Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Woodrow Wilson, L’Humanité et la SFIO, décembre 1918-juin 1919

Dominique A. Laurent
p. 101-113

Résumé

La venue en France du président des états-Unis, Woodrow Wilson, en décembre 1918 afin de participer à la conférence de la paix fut un événement sans précédent. C’était la première fois, en effet, qu’un président américain en exercice se rendait dans un pays étranger. Le rôle joué par Wilson dans l’élaboration du Traité de Versailles a fait l’objet de nombreuses études. On connaît bien en particulier les conflits qui l’opposèrent à Georges Clemenceau et les compromis qui en sont issus. Ce qui est en revanche relativement moins connu est le rôle joué, à cette occasion, par le président des états-Unis dans une étape importante de l’histoire du mouvement socialiste en France. En effet, le soutien apporté par la SFIO aux thèses américaines a, dans un premier temps, permis aux socialistes français de retrouver leur unité. Mais les concessions que Wilson fut forcé de faire face aux exigences de Clemenceau amenèrent la majorité des leaders de la SFIO à abandonner les thèses du président américain et à reporter leurs espoirs de paix sur la Troisième Internationale. S’appuyant sur une sélection d’articles, d’éditoriaux et de documents iconographiques, cet article examine l’évolution de la pensée politique de certaines personnalités de la SFIO entre novembre 1918 et juin 1919, évolution qui aboutit, en décembre 1920, au congrès de Tours et à la naissance du Parti communiste français. Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste qui vise à analyser l’image du président Wilson à travers la presse française et à montrer ce que l’évolution de cette image révèle sur la mentalité des Français de l’immédiat après-guerre, toutes tendances politiques confondues.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1En décembre 1918, le président des états-Unis, Woodrow Wilson, vint à Paris afin de prendre part à la conférence de la paix qui allait mettre officiellement fin à la Grande Guerre. Le président américain apportait avec lui son programme de « Quatorze Points » qui devait jeter les bases d’un nouvel ordre mondial et assurer la paix et la démocratie dans le monde. L’entrée en guerre des états-Unis d’Amérique avait permis aux Alliés de résister à l’ultime offensive allemande du printemps 1918 et amené l’ennemi à demander l’armistice quelques mois plus tard. Woodrow Wilson était donc vu comme un sauveur et sa venue suscita un enthousiasme sans précédent en France. Assez rapidement cependant, cet enthousiasme laissa place à un sentiment d’impatience, voire d’irritation, à mesure que la majorité des Français prit conscience du fait que l’idéalisme diplomatique de Wilson cadrait mal avec leur désir de punir l’Allemagne et d’en éliminer à tout jamais la menace. L’image de Wilson dans la presse française commença à se détériorer.

2Pour les socialistes français, cependant, il en allait différemment. Depuis l’assassinat de Jaurès, la SFIO n’avait plus de chef et elle était divisée, particulièrement depuis 1917, au sujet de la poursuite de la guerre et de l’attitude à adopter vis-à-vis du régime bolchevique en Russie. En raison de ses idées démocratiques et de son opposition à l’impérialisme, tant allemand que français, qu’ils jugeaient responsable de la guerre, les dirigeants socialistes étaient convaincus que Woodrow Wilson était l’homme dont les thèses étaient les plus proches des leurs et ils décidèrent de lui apporter le soutien unanime du parti. Ce soutien permettait en outre à la SFIO de reconstituer son unité en se rassemblant derrière un homme dont le prestige auprès des Français était, en décembre 1918, au moins aussi grand que celui du président du Conseil, Georges Clemenceau, le « Père la Victoire ».

3Le présent article se propose d’examiner le rôle joué involontairement par le président des états-Unis dans cette étape cruciale de l’histoire du mouvement socialiste en France, en analysant une série d’articles et d’éditoriaux publiés entre novembre 1918 et juin 1919 dans L’Humanité, le principal organe du parti. Cette série ne se veut pas exhaustive, tant s’en faut, mais, en raison de la taille de l’article, il a fallu sélectionner les passages qui en soutenaient le plus clairement la thèse. Après avoir dit quelques mots sur la SFIO en 1918 et sur le journal, nous montrerons dans chaque passage, écrit par des personnalités dominantes de la SFIO, comment l’image du président américain reflète une évolution dans la vision politique des dirigeants du mouvement socialiste de cette période.

La SFIO, L’Humanité et la Grande Guerre

  • 1  J.-P. Brunet, « SFIO », dans J.-F. Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique f (...)

4La SFIO (Section française de l’internationale ouvrière) est née en 1905 de la fusion de différents mouvements qui se réclamaient du socialisme, certains réformistes, d’autres révolutionnaires, mais tous unis par leur rejet du système capitaliste. Les diverses tendances survécurent à l’intérieur de la SFIO, mais la majorité du parti respectait le désir d’unité des principaux dirigeants, au premier rang desquels se trouvait Jean Jaurès. Après l’assassinat de ce dernier à la veille de la guerre, le parti se rallia à l’Union sacrée. Cependant, les souffrances causées par un conflit qui n’en finissait pas provoquèrent chez certains dirigeants une remise en question de l’attitude du parti face à la guerre1.

  • 2  G. B. Noble, Policies and Opinions at Paris, 1919, New York, The MacMillan Company, 1935, p. 16-18
  • 3  G. Feyel, La Presse en France des origines à 1944, Paris, Ellipses, 1999, p. 149.

5Ces divisions furent exacerbées par la révolution bolchevique et l’établissement du régime communiste en Russie, certains socialistes français soutenant l’action de Lénine et désirant que le parti adhère à la Troisième Internationale (l’Internationale communiste, ou Komintern), d’autres s’y opposant. En dépit de ces divisions, les socialistes occupaient une place importante sur la scène politique : le nombre de leurs électeurs étant passé de 1 400 000 en 1914 (soit 16 % de l’électorat) à 1 700 000 en 1919 (25 % de l’électorat). À la Chambre, la SFIO était le deuxième parti avec 93 députés, devancée seulement par les radicaux2. De tous les journaux socialistes, le plus important était sans conteste L’Humanité. Fondé en 1905 par Jean Jaurès, ce journal était devenu l’organe officiel de la SFIO un an plus tard. Après la mort de Jaurès, le journal avait été dirigé par Pierre Renaudel qui, lui, avait fait adopter une orientation patriotique reflétant le soutien de la SFIO à l’Union sacrée. En octobre 1918, cependant, Marcel Cachin remplaça Renaudel à la direction et L’Humanité prit une orientation plus pacifiste3.

  • 4  J.-B. Duroselle, La France et les états-Unis des origines à nos jours, Paris, Seuil, 1976, p. 115- (...)
  • 5  A. Morizet, « Wilson et Nous », dans L’Humanité, 8 décembre 1918, p. 2.

6Afin de comprendre l’image de Wilson chez les socialistes, il faut rappeler qu’après l’assassinat de Jaurès, la SFIO n’avait pas de figure héroïque pour rassembler les masses et faire face à Clemenceau dont elle était le seul parti à critiquer la politique à l’égard de l’Allemagne. En outre, la guerre civile faisait rage en Russie et Lénine apparaissait encore comme un criminel4pour beaucoup de socialistes. En raison de son immense prestige et de la similarité de ses vues avec celles des socialistes, le président Wilson était la seule figure derrière laquelle la SFIO pouvait se rassembler, comme l’écrivit André Morizet dans un article publié quelques jours avant l’arrivée du président américain : « Notre manifestation en l’honneur de Wilson doit marquer la reconstitution du parti. Ce ne sera pas le moindre service qu’aura rendu à la démocratie le grand Américain que d’avoir donné au socialisme français l’occasion de reprendre conscience de lui-même5 ».

L’arrivée de Woodrow Wilson

  • 6  M. Cachin, « Pour Wilson », dans L’Humanité, 30 novembre 1918, p. 1.

7Dans les jours qui précédèrent l’arrivée de Woodrow Wilson, L’Humanité publia de nombreux articles et éditoriaux soulignant l’identité de vue entre le président et la SFIO et invitant les socialistes à lui apporter leur soutien. Le 30 novembre 1918 par exemple, Marcel Cachin écrivit un éditorial intitulé « Pour Wilson » dans lequel il présentait le président des états-Unis comme un champion du prolétariat : « Les messages de Wilson au milieu de la tourmente ont touché au plus profond la sentimentalité et l’idéalisme de notre prolétariat. Le président n’est pas socialiste ; cependant, seul parmi les gouvernants, il a su parler […] un langage de bonté, d’humanité, de justice internationale : seul, il a protesté, avec les socialistes, contre l’impérialisme d’où qu’il vienne6 ».

  • 7  M. Cachin, « Wilson en France », dans L’Humanité, 5 décembre 1918, p. 1.

8Afin de faire sentir au président américain le soutien des socialistes et de l’encourager à résister aux pressions impérialistes et réactionnaires qui n’allaient pas manquer de s’exercer sur lui, Cachin appelait, quelques jours plus tard, le peuple de Paris à s’amasser tout le long du cortège et à lui exprimer son enthousiasme : « Dès qu’il mettra le pied sur le sol de Paris, il faut qu’il se sente sans retard entouré de la chaude sympathie de notre peuple révolutionnaire […]. La matinée du 13 décembre doit être pour Wilson une apothéose […] la journée doit être le triomphe des idées de la paix juste, démocratique, durable, en opposition avec toutes les velléités impérialistes, chauvines que nous voyons impudemment s’étaler dans l’abjecte presse de notre réaction7 ».

9Cette manifestation massive à laquelle Marcel Cachin appelait les socialistes avait aussi pour but de montrer à Clemenceau l’union des socialistes et leur détermination à combattre les vues du gouvernement sur la paix, en utilisant l’autorité et le prestige de Woodrow Wilson. La SFIO essayait en quelque sorte de « récupérer » le président des états-Unis. La presse non socialiste répondit à L’Humanité, qui peignait Wilson comme un compagnon de route du socialisme, par de nombreux éditoriaux expliquant le contraire et professant que celui-ci ne se laisserait pas manipuler. Wilson devint ainsi l’objet d’une querelle franco-française, entre la SFIO et ses adversaires nationalistes. Clemenceau lui-même intervint dans la controverse en interdisant à une délégation de la CGT et de la SFIO de se rendre auprès du président américain et d’organiser une vaste manifestation de soutien devant sa résidence.

  • 8  M. Cachin, « La Vie de Woodrow Wilson », dans L’Humanité, 14 décembre 1918, p. 1.
  • 9  L. Lévy-Bruhl, « Hommage à l’apôtre du droit », dans L’Humanité, 14 décembre 1918, p. 1.

10Le lendemain de l’arrivée de Woodrow Wilson à Paris, L’Humanité publia un numéro spécial presque entièrement consacré au président américain dont le portrait, plus large que dans tous les autres journaux du jour, couvrait près d’un tiers de la première page [document 1]. De nombreuses personnalités de gauche – des auteurs comme Anatole France et Romain Rolland, des universitaires tels que Lucien Lévy-Bruhl, Charles Gide et Victor Basch, et des hommes politiques de premier rang comme Fernand Buisson, le président de la Ligue des droits de l’Homme, Louis-Oscar Frossard, le secrétaire général de la SFIO, ou bien encore Jean Longuet, député socialiste et petit-fils de Karl Marx – publièrent des articles à l’éloge de Woodrow Wilson. Dans son éditorial consacré à la vie de Wilson, Marcel Cachin décrivait à nouveau le président comme un champion des idéaux socialistes, d’abord en tant que gouverneur du New Jersey où « il lutte avec la plus intelligente vigueur contre les financiers, les accapareurs, les hommes des trusts et les politiciens corrompus qui favorisent les “affaires” », puis après son élection à la présidence quand il s’est engagé dans la lutte contre ceux qu’il considérait comme les « deux ennemis essentiels du peuple […] : les magnats de la finance et les Parlements vendus ». Cachin décrivait les électeurs de Wilson comme « des petites gens, des ouvriers, des fermiers » et insistait sur ses victoires politiques en faveur du prolétariat : « Le président accorde la journée de huit heures à une large fraction du prolétariat américain, fait voter une loi excellente sur le travail des enfants, appelle dans les services directeurs des usines de guerre autant d’ouvriers que de patrons […]. Pour marquer son attachement à la classe ouvrière, le président Wilson assiste en personne au premier congrès de la Confédération générale du travail américaine8». Sur la même page, le sociologue Lucien Lévy-Bruhl faisait à Wilson ce qui semble constituer le plus grand éloge aux yeux d’un socialiste : « Si Jaurès vivait, il serait aujourd’hui le premier et le plus enthousiaste des partisans de Wilson9 ».

  • 10  R. Rolland, « Au Défenseur de la Justice Internationale », dans L’Humanité, 14 décembre 1918, p. 2
  • 11  L.-O. Frossard, « Au Défenseur de la Justice internationale », dans L’Humanité, 14 décembre 1918, (...)

11Parmi ce chorus d’éloges envers le président des états-Unis, il faut cependant remarquer quelques dissonances. Romain Rolland, tout d’abord, qui préfaçait sa déclaration de soutien à Wilson par la remarque suivante : « Je ne suis pas wilsonien. Je vois trop que le message du président, non moins habile que généreux, travaille (de bonne foi) à réaliser dans le monde la conception de la République bourgeoise, du type franco-américain. Et cet idéal conservateur ne me suffit plus10 ». La même réserve était exprimée par Louis-Oscar Frossard, secrétaire général du parti socialiste : « Nous pensons, nous, socialistes, qu’il n’y aura de sécurité dans le monde et de concorde entre les hommes que dans un ordre social nouveau où le producteur recevra tout le fruit de son labeur. Le salariat sera aboli, la propriété socialisée, les classes disparues, l’Internationale partout victorieuse, alors sera la Paix définitive […]. M. Wilson croit à la Société des Nations. Nous ne croyons qu’à l’Internationale. Il est un idéaliste. Nous sommes des matérialistes11 ».

  • 12  J.-J. Becker, S. Bernstein, Victoire et frustration, 1914-1929. Nouvelle histoire de la France con (...)

12Les deux hommes professaient ensuite leur admiration pour la personne du président, pour son honnêteté et son courage. Ils affirmaient en outre qu’ils soutiendraient son action à la conférence, mais il est clair que pour Rolland et Frossard, le monde capitaliste ne pouvait plus engendrer une paix durable. Seule l’instauration du communisme dans le monde pouvait à leurs yeux garantir la paix. Contrairement aux autres socialistes qui s’exprimaient dans le journal, Rolland et Frossard n’entretenaient aucune illusion par rapport à ce que Jean-Jacques Becker et Serge Bernstein ont appelé « l’illusion du wilsonisme » chez les socialistes12. Comme on va le voir, c’était la position à laquelle se rallieraient une majorité d’éditorialistes de L’Humanité à l’issue de la conférence, lorsqu’il serait devenu évident que le Traité de Versailles ne correspondait pas à leurs attentes. À l’exception de ces deux articles, cependant, le ton de ce numéro spécial de L’Humanité du 14 décembre 1918 était très majoritairement favorable à Wilson et à ses idées.

Wilson, anti-Clemenceau des socialistes français

  • 13  D. Renoult, « Wilson et la classe ouvrière », dans L’Humanité, 7 janvier 1919, p. 1.

13Pendant les semaines qui suivirent son arrivée en France, Wilson se rendit en visite officielle dans les deux autres grands pays alliés, le Royaume-Uni et l’Italie, où il reçut un accueil tout aussi triomphal qu’à Paris. Commentant un discours que Wilson avait prononcé à Milan, L’Humanité répétait son idée que le président était le champion du prolétariat : « C’est au milieu du peuple milanais […] que le philosophe homme d’état a glorifié la classe ouvrière internationale […]. La classe ouvrière ! M. Clemenceau ne veut pas la connaître. Il ne l’a jamais « rencontrée », a-t-il osé dire jadis dans une grande discussion avec Jaurès. Wilson, lui, la connaît. […] Cet homme est vraiment avec le Peuple, comme avec tous les peuples. L’action du socialisme international à ces heures de lutte contre les forces de la réaction européenne s’unit nécessairement à la sienne. Le discours de Wilson annonce, si l’on peut dire, les réunions prochaines de l’Internationale ouvrière13 ».

  • 14  « L’intervention en Russie », dans L’Humanité, 9 janvier 1919, p. 1.

14Ce passage montre clairement que L’Humanité se servait de Wilson pour attaquer Clemenceau. En mettant en contraste l’idéalisme généreux du président américain et sa compassion sincère pour le peuple avec l’attitude ironiquement dédaigneuse de Georges Clemenceau à l’égard du prolétariat, le journal cherchait à discréditer le chef du gouvernement français auprès de ses lecteurs. Deux jours plus tard, commentant l’attitude conciliante de Woodrow Wilson à l’égard du gouvernement bolchevique en Russie et son intention d’ouvrir des négociations avec lui afin d’essayer de mettre fin à la guerre civile qui faisait rage dans ce pays – négociations auxquelles Clemenceau était fermement opposé –, L’Humanité écrivait : « Wilson veut la paix des peuples. M. Clemenceau veut la paix à la Bismarck14 ». Dans le contexte de 1919, on peut difficilement surestimer la connotation négative qu’évoquait dans l’esprit des Français une telle association entre le président du Conseil et le chancelier prussien, architecte de l’unification de l’Allemagne. Cette image donne une mesure du mépris que les socialistes éprouvaient à l’égard du chef du gouvernement. Cette stratégie de L’Humanité de souligner le contraste entre le président américain et les dirigeants français afin de dénigrer, voire de ridiculiser ces derniers, est représentée dans un dessin de H.P. Jassier publié sur la première page de l’édition du 19 décembre du journal [document 2]. Le dessin représente le président Wilson assis aux côtés du président de la République française, Raymond Poincaré, dans le carrosse présidentiel. Le contraste visuel entre les deux hommes est évident : l’Américain est au premier plan, il domine le Français d’au moins une tête ; il se découvre pour saluer la foule de son chapeau haut-de-forme. Il apparaît jeune et svelte ; il sourit. Au second plan, Poincaré, au contraire, ne salue pas, son chapeau demeure vissé sur sa tête et son visage arbore une expression amère et maussade. La légende, « Vive le bon président », ne laisse aucun doute sur celui des deux présidents que L’Humanité considère comme le « bon ».

Premières déceptions

  • 15  M. Cachin,, « Le Premier acte », dans L’Humanité, 15 février 1919, p. 1.

15Cet enthousiasme à l’égard du président américain n’allait toutefois pas tarder à s’éroder aux cours des semaines suivantes en raison de l’impatience grandissante du public face aux lenteurs de la conférence. Chez les socialistes, les premiers signes de déception à l’égard de Woodrow Wilson apparurent à la mi-février, après que celui-ci eut annoncé les décisions sur lesquelles les membres de la commission de la Société des Nations s’étaient finalement mis d’accord au bout de deux longs mois de négociations. Dans son éditorial du 15 février 1919, Marcel Cachin écrivait : « Il nous est impossible de dissimuler l’impression de désillusion que nous cause le premier examen de cette longue convention. Il apparaît aux moins clairvoyants que nous sommes fort éloignés des propositions premières du président. Nous ne retrouvons en ce document ni l’esprit général des propositions de Wilson, ni les précisions nécessaires sur la composition de la Société, sur son action, sur son rôle. Tel qu’il nous est proposé, ce projet ne saurait en aucune façon recevoir l’adhésion des démocrates et des partis populaires qui ont placé tant d’espérance dans l’idée dont Wilson s’était fait l’ardent défenseur15 ».

  • 16  M. Cachin, « Qu’avons-nous fait pour aider Wilson ? », dans L’Humanité, 17 février 1919, p. 1.

16Cachin s’efforçait cependant de modérer sa critique en rejetant l’entière responsabilité de cet échec sur les Européens et en premier lieu sur le gouvernement français : « Le président était le seul dans le Conseil des Dix à vouloir passionnément l’établissement de l’institution nouvelle. Nos gouvernements y furent toujours hostiles ». Cet argument allait devenir le leitmotiv des éditoriaux de Cachin au cours des mois qui suivirent. Toutes les déconvenues causées par les décisions de la conférence furent imputées aux gouvernements impérialistes européens qui forçaient Woodrow Wilson à faire des compromis contraires à l’esprit de son plan de paix. Ainsi, dans un éditorial publié pendant la brève visite que le président américain effectua aux états-Unis à la mi-février, Cachin évoquait de nouveau l’image d’un Wilson luttant seul contre ses adversaires impérialistes et revanchards. Il concluait en plaçant les Français devant leur responsabilité : « Avant de faire à Wilson grief d’avoir signé le fameux « Pacte », il faut que les peuples se rendent compte de leur propre responsabilité16 ».

  • 17  D. Renoult, « M. Wilson veut partir », dans L’Humanité, 9 avril 1919, p. 3.
  • 18  D. Renoult, « Le Traité de paix », dans L’Humanité, 15 avril 1919, p. 1.
  • 19  M. Cachin, « L’Ingratitude », dans L’Humanité, 16 avril 1919, p. 1.

17Après son retour, Wilson fut contraint de faire de nouvelles concessions aux Alliés. Le gouvernement français exigeait que le montant des réparations que l’Allemagne devrait payer à la France soit revu à la hausse. Selon Daniel Renoult, ce genre de compromis imposé à Wilson allait condamner le prolétariat allemand au travail forcé et à l’esclavage. Renoult dénonçait « cette paix de marchandage entre les principes wilsoniens et l’impérialisme17 ». Une semaine plus tard, la commission de paix décidait de placer la Sarre sous un mandat de la Société des Nations et de permettre à la France d’en exploiter pendant quinze ans les mines de charbon en compensation de celles qui avaient été détruites sur son territoire par l’armée allemande avant sa retraite. Cette nouvelle concession de Wilson à Clemenceau fut violemment critiquée par Renoult ; il n’hésitait pas à la qualifier de « résultat monstrueux d’incohérence » qu’il invitait le parti socialiste et toute la classe ouvrière à rejeter18. Marcel Cachin lui-même, en dépit de sa profonde admiration pour Woodrow Wilson, était forcé de reconnaître que ce dernier avait échoué et que le traité de paix qui commençait à se préciser ne correspondait aucunement aux espoirs que les principes de Wilson avaient suscités chez les socialistes français : « Une paix assise sur les quatorze points, une Société des Nations avec le désarmement universel auraient pu sans doute apporter aux hommes épuisés de relatives consolations et leur laisser quelques espoirs d’avenir. Maintenant que ces “illusions” se sont évanouies et que l’on a exorcisé les “chimères” et les idéologies wilsoniennes, il ne reste plus, aux peuples, de confiance qu’en eux-mêmes. Le dernier grand bourgeois n’aura pas pu empêcher l’inévitable19 ».

18Ce passage est intéressant car il révèle une évolution dans la pensée de Marcel Cachin. Certes, le directeur de L’Humanité y fustige toujours les réactionnaires et les impérialistes de tout poil qu’il rend seuls responsables de l’échec patent de la conférence de la paix. Mais Cachin reconnaît désormais que Wilson a échoué et que ses admirables principes ne mèneront à rien. La référence au « dernier grand bourgeois » de la dernière phrase rappelle les fortes réserves exprimées par Romain Rolland et L.-O. Frossard quant aux chances de succès du président américain au moment de son arrivée. Cachin semble suggérer que l’échec de Wilson, en dépit de son immense prestige et de la justesse de ses idéaux, est la preuve que le système capitaliste est incapable de produire une paix durable. Il ne mentionne pas encore l’Internationale, mais il est clair qu’il a lui aussi perdu ses illusions sur les chances de paix dans un monde capitaliste.

La controverse de Fiume

  • 20  D. Renoult, « Le déchaînement des nationalismes », dans L’Humanité 24 avril 1919, p. 1.

19À la fin du mois d’avril, un grave différend entre Wilson et l’Italie faillit bien faire capoter la conférence. En 1915, le Royaume-Uni et la France avaient convaincu l’Italie de changer d’alliance en échange de conquêtes territoriales sur la côte Adriatique. Le traité secret ainsi conclu promettait la presqu’île d’Istrie à l’Italie. Celle-ci désirait en outre le port de Fiume (de nos jours, Rijeka en Croatie). Opposé à ce genre de diplomatie secrète qu’il entendait bannir, et soucieux du fait que la banlieue de Fiume était peuplée majoritairement de Slaves, Wilson rejeta fermement les demandes italiennes. Ulcérés, le président du Conseil italien, Orlando, le ministre des Affaires étrangères, Soninno, et toute la délégation italienne quittèrent la conférence et rentrèrent à Rome. À cette occasion, L’Humanité salua la fermeté de Wilson, mais suggéra qu’il aurait dû en faire preuve auparavant, notamment à propos de la Sarre : « Le président Wilson dans une déclaration solennelle affirme que l’Italie n’a pas le droit d’annexer les côtes de l’Adriatique qui reviennent en toute justice à l’état yougoslave nouvellement créé […]. Wilson a arraché son masque à l’impérialisme italien. Pourquoi n’a-t-il pas eu la même énergie pour dévoiler celui du gouvernement français, pour repousser […] l’annexion déguisée de la Sarre ?20 »

  • 21  M. Cachin, « Le Pacte de la Société des nations », dans L’Humanité, 30 avril-1er mai 1919, p. 3.

20D’autres éditoriaux exprimèrent les mêmes opinions dans les jours qui suivirent. Ainsi, dans son éditorial du 28 avril intitulé « Le coup de poing sur la table », Marcel Cachin se faisait l’écho des critiques de Renoult et se demandait pourquoi Wilson avait attendu si longtemps avant de faire preuve de fermeté face aux visées impérialistes des vainqueurs. Deux jours plus tard, dans le numéro spécial de L’Humanité consacré à la manifestation du Premier Mai, Cachin concluait son éditorial par la conviction que seule l’Internationale offrait désormais l’espoir de paix mondiale : « Les termes du covenant sont par eux-mêmes inacceptables. Le président Wilson a dû céder sur presque tous les points. […] Nous déclarons hélas, une fois de plus, que le prolétariat confesse son désenchantement amer. […] De plus en plus, les peuples déçus tourneront les yeux vers l’Internationale ; ils placeront en elle leurs espérances uniques21 ».

21La défaite de Wilson était manifeste, il avait été battu par les forces de la réaction, et la paix de Versailles serait une paix « à la Bismarck » avec annexions territoriales, telle que la désirait Georges Clemenceau dont l’intérêt initial pour les « Quatorze Points » n’avait été, selon L’Humanité, que pure tactique. Pour illustrer ce point, le journal publia, le 17 juin 1919, un dessin politique représentant Clemenceau donnant les « Quatorze Points » de Woodrow Wilson à un valet courbé devant lui, avec la légende : « Débarrassez-moi de ce chiffon de papier ». [document 3]

Le départ de Woodrow Wilson

  • 22  « Les hommes de couleur à la Conférence de la Paix », dans L’Humanité, 22 juin 1919, p. 3.
  • 23  D. Renoult, « M. Wilson s’en va », dans L’Humanité, 28 juin 1919, p. 1.

22Le 22 juin, L’Humanité publia un long article consacré à la condition des Noirs aux états-Unis. Selon les informations du journal, le Congress of Colored People of America s’était réuni en décembre 1918 et avait décidé d’envoyer des délégués à la conférence de la paix, mais le département d’état avait refusé de leur délivrer des passeports. Après plusieurs mois de démarches, cependant, l’un de ces délégués, William Trotter, était parvenu à se rendre à Paris, mais c’est en vain qu’il avait essayé d’obtenir une entrevue avec Wilson, à qui il voulait remettre une pétition dénonçant les lynchages de Noirs dans les états du sud des états-Unis. L’article concluait par une remarque très critique à l’égard de Woodrow Wilson, le destinataire de la pétition de William Trotter : « C’est une faillite de plus [à] inscrire, hélas ! au compte du destinataire, si grand dans les paroles, si faible dans l’action22 ». Cette remarque donne la mesure de la baisse de popularité du président américain parmi les socialistes. La veille de la signature du traité et du départ de Wilson, Daniel Renoult publia un éditorial en forme d’épilogue dans lequel il opposait le banquet officiel offert en son honneur par le président Poincaré au palais de l’Élysée, avec la vague d’enthousiasme populaire qui avait salué son arrivée dans les rues de Paris. Fêté par les chefs de la réaction, Woodrow Wilson s’était visiblement détourné du peuple. La défaite de l’idéalisme wilsonien était complète, concluait Renoult, et elle montrait à tous les peuples que seul le socialisme pouvait apporter la paix au monde23.

  • 24  M. Lazar, « Congrès de Tours », dans J.-F. Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie pol (...)

23Les passages examinés dans cet article suggèrent clairement une évolution dans la pensée des dirigeants de la SFIO entre décembre 1918 et juin 1919. Les multiples concessions que Wilson fut forcé de faire face à l’intransigeance du « Tigre » convainquirent progressivement une majorité de dirigeants socialistes que la paix « bismarckienne » qui allait sortir du Traité de Versailles ne serait en aucun point conforme aux idées pacifistes et anti-impérialistes de la SFIO. À l’issue de la conférence de la paix, la majorité des éditorialistes de L’Humanité, organe officiel du parti, avaient perdu leur « illusion du wilsonisme » et étaient désormais convaincus que l’Internationale était le seul espoir de l’humanité. Or, la Deuxième Internationale, discréditée par son soutien aux crédits de guerre, s’était dissoute au cours du conflit. Restait la Troisième Internationale, créée en mars de cette année-là à Moscou, dont le slogan de paix sans annexion ou indemnisation s’opposait à la paix de Versailles dictée par les pays impérialistes vainqueurs. Certes, le congrès de février 1920 de la SFIO allait rejeter l’adhésion au Komintern, mais la décision y fut tout de même prise d’envoyer Marcel Cachin et Louis-Oscar Frossard à Moscou en mission d’information. Fascinés par ce qu’ils virent en Russie, les deux hommes revinrent en France convaincus que la SFIO devait rejoindre la Troisième Internationale malgré la rigidité des vingt et une conditions imposées par Lénine24. Ils firent activement campagne au sein de la SFIO pour atteindre ce but jusqu’au célèbre Congrès de Tours de décembre 1920, au cours duquel la majorité des délégués votèrent en faveur de l’adhésion au Komintern et formèrent la section française de l’Internationale communiste qui devint le Parti communiste français, les minoritaires restaient dans la « vieille maison » de la SFIO, selon l’expression de Léon Blum.

24On peut donc raisonnablement conclure que le personnage de Woodrow Wilson a joué un rôle crucial dans cet épisode majeur de l’histoire du mouvement socialiste en France. Comme on l’a vu, dans un premier temps, au moment de son arrivée, il a permis aux socialistes de retrouver leur unité et leur voix en défendant ses idéaux contre Clemenceau. L’échec du président américain pendant la conférence de la paix a ensuite fait évoluer les vues d’une majorité de socialistes qui se sont alors tournés vers la « grande lueur à l’Est », évolution qui a abouti à la scission de la SFIO et à la naissance du PCF.

25DOCUMENTS

Haut de page

Notes

1  J.-P. Brunet, « SFIO », dans J.-F. Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1995, p. 976.

2  G. B. Noble, Policies and Opinions at Paris, 1919, New York, The MacMillan Company, 1935, p. 16-18.

3  G. Feyel, La Presse en France des origines à 1944, Paris, Ellipses, 1999, p. 149.

4  J.-B. Duroselle, La France et les états-Unis des origines à nos jours, Paris, Seuil, 1976, p. 115-116.

5  A. Morizet, « Wilson et Nous », dans L’Humanité, 8 décembre 1918, p. 2.

6  M. Cachin, « Pour Wilson », dans L’Humanité, 30 novembre 1918, p. 1.

7  M. Cachin, « Wilson en France », dans L’Humanité, 5 décembre 1918, p. 1.

8  M. Cachin, « La Vie de Woodrow Wilson », dans L’Humanité, 14 décembre 1918, p. 1.

9  L. Lévy-Bruhl, « Hommage à l’apôtre du droit », dans L’Humanité, 14 décembre 1918, p. 1.

10  R. Rolland, « Au Défenseur de la Justice Internationale », dans L’Humanité, 14 décembre 1918, p. 2.

11  L.-O. Frossard, « Au Défenseur de la Justice internationale », dans L’Humanité, 14 décembre 1918, p. 2.

12  J.-J. Becker, S. Bernstein, Victoire et frustration, 1914-1929. Nouvelle histoire de la France contemporaine, Paris, éditions du Seuil, 1990, p. 140.

13  D. Renoult, « Wilson et la classe ouvrière », dans L’Humanité, 7 janvier 1919, p. 1.

14  « L’intervention en Russie », dans L’Humanité, 9 janvier 1919, p. 1.

15  M. Cachin,, « Le Premier acte », dans L’Humanité, 15 février 1919, p. 1.

16  M. Cachin, « Qu’avons-nous fait pour aider Wilson ? », dans L’Humanité, 17 février 1919, p. 1.

17  D. Renoult, « M. Wilson veut partir », dans L’Humanité, 9 avril 1919, p. 3.

18  D. Renoult, « Le Traité de paix », dans L’Humanité, 15 avril 1919, p. 1.

19  M. Cachin, « L’Ingratitude », dans L’Humanité, 16 avril 1919, p. 1.

20  D. Renoult, « Le déchaînement des nationalismes », dans L’Humanité 24 avril 1919, p. 1.

21  M. Cachin, « Le Pacte de la Société des nations », dans L’Humanité, 30 avril-1er mai 1919, p. 3.

22  « Les hommes de couleur à la Conférence de la Paix », dans L’Humanité, 22 juin 1919, p. 3.

23  D. Renoult, « M. Wilson s’en va », dans L’Humanité, 28 juin 1919, p. 1.

24  M. Lazar, « Congrès de Tours », dans J.-F. Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1995, p. 221-222.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Document 1
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Document 2
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Document 3
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique A. Laurent, « Woodrow Wilson, L’Humanité et la SFIO, décembre 1918-juin 1919 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 114 | 2011, 101-113.

Référence électronique

Dominique A. Laurent, « Woodrow Wilson, L’Humanité et la SFIO, décembre 1918-juin 1919 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2266

Haut de page

Auteur

Dominique A. Laurent

Associate Professor, Department of French and Italian, Dickinson College

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page