Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Sylvie Aprile, 1815-1870 la Révolution inachevée

Coll. Histoire de France, sous la direction de Joël Cornette, Belin, 2010, 670 p.
Raymond Huard
Référence(s) :

Sylvie Aprile, 1815-1870 la Révolution inachevée, Coll. Histoire de France, sous la direction de Joël Cornette, Belin, 2010, 670 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage fait partie d’un ensemble de treize volumes, en cours de publication pour certains,  consacrés à l’histoire de France depuis les origines jusqu’à nos jours. Sylvie Aprile, professeur à l’université de Lille et présidente de la Société d’histoire de la Révolution de 1848, était particulièrement qualifiée pour écrire le volume consacré aux deux premiers tiers du xixe siècle, période qui termine la Révolution sans aboutir encore (ce sera le mérite de la iiie République au cours du dernier tiers du siècle), à donner à la France un régime politique durable.

2La conception de la collection, assez luxueuse, associe un texte dense qui représente un peu plus de la moitié du volume et donne une information substantielle, des documents et des cartes, de très belles illustrations souvent originales, une chronologie et des notices biographiques, une bibliographie synthétique. En outre, et c’est la plus grande originalité de l’ouvrage, la dernière partie intitulée « L’atelier de l’historien  ici 62 pages  se propose d’initier le lecteur à des aspects neufs de la recherche historique concernant la période. Nous avons donc là un ouvrage qui se révèle extrêmement riche dans son apport, très instructif et agréable à lire pour le grand public et très utile aussi aux étudiants et enseignants car, tout au long du livre, Sylvie Aprile fait preuve d’une remarquable connaissance des recherches récentes sur tous les aspects de son sujet.

3Pour le gros du volume qui retrace l’histoire de la période, Sylvie Aprile a choisi un plan assez classique, qui respecte les césures liées aux régimes politiques, mais inclut des chapitres traitant d’une période plus vaste et destinés à rendre compte, entre 1815 et 1848 par exemple, de l’évolution économique et intellectuelle, ainsi que des rapports internationaux de la France. Mais même dans les chapitres consacrés à l’histoire politique, elle évite de s’enfermer dans le récit au jour le jour et cherche à mettre en évidence des caractères plus profonds et plus significatifs de la période. Ainsi, dans le chapitre consacré à la Monarchie de Juillet, elle consacre quarante pages aux « fabriques de l’opinion, le roi, la Chambre, l’esprit public et la rue ». De même, elle fait place, dans tout le volume, aux aspirations et combats des femmes, trop souvent négligés, et donne toute leur place aux grands mouvements sociaux (quinze pages sur juin 1848, plus favorisé à cet égard que la résistance au coup d’État en 1851). Dans le chapitre « Les Français et l’Empire », dix‑huit pages très réussies traitent du « style Second Empire, de la crinoline au Petit Journal ». Si la réflexion sur les grandes tendances de la période est présente dans tout le livre, elle est un peu plus systématisée dans le chapitre XII « L’atelier de l’historien ». Quatre thèmes ont été retenus : Revisiter le xixe siècle français, à quoi pensaient les historiens du xixe siècle ?, Usages et mésusages de la littérature, Le premier siècle du regard photographique. Ils ne sont pas exactement de même nature. Dans le premier thème, Sylvie Aprile examine les nouveautés historiographiques qui ont approfondi notre connaissance de la France à l’époque de la monarchie parlementaire, tendant à dépasser l’opposition entre deux histoires « irréconciliables », celle de la Seconde République et celle du Second Empire en portant un jugement plus équilibré sur l’une et l’autre, et inscrivant plus profondément l’histoire de la France dans une histoire européenne. Le second thème revient sur l’émergence au cours de cette période de l’histoire, qui passe « de l’art à la science », tout en étant profondément marquée par des débats idéologiques. Le troisième aborde la question problématique de la littérature comme source historique, la prodigieuse vitalité de la littérature à cette époque ayant incité les historiens à l’utiliser longtemps sans précautions méthodologiques suffisantes. Enfin le dernier thème, illustré par de beaux documents, signale l’apparition et le développement, pendant cette période, de ce qui deviendra un grand facteur de représentation et de connaissance de la réalité, la photographie. Naturellement, ces quatre aspects ne sauraient épuiser toutes les recherches novatrices sur le xixe siècle car, avec des inégalités certes, elles progressent sur un front continu. Au total, voici un ouvrage qui répond à la fois aux exigences de scientificité et de vulgarisation, et qui est aussi un « beau livre », propre à satisfaire ceux qui ont gardé le goût de ce genre de publications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Huard, « Sylvie Aprile, 1815-1870 la Révolution inachevée », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2244

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page