Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Intellectuels et communisme, un terrain à revisiter par la biographie ?

Annie Burger-Roussenac
p. 149-153

Résumé

Trois événements, une conférence-débat et deux expositions ont remis en lumière deux figures d’« intellectuels communistes » de premier plan des années 1960-1980, Antoine Vitez et René Andrieu. Ils suggèrent de chercher les acteurs individuels derrière l’acteur collectif constitué par le Parti communiste, en remettant au cœur des analyses de l’historien l’homme et les réseaux, deux dimensions pour lesquelles les témoignages et les documents sont souvent rares, mais qui, pour Vitez comme pour Andrieu, existent. Le premier travail historique à mener pourrait être celui de la biographie. Il reste à faire dans les deux cas. Ces initiatives invitent aussi, revenir sur la politique culturelle du comité central d’Argenteuil, ses prémices, ses modalités et surtout ses acteurs. Véritable moment de rupture avec les pratiques ouvriéristes très dogmatiques et avec le réalisme socialiste, ce comité central redonna aux artistes communistes leur liberté de création tout en mettant fin à la conception utilitariste de l’intellectuel qui prévalait depuis le début de la guerre froide. Il s’inscrit dans l’ensemble de l’aggiornamento, emmené par Waldeck Rochet, celui de la politique d’ouverture aux classes moyennes et d’alliance, aboutissant entre autre à la signature du programme commun de gouvernement.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

René Andrieu : un fonds privé en quête d’historiens

1Les archives de l’ancien rédacteur en chef de l’Humanité, René Andrieu, attendent les chercheurs au centre de Caylus, une petite ville du Tarn-et-Garonne, dans une magnifique demeure du xviiie siècle. Le propriétaire, Jacques Vandewalle, souhaite, à terme en faire un musée privé doté d’une salle de recherches.

2La richesse du fonds se devinait dans l’exposition d’un millier de livres dédicacés, de plusieurs centaines de photos et d’affiches organisée du 14 juillet au 29 août 2010, à l’espace Zadkine-Prax, à Caylus. Intitulée L’humanité de René Andrieu, son fil conducteur n’était ni chronologique, ni thématique. L’auteur de l’exposition et maître des lieux, un ami de la famille Andrieu, dit avoir suivi le fil de son inspiration. Il y avait néanmoins là, stimulé paradoxalement par les rapprochements dus aux accrochages arbitraires, de quoi penser la position à la fois marginale et centrale du rédacteur en chef dans le champ intellectuel français. On y remarquait les réussites culturelles de l’Humanité de René Andrieu, l’attraction que le journal communiste exerçait lors des années soixante-dix au moment de la politique d’union de la gauche. Si l’homme se confond bien avec son journal, le cercle de ses relations va très au-delà des milieux communistes, une conséquence de cette politique de rassemblement large dont l’Humanité était l’un des moteurs. Établir la constellation de ceux qui, par dédicace interposée, dialoguaient avec René Andrieu, croiser ces résultats avec les correspondances conservées, établir en somme les réseaux dans lesquels Andrieu s’insérait, constitueraient déjà un premier travail intéressant, susceptible d’éclairer la contribution des communistes à l’histoire de l’effervescence culturelle des années soixante et soixante-dix.

3Le fonds Andrieu comprendrait plus de 10 000 lettres, une bibliothèque de 7 à 8 000 livres dont 3 500 dédicacés, ainsi que des dossiers restés dans l’ordre où René Andrieu les avait laissés. Ces derniers sont dans le bureau de sa maison de Beauregard, à vingt kilomètres de Caylus. Janine Andrieu et Jacques Vandewalle ont conservé et préservé le fonds de la dispersion. Ce travail accompli en amateur éclairé, sans aucun moyens autres que privés, force le respect. Toutes les dédicaces, par exemple, ont été numérisées, des documents abîmés restaurés. L’historien souhaiterait évidemment que l’inventaire et le classement soient le travail de professionnels, comme cela a été le cas, par les archives de Seine-Saint-Denis, à Bobigny, pour les fonds du Parti communiste. Jacques Vandewalle auquel nous avons exposé l’idée n’y a pas semblé hostile.

Antoine Vitez : un intellectuel communiste hétérodoxe exemplaire

4C’est à un débat entre l’historienne Frédérique Matonti, deux témoins directs de l’action politique et culturelle d’Antoine Vitez, Jack Ralite et Georges Banu, et la salle qu’invitaient le samedi 10 avril 2010, l’association des Amis d’Antoine Vitez et le théâtre de la Colline, dirigé depuis 2009 par Stéphane Braunschweig, élève du metteur en scène disparu en 1990. Une centaine de personnes, beaucoup de militants communistes dont Pierre Laurent, ont écouté et réagi aux réflexions sur les rapports passionnés, personnels et publics d’Antoine Vitez avec le communisme.

5Georges Banu, l’ami roumain exilé rencontré en 1977, critique de théâtre et collaborateur au théâtre de Chaillot en 1981, a mis l’accent essentiellement sur la liberté de pensée et d’action de l’homme : adversaire acharné de la droite française mais jamais soumis à la « doxa communiste », anarchiste de cœur mais communiste de raison, soucieux de défendre la culture nationale au nom de l’universel qu’elle contient. Il a brossé ainsi le portrait d’un intellectuel communiste singulier et peut-être atypique. En rupture dès 1951 avec les pratiques staliniennes de la génération précédente, celles des soldats du parti, du réalisme socialiste. Puis en 1956-57, lors de son adhésion, alors que la répression en Hongrie provoquait une vague de départs chez les intellectuels issus de la résistance, enfin en 1979 lorsqu’il quitte le Parti communiste à la veille de la victoire de la gauche pour protester contre l’invasion de l’Afghanistan par les troupes soviétiques. Le communisme de Vitez à cette époque, pense George Banu, ne reposait plus sur le mythe de l’URSS mais sur un lien personnel et affectif au Parti communiste. Les pratiques du « parti famille » – réunions de cellule, travail de porte à porte et tables de littérature lors de la reprise des cartes – immergeaient l’intellectuel Vitez dans le peuple, et il s’y trouvaient bien. Ce communisme avait tout d’une posture morale, comme celui de Meyerhold, l’un des maîtres choisis par Antoine Vitez. Georges Banu voit dans la dernière mise en scène, celle de La vie de Galilée de Bertold Brecht (le drame d’un être écartelé) une métaphore du rapport d’Antoine Vitez au communisme, fondé sur l’écartèlement, et fécond à cause de cela.

6Jack Ralite, prolongeant ses réflexions amorcées il y a dix ans, parlait en ami et comme responsable de la politique culturelle communiste. Elaborée dans les municipalités communistes, théorisée lors du comité central d’Argenteuil en mars 1966, cette politique conduisit aux états généraux de la culture en 1987. Elle constitue « un moment d’histoire à ne pas biffer ». On peut y voir la toile de fond et le lieu même où se sont déployées l’œuvre et l’aventure théâtrale de Vitez.

7Jack Ralite voit dans l’homme et l’œuvre une « alliance inextricable » de l’art et de la politique, la même que chez Pasolini, un autre « désobéissant constructeur » dont il se sent également proche. En 1965, par exemple, au congrès des centres communaux de la culture, ces partis pris conduisent Vitez à s’opposer à Michel Durafour qui venait de municipaliser la maison de la culture de Saint-Etienne. À Choisy-le-Roi, ils nourrissent sa définition même du théâtre : « professionnel de création pour animer la cité ». En mars 1990, lors d’un séminaire à l’université de Paris VIII sur les fractures à l’Est, ils sont au cœur de son appel à un « devoir de prophétie ». Vitez considérait Gorbatchev comme l’homme du passage et non comme celui d’un nouveau communisme. Jack Ralite montra ensuite dans son intervention à quel point la Révolution, celle de 1789 qui « a dégelé l’histoire » et entraîné un « enchevêtrement d’émancipation et de régression », fut constamment un horizon d’inspiration de réflexion critique pour Vitez.

8L’historienne et politiste Frédérique Matonti a d’abord relativisé la singularité de l’adhésion et de la trajectoire d’Antoine Vitez au Parti communiste pour insister sur son exemplarité. Construite sur des bases moins fidéistes, plus ouvertes que celle la génération de la Résistance, son adhésion était de ce fait plus classique et plus durable. Puis, elle a montré à travers trois exemples la permanence de ses positions hétérodoxes, une sorte de fil rouge de son engagement communiste. D’une part, les positions du jeune comédien au chômage en 1951-1952 jouant deux pièces très éloignées des dogmes du réalisme socialiste, voire condamnées ouvertement comme formalistes, Lefti, dont la direction du Parti communiste demande la réécriture, et Drame à Toulon, une pièce d’agit-prop du début des années 1930. D’autre part, les positions du proche de Louis Aragon, le « poisson-pilote de la déstalinisation », quand il passe, à ses côtés et protégé par lui, du réalisme socialiste au « réalisme sans rivage ». Celles enfin de la première pièce qu’il ose monter, les Bains de Maïakowski, en faisant référence à Meyerhold, persécuté et assassiné à cause du « formalisme » de son théâtre.

9Ce débat à trois voix sur la vie et l’œuvre de Vitez nous a semblé d’autant plus riche qu’il a confronté deux témoins et acteurs de la vie culturelle et politique de l’époque, au regard déjà distancié, à celui d’une historienne. Il a permis des interrogations plus générales des uns et des autres sur l’engagement, le contenu du militantisme, les formes et les limites du mouvement communiste.

Bibliographie

De Frédérique Matonti :

10– Intellectuels communistes. Une sociologie de l’obéissance politique.  La Nouvelle Critique 1966-1980. Paris, La Découverte, 2005.

11– « Art, culture et intellectuels de gauche » dans Jean-Jacques Becker, Gilles Candar, Histoire des gauches, Paris, La Découverte, 2004.

12– « Théâtre et République », avec Gilles Malandain, dans Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2003.

13– « Un théâtre de contrebande, quelques hypothèses sur Vitez et le communisme », dans Société et Représentations, n° 11 « Artistes/politique », février 2001, p. 379-406.

14– Notice « René Andrieu », dans Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français, 1940-1967, t.1.

De Georges Banu :

15– Exercices d’accompagnement. D’Antoine Vitez à Sarah Bernhard, L’Entretemps, 2002.

Sur le comité central d’Argenteuil,

16Voir dans Nouvelles Fondations, La revue, n° 3/4, 2006, dossier « Intellectuels et communismes » :

17– Jean Vigreux, « Waldeck Rochet et les intellectuels », p. 139-141.

18– Table ronde avec Frédérique Matonti, Antoine Casanova, Bernard Frederick, « Des contradictions douloureuses », p. 129-138.

19– Pierre Juquin, « L’engagement de Louis Aragon », p. 197-203.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Burger-Roussenac, « Intellectuels et communisme, un terrain à revisiter par la biographie ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 115 | 2011, 149-153.

Référence électronique

Annie Burger-Roussenac, « Intellectuels et communisme, un terrain à revisiter par la biographie ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2308

Haut de page

Auteur

Annie Burger-Roussenac

Professeure d’histoire-géographie, doctorante, Laboratoire d’études rurales, Université de Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page