratie totalitaire. Ouvrage tout à fait instructif, mais pas tellement pour la compréhension du babouvisme. Le livre est présenté par l’auteur lui-même comme une étude de « la genèse de la religion et du mythe du messianisme politique révolutionnaire18 ». Il s’annonce donc d’emblée comme un texte qui ne fera que proposer une interprétation du babouvisme et ce, à la lueur de réalités historiques intervenues un siècle et demi après lui. On y trouve un condensé, assez brillant dans son exposition, des arguments essentiels de la pensée conservatrice de l’époque, dont l’objectif affiché est de montrer le lien fondamental entre le projet révolutionnaire en général et le totalitarisme. Dans ces conditions, la réduction grossière de l’évolution, des contradictions internes, des débats dans le mouvement, à des variations du même principe d’essence anhistorique, mélange de messianisme et d’unanimisme meurtrier, s’avère une tendance lourde. Pour Talmon, les débats autour de la différence entre communisme de distribution et communisme de production sont des arguties sans fondement qui cachent l’unité profonde de ce type de doctrine ; tout comme l’on peut rapprocher à les confondre le projet jacobin du projet babouviste comme étant les « deux premières versions du messianisme politique moderne ». Talmon est significativement sur les traces d’Alfred Espinas quand il montre qu’il était naturel que les jacobins en viennent au projet communiste après Thermidor. Il faut ajouter aux qualités douteuses de cette démonstration pour le moins discutable ce qu’il faut bien appeler le mépris de classe de son auteur qui voit en Babeuf un quasi hystérique, trop émotif, exalté et même parfois « servile », affligé du mauvais goût du pauvre, qui limite sa conception du bonheur commun à l’assurance pour tous de ne plus manquer. Manifestement, l’attendrissement de Babeuf qui gémit sans cesse dans ses lettres sur la misère de sa famille a indisposé notre auteur qui lui préfère de loin Buonarroti, d’une « tout autre étoffe » puisqu’il est issu de la famille de Michel Ange ! Ce pamphlet permet de mesurer combien la controverse idéologique concernant le babouvisme est vive à cette époque.

25En 1960, à l’occasion du bicentenaire de la naissance du tribun, ont lieu deux événements importants pour la recherche : d’une part, le colloque du congrès des Sciences historique de Stockholm qui permet de tirer le premier bilan d’un siècle et demi de recherches sur Babeuf et le babouvisme ; d’autre part, un numéro spécial des Annales historiques de la Révolution française consacré à Babeuf prolonge les discussions du colloque.

26Le coup de théâtre, si l’on peut dire, de Stockholm, c’est la découverte par Victor Daline dans les archives moscovites du fameux brouillon de lettre de 1786 où Babeuf envisage la possibilité pour une collectivité de fermiers d’exploiter ensemble la terre et de ne se répartir qu’ensuite le fruit du travail commun. Ce brouillon constitue un argument décisif en faveur de la thèse d’un communisme ancien de Babeuf et montre qu’il était tout-à-fait capable d’envisager dès cette époque précoce une communauté non pas seulement des biens, mais aussi du travail lui-même. D’un point de vue théorique, le texte inscrit définitivement les origines de la pensée de Babeuf dans la tradition utopique socialiste. Les liens avec la tradition républicaine passent au second plan.

  • 19 C. Mazauric, « Babeuf, Buonarroti et les problèmes du babouvisme, état actuel des recherches », dan (...)
  • 20  Le projet d’édition des œuvres complètes de Babeuf a récemment été relancé avec le concours du CTH (...)

27Dans l’ensemble, participants au colloque et auteurs des articles des AHRF s’inscrivent dans la perspective tracée par Lefebvre dans son rapport de 1950 se basant sur sa périodisation de l’évolution idéologique du tribun que Claude Mazauric résume ainsi, dans la recension historiographique qu’il écrit à la demande de Jacques Godechot19 : avant 1789, Babeuf est un communiste utopique ; de 1789 à 1793, Babeuf (pour des raisons tactiques surtout) est partisan de la loi agraire ; après Thermidor, Babeuf tire les leçons des expériences de l’an II, notamment concernant le rôle possible de l’état dans la centralisation et la répartition économiques : il devient véritablement communiste. C’est dans ce cadre général que s’inscrivent les études fines de Daline concernant les rapports de Babeuf aux grands dirigeants révolutionnaires que sont Marat, Danton, Robespierre ; les travaux de Robert Legrand sur l’action de Babeuf en Picardie qu’il décrit comme celle d’un chef populaire respecté et efficace ; ou la réflexion de Tönesson sur le rôle de l’An III dans l’évolution politique de Babeuf. Selon ce dernier, Babeuf aurait à cette époque renoncé à l’idée d’une insurrection large et pacifique : au temps des « journées » aurait succédé celui des « conjurations ». Albert Soboul présente une analyse qui fait ressortir que le personnel babouviste est globalement issu du même milieu socioprofessionnel que le personnel sectionnaire sans-culotte. Des pistes d’études à venir sont tracées : celles des structures sociales picardes du temps de Babeuf sous l’Ancien régime, pour mieux comprendre dans quelle mesure et en quoi le collectivisme du tribun s’enracine dans la vie de la paysannerie picarde ; la question de savoir si le babouvisme de l’an IV fut une idéologie de masse. Le grand projet de l’édition critique des œuvres complètes de Babeuf, problème que nous n’avons pas encore résolu aujourd’hui, est lancé à cette occasion20.

  • 21 V. Daline, Babeuf à la veille et pendant la Révolution française, Moscou, éditions du Progrès, 1976

28La discussion se poursuit dans les années 1960, avec quelques contributions majeures. Outre la publication de la Correspondance de Babeuf sous la direction de Marcel Reinhard en 1961, Jean Dautry écrit un article qui suscite le débat à propos du « pessimisme économique » de Babeuf. Celui-ci avait-il l’intuition ou non du progrès technique susceptible de faire naître un jour une société d’abondance ? Non répond Dautry lui-même ; mais d’autres historiens, Claude Mazauric d’abord, puis Victor Daline dans sa somme fondamentale, Gracchus Babeuf à la veille et pendant la Révolution française21, contrediront ce point. Fondamental, l’ouvrage de Daline fera l’objet de deux éditions en français, dont la seconde a été préfacée par Claude Mazauric.

  • 22 C. Mazauric, Babeuf et la Conspiration pour l’égalité, Paris, Éditions Sociales, 1962.

29C’est également C. Mazauric qui fait paraître en 1962 son ouvrage, Babeuf et la conspiration pour l’Égalité22, ainsi qu’un important article dans les AHRF, « Le rousseauisme de Babeuf », dans lequel il fait le point sur l’évolution proprement théorique de Babeuf et sur les fondements philosophiques de cette évolution. Il avance, ce que contestera partiellement Daline, que le tribun n’avait qu’une connaissance relativement floue et de seconde main des textes de Rousseau avant 1789 ; à ses yeux, il faut concevoir le rousseauisme, non comme une théorie philosophique achevée et close sur elle-même, mais comme une « idéologie de masse », soumise comme toute réalité vivante aux variations de la conjoncture. Sur cette base, il propose un tableau du parcours intellectuel de Babeuf concernant la souveraineté populaire et l’état, concluant : «… le rousseauisme de Babeuf n’a été qu’une longue imprégnation de sa pensée par l’idéologie démocratique issue de l’œuvre de Rousseau… ». L’article de ce point de vue rééquilibre peut-être un peu le poids respectif des influences subies par la pensée de Babeuf, rappelant que celui-ci demeure un révolutionnaire des Lumières. Par ailleurs, C. Mazauric en 1962 nuance l’analyse de Dautry concernant le « pessimisme économique », soulignant que celui-ci doit beaucoup à la conjoncture de l’époque, marquée par une désastreuse crise de subsistance. Il assouplit également la vision d’une évolution trop linéaire de la théorie babouviste que l’on trouvait dans un certain nombre de textes soviétiques. Le Choix de textes de Babeuf préparé par cet historien sera un succès et fera l’objet de plusieurs retirages modifiés et augmentés, dont le dernier est sorti en 2009.

30Globalement, l’ouvrage de Daline, à quelques détails près, ira dans le même sens. Ce texte a l’irremplaçable mérite d’analyser des documents que l’auteur est le seul à ce jour à avoir consultés. Il consacre notamment tout un chapitre au manuscrit dit des « Lueurs philosophiques », un cahier épais dans lequel Babeuf a consigné ses remarques de lecture, ses propres méditations théoriques du printemps 90 au printemps 91. Le manuscrit rassemblait sans doute des notes préparatoires à ce qui devait devenir l’ouvrage De l’égalité, annoncé par Babeuf à l’un de ses correspondants et qui finalement ne vit jamais le jour. Il est actuellement toujours à Moscou où il paraît quasiment impossible de le consulter, mais un certain nombre de chercheurs sont en train de relancer les tentatives.

31Daline apporte aux hypothèses de Lefebvre et aux intuitions de Mazauric une confirmation solide. Il approfondit l’étude des liens de la pensée babouviste avec les structures socio-économiques picardes, prouvant par là son absence de passéisme économique : selon lui, la pensée de Babeuf y aurait dès le départ pris en charge le mouvement de développement de la manufacture moderne, et ses premières remarques se seraient enrichies de la connaissance de la production industrielle urbaine, étudiée à Paris. Les preuves apportées depuis le brouillon de 1786 sont suffisamment solides pour que plus personne ne soit réellement revenu sur ses conclusions par la suite.

32C’est dans cette même décennie que Daline fait éditer en russe les Œuvres complètes de Babeuf, en fait pas vraiment complètes dans la mesure où celui-ci a opéré une sélection dans les manuscrits. C’est néanmoins le plus grand recueil aujourd’hui accessible. En français paraît aussi le tome I des Œuvres, sous la direction de Soboul, Saitta et l’irremplaçable Daline. Son élève Tchertkova poursuivra ses travaux en publiant les brochures de l’An III et en précisant les rapports entretenus par Babeuf à cette époque avec les Thermidoriens, de droite et de gauche. Enfin, en 1978, paraît le Gracchus Babeuf et les Égaux de Jean Bruhat, ouvrage de vulgarisation de très bonne facture.

Le babouvisme à notre époque

33Les années 1980 sont marquées par la préparation et la célébration du Bicentenaire et par la montée en puissance d’une historiographie de la Révolution française concurrente de celle qui dominait jusque-là, influencée par le marxisme. De l’historiographie contre-révolutionnaire du babouvisme sortira un unique opus : la réédition par Sécher et Brégeon du pamphlet La guerre de Vendée et le système de dépopulation qui date de la période où Babeuf dénonce la « dictature de Robespierre » au point de le soupçonner d’avoir voulu supprimer des Vendéens pour équilibrer l’offre et la demande de pain en France ! Dans une présentation bourrée d’inexactitudes, ces auteurs peu scrupuleux tenteront de mettre le texte de Babeuf au service de leur thèse du « génocide franco-français » perpétué en Vendée. En réalité, si ce curieux ouvrage de Babeuf manifeste une thèse sous-jacente, c’est tout au plus, selon C. Mazauric, le peu de confiance du tribun dans les capacités productives de son temps. Provoquant un tollé des historiens à sa sortie, l’ouvrage n’aura pas une importante postérité.

34Il en va tout autrement du volumineux Dictionnaire critique de la Révolution française, publié en 1988 sous la direction de François Furet et Mona Ozouf. C’est Furet lui-même qui s’est chargé de l’entrée « Babeuf ». L’article cherche à minimiser l’envergure des idées du tribun (« le feudiste de Roye n’est pas un grand esprit, et il restera toute sa vie un idéologue plus qu’un philosophe »), l’impact historique de la conjuration, « épisode relativement bref, puisque le complot est éventé et facilement réprimé dans l’indifférence générale », ce qui est assez facile à contester dans la mesure où on sait que des journaux se firent l’écho du procès de Vendôme jusqu’à Hambourg à l’époque. Furet prend des distances intéressées avec la vérité historique, de même, lorsqu’il affirme que le « Manifeste des Égaux », de Sylvain Maréchal, fut adopté comme charte par les conjurés. Il cite un passage du manifeste dans lequel les sciences et les arts sont sacrifiés à la cause de l’égalité sociale. Le comble est que non seulement le texte fut en réalité rejeté par les conjurés, mais que ce rejet était en grande partie motivé précisément par ce passage ! Ce court article vise, dans le droit fil de toute l’historiographie conservatrice, à montrer que la conjuration ne fut que l’aboutissement paroxystique de l’égalitarisme et du volontarisme politique extrême, annonciateur des totalitarismes, incarné par le jacobinisme. Force est de constater que cette historiographie, à jeter un œil aux manuels scolaires de notre époque, semble bien avoir, au moins momentanément, triomphé.

35Signalons bien sûr les contre-feux qui continuent de chercher à comprendre et à faire comprendre la richesse de l’héritage du babouvisme : et tout d’abord le grand colloque Babeuf tenu à Amiens en 1989 et intitulé « Présence de Babeuf ; Lumières, Révolution, Communisme ». Nous ne pouvons résumer tout l’apport de ces journées qui est très riche et très divers. On peut dire que ce colloque a permis d’apporter un certain nombre de précisions intéressantes sur trois terrains principaux : d’abord sur les rapports de Babeuf avec l’utopie et la philosophie, représentés ici par l’inévitable Rousseau et par Restif de la Bretonne ; puis sur l’action de Babeuf en Picardie sur laquelle l’apport archivistique avait permis de faire un nouveau point ; enfin, sur l’historiographie du babouvisme elle-même, avec des contributions portant sur Proudhon, Jaurès, Trotsky.

  • 23 M. Vovelle, « Une troisième voie pour la lecture de la Conspiration des Egaux ? », AHRF (312), 1998

36Et puis, surtout, les années 1990-2000 voient s’ouvrir, comme le dit Michel Vovelle « Une troisième voie pour la lecture de la conspiration des Égaux23 » : un déplacement de l’interrogation, de la personne de Babeuf et de la doctrine de la conjuration, vers les babouvistes, les individus, leur enracinement social, leur pratique politique, leurs idées. Ainsi, Jean-Marc Schiappa s’est intéressé, dans sa thèse publiée en 2003, à la conjuration comme mouvement politique inscrit dans son temps, non pas comme chaînon de transition entre Robespierre et Marx, mais à travers son inscription sur le territoire national, ses militants, sa propagande. Jean-Marc Schiappa à travers cette étude a donné de nouvelles preuves de l’absence « d’égalitarisme de la misère » chez les Égaux, et a montré leur intérêt pour le milieu des salariés, les tentatives pour les toucher politiquement. Il a également fait valoir que l’activité babouviste ne s’était pas interrompue net avec la mise en arrestation de ses chefs principaux, accréditant l’idée de l’existence d’un véritable mouvement composé de quelques milliers de militants isolés mais aguerris.

  • 24  A. Maillard, La communauté des égaux. Le communisme néo-babouviste dans la France des années 1840, (...)

37Les principaux travaux de ces années montrent une même tendance : les mémoires de Iafelice sur le babouvisme méridional, la thèse de Pierre Serna sur Antonelle, la biographie de Félix Le Peletier par Constant… manifestent la volonté d’étendre la connaissance de la conjuration au-delà de ses figures principales, Babeuf, Buonarotti, Sylvain Maréchal, d’en savoir plus sur les divergences, les discussions internes, ainsi que sur les prolongements politiques immédiats de ce mouvement, comme le montre entre autres l’ouvrage d’Alain Maillard sur les néo-babouvistes24.

38Comment conclure un tel tour d’horizon, sinon en ouvrant des perspectives d’avenir concernant la recherche ? Il nous semble que tout n’a pas été dit concernant le mouvement babouviste, que tout n’a pas été éclairci sur la biographie du personnage, ni sur celle de ses compagnons. Cependant, l’une des principales clés qui nous manquent aujourd’hui se trouve à Moscou. C’est dans les manuscrits de Babeuf, dont répétons-le, une part importante n’a été consultée que par Daline, que l’on trouverait matière à réfléchir, notamment sur les tentatives de théorisation proprement philosophiques de Babeuf, dans ces fameuses « Lueurs philosophiques » dont on aimerait enfin lire le contenu in extenso. N’en déplaise à ceux qui répètent depuis tant d’années que l’importance du babouvisme doit être relativisée et ramenée à sa dimension quasi-anecdotique, nous y apprendrions peut-être avec plus de précision ce que Babeuf a retenu, au début de la Révolution française, des lectures faites en prison, et par là ce que sa pensée retient des Lumières pour les combats des « ventres creux ». En notre temps où l’obscurantisme fait bon ménage avec l’oppression sociale, ce ne serait certes pas là la plus inutile leçon que pourrait nous donner le tribun…

Haut de page

Notes

1  Merci, une fois de plus, à Claude Mazauric pour sa relecture attentive et bienveillante du présent article. Celui-ci est issu d’une communication au colloque en l’honneur du 250e anniversaire de la naissance de Babeuf (Saint-Quentin, 27 novembre 2010).

2  Nous nous limiterons pour l’essentiel au débat français, en raison de l’abondance de l’historiographie.

3 P. Buonarroti, Conspiration pour l’égalité, dite de Babeuf, Paris, Éditions Sociales, 1957, en deux tomes.

4 P. Buonarroti, Conspiration pour l’égalité…, op. cit., Avant-propos, p. 19.

5  La place manque ici pour l’étude des rapports de Marx avec la tradition de pensée babouviste. Elle devra faire l’objet d’une autre étude.

6  Réédité en deux tomes grâce aux efforts de Claude Mazauric aux Éditions du CTHS, Paris, 1990.

7 A. Espinas, La philosophie sociale au xviiie siècle et la Révolution, Paris, Alcan, 1898, p. 196.

8 A. Espinas, op. cit., note p. 227

9  Cité par V. Lecoulant, « Babeuf vu par Jaurès » dans Présence de Babeuf : Lumières, Révolution, Communisme, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 289.

10 G. Deville, Histoire socialiste, t. V, Paris, éditions Rouff, s. d., p. 9.

11 G. Deville, op. cit., p. 289.

12 A. Thomas, « La pensée socialiste de Babeuf avant la Conspiration des Égaux », dans « La revue socialiste », t. 40, 1904-1907, p. 235.

13 A. Thomas, op. cit., p. 705.

14 M. Dommanget, Babeuf et la Conjuration des Égaux, Paris, Librairie de L’Humanité, 1922.

15 M. Dommanget, Pages choisies de Babeuf, Paris, Librairie A. Colin, 1935, préface de G. Lefebvre, p. 10.

16 J.-M. Schiappa, « L’image de G. Babeuf dans la pensée et l’action de Trotsky » dans Présence de Babeuf…, op. cit., p. 293-304.

17 G.Babeuf,Textes choisis, présentés par Germaine et Claude Willard, Paris, Éditions Sociales, 1950.

18  J.L. Talmont, Les origines de la démocratie totalitaire, Paris, Calmann-Lévy, 1966, p. 288.

19 C. Mazauric, « Babeuf, Buonarroti et les problèmes du babouvisme, état actuel des recherches », dans Colloque international de Stockholm, Babeuf et les problèmes du babouvisme, Paris, éditions Sociales, 1963.

20  Le projet d’édition des œuvres complètes de Babeuf a récemment été relancé avec le concours du CTHS. Il réunit un certain nombre de chercheurs, notamment Pierre Serna, Bernard Gainot, ainsi que l’auteur de cet article.

21 V. Daline, Babeuf à la veille et pendant la Révolution française, Moscou, éditions du Progrès, 1976.

22 C. Mazauric, Babeuf et la Conspiration pour l’égalité, Paris, Éditions Sociales, 1962.

23 M. Vovelle, « Une troisième voie pour la lecture de la Conspiration des Egaux ? », AHRF (312), 1998.

24  A. Maillard, La communauté des égaux. Le communisme néo-babouviste dans la France des années 1840, Paris, Kimé, 1999. Voir aussi les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 77, 1999, dossier coordonné par A. Maillard, « Les communistes dans la première moitié du xixe siècle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Roza, « Situation de la connaissance du babouvisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 115 | 2011, 157-174.

Référence électronique

Stéphanie Roza, « Situation de la connaissance du babouvisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2312

Haut de page

Auteur

Stéphanie Roza

Doctorante en philosophie, Université de Paris 1, Centre d’histoire des systèmes de pensée moderne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page