Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Yves Krumenacker, Calvin. Au-delà des légendes

Bayard, Montrouge, 2009, 604 p.
Frank Noulin
Référence(s) :

Yves Krumenacker, Calvin. Au-delà des légendes, Bayard, Montrouge, 2009, 604 p.

Texte intégral

1La Renaissance n’est pas seulement cette époque optimiste et humaniste que vantent les manuels scolaires, mais tout autant une étape ambiguë, riche et polymorphe, dans la marche vers la « modernité » de l’Occident. Elle a produit de grands intellectuels, des découvreurs, des inventeurs, mais aussi des « fous de Dieu » et des égorgeurs au nom de Dieu et de la vraie foi par un processus complexe dont il est difficile d’isoler les différentes composantes.

2Jean Calvin est un des hommes-clés de cette dynamique qui a transformé les sociétés occidentales, et incarne en sa personne de réformateur anxieux et déterminé les passions et les pulsions d’une époque « pleine de bruit et de fureur ». On vient de commémorer le cinquième centenaire de la naissance (1509) de celui qui fut, avec Luther et Zwingli, un des « pères fondateurs » du protestantisme, réformant Genève et inspirant une branche entière de la religion « huguenote ».

3Ce nouvel ouvrage d’Yves Krumenacker, spécialiste de l’histoire des protestantismes, intéressera tout lecteur qui, même peu au fait des subtilités théologiques, voudrait mieux connaître un homme d’exception, saisi en interaction avec son époque. Avec un souci constant de clarté et d’intelligibilité, Yves Krumenacker en brosse un portrait profond et nuancé, et s’efforce d’en approcher au plus près la vérité, tout en restant humble par rapport à l’« illusion biographique ».

4Le recours à des sources abondantes et variées, et d’abord celles de Calvin lui-même (écrits théologiques et polémiques, sermons), permet d’appréhender le réformateur dans ses préoccupations intimes et son activité quotidienne de prédicateur (voire de prophète) qui vit une expérience humaine inhabituelle, la fondation d’une communauté d’élus. L’auteur ne cesse de dialoguer avec ses prédécesseurs, pour marquer sa différence mais aussi reconnaître ses dettes. Il n’impose aucune solution à son lecteur et nous livre un portrait ouvert sinon contradictoire de Calvin. On essaiera de donner ici un aperçu des aspects qui nous ont paru les plus intéressants dans ce livre riche et documenté.

5Tout d’abord, Yves Krumenacker décrit le milieu qui a façonné Jean Calvin. Celui-ci naît à Noyon dans une famille de légistes en pleine ascension sociale, au coeur du « monde plein » dense et actif, où une Eglise en crise affronte un virulent « anticléricalisme croyant ». Le sentiment religieux se transforme lentement. La question du salut angoisse plus que jamais les chrétiens alors que les liens communautaires tendent à se défaire, plaçant l’individu seul face à un Dieu sévère. L’approfondissement de la confession suscite une « religion du scrupule ». On accumule les indulgences, les messes, pour arracher le salut par les œuvres, dans le cadre d’une « piété de prestation » grâce à laquelle le Père farouche se laisserait fléchir. Chacun doit assurer son salut individuel, quitte à se livrer à une comptabilité angoissée d’années de purgatoire, dans un monde voué au mal et au péché. Mais comment concilier cette piété avec l’absolue liberté de Dieu, affirmée par les théologiens ? En ce cas, le salut ne saurait dépendre que de la grâce divine : il y a là une « dissonance cognitive » majeure, entre des propositions inconciliables, qui exaspère l’angoisse de salut et produit la Réforme.

6L’auteur s’inscrit donc, avec des nuances, dans le courant historiographique qui souligne la puissance de « désangoissement » des nouvelles religiosités des xve et xvie siècles (devotio moderna, réformes protestantes et catholique). L’anxiété à propos de la vie future semble réelle dans le cas de Calvin, privé tôt de sa mère. Yves Krumenacker décrit un jeune homme introverti et anxieux, peut-être en quête d’un père de substitution. Sa prime formation, à Noyon, se fait sous l’égide de la devotio moderna qui met l’accent sur la sanctification personnelle par la prière, la méditation et l’ascèse. Puis Jean Calvin fréquente, à Paris, le collège de Montaigu, où le redoutable Jean Standonck impose une règle terriblement austère, mortifiant le corps au risque de ruiner la santé (dont celle de Calvin). Là, Calvin subit l’influence du philosophe nominaliste John Mair, qui insiste sur la liberté absolue de Dieu et le salut par la seule grâce divine : cet enseignement a dû semer le doute chez le jeune Calvin qui semble se destiner à la prêtrise. De plus, le père et le frère entrent en conflit avec le clergé local, ce qui mène le second à l’excommunication : cela a peut-être alimenté l’aversion de Calvin pour l’église romaine.

7Puis Calvin étudie le droit, sans doute par stratégie familiale, pour acquérir des charges d’officier et viser la noblesse. Cette double formation, théologique puis juridique, explique le souci de clarté et la précision des raisonnements qui marquent ses écrits. Yves Krumenacker montre que sa solide formation humaniste a structuré et nourri une pensée brillante, mais a pu aussi renforcer l’anxiété latente : le contact avec la pluralité des formes de pensée, notamment antiques, a pu dérouter une âme inquiète et lui faire craindre de s’éloigner de la parole de Dieu.

8Par sa formation, ses fréquentations, le jeune Calvin se situe dans le sillage de l’« humanisme évangélique », courant qui s’efforce de rénover l’église de l’intérieur. La « rupture » avec Rome (et non la « conversion », puisqu’il ne s’agit pas de changer de foi) se produirait vers 1534-1535, quand l’affaire des placards provoque une répression brève mais brutale. Les différents lieux d’exil sont les étapes d’une maturation rapide : Angoulême, Ferrare, Bâle, Genève, Strasbourg. Dès 1536, Calvin publie la première version de son maître ouvrage, « L’Institution de la Religion chrétienne », dans lequel il affirme d’emblée sa pensée christocentrique : la Parole se donne à entendre et à vivre dans la personne du Christ. Sa stature intellectuelle et religieuse le conduit à participer à la réformation de Genève : le premier séjour (1536-1538) est un échec fécond. à Strasbourg (1538-1541), « Calvin devient Calvin » : prenant conscience de sa « mission », il élabore sa propre dogmatique, troisième voie entre Luther et Zwingli (2e version de l’Institution, enrichie en 1539). Calvin participe à différents colloques qui tâchent de réconcilier « romains » et « protestants ». Leurs échecs renforcent sa conviction qu’on ne pourra réformer l’église : il revient alors à Genève pour y exercer un magistère moral et religieux et construire une communauté d’élus, pratiquant la vraie foi.

9Il lui faut d’abord purifier les mœurs et transformer les comportements. Le consistoire fait office de tribunal des mœurs et lutte contre la « paillardise », et les divertissements. Il faut aussi former et arracher les Genevois à leur « habitus catholique ». Yves Krumenacker décrit avec minutie l’effort d’endoctrinement et de mise sous surveillance de la population. Le consistoire contrôle l’assistance au sermon, le conseil censure et brûle les livres corrupteurs. L’excommunication, accompagnée de réprimandes, doit remettre les brebis égarées dans le droit chemin. Calvin crée ou réforme divers instituts d’enseignement aussi bien pour éduquer (dresser ?) la population que former les futurs pasteurs. Le souci d’encadrement conduit, en 1550, à instaurer une visite annuelle de chaque maison pour contrôler la moralité et la foi de ses habitants. De 6 à 7 % de la population auraient été convoqués chaque année devant le consistoire, et 300 personnes auraient été excommuniées (sur 20 000 Genevois).

10Puis Yves Krumenacker décrit les luttes pour le pouvoir entre partisans et adversaires de Calvin. Le récit des diverses péripéties est parfois un peu fastidieux, mais il met bien en relief les efforts de Calvin pour éliminer toute déviance doctrinale, au nom de la Parole qui l’habite, et affirmer son pouvoir disciplinaire. Il ne s’agirait pas d’instaurer une théocratie, Calvin distingue au contraire ce qui relève de l’église et de l’état : chacun sa place au sein d’un ordre voulu par Dieu. L’état fait régner l’ordre, qui permet aux pasteurs de dispenser la Parole. Cependant, le consistoire contrôle la morale et la vie spirituelle de tous, y compris les autorités. La lutte débouche sur la victoire des calvinistes, au prix d’une répression féroce, et une forme de prééminence du consistoire sur le pouvoir municipal, sensible quand est instauré le « grabeau », en 1557, examen de conscience public auquel doivent se soumettre les membres du conseil.

11Autre combat : défendre et répandre la vraie foi. Les ennemis sont nombreux, que Yves Krumenacker détaille avec gourmandise : les catholiques romains, indécrottables, les sorciers, qu’on tenaille et brûle sans pitié ; les « nicodémites » qui adhèrent à la vraie foi sans oser rompre avec la religion traditionnelle ; les « libertins spirituels » qui, inspirés par l’Esprit, rejettent la Loi et l’ordre social ; les « moyenneurs » qui cherchent à réconcilier catholiques et protestants ; les « anabaptistes », cette « aile gauche de la Réforme », qui montrent de dangereuses tendances « anarchistes », alors que le traumatisme de la « guerre des paysans » reste vivace. L’auteur décrit un Calvin intolérant, obsédé par la souillure, refusant tout compromis qui pourrait altérer la pureté de la foi. Dévoué à l’ordre établi par Dieu, il montre une aversion pathologique pour le mélange et l’indistinction. Cet angoissé ne se nourrit que de certitudes et se montre implacable lors de la célèbre « affaire » Servet : ce dernier, qui remet en question la double nature, divine et humaine, du Christ, est exécuté après une féroce polémique (1553).

12Parallèlement, les efforts de Calvin pour unir les différents courants de la Réforme échouent face à l’hostilité des luthériens radicaux. Cependant les conceptions calviniennes se diffusent.

13Il est vrai que Calvin montre un redoutable talent de polémiste. « Il faut donc crier à haute voix » (Institution, III, V, 6), disqualifier l’ennemi, marteler la vérité. Cette « parole de combat » vise à démasquer des hommes pécheurs et hypocrites, et diabolise ou animalise l’adversaire, faisant du pape un « singe accoutré en demoiselle ». Dans cette vision manichéenne, les hommes privés de la grâce sont ravalés au rang de bêtes. Grand orateur, Calvin sait adapter sa rhétorique au public visé, populaire ou lettré, et donner à entendre la Parole dans un langage accessible. Son activité impressionne : une centaine de livres, plusieurs milliers de sermons (3 000 ?), des milliers de lettres, sans compter les réunions, débats et controverses. Or cet homme inlassable, bien que de santé fragile, souvent malade, est mort à cinquante-cinq ans.Son grand œuvre reste L’Institution de la Religion chrétienne, matrice de la pensée calvinienne.

14Frappe d’abord l’obsession du péché originel et de la corruption de l’homme, qui dépend donc entièrement de la grâce divine pour son salut. La conception de la transcendance est radicale : Dieu est un souverain absolu et lointain, qui damne ou élit selon son « bon plaisir ». Selon la théorie calvinienne de la prédestination (que Calvin radicalise au fur et à mesure des controverses, avant que les épigones comme Théodore de Bèze dans sa Tabula Praedestinationati de 1570 ne lui donnent toute sa rigidité), l’élection a eu lieu dès avant la Création, donc avant la Chute : cette position radicale souligne l’abîme qui existe entre la divinité et ses créatures. Sole Deo Gloria, de toute éternité. Mais ce Dieu lointain et mystérieux vient à notre rencontre. D’abord, dans l’écriture. Sola Scriptura, proclame Calvin : les textes saints nous donnent accès au divin et à sa Loi. Ensuite, en la personne du Christ rédempteur dont l’incarnation a vaincu la mort. Calvin place toute sa confiance en le Sauveur venu racheter les péchés du monde : la foi ressentie par le fidèle, don gratuit de Dieu, est le signe de la grâce et la promesse du salut ; elle seule sauve, et non les œuvres. Obéir à la Loi élève l’âme vers la Divinité et enseigne la soumission au Seigneur. Le fidèle doit renoncer à lui-même et accepter patiemment les vicissitudes de l’existence terrestre. Cependant, Yves Krumenacker nuance l’image d’un Calvin parangon d’une austérité extrême. De fait, le réformateur prône une « juste mesure » dans le mode de vie. Tel Luther, il exalte la vocation de chacun (le Beruf luthérien), dans un ordre voulu par Dieu, où chacun doit rester à sa place. La miséricorde divine ne s’étend qu’aux membres de l’église, qui dispense la Parole et les sacrements. Les sermons révèlent un Calvin soucieux de désangoisser les fidèles en évoquant un Dieu qui protège et élit. Selon Krumenacker, il y a deux hommes en Calvin, produit à la fois de la Renaissance humaniste et de l’exigence réformatrice : un théoricien rigoureux et implacable, mais aussi un humaniste impénitent, qui semble garder confiance dans les capacités de la nature humaine.

15L’auteur interroge ensuite le rapport de Calvin à la « modernité ». Tout un courant plus ou moins hagiographique lui attribue un rôle décisif dans l’élaboration de notre civilisation « moderne ». Suivant Denis Crouzet, Krumenacker souligne le danger d’un « anachronisme déterministe » qui confondrait antériorité et causalité. Calvin ne saurait être qualifié de « moderne », d’abord parce que sa pensée reste « totalement religieuse ». L’auteur examine cependant les « potentialités » de son message, qui auraient été mises en œuvre par la suite.

16Tout d’abord, la réforme calvinienne a-t-elle promu l’individualisme ? Yves Krumenacker souligne qu’à Genève l’individu subit surtout discipline et surveillance, et rappelle que Denis Crouzet évoque au contraire un individu « désindividualisé, désapproprié ». De fait, ce sont les nouveaux comportements religieux dans leur ensemble, catholiques comme protestants, qui ont pu jouer, en approfondissant le regard sur soi, par la pratique de l’autocritique devant les autorités ou la confession plus fréquente. De même, Calvin a-t-il favorisé la liberté de conscience ? Là encore il faut nuancer : Calvin a combattu les courants les plus rationalistes de la Réforme, car pour lui l’écriture a un sens univoque et évident, et l’affaire Servet démontre amplement qu’il n’y a guère de « tolérance » ni de « liberté de pensée » dans la Genève calvinienne. Krumenacker s’attaque aux discours apologétiques et anachroniques qui décèlent dans le xvie siècle les racines du protestantisme libéral du xxe. Il montre que les calvinistes pouvaient se montrer aussi intolérants que leurs ennemis : persécutés, confrontés malgré eux à la pluralité religieuse, ils n’auraient fini par revendiquer la tolérance que sous la pression des circonstances.

17Par contre, la pensée de Calvin aurait effectivement contribué au processus de sécularisation, en séparant avec rigueur les domaines du profane et du sacré. En effet, la raison humaine est efficiente pour tout ce qui ne concerne pas le salut et le divin. Le savoir scientifique peut se développer indépendamment de toute sanction théologique, puisque la divinité est lointaine, du fait de sa transcendance absolue. Il n’y a plus de présence de Dieu sur terre depuis l’Ascension, pas même durant la messe (Calvin revendique une « présence spirituelle » du Christ dans l’âme des fidèles, au lieu du dogme catholique de la « présence réelle » lors de la communion) : on peut donc explorer, voire exploiter, un monde désacralisé, désenchanté.

18En ce qui concerne le lien supposé entre protestantisme et capitalisme, l’auteur se montre sceptique : l’idéal économique de Calvin est plus celui d’une juste répartition des richesses et du secours aux pauvres que l’exaltation du profit, ce qui en ferait un précurseur du « christianisme social ». Néanmoins, Calvin légitime le prêt, pourvu que l’on fasse fructifier l’argent prêté.

19Par contre, Calvin s’inscrit pleinement dans le processus de disciplinarisation mis en œuvre aussi bien par les églises que les états à l’époque moderne (emprise croissante des pouvoirs sur les populations, contrôle des croyances et des mœurs). Sa Genève est une communauté d’élus normés, surveillés et admonestés. La nature humaine étant corrompue, il faut un état, et Calvin prescrit l’obéissance au « prince », « lieutenant de Dieu ». La révolte n’est légitime que si celui-ci se comporte comme un tyran et méprise la loi divine, à condition qu’elle n’implique pas les masses, dont Calvin a peur depuis la « guerre des paysans » et les convulsions anabaptistes. Le gouvernement doit être oligarchique ou aristocratique.

20Pour terminer, Yves Krumenacker brosse un rapide tableau du « calvinisme » après Calvin. Il en ressort deux grandes périodes. Dans un premier temps, les successeurs simplifient et rigidifient la doctrine qui devient dogme ; les hagiographies exaltent un homme intègre et austère. Dans un deuxième temps, Krumenacker constate un surprenant « effacement de Calvin » comme référence, à partir du xviie siècle, puisque ses œuvres se raréfient dans les bibliothèques. Les différents « réveils » ne reviennent guère à Calvin, trop rationnel, car ils véhiculent une piété émotive, voire effervescente. La « redécouverte » se produit au xxe siècle, grâce à l’édition scientifique de ses œuvres, notamment des sermons, et au recours à l’anthropologie historique. De nombreuses études ont entrepris de comprendre cette figure complexe. L’ouvrage de Yves Krumenacker est un jalon important dans cet effort entrepris pour déterminer le rôle de Calvin dans le changement de civilisation. Nous pouvons aussi méditer sur l’homme que fut Calvin : anxieux et scrupuleux, il n’a trouvé la paix qu’en se « désappropriant » de lui-même. L’angoisse du salut a laissé la place à la certitude radieuse de l’élection. L’orphelin introverti a été envahi par la Parole impérieuse et bienfaisante et s’est voué corps et âme à une communauté qui l’enveloppait et le protégeait du monde immonde saturé de péchés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frank Noulin, « Yves Krumenacker, Calvin. Au-delà des légendes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2261

Haut de page

Auteur

Frank Noulin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page