Navigation – Plan du site
DÉBATS

Bad-Godesberg dans le langage social-démocrate en 1959

Karim Fertikh
p. 137-151

Résumé

« Bad-Godesberg » est un congrès mythique du Parti social-démocrate allemand: le congrès de la rupture avec le marxisme. En 1959 cependant, lorsqu’est voté le nouveau programme fondamental du SPD, les rapports du « socialisme démocratique » et du marxisme ne sont pas fixés dans ces termes. Notamment, les dirigeants du Parti continuent à revendiquer le marxisme, à contester ses usages par le Parti socialiste unifié (SED) d’Allemagne de l’Est. Des sociaux-démocrates, y compris les dirigeants du Parti, disent Bad-Godesberg dans le langage marxiste. Lors du congrès, l’enjeu est bien de ne pas dilapider l’héritage du SPD et de marquer la fidélité du Parti à sa tradition, y compris marxiste. Bad-Godesberg n’est pas présenté comme une rupture du SPD avec lui-même, ni avec le marxisme. Le sens de Bad-Godesberg comme rupture ne se fixe que postérieurement.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Allemagne

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jens Hacke, Die Bundesrepublik als Idee. Zur Legitimationsbedürftigkeit politischer Ordnung, Hambo (...)
  • 2  Hertfried Münkler, Die Deutschen und ihre Mythen, Berlin, Rohwohlt, 2009, p. 10 et « Währungsrefor (...)
  • 3  Herbert Münkler, op. cit., p. 21.
  • 4  Jean-François Jeandillou, L’analyse textuelle, Paris, Armand Colin, 1997, p. 36.
  • 5  Günter Olzog, Hans Liese, Die politische Parteien in der Bundesrepublik, Munich et Vienne, Günter (...)

1L’historiographie contemporaine allemande s’intéresse aux « mythes » fondateurs de la République fédérale : une République, construite sur les ruines de l’Allemagne nazie, qui se légitime en rabattant la politique sur la prospérité économique (le Wirtschaftswunder) et fait de la réussite démocratique un produit dérivé de ce miracle. Les tentatives d’historicisation de la pensée politique de la République fédérale retrouvent, en se détournant du discours téléologique hégémonique1, les discours contemporains de la fondation qui ne conçoivent pas le marché ou la démocratie libérale comme des options sans alternatives. Dans la lignée de l’histoire conceptuelle de Koselleck, l’histoire de la pensée en Allemagne cherche ainsi à faire apparaître la pluralité des discours – des narrations2 – (mais aussi de l’iconographie3) qui entourent, légitiment ou critiquent la Bundesrepublik. Cet article veut contribuer à déconstruire l’un de ces mythes : la signification, pour notre « communauté linguistique4 », du programme de Bad-Godesberg comme une rupture du Parti social-démocrate allemand (SPD) avec sa tradition ouvrière et le ralliement du Parti dès son vote à la démocratie libérale et à l’économie (sociale) de marché. Dans la lecture rectiligne de l’histoire du SPD, telle qu’elle est devenue dominante, « Bad-Godesberg » rompt avec le marxisme, avec les traditions du mouvement ouvrier et avec le caractère ouvrier et révolutionnaire du SPD pour transformer le parti des travailleurs en un Volkspartei compétitif face au Parti chrétien-démocrate (CDU). Bad-Godesberg est dans ce contexte le nouveau testament, la « bible5 », d’un parti converti.

2Pour illustrer la nécessité d’une réflexion sur la généalogie de Bad-Godesberg, un article de presse peut aider à instiller un doute sur les perceptions de Bad-Godesberg contemporaines du Congrès. À l’ouverture du Congrès de Bad-Godesberg, le 13 novembre 1959, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, en effet, titre en première page :

Le SPD reste fidèle aux traditions du mouvement ouvrier

Ollenhauer explique le projet de programme du parti/Tous les dirigeants syndicaux présents au Congrès extraordinaire

  • 6  Erich Ollenhauer (1901-1963) est, en 1959, président du SPD et du groupe parlementaire social-démo (...)

3L’article explique que, certes Erich Ollenhauer6 prédit l’effondrement du parti si l’on cherche à faire du programme de Marx et d’Engels le programme du SPD de 1959, mais celui de Bad-Godesberg ne constitue guère qu’une actualisation de ce programme : il s’agit d’une modernisation langagière et les variations de contenu sont justifiées par le fait que Marx et Engels eux-mêmes avaient indiqué, quelques années après l’écriture du Manifeste (« document historique le plus éminent du mouvement ouvrier socialiste »), que la révision de certains développements de ce texte aurait été nécessaire. Le programme de Bad-Godesberg, continue l’article, est le résultat de l’application de la méthode sociologique marxiste à la société contemporaine.

  • 7  Sur ce point, les historiens de la CDU ont bien vu que la fermeture des coalitions avec le « camp (...)

4Cette « une » d’un quotidien (conservateur) à grand tirage contribue à mettre du sable dans les rouages trop bien huilés d’une interprétation de « Bad-Godesberg » qui en fait le précurseur idéel de la grande coalition de 19667 et de la victoire sociale-démocrate de 1969. Elle rappelle que, pour les acteurs contemporains de son écriture et de son vote, l’interprétation de ce programme comme rupture du SPD avec sa tradition n’était pas – à tout le moins – la seule interprétation possible. C’est à la coexistence d’une pluralité de discours sur Bad-Godesberg et au travail de signification opéré par les acteurs ayant part à l’écriture du programme, aux seuls sociaux-démocrates et aux discours tenus au Congrès de Bad-Godesberg, que les réflexions qui suivent sont consacrées.

  • 8  Marc Angenot, 1889. Un état du discours social, Québec, Le Préambule, « L’Univers des discours », (...)

5Les limites de ces réflexions sont dès lors données : le programme de Bad-Godesberg exprimé dans le langage officiel social-démocrate en 1959 n’est pas le Bad-Godesberg des médias, le Bad-Godesberg des conversations des individus politisés, celui des chercheurs du Parti socialiste unifié (SED) d’Allemagne de l’Est. Ainsi, « Bad-Godesberg » n’est pas en 1959 un événement que la presse considère comme capital ; peu d’articles lui sont consacrés – à l’exception de ceux que l’on peut lire dans les colonnes du Vorwärts, le quotidien social-démocrate. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung ne consacre ainsi guère que trois articles au Congrès, dont un, en une du 15 novembre, entend signifier l’insignifiance de l’exercice de la production d’un programme en Allemagne. Ce que Bad-Godesberg aurait appris de nouveau serait précisément, d’après cet article du 15 novembre, que plus personne ne s’intéresse aux programmes. Ces remarques, qui rappellent la modestie de l’objet exploré ici, appellent en même temps à un travail d’historicisation plus vaste et plus ambitieux, visant à réinsérer Bad-Godesberg dans le langage politique allemand de 19598 et à effectuer des recherches sur le travail de signification qui fait le « Bad-Godesberg » de la pensée politique moderne.

6Il s’agit donc ici d’insérer Bad-Godesberg dans le discours social-démocrate. Cet article explore trois modalités du discours social-démocrate : il rappelle, dans un premier temps, que les sociaux-démocrates revendiquent, en dehors du programme et au moment même où le congrès vote le nouveau programme de Bad-Godesberg, certains des éléments (Marx, le positionnement original du parti entre capitalisme libéral et communisme totalitaire) que l’interprétation dominante, contemporaine, de Bad-Godesberg considère comme abandonnés. Dans un deuxième temps, l’article montre que le programme fondamental est, au moment du congrès, inscrit avec force dans la tradition du mouvement ouvrier et son dernier moment montre que l’idée d’une rupture avec le passé social-démocrate est fermement combattue par ceux qui défendent le programme de Bad-Godesberg lors du Congrès de 1959.

Abandonner Marx (au SED) ?

  • 9  Par exemple, Beatrix Bouvier, qui par ailleurs reconnaît que Bad-Godesberg n’a pas le sens de rupt (...)

7Ce n’est pas par goût du paradoxe que cette historicisation de Bad-Godesberg s’ouvre par une relecture de cet abandon du marxisme et de la tradition ouvrière du SPD, dont les historiens ont fait le point de départ de leurs analyses dans les années 19709. Il ne s’agit pas de redresser une lecture erronée du programme de 1959, mais d’observer dans quelle « langue » Bad-Godesberg s’écrit et se lit au moment où il est voté. Or, plusieurs éléments amènent à douter du caractère hégémonique de l’interprétation de ce programme comme d’une rupture du SPD avec lui-même et avec son passé. L’analyse que l’on présente ici se construit autour de Marx – puisque la « conjuration des dictionnaires » a fait de son abandon la signification ultime de « Bad-Godesberg » –, mais il faut bien voir que Marx n’est qu’un élément d’une tradition du mouvement ouvrier avec laquelle les sociaux-démocrates dominants cherchent, en 1959, à maintenir leur lien.

  • 10  « Lorsqu’en 1959 les droits (de la Maison Dietz) durent nous être, après de longs combats avec l’a (...)
  • 11  Erich Ollenhauer, « Der Verleger und Politiker », p. 9-15, p. 15, dans Gustav Schmidt-Küster (hrsg (...)

81959 n’est pas seulement l’année de Bad-Godesberg : elle est aussi, pour le SPD, l’année de nombreuses victoires électorales (Sarre, Brême, progression importante dans le Schleswig-Holstein) et elle précède une victoire symbolique sur le SED : DietzVerlag, la maison d’édition historique du SPD, dont le nom et le catalogue sont utilisés par le SED (puisque celui-ci unifie le KPD et le SPD de la zone d’occupation soviétique), est restituée au SPD après des conflits juridiques et administratifs qui courent des années 1940 à 196010. E. Ollenhauer est d’une grande clarté dans le texte, de 1963, qu’il consacre à Dietz sur les enjeux de la restitution des droits et des collections à la maison d’édition (quasi-) organiquement liée au SPD : « […] Voilà la position de l’homme [Dietz] que nous commémorons et dont nous voulons maintenir le nom vivant dans l’activité éditoriale placée sous son nom, le nom d’une maison d’édition que nous ne nous laissons pas prendre ou que nous ne laissons pas diffamer par des gens [le SED] qui se réclament, à tort, de lui, du socialisme et de Marx et Engels11. »

  • 12  SPD-Parteivorstand, Presse und Propaganda (référent pour les affaires culturelles, Pr. Gneuss), «  (...)
  • 13  Fonds Wolgang Abendroth, Institut d’Histoire sociale d’Amsterdam (ISSG), 7.
  • 14  Willi Eichler (1896-1971), membre du comité directeur (Parteivorstand) du SPD (1947-1968), est le (...)
  • 15  « Ausgehend von Karl Marx und den anderen Vorkämpfer des Sozialismus », p. 63.

9L’enjeu n’est pas tant commercial que symbolique : faire reconnaître la légitimité de la propriété sociale-démocrate sur la maison d’édition est une manière de combattre les prétentions communistes à se revendiquer de la tradition sociale-démocrate et, en particulier, de Marx et Engels. En 1951, la documentation officielle du SPD fait encore du Manifeste une lecture conseillée lors des fêtes sociales-démocrates12. On trouve encore trace dans les archives de « fêtes de Marx » organisées par le SPD après le milieu des années 1950. En 1953, la direction du SPD organise ainsi une fête de Karl Marx dans la maison natale de Karl Marx à Trèves13, devenue musée du Parti en 1947. Dans le Manuel de politique sociale-démocrate (Handbuch sozialdemokratischer Politik), publié en 1953 sous la direction de Willi Eichler14 et auquel collaborent de nombreux membres des commissions en charge de l’écriture des programmes du Parti, de nombreuses entrées (« lutte des classes », « exploitation », « capitalisme », « rente de classe », etc.) montrent que la sociologie marxiste de la société n’est pas mise aux archives. L’entrée « socialisme de liberté » (label qui désigne la forme idéologique du SPD avant la solidification du « socialisme démocrate ») se fait également un devoir de rappeler que ce socialisme émane de Karl Marx15. En un mot, dans les années 1950 et encore en 1959, les intellectuels et les dirigeants du SPD ne semblent pas revoir leur grille de lecture de la société.

  • 16  Ce plan est présenté en mars 1959 et explore une « troisième voie » pour l’Allemagne, entre l’Est (...)
  • 17  Berliner Morgenpost, 6 novembre 1959 (p. 1) : « Peu avant la fin d’un débat infructueux, interromp (...)
  • 18  Après son retour d’exil, Herbert Wehner (1906-1990), ancien membre du Comité central du KPD (Parti (...)

10Ce que l’analyse de la référence à Marx au sein du milieu social-démocrate permet de dire peut également être confirmé dans d’autres domaines, par exemple, par l’analyse de la politique étrangère sociale-démocrate. Le Plan pour l’Allemagne, porté par la direction du parti, positionne l’Allemagne dans un espace médian entre est et ouest et montre que l’idée d’un positionnement entre capitalisme et communisme totalitaire reste active au sein du parti16. Or, en octobre 1959, ce plan allemand est encore défendu par les députés sociaux-démocrates au Bundestag qui protestent vivement contre l’attaque dont il est l’objet de la part de la CDU17. Ce n’est que le 30 juin 1960, dans un discours par ailleurs critiqué pour son ambiguïté, qu’Herbert Wehner18 acceptera au Bundestag l’ancrage de la République fédérale dans les systèmes d’alliance occidentaux.

  • 19  Il faut signaler que la reconnaissance de la « concurrence » ou du « marché » dans le programme de (...)

11Ces éléments montrent que le langage marxiste et, au-delà, la spécificité de la social-démocratie en matière de proposition économique ou de positionnement international de l’Allemagne ne sont pas dans les années 1950 abandonnés pour un ancrage à l’ouest (acceptation de l’OTAN) et dans l’ordre libéral de l’économie sociale de marché19. La reconstitution de ce contexte discursif conduit à interroger le sens de « Bad-Godesberg » pour les sociaux-démocrates en 1959. Cela ne signifie pas que le sens du programme soit figé, ou qu’il faille considérer les discours tenus pour légitimer le programme comme la vérité ultime sur ce programme. Bien au contraire, la contextualisation du programme fondamental de 1959 veut rappeler que ce programme a une histoire et que les interprétations de ce programme se construisent au fil de cette histoire. En 1959, Bad-Godesberg n’est pas un alignement sur la CDU ou un abandon de la tradition du mouvement ouvrier au SED est-allemand. L’analyse qui suit du compte rendu du Congrès extraordinaire de Bad-Godesberg laisse entendre la revendication répétée de la tradition et déplace la rupture opérée par le programme de 1959.

Une modernisation sans subversion

« Mesdames et Messieurs ! Camarades ! Au début de toute activité programmatique du mouvement socialiste, il y a le Manifeste communiste de Karl Marx et Friedrich Engels. Il y a cent vingt ans, à l’aube de l’ère industrielle, ce Manifeste a appelé, comme le son d’une fanfare, les prolétaires de tous les pays à agir comme groupe conscient de lui-même et à s’unir. »

  • 20  Protokoll der Verhandlungen des Außerordentlichen Parteitages der SPD vom 13 — 15 November 1959 in (...)

Waldemar von Knoeringen (1906-1971), vice-Président du SPD (1958-1962), discours d’ouverture du Congrès de Bad-Godesberg (3e paragraphe), 13 novembre 195920.

12Le programme de Bad-Godesberg est un nouveauprogramme politique : il remplace le programme d’Heidelberg adopté en 1925 et vise à déterminer la « localisation » (Standortbestimmung) du SPD en 1959. « Localiser » le parti, c’est-à-dire construire un discours d’identification de l’entreprise partisane n’est pourtant pas synonyme d’une subversion de l’identité ou de rupture avec la tradition sociale-démocrate et, par ailleurs, pas du leadership partisan (seul le programme est à l’ordre du jour du congrès).

  • 21  Journaliste, Fritz Sänger (1901-1984) est rédacteur en chef du Deutsche Pressedienst (équivalent d (...)
  • 22  « Aux uns, il apparaît comme un représentant de l’aile gauche du parti, aux autres comme un marxis (...)
  • 23  Cf. Suzanne Miller, So würde ich noch einmal leben, Bonn, Dietz, 2005, p. 137.
  • 24  Parteivorstand, 26/27 mai 1959, AdsD, Bonn : pour Helmut Schmidt, un programme fondamental est inu (...)
  • 25  Parteivorstandi, 5/6 juillet 1959, AdsD, Bonn : pour Willy Brandt, le moment n’est pas bien choisi

13Le programme de Bad-Godesberg peut, en effet, être vu comme une démonstration de force de la fraction traditionnelle de la direction, en particulier d’Erich Ollenhauer, qui organise l’écriture du programme conjointement avec Willi Eichler. Ollenhauer opère la sélection des membres des commissions, reçoit Fritz Sänger21 (qui ne mentionne l’intervention d’aucun autre dirigeant que lui) et in fine « fait » adopter le programme. Il est tout à fait symptomatique sur ce point, qu’outre Ollenhauer, deux des acteurs les plus saillants dans la défense (et l’écriture) du programme soient Willi Eichler et Herbert Wehner. Le premier n’appartient pas à l’« aile modernisatrice » du SPD. Le Vorwärts, organe officiel du SPD, égrène les qualificatifs qu’on lui a appliqués : du marxisme orthodoxe à l’aile droite, sans parvenir à s’arrêter sur l’un d’eux22. Quant à Wehner, vice-président du SPD et transfuge du KPD, il appartient jusqu’à Godesberg, et sans que le qualificatif soit questionné, à l’aile « marxiste » du SPD23. Cette troïka montre que Bad-Godesberg est d’abord une occasion pour la direction de se consolider en pilotant la transformation doctrinale du SPD et en empêchant que celle-ci ne lui échappe – ce qui explique que les « réformateurs », Helmut Schmidt24 ou Willy Brandt25, par exemple, émettent des doutes sur l’opportunité d’écrire un programme fondamental dans les réunions du directoire (Parteivorstand) du SPD. De ce point de vue institutionnel, Bad-Godesberg apparaît comme un coup stratégique réussi par la direction, qui ferme les possibilités de contestation de sa ligne au nom de la « modernité », puisqu’elle a déjà réalisé une « modernisation » du parti.

  • 26  La Révolution française appartient aussi bien aux discussions théoriques qu’à la vulgate militante (...)
  • 27  Op. cit., p. 45.

14Cette modernisation sans subversion (ou, peut-être, pour éviter la subversion) ne prétend pas au statut de révolution doctrinale ou de rupture avec la tradition, lors du Congrès, mais aussi dans les écrits exégétiques officiels. Le Congrès apparaît en 1959 comme un dispositif, tant visuel que discursif, rendant présent, y compris dans l’espace physique, la mémoire de la social-démocratie. On a souvent parlé du slogan de Bad-Godesberg, « Geh mit der Zeit, geh mit der SPD » (« Va avec ton temps, va avec le SPD »). Pourtant le congrès est aussi une actualisation visuelle et discursive du passé. En marge du congrès est ainsi organisée une exposition sur l’histoire de la social-démocratie, présentant des documents historiques tirés des archives du parti et dans laquelle les dirigeants se laissent photographier. Détour obligé du congrès, l’histoire n’est pas enfermée dans ce lieu périphérique, mais elle est également exhibée dans la grande salle de la Stadthalle (salle polyvalente) de Bad-Godesberg où se déroule le congrès. En effet, après avoir achevé l’introduction du congrès, Waldemar von Knoeringen attire l’attention de l’auditoire, délégués et journalistes, sur le drapeau de la social-démocratie, drapeau rouge marqué en lettres d’or par les mots de Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit (liberté, égalité, fraternité) 26. Ce drapeau rouge, signale Knoeringen, est le drapeau-histoire de la social-démocratie, celui qui porte la mémoire de la fondation de l’ADAV en 1863 et qui a vécu toute l’histoire du parti, y compris les années d’exil, avant de revenir à la lumière avec la refondation du parti et couvrir en 1952 le cercueil du refondateur, Kurt Schumacher. Rudolf Wissel (1869-1962), membre du SPD depuis les années 1880 et ministre sous Weimar, charge le drapeau de nouveaux souvenirs en indiquant qu’il couvrait le cercueil de Lassalle en 1864 et qu’il se souvient de l’avoir vu flotter sur d’autres Congrès. Ce « drapeau rouge, ajoute Knoeringen, n’est pas seulement le symbole de notre tradition ; il est aussi l’expression de notre croyance en la force et à l’avenir du Parti. Le drapeau nous suivra dans un monde d’où l’exploitation, l’oppression et l’inhumanité auront été bannis et dans lequel la dignité humaine et la liberté de la personnalité formeront les bases du nouvel ordre ». En ce sens, ce drapeau métaphore du parti et objectivation de l’histoire du parti est un marqueur de sa permanence, de son identité (l’objet ne change pas dans le temps) et de son effort pour atteindre le nouveau monde (son « esprit », dit Wissel). Ce passé est aussi constitué en capital politique, distinguant le SPD des autres organisations partisanes allemandes : « Camarades ! Je veux dire encore une chose : où y a-t-il un parti dans ce pays qui peut présenter quelque chose de semblable ? Soyons fiers de ce parti ! 27 »

15Le moins que l’on puisse dire est que ce contexte est peu en lien avec l’idée d’une rupture fondamentale du SPD avec lui-même ou d’un reniement de lui-même : ceux qui portent la parole du SPD portent la parole d’un parti fier de son passé et non pas celle d’un reniement de celui-ci. Que Bad-Godesberg soit ou non « objectivement » cela, l’idée d’une rupture radicale ne semble pas « à sa place » au congrès.

La dénonciation du discours de « rupture » avec la tradition

  • 28  Op. cit., p. 35.

16Si les hommes font leur histoire, la tradition des générations disparues pèse d’un poids très lourd sur le cerveau des vivants, en particulier lorsque cette tradition est revendiquée dans les discours et les icônes. La « tradition » du parti trame un réseau de significations extrêmement serrées : des textes, des programmes, des auteurs patrimonialisés, des objets, des personnes vivantes – comme la présentation aux participants de Paul Löbe (ancien président du Reichstag), de Anna Nemitz (députée au Reichstag de 1920 à 1933) ou de Rudolf Wissel qui « appartiennent déjà aux traditions du Parti social-démocrate28 » – les rendent omniprésentes. Ces traditions objectivées dans des icônes (les objets de l’exposition, le drapeau), des discours et des pratiques (termes d’adresse, tutoiement, chant révolutionnaire) qui se soutiennent mutuellement institutionnalisent l’appartenance à l’organisation partisane, la « communauté » et, en même temps, enracinent le présent dans un passé auquel il est lié et fidèle.

17Dans ce contexte de saturation historique et de ritualisation de la social-démocratie, le programme n’est pas présenté comme un acte de rupture ou de défiance vis-à-vis du passé, comme un refus de l’héritage, mais au contraire comme l’occasion de le recevoir et de s’en montrer digne : il est « mis en tradition ». L’invocation de la tradition est, en effet, une « ressource sûre » pour marquer la préservation identitaire du parti et déclencher des réflexes de soutien des délégués qui, applaudissant la tradition, applaudissent le parti. La tradition accrédite le programme comme programme social-démocrate et fait du vote du texte un acte de fidélité à la tradition ou, du moins, minore les effets des discours offensifs de ceux qui estiment que « Bad-Godesberg » est hétérodoxe (par rapport à la doctrine).

  • 29  Après le Congrès, certains réformistes (Ulrich Lohmar et Carlo Schmid) construisent aussi Bad-Gode (...)
  • 30  Protokoll, op. cit., p. 328.
  • 31  Op. cit., p. 54.

18Les interprétations données pointent au contraire le respect de la « tradition » sociale-démocrate et soulignent la continuité du programme avec les textes fondamentaux de la social-démocratie : les dirigeants du parti qui ont dirigé la rédaction du programme construisent des discours opposés à l’idée d’une rupture avec la tradition, cette idée de rupture leur étant opposée comme une critique par les opposants au programme29. On voit bien fonctionner à Bad-Godesberg la tradition comme une ressource et la rupture comme un coût que la direction ne veut pas supporter. Il s’agit, dans les discours des dirigeants (qu’ils soient rapporteurs ou qu’ils fassent des déclarations générales), par exemple, dans le discours de clôture d’Ollenhauer30, de s’opposer à l’idée d’un renoncement ou d’une compromission avec l’idéologie dominante que certains opposants (au programme) leur opposent. L’ouverture de son commentaire du fond du programme ne laisse d’ailleurs aucun doute sur la question : la direction du parti n’abandonne pas sa tradition. Erich Ollenhauer l’affirme sans laisser d’ambiguïté : « Il a été dit par exemple que ce programme niait la tradition de la social-démocratie allemande et du mouvement ouvrier allemand. Camarades ! Ce reproche n’est pas justifié. Naturellement le nouveau programme se distingue, dans son contenu et dans sa langue, de ses prédécesseurs. Mais nous ne pouvons pas nous faire comprendre dans la langue de décennies passées et le contenu du programme doit être en relation avec l’état contemporain des rapports sociaux. Le SPD est et reste un parti du socialisme démocratique (applaudissements). Il reste solidement enraciné dans les traditions du mouvement ouvrier dans sa lutte pour le droit et la liberté31. »

  • 32  Op. cit., p. 36.
  • 33  Cf. Herbert Wehner, « Die Arbeiterfrage im Grundsatzprogramm der SPD », SPD-Pressedienst, 1er déce (...)
  • 34  Protokoll, p. 51.
  • 35  Par exemple, chez deux des principaux auteurs du programme : Willi Eichler, Grundwerte des demokra (...)

19Le déplacement du discours programmatique serait une adaptation de ses mots et de ses méthodes d’action pour servir l’objectif inchangé du parti, la mise en place d’un ordre économique et social socialiste démocratique, dépassant le capitalisme. Dans cette optique, dit von Knoeringen, le programme de Bad-Godesberg est lui-même promis à être dépassé et à devenir un « document d’histoire32 » – le programme s’inscrit dans l’histoire d’une social-démocratie toujours identique à elle-même, c’est-à-dire construite comme un acteur collectif doté d’une identité continue depuis sa création. Le programme répéterait donc cette identité, ses fondements seraient identiques à ceux des programmes antérieurs, il serait simplement actualisé ou plus « clair33 ». Ce sont les changements historiques qui sont au principe du changement de programme et comme, le dit Ollenhauer, Marx et Engels l’ont reconnu en 1872 pour le Manifeste34. Cette explication du changement par la prise en compte d’un changement des conditions socio-économiques et politiques est tout à fait régulière en 1959 et dans les commentaires qui suivent35.

  • 36  Ceux-ci sont aussi systématiquement mobilisés dans les commentaires officiels du programme : Fritz (...)
  • 37  Protokoll, op. cit., p. 211-215.

20Cet usage de la tradition se laisse également lire dans la force probante qu’on lui accorde, dans la possibilité d’user de la tradition dans un dispositif de justification d’une proposition programmatique : le programme proposé est justifié par son existence préalable, de manière claire ou interprétable par ceux qui savent (bien) lire, dans une doctrine sociale-démocrate qui se constitue pour servir les nécessités du temps présent. La tradition constitue aussi un réservoir de savoirs prestigieux36. Cette référence à la tradition constitue un discours d’autorité au double sens du terme : il est un discours des détenteurs des positions de domination, c’est-à-dire des rapporteurs issus de la direction du parti, et un discours de légitimation des propositions programmatiques par l’histoire, en ce sens une forme d’argument d’autorité (l’autorité étant celle du passé, des théoriciens antérieurs du SPD et du mouvement ouvrier allemand). Ils indexent le programme à un corpus de références ad hoc, construit en isolant des citations de leur contexte, mais mentionnant souvent la source de son origine. L’élément important est l’appartenance de l’auteur au panthéon social-démocrate. Le recours à ces « traditions » est d’autant plus intense à Bad-Godesberg que les points discutés font polémique et paraissent rompre avec les prises de position ayant un lien avec l’identité du parti. C’est donc sans surprise qu’Heinrich Deist se réfère aux théoriciens du parti pour justifier le déplacement programmatique de la collectivisation, qui devient un moyen parmi d’autres pour atteindre les buts du parti. Tous les théoriciens historiques du parti, Karl Kautsky (par la mention de la présence au congrès de son fils – rédacteur du programme – et en rendant par là à Karl Kautsky un corps concret), Rudolf Hilferding (sur la socialisation) et Wilhelm Liebknecht (délibérations sur le programme de 1891, le programme « marxiste » par excellence) 37 sont successivement mobilisés pour faire comprendre ce que le programme dit, pour faire du programme un écho des conceptions des théoriciens historiques du parti qui constituent le savoir cumulé de la social-démocratie. Sur ce point également, la direction use de la tradition vivante que constitue Rudolf Wissel, auquel elle donne la parole pour justifier les considérations programmatiques ayant trait à la socialisation, en signalant que ces débats avaient été ceux de la Commission sociale-démocrate en charge de la socialisation après la révolution de novembre 1918.

  • 38  « Le marxisme du SPD est souvent utilisé, dit Ollenhauer, par les opposants au parti à des fins d’ (...)
  • 39  Protokoll, op. cit., p. 55-56.

21Dans cet usage de la tradition, Marx ne fait pas exception. Il a durant le congrès un double statut : celui de métonymie des changements programmatiques reprochés par les opposants au programme (les « marxistes », labellisés, par exemple, par Wehner comme « Altmarxisten », « marxistes dépassés ») et celui de référence traditionnelle, scientifique des orateurs. Sur le premier plan, la direction indique que son but n’est pas de renoncer à Marx, mais de refuser de l’ériger en dogme politique. Et c’est bien sur les apports scientifiques du marxisme et sur ses traductions programmatiques que se centrent les échanges. Direction et opposants au programme sont d’accord pour considérer que la question de la nature marxiste du parti est une problématique que l’on essaie, de l’extérieur, d’imposer au SPD et à laquelle le SPD doit résister38. Néanmoins, la « doctrine » sociale-démocrate au Congrès de Bad-Godesberg intègre une citation plusieurs fois reprise et commentée de Kurt Schumacher faisant du marxisme l’un des voies vers le socialisme, mais pas la seule voie. C’est de Kurt Schumacher, le reconstructeur du SPD mort en 1952, que les dirigeants du SPD de 1959 font découler leur doctrine vis-à-vis du marxisme. Là encore, il n’y aurait pas de changement doctrinal, puisque que la doctrine préexiste, mais un simple rappel de la distinction entre dogme et science marxistes. En tant que méthode scientifique et patrimoine, la valeur de Marx est pleinement reconnue, le programme de Bad-Godesberg, dit Erich Ollenhauer, est un programme issu de la méthode d’analyse marxiste : « C’est précisément par la mobilisation de cette méthode marxiste pour étudier la situation sociale contemporaine et les nécessités et les tâches qui en découlent que nous, les socialistes démocratiques, proposons aujourd’hui ce projet de programme fondamental39. » Avec lui, quatre autres rapporteurs (issus de la direction) mobilisent directement Marx pour étayer scientifiquement leurs propos. Il est sur ce point symptomatique que les « commentaires officiels » du programme, celui de Fritz Sänger, rédacteur du programme, ou celui de Willi Eichler, par exemple, ne reprennent pas l’idée d’un renoncement à Marx. Au contraire, Marx est toujours mis au « commencement de toute problématique sociale-démocrate », les innovations ne concernant pas les fins du socialisme, mais ses moyens. Le texte de Fritz Sänger déjà cité contient des fac-similés de textes de la main de Marx ou de Kautsky, des photographies de Marx, Engels, Kautsky ou Bernstein et inscrit, dans son iconographie et dans sa narration, le programme dans la continuité de l’histoire du SPD.

22On voit que, dans ce travail exégétique et légitimant, la rupture ne sépare pas un « passé » de la social-démocratie et un « présent ». La « nouveauté » du programme n’est pas dans une rupture franche avec la tradition puisque celle-ci est constamment réaffirmée, ne serait-ce que par ses icônes. Cette réaffirmation est liée aux attaques en hérésie du programme, menées par des opposants « de gauche » au programme, mais aussi, par exemple pour Marx, à la volonté de ne pas abandonner cette référence de prestige et d’autorité aux communistes.

  • 40  D’autant que le Manifeste, dans une édition moscovite de 1945, fait partie, avec l’ensemble des au (...)

23Ainsi, lors du déroulement du congrès, Bad-Godesberg n’est pas présenté comme une révolution doctrinale. Contrainte stratégique, le recours à la tradition (et le refus de présenter une rupture du SPD avec lui-même) peut également apparaître comme un effet de socialisation, puisque le refus de « révolutionner » le parti n’est pas seulement un discours public. Si les situations d’énonciation et les contraintes qui pèsent sur des orateurs cherchant un discours susceptible d’emporter une large adhésion et donc puisant dans les registres identitaires qui ne suscitent pas d’opposition, expliquent la force de cette revendication de continuité, l’idée de l’adhésion des dirigeants à ce discours n’est pas à écarter au profit du simple cynisme tactique40. Ollenhauer, ainsi, avait donné consigne à Sänger de ne pas rompre avec la tradition :

Notes personnelles de Fritz Sänger, 2 septembre 1959, Bonn

  • 41  NL Fritz Sänger, AdsD, Bonn, 53/47.

Souhait d’Erich Ollenhauer conversation privée. Il n’est pas satisfait par les discussions au sein de la direction. Trop de questions spécifiques, trop d’idéologie. Me prie de simplifier et de clarifier encore plus. Continuation directe des programmes antérieurs doit être reconnaissable de manière claire. Pas de « transformation » (Wandlung), mais « modernisation » (Modernisierung). Discutons de modifications particulières41.

24Cela montre bien que les dirigeants « traditionnels » de la social-démocratie allemande ne sont pas prêts à assumer les coûts de la rupture, ce que des acteurs plus atypiques, comme Carlo Schmid, ou en ascension, comme Ulrich Lohmar, peuvent faire – et font – de manière à occuper des niches stratégiques (en particulier dans les tribunes d’hebdomadaires réformateurs). L’histoire des interprétations de Bad-Godesberg commence dès 1959, mais son sens hégémonique n’est acquis que plus tard. En 1959, l’histoire reste écrite au pluriel et l’unification historiographique autour du sens de « Bad-Godesberg » reste à venir.

Haut de page

Notes

1  Jens Hacke, Die Bundesrepublik als Idee. Zur Legitimationsbedürftigkeit politischer Ordnung, Hambourg, Hamburger Edition, 2009, p. 8-9.

2  Hertfried Münkler, Die Deutschen und ihre Mythen, Berlin, Rohwohlt, 2009, p. 10 et « Währungsreform und Wirtschaftswunder. Politische Mythen der Bundesrepublik », p. 464-476. Hertfried Münkler rappelle le caractère controversé de la réforme monétaire allemande (l’invention du Deutschemark, qui a pu être considéré par la presse à grand tirage comme « la plus grande destruction de patrimoine de tous les temps », p. 459) et l’émoi suscité par la crise économique et le chômage de masse (13,5 % en 1951) qui ont immédiatement suivi cette réforme. Cette revalorisation des manières indigènes de dire et de penser le monde s’inscrit dans le même mouvement que les préconisations de l’histoire du quotidien, rappelant la faiblesse de l’analyse des mentalités dans l’historiographie allemande : cf. Peter Schöttler, « Mentalités, idéologies, discours », dans Alf Lüdke (dir.), L’histoire du quotidien, Paris, édition de la Maison des Sciences de l’Homme, 1994, p. 72-114, p. 72 et 73.

3  Herbert Münkler, op. cit., p. 21.

4  Jean-François Jeandillou, L’analyse textuelle, Paris, Armand Colin, 1997, p. 36.

5  Günter Olzog, Hans Liese, Die politische Parteien in der Bundesrepublik, Munich et Vienne, Günter Olzog Verlag, 1979, p. 133.

6  Erich Ollenhauer (1901-1963) est, en 1959, président du SPD et du groupe parlementaire social-démocrate au Bundestag (1952-1963).

7  Sur ce point, les historiens de la CDU ont bien vu que la fermeture des coalitions avec le « camp bourgeois » est beaucoup plus liée à la stratégie de construction d’un clivage droite/gauche par la CDU d’Adenauer qu’à la volonté de la direction du SPD de quitter les gouvernements d’union, cf. Die Adenauer-CDU.

8  Marc Angenot, 1889. Un état du discours social, Québec, Le Préambule, « L’Univers des discours », 1989.

9  Par exemple, Beatrix Bouvier, qui par ailleurs reconnaît que Bad-Godesberg n’a pas le sens de rupture radicale qu’on lui fait endosser, en fait néanmoins la base de la politique de concentration (grande coalition) menée par le SPD en 1966, Zwischen Godesberg und Grosser Koalition : der Weg der SPD in die Regierungsverantwortung, Bonn, Dietz, 1990, p. 45.

10  « Lorsqu’en 1959 les droits (de la Maison Dietz) durent nous être, après de longs combats avec l’administration ouest-allemande et les tribunaux, intégralement restitués, le SED légalisa le nom Dietz Verlag en utilisant le nom d’un Monsieur Dietz de Rudolstadt. La tradition de la vieille maison Dietz – qui est une tradition socialiste, démocratique et de liberté –, est perpétuée par Dietz Verlag Nachfolger à Hanovre, dans l’esprit qui fut celui du fondateur de la maison d’édition », Gustav Schmidt-Küster (hrog. von dietz, Ein Leben für das politische Buch. Ein Almanach zum 120. Geburtstag von Johann Heinrich Wilhelm Deist, Bonn, Dietz Nachf., 1963. Gustav Schmidt-Küster (1902-1988) est l’un des acteurs centraux du monde de l’édition sociale-démocrate après la 2e guerre et le dirigeant de Dietz Nachfolger.

11  Erich Ollenhauer, « Der Verleger und Politiker », p. 9-15, p. 15, dans Gustav Schmidt-Küster (hrsg.von, op. cit., Le texte d’Ollenhauer est d’ailleurs illustré par une gravure de la Misère de la philosophie de Marx et par sa préface par Engels (publiée chez Dietz).

12  SPD-Parteivorstand, Presse und Propaganda (référent pour les affaires culturelles, Pr. Gneuss), « Du und wir. Feierstunde des Schaffenden, Anregungen und Unterlagen », Der SPD-Redner, 33, 1951, p. 22.

13  Fonds Wolgang Abendroth, Institut d’Histoire sociale d’Amsterdam (ISSG), 7.

14  Willi Eichler (1896-1971), membre du comité directeur (Parteivorstand) du SPD (1947-1968), est le responsable des affaires culturelles et programmatiques du parti en tant que permanent à partir de 1952. Il est, à ce titre, responsable (Federführer) de deux commissions programmatiques qui préparent le texte de ce qui deviendra le « programme de Bad-Godesberg ».

15  « Ausgehend von Karl Marx und den anderen Vorkämpfer des Sozialismus », p. 63.

16  Ce plan est présenté en mars 1959 et explore une « troisième voie » pour l’Allemagne, entre l’Est et l’Ouest : Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen II. Deutsche Geschichte 1933-1990, Bonn, bpb, 2004 [2000], p. 196.

17  Berliner Morgenpost, 6 novembre 1959 (p. 1) : « Peu avant la fin d’un débat infructueux, interrompu au bout de 10 heures, tumultes et brouhaha s’emparent de la salle plénière du Bundestag. Le SPD proteste contre les propos du baron von Guttemberg (sic), député de la CSU, qui s’est attaqué de manière très caustique au plan pour l’Allemagne du SPD en l’accusant de céder de manière dangereuse aux exigences soviétiques. La CDU/CSU s’emporte en raison de la réponse du SPD Schmidt (député de Hambourg) qui déplore qu’une Révolution n’ait pas « retiré les bases matérielles de la politique » des grands propriétaires terriens comme von Guttemberg (re-sic). […] ». Le député visé par l’article est sans doute le baron (von und zu) Guttenberg (père du ministre de la Défense CDU/CSU, septembre 2009-février 2011).

18  Après son retour d’exil, Herbert Wehner (1906-1990), ancien membre du Comité central du KPD (Parti communiste d’Allemagne), devient, à Hambourg, un des proches de Kurt Schumacher (président du SPD après la guerre). Député depuis 1949 et président de la Commission pour les questions allemande et berlinoise, il est, à compter de 1958, vice-président du SPD.

19  Il faut signaler que la reconnaissance de la « concurrence » ou du « marché » dans le programme de Bad-Godesberg n’est pas l’objet d’une interprétation dépourvue d’ambiguïté en 1959 : la presse souligne que le futur gouvernement social-démocrate se ménagerait toute latitude pour adopter un programme de socialisation des moyens de production. En ce sens, les remarques de Michel Foucault sur Bad-Godesberg se réfèrent aux interprétations ultérieures du programme : Michel Foucault, Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard, 2004, p. 90-91. Foucault, en outre, se focalise sur un seul acteur, qui ne participe pas directement à l’écriture du programme, Karl Schiller ,dont le rôle va grandissant dans les années 1960 et 1970, jusqu’à ce qu’il quitte le SPD en 1972, en même temps que le ministère de l’économie pour protester contre la politique (économique) du Chancelier Brandt.

20  Protokoll der Verhandlungen des Außerordentlichen Parteitages der SPD vom 13 — 15 November 1959 in Bad-Godesberg, Bonn, Verlag Neue Gesellschaft, p. 31.

21  Journaliste, Fritz Sänger (1901-1984) est rédacteur en chef du Deutsche Pressedienst (équivalent de l’AFP) jusqu’à son licenciement en 1959. Après celui-ci, il est appelé par E. Ollenhauer pour retravailler le projet de programme soumis au Congrès de Stuttgart en 1958, programme qui constitue la base du texte soumis au Congrès extraordinaire de Bad-Godesberg en 1959. Après cette date, il se consacre à une carrière politique.

22  « Aux uns, il apparaît comme un représentant de l’aile gauche du parti, aux autres comme un marxiste orthodoxe, à certains comme un droitier », Vorwärts, 12 novembre 1959. Désormais le qualificatif de « socialiste éthique » est appliqué à Willi Eichler.

23  Cf. Suzanne Miller, So würde ich noch einmal leben, Bonn, Dietz, 2005, p. 137.

24  Parteivorstand, 26/27 mai 1959, AdsD, Bonn : pour Helmut Schmidt, un programme fondamental est inutile, une déclaration de principes suffirait.

25  Parteivorstandi, 5/6 juillet 1959, AdsD, Bonn : pour Willy Brandt, le moment n’est pas bien choisi.

26  La Révolution française appartient aussi bien aux discussions théoriques qu’à la vulgate militante et la devise révolutionnaire est, à ce titre, très tôt reprise par la social-démocratie allemande. Jean-Numa Ducange, élaborer, écrire et diffuser l’histoire de la « Grande Révolution française » dans les social-démocraties allemande et autrichienne (1889-1934), Thèse de doctorat d’histoire dirigée par Paul Pasteur, Université de Rouen, 2009.

27  Op. cit., p. 45.

28  Op. cit., p. 35.

29  Après le Congrès, certains réformistes (Ulrich Lohmar et Carlo Schmid) construisent aussi Bad-Godesberg comme une rupture avec la tradition, qui marquerait leur victoire au sein du parti (en fait, cela marque surtout leur appropriation du programme fondamental).

30  Protokoll, op. cit., p. 328.

31  Op. cit., p. 54.

32  Op. cit., p. 36.

33  Cf. Herbert Wehner, « Die Arbeiterfrage im Grundsatzprogramm der SPD », SPD-Pressedienst, 1er décembre 1959 : Le programme de Bad-Godesberg « a dit clairement que […] l’ordre social-démocrate des choses serait conquis et construit pas à pas et pierre par pierre, ce qui signifie aussi qu’il doit être affirmé et défendu de manière continue. Jusqu’à présent, cela n’était pas dit si clairement (war das nicht so klar) dans le programme du parti ».

34  Protokoll, p. 51.

35  Par exemple, chez deux des principaux auteurs du programme : Willi Eichler, Grundwerte des demokratischen Sozialismus, Bonn, Dietz, 1962 et Fritz Sänger, Grundsatzprogramm der SPD : Kommentar, Berlin (entre autres), Dietz, 1960.

36  Ceux-ci sont aussi systématiquement mobilisés dans les commentaires officiels du programme : Fritz Sänger, op. cit., Willi Eichler, op. cit.

37  Protokoll, op. cit., p. 211-215.

38  « Le marxisme du SPD est souvent utilisé, dit Ollenhauer, par les opposants au parti à des fins d’“abaissement” et de “diffamation” et il s’agit de ne pas faciliter leur jeu en se lançant dans une grande controverse sur la nature du parti », Protokoll, op. cit., p. 55. Sur l’usage du marxisme comme stigmate politique dans la République fédérale, en particulier par la CDU, voir G. Stapelfeldt, Zur deutschen Ideologie : soziologische Theorie und gesellschaftliche Entwicklung in der Bundesrepublik Deutschland, Münster, Lit, 2005.

39  Protokoll, op. cit., p. 55-56.

40  D’autant que le Manifeste, dans une édition moscovite de 1945, fait partie, avec l’ensemble des autres programmes de la social-démocratie, des ouvrages légués par Fritz Sänger aux archives de la social-démocratie, NF Fritz Sänger, AdsD, Bonn, 324.

41  NL Fritz Sänger, AdsD, Bonn, 53/47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karim Fertikh, « Bad-Godesberg dans le langage social-démocrate en 1959 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 114 | 2011, 137-151.

Référence électronique

Karim Fertikh, « Bad-Godesberg dans le langage social-démocrate en 1959 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2238

Haut de page

Auteur

Karim Fertikh

Doctorant de l’EHESS, membre du PRISME-GSPE (UMR 7012) et du CMH-ETT (UMR 8097)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page