Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Lénine, Staline et la musique

Ouvr. Collectif, Paris, Fayard/Cité de la musique, 2010, 240 p.
Jean-Numa Ducange
Référence(s) :

Lénine, Staline et la musique, Ouvr. Collectif, Paris, Fayard/Cité de la musique, 2010, 240 p.

Texte intégral

1Dans le cadre de l’année de la Russie en France (2010), une exposition à la Cité de la musique a été proposée au public, du 12 octobre 2010 au janvier 2011, sur les rapports tumultueux entre les musiciens et le pouvoir politique en URSS, du temps de Lénine puis de Staline. Superbement illustré, le livre que l’on évoque ici constitue néanmoins plus qu’un simple catalogue de l’exposition puisque, tout en suivant globalement le parcours de l’exposition, il regroupe de nombreux articles sur le thème traité. Les articles restent parfois très généraux, mais, ponctuellement, des contributions assez érudites sur des points plus précis incitent à une lecture globale et attentive, quoique la grande variété des contributions ait plutôt tendance à nuire à la cohérence d’ensemble. L’ouvrage peut être ainsi lu indépendamment de l’exposition ; on doit néanmoins mentionner que celle-ci, fort bien faite, permettait non seulement d’écouter des enregistrements exceptionnels, certains bien connus mais d’autres presque introuvables datant des années 1920, souvent des archives sonores inédites.

2Si les premières lignes de l’ouvrage, comme lors de l’exposition, mentionnent la continuité – douteuse ? – avec « le IIIe Reich et la musique » (édité là aussi chez Fayard en 2004 avec une exposition dans les mêmes murs), force est de constater que les différences entre le nazisme d’une part et les premières années du régime soviétique d’autre part, voire les années staliniennes, sont nombreuses. Il serait fastidieux d’énumérer ici les points communs attendus entre les régimes politiques qui justifient une telle comparaison : soumission des artistes au pouvoir politique, persécutions, déportations ou, dans le meilleur des cas, contrôle tatillon de la bureaucratie sur certaines œuvres, certains musiciens… Ce qui frappe en réalité le lecteur – l’ouvrage reflétant en cela parfaitement l’esprit général de l’exposition – c’est le fossé entre les premières années du régime soviétique et le conformisme qui va suivre dans les années 1930. Dans la continuité de la Révolution d’octobre 1917, le début des années 1920 a été en effet l’occasion d’un incroyable renouveau et d’expérimentations diverses (parfois quelque peu ubuesques pour un homme du xxie siècle… ainsi les orchestres « égalitaires »… sans chef !). La politique culturelle audacieuse qu’incarne le commissaire du peuple à la culture, A. Lounatcharski, fait d’ailleurs l’objet d’une contribution spécifique précieuse.

3À côté de considérations assez générales sur la politique et la musique, d’autres articles évoquent de manière plus précise les négociations permanentes entre le pouvoir et les artistes, constante de l’époque des années 1930-1940. Sans complaisance à l’égard du régime soviétique, l’ensemble incite à réfléchir sur les marges – les « failles » pourrait-on dire – plus ou moins assumées par le pouvoir au plus haut niveau. Rappelons-nous que Staline, qui en abandonna beaucoup, sut aussi sauver quelques artistes, parfois pour des raisons obscures… Point sur lequel insistent les contributions consacrées à Chostakovitch et Prokofiev – deux attitudes d’ailleurs distinctes l’une de l’autre à l’égard du pouvoir – qui sont du plus grand intérêt. Il ne s’agit pas de minimiser les victimes et le gâchis qu’a engendrés la politique de mise au pas du pouvoir, mais de comprendre comment des œuvres de grande envergure ont pu être écrites et composées dans des circonstances parfois inouïes, notamment pendant la « Grande Guerre patriotique ».

4À relativiser également, la distinction entre ce qui est « œuvres de propagande » et le reste. On connaît la profonde déprime de Prokofiev qui désespérait de n’entendre à la radio que son Alexandre Nevski, au détriment de ses œuvres moins directement politiques. Mais là encore, même les compositions étroitement dépendantes du contexte historique, comme la Septième symphonie de Léningrad de Chostakovitch, exécutée dans la Léningrad assiégée en 1942, ne sauraient être reléguées au rang d’œuvres mineures. Signalons enfin la chronologie, la bibliographie et lindex qui permettent un repérage aisé dans cet ensemble captivant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Lénine, Staline et la musique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2256

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page