Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-8

Texte intégral

  • 1  Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.
  • 2  Voir l’article fameux de Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », Les Temps modernes, (...)

1Alors que les journalistes commentent en continu, au milieu des tirs de snipers, la bataille de Tripoli, offrant au monde entier la possibilité de se penser à bon compte au cœur des combats et de visiter pas à pas la demeure du maître déchu, les Cahiers d’histoire reviennent avec le présent dossier sur une question qu’ils ont abordée à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie, question qui taraude tous les observateurs du social de nos sociétés contemporaines et s’impose aussi aux historiens : comment se fabrique donc, s’élabore ce tout instable et pourtant si pesant des opinions collectives, des représentations dominantes ? Quelles sont les puissances respectives des institutions, de l’État, des Églises, des structures scolaires, des médias et de leurs ordonnateurs, puissances étatiques ou commerciales dans cette formation d’une doxa, d’une idéologie dominante ou d’une « mythologie » aurait dit Roland Barthes1? Car, si l’on peut dire avec Bourdieu que « l’opinion publique » n’existe pas, que le concept est une construction, « un artefact » effaçant les tensions et les contradictions, il y a bien un effet de réel de cette fabrique de l’opinion2.

  • 3  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 86, 2002, dossier coordonné par Guylain Chevrier (...)
  • 4  En 2002, paraît notamment, en livre de poche, la traduction française du livre d’entretiens de Noa (...)
  • 5  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 88, 2002, dossier coordonné par Benoît Caritey e (...)
  • 6  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 90-91, 2003, dossier coordonné par Jean-Yves Mol (...)

2Les Cahiers ont abordé la question du traitement de l’information dans un monde dominé par la médiatisation quasi immédiate de l’événement dans un dossier publié en 2002, « De la propagande à la communication : l’information, enjeu de pouvoir, enjeu pour la démocratie ». Ce dossier portait la trace de l’immense onde de choc planétaire ayant accompagné la deuxième « guerre du golfe », puis les « attentats du 11 septembre », événements pour lesquels, plus que jamais, les grandes chaînes de télévisions, états-uniennes en particulier, ont joué un rôle décisif dans la grande fabrique de consensus visant à faire adhérer les opinions publiques du monde entier à l’interprétation des événements construite par les pouvoirs politiques3. Décidément hantés comme beaucoup d’autres en ce début de xxie siècle par la question de la « fabrication de l’assentiment4 », les Cahiers ont publié quelques mois plus tard des réflexions autour des associations sportives comme outils de propagande dans l’horizon des mobilisations politiques de masse du xxe siècle5. Ils ont poursuivi en 2003 cette étude des fonctionnements de la propagande en les examinant sur une période plus large, du xvie au xxe siècle, et dans des contextes politiques et sociaux profondément différents. Le dossier, dirigé par Jean-Yves Mollier, met alors l’accent sur la grande innovation en matière de communication des sociétés anciennes, l’imprimé, et montre comment les imprimés, libelles, brochures, chansons, dessinent un horizon social dans lequel le combat se place de plus en plus consciemment et légitimement au niveau des idées et des représentations. L’importance de « convaincre » pour gouverner, pour gouverner ce qui est en train de devenir « l’opinion », se fraye son chemin6.

  • 7  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 75, 1999, dossier coordonné par Annie Duprat et (...)
  • 8  Signalons dans le cadre de cet infléchissement l’immense travail autour des images impulsé par Mic (...)

3Ce « travail » de l’opinion, nous l’avions également traqué à travers l’usage des images dans un dossier de 1999, « La caricature entre subversion et réaction »7. Comme pour beaucoup des historiens du dernier xxe siècle, les images ont progressivement acquis droit de cité dans nos lectures du social. Nous avons pris conscience de leur omniprésence, ancienne, certes, mais renouvelée par la prolifération et la diversité liées aux médias audiovisuels. Leur participation au système de communication ne nous a progressivement plus surpris. Des historiens en ont fait le cœur de leurs analyses et ont puisé chez les sémiologues des outils permettant d’en rendre l’analyse plus rigoureuse8. Néanmoins, la place faite à ces lectures reste marginale dans l’ensemble de nos analyses historiennes. Et pourtant les images prolifèrent dans les manuels scolaires, les enseignants recourent de plus en plus fréquemment à l’image cinématographique dans leurs explications des contextes sociaux passés : la question de l’analyse des images est donc vivement posée. C’est en prenant en compte cette conscience vive de la nécessaire maîtrise des fonctionnements des images, comme autant de réalités des sociétés passées en même temps qu’outils possibles de compréhension de ces sociétés, que les coordonnateurs du présent dossier, Hélène Latger et Jean-François Wagniart, l’ont élaboré. « Histoire et images », certes, mais avec la visée d’en penser le possible « enseignement critique ». Contextualisation, diffusion, visée des auteurs, producteurs, distributeurs, réception du public et des pouvoirs sont au cœur de ces analyses.

4L’affiche, outil bien identifié de la propagande, daté aussi par son inscription au sein de pratiques du politique qui passent par la maîtrise de l’espace public, introduit cette réflexion. L’étude proposée ici par Claude Robinot prend appui sur le choix de quelques-unes des affiches fréquemment utilisées dans les manuels scolaires : ces affiches de temps de guerre nous rappellent leur rôle majeur dans la fabrique de l’adhésion par les pouvoirs politiques lors de ces grands moments de contraction des opinions individuelles. Le dossier introduit ensuite la nouveauté télévisuelle, extraordinaire source d’images animées livrées au domicile des individus. Elle est immédiatement perçue comme un formidable outil de communication à même de peser sur les représentations collectives et la construction des choix politiques. Romain Huret en analyse l’impact dans les toutes premières années de son usage politique, à travers les retransmissions des débats entre les deux candidats à la présidentielle américaine de 1960, John Fitzgerald Kennedy et Richard Nixon.

  • 9  Signalons, comme expression de cette institutionnalisation de l’analyse cinématographique en histo (...)
  • 10  Voir notamment les travaux de Jean-Pierre Bertin-Maghit sur le cinéma de l’Occupation en France, d (...)

5Cependant le dossier fait une place primordiale au cinéma, qu’il soit documentaire ou de fiction, tant ce média spécifique du xxe siècle a donné une force nouvelle à la propagande par les images et tant aussi le film, notamment de fiction, véhicule de représentations du passé plus diffusées et de plus fort impact social que celles des historiens. Là aussi, l’analyse n’est pas toute nouvelle et depuis les travaux de Marc Ferro chemine une historiographie qui prend en charge et les productions cinématographiques et les productions télévisuelles comme autant d’expressions et d’acteurs des sociétés passées. Des travaux assez nombreux intègrent désormais cette dimension complexe du réel social et des manuels à l’usage des étudiants et enseignants fournissent des appuis salutaires9. L’accent est souvent mis, dans une approche axée sur le politique, sur l’usage volontariste par les pouvoirs de cette forme d’expression à la fascinante nouvelle puissance, associant image et mouvement, image animée et texte, puis image et son, en particulier, chose inouïe, discours, parole. Beaucoup de travaux traitent donc de l’usage de ces captivantes images animées à des fins explicites de « propagande », en particulier dans le cadre de la puissante tutelle étatique des dictatures fasciste et nazie, de l’URSS de l’entre-deux guerres ou de la France de Vichy10.

  • 11  Cet article a été publié en 2003 dans la revue spécialisée dans l’histoire du cinéma, 1895 Mille h (...)

6Le dossier reprend cette dimension mais entre aussi dans d’autres problématiques, moins celles des pouvoirs, de leur puissance d’imposition, que celles de la place des réalisateurs, de leur intentionnalité, y compris dans la production de plus en plus importante de documentaires historiques. Laurent Véray aborde ici cette question cruciale de l’illusion naturaliste créée par le documentaire dans un important article11. Il y revient sur la nécessité de toujours rappeler et énoncer l’importance des choix formels du réalisateur, de « la forme choisie, écrit-il, car il s’agit, ne l’oublions pas, de cinéma » et rappelle salutairement que « l’objectivisme de l’image » est très aléatoire. En ce sens, le travail du documentariste est très proche de celui de l’historien qui, comme lui, « prend le recul nécessaire pour s’interroger sur la mise en forme de son sujet et les principes d’intelligibilité du réel qu’il met en œuvre ». Point de vue critique du réalisateur qui doit être connu et partagé par le récepteur, qui doit lui-même apprendre à scruter les points de vue, les choix d’énonciation et « remettre en question la trompeuse évidence des images ».

7Se déprendre de l’effet de réalité est-il plus facile dans la lecture historienne des films de fiction ? à propos de l’Allemagne des années 1960 et 1970 et des actions violentes menées par la Fraction Armée Rouge, Christiane Kohser-Spohn montre comment les productions cinématographiques, toutes singulières qu’elles soient, peuvent permettre en les contextualisant, de rendre sensible le fait qu’un état présent de la société a pu devenir insupportable à une partie de la jeunesse et la conduire vers le choix de la violence. La relation de la production cinématographique à la violence politique apparaît plus ténue dans le cas de l’Italie étudié ici par Gino Nocera et Jean-François Wagniart. Jusqu’au début des années 2000, les films qui cherchent à comprendre le terrorisme de gauche sont rares. Ils sont plus nombreux à montrer les mécanismes de la « stratégie de la tension » pratiquée par le pouvoir et l’extrême droite. Dans tous les cas, les auteurs de l’article montrent comment le choix de brèves séquences peut permettre de confronter les élèves à l’interrogation sur les processus qui conduisent au recours à la violence.

8La rubrique Chantiers nous éloigne de la tourmente de l’Europe du second xxe siècle et nous fait retrouver les problématiques de l’absolutisme monarchique des Temps modernes et de ses transformations à l’époque de la Régence à travers un article très circonstancié de Laurent Lemarchand sur les continuités et les transformations des relations du pouvoir au monde des lettres.

9Métiers retrouve le xxe siècle et ses passions politiques : il fait la part belle à deux figures d’intellectuels communistes autour desquels des initiatives publiques ont eu lieu ces dernières années. Annie Burger, qui rend compte dans cet article des richesses du fonds René Andrieu et de l’exposition qui accompagne la valorisation de ce fonds, ainsi que d’un colloque autour de l’œuvre et de la personnalité d’Antoine Vitez, en arrive à poser la question aujourd’hui lancinante de l’intérêt de la biographie, suggérant d’y répondre de façon positive, en présentant des acteurs toujours pris dans des réseaux de proximités, d’appuis et de contraintes.

10Enfin, Débats propose une lecture contextualisée de la production historiographique autour de Babeuf dans laquelle Stéphanie Roza invite, de fait, à une reprise du travail dans le contexte d’un temps présent où la compréhension du social cherche, comme en ces années 1790, à frayer les voies de sortie de l’oppression sociale.

11D’autres voies de cette recherche d’émancipation seront au cœur des études du prochain dossier des Cahiers qui revient sur l’innovation sociale majeure et un peu oubliée que furent les bourses du travail.

  • 12  Fête de l’Humanité, débat des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, dimanche 18 septembre (...)

12Et bien sûr tout cela sera mis en débat12, aussi bien à la prochaine fête de l’Humanité en septembre, qu’au Rendez-vous de l’histoire de Blois et au Salon de la revue en octobre, ou encore aux Rencontres d’histoire critique de Gennevilliers en novembre 2011, autant d’événements au cours desquels nous comptons bien entendre les voix des lecteurs et lectrices des Cahiers.

Haut de page

Notes

1  Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

2  Voir l’article fameux de Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », Les Temps modernes, 318, janvier 1973, repris dans Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

3  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 86, 2002, dossier coordonné par Guylain Chevrier, « De la propagande à la communication : l’information, enjeu de pouvoir, enjeu pour la démocratie ».

4  En 2002, paraît notamment, en livre de poche, la traduction française du livre d’entretiens de Noam Chomsky avec David Barsamian, Propaganda and the public mind (2001), De la propagande. Entretiens avec David Barsamian, Paris, Éditions du Seuil. En 2003, paraît la traduction française du livre de 1988, Manufacturing consent, du même Noam Chomsky avec Edward S. Herman, sous le titre, La Fabrique de l’opinion publique : la politique économique des médias américains, Paris, Le Serpent à plumes.

5  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 88, 2002, dossier coordonné par Benoît Caritey et Maurice Carrez, « Sport et propagande en Europe (xixe-xxe siècles) ».

6  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 90-91, 2003, dossier coordonné par Jean-Yves Mollier, « écrire pour convaincre. Libelles et brochures xvie-xxe siècles ».

7  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 75, 1999, dossier coordonné par Annie Duprat et Pascal Dupuy.

8  Signalons dans le cadre de cet infléchissement l’immense travail autour des images impulsé par Michel Vovelle lors du bicentenaire de la Révolution française, traduit, par exemple, dans Michel Vovelle (dir.), La Révolution française : images et récit, 1789-1799, Messidor, Paris, 1986, 5 volumes, ou les travaux d’Annie Duprat, débouchant sur un précieux outil de travail, Images et histoire. Outils et méthodes d’analyse des documents iconographiques, Paris, Belin, 2007. Dans une optique d’histoire contemporaine, voir les nombreux ouvrages de Laurent Gervereau dont Voir, comprendre, analyser les images, Paris, La Découverte, 1994 ou la plus récente Histoire visuelle du xxe siècle, Paris, Seuil, 2003.

9  Signalons, comme expression de cette institutionnalisation de l’analyse cinématographique en histoire, le manuel universitaire de Jérôme Bimbenet, Films et histoire, Paris, Armand Colin, 2007.

10  Voir notamment les travaux de Jean-Pierre Bertin-Maghit sur le cinéma de l’Occupation en France, dont Les documenteurs des années noires. Les documentaires de propagande, France 1940-1944, Paris, Nouveau Monde éditions, 2004, et la grande somme que J.-P. Bertin-Maghit a récemment coordonnée, Une histoire mondiale des cinémas de propagande, Paris, Nouveau Monde éditions, 2008.

11  Cet article a été publié en 2003 dans la revue spécialisée dans l’histoire du cinéma, 1895 Mille huit cent quatre-vingt quinze, Revue de l’Association française d’histoire du cinéma, n° 41, 2003, p. 71-83.

12  Fête de l’Humanité, débat des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, dimanche 18 septembre, 14h-15h, Stand de l’Essonne, « Réceptions de Marx » coordonné par Jean-Numa Ducange.

Salon de la revue, Espace des Blancs-Manteaux, Paris 4e, débat des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, dimanche 16 octobre, 13h, « aux sources de l’histoire syndicale française : retour sur les bourses du travail » par David Hamelin.

Rencontres d’histoire critique de Gennevilliers 25 et 26 novembre 2011, Espace des Grésillons, « Être d’ici et d’ailleurs » à l’initiative des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique et de l’Université populaire des Hauts-de-Seine, coordonné par Anne Jollet et Marie-Claude L’Huillier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 115 | 2011, 3-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2283

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page