Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Michel Cordillot, Aux origines du socialisme moderne: la Première Internationale, la Commune de Paris, l’Exil. Recherches et travaux

Paris, Éditions de l’Atelier, 2010, 252 p.
Jean-Numa Ducange
Référence(s) :

Michel Cordillot, Aux origines du socialisme moderne: la Première Internationale, la Commune de Paris, l’Exil. Recherches et travaux, Paris, Éditions de l’Atelier, 2010, 252 p.

Texte intégral

1Dans ce recueil, le grand spécialiste de la Première Internationale, Michel Cordillot, a regroupé un ensemble d’articles, pour partie déjà parus ailleurs. L’immense avantage est d’offrir un ensemble qui, sans prétendre être une synthèse sur l’Association internationale des travailleurs en France, permet d’aborder les principaux débats suscités dans cette organisation, tout en comprenant la structuration complexe de celle-ci.

2La diversité des idéologies dans l’Internationale apparaît très clairement, au-delà de la seule opposition entre une première période, marquée par les idées proudhoniennes, qui précéderait une seconde, davantage influencée par les « collectivistes ». L’auteur relève, à juste titre, que si les progrès de la connaissance de Charles Fourier et de ses écrits sont incontestables, l’histoire de l’influence concrète des courants se réclamant du fouriérisme reste à faire. M. Cordillot revient sur la question de la grève, si âprement débattue dans les années 1860, et qui connaît un changement décisif avec la grève des bronziers de 1867. Nombre d’internationaux, jusqu’ici réticents à utiliser un tel moyen d’action, lui deviennent favorables devant l’efficacité d’une telle pratique (« un verrou idéologique avait sauté » p. 51). L’étude de la commission ouvrière de 1867 montre quant à elle comment une assemblée de délégués ouvriers rencontre progressivement l’AIT et, en particulier, des militants collectivistes.

3La notice biographique sur le célèbre Zéphirin Camélinat, au-delà des indications politiques qu’elle contient sur l’Internationale, revient sur les mutations sociales profondes que connaît la France d’alors : le futur dirigeant de la Monnaie, bourguignon d’origine, incarne la transition du milieu paysan vers le monde ouvrier urbain. Toujours sur la fin de l’Internationale et la Commune, l’étude locale sur l’Yonne, en 1870-1871, repère avec une grande érudition les mouvements procommunalistes dans un département rural réputé calme.

4Soucieux de revenir aux textes de l’époque pour traiter son sujet, Michel Cordillot présente également un étonnant article sur Karl Marx paru dans l’Illustration au lendemain de la Commune. Celui-ci propose un portrait parfois maladroit, mais assez équilibré, dans un contexte où Marx est peu connu en France et à une époque où la répression fait rage contre les Communards ; il montre ce qu’une partie du public français pouvait connaître du philosophe allemand. C’est cette même attention à des textes oubliés par l’historiographie qui se retrouve dans le reste des articles, ainsi l’auteur concentre-t-il son attention sur La troisième défaite du prolétariat parisien, texte du communard (puis dirigeant socialiste « réformiste »), Benoît Malon. Propos publié dès novembre 1871 et fort sévère à l’égard de toute action politique prématurée…

5L’aspect international n’est pas oublié, en particulier la trajectoire des proscrits de la Commune aux États-Unis, dont le rôle dans les recompositions politiques à l’étranger, y compris sur les moyens à employer après l’échec de l’insurrection, est loin d’être négligeable. La stratégie du courant blanquiste visant à fonder un mouvement révolutionnaire international à partir des exilés en Europe et aux États-Unis constitue un épisode particulièrement intéressant de cette « internationalisation » des Communards et militants français après 1871. Notons que l’auteur a développé récemment l’influence des francophones dans le mouvement ouvrier américain dans une synthèse originale et éclairante, Révolutionnaires du Nouveau Monde. Une brève histoire du mouvement socialiste francophone aux États-Unis, 1885-1922, Lux éditeurs, 2009.

6Enfin, l’intérêt d’étudier le mouvement ouvrier du local à l’international est démontré par l’étude détaillée du Congrès socialiste de Coire de 1881, dont l’échec constitue néanmoins un jalon important vers la constitution de la Deuxième Internationale en 1889-1891. À observer et étudier les tentatives de structuration entre Première et Deuxième Internationales, il apparaît que la volonté de constituer une organisation transnationale, malgré les multiples difficultés rencontrées, n’a jamais disparu.

7À travers ces contributions, on mesure combien l’histoire ouvrière de l’époque, qu’elle soit politique, strictement organisationnelle ou davantage tournée vers le social peut (et doit ?) encore susciter d’importantes recherches pour éclairer cette période décisive des gauches française et internationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Michel Cordillot, Aux origines du socialisme moderne: la Première Internationale, la Commune de Paris, l’Exil. Recherches et travaux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2249

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page