Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Sylvie Aprile, Le siècle des exilés Bannis et proscrits, de 1789 à la Commune

CNRS Éditions, 2010, 336 p.
Raymond Huard
Référence(s) :

Sylvie Aprile, Le siècle des exilés Bannis et proscrits, de 1789 à la Commune, CNRS Éditions, 2010, 336 p.

Texte intégral

1En se proposant d’aborder sur un siècle, pour la France, le phénomène de l’exil, ici envisagé sous la forme de l’exil politique, soit volontaire (les émigrés), soit forcé (les bannis, les proscrits), Sylvie Aprile a eu l’audace d’affronter un sujet complexe, foisonnant, nécessitant le recours à des sources très variées, les témoignages, les correspondances, mais aussi les archives policières de divers pays, les œuvres littéraires, etc. Elle nous donne, grâce à cette documentation considérable, brillamment mise en œuvre, la première vue d’ensemble de ce phénomène abordé jusqu’ici par bribes. Le plan de l’ouvrage combine habilement l’approche chronologique et la thématique. Le premier exil de masse – et qui ne sera jamais dépassé en nombre – est celui, volontaire au début pour l’essentiel, des émigrés à partir de 1789. Les sanctions prévues contre eux confèreront un caractère délictueux à cet exil volontaire. Si, sous l’Empire, alors que la plupart des émigrés rentrent, le phénomène de l’exil politique devient marginal et ne concerne que quelques personnalités comme Mme de Staël, la Restauration, avec le bannissement des régicides, crée vraiment la notion de « proscrits ». L’exil des anciens souverains ou de leurs descendants est à la fois volontaire (ils fuient le pays comme Charles X ou Louis- Philippe) et contraint quand des mesures ultérieures interdiront la présence en France des héritiers des anciennes familles régnantes. Jusqu’en 1848 cependant, l’exil contraint à caractère politique ne représente qu’un phénomène marginal. Il reviendra à Louis-Napoléon, à partir du coup d’état de 1851 (mais la IIe république n’avait‑elle pas commencé à tracer la voie avec les déportés de juin 1848 ?) de donner à la sanction de l’exil politique un caractère de masse. C’est ce moment que Sylvie Aprile choisit pour examiner, dans la partie centrale du volume (150 pages), l’exil dans toutes ses dimensions : accueil plus ou moins bienveillant dans les différents pays, pérégrinations des exilés, constitution d’une communauté d’exilés souvent déchirée par les divisions, tentatives d’une « politique de l’exil », insertion économique, enfin les retours, étalés en fonction des grâces et des amnisties, elles-mêmes acceptées ou refusées, et les tentatives en général peu réussies de réinsertion politique. Un chapitre en fin de livre examine plus rapidement l’exil des communards et des anarchistes sous la IIIe République. La loi de réparation nationale au profit des proscrits de 1851 est contemporaine de l’amnistie aux communards, mais ces deux mesures n’ont pas, pour leurs auteurs, la même signification politique. D’un côté, on honore de bons citoyens, de l’autre on amnistie des coupables. Au cours de l’étude, on voit comment la notion même de proscrit politique a évolué au cours du temps, tant dans la législation du pays d’origine que dans celle du pays d’accueil. La réflexion de l’auteur s’enrichit aussi de notations plus contemporaines puisque le xxe siècle a été aussi celui des exilés, mais plutôt pour d’autres pays que la France (Allemagne, Italie, Europe centrale).

2Tout au long de l’ouvrage, écrit avec beaucoup de brio, Sylvie Aprile montre les caractères communs à presque toutes les formes d’exil, la difficile adaptation à un pays étranger dont on ne connaît pas toujours la langue, la pauvreté qui s’installe peu à peu, le plus souvent, même si on avait au départ quelques ressources, l’ennui lié à l’oisiveté, le sentiment d’impuissance, les divisions internes des exilés, la volonté de témoigner par l’écriture, la difficulté du retour. L’exilé a pu avoir un statut de « passeur » en matière intellectuelle mais il reste très attaché à sa culture nationale. En même temps, Sylvie Aprile est très attentive à montrer les différences qui tiennent à la condition sociale de départ, à l’époque, au pays d’accueil (l’Angleterre libérale est la plus ouverte aux exilés, sans pour autant leur faire une situation enviable). L’auteur est bien consciente que ce ne sont pas les exilés qui font l’histoire ; les nouveaux venus sur la scène politique dans leur pays d’origine le leur font d’ailleurs bien sentir à leur retour. Le cas de Victor Hugo, tout à fait exceptionnel, ne saurait être considéré comme la norme. Il n’empêche que l’étude de l’exil s’inscrit dans une indispensable « histoire sociale du politique », dont ce livre important est un des jalons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Huard, « Sylvie Aprile, Le siècle des exilés Bannis et proscrits, de 1789 à la Commune », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2246

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page