Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Thomas Cayet, Rationaliser le travail, organiser la production. Le Bureau International du Travail et la modernisation économique durant l’entre-deux-guerres

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 284 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Thomas Cayet, Rationaliser le travail, organiser la production. Le Bureau International du Travail et la modernisation économique durant l’entre-deux-guerres, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 284 p.

Texte intégral

1L’histoire mondiale du travail et notamment l’histoire de l’OIT (organisation internationale du travail) ont le vent en poupe depuis quelques années. Ce livre de Thomas Cayet est issu de sa thèse de doctorat, réalisée à l’Institut Universitaire Européen de Florence. Il y analyse les liens entre le BIT (Bureau international du travail, secrétariat de l’OIT) et les milieux réformateurs en Europe et aux États-Unis. Il fait ressortir le caractère progressiste de l’OIT. Ainsi, la partie XIII du Traité de Versailles, qui tient lieu de constitution pour l’OIT, affirme que « le travail ne doit pas être considéré simplement comme une marchandise ou un article de commerce ». Ce traité lie la « paix des nations » à la recherche de la « justice sociale ». Albert Thomas, premier dirigeant du BIT, a vu dans l’organisation de guerre (il a été ministre de l’Armement pendant la guerre) les prémices de la planification d’un monde nouveau, plus juste. En outre, le BIT a noué des liens avec l’Association internationale pour le progrès social, créée en 1925.

2Thomas Cayet montre comment le BIT s’est intéressé dès sa création en 1919 à l’organisation scientifique du travail (OST), méthode mise au point par l’ingénieur américain Taylor. Le BIT a fondé à Genève, en 1927, un Institut international d’organisation scientifique du travail (IOST), dirigé initialement par l’homme politique français Paul Devinat. L’IOST connaît une forte expansion autour de 1930. On compte 750 membres de plus de 45 pays dès la fin de 1930. De nombreuses associations patronales adhèrent à l’Institut, comme la Confédération générale de la production française (CGPF) et l’UIMM.

3L’OIT est influencée par le mouvement progressiste américain qui conçoit l’ingénieur comme un « technicien social ». Les ingénieurs américains réformistes, rassemblés au sein de la Taylor Society, dirigée par Harlow S. Person, défendent au sortir de la Première Guerre mondiale une approche dite « progressiste » de la modernisation industrielle.

4L’auteur observe toutefois la rivalité entre deux approches du scientific management : celle des ingénieurs progressistes de la Taylor Society réunis en congrès international à Prague en 1924, et celle des chefs d’entreprise liés à la Chambre de commerce internationale, réunis au Congrès de Bruxelles en 1925.

5Thomas Cayet retrace comment l’idéal d’un social economic planning, c’est-à-dire d’une économie organisée, s’est imposé autour de 1930, aboutissement du courant du scientific management. Le « World Social Economic Planning Congress », tenu en 1932, en témoigne. Cette conférence est conçue comme une alternative progressiste au Congrès international d’organisation scientifique du travail tenu la même année.

6Dans les années 1930, l’élaboration taylorienne d’un social economic planning est présentée, par les organisateurs du « World Social Economic Planning Congress », à la fois comme une alternative à l’expérience soviétique et une critique de l’économie libérale.

7Au début des années 1930, dans le contexte de la crise économique mondiale, le BIT propose le lancement de programmes de grands travaux et envisage de définir de nouvelles formes d’organisation industrielle et d’y faire participer les Etats et les syndicats. Mais le sociologue du travail Elton Mayo, pionnier des études d’human relations, se montre très sceptique à l’égard du BIT, qui représente pour lui un système de négociations dépassé, caractéristique de la vieille Europe et de ses conflits.

8Avec ce travail, Thomas Cayet montre comment s’est constitué, en marge de l’OIT et de la SDN, un espace de discussion et de rencontre concernant la modernisation de la production et les transformations sociales qu’elle entraîne. À la fin des années 1920 et au début des années 1930, ce sujet est abordé au travers de la théorie du scientific management. Le succès de l’Institut international d’organisation scientifique du travail s’explique notamment par la diversité de ses membres. On y observe en particulier la montée en puissance des idées venues des États-Unis. Mais à partir de 1932-1933, la persistance de la crise en Europe et aux États-Unis, la résurgence des tensions nationalistes, la montée des revendications sociales et l’essor du fascisme et du nazisme ne permettent plus à l’Institut de jouer son rôle de médiation. Les organisateurs se réclament de manière de plus en plus exclusive du soutien de l’Etat ou de celui des grandes entreprises. Ils définissent alors leurs actions en termes de Planning ou de Management. La fermeture de l’Institut et la disparition de la Taylor Society en 1934 symbolisent la fin de l’ère du scientific management. Thomas Cayet observe donc qu’au cours des années 1930, on a assisté à un reflux de l’internationalisme modernisateur.

9Ce livre, malgré un caractère touffu et un style complexe, rendant le propos souvent difficile à suivre, est intéressant dans la mesure où il retrace les relations entre différents milieux associés à la question du travail autour de 1930. Il apporte une contribution à l’histoire mondiale du travail et à l’histoire transnationale des réseaux réformateurs en Europe et aux États-Unis dans l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Thomas Cayet, Rationaliser le travail, organiser la production. Le Bureau International du Travail et la modernisation économique durant l’entre-deux-guerres », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2257

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page