Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Saber Mansouri, Athènes vue par ses métèques (ve-ive siècle av. J.-C.)

Paris, Tallandier, 2011, 188 p.
Bassir Amiri
Référence(s) :

Saber Mansouri, Athènes vue par ses métèques (ve-ive siècle av. J.-C.), Paris, Tallandier, 2011, 188 p.

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’un métèque à Athènes entre le ve et le ive siècle avant J.-C. ? Telle est la question que pose Saber Mansouri avec la volonté de dépasser les idées reçues. Car si l’on sait que le métèque est un étranger installé durablement ou non à Athènes, où il exerce une activité économique, nos représentations restent tributaires du point de vue athénien, illustré par Platon et Aristote, soucieux d’établir dans la cité idéale une séparation stricte entre citoyens et non-citoyens et responsables de l’image négative du métèque, « oiseau migrateur » tourné vers le profit et traître à sa patrie d’accueil, dès qu’elle est en danger.

2En s’appuyant sur Thucydide, Xénophon, Aristophane, Démosthène ou encore Lysias, Saber Mansouri déconstruit cette image du métèque, qui, loin de compter parmi les exclus, figure au cœur de la vie politique, sociale et intellectuelle athénienne. Certes, il est de « mauvais » métèques, à l’instar de certains marchands de blé profitant de crises économiques pour spéculer. Mais combien d’autres respectent les lois d’Athènes, se posent en bienfaiteurs, participent aux liturgies, ou s’impliquent dans les activités guerrières de la cité, favorisant ainsi la restauration de la démocratie en 403 et recevant en retour privilèges et reconnaissance ? Bien que dépourvus du droit de vote, les métèques participent à la circulation des idées sur l’agora. Ils sont des acteurs de la démocratie athénienne et, à l’instar de Lysias, la figure emblématique des orateurs étrangers que Saber Mansouri érige en modèle du métèque idéal, des défenseurs voire des penseurs de la démocratie athénienne.

3Ni tolérance ni xénophobie à Athènes à l’égard de ces étrangers, dont on ne craint pas la présence, réelle, nécessaire et souvent souhaitée, contrairement aux affirmations de Platon ou d’Aristote. Face aux tentatives de relecture de l’histoire tentées par certains discours politiques contemporains ignorants des réalités athéniennes (comme celui de Marie-France Stirbois, députée du Front National, à l’Assemblée Nationale le 2 mai 1992, au moment du vote de la loi Gayssot), le rôle de l’historien des mondes anciens est bien de rétablir la vérité et de rappeler que l’expérience grecque vaut pour elle-même, non pour ce que nos sociétés et notre démocratie sont devenues. Réévaluant la place des métèques dans la cité, Saber Mansouri nous offre ainsi une leçon plus que salutaire, en ces temps où l’Autre est si souvent prétexte au déchaînement de la parole politique.

4* Compte rendu publié dans L’Humanité du 19 avril 2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bassir Amiri, « Saber Mansouri, Athènes vue par ses métèques (ve-ive siècle av. J.-C.) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2263

Haut de page

Auteur

Bassir Amiri

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page