Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Arlette Farge, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle

Paris, Bayard, coll. « Histoire », 2009, 312 p.
Claudette Toulmonde
Référence(s) :

Arlette Farge, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, Paris, Bayard, coll. « Histoire », 2009, 312 p.

Texte intégral

1Arlette Farge, chercheuse au CNRS et à l’EHESS, est l’auteure de nombreuses études sur le xviiie siècle, se rapportant à la vie quotidienne des classes populaires, comme Vivre dans la rue au xviiie siècle, ou Dire et mal dire. Elle reste à la recherche des traces les plus ténues de la vie des « sans voix » et des illettrés. Ainsi, aujourd’hui, elle s’aventure dans un nouveau domaine : celui de la voix ou des voix, sujet par définition hors des sources traditionnelles de l’histoire. Cette recherche relève à la fois du défi et de l’utopie. Ainsi, Jules Michelet, le grand historien, professeur en 1842, refusait toute transcription de son cours : pour lui, ce qui primait, c’était l’oralité.

2Comment retrouver les individus comme les communautés à travers les paroles et les voix ? Car dès 1539, François Ier avec l’édit de Villers-Cotterêts, voulait imposer la langue française pour unifier un parler par rapport au latin et aux langues régionales. La question se pose : qu’en est-il dans une pratique quotidienne ? Deux siècles plus tard, la société du xviiie siècle repose pour l’essentiel sur l’oralité. À Paris, le bruit domine, il est même assourdissant, « une cacophonie indistincte ». Dans ce siècle où l’oralité prime comme aux siècles précédents, la parole, le cri, la « conversation confuse » sont, dans les classes peu lettrées, les véhicules principaux de la communication. Arlette Farge en analyse les traces dans le monde du travail (rural ou urbain), dans le lien avec le pouvoir royal, avec l’Église ainsi qu’avec la justice.

3Dans cet essai, Arlette Farge s’interroge autour de sept chapitres avec, tout d’abord, l’analyse de la voix, du langage et de la parole, comme trois objets intimement liés mais aussi très différents : comment percevoir ce qui par définition est devenu inaudible, comment comprendre ce qui a disparu pour toujours ? Elle a recours aux archives et en particulier de la justice, de la police ainsi qu’à celle de l’Assistance publique de Paris, qui sont ses matériaux de prédilection. Cependant, elle sollicite aussi les journaux, les auteurs littéraires et les traités juridiques.

4Quel est son objectif ? Comment faire émerger d’un magma incompréhensible les voix qui nous informent sur leurs différentes situations dans la société de l’époque ? Elle montre que, selon la hiérarchisation des voix, nous connaissons le statut des interlocuteurs. « Que signifie écrire sur un parler et des intonations populaires » ? (p. 196). Elle s’intéresse aux « petites choses », aux « petites gens », elle recherche aussi les marges de la société : les femmes, les pauvres, les criminels, éventuellement les fous classés comme tels du fait de leur « parler en convulsions ».

5Comment faire cette analyse au travers de sources nécessairement indirectes ? Elle s’appuie sur les transcriptions de greffiers, sur des écrits de « peu lettrés », pour retrouver les rythmes, les phrasés, les souffles et les timbres de cette oralité. Ainsi le mémoire rédigé par Thorin en 1758, au moment de son incarcération à la Bastille, permet quelques hypothèses. Arlette Farge réalise une étude très fine et minutieuse de l’orthographe et de la syntaxe de cet accusé, qu’elle considère comme ayant une certaine culture. La présentation de textes tels qu’ils ont été rédigés fait mesurer les dimensions ou les écarts entre oralité et écrit. Les mots agglutinés, comme « forbravgen » (pour « fort braves gens »,p. 248)ou « janpleur » (pour « j’en pleure »,p. 249)présent dans un texte, font comprendre combien les classes populaires se sont appropriées des situations et des expressions. Le « Jamlavite » (« jamais de la vie », p. 248) s’exprime dans un souffle « comme dans une vérité à défendre ».

6Avec cet essai, nous sommes entre oralité et écrit, nous plongeons dans une étude passionnante sur la voix, mais aussi sur un monde social et politique. Au cours du xviiie siècle, la voix nous montre une hiérarchisation des positions sociales, Ainsi, l’autorité d’une voix féminine dans un cabaret est capable de faire cesser une bagarre. Mais, tout autant, certaines sources permettent de comprendre le phrasé, les rythmes ou les souffles des diverses voix populaires, tout comme les lettrés qui ont créé l’art de la conversation dans les salons. Dans les écoles, des traités de prononciation, comme le Dictionnaire grammatical de la langue française (1768), indiquent la distance entre l’écrit et l’entendu. Ce siècle veut policer les voix, celles des enfants comme celle du peuple, car les patois dominent encore et semblent une menace pour l’unité de la nation. Les révolutionnaires vont ainsi le ressentir quand ils veulent obliger le peuple à parler d’une seule voix, comme le dit un texte de l’abbé Grégoire. Mais nous pouvons à nouveau reposer le problème de l’implication dans la société et du retentissement dans la population. Les voix sont diverses, depuis le cri déchirant de l’enfant jusqu’aux voix de femmes, douces, maternelles, ou à celle du diable.

7Quelques reproches à cette édition : la relecture attentive des correcteurs aurait évité (p. 157) la confusion entre Louis XV et Louis XVI, que l’auteur ne confond pas comme le récit nous le fait comprendre ! Plus gravement, nous pouvons regretter l’absence d’un index, outil de lecture toujours bien utile, même si l’on considère qu’il s’agit d’un ouvrage de vulgarisation destiné au plus grand nombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Toulmonde, « Arlette Farge, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2259

Haut de page

Auteur

Claudette Toulmonde

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page