Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Philippe d’Orléans, la cour et les lettres (1713-1723)

Laurent Lemarchand
p. 113-146

Résumé

Contrairement à une idée bien établie, la Régence ne procéda à la suppression ni de l’absolutisme ni de sa politique culturelle. Philippe d’Orléans traita la crise du premier, héritage mortifère du pouvoir louisquatorzien, notamment par la réforme de la seconde. Celle-ci répondit aux exigences nouvelles de la société parisienne, surtout à la diffusion des pouvoirs et de la cour dans la ville. Des formes inédites de participation et d’expression des élites surgirent alors, ainsi avec la polysynodie ou le bal de l’Opéra, voire avec la naissance de l’opinion publique. L’ouverture du pouvoir fut aussi manifeste dans le domaine culturel, avec la promotion des « cours princières », la rénovation de la Librairie royale, l’investissement des premiers salons des Lumières et de véritables politiques des lettres et des sciences. Mais le tout se fit souvent au profit de la monarchie, participant ainsi du renforcement de l’absolutisme.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La musique du duc d’Orléans accompagne ainsi les différentes scènes du plus célèbre film sur la pé (...)
  • 2  Voir, notamment, Françoise Bléchet, Recherches sur l’abbé Bignon, 1662-1743, académicien et biblio (...)

1On peut s’interroger sur l’intérêt d’un tel sujet qui n’a que peu de place dans l’histoire littéraire actuelle, tout comme la Régence de Louis XV est bien moins présente dans l’historiographie que celle de Louis XIV, celle du temps de la Fronde. Certes le Régent, Philippe d’Orléans, compta parmi ses intimes Fontenelle qu’il logea d’ailleurs au Palais-Royal à partir de 1712 et qu’il employa à plusieurs reprises à diverses fonctions. Mais il n’eut point de fonctions relevant directement des Lettres. Du reste, il n’existe pas de trace de conversations littéraires entre les deux hommes. Et, si les deux hommes partageaient la passion des sciences ou des arts, le duc ne semble pas avoir eu d’activité littéraire : ainsi, musicien, il composa plusieurs opéras que l’on considère toujours comme de belle qualité, mais leurs livrets furent rédigés par d’autres1. Il procéda à des expériences de chimie et de physique mais n’écrivit pas de poésie ; il lut et médita des œuvres politiques comme le Testament politique de Richelieu mais pas de disputes philosophiques. Dans le Paris des années 1710, on ne le vit point fréquenter les premiers salons des Lumières, mais tous les lieux de plaisir et de libertinage connus. On retient l’image du Palais-Royal des roués, conçu par Mme de Lambert (la créatrice du plus important de ces cercles philosophiques) comme l’antithèse de son honnête salon. Enfin, du point de vue politique, on ne prête généralement à la Régence et à sa politique aucune consistance ni aucune incidence dans le domaine intellectuel. En suivant les travaux de Mme Bléchet2, on peut conclure que la réorganisation du système de domination royale et de censure, créé par Louis XIV et Colbert, se fait à cette époque à l’instigation beaucoup plus de l’abbé Bignon que du Régent, un Bignon que le grand ministre louisquatorzien Pontchartrain avait installé dès 1700 à la direction de la Librairie et qui continuera son œuvre après 1723, laissant penser que la réorganisation était beaucoup plus l’œuvre de l’administration étatique que des monarques successifs.

  • 3 « Philippe d’Orléans et les sciences », dans Cahiers Saint-Simon, n° 34, année 2006.
  • 4 Un des grands spécialistes de l’histoire de l’art du xviiie siècle, dont nous allons utiliser à plu (...)

2Pourtant, récemment, du côté de l’histoire au moins, de telles perspectives ont commencé à se modifier. Ainsi, Simone Mazauric a pu soutenir que le Régent avait mené une véritable politique de science, avec l’aide desdits Bignon et Fontenelle3. En m’inspirant de cette formulation, j’ai à mon tour défendu l’idée, dans un colloque récent, qu’il avait aussi suivi une politique artistique, en matière de peinture, notamment, comme le pense Thomas Crow4. En approfondissant cette analyse et en rappelant qu’au début du xviiie siècle, on considérait encore que les lettres englobaient les sciences et les arts, je vais ici examiner s’il est possible de prétendre que le duc d’Orléans développa aussi une politique de Lettres.

  • 5 David Hennebelle, De Lully à Mozart. Aristocratie, musique et musiciens à Paris (xviie-xviiie siècl (...)

3Et si l’on précise que l’on peut distinguer entre une politique d’État, définie de façon officielle et visiblement mise en œuvre par l’administration, et une politique dynastique, pratiquée par les Orléans, il devient possible de comprendre l’ampleur du sujet : en effet, l’œuvre du Régent dépasse largement le fait du prince, d’ampleur personnelle et passagère. C’est ce que concluent de façon synthétique les analyses de David Hennebelle pour le domaine musical, conclusions que l’on peut étendre à tout le domaine culturel et au monde de la pensée5. Philippe hérite d’un système d’État efficient que tout à la fois il réemploie, prolonge et rénove, en le modifiant donc mais sans le révolutionner. C’est la marque de la Régence qui fait passer le régime absolutiste de Louis XIV vers une phase nouvelle tout en le conservant. De plus, comme les lettres ne relèvent pas seulement du strict domaine de la littérature, la figure du duc d’Orléans n’est pas à évoquer seulement pour elle-même ; comme très souvent, dans et par ses démarches, le Régent est à prendre comme une figure emblématique, comme un acteur et un traducteur des évolutions à l’œuvre à cette époque, un de leurs principaux passeurs.

  • 6 R. Marchal, Mme de Lambert et son milieu, Oxford, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, T (...)
  • 7  Paul Hazard, La crise de la conscience européenne 1680-1715, Paris, Boivin, 1935. Cette crise, ava (...)

4Pour rester dans l’optique du politique, nous pouvons constater par exemple qu’à la fin du règne de Louis XIV souffle un vent puissant de politisation générale à Paris, vent auquel la sphère intellectuelle ne saurait échapper, mais, qu’au contraire, elle alimente. Les années 1710 sont ainsi le moment où, comme le remarque Roger Marchal, Mme de Lambert oriente de plus en plus les conversations de son salon sur ce sujet et le moment où les orléanistes, Fontenelle notamment, y acquièrent une influence majeure6. C’est encore le moment où se traduit de façon visible la « crise de la conscience européenne » de Paul Hazard7 : c’est avec la Régence que vont se produire alors les changements et les évolutions qui vont réorganiser le monde intellectuel français et l’ouvrir à l’ère des Lumières. Nous verrons alors que, comme Fontenelle, le Régent en fut un vecteur d’autant plus important, qu’avec lui, c’est l’État monarchique qui se fait acteur du mouvement et qu’ainsi, l’absolutisme est pour partie à l’origine des Lumières. Dès lors, l’hypothèse d’une politique de lettres du Régent n’apparaît plus incongrue.

De la crise de la Régence à la crise du système louisquatorzien

5Depuis le xviiie siècle, l’historiographie a le plus souvent ignoré les changements induits par la Régence tant en matière politique qu’intellectuelle, et présenté une Régence qui n’a été qu’une parenthèse vide et sans conséquence, une Régence sans cohérence ni personnalité. Pour la petite histoire, Fontenelle est certes logé au Palais-Royal, mais comme le veut la pratique curiale de Versailles à l’égard des courtisans et cela, apparemment, sans incidence notable sur ses rapports avec Philippe. De temps à autre, le gouvernement de la Régence poursuit une politique de censure et de coercition sévère qui le relie avec le passé, tout particulièrement lorsqu’elle est dirigée par d’Argenson, le grand lieutenant de police de Paris des années 1700 et, de ce fait, l’incarnation policière de l’absolutisme louisquatorzien répressif. En sont victimes des opposants célèbres, au premier chef Voltaire qui a droit à l’exil et à la Bastille, ou le poète François-Joseph de Lagrange-Chancel, tous deux du clan aristocratique rival des Maine. En 1721, les Lettres persanes semblent toujours sonner juste lorsqu’elles dénoncent le régime autoritaire de Louis XIV. Pourtant, les historiens ont aussi souvent avalisé la réputation inverse de la Régence comme régime faible et période anarchique, sans cohérence autre que le refus du modèle louisquatorzien. Dès cette époque les lettres auraient entamé leur déclin notamment parce qu’elles produisent trop d’œuvres de circonstance. La crise temporaire de l’État et de son autorité suscite ainsi une forte croissance de la littérature politique dissidente, et même une vague de ce que l’on pourrait appeler des « orléanades », à l’instar des mazarinades d’une Fronde que l’on croit de retour. Et, tel Mazarin, Philippe use des bonnes plumes, dont Fontenelle, pour tenter d’y répondre. Mais du Palais-Royal des roués, rien d’autre ne sort, la littérature et même la science se font et se commentent ailleurs. La convergence des deux images (régime fort-régime faible) a même abouti à une théorisation temporelle, avec la distinction aujourd’hui courante de deux phases, une Régence libérale jusqu’en 1718 puis une Régence autoritaire, pour ne pas dire absolutiste.

La crise du système de cour et de l’appareil culturel louisquatorziens

  • 8  Voir Jean Lagny, « L’hôtel de Saint-Simon à Versailles », dans Cahiers Saint-Simon, 1984, n° 12. G (...)
  • 9  Voir Jean Lagny, op. cit., et P. Lemoine, « Les logements de Saint-Simon au château de Versailles  (...)
  • 10 M. Delabre, Le duc du Maine (1670-1736) et la « lutte des clans », Maîtrise de l’université de Pari (...)
  • 11  En 1714, Mme de Maintenon se plaint de la formidable affluence qu’elle connaît.

6En réalité, la cohérence est à rechercher autrement. La crise, qui touche en fait à peu près tous les domaines, précède largement la Régence et incite à penser celle-ci comme une réponse, d’autant qu’en 1723 cette crise est largement résorbée. Certes, Fontenelle est logé au Palais-Royal, mais plus les courtisans qui, depuis les années 1700, désertent justement Versailles la nuit et rallient Paris. Car le système curial de Louis XIV et, finalement, son système de gouvernement sont en crise. Le cas de Saint-Simon est emblématique du retrait croissant d’une partie de la noblesse de cour : alors même qu’il a obtenu un logement dans le palais, pour lequel il s’est longuement battu, il disparaît souvent de Versailles, ce qui lui permet de doter d’une distance critique ses Mémoires… Si l’on a du mal à le localiser à cette époque, des recherches érudites ont aussi attesté la faible fréquentation de son hôtel versaillais8. En la matière, il adopte la même attitude que la plupart des autres courtisans propriétaires dans la ville9. Selon Mélanie Delabre, c’est dès les dernières années du règne que s’invente, dans les milieux courtisans eux-mêmes, le vocable de « vieille cour » : il signifie une distinction déplorée à la cour joyeuse des années 1670-1680, des années de la jeunesse du roi-soleil10. Même si la cour diurne reste très fréquentée11, Versailles a visiblement perdu de ses pouvoirs d’attraction et de polarisation de l’aristocratie et de commandement de l’espace ; sa fonctionnalité décline à divers points de vue.

  • 12 F. Tiberghien, op. cit., p. 49, pour les travaux du « chantier permanent » versaillais, par exemple
  • 13 R. Guillemet, Essai sur la surintendance des Bâtiments du roi pendant le règne de Louis XIV, thèse (...)
  • 14  Op. cit., p. 204.
  • 15  Op. cit., p. 206.
  • 16 M. Barthélémy, « La musique dramatique à Versailles de 1660 à 1715 », et P. Citron, « Notes sur la (...)
  • 17  L’opéra étant « la projection de la vie de cour dans le domaine public », M. Barthélémy, op. cit., (...)
  • 18 J. de la Gorce, L’Opéra de Paris au temps de Louis XIV, Paris, Desjonquières, 1992, p. 170-172 ; O. (...)

7La principale raison de cette régression réside sans doute dans la diminution ou l’impossibilité des dépenses de la monarchie. Ruiné par ses guerres plus que par son amour des bâtiments, Louis XIV ne peut plus construire ni même rénover avec ampleur, passé le siècle : on constate ainsi la médiocrité des engagements de ce type durant cette période12, les difficultés récurrentes à payer les entreprises employées, la maigreur des budgets des Bâtiments comparés à ceux des années fastes13. Selon Roger Guillemet, l’administration des Bâtiments est alors entrée dans « la période administrative et paperassière où un monde d’officiers pouvait avec peine maintenir ce que les âges précédents avaient élevé… » 14. Et, dans le domaine de la peinture, il remarque qu’il n’existe « plus guère de commandes et d’achats d’œuvres d’art. Le cabinet des tableaux du roi se disperse15 ». Dans tous les domaines de l’art et dans tous les secteurs culturels, on assiste en fait à ce recul de la commande royale. Évoquons par exemple la chute de la pratique musicale à Versailles et, en particulier, de la musique dramatique au profit de la musique de chambre16. Tandis que l’Opéra de Paris17 se débat dans des difficultés financières majeures, notamment sous le coup d’une désaffection du public qui atteint aussi l’unique théâtre officiel parisien (la Comédie française, seule maintenue). Notons aussi la diminution du nombre et du montant des pensions distribuées aux gens de lettres et aux artistes18.

  • 19 R. Guillemet, Essai sur la surintendance des Bâtiments du roi pendant le règne de Louis XIV, thèse (...)
  • 20 G. Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, A. Michel, 1999, p. 473-474, qui précise que l’ (...)
  • 21  Madeleine Barbin, « Le xviiie siècle », dans BNF, L’estampe en France, Tokyo, 1987, p. 100. Elle d (...)
  • 22  Peter Burke, The Fabrication of Louis XIV, New Haven – Londres, Yale University Press, 1992. Gérar (...)
  • 23  Gérard Sabatier, op. cit., p. 511, à propos de la Grande Galerie, qui n’a « de sens que pour lui » (...)
  • 24 R. Guillemet, op. cit., p. 207.

8Cette désaffection participe du recul de la domination culturelle royale et de la perte d’influence de la cour versaillaise. De toutes parts, en tous domaines, le système hégémonique de Louis XIV se fissure. Les académies sont de plus en plus livrées à elles-mêmes et perdent de leur magistère, telle l’Académie de peinture qui « élit seule ses membres et dignitaires, […] et n’a plus le monopole de l’enseignement de la peinture19 ». Les organismes de la propagande royale connaissent ainsi une asthénie ou une impuissance nouvelles qui préludent à leur transformation sous la Régence : c’est le cas du Cabinet des estampes et des médailles dont les stocks sont épuisés en 1715 et qui ne peut plus soutenir, en conséquence, la stratégie colbertiste de distributions massives auprès des publics20. Pour la même époque, les historiens spécialistes de l’image repèrent une évolution du style apprécié par le public : d’après M. Barbin, « dès les premières années du siècle apparaissait une conception plus familière, plus enjouée de l’estampe, avec la publication d’images où la fantaisie et l’imagination se donnent libre cours, où la technique s’assouplit grâce à l’emploi de l’eau-forte21 ». Avec cette perte de solennité et, en fait, cette dépolitisation, s’exprime pour Peter Burke une véritable crise de la représentation royale22. Sur le plan culturel, Gérard Sabatier la repère aussi, qui rend en particulier Versailles incompréhensible quant à la symbolique politique et dynastique de ses décors et de son agencement23. Or, le poids, l’influence, et finalement l’image et le culte du roi subissent une déprise avec l’âge et le vieillissement du monarque. Selon R. Guillemet, « les esprits sont de moins en moins dociles […]. L’art s’est peu à peu échappé de la tutelle de l’administration, la personne royale a cessé d’être le centre de toutes les aspirations. Louis XIV ne fournit plus matière à l’art24 ». Par ce vieillissement mais aussi par l’insuccès de ses armes, par la diminution de son mécénat, etc., sa prééminence s’altère et même s’efface.

  • 25  Citée par Jean Solnon, La Cour de France, Paris, Fayard, 1987, p. 310. Après le décès de la duches (...)
  • 26  Jean Solnon, op. cit., p. 310.
  • 27  Jean-Claude Petitfils, Louis XIV, Paris, Perrin, 2002, p. 654.

9La vie de sa cour à Versailles (et l’autorité de son gouvernement) en est directement affectée, qui donne des signes de régression et de déclin répétés. Tandis que Duclos découvre « l’ennui » de sa vie quotidienne, la Palatine juge qu’« on ne tient plus de cour du tout25 ». En effet, « les fêtes abandonnent le grand appartement pour se réfugier dans des cercles intimes. Les petits divertissements tiennent la place des grands spectacles26 ». C’est le temps austère et sans attrait de la cour « bigote » de Mme de Maintenon et de Louis XIV assombri. Dans ses dernières années, le roi se soustrait ainsi de plus en plus aux regards du public, et son hégémonie décline dans le même mouvement27. À Versailles, les journaux des mémorialistes enregistrent cette disparition progressive en reportant, par exemple, leur attention sur les activités-relais des Grands. Déjà se manifestent les stigmates de la décomposition de la vie de la cour que l’on attribue avec trop d’exclusivité au temps de Louis XV. Le pouvoir curial de Louis XIV s’est usé et souffre déjà du non-renouvellement des instruments de distinction dont il dispose : leur impact se banalise, leurs bénéficiaires se pérennisent indépendamment de sa volonté ; la hiérarchie curiale se fige. Parce que le roi ne tient plus son rôle entier et dessert son image, mais que l’étiquette et le cérémonial quotidiens sont maintenus pour l’essentiel, la vie de cour tourne au conformisme simple. À l’exemple du duc d’Orléans et, en définitive, de Louis XIV lui-même, nombre de courtisans s’absentent du palais royal, ouvertement et sans grande crainte de retombées défavorables (c’est le cas de Monseigneur lui-même vers 1700, par exemple). Versailles décline.

Le retour de Paris

  • 28  Thomas Crow, op. cit., p. 50. B. Pons, op. cit., p. 109 et 179.
  • 29  Katia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle(...)
  • 30  Marc Fumaroli, Le Poète et le Roi. Jean de la Fontaine en son siècle, Paris, éditions de Fallois, (...)
  • 31  Nom décidément prédestiné au complot politique… Ici, il s’agit des habitués du grand salon de Mme (...)
  • 32 J.-C. Petitfils, op. cit., p. 220.

10Toutes les études sur les catégories sociales artistiques ou sur les hauts employés des Bâtiments confirment le désengagement de la monarchie et la recherche croissante, de leur part, de nouveaux mécènes ou employeurs28. Cela facilite alors la résurgence ou l’expression de pôles concurrents et divergents : je pense notamment aux cours princières et à la ville, Paris. Selon Katia Béguin, les Condé et leur cour hétérodoxe de Chantilly, « l’entourage du duc d’Orléans, anglophile et critique vis-à-vis du régime louisquatorzien, ou la fameuse « coterie du Temple » des Vendôme présentent, à la fin du siècle, une semblable singularité par rapport à la pensée officielle. Cette divergence fit sans doute, comme chez les Condés, la force et l’attrait particuliers de leur protection29 ». On redécouvre ainsi les « princes de l’esprit » caractérisés par Marc Fumaroli30, mais avec une tonalité d’opposition plus nettement affichée et plus visible dans le Paris du début du xviiie siècle. Philippe d’Orléans entretient des relations avec les diverses sortes de milieux culturels (sciences, littérature…), et il emploie et abrite des penseurs autonomes et renommés comme Fontenelle et l’abbé Mongault, chargés de l’éducation de son fils, ou les abbés Terrasson et Saint-Pierre. Pour Roger Marchal, le « parti d’Orléans » qui se forme au Palais-Royal avant même la disparition de Louis XIV, comporte notamment beaucoup de lambertistes31, inspirés par toute une série de pensées dérangeantes pour l’ordre établi, comme la morale fénelonienne ou le malbranchisme. À la même époque, le duc est convaincu de prendre part à des réunions d’opposants de tous poils, qui se tiennent parfois même au Palais-Royal32.

  • 33  Citée par Philippe Erlanger, Le Régent, Paris, Gallimard, 1938, p. 122.

11Mais le phénomène concerne plus largement la ville. Ainsi s’affirme de façon renouvelée le pouvoir d’attraction de Paris : désertant la cité de Versailles dès les années 1690, la noblesse construit ses hôtels dans la capitale et y redéploie une part grandissante de ses activités ou de sa sociabilité. Salons, promenades du Cours la Reine, danses au bois de Vincennes… y refleurissent avec un écho lui aussi croissant. Ils sont accompagnés de phénomènes nouveaux comme les cafés. C’est donc à Paris que rentrent les élites que nous avons vues délaisser la cour, y compris Monseigneur et ses enfants. Pouvoir de commandement par conséquent aussi : la mode parisienne prédomine à nouveau. De façon significative, la ville se développe en dehors du contrôle royal, alors que les quelques projets urbanistiques de Louis XIV périclitent pour la plupart : en particulier, notons l’échec répété du vaste projet administratif de la place Vendôme, de l’arc de triomphe à l’est de Paris, ou encore de la création d’un nouvel hôtel des mousquetaires, plus généralement des essais de délimitation des contours de la ville… Aussi, en 1713, Mme de Maintenon note-t-elle avec inquiétude que « chacun veut décider, juger des livres, du gouvernement, de la religion33 ».

  • 34  La Palatine, Correspondance, éd. Brunet, 1866 ; éd. Rolland, 1874, p. 110-111.
  • 35  Jean Meyer, Le Régent, Paris, France-Empire 1985, p. 82 et 121.

12Cette fermentation sociale et culturelle produit distinction, critique et contestation à la clef de l’ordre versaillais. Tandis que le jansénisme s’implante dans une fraction croissante des élites, et même dans certains milieux populaires, le libertinage des Orléans, Vendôme… affectent déjà le comportement d’une partie de l’aristocratie. Même à Versailles : la Palatine se lamente ainsi que, de plus en plus, « on veut avoir du monde pouvant jouer gros jeu, or les gens de haute lignée ne sont pas riches. On joue donc avec toute sorte de racaille pourvu qu’ils aient de l’argent. Le roi seul a conservé la politesse. À cette unique exception près, elle est totalement bannie de la cour34 ». C’est que cette « qualité », touchée par la crise (concomitante) de la courtisanerie sévissant à la même époque, est revenue à la ville du fait de l’essor remarquable de ses salons : autour de 1710, le salon de Mme de Lambert à l’hôtel de Nevers, y vit son apogée, arborant la nouvelle préciosité qui va dominer le xviiie siècle, en inversant encore le rapport de force entre Paris et Versailles. À la même époque, enfin, se découvre une opposition politique hostile au pouvoir et qu’on ne saurait limiter au Palais-Royal, ni même aux seuls rangs de l’aristocratie : l’information (notamment sous la forme des nouvelles à la main) circule de plus en plus, de même que les placards, les chansons et autres textes dénonçant le pouvoir louisquatorzien ; des réunions d’opposants se créent qui trouvent refuge à l’archevêché, ou chez le président à mortier De Maisons…, au sein d’un débat politique que Jean Meyer juge beaucoup plus varié qu’on ne le pense souvent35. La puissance des crises et des luttes sociales qui secouent la ville autour du Grand Hiver de 1709 renforce cette politisation et la fragilisation de l’autorité monarchique lointaine. Paris pouvait ainsi redevenir la capitale du royaume.

Le système parisien de la Régence

13Dans ces conditions, la Régence et la politique de Philippe correspondent au redéploiement des rapports entre pouvoirs politiques et société. Et le symbole et le principe actif essentiel de ce redéploiement est le retour à Paris de la monarchie, et non la seule polysynodie qui s’inscrit dans ce mouvement d’ensemble.

Les formes inédites de diffusion du pouvoir dans la ville

  • 36  Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793) : une nébuleuse aristocratique au xviiie siècle, Par (...)

14En premier lieu, le pouvoir monarchique et son administration centrale se diluèrent dans la ville. Les Tuileries où résidait le petit Louis XV, le Louvre qui accueillit diverses institutions, mais aussi le Palais-Royal d’où décidait le Régent, et en fait bien des hôtels aristocratiques qu’utilisaient les ministres et autres dirigeants de l’État et leurs équipes, et encore bien des immeubles ou maisons requis pour les besoins de l’administration : l’État monarchique se dispersa ainsi dans divers pôles de la capitale. En vérité, on peut penser que se produisirent alors un véritable éclatement du centre et la création, en retour, d’une authentique nébuleuse parisienne des pouvoirs. Nous adoptons ce terme en le reprenant de façon explicite des travaux de Jean Duma sur les Bourbon-Penthièvre, semi-princes et hommes d’État, et semi-aristocrates36 : car l’organisation des pouvoirs a affaire avec l’aristocratie, comme nous allons mieux l’établir par la suite. Face notamment aux appétits de l’aristocratie mais aussi aux remuements populaires, pour échapper à Paris et à la dilution des pouvoirs, Louis XIV avait créé un nouveau lieu central dont sa puissante propagande affirma l’unicité et l’hégémonie. Versailles rassemblait roi et pouvoirs, cour et administration. Mais comme nous l’avons vu, ce nouveau fonctionnement entra en crise avant même 1715, tandis que la régence nouvelle, en rebattant les cartes de l’ordre politique, soulevait de nouveaux problèmes et dangers. Le Régent recourut à une nouvelle organisation politique qui eut pour raison d’être de stabiliser le régime fragilisé. La « nébuleuse », par exemple, était le moyen de ne pas reconstituer à Paris un centre du pouvoir prenable par une nouvelle Fronde, le moyen aussi d’embrigader une bonne partie de la noblesse au service du pouvoir tout en la contrôlant. En tâtonnant, le Régent innova donc, il ne se réinstalla pas simplement dans les marques de la monarchie parisienne de Louis XIII.

  • 37  Ainsi, lors de la grande séance d’organisation de la Régence au Parlement de Paris, le 2 septembre (...)
  • 38  Il s’agit, au premier chef, de la missive publique envoyée aux intendants le 4 octobre 1715 par le (...)

15Il cherchait en effet à répondre au vent de politisation et à une véritable demande sociale. Ainsi, les conditions politiques (une régence dans un temps de crise de l’autorité favorisant les contestations) et intellectuelles (la vulgarisation d’une démarche scientifique dans un temps de « crise de la conscience européenne » justifiant la critique et le débat) incitaient elles aussi à l’ouverture. Elle se manifesta alors par la tenue publique et plébiscitée de toutes parts de débats et de polémiques, au moins durant la Régence libérale (1715-1718). C’est le pouvoir monarchique lui-même qui y invita, le duc d’Orléans en faisant une méthode de gouvernement : au moment de sa prise de fonction, il rompit ouvertement avec l’autoritarisme de Louis XIV, se déclarant à diverses reprises incapable d’assurer seul l’intégralité de ses pouvoirs et demandant la collaboration des sujets les plus compétents dans chaque matière37. Il mit en application cette nouvelle démarche immédiatement et à tous les niveaux, avec la création de la polysynodie à la tête de l’État mais aussi avec des appels au public sur divers sujets politiques, telle la fiscalité38. Il prolongea encore le mouvement par sa participation à la vague de pamphlets et libelles (et sans doute aussi chansons, plaisanteries et lazzis ou affiches sur les murs de Paris) qui caractérise cette période, un peu à l’exemple de la Fronde : après les mazarinades, les « orléanades ». Il participa ainsi à la maturation et au pouvoir d’une opinion que l’on qualifiera quelques décennies plus tard de publique.

  • 39  Mais dont on discerne encore bien des traces sous la Régence, ainsi chez Barbier qui se méfie radi (...)
  • 40  Idée que défendent J. A. W. Gunn ou K. M. Baker, à tort à mon sens.
  • 41  BN, Na Fr 23929, D’Antin, Mémoires, p. 101. Il en va de même pour la dilution de la cour dans la v (...)
  • 42  On en trouvera des illustrations dans les Mémoires du cardinal de Retz.

16Incontestablement, 1715 a fait mûrir le processus de formation de l’opinion publique moderne : dans les vues des autorités politiques et de beaucoup d’observateurs, un phénomène de reconnaissance nouvelle s’est opéré, combattant la réputation disqualifiante des « opinions », dilatoires dans la conception du xviie siècle39, et arrivant même à soupçonner le développement d’une opinion unique, unifiée. Aussi, loin d’être seulement une chimère ou un concept abstrait dans le combat politique, sans correspondance avec une pratique sociale40, cette opinion est-elle courtisée et obtient-elle des résultats sur la scène politique dont elle devient actrice : elle se crée précisément parce qu’elle fait partie d’un ensemble de redistribution des pouvoirs dont la polysynodie est une autre face. D’Antin, dans ses Mémoires pour l’année 1715, opère le lien entre ces deux éléments : il insiste sur « le partage d’autorité » qu’engendre la création de la polysynodie qui, de plus, « instruit plusieurs personnes qui peuvent être utiles à leur patrie » ; surtout, « la justice et les grâces doivent se distribuer [alors] avec bien plus de connaissance que du temps où les ministres n’étaient jamais exposés à la moindre contradiction41 » ! Dès cette époque, cette opinion dispose donc d’une démarche critique qui la distingue de l’opinion servile, hautement manipulable, conçue par les puissances politiques du xviie siècle, et s’exprimant notamment sous la Fronde42. Elle se manifeste d’ailleurs au moment où le roi (mineur) s’efface et où la monarchie elle-même promeut la toute valeur de l’universel bien public : d’où les aspirations nouvelles à certaines formes instituées, comme les états généraux, la Nation, résultats du développement de l’État louisquartorzien et de la chose publique.

  • 43  Même si Saint-Simon en dénonce, mais il a l’esprit à la cabale… La démocratisation du pouvoir (mêm (...)
  • 44  Voir Thomas Crow, op. cit., p. 5 – 55. Ce phénomène ne se crée pas seulement sous la Régence, mais (...)

17Et pourtant, il me semble que 1715 ne produit pas encore l’opinion publique au sens que lui a conféré Jürgen Habermas ou, plutôt, que ce concept n’est pas encore le plus judicieux pour caractériser la scène politique parisienne née du déménagement versaillais. Ce pour plusieurs raisons. Sur le plan politique, on se doit de remarquer que le gouvernement a largement participé à cette promotion de l’opinion et qu’il en a retiré des avantages dans sa période « libérale » : l’ouverture du régime, la participation à la discussion, voire à l’élaboration de la décision (mais non à la décision elle-même) ont annihilé les diverses oppositions politiques possibles au Régent et, finalement, sauvegardé l’absolutisme des remous de la Fronde. Certes, il y eut des tâtonnements, des divisions et des conflits, mais il faut remarquer qu’il ne put se former aucune cabale, faction ou opposition consistante pendant plusieurs années43. Ce que Thomas Crow constate pour le domaine esthétique, soit l’apparition d’un public critique et indépendant dans ses jugements sur l’art de l’État ou de la seule élite aristocratique44, ne se produit pas avec la même intensité sur le plan politique.

  • 45  Jean-Marie Goulemot, Le règne de l’histoire : discours historiques et révolutions, xviie-xviiie si (...)
  • 46  De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie-xviiie siècle, Paris, Albin Michel, coll. Bi (...)
  • 47  Voir avant tout Laurence Croq, « La municipalité parisienne à l’épreuve des absolutismes : démantè (...)
  • 48  Ainsi Sénac de Meilhan notait-il, à propos de leur tenue, que « la maîtresse de maison ne s’occupa (...)
  • 49  Dans son étude récente sur la noblesse parisienne, Mathieu Marraud confirme une nouvelle fois le c (...)

18Sur le plan social, la sphère bourgeoise indépendante, supposée par Jürgen Habermas, n’est pas encore au rendez-vous non plus. La bourgeoisie est même difficilement repérable sous la Régence libérale, sa posture semble prolonger largement le jugement de Jean-Marie Goulemot sur les oppositions et les manifestations politiques ou idéologiques sous Louis XIV45 : elle est dominée par la noblesse, au point d’être cachée par elle. Certes, comme le montrent les recherches récentes, cette bourgeoisie n’apparaît plus aussi inconsistante sur les plans politique et social : Mathieu Marraud montre ainsi combien la bourgeoisie marchande parisienne est puissante et capable encore d’autonomie vis-à-vis du roi et des nobles, au point de récupérer, par exemple, le système royal des offices en l’intégrant dans ses valeurs et positions traditionnelles46. Sur Paris, elle dispose toujours d’un système de pouvoir résistant aux appétits hégémoniques de l’État et à ceux d’une aristocratie en déprise locale47. Mais cette bourgeoisie, qui ne rêve ni du roi ni même de la noblesse, fonctionne encore ici selon un mode de pouvoir ancien qui ne suppose pas l’opinion publique. Et quant à des formes nouvelles, par exemple l’engagement dans un jansénisme politique d’opposition, elles ne sont pas encore assez poussées pour la faire divorcer de la société absolutiste. D’ailleurs, souvent bourgeoisie marchande du luxe et de la cour, elle est liée par ses intérêts économiques et ses marchés principaux à l’État et à l’aristocratie, ce que l’essor économique de la paix retrouvée renforce encore dans les années 1710 ou 1720. Certes, comme nous le verrons plus loin, certains éléments de la promotion des élites roturières sont dynamisés par le fonctionnement nouveau de la scène politique : notons, en particulier, la participation accrue à la vie de cour, le développement des réseaux porteurs de l’opinion publique naissante, en particulier les salons où sont admis et reconnus les hommes de culture dans une égalité théorique avec la noblesse48. Mais le Tiers état parisien est plus spectateur qu’acteur49, et quand la fête commence, ce sont les différentes catégories de la noblesse, notamment l’aristocratie de Cour et la haute noblesse de robe qui l’animent avant tout.

Les formes inédites de diffusion de la Cour dans la Ville

  • 50  Ce, au moment où la Régence remet en cause les anoblissements récents ! Voir l’illustration en fin (...)

19D’autant que la fusion du pouvoir dans Paris présenta une autre facette essentielle : l’organisation en nébuleuse caractérisa aussi la Cour sous la Régence, la ville devint la cour. Symbolique apparaît, dans ce contexte restitué, l’anoblissement du corps échevinal parisien en 1716 par le roi, en présence, visible du Régent : une estampe consacrée à ce sujet50 dessine alors une scène de cour, puisqu’il faut que la ville, qui sert de cour, ait rang digne de cette fonction et du souverain, rang noble d’autant que le pouvoir vient du roi.

  • 51  Buvat, op. cit., T. I, p. 385.
  • 52 M. Mac Gowan signale la place privilégiée des fêtes dans la vie de cour au xviie siècle (« La fonct (...)
  • 53  Mercure Galant, janvier 1716, p. 188-190.

20La monarchie dispersa donc dans Paris une bonne partie des activités et plaisirs de l’ancienne cour versaillaise. S’inspirant dans cette lignée de l’utilisation du Grand Canal doté de toute une batellerie de gondoles par Louis XIV, « le 3 mai [1719], on mit une chaloupe dans le grand bassin des Tuileries ; M. le duc d’Antin, M. son fils et six autres seigneurs y montèrent avec les matelots. On y arbora un pavillon de damas cramoisi bordé d’or… Le bâtiment était magnifique en dorure et en sculpture51 ». Pour une grande partie de la population, la royauté offrit aussi, notamment lors des fêtes, de fréquents feux d’artifice toujours très appréciés52. Mais d’autres lieux servent de relais à cette propagation curiale. Nous nous contenterons d’examiner ici ce qui me semble être l’exemple le plus significatif : les bals publics de l’Opéra. Sur l’idée d’un courtisan notable, le chevalier de Bourbon, et en chargeant le duc d’Antin de la réalisation, le Régent instaure la tenue de bals publics trois fois par semaine. La relation qu’en fait l’officieux Mercure galant de janvier 1716 est très significative : « Le spectacle de Paris le plus suivi à présent et le plus agréable en même temps est le bal de l’Opéra. C’est un bal établi avec tant d’ordre, de lumière et de propreté, qu’il est devenu le divertissement de Paris le plus à la mode. Chaque masque y est reçu moyennant le prix d’un écu. C’est à ce titre qu’il acquiert le plaisir de danser, ou de s’entretenir à la faveur de son masque, avec les plus distinguées et les plus jolies femmes de France. S’il est entreprenant et qu’il a de l’esprit, il peut y faire fortune. Pour moi, je vous avoue que j’ai d’abord regardé ce bal comme une pépinière d’aventures ; mais il y fait si clair, qu’on n’y peut attraper tout au plus, que quelques lambeaux de conversation. Le jargon de ce pays-là tout détestable qu’il est, est la plus amusante chose du monde, et il semble qu’il a été donné à tous par un don particulier (et l’esprit à part), la faculté de parler également bien cette langue. Au reste cet établissement a été inventé fort à propos dans une ville comme Paris, où il faut absolument des plaisirs53 ». Avec ce témoignage, l’on peut saisir comment, pour la monarchie, la ville sert de cour : en premier lieu, ce divertissement est organisé par l’institution et sur son ordre, sous le coup de la disparition des bals de cour à la versaillaise, et avec l’incapacité de l’enfant roi de les animer, par défaut de majesté comme de finances. Il se produit d’ailleurs au Palais Royal, soit l’un des lieux essentiels du nouvel espace monarchique parisien.

  • 54  D’où aussi l’interdiction du port des livrées de domestique.
  • 55  Dans les années 1700, le passe-droit était déjà combattu en raison de la situation calamiteuse des (...)

21En second lieu, il correspond à un essai de tenir la cour dans cet espace urbain nouveau, donc de la maîtriser. La régence reprend l’effort précédent de Louis XIV contre ces débordements, et dans la visée absolutiste : en effet, dans les années 1710, le roi qui s’intéresse au sort de l’Opéra multiplie les règlements pour essayer de discipliner et d’assagir les séances de spectacles, à l’atmosphère de plus en plus trouble, et pour y maintenir la conception absolutiste du spectacle et de son public. La Régence dans son ordonnance du 30 décembre 1715 s’inscrit dans la continuité de ces règlements, notamment sur les points suivants : elle prohibe, sous peine de prison, les débordements d’attitude, de violence et les indécences ; elle oblige le public à y venir masqué, c’est-à-dire en perdant tout signe de distinction sociale dans une uniformité anonyme qui est le propre du spectacle de la monarchie au xviie siècle54 ; elle transpose d’ailleurs pour le bal le droit d’entrée par paiement obligatoire et sans aucun passe-droit par qualité sociale55.

  • 56  À six sous l’entrée seulement. Quelques mois plus tard, d’Antin est même chargé d’ouvrir une secon (...)
  • 57  Buvat, op. cit., T. I, p. 242.

22Mais c’est avec ce dernier point que l’on peut montrer aussi une évolution contraire, un changement par rapport au temps de Louis XIV qui nous montre comment la cour « parisienne » sous la Régence fonctionne différemment de la cour versaillaise. Le droit payant (d’ailleurs assez modéré) ouvre ce plaisir de la monarchie à (presque) tout le monde, comme le montre le Mercure galant et son commentaire soupçonneux. « Pour moi, je vous avoue que j’ai d’abord regardé ce bal comme une pépinière d’aventures, mais il y fait si clair, qu’on n’y peut attraper, tout au plus, que quelques lambeaux de conversation ». Tout l’esprit Régence est là. D’une part, cette institution fonctionne et elle est ressentie comme une institution curiale : elle rencontre un franc succès56 ; elle reproduit le monde de la Cour, de « ce pays-là », doté notamment de la pratique de la conversation et inventant son propre jargon. L’esprit galant y règne d’ailleurs et les femmes y ont une place essentielle. On y verra même se manifester d’autres éléments types de la cour : « Le 19 [janvier 1717], un masque s’étant fait distinguer au bal par son habileté à la danse et par son habillement extraordinaire qui ressemblait à celui d’une pauvre mendiante de profession, […] M. le duc d’Orléans et M. le duc de Bourbon, qui étaient du nombre des masques, l’ayant remarquée, s’en approchèrent par curiosité. Le premier, soupçonnant quelque histoire par un habit si bizarrement accoutré, lui demanda avec insistance à l’oreille qui elle était. Le masque fit quelques difficultés […] pour augmenter l’empressement qu’éprouvait le Régent de savoir qui était ce masque et ce que signifiait sa gueuserie manifeste, [elle] le contenta en lui disant : “je suis la dame du royaume”. Sur quoi M. le Régent se retira, jugeant bien par ces mots que c’était une allusion à la misère publique, que causait alors la rareté des espèces, le prix excessif des denrées et la chute du commerce57 ». Cette dame misère tient le rôle classique du fou du roi dans ce lieu courtisan !

  • 58  Des chansons satiriques de 1716-1717 leur reprochent de ne plus avoir que cette seule activité ! ( (...)
  • 59  Situation qui lui arrive aussi et plusieurs fois au théâtre et en public, et que l’on semble retro (...)
  • 60  Le Mercure galant raconte, dans la suite de son article sur le bal, une anecdote sur les entrepris (...)
  • 61  Ainsi, le 18 janvier 1718, « la duchesse de Berry étant déguisée en masque au bal de la Comédie fr (...)
  • 62  À l’automne 1718, le duc d’Orléans retourne à son profit, par son intervention personnelle lors de (...)

23Mais l’esprit canaille, typique de la Régence et de ses fêtes galantes, y prédomine aussi : au moment où l’on rend le roi à ses sujets, où l’on répartit de façon nouvelle les pouvoirs de la monarchie dans Paris, il faut que n’importe qui puisse accéder à ce haut lieu de la sociabilité courtisane. Ostensiblement d’ailleurs, le duc d’Orléans en tête, les hommes du régime s’y rendent, ainsi que la plupart des membres de l’ancienne cour58. Le bal de l’Opéra exprime lui aussi l’ouverture et la reconnaissance, par la régence, de la société et des sujets du roi. Des libertés et des expressions nouvelles s’y font jour : la dame misère n’est pas réprimée pour son acte provocateur et c’est le Régent qui repart comme défait59. Mais le tout avec, finalement, une efficacité et une maîtrise globales qui lui reviennent. Comme le montre l’article du Mercure galant sur le bal, il peut s’y constituer des déclassements et, en conséquence, un désordre social. Mais ils sont autorisés et contrôlés par la Régence comme critique interne seulement et non révolutionnaire : la situation finit par s’éclaircir et l’ordre social se rétablit, l’ordre politique retrouve son calme60 ; l’anonymat n’est que factice ou au moins relatif comme le révèlent certains incidents61. Au total, le bal et son ouverture relative n’annulent pas le pouvoir de contrôle de l’absolutisme, ils en modifient les modalités de fonctionnement62. D’où la publicité faite par le régime pour en assurer la fréquentation.

  • 63  Lorsque l’on considère, par exemple, la nature ambiguë des soupers fins du Régent et de ses famili (...)
  • 64  D’où le relâchement de l’étiquette dans l’enceinte du Palais-Royal dont se plaint Saint-Simon dès (...)
  • 65 D. Reynaud parle de « fausse foire » pour la conception et l’organisation des fêtes sous la Régence (...)

24Ajoutons d’ailleurs que le dit bal se tient dans la salle qui jouxte… le Palais-Royal. La caractérisation de ce palais et de son organisation comme système nous intéresse pour définir le fonctionnement curial sous la régence. Or le Palais-Royal est tout autant une cour qu’un centre politique et un lieu administratif : le cadre architectural ou le luxe et la magnificence des lieux, la présence et même le logement des officiers du prince, le cérémonial et même le culte de sa personne, la cour faite par une masse importante de solliciteurs et de notables, les plaisirs aristocratiques et les activités courtisanes. Bien des traits de la cour versaillaise s’y retrouvent. Mais on peut noter aussi bien des différences : le Régent n’est pas le roi et, en particulier, n’est pas Louis XIV, la vie privée du prince y a cours officiel mais dans une distinction assez aléatoire avec sa vie publique63, le cérémonial y est fortement allégé64 et Philippe est beaucoup plus accessible au public. Le Palais-Royal n’est pas le Louvre (ou les Tuileries), mais un substitut complémentaire, tout comme le Régent complète le rôle de l’enfant roi : ainsi l’organisation curiale de la régence n’est pas la suppression de la cour ni la « foire » qu’on a souvent dénoncée, elle fonctionne et elle se répartit différemment dans la ville65.

  • 66 A. Farge, Dire et mal dire, l’opinion publique au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1992, p. 30.
  • 67  C’est notamment le cas du « bal que le duc de Bourbon donna avant-hier [8 mars 1718] à leurs Altes (...)
  • 68  D’Argenson (fils) annonce ainsi en décembre 1717, que « M. de Magny-Foucault [introducteur des amb (...)
  • 69  Les curiosités de Paris, Versailles, Marly, Vincennes, Saint-Cloud et des environs, Paris, Saugrai (...)

25Plus encore, et pour finir sur ce sujet, elle tend à fusionner Cour et ville. Selon A. Farge, « la cour n’est plus comme au xviie siècle, une scène qui ne tire sens que de la présence du roi, mais un ensemble de scènes diversifiées et délocalisées se donnant en spectacle à un public varié et se constituant grâce à cette multiplicité. Ainsi le chroniqueur qui observe la cour est forcé de voir ceux pour lesquels elle se montre et se pare66 ». L’Histoire journalière de Dubois de Saint-Gelais est alors une chronique de la cour dans la capitale. Ainsi on ne peut même pas limiter les activités et manifestations courtisanes à celles organisées par les diverses autorités monarchiques ou parisiennes. C’est ce que traduit d’Argenson dans une lettre adressée à la marquise de Balleroy, le 22 janvier 1717 : « J’ai trouvé Paris beaucoup plus magnifique que je ne l’avais laissé, les spectacles et les bals doublés, et partout meilleure compagnie que l’hiver passé ». Paris est magnifique parce que s’y déploient les activités et les attraits de la cour. Parce que la cour du roi est réduite, parce que le roi, le Régent et tous les éléments notables de la cour royale fréquentent officiellement et officieusement des lieux privés, la distinction mise en avant sous Louis XIV ne joue plus entre cour et ville, courtisan et aristocrate, sociabilité curiale et mondanité privée. Il y a complémentarité, et même plus, collusion. Le bal de l’Opéra, par exemple, se double de la fréquentation d’une multitude d’autres bals, chez la duchesse de Berry au Luxembourg, chez les ambassadeurs d’Espagne ou du Portugal, chez les grands nobles67. Mais on peut en dire autant en ce qui concerne la musique, le théâtre, la conversation courtoise, le jeu68. De même, la mode continue à évoluer avec rapidité, mais le roi ne joue plus de rôle normatif : la société parisienne le remplace. Ainsi, selon le guide de tourisme de Saugrain, dans les jardins des Tuileries, « vous serez surpris d’y voir à toute heure du jour une infinité de personnes de la première qualité, et de la bourgeoisie, qui y viennent goûter le plaisir de la promenade, et qui s’examinent les uns les autres, réfléchissent à ce qui enchérira sur les modes, et à qui en inventera de nouvelles. La critique y a aussi sa bonne part69 ».

Culture et lettres à Paris sous la Régence

  • 70  Daniel Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 415. Le livre précité d’Antoine Lilt (...)

26Ce n’est que dans ce riche contexte que l’on peut caractériser et expliquer l’importance des rapports de Philippe d’Orléans avec les lettres, par-delà ses minces initiatives personnelles en la matière et ses relations méconnues avec des personnages comme Fontenelle. Car le retour à Paris et, du coup, l’impulsion donnée à la politisation de la bonne société, à la création d’une opinion publique, mais aussi à la multiplication des spectacles, des cafés, des salons, comme des journaux et des correspondances, etc., tout cela qui relève en partie de l’action du Régent entraîne l’évolution des Lettres parisiennes. On peut ainsi montrer que la Régence joue un véritable rôle entre les temps de Louis XIV et de Louis XV, que c’est elle qui assure et même fait le transfert d’une réalité à une autre. La Régence est ainsi le temps de passage de l’opposition libérale aristocratique à la critique philosophique qui en reprend ou en hérite nombre d’éléments70. Or, l’un des facteurs ou des acteurs principaux de ce passage fut la monarchie sous sa forme régencielle : en effet, ce fut elle qui procéda à une ouverture nouvelle des premiers rangs des pouvoirs à l’aristocratie en tant que telle, comme l’exprime la polysynodie ; et ce fut elle qui en enregistra l’échec et donc la faillite des positions aristocratiques à la clef, mais sans (pouvoir) revenir en fait à l’état des choses antérieur. C’est ce qu’exprimèrent dès cette époque plusieurs penseurs de la noblesse, dont Saint-Simon ou Boulainvilliers. Le plus connu est Castel de Saint-Pierre et sa maudite proposition de modernisation (par le savoir des experts) de la polysynodie (Discours sur la Polysynodie : où l’on démontre que la polysynodie ou pluralité des conseils est la forme de ministère la plus avantageuse pour un roi et pour son royaume, 1718). À côté du roi-philosophe, les aristocrates et les courtisans temporairement détachés du culte royal se mirent à rêver du rôle de conseiller éclairé et expert, d’autant que les voies du pouvoir leur restaient ouvertes après 1718, avec la faillite de l’ostracisme louisquatorzien sur les postes ministériels et avec un rapprochement certain avec la noblesse de robe concurrente.

27En retour, cette expérience eut aussi des conséquences sur l’absolutisme et le régime monarchique. De la sorte, elle participa des évolutions dans les rapports entre ville et cour qui modifièrent la situation louisquartorzienne : après 1715, Paris acquit un rôle prédominant sur Versailles pour la culture, à l’image de la vie parisienne des courtisans après 1722. Les deux capitales se partagèrent aussi les rôles politiques avec un maintien très net de l’activité politique parisienne et l’essor de son activité administrative, par exemple, avec l’accueil de multiples dépôts d’archives. Dans ce cadre, l’absolutisme ne peut plus être conçu comme avant : il n’est pas un objet mort avec Louis XIV dont la seule évolution serait le déclin inexorable par la suite, l’expérience de la polysynodie trouvant par exemple sa traduction spatiale et sa poursuite posthume dans cette répartition nouvelle entre les deux pôles. Et si la cour se réinstalle à Versailles sans difficulté, en ayant notamment surmonté la crise marquant la fin du règne du Grand Roi, la crise de la courtisanerie, c’est notamment parce qu’elle a intégré le rôle nouveau et complémentaire de la ville et sa puissance ou son influence comme pôle de savoir : le savoir rénove le pouvoir.

  • 71  Une ouverture religieuse (aux jansénistes et aux protestants), une sociale (aux élites aristocrati (...)
  • 72  Suivant la thèse de Christian Jouhaud sur le xviie siècle, Les pouvoirs de la littérature. Histoir (...)
  • 73  J’emploie ici le terme personnifié « Régence » pour désigner la période 1715-1723, ou son gouverne (...)

28Mais l’hypothèse principale que je veux aborder pour finir conduit à nous limiter désormais à la perspective étroite du sujet donné : les ouvertures auxquelles ce régime procèderait selon Emmanuel Le Roy Ladurie71, et auxquelles j’ajouterais une nouvelle, une ouverture culturelle, ont certes transformé les pouvoirs, mais aussi les savoirs et notamment les lettres. Cela se traduit, par exemple, par la création de nouvelles politiques d’État, le rééquilibrage des autorités traditionnelles (les académies, l’église…), la fomentation des éléments des Lumières (les salons, la mathématisation du monde, la promotion de la science, la genèse de l’opinion publique…). C’est ce qu’exprime le geste apparemment banal de Fontenelle envers son prince et ami le duc d’Orléans, l’adresse d’un poème pour saluer sa lecture des œuvres de Rabelais : il s’agit, certes, d’une démarche classique dans le monde aristocratique de la fin du xviie siècle, de la part d’un féal envers son haut protecteur et mécène, dans un temps où la dépendance des hommes de lettres envers les puissances politiques s’est renforcée72. Mais, parce que le poème concerne et le sulfureux Rabelais et l’autorité politique première du moment, le Régent, il acquiert une tout autre signification qui nous ouvre les portes du siècle des Lumières. D’abord, il rehausse les aristocrates par la culture partagée, par la fréquentation « à égalité » des hommes de lettres, selon le principe des salons du xviiie siècle. Philippe est ainsi apprécié comme un homme de culture, un noble distingué, un expert. Ensuite, par son caractère publicitaire indirect d’ailleurs habituel des démarches de ce prince et des conventions de la mondanité, il souligne l’esprit d’ouverture du Régent et de sa politique, ouverture à une figure (Rabelais) décriée par la littérature classique et réhabilitée par la nouvelle génération, ouverture ainsi à la connaissance, à la critique, à la remise en cause des autorités, à la modernité et au soutien des nouveautés et des réformes tant en matière politique que dans le domaine des arts et des lettres. Le siècle des Lumières naît avec la Régence et en partie par la régence73. J’en donnerai ici trois illustrations rapides.

Des cours aux salons : le stade intermédiaire des cours princières ?

  • 74  Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, op. cit..

29Tout d’abord, il nous est possible d’évoquer l’apparition des foyers des Lumières à cette époque, mais pas forcément là où il est habituel de les placer. Du reste, et pour être plus clair, le salon de Mme de Lambert a déjà été très étudié et je n’aurais pas grand-chose à rajouter, d’autant que le duc d’Orléans n’en était pas. Mais c’est la réflexion nouvelle sur les salons des Lumières, d’Antoine Lilti notamment74, qui m’incite à reconsidérer la place et le rôle d’autres lieux alors existants. En détruisant la définition classique de salon, ce spécialiste du sujet nous incite à en étendre les fonctions et même le statut à ces autres lieux, en particulier aux cours princières qui occupent alors le devant de la scène parisienne. Par l’analyse, et malgré l’appréciation dépréciatrice de Mme de Lambert elle-même, se repose la question du rôle de la cour de Sceaux et même de celles du Palais-Royal ou du Temple.

  • 75  Ibid., p. 61-62 pour le chapitre 2 comme pour la diversité des salons, p. 136 pour l’indistinction (...)
  • 76  Ibid., p. 77-79. De même Roger Marchal relève-t-il : « le renouvellement des salons littéraires au (...)
  • 77  Roger Marchal, Fontenelle à l’aube des Lumières, Paris, Champion, 1997, p 104-110.

30Dans sa thèse (portant essentiellement sur la seconde moitié du xviiie siècle), Antoine Lilti, rappelle que le terme salon apparaît seulement sous la Révolution française, et que nombreuses sont ses dénominations antérieures (notamment la société et le monde). Il doit même littéralement partir « à la recherche des salons » (titre de son chapitre 2), soulignant leur diversité de forme et de contenu. Il conteste aussi la distinction classique mais caricaturale faite entre les salons philosophiques et les salons aristocratiques75. C’est ce qu’illustre précisément le cas de la cour de Sceaux des années 1710-1730, Antoine Lilti repérant d’ailleurs l’hésitation de l’historiographie pour qualifier cette société de la duchesse du Maine entre salon et cour. Il en conclut que « Sceaux semble faire le lien entre le siècle de Louis XIV et le siècle des Lumières, mais aussi entre la cour et les salons. Elle abritait des divertissements mondains et lettrés, une sociabilité qui tenait à la fois de la cour princière et du salon. […] De la Cour aux salons, comme des salons aux loges, l’histoire des pratiques mondaines brouille les frontières que dresse une classification hâtive76 ». Ainsi, la Cour de Sceaux, dénommée ainsi parce qu’elle est le cercle et le fruit de l’activité d’une famille princière (par l’alliance de deux familles de sang royal, les Condé avec Louise-Bénédicte de Bourbon, et les Bourbons par le duc, fils légitimé de Louis XIV), satisfait à bien des critères énumérés par Antoine Lilti « pour circonscrire cette forme de sociabilité » salonnière. Hospitalité et régularité, présence des hommes de lettres, des savants et des artistes pour ces qualités et rôle essentiel des femmes, loisirs mondains et activités philosophiques et littéraires majeures, enjeux mondains et politiques et liens avec la cour et les milieux des pouvoirs, etc., tous ces critères se retrouvent dans cette bonne société. Les travaux littéraires occupent une place de choix dans ce vaste programme que ne résument pas les célèbres Grandes Fêtes de 1714-1715. Elles passionnent d’ailleurs la duchesse, femme de culture remarquable qui sut s’entourer d’intellectuels renommés, notamment le double académicien et mentor Malézieu, mais aussi Houdar de la Motte, le comte de Caylus, Montesquieu, Polignac, la baronne de Staal-Launay et Mme du Deffand… et, bien sûr, Voltaire et Fontenelle. En 1714, le jeune Voltaire leur soumet sa nouvelle pièce, Athalie, et en 1718 Fontenelle sa toute fraîche Histoire des oracles. Mais c’est sans cesse que les habitués de Sceaux se livrent aux montages et représentations de pièces de théâtre dans la salle de spectacle du premier étage du palais (la duchesse la première, qui aime à jouer les rôles de soubrette comme les aristocrates de ce temps inspirés par le théâtre de foire de Gueulette), sans cesse que se tiennent les concours de poésie et autres bouts rimés. Cette cour tient aussi le premier rang des Anciens dans la querelle d’Homère des années 1710, la seconde manche de la querelle des Anciens et des Modernes. On perçoit ainsi que Sceaux sert alors de pôle de formation et du goût ou jugement critique esthétique dont Thomas Crow montre l’émergence générale à cette époque, et de pôle de la création littéraire et de ses modes elles-mêmes. Par connivence plus que par commande de la part de ce cercle littéraire, Fontenelle compose de la sorte en 1719 une pièce de théâtre écrit, Macate, une reprise modernisatrice d’un projet inédit de l’abbé Genest (un des grands conseillers de la duchesse, récemment décédé), surtout une pièce du genre mixte (mi-comédie mi-tragédie) où cet expérimentateur par son « théâtre en liberté » et dans « son laboratoire dramatique », « se montre en accord avec les recherches et les tendances nouvelles de son siècle77 ».

  • 78  Op. cit., p. 227. La table et l’hospitalité sont des composantes essentielles de la mondanité aris (...)

31Ce dernier exemple nous ramène au Palais-Royal et au duc d’Orléans car il montre combien, en dépit d’oppositions politiques en fait exagérées et temporaires, les deux cours connaissent de personnels ou de fréquentations communes, de rapports intellectuels et mondains. D’un point de vue politique, on reconnaît d’ailleurs la stratégie habituelle du duc d’Orléans qui consiste le plus souvent à rechercher l’alliance et la collaboration avec ses adversaires ou concurrents. N’oublions pas, du reste, que les Orléans et les Maine sont cousins. Ce n’est pas tout. Avec le rappel du contexte de lutte politique que nous avons fait, et du prestigieux personnel intellectuel qui y est logé ou accueilli, on ne peut plus accepter de réduire le Palais-Royal du Régent à sa réputation d’un bordel, résumé par les orgies et les soupers fins des roués. En soulignant la fausse égalité affichée des salons, que Roger Marchal repère chez Mme de Lambert, dont il attribue une bonne part de la paternité à Fontenelle, en établissant combien le salon fut Un monde aristocratique, répondant à la mondanité et la sociabilité nobiliaire, permettant à l’aristocratie de produire une culture distinctive, Antoine Lilti nous montre combien la parenté est forte avec les cours de ce temps. La Régence constitue précisément le moment du triomphe de l’aristocratie et le Palais-Royal son temple principal. Remarquons d’ailleurs que l’étiquette y est fortement assouplie par rapport à Versailles. En fait, se pose la question de la place dans l’histoire culturelle de ces cours princières, diminuées au temps du Versailles de Louis XIV, résurgentes avec la Régence parisienne, mais ensuite happées par la mode des salons. Ces cours pourraient être ainsi des stades intermédiaires entre cour royale classique et salons des Lumières, sans jamais disparaître cependant. Pour ce qui est du Palais-Royal de Philippe, nous allons insister dans les lignes suivantes sur l’activité de théâtre qui s’y tient, mais il y a bien lieu d’essayer, à l’aide de nouvelles recherches dans les archives, de tenter de percer le mystère de ses activités de loisir, comme l’activité qu’a pu y avoir Fontenelle. Au moins une des activités importantes des salons, parfois majeures comme chez le maréchal de Soubise à la fin du siècle selon Antoine Lilti78, est attestée chez le duc d’Orléans : la cuisine gastronomique à laquelle Philippe prête lui-même la main, mais que l’on retrouve aussi à Sceaux – après 1720, il y est donné des festivals de gastronomie sous le contrôle du gourmet célèbre de Fontbonne. Il y aurait lieu aussi d’y adjoindre l’étude de la cour épicurienne des Vendôme (dite aussi cour du Temple puisqu’elle se situe dans cet endroit de Paris, au sud-ouest de l’actuelle place de la République), tout aussi peu réductible à sa légende rose de ses fins soupers, et que fréquentèrent Voltaire et le président Hénault, où l’on faisait de la poésie avec l’abbé de Chaulieu, un autre habitué de la cour de Sceaux… Reconnaissons cependant que ces cours ne peuvent être exactement des salons parce que, par exemple et en matière de lettres notamment, certaines pratiques curiales y perdurent : le mécénat et ses traductions publiques, ainsi l’art dédicatoire, y sont ainsi la norme, tout comme la duchesse du Maine s’enorgueillit de son « ordre de la mouche à miel » à Sceaux ; l’engagement déclaré, notamment politique, les définit donc.

Une double politique culturelle : d’État et dynastique

  • 79  Françoise Bléchet, op. cit., p. 55 et p. 65.
  • 80  À la direction des Académies qu’il avait réglementée largement en 1699-1701 et qu’il n’avait pas l (...)
  • 81  Plus même : « Cette administration flambant neuve [dans les dernières années du règne de Louis XIV (...)
  • 82  Georges Frêche, Jean Sudreau, Un chancelier gallican : Daguesseau, Paris, PUF, 1969, p. 22.

32Mais, par là, on peut voir que le Régent a poussé à une véritable politique d’État. Certes, il n’a pas fait l’abbé Bignon et son programme de réorganisation du magistère intellectuel de la monarchie des années 1660-1680. Mais ce dernier a dû, après les reculs de 1714, reconquérir sa place dirigeante auprès du duc d’Orléans vers 1717-1718, avec l’aide connue de Fontenelle. Comme la majorité de la bonne société parisienne et de l’appareil monarchique dirigeant, l’abbé est entré dans la clientèle du Régent, de même que son action s’est insérée dans la vaste politique de réformes menées alors, notamment en direction de l’État. De cette collaboration est né, du reste, un surcroit de pouvoir pour les deux hommes, et c’est avec la Régence que Bignon devient un deuxième Colbert. Comme l’établissent les travaux de Françoise Bléchet sur l’abbé Bignon, il faut replacer sa politique dans une œuvre plus vaste de restauration de l’autorité et du magistère de l’État dans le domaine intellectuel, qui lie la Librairie à l’utilisation d’autres institutions royales, elles aussi rehaussées. En l’occurrence, la réorganisation du système s’effectue à partir de la Bibliothèque royale dont l’abbé, « son premier vrai administrateur », fait « le point de convergence » des lettres et des sciences, où se « coordonne les activités des autres établissements79 ». Dès son retour en 1718 et jusqu’en 1726, il travaille à changer l’architecture ancienne des institutions en libérant de la tutelle de la surintendance des Bâtiments les éléments le monde savant et intellectuel. Cumulant de multiples postes80, il crée un nouveau pôle de contrôle autour de la Bibliothèque qu’il refonde en même temps. En effet, avec l’aide du Régent, il regroupe « en un seul dépôt administré de façon rigoureuse et ouvert à tous », les diverses collections du roi qu’il étoffe de nombreuses acquisitions. Fixant l’établissement rue Vivienne à partir de 1711, il fait rénover l’hôtel Richelieu de manière à pouvoir organiser le dépôt en cinq départements spécialisés qui vont devenir le modèle classique de la bibliothèque moderne. Il y emploie un personnel nombreux et qualifié de professionnels largement issus des académies ou du Collège royal qu’il satellise aussi. En 1723, il renforce les liens avec la Librairie en incluant le dépôt légal dans le code de février. Au même moment, il relance le Journal des savants en perdition et ouvre l’Imprimerie royale aux écrits des académies. À côté d’un volet répressif et autoritaire, il poursuit une politique de reconquête positive du pouvoir royal sur le monde intellectuel par le mécénat redéveloppé, par une politique institutionnelle d’ampleur et par une ouverture réelle : durant tout son ministère, la pratique de la permission tacite perdure et enfle81 ; si la Bastille semble bien remplie à la fin de la Régence, les détentions et peines sont en fait plus légères et l’exercice du directeur de la Librairie de 1721 à 1723, Claude Dubois passe pour assez libéral et tolérant82. L’absolutisme semble ainsi montrer une certaine souplesse dans le maniement de ses rapports avec la société.

  • 83  Voir notamment divers chapitres du livre de R. Marchal, Mme de Lambert et son milieu, dont p. 234- (...)
  • 84  Roger Marchal, Mme de Lambert et son milieu, op. cit., p. 266.

33En effet, d’ampleur importante encore pour Philippe, sonne le triomphe des Orléans dans leur collusion avec le salon de Mme de Lambert et dans la maîtrise d’institutions de pensée comme l’Académie française. Pour cette dernière, le symbole en sera l’élection du bien modeste homme de lettres Dubois en son sein, mais devenu cardinal et Premier ministre83…Selon Roger Marchal, « le fait marquant, sous la Régence, c’est l’intervention beaucoup plus nette du pouvoir dans les élections [académiques] ; mais les liens qui unissent le Palais-Royal aux cercles éclairés de la ville atténuent les inconvénients de ces mœurs fâcheuses », notamment la médiation du principal de ces cercles, le salon de Mme de Lambert, où dominent justement les orléanistes84. Ainsi le Régent réoccupe-t-il toutes les positions intellectuelles et idéologiques conquises par Louis XIV, et même en ajoute-t-il.

  • 85  Ce qu’ont encore souligné les analyses de R. Debray (dont Sur le pont d’Avignon, Flammarion, « Caf (...)
  • 86  Pierre Monnier, Jean Sgard, Les plaisirs de la Tronche, Grenoble, ELLUG, 2006, p. 30.
  • 87  Journal, t. XVI, p. 498. Voir le grand ouvrage d’Henri Lagrave, Le théâtre et le public à Paris de (...)
  • 88  Avec le duc d’Antin et le gouverneur de Paris, elle a notamment récupéré le magistère de la scène (...)
  • 89  Les correspondants de la marquise de Balleroy, publ. par E. de Barthélemy, Paris, 1883, 2 vol., Le (...)

34Mais le Régent investit aussi le domaine de la lutte politique en d’autres lieux, l’ouverture intellectuelle l’y obligeant, et menant, à ce moment, à une politique dynastique : lié au politique, souvent de façon nette85, le théâtre lui fournit une autre scène, agitée par les débats de l’époque. Là encore, il est possible d’illustrer le phénomène par de nombreux faits : signe supplémentaire de rupture avec les temps antérieurs, dès son retour à Paris, le duc d’Orléans y emploie ses pouvoirs et moyens personnels redoublés par ceux de la monarchie. Il restaure la compagnie des Comédiens-Italiens supprimée par Louis XIV (à l’occasion d’une attaque contre Mme de Maintenon) et la patronne de manière officielle. Il la fait souvent jouer dans la salle du Palais-Royal, il intervient dans sa direction et son orientation : en octobre 1717, il œuvre pour lui rattacher le comédien et auteur, Biancolelli, comme dramaturge italianisant et comme doublure du principal Arlequin, Thomassin86. Il relance aussi les activités de l’Opéra (le spectacle-type de l’absolutisme), dont la principale salle jouxte justement le Palais-Royal, et qui répond à la demande de loisirs accrue par le retour dans la ville de la cour. Cette fois, on peut arguer du goût prononcé que Philippe a toujours exprimé pour le théâtre et l’opéra. Celui-ci recoupe en fait l’intérêt et la pratique de la noblesse et de la monarchie que ressentent aussi sa mère (la princesse Palatine) et le chroniqueur aristocratique de la vie de cour, Dangeau. Le 29 novembre 1716, ce dernier note que « M. le duc d’Orléans entendit l’opéra avec Madame, dans sa loge, où elle était avec les princesses ses petites-filles ; il y aura toutes les semaines sur le théâtre de l’Opéra une comédie française et une italienne, afin que Madame, qui aime les spectacles, puisse les voir ; mais elle ne veut les voir que dans sa loge et ne point aller les chercher87 ». Comme nous l’avons vu, le Palais-Royal recueille et polarise une grande partie de la vie de la cour parisienne, tandis que les Tuileries ne s’animent que de temps en temps. Mais la famille d’Orléans ne se contente pas de faire de son palais un haut lieu des loisirs de la bonne société. Philippe et ses enfants s’affichent dans les scènes publiques, où ils se distinguent : sa fille, la duchesse de Berry, utilise les représentations pour affirmer la primauté de la famille princière et en augmenter les prétentions, en allant jusqu’à usurper, par exemple, des attributs ou des signes de majesté royale88. Philippe assiste à bien des représentations théâtrales et aux bals de l’Opéra, dans lesquels il devient à l’occasion acteur et emporte de la sorte l’attention et l’adhésion du public. En mars 1717, il fut ainsi fêté comme le nouveau Samson terrassant ses ennemis, par les Comédiens italiens qui jouaient une pièce du même nom et qui attiraient alors « tout Paris89 ».

Une politique de lettres nouvelle au sein de la politique culturelle

35À notre tour, nous suggérons alors que le Régent déploya ainsi une véritable politique de théâtre, voire de lettres car tous leurs secteurs sont touchés, une politique culturelle qui cherche, à travers la confrontation et le combat, l’entente et la collaboration, à convaincre et à rallier, pour finalement dominer comme le veut la logique de l’absolutisme sous-jacent.

  • 90  Patrice Péveri, Techniques et pratiques du vol dans la pègre du Paris de la Régence d’après les ar (...)
  • 91  La manipulation informative effectuée par les diverses autorités parisiennes fut alors « le moyen (...)
  • 92 G. de Broglie, L’orléanisme, op. cit., p. 97.

36Ainsi le salon de Mme de Lambert et ses orléanistes au premier chef, dont Fontenelle en particulier, soutinrent la position des Modernes lors de la querelle d’Homère, mais ils cherchèrent aussi la réconciliation avec le camp opposé des Anciens, ce que traduisent les résultats contrastés des élections à l’Académie française sous la Régence : elles permettent la formation d’un camp des Modernes, prédominant, mais elles laissent aussi gagner des partisans de l’Antiquité susceptibles de coopérer. Ainsi, en 1719-1720, l’affaire Cartouche battit son plein, affaire dont Patrice Peveri a montré combien elle se mua en une opération didactique de propagande policière90. Or, l’un de ses temps forts fut la pièce de théâtre du dramaturge Legrand qui put tout à la fois rencontrer et interviewer le bandit dans sa prison à plusieurs reprises, écrire et faire jouer avec grand succès sa pièce-témoignage avant même l’exécution de Cartouche, le tout nanti de toutes les autorisations officielles nécessaires91 ! On peut rappeler aussi comment le duc d’Orléans et Dubois réussirent à récupérer le jeune Arouët/Voltaire qui avait débuté sa carrière de polémiste dans les cercles de la dissidence et qui, après quelques rétorsions, servit à diverses reprises et par sa plume le Régent et sa réputation. Cela survint notamment à l’automne 1718, quand le duc d’Orléans retourne à son profit, par son intervention personnelle lors de la représentation, la charge péjorative contenue dans l’Œdipe de Voltaire, jouée le 18 novembre : alors que la pièce et la mise en scène ont multiplié les allusions au couple supposé incestueux Orléans-Berry, et que l’acteur principal prend même la tête du Régent, celui-ci assiste au spectacle, y rit ouvertement, applaudit et finit par gratifier l’acteur d’une pension de 2000 £92 ! Les lettres ne pouvaient échapper aux enjeux politiques de leur époque.

37Mais la politique engagée dépasse les enjeux circonstanciels, elle prend place dans l’œuvre de réforme de l’absolutisme et du régime politique engagée autour de la Régence. Pour le comprendre, repartons encore une fois de la querelle d’Homère et de l’attitude nouvelle des « orléano-modernistes » qui, plus que Louis XIV, penchent pour la novation mais aussi recherchent la conciliation et la réconciliation, et sont donc, dans le temps de leur victoire, en position dominante : c’est, transposé ici au domaine des lettres et de la culture, les exacte attitude et stratégie politiques qu’adopte le duc d’Orléans en tous domaines avec son accession au sommet de l’État : une politique d’ouverture limitée et prudente rendue possible par la détention du pouvoir. Elle cherche toujours la collaboration d’élites ou de concurrents de poids (ainsi les mécénats et loisirs princiers), du fait de la politique de réforme rendue nécessaire par la crise du pouvoir louisquatorzien (notamment dans sa tentation de monopole intellectuel, au moment où s’intensifie la « crise de conscience européenne ») et la révélation de pouvoirs concurrents (ainsi les cours princières et autres lieux d’expression d’un Paris en floraison). Il s’agit donc d’une politique de consensus parce que de compromis acceptant, dans un but d’intégration et de contrôle, d’utiliser des instruments ou des démarches critiques semblant appartenir jusqu’alors à d’autres registres que celui de l’absolutisme (tels ceux du libéralisme aristocratique ou du courant dévot).

  • 93  Lui-même animé par cette même tendance durant son règne, en fait tendance permanente d’un absoluti (...)

38Nous reprenons ainsi en marche le mécanisme profond de l’absolutisme sous la Régence, la transition conservatrice de l’absolutisme. Cela commence en 1715, par un discours et une attitude spectaculaire de rupture avec les orientations de Louis XIV93. Pour le domaine des lettres, cela va se traduire par exemple par l’abandon de l’essai de monopole du théâtre (et des œuvres littéraires) avec la restauration princière (et non royale) des Comédiens italiens, avec plus d’espace et de reconnaissance donnés aux forains (des spectacles des foires) et aux pratiques littéraires privées (ce qui est sans doute repérable dans les chroniques plus étoffées ou plus prolixes sur ces sujets du Mercure galant et d’une presse plus nombreuse qu’auparavant, ainsi que dans les correspondances nobiliaires). Au contraire, les prérogatives des institutions royales louisquatorziennes régressent, que l’on considère les organes de production des œuvres et des spectacles (les Comédiens français, les académies…) ou ceux de censure et de répression (avec le recours croissant à la permission tacite, l’affaiblissement des poursuites pour infraction aux privilèges…). Dès les dernières années du règne du Grand Roi, se manifestent des évolutions de la sorte, là où on ne s’attendrait pas à les trouver pourtant, à la cour de Sceaux que les historiens présentent trop souvent en opposition avec Versailles. C’est le cas quand Malézieu, pourtant doublement académicien et employé par ceux que l’on annonce toujours comme les fidèles héritiers de Louis XIV, conçoit sur commande princière une satire théâtrale de l’Académie française parce qu’elle a refusé d’accueillir en ses rangs le duc du Maine.

39Pour penser ensemble tous ces mouvements divergents et même contradictoires, il est utile de recourir à cette vision dialectique de la transition conservatrice de l’absolutisme. La cour de Sceaux est une autre émanation de Versailles, d’un Versailles en quelque sorte en panne avec un Louis XIV vieillissant, mais dans une logique absolutiste toujours innovante et de plus en plus réformatrice. Les rapports entre Versailles et Sceaux ne sont donc pas univoques mais divergents et contradictoires, avec une cour princière qui n’est pas une simple reprise (quand le roi y prête fréquemment sa musique, moins employée qu’auparavant à Versailles, par exemple) ou une simple opposition de la cour royale, mais les deux à la fois.

  • 94  C’est ce dont témoigne aussi, selon Stéphane Van Damme (Paris, capitale philosophique. De la Frond (...)

40En réalité, pour les lettres comme pour d’autres secteurs culturels, les évolutions du contexte poussent à abandonner la recherche de plus en plus factice du monopole d’État ou plutôt du roi, et à faire une part nouvelle aux autres et au privé, à l’époque où, du reste, se forment les notions structurantes de privé et de public, un public qui associe maintenant visiblement le privé au roi. La deuxième phase de la querelle d’Homère se déroule ainsi essentiellement hors des académies et de la sphère du pouvoir royal, descendant dans les salons et dans le public mondain, sans que le roi se prononce (ou le Régent). Les orléanistes, à l’image de Philippe et de son inséparable Dubois connus pour eux-mêmes déambuler dans le Paris nocturne, exercent leurs talents et leur influence hors du Palais-Royal ou du Louvre. En même temps, le Régent mène un intense travail de propagande en direction de la bonne société. La censure redéployée par l’abbé Bignon s’appuie notamment sur la participation intéressée des libraires parisiens et non sur les seules forces trop étroites de l’administration. Dans tous les domaines culturels, en particulier des loisirs et des spectacles privés, se manifeste la même attitude nouvelle : que ce soient la presse, le jeu, les bals et la danse, l’opéra et la musique, le théâtre…, le pouvoir hésite nettement et tente facilement la permission tacite et le contrôle policier ou public, plutôt que l’interdiction d’activités privées en essor irrésistible94.

  • 95  Nombreux exemples dans Henri Lagrave, op. cit., chapitre 8 : La concurrence. Remarquons aussi que (...)
  • 96  Ce que reflète encore la définition remaniée par Stéphane Van Damme de la Philosophie pour la Fran (...)

41On reste bien dans le ressort de l’absolutisme, des attitudes ou tendances classiques se manifestant sans cesse : des interdictions de pratique théâtrales musicales s’exercent toujours, ainsi des Comédiens français et de l’Opéra face aux forains ou entre eux, la monarchie tirant d’ailleurs des profits financiers des monopoles octroyés95 ; Voltaire et d’autres auteurs ont droit à un « logement » à la Bastille (selon le commentaire de Voltaire au Régent) ; Versailles est finalement ralliée et le mécénat royal redéployé après 1722… Mais dans cette politique, qui n’est pas aussi rationnelle, cohérente et même consciente que notre reconstitution tend à le faire croire, des changements irrémédiables et incontrôlables se produisent, qui font transiter l’absolutisme vers une phase nouvelle. Un jugement esthétique autonome du pouvoir monarchique se forme, en attendant que se révèle l’opinion publique : Fontenelle en est un des artisans, lui qui ne va pas démarcher dans la bonne société pour le seul compte du duc d’Orléans, mais surtout pour celui de la modernité et de la philosophie96.

42Inversement, le Roi n’est plus seul, sa gloire n’est plus tant à l’ordre du jour, le bien commun et l’intérêt public tendent à l’emporter désormais, tout comme l’honnête homme et le philosophe aux dépens de l’ancien courtisan. Le magistère intellectuel et culturel du roi n’existe plus dans ses formes du xviie siècle. Qu’importe cependant pour l’époque de la Régence, car cette ouverture à la société se fait encore pour le roi et pour l’État, par le roi et par l’État, et non contre eux.

43Décidément, « Philippe d’Orléans et les lettres » : vaste sujet !

Haut de page

Notes

1  La musique du duc d’Orléans accompagne ainsi les différentes scènes du plus célèbre film sur la période de la Régence, le Que la fête commence de Bertrand Tavernier (1975), mais les dialogues ne sont pas son œuvre.

2  Voir, notamment, Françoise Bléchet, Recherches sur l’abbé Bignon, 1662-1743, académicien et bibliothécaire du roi, d’après sa correspondance, Paris, Position des thèses de l’école nationale des Chartes, 1974, et son article « L’abbé Bignon, bibliothécaire du roi, et les milieux savants en France au début du xviiie siècle », dans Buch und Sammler, Private und öffentliche Bibliotheken in 18. Jahrhundert, Heidelberg, 1979, p. 55-65.

3 « Philippe d’Orléans et les sciences », dans Cahiers Saint-Simon, n° 34, année 2006.

4 Un des grands spécialistes de l’histoire de l’art du xviiie siècle, dont nous allons utiliser à plusieurs reprises l’œuvre principale, La peinture et son public à Paris au xviiie siècle, Paris, Macula, 2000.

5 David Hennebelle, De Lully à Mozart. Aristocratie, musique et musiciens à Paris (xviie-xviiie siècles), Seyssel, Champ vallon, 2009, § « La seconde émancipation sous la Régence », p. 70-82.

6 R. Marchal, Mme de Lambert et son milieu, Oxford, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, T. 289, 1991, p. 282 par exemple.

7  Paul Hazard, La crise de la conscience européenne 1680-1715, Paris, Boivin, 1935. Cette crise, avant tout française, procède du doute, de la remise en question des croyances et conceptions établies jusqu’alors (l’ordre, le sens de l’autorité, l’argument d’autorité et les dogmes de l’église, le patriotisme monarchique…) ; progressent en sens inverse la raison, la critique, la conscience de l’individu et de ses droits, la connaissance et l’expérience…

8  Voir Jean Lagny, « L’hôtel de Saint-Simon à Versailles », dans Cahiers Saint-Simon, 1984, n° 12. G. Poisson n’était pas de cet avis cependant (p. 8-9). Mais la récente recherche de Christophe Blanquie sur la correspondance de Saint-Simon, « ne vérifie pas l’image d’un courtisan prisonnier de Versailles […] On mettra en rapport la distance conservée avec Versailles et la nature de ses réflexions sur les hôtels parisiens », Christophe Blanquie, « Saint-Simon épistolier ? », Cahiers Saint-Simon, 2001, n° 29.

9  Voir Jean Lagny, op. cit., et P. Lemoine, « Les logements de Saint-Simon au château de Versailles », dans Cahiers Saint-Simon, 1984, n° 12. F. Tiberghien parle de « reflux urbain » à partir des années 1690 (op. cit., p. 27).

10 M. Delabre, Le duc du Maine (1670-1736) et la « lutte des clans », Maîtrise de l’université de Paris I, 2003, p. 95.

11  En 1714, Mme de Maintenon se plaint de la formidable affluence qu’elle connaît.

12 F. Tiberghien, op. cit., p. 49, pour les travaux du « chantier permanent » versaillais, par exemple.

13 R. Guillemet, Essai sur la surintendance des Bâtiments du roi pendant le règne de Louis XIV, thèse de droit, Paris, 1912, p. 210-211.

14  Op. cit., p. 204.

15  Op. cit., p. 206.

16 M. Barthélémy, « La musique dramatique à Versailles de 1660 à 1715 », et P. Citron, « Notes sur la musique de chambre », xviie siècle, n° 34, 1957.

17  L’opéra étant « la projection de la vie de cour dans le domaine public », M. Barthélémy, op. cit., p. 17.

18 J. de la Gorce, L’Opéra de Paris au temps de Louis XIV, Paris, Desjonquières, 1992, p. 170-172 ; O. Gourret, Histoire des salles de l’Opéra de Paris, Paris, 1995, p. 35 ; pour le théâtre : T. Crow, op. cit., p. 64.B. Pons, De Paris à Versailles, 1699-1736. Les sculpteurs ornemanistes parisiens et l’art décoratif des Bâtiments du roi, Strasbourg, Association des publications près des universités de Strasbourg, 1986, p. 179. Mercure Galant, juillet 1715.

19 R. Guillemet, Essai sur la surintendance des Bâtiments du roi pendant le règne de Louis XIV, thèse de droit, Paris, 1912, p. 209. Confirmé par l’étude de T. Crow, op. cit., p. 46.

20 G. Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, A. Michel, 1999, p. 473-474, qui précise que l’abbé Bignon (son dirigeant) va instaurer une nouvelle politique pour le xviiie siècle, « une politique du rare avec des tirages limités et des remises parcimonieuses ».

21  Madeleine Barbin, « Le xviiie siècle », dans BNF, L’estampe en France, Tokyo, 1987, p. 100. Elle donne comme exemple le peintre graveur C. Gillot (qui, de plus, a employé Watteau).

22  Peter Burke, The Fabrication of Louis XIV, New Haven – Londres, Yale University Press, 1992. Gérard Sabatier conclut, lui, à la fin des mythologies royales (op. cit., p. 554), tandis que Thomas Crow décèle de nettes évolutions dans le maniement de la mythologie pour la composition des gravures et estampes (op. cit., p. 48).

23  Gérard Sabatier, op. cit., p. 511, à propos de la Grande Galerie, qui n’a « de sens que pour lui », le roi, les autres l’appréhendant de façon divergente (p. 550-555 et p. 568).

24 R. Guillemet, op. cit., p. 207.

25  Citée par Jean Solnon, La Cour de France, Paris, Fayard, 1987, p. 310. Après le décès de la duchesse de Bourgogne, Mme de Caylus se lamente : « Tout est mort ici, la vie en est ôtée » (citée par E. Cazes, Le château de Versailles, Versailles, 1909, p. 340). Duclos, Mémoires, éd. Paris, 1854, p. 471.

26  Jean Solnon, op. cit., p. 310.

27  Jean-Claude Petitfils, Louis XIV, Paris, Perrin, 2002, p. 654.

28  Thomas Crow, op. cit., p. 50. B. Pons, op. cit., p. 109 et 179.

29  Katia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Paris, Champvallon, 1999, p. 382.

30  Marc Fumaroli, Le Poète et le Roi. Jean de la Fontaine en son siècle, Paris, éditions de Fallois, 1997.

31  Nom décidément prédestiné au complot politique… Ici, il s’agit des habitués du grand salon de Mme de Lambert. R. Marchal, op. cit., p. 236-238.

32 J.-C. Petitfils, op. cit., p. 220.

33  Citée par Philippe Erlanger, Le Régent, Paris, Gallimard, 1938, p. 122.

34  La Palatine, Correspondance, éd. Brunet, 1866 ; éd. Rolland, 1874, p. 110-111.

35  Jean Meyer, Le Régent, Paris, France-Empire 1985, p. 82 et 121.

36  Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793) : une nébuleuse aristocratique au xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

37  Ainsi, lors de la grande séance d’organisation de la Régence au Parlement de Paris, le 2 septembre 1715 : pour y justifier la formation de la polysynodie, Philippe d’Orléans précisa « qu’il ne présumait jamais de ses propres forces, et qu’il connaissait son trop peu d’expérience pour prendre sur lui seul la décision d’affaires aussi importantes que celles qui seraient examinées dans le conseil de régence » (Isambert, p. 10). On ne voit pas Louis XIV tenir de tels propos…

38  Il s’agit, au premier chef, de la missive publique envoyée aux intendants le 4 octobre 1715 par le Régent et destinée à être diffusée dans un vaste public : de manière officielle, elle sollicite et encourage l’avis et les conseils de ce public à propos des réformes souhaitables de la fiscalité ; finalement, elle les légitime (AN, AD/IX/471, 4 octobre 1715).

39  Mais dont on discerne encore bien des traces sous la Régence, ainsi chez Barbier qui se méfie radicalement des idées du public et considère qu’on ne peut lui faire confiance (J. A. W. Gunn, Queen of the world : opinion in the public life of France, from the Renaissance to the Revolution, Oxford, Voltaire fondation, 1995, p. 130).

40  Idée que défendent J. A. W. Gunn ou K. M. Baker, à tort à mon sens.

41  BN, Na Fr 23929, D’Antin, Mémoires, p. 101. Il en va de même pour la dilution de la cour dans la ville, la première se soumettant au jugement de tous.

42  On en trouvera des illustrations dans les Mémoires du cardinal de Retz.

43  Même si Saint-Simon en dénonce, mais il a l’esprit à la cabale… La démocratisation du pouvoir (même limitée ici au niveau de quelques élites et ne concernant réellement qu’une partie des pouvoirs) a permis d’individualiser les sorts et de désolidariser les groupes. On peut, toutefois, soupçonner des factions à partir du problème religieux, parce que l’autorité « laïque » du Régent a plus de mal à le maîtriser.

44  Voir Thomas Crow, op. cit., p. 5 – 55. Ce phénomène ne se crée pas seulement sous la Régence, mais celle-ci lui donne une impulsion décisive.

45  Jean-Marie Goulemot, Le règne de l’histoire : discours historiques et révolutions, xviie-xviiie siècle, Paris, A. Michel, 1996, p. 67. Son essor en nombre dans la stratification sociale est d’ailleurs ultérieur à la Régence.

46  De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie-xviiie siècle, Paris, Albin Michel, coll. Bibliothèque histoire, 2009.

47  Voir avant tout Laurence Croq, « La municipalité parisienne à l’épreuve des absolutismes : démantèlement d’une structure politique et création d’une administration (1660-1789) », dans Le prince, la ville et le bourgeois, Paris, Nolin, Université de Paris X, éd. par Laurence Croq, 2004.

48  Ainsi Sénac de Meilhan notait-il, à propos de leur tenue, que « la maîtresse de maison ne s’occupait pas de faire asseoir à côté d’elle l’homme le plus éminent en dignité, mais celui qui paraissait le plus aimable » (dans Le gouvernement, les mœurs et les conditions en France avant la Révolution, Paris, 1814, p. 123).

49  Dans son étude récente sur la noblesse parisienne, Mathieu Marraud confirme une nouvelle fois le caractère très limité de l’ouverture des salons aux roturiers (op. cit., p. 462-463). Et plus encore le spécialiste des salons des Lumières, A. Lilti (Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005, p. 155). Ce dernier parle d’égalité fictive dans des salons nourrissant la distinction sociale propre à l’aristocratie !

50  Ce, au moment où la Régence remet en cause les anoblissements récents ! Voir l’illustration en fin d’article.

51  Buvat, op. cit., T. I, p. 385.

52 M. Mac Gowan signale la place privilégiée des fêtes dans la vie de cour au xviie siècle (« La fonction des fêtes dans la vie de cour du xviie siècle », dans N. Hep, La Cour au miroir des mémorialistes, 1530-1682, Paris, Klincksieck, 1991, p. 27). En mars 1722, notamment, la ville est conviée aux grandes cérémonies festives des fiançailles du roi avec la petite infante espagnole. La plus grandiose eut lieu sur la Seine le 9 mars, avec un ballet nautique d’une armada de bateaux autour d’un temple de l’hyménée en forme d’arc de triomphe. Elle fut entièrement payée par l’ambassadeur d’Espagne mais organisée par les services du Roi. Et elle fut réussie car « on put dire qu’on ne peut admirer une fête plus belle et plus galante ; on n’a jamais vu une si grande abondance de peuple » (Journal de Paris, mai 1722).

53  Mercure Galant, janvier 1716, p. 188-190.

54  D’où aussi l’interdiction du port des livrées de domestique.

55  Dans les années 1700, le passe-droit était déjà combattu en raison de la situation calamiteuse des finances de l’Opéra. La réitération en des termes catégoriques de ces interdictions trahit la multitude des tentatives des Grands et de leurs suivants d’entrer sans payer. Pour tout ceci, voir Jean Gourret, Histoire des salles de l’Opéra de Paris, Paris, 1985.

56  À six sous l’entrée seulement. Quelques mois plus tard, d’Antin est même chargé d’ouvrir une seconde salle au Louvre (Jean-Claude Petitfils, op. cit., p. 289).

57  Buvat, op. cit., T. I, p. 242.

58  Des chansons satiriques de 1716-1717 leur reprochent de ne plus avoir que cette seule activité ! (Maurepas, Chansonnier, 1715, p. 6 et 10).

59  Situation qui lui arrive aussi et plusieurs fois au théâtre et en public, et que l’on semble retrouvée dans la dernière scène du film de B. Tavernier (l’incendie du carrosse du Régent par les paysans en colère et sans réaction de la part des pouvoirs)

60  Le Mercure galant raconte, dans la suite de son article sur le bal, une anecdote sur les entreprises soigneuses d’« un jeune de condition » auprès de « beautés de haut rang » : illustration des « aventures » annoncées et du déclassement social possible à la clef. Mais celui-ci ne se produit pas parce que la dame que lève le « gigolo » se révèle n’être qu’une tripière, finalement dévoilée, et la tentative n’aboutit pas. La morale et l’ordre sont saufs, mais l’esprit canaille a pu se contenter, sans débordement dangereux : le récit est parsemé de touches vulgaires ou érotiques, par exemple à propos de « l’énorme grosseur de son poitrail » (de la tripière, ce qui trahit sa basse condition sociale ; Mercure Galant, p. 200).

61  Ainsi, le 18 janvier 1718, « la duchesse de Berry étant déguisée en masque au bal de la Comédie française, un masque étranger de nation s’étant approché de cette princesse, qu’il ne connaissait pas, lui dit quelques mots de galanterie, et s’émancipa jusqu’à la prendre par le menton pour l’embrasser ; dont elle se crut si fort offensée que, s’étant aussitôt démasquée, elle ordonna à ses officiers d’arrêter cet inconnu, de le démasquer, de le déshabiller et de l’exposer en cet état, sur le théâtre, à la risée de tous ceux qui s’y trouvaient alors en très grand nombre, ce qu’ayant essayé quelque temps, on lui permit de reprendre ses habits et masque » (Buvat, op. cit., T. I, p. 242). Également le récit de Balleroy sur le duc de Richelieu, au printemps 1722.

62  À l’automne 1718, le duc d’Orléans retourne à son profit, par son intervention personnelle lors de la représentation, la charge péjorative contenue dans l’Œdipe de Voltaire, jouée le 18 novembre : alors que la pièce et la mise en scène ont multiplié les allusions au couple supposé incestueux Orléans-Berry, et l’acteur principal prend même la tête du Régent, celui-ci assiste au spectacle, y rit ouvertement, applaudit et finit par gratifier l’acteur d’une pension de 2000 £ ! (G. de Broglie, L’orléanisme, p. 97)

63  Lorsque l’on considère, par exemple, la nature ambiguë des soupers fins du Régent et de ses familiers, le soir au Palais-Royal : ils sont privés mais tout à fait de notoriété publique (et une scène célèbre du film Que la fête commence s’en fait l’écho) ; ils sont fermés et intimes, mais ils tiennent aussi leur place dans le système de sélection et de distinction régissant l’entourage du duc d’Orléans.

64  D’où le relâchement de l’étiquette dans l’enceinte du Palais-Royal dont se plaint Saint-Simon dès 1715. Le petit duc présente ainsi son ami : « M. le duc d’Orléans n’était pas fait pour les règles ni pour les bienséances, mais pour laisser usurper chacun contre les uns et les autres, sans droit et contre tout exemple constant. Ainsi il permit l’entrée de la seconde cour du Palais-Royal à toutes sortes de carrosses, jusqu’alors réservée comme la seconde cour de Versailles, et il souffrit qu’on drapât le roi qui voulut, jusqu’au premier président de Mesme » (Mémoires, 1714-1716, p. 642).

65 D. Reynaud parle de « fausse foire » pour la conception et l’organisation des fêtes sous la Régence, du fait de sa rupture délibérée avec le goût louisquatorzien et avec le modèle versaillais (« La circulation de l’information », dans D. Reynaud et C. Thomas (dir.), Le Régent entre fable et histoire, Paris, CNRS, 2003, p. 21).

66 A. Farge, Dire et mal dire, l’opinion publique au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1992, p. 30.

67  C’est notamment le cas du « bal que le duc de Bourbon donna avant-hier [8 mars 1718] à leurs Altesses Royales les duc et duchesse de Lorraine [qui] étaient des plus superbes, et le régal des plus somptueux ; mais la foule était si grande que M. le duc Régent fut obligé de mettre le pied à terre à un carrefour pour y entrer » (Mercure galant de mars 1718).

68  D’Argenson (fils) annonce ainsi en décembre 1717, que « M. de Magny-Foucault [introducteur des ambassadeurs de SM] donne le jeudi assemblée de danses et gros jeu ; le dimanche comédie italienne et grand souper ; le lundi bal masqué, précédé d’un concert et d’un souper » (lettre à la marquise de Balleroy, 14 décembre 1717).

69  Les curiosités de Paris, Versailles, Marly, Vincennes, Saint-Cloud et des environs, Paris, Saugrain, 1716, p. 34.

70  Daniel Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 415. Le livre précité d’Antoine Lilti établit à nouveau combien le « monde » des Lumières françaises fut aristocratique, formant d’ailleurs le titre de l’un des sous-chapitres (p. 148 : Un monde aristocratique).

71  Une ouverture religieuse (aux jansénistes et aux protestants), une sociale (aux élites aristocratiques), une économique (à l’économie politique) et une diplomatique (aux puissances maritimes et libérales) ; voir « Réflexions sur la Régence, 1715‑1723 », French Studies, vol. 38, juillet 1984, n° 3.

72  Suivant la thèse de Christian Jouhaud sur le xviie siècle, Les pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

73  J’emploie ici le terme personnifié « Régence » pour désigner la période 1715-1723, ou son gouvernement sous la direction du duc d’Orléans. Et je le distingue de la « régence », mot signifiant le régime de gouvernement lors des minorités de façon générale.

74  Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, op. cit..

75  Ibid., p. 61-62 pour le chapitre 2 comme pour la diversité des salons, p. 136 pour l’indistinction des salons.

76  Ibid., p. 77-79. De même Roger Marchal relève-t-il : « le renouvellement des salons littéraires au début du xviiie siècle ne s’accomplit pas dans l’uniformité : chaque cercle cherche à s’imposer par des habitudes qui lui sont propres » (op. cit., p. 208).

77  Roger Marchal, Fontenelle à l’aube des Lumières, Paris, Champion, 1997, p 104-110.

78  Op. cit., p. 227. La table et l’hospitalité sont des composantes essentielles de la mondanité aristocratique.

79  Françoise Bléchet, op. cit., p. 55 et p. 65.

80  À la direction des Académies qu’il avait réglementée largement en 1699-1701 et qu’il n’avait pas lâchée en 1714, à celle de la Bibliothèque royale dont il réunit sur sa personne plusieurs charges éparses, à la Librairie… Dès les années 1700, l’abbé détient la gouverne de la totalité des institutions savantes, notamment toutes les Académies mais aussi le Collège royal, l’Observatoire et le Jardin du roi. Dans l’Académie des sciences, par exemple, il apparaît bien comme « l’œil et la main de l’autorité monarchique dans la Compagnie » (Eric Brian, Histoire et Mémoire de l’Académie des sciences. Guide de recherches, sous la direction d’Eric Brian et de Christiane Demeulenere-Douyère, Paris, 1996).

81  Plus même : « Cette administration flambant neuve [dans les dernières années du règne de Louis XIV] se trouve dès ses premiers pas acculée à tourner à vide en province, à Rouen tout particulièrement. Au point qu’elle se résigne à y déléguer [dès les années 1720] la direction de la librairie au premier président au Parlement de Normandie, sachant bien pourtant que celui-ci ne manquera pas d’y couvrir voire d’y encourager les pratiques occultes au nom des intérêts économiques de sa province » (Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600 – vers 1730), Paris, École des Chartes, 1998).

82  Georges Frêche, Jean Sudreau, Un chancelier gallican : Daguesseau, Paris, PUF, 1969, p. 22.

83  Voir notamment divers chapitres du livre de R. Marchal, Mme de Lambert et son milieu, dont p. 234-235.

84  Roger Marchal, Mme de Lambert et son milieu, op. cit., p. 266.

85  Ce qu’ont encore souligné les analyses de R. Debray (dont Sur le pont d’Avignon, Flammarion, « Café Voltaire », novembre 2005).

86  Pierre Monnier, Jean Sgard, Les plaisirs de la Tronche, Grenoble, ELLUG, 2006, p. 30.

87  Journal, t. XVI, p. 498. Voir le grand ouvrage d’Henri Lagrave, Le théâtre et le public à Paris de 1715 à 1750, Paris, Klincksieck, 1972, notamment p. 36.

88  Avec le duc d’Antin et le gouverneur de Paris, elle a notamment récupéré le magistère de la scène lyrique. En 1718, elle interdit à l’une de ses ex-dames de compagnie en disgrâce, Mme de Clermont-Gallerande, de paraître dans les mêmes lieux publics qu’elle, notamment à l’Opéra. « Cette action, commente Saint-Simon indigné, fit un grand bruit dans le monde, et fut en effet un acte de vraie souveraineté, tel qu’il n’appartient qu’au roi, qui seul a le pouvoir d’exiler, et de bannir partout de sa présence. C’était attenter aussi à la liberté publique et se mettre au-dessus de toute mesure, de toute règle, de toute loi. » La duchesse de Berry est l’aiguillon de la politique dynastique des Orléans. Saint-Simon soupçonne la chose lorsqu’il commente un autre incident occasionné par la duchesse à l’Opéra : elle réorganisa à son avantage l’ordonnancement des places dans l’amphithéâtre. Or ce qui « parut de plus étonnant, c’est qu’elle y parut autorisée par la présence de Mme et de M. le duc d’Orléans qui étaient en public dans la grande loge du Palais-Royal » (Mémoires, 1718-1721, Paris, Gallimard-Pléïade, 1987, p. 649 et p. 319.

89  Les correspondants de la marquise de Balleroy, publ. par E. de Barthélemy, Paris, 1883, 2 vol., Lettre de Caumartin, 8 mars 1717.

90  Patrice Péveri, Techniques et pratiques du vol dans la pègre du Paris de la Régence d’après les archives du procès de Louis-Dominique Cartouche et de ses complices, Paris, Éditions de l’EHESS, 1994.

91  La manipulation informative effectuée par les diverses autorités parisiennes fut alors « le moyen de rectifier le climat d’insécurité et l’accusation des pouvoirs politiques » qui le prolongeaient dangereusement, Patrice Peveri, op. cit., annexe 1.

92 G. de Broglie, L’orléanisme, op. cit., p. 97.

93  Lui-même animé par cette même tendance durant son règne, en fait tendance permanente d’un absolutisme en « révolution permanente » (selon l’expression de R. Descimon et A. Guéry, « Un État des temps modernes ? », dans A. Burguière et J. Revel, Histoire de la France, T. II : L’État et les pouvoirs, Paris, Seuil, 1989, p. 183.), mais qui domine plus ou moins selon les temps et les questions. Louis XIV est novateur déclaré et en rupture affichée avec l’absolutisme à la Louis XIII dans les premières années de son règne personnel, au temps des « grandes réformes » et au moment où Colbert redéploie justement le système de domination et de magistère intellectuel avec la censure, les académies, etc. Par contre, la dimension d’ouverture est moins affichée que sous la Régence.

94  C’est ce dont témoigne aussi, selon Stéphane Van Damme (Paris, capitale philosophique. De la Fronde à la Révolution, Paris, O. Jacob, 2005, p. 115), la création en 1716 d’un journal régulier informant des manifestations culturelles de la capitale (Les affiches de Paris, qui va relever et diffuser toutes les annonces sur ce sujet, en particulier les affiches), comme le souligne son premier éditorial : « Le nombre des affiches qu’on voit à Paris est surprenant. La diversité de leurs sujets ne l’est pas moins. Il y en a pour l’intérêt du Public aussi bien que pour l’intérêt des Particuliers. Combien n’affiche-t-on pas d’édits, d’Ordonnances, de Déclarations du Roi, d’Arrêts du Conseil, du Parlement et des autres Cours supérieures ? […] Combien de livres et de thèses ? Combien de programmes des professeurs publics, ou particuliers ? Combien d’assemblées de dévotion ou d’érudition ? Combien de ventes publiques de meubles, de bibliothèques, de cabinets, de tableaux, d’estampes, de joyaux et d’autres curiosités ? Combien de découvertes et d’inventions de mécaniques ou de raretés dignes de la curiosité des honnêtes gens, qu’on propose de la même manière à la connaissance du public et des particuliers ? Nous avons vu plus d’un ambassadeur en France, qui après avoir pris le soin de se faire chercher un exemplaire de tout ce qu’on posait d’affiches à Paris, s’avisaient de les emporter chez eux, comme le monument le plus sensible de la grandeur de cette capitale du royaume ».

95  Nombreux exemples dans Henri Lagrave, op. cit., chapitre 8 : La concurrence. Remarquons aussi que le théâtre du Palais-Royal est un spectacle public et non une activité privée comme dans les salons.

96  Ce que reflète encore la définition remaniée par Stéphane Van Damme de la Philosophie pour la France de la seconde Modernité : « Là encore, il faut faire un effort de dépaysement par rapport à nos représentations actuelles. Les savoirs philosophiques ne doivent pas être considérés comme un bloc disciplinaire, mais envisagés plutôt comme un système de circulation des énoncés et des pratiques intellectuelles d’une discipline à l’autre » (op. cit., p. 15).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Lemarchand, « Philippe d’Orléans, la cour et les lettres (1713-1723) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 115 | 2011, 113-146.

Référence électronique

Laurent Lemarchand, « Philippe d’Orléans, la cour et les lettres (1713-1723) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2300

Haut de page

Auteur

Laurent Lemarchand

Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page