Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Antoine Augustin Cournot, écrits de jeunesse et pièces diverses

Œuvres complètes, tome XI, vol. 1 et 2, édité par Bernard Bru et Thierry Martin, Paris, Vrin et Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2010, 1306 p.
Pierre Crépel
Référence(s) :

Antoine Augustin Cournot, écrits de jeunesse et pièces diverses, Œuvres complètes, tome XI, vol. 1 et 2, édité par Bernard Bru et Thierry Martin, Paris, Vrin et Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2010, 1306 p.

Texte intégral

1Antoine Augustin Cournot (1801-1877) est considéré comme philosophe par les mathématiciens, comme mathématicien par les philosophes, comme économiste par les économistes, et comme un personnage inclassable par tous les autres.

2C’est vers 1970 que fut lancée l’édition présentée et annotée de ses Œuvres Complètes, sous la direction d’André Robinet en quatorze tomes chez Vrin. Comme toujours, l’examen a posteriori de la liste des ouvrages, de leurs auteurs et des dates de sortie en librairie, montre une sous-estimation des délais prévus. Le premier tome paru (t. V) est sorti en 1973 et le dernier (t. XI) en 2010 ; le nombre réel de tomes est de onze ou treize selon le décompte (car les tomes VI et XI ont deux volumes), la moitié des responsables prévus a changé. Mais une quarantaine d’années pour un tel travail, ce n’est pas si mal.

3S’il faut donner un classement de ces ouvrages (ce qui est bien osé), nous dirons que les tomes i (probabilités), VI-1 et 2 (mathématiques pures) sont scientifiques, les tomes II et V, philosophiques, les tomes VIII et X, économiques, le tome VII est relatif à l’instruction et le dernier, le tome XI, que nous présentons ici, est consacré à un peu tout. Mais, avec Cournot, de tels compartimentages sont encore plus douteux et plus arbitraires que chez un autre auteur.

4Entre-temps, Thierry Martin a publié une bibliographie de et sur Cournot qu’on peut estimer inséparable de cette édition des Œuvres complètes : Thierry Martin, Nouvelle bibliographie cournotienne, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008.

5(http://slhs.univ-fcomte.fr/​rech/​philolab/​Perso/​TMartin.html)

6Le tome XI, que nous allons présenter ici, se compose physiquement de deux volumes paginés en continu (p. 1-608, p. 609-1308), soit en tout onze sections, plus un index et la table des matières. On pourrait l’appeler « le reste de l’œuvre ». Mise à part la section IX (p. 875-1064) qui reprend ses « Souvenirs » (posthumes), tout le reste est composé de « petits morceaux », soit inédits soit publiés en leur temps seulement sous une forme éparpillée.

7La correspondance, dont il ne reste malheureusement pas grand chose, forme la section X (p. 1065-1125). La section XI (p. 1127-1244) contient divers documents sur la carrière universitaire et académique. Une petite section VIII (p. 825-872) donne des articles de dictionnaire et un éloge.

8Le reste, c’est-à-dire plus des huit cents premières pages, est plutôt de nature scientifique et composé d’articles, de comptes rendus, de travaux de jeunesse :

9Sections I et II : articles et comptes rendus, de ou sur les mathématiques, dans le Bulletin de Férussac (p. 17-416),

10Sections III et IV : articles et comptes rendus, un peu plus diversifiés, dans le Lycée et autres journaux (p. 417-608).

11La section V contient sa thèse de mécanique (p. 609-722). Elle est complétée par une section VI de mécanique (p. 723-762). Enfin, la section VII donne un « Mémoire sur les applications du calcul des chances à la statistique judiciaire » (p. 763-824), lequel se trouve sous une forme un peu différente dans le célèbre ouvrage de probabilités qui constitue le tome I des Œuvres.

12Étant donné que, dans ces pièces détachées, Cournot aborde toutes sortes de sujets mathématiques et physico-mathématiques, de questions d’instruction publique, voire de philosophie, et qu’il parle des personnages qu’il a connus pendant au moins un demi-siècle, le lecteur apprend beaucoup de choses. Mais il en apprend encore davantage par l’extraordinaire apparat critique des curateurs (environ 500 pages), dont l’érudition dépasse ce qu’on pourrait imaginer, érudition qui ne gênera pas le lecteur pressé puisqu’elle se trouve toujours en fin de section, en petits caractères, et peut donc être sautée. Ceux qui la sauteront passeront à côté d’une connaissance de terrain, tant sur les sciences que sur les bourgeoisies parisiennes, franc-comtoises et autres, du xixe siècle, qui sort absolument des sentiers battus, des généralités récurrentes et des pensées à la mode.

13La lecture sérieuse de cet ouvrage prendra plusieurs mois. L’auteur de ces lignes a écrit sa recension après en avoir lu 10 %, mais l’a corrigée après lecture exhaustive.

14La matière même de cet ouvrage composite et, encore plus, le style des notes abondantes se prêtent peu à un compte rendu linéaire. Je me contenterai donc de pointages et de commentaires sur trois aspects : les « Souvenirs », les comptes rendus dans le Bulletin de Férussac et le « Coup d’œil ».

15Cournot est ce qu’on pourrait appeler un « indépendant de centre droit ». Il s’accommode assez bien, mais sans empressement, ni servilité, ni mouchardages, des régimes qui passent. Il ne manque d’ailleurs pas de jugement critique à l’égard des uns et des autres, sachant, par exemple, limiter les empiétements ecclésiastiques, ou résister à la noyade de l’instruction publique dans la formation professionnelle. Issu de la moyenne bourgeoisie de Gray (Haute-Saône), mais rapidement en contact avec les plus hauts dirigeants aristocrates ou bourgeois, comme précepteur du fils du maréchal Gouvion-Saint-Cyr, puis comme recteur, comme inspecteur général ou membre de toutes sortes de commissions et de conseils, il fréquente les « grands » de la Restauration, de la Monarchie de Juillet, de la Seconde République et du Second Empire. Il nous donne souvent de petits portraits assez subtilement ironiques, par exemple celui-ci d’Hippolyte Fortoul, ministre au début de Second Empire :

16« M. Fortoul, qui recevait, bien jeune encore, le portefeuille de l’Instruction publique, avait donné dans le saint-simonisme, chose peu surprenante, car il avait naturellement beaucoup de penchants à l’utopie, et de plus le goût des systèmes, des divisions symétriques, une passion d’organiser et de réorganiser qui voulait s’étendre à tout, et qui, sur la fin de sa courte vie, dégénérait en monomanie inquiétante. Avec cela de l’esprit, beaucoup de facilité et même de lucidité dans la parole, de la souplesse dans le caractère vis-à-vis des hommes puissants et le ton d’autorité pour se faire obéir, de la bienveillance pour les personnes, quand les systèmes n’étaient pas en cause, jointe à une disposition à sacrifier intrépidement les personnes aux systèmes. »

17Cournot est plutôt monarchiste modéré, adversaire de la liberté des journaux, « ni républicain du jour, ni de la veille » en 1848, approbateur des Journées de Juin, puis électeur de Cavaignac, inquiet d’un « nouveau type de révolution » qui pourrait « entamer plus radicalement les bases du vieil ordre social et fournir une plus abondante pâture aux convoitises et à toutes les passions subversives », il note par exemple ceci :

18« À côté de l’émeute de la rue il y a l’émeute des idées, et la Révolution de 1830 eut cela de caractéristique qu’elle produisit au grand jour, pour la première fois chez nous, des systèmes bizarres qui rompaient en visière avec le bon sens français, avec la tradition philosophique du xviiie siècle, avec la Révolution française, issue de cette philosophie. Certes, du jour où les agitations des peuples auraient pour but quelque chose comme le saint-simonisme, le fouriérisme, le communisme, le socialisme, on pourrait bien dire que le mouvement de la Révolution française a cessé et qu’un autre mouvement commence. »

19Mais ce n’est pas ce côté-là qui est le plus intéressant, ce sont plutôt ses réflexions philosophiques et de terrain sur l’instruction publique, qu’il convient de relever, surtout pour l’enseignement secondaire et supérieur, qui sont du ressort de ses tâches. Ses idées se trouvent d’ailleurs largement exposées dans le tome VII de ses Œuvres. Sur l’instruction primaire, il s’abstient souvent :

20«Quelles seront les conséquences politiques et morales de la diffusion de l’instruction primaire dans toutes les classes, de l’installation d’un demi-savant dans chaque village, à côté du curé et du maire, de l’institution de séminaires départementaux où se forment ces savants rustiques ? Nul ne peut le dire […] »

21Cournot croit visiblement à la qualité de l’instruction, aux sciences… Mais quelle vision en a-t-il et comment a-t-il acquis une culture encyclopédique à cet égard ? Ce savant fait partie des élèves de l’École normale au moment où celle-ci, jugée trop remuante et peu utile, est supprimée par la Restauration en 1822, qui a déjà fermé les facultés des sciences, lesquelles ne seront reconstituées qu’au début de la Monarchie de Juillet. Une génération pleine d’énergie, dont font partie Hachette, Saigey, etc., se trouve donc laissée dans la nature et cherche à s’exprimer. L’extraordinaire aventure du Bulletin lancé par le riche baron de Férussac, pour créer une espèce de correspondance générale sur toutes les sciences, va ainsi donner libre cours aux aspirations culturelles et scientifiques de Cournot, de 1823 à 1831. Celui-ci y rédige quelques articles, mais surtout plus d’une centaine de comptes rendus sur toutes sortes de publications mathématiques et physico-mathématiques, à l’origine en français, en latin, en allemand, en anglais ou en italien. Les bureaux de Férussac deviennent vite une sorte de plaque tournante de la science européenne. Mais l’aventure, qui ne pouvait être rentable, prend fin dès 1831.

22Cournot publie aussi quelques articles et comptes rendus, dans une revue, nommée Le Lycée, lancée en 1827 par Louis Hachette (fondateur de la célèbre librairie que l’on sait). Parmi ces articles, on distinguera l’intéressant « Coup d’œil sur la marche actuelle des sciences mathématiques » (p. 466-476), enrichi de plus de quarante pages de présentation et de notes des éditeurs (p. 465-466 et 502-543). Il s’agit du défi d’exposer en une dizaine de pages, à la fois l’essentiel et l’évolution de toutes les mathématiques pures et appliquées des vingt dernières années. Cette science a alors perdu l’espèce de « caractère d’unité » qu’elle revêtait au xviiie siècle : la renaissance de la géométrie pure et de la théorie des nombres sont particulièrement frappantes, tandis que l’analyse gagne de nouveaux territoires dans les sciences physiques. Défi relevé avec quelque brio et qui conserve sa pertinence, même avec le recul du temps.

23On voit donc que ce dernier tome des Œuvres complètes de Cournot, par la diversité des sujets abordés, par la finesse du jugement de son auteur, par la construction de cette culture scientifique qu’il va bientôt utiliser dans ses écrits fameux sur l’économie et les probabilités, peut intéresser un public très varié, lequel picorera vraisemblablement dans l’ouvrage plutôt que d’en tenter une lecture linéaire et exhaustive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crépel, « Antoine Augustin Cournot, écrits de jeunesse et pièces diverses », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2247

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page