Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

« Nantes-Histoire»

Réflexions sur une expérience d’histoire citoyenne
Alain Croix et Philippe Daumas
p. 119-132

Résumé

Depuis plus de vingt ans, l’association «Nantes-Histoire» propose à un large public des activités variées1: cours, ateliers, rencontres citoyennes, avec l’objectif de faire sortir l’Histoire du cercle restreint des universitaires et de permettre à de simples citoyens de s’approprier cet instrument incomparable de compréhension du monde et des problèmes de notre société. Alain Croix, professeur émérite à l’université de Rennes-2, co-fondateur et ancien président de cette association, a bien voulu nous confier ses réflexions sur une expérience particulièrement riche et originale. Il précise dans quelles conditions l’association a été créée, rappelle ses objectifs, et pose un regard sans complaisance sur ses multiples activités, soulignant ses réussites sans masquer ses échecs ou ses faiblesses, en un bilan critique finalement très positif. L’interview a été réalisée par Philippe Daumas lors des «Rendez-vous de l’Histoire» à Blois, le 16 octobre 2010.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

1Philippe Daumas : L’association « Nantes-Histoire » existe maintenant depuis plus de vingt ans. Avec quels objectifs et dans quelles conditions a-t-elle été créée ?

  • 2  Alain Croix et Didier Guyvarc'h (dir.), Guide de l’histoire locale, Paris, Seuil, 1990, 348 p.

2Alain Croix : Le point de départ, c’est un double terreau, dans la ville de Nantes et son agglomération. Un terreau associatif, qui prend naissance en 1980-81, à partir d’associations de quartiers qui se donnent pour but d’initier de parfaits amateurs à une histoire aussi proche que possible de la qualité professionnelle. Simplement, ce sont des initiatives un peu isolées, même si petit à petit elles se fédèrent dans ce qu’on appelle à l’époque des « rencontres d’histoire locale », qui donneront d’ailleurs plus tard un livre publié au Seuil en 1989, un Guide de l’histoire locale2. Ça, c’est le terreau associatif. Et puis il y a un terreau beaucoup plus idéologique, celui de l’université de Nantes des années 80, avec des « affaires » dont certaines ont des échos nationaux : l’affaire Roques, dont je rappelle que c’est une thèse révisionniste soutenue à l’université de Nantes et qui finit, par l’intermédiaire des médias, par provoquer un scandale national ; et puis, à plus modeste échelle bien sûr, ce que les médias ont appelé l’affaire Croix, c’est-à-dire la mienne, qui est celle d’un non-recrutement, alors que j’étais seul candidat, pour des raisons évidemment idéologiques. Ça me donne quand même l’idée de ne pas laisser ce genre de choses se faire, et donc de contribuer à proposer à Nantes une histoire qui se veut « citoyenne », et bien sûr de ne pas le faire à titre individuel mais d’une manière collective. D’où la naissance d’une association qui s’appelle immédiatement « Nantes-Histoire », et qui est lancée symboliquement par douze collègues, non parce que nous voulions en être les apôtres, mais pour avoir une réelle diversité professionnelle : il y avait surtout des historiens, une moitié, mais aussi des géographes, juristes, agronomes, etc. L’idée était pluridisciplinaire.

3Après un ou deux ans de tâtonnements, en vase clos dans les premiers temps, où on se demande un peu ce qu’on va faire, l’idée est lancée par un des membres fondateurs d’un cours public d’histoire, qui prend naissance en 1988 dans le cadre du Bicentenaire de la Révolution française, un cours d’histoire de la Révolution française. Donc cette association, née en 1987, n’est pas malgré son nom une association d’histoire de Nantes, mais bien une association d’histoire à Nantes, et qui serait donc en théorie reproductible n’importe où. L’idée est de réagir, plus qu’à une lacune, à des influences qu’on trouve extrêmement négatives, et aussi au fait que le monde savant soit, dans le cas de l’Université, complètement coupé de la réalité sociale nantaise, avec d’ailleurs très peu de recherches sur Nantes, et dans le monde des sociétés savantes, disons un peu traditionnel et replié sur lui-même… On n’y trouvait pas ce qu’il nous paraissait important de proposer à une partie du public nantais, une dimension ouverte, pluraliste, citoyenne de l’histoire. Le point de départ, c’est ça.

4Philippe Daumas : Quelles ont été alors les activités proposées par l’association, et comment ont-elles évolué par la suite ?

5Alain Croix : Depuis 1988 est organisé tous les ans, et c’est l’activité la plus connue de l’association, un cours public d’une quinzaine de séances dans l’année, assez rapprochées entre octobre et février, sur des thèmes qui ont pu concerner à trois reprises depuis 1988 l’histoire de Nantes ou de la Bretagne, mais tous les autres étaient des thèmes très larges. Pour en donner une idée, c’est cette année « Quand les images font l’histoire » : à partir de tableaux et de photographies, aussi bien français que du monde entier, essayer d’apprendre ou contribuer à apprendre aux citoyens à critiquer l’image, à voir ce qu’elle peut apporter. L’an dernier, c’était « La Chine et nous », à partir du choc dans l’opinion d’événements comme la vente par Pierre Bergé des têtes sans doute volées à Pékin lors du sac du Palais d’été en 1860, l’incompréhension que ça avait provoqué, plus largement la question des rapports entre la France et la Chine. Le rôle de l’historien est d’aider à comprendre. Ces cours font appel à des spécialistes que nous croyons compétents, qui peuvent parfois être nantais mais qui viennent de toute la France, et même parfois de l’étranger. Tous ces intervenants sont bénévoles. Les adhérents payent une cotisation, qui n’a pas bougé depuis vingt-deux ans – quinze euros. On a donc suffisamment d’argent pour payer les déplacements.

  • 3  Nantais venus d’ailleurs. Histoire des étrangers à Nantes, des origines à nos jours, Ouvr. collect (...)

6Et puis se sont créées très vite, à côté de ces cours publics, d’autres activités. L’une se voulait populaire, il s’agissait de « rallyes de découverte sur des thèmes citoyens ». C’est une activité qui a tendance aujourd’hui à reculer un peu. Et plus important à mon sens, des « ateliers d’histoire », qui ont repris ce terreau associatif et l’ont prolongé. Il s’agit, à partir d’un encadrement professionnel, d’amener de purs amateurs à produire quelque chose qui soit aussi proche que possible de la qualité professionnelle. Les premiers ont été trois ateliers portant sur la Révolution française. Au départ, ça s’en rapprochait sans en avoir encore la qualité formelle, mais on arrive aujourd’hui à publier des livres, et même un disque, qui ont tout à fait une qualité professionnelle. La preuve en est que notre dernier livre3 a été édité par les Presses Universitaires de Rennes, après être passé par un comité de lecture comme un ouvrage universitaire, sauf qu’il a été fait, en dehors de l’encadrant, entièrement par des amateurs. Mais ils ont travaillé pendant deux ans et demi, y compris pour certains d’entre eux jusqu’à suivre un cours de paléographie, afin de pouvoir lire les documents anciens. Donc il y a vraiment un investissement important.

7Philippe Daumas : Comment l’association s’est-elle insérée dans la vie culturelle nantaise, ses institutions, ses réseaux, ses options politiques ? Cette insertion a-t-elle été facile, rapide ? Comment les choses ont-elles évolué durant plus de vingt années d’activité ?

8Alain Croix : L’association s’est voulue dès le départ totalement indépendante de tout pouvoir, de tout groupe quel qu’il soit. Je crois qu’elle l’a été, et elle y tient jalousement. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de concertation, entente, synergie avec d’autres, au fil du temps. J’en donne un exemple qui peut être symbolique. Nous avons voulu organiser notre premier cours public à la Maison de l’Avocat. Nous trouvions que c’était une très bonne idée, mais ça n’a pas pu se faire au-delà d’une séance, parce que nous avons été débordés par une affluence tout à fait inespérée : nous avions prévu une salle de cent places mais nous avons eu 400 personnes et nous avons dû changer deux fois de salle, jusqu’à celle que nous utilisons encore maintenant. Et depuis vingt-deux ans, nous avons toujours 400 personnes, ce qui explique aussi nos moyens financiers. Au-delà de cette anecdote de la Maison de l’Avocat, ce qui s’est passé très rapidement, mais de manière presque informelle, c’est que nous avons eu de très bons rapports avec la Ville de Nantes, à qui nous n’avons jamais rien demandé, sinon très ponctuellement. Nous organisons depuis quelques années un « forum d’histoire citoyenne », et comme nous le voulons très accessible, les inscrits ne payent que 5 euros, ce qui est tout à fait symbolique. La Ville nous apporte donc une petite aide financière. Pour le reste, son rôle s’est borné à mettre à notre disposition une salle. Ensuite, lorsque cette salle est devenue payante, elle nous a accordé une subvention égale au coût de la location de la salle. C’est tout, et on ne demande pas plus puisqu’on s’en tire très bien. Avec l’université, les rapports ont été totalement inexistants au début, pour des raisons liées au contexte évoqué. Aujourd’hui, ils sont tout à fait pacifiés. Mais les seuls qui existent sont des rapports de type individuel, c’est-à-dire que des universitaires historiens nantais font partie du conseil d’administration de l’association, comme d’autres citoyens.

9Ce qui a joué aussi, c’est que sans l’avoir cherché nous sommes devenus un peu une référence. Quand la Ville de Nantes notamment avait besoin d’une caution historienne ou d’un quelconque savoir-faire, elle ne s’adressait pas à l’université mais à « Nantes-Histoire », qui lui semblait apporter une caution universitaire, parce qu’elle était animée – entre autres – par des universitaires, et parce qu’il y avait aussi « la preuve par le succès public ». Le fait de réunir régulièrement 400 personnes depuis plus de vingt ans nous rapproche un peu des universités populaires de l’entre-deux-guerres. Donc « Nantes-Histoire », sans l’avoir voulu mais l’acceptant de très bon gré, s’est trouvée insérée dans un réseau associatif qui est maintenant assez dense, dans la mesure où nous essayons de le favoriser. Par exemple, nous avons des rapports très étroits avec une institution nantaise, associative elle aussi, qui s’appelle le « Centre d’Histoire du Travail », dont le nom antérieur était le « Centre de Documentation sur le Monde Ouvrier et du Travail », une association de culture et d’histoire ouvrière. Et puis, dans l’autre sens, des associations sollicitent « Nantes-Histoire » pour organiser des choses avec nous ou diffuser des informations, puisque toucher immédiatement et facilement 400 personnes motivées et mobilisées, ça permet évidemment de faire passer un message. Donc c’est devenu une association qui est encore un peu « à part » mais qui est bien insérée dans le tissu associatif, citoyen et politique nantais.

10Philippe Daumas : Au moment de sa création, comment l’association est-elle parvenue à se faire connaître, comment a-t-elle recruté ?

11Alain Croix : Une fois passée la première année, pour laquelle j’ai parlé tout à l’heure de tâtonnements et de travail en vase clos, les choses se sont passées très simplement. Le cours public sur la Révolution française a été signalé par la presse, ça a été le seul moyen d’information. Ensuite 400 personnes ont adhéré, ce qui a créé un fichier d’adresses. Il y a eu alors trois canaux d’information : le fichier d’adhérents de l’année précédente, la presse qui présentait le cours public, et l’affichage d’un document dans tous les dépôts d’archives et tous les CDI des établissements scolaires publics de Loire-Atlantique. C’est seulement depuis une petite dizaine d’années qu’un site internet est venu diversifier les moyens de communication, site d’abord très amateur, mais qui est devenu plus professionnel depuis trois ou quatre ans. Enfin, ponctuellement, quelques revues ont parfois mentionné l’association, la revue « L’Histoire » par exemple, mais on n’a jamais su vraiment sur quels critères. Il lui est arrivé de mentionner certaines séances, une année le cours public, mais c’était très ponctuel.

12Philippe Daumas : L’université, les archives, les CDI, tout cela semble orienter l’association vers un certain public. Quelle est finalement la sociologie des adhérents de l’association ? L’avez-vous étudiée ?

13Alain Croix : Oui, nous avons fait trois fois une enquête sociologique.

14Philippe Daumas : Êtes-vous réellement parvenus à sortir du milieu universitaire ?

15Alain Croix : Oui, nous en sommes totalement sortis, et plus que nous l’aurions souhaité. Le public scolaire, les élèves, il n’y en a pas. Le public étudiant est extrêmement variable et très limité, ça va de zéro à une vingtaine d’étudiants, selon les années et aussi selon les conférences, selon le fait qu’un enseignant a pu en parler à ses étudiants ou à ses élèves de classe préparatoire, c’est assez classique. De même, et c’est malheureusement banal, nous touchons très peu le public entre 25 et 35/40 ans. On a essayé de comprendre pourquoi, en pensant notamment aux professeurs d’histoire du secondaire. La réponse est, en clair : le travail et les enfants. Je simplifie, mais c’est ça. Donc on touche essentiellement un public entre 40 et 70 ans, pas mal d’enseignants certes, mais extrêmement divers, des enseignants d’histoire, mais aussi d’anglais, de philosophie, de musique, bref d’un tas de choses, et aussi des gens qui exercent des professions très diverses. On a même eu de temps en temps un ou deux agriculteurs. Et il y a enfin un public de retraités, d’âges divers. Donc un public de catégories socioprofessionnelles diverses, mais de formations le plus souvent supérieures au bac. Ça me semble être un public extrêmement classique pour des associations culturelles ou à ambitions culturelles, mais par contre un public assez différent de celui de la plupart des sociétés savantes, dans la mesure où il me semble un peu plus diversifié. Le point faible sur lequel j’insiste, parce qu’on n’a jamais réussi à régler cette question, c’est le public des 25-40 ans, qu’on touche par contre un peu plus dans les « Rencontres d’histoire citoyenne », qui se déroulent sur un samedi complet. Le public est le même, avec en plus un public de jeunes enseignants, qui apparemment arrivent plus facilement à se libérer un samedi.

16Philippe Daumas : Cette sociologie des adhérents a-t-elle une influence sur le contenu de vos activités ? Entre vulgarisation et travail scientifique, comment l’association peut-elle se positionner ? Comment peut-elle ouvrir l’accès à l’histoire à de nouveaux publics ?

17Alain Croix : Ma réponse sera très claire et va certainement surprendre : le public n’influence absolument pas le contenu de ce qu’on fait. C’est-à-dire qu’on a défini au départ des objectifs qui sont restés à peu près exactement les mêmes depuis presque vingt-cinq ans maintenant. On a toujours dit : l’association a vocation à disparaître, ça peut très bien se produire demain, et nous ne cherchons pas à « faire du chiffre ». Ce qui compte pour nous, c’est de faire des choses qui correspondent à nos objectifs, quel que soit le public touché. Le public visé, sauf durant l’année de balbutiements internes, n’a jamais été un public de spécialistes. Ça ne nous intéresse pas du tout, car nous pensons que les spécialistes ont d’autres canaux d’information. Ce que nous cherchons à faire, c’est une démarche de vulgarisation, nous n’avons pas peur du mot. Comment faut-il l’entendre ? Faire appel à des collègues qui sont indiscutablement des « sommités », et ça nous est arrivé assez souvent, faire appel à ce qui se fait de mieux en histoire, à la seule condition que la personne en question accepte de s’adresser à un large public, pas forcément cultivé, mais curieux. Ce qui a aidé à faire ça, et à diversifier en partie le public par rapport à celui d’une société savante, c’est le caractère militant. Tous les ans, nous rappelons à plusieurs reprises au public, qui change, qui évolue, que tous les conférenciers sont bénévoles. C’est très important à nos yeux. Nous refusons de payer un conférencier. Deux seulement depuis le début de l’association ont demandé un paiement, nous avons refusé et ils ne sont pas venus. Le public est donc amené à s’interroger : pourquoi ces gens qu’on connaît, qu’on a vu parfois à la télé, dont on a lu les livres, acceptent-ils de venir à Nantes pour nous parler ? À l’assemblée générale de l’association, dans les « Rencontres citoyennes », on revient là-dessus : pourquoi cette démarche ? qu’est-ce qui nous unit à ces collègues venus d’un peu partout en France ?

18De même au niveau du choix des thèmes, si nous pensons qu’un thème est important, qu’il est citoyen, qu’il permet de comprendre mieux un problème actuel, nous le traitons. S’il se trouve que ces thèmes intéressent le public, tant mieux. Mais ça peut un jour ne pas être le cas. Un exemple concret : nous avons eu un débat entre nous pour savoir si le thème des rapports entre la Chine et l’Occident, et la France plus spécialement, n’était pas un thème trop pointu. Certains des administrateurs le pensaient, au point que lorsque ce thème avait surgi il y a trois ans, il avait été écarté. Et puis il est revenu l’an dernier, les choses avaient un peu évolué, mais nous avions les plus grands doutes sur le fait que ça séduise un large public. Finalement, l’effet a été inverse, puisque l’association est passée brutalement de 450 à 650 adhérents. Cette année, on s’est dit que le thème « Quand les images font l’histoire » allait séduire moins que la Chine, on a pris une salle plus petite, 400 places, et on a dû refuser des adhérents. On avait 550 adhérents potentiels, on a dû en refuser et on n’a fait aucune information dans la presse. Donc, tant mieux si le public suit l’idée, mais ça ne joue absolument pas. De même quand on organise un atelier, on le fait parce que le thème de l’atelier nous semble répondre à un besoin. Le dernier, par exemple, a porté sur l’histoire des étrangers, à Nantes et dans l’agglomération nantaise cette fois pour des questions de sources. On ne fait pas ces ateliers pour faire de la recherche originale à l’échelle nationale ou internationale. Il se trouve que ça a intéressé aussi, tant mieux, mais le seul élément qui a conditionné le choix du thème, c’est que dans la France de 2006 ou 2007, c’était un thème important sur le plan citoyen.

19Donc le public n’influence absolument pas nos choix, sauf cette année où le thème est celui de l’image. L’idée est venue d’adhérents, mais c’est la seule exception. Le thème du cours est toujours venu des animateurs de l’association. Le but, même si ça peut paraître curieux, n’est pas de répondre aux vœux des adhérents mais bien de traduire en actes une démarche qui nous semble juste. Et le jour où cette démarche n’intéressera plus personne, l’association disparaîtra. Je ne pense pas que ce soit une démarche banale, mais il n’y a pas d’enjeu, nous n’avons rien à vendre et nous ne cherchons pas l’argent. Nous pouvons donc nous donner le luxe, car c’est un luxe dans la France de 2010, de pouvoir agir ainsi.

20Philippe Daumas : Les activités de l’association, notamment les « journées citoyennes », mais aussi éventuellement les conférences, étant donné le choix de thèmes très liés à l’actualité, vous confrontent à des questions qui font débat. Comment la dimension politique des questions traitées est-elle assumée par l’association et ses animateurs ? Et si des choix sont clairement affirmés, peut-on parler d’un engagement politique ?

21Alain Croix : Je pense qu’à Nantes l’association est perçue comme étant située à gauche. Je pense aussi qu’à partir du moment où on définit comme objectif central d’amener le citoyen à une réflexion critique sur le présent et sur l’histoire, c’est une démarche de gauche. C’est à mon avis indiscutable, même si certains de nos adhérents ne se retrouvent pas à gauche sur l’échiquier politique, et nous le savons puisque nous avons de nombreux échanges, y compris informels.

22Ceci étant, il est vrai qu’il y a débat. J’aurais dû le dire avant, mais dès le départ nous avons voulu être une association de débat. Par exemple, le cours public n’est pas simplement un discours savant vulgarisé. Depuis le début, la formule n’a pas changé : la conférence est toujours suivie d’un débat, qui est totalement libre. On a même un peu amélioré la formule : ce peut être un débat oral, avec les travers qu’on connaît bien, mais on a introduit depuis quatre ou cinq ans la possibilité, très utilisée, de poser des questions écrites. Cela permet à des gens qui n’ont pas la formation, qui sont timides, qui ont peur de « dire des bêtises », comme ils nous l’avouent parfois, d’intervenir et de poser quand même des questions. Donc ça a évolué dans le détail, mais le plus important reste l’échange avec le public. Et au sein de l’association, bien sûr, il y a également débat, par exemple sur les thèmes des cours publics, sur leurs contenus, sur les intervenants, sur le contenu des « journées d’histoire citoyenne » qu’on organise tous les deux ans, parce que là ce sont des thèmes beaucoup plus directement encore liés aux problèmes actuels. Par exemple, « l’utilisation de l’histoire en politique », voilà un thème de parfaite actualité, et on sait bien que selon qu’on fera appel à Pierre, Paul ou Jacques, le contenu ne sera pas le même. On s’en tire presque toujours en organisant une sorte de « table ronde » avec deux ou trois intervenants. Donc nous avons bien des débats, qui se résolvent depuis le début toujours facilement, parce que tous ceux qui font vivre l’association se retrouvent sur cet objectif fondamental de la volonté d’une histoire citoyenne pour le plus large public possible. À partir du moment où nous partageons tous cet objectif, le débat porte sur la meilleure manière d’y parvenir, et exceptionnellement sur d’autres choses. Donc j’ai peut-être l’air de faire un tableau idyllique, mais les difficultés ne sont pas là.

23Philippe Daumas : Alors, où sont les difficultés ?

24Alain Croix : Elles portent à mon avis sur trois points. La première difficulté, qui a été à un moment récurrente mais semble maintenant réglée, c’est la tentation bien humaine de « faire du chiffre ». Le discours de certains administrateurs a parfois été : « On va perdre des adhérents si on fait telle ou telle chose. » Et donc, pour avoir beaucoup d’adhérents, il faut notamment faire de l’histoire locale. Cette tentation a toujours été minoritaire et actuellement n’existe plus, mais elle peut toujours réapparaître. C’est la difficulté la moins lourde. Les deux autres sont plus importantes.

25Puisque nous faisons appel à des spécialistes souvent éminents, ce sont quasiment toujours des universitaires, et la démarche de vulgarisation n’est pas une démarche commune dans l’université. C’est une difficulté, et ça a parfois incité certains intervenants sollicités, même s’ils sont très rares, à décliner très poliment la démarche. Et puis aussi ça a conduit parfois à des déconvenues. Lorsque je parle d’un cours public annuel de quinze interventions en moyenne, nous savons par avance, et c’est tous les ans la même chose, qu’une va être franchement très mauvaise, et au moins deux autres médiocres. Je prendrai un cas peut-être caricatural, il y a trois ou quatre ans, d’un intervenant qui a fait sur le plan scientifique une excellente intervention, parfaite pour un colloque, mais qui s’est permis des citations latines dans sa conférence. Pourtant, on lui avait bien expliqué la démarche. Bien entendu, ça a été catastrophique au niveau du public. Ça, c’est une vraie difficulté. Il ne faut pas la surestimer, mais elle est réelle.

26Et la troisième difficulté, que nous n’avons jamais réussi à régler, sinon très partiellement, c’est celle de concilier le travail de professionnel de l’histoire et le travail d’amateur. J’en donne deux exemples, un où nous avons réglé pas trop mal les choses, sans plus, et l’autre où nous ne les avons pas réglées. Pas trop mal selon moi, c’est dans le conseil d’administration de l’association, composé de douze personnes dont deux ou trois universitaires historiens, deux ou trois professionnels de l’histoire, en général des collègues exerçant ou ayant exercé dans le secondaire, et les autres, donc une moitié environ, ne sont pas du tout des historiens de métier. Ça, c’est le côté positif : on réussit bien l’amalgame, qui nous semble intéressant, entre des professionnels et des amateurs. Par contre, là où cet amalgame trouve ses limites, c’est lorsqu’on conçoit un cours et qu’on discute par exemple sur les intervenants. Ça devient très vite une discussion de professionnels. On n’a pas encore trouvé le moyen d’éviter ça, et je ne sais pas s’il existe. L’autre exemple où on n’a pas réussi, mais je ne sais pas si c’est possible, c’est dans le travail des ateliers. Honnêtement, je crois que ça marche bien. On ne le fait pas constamment, parce que c’est un travail extrêmement lourd, mais on amène réellement de purs amateurs à comprendre les mécanismes de l’histoire. J’ai en mémoire par exemple, pour l’atelier « Étrangers », une discussion qui a duré deux heures et dont j’ai dit après aux intervenants que c’était le meilleur séminaire de maîtrise auquel j’avais jamais assisté. C’est-à-dire un débat qui, sans utiliser des mots savants, a porté sur la différence entre histoire et mémoire. Une bonne partie des intervenants considéraient, en bons amateurs, que le « vrai document » était le témoignage de quelqu’un qui avait vécu l’événement. D’autres expliquaient qu’il faut critiquer le témoignage, qu’on peut avoir vécu un événement et ne pas l’avoir bien compris, même de bonne foi. C’était absolument passionnant et ça, c’est une réussite. Mais là où on bute vraiment sur une difficulté, c’est quand on arrive au niveau de la mise en forme. On a essayé, il y a dix ou quinze ans, de publier le fruit d’ateliers avec une mise en forme qui était très directement issue des participants. Dans un cas au moins, ça s’est traduit par un livre vraiment pas bon, que je n’aurais personnellement pas accepté de co-signer, qui n’était pas digne d’une histoire professionnelle. À l’inverse, le dernier que nous avons sorti, sur l’histoire des étrangers à Nantes, et qui a été publié par les Presses Universitaires de Rennes, me semble d’excellente tenue. Chaque phrase a pu en être discutée par les trente membres de l’atelier. Bien sûr ça n’a pas été systématique, mais très fréquent. Toutefois, l’ensemble de l’écriture a été réalisé par une seule personne, le professionnel de l’atelier. Et ça, c’est peut-être une forme d’échec. Les participants eux-mêmes n’ont pas voulu le faire, sans en avoir été aucunement empêchés, la plupart ayant déclaré ne pas s’en sentir capables. L’un d’eux a fait une tentative et s’est très vite rendu compte que ça n’allait pas du tout. Mais tout le monde ayant participé aux recherches avec un niveau d’exigence important, il me semble que chacune des trente personnes a participé à la discussion du texte et l’a plus ou moins profondément amendé. Après, selon le principe du verre à moitié plein ou à moitié vide, chacun peut considérer ça comme un échec, ou comme le moins mauvais des échecs, ou comme un succès relatif. Ce n’est pas à moi d’en juger. Mais c’est là que se jouent les vraies difficultés du travail, beaucoup plus que dans les débats d’orientation, qui vraiment n’interviennent qu’à la marge.

27Philippe Daumas : Quels sont aujourd’hui les projets de l’association ? Pensez-vous ouvrir de nouveaux chantiers, expérimenter de nouvelles méthodes de travail ? Sans vouloir faire du changement pour le changement, envisagez-vous de faire évoluer une formule qui est restée la même depuis plus de vingt ans ?

28Alain Croix : Innover, dans le principe, oui évidemment. Un exemple bien modeste : nous avons décidé de réintroduire pour l’année à venir une activité qui avait été abandonnée très rapidement il y a quinze ou vingt ans, l’excursion sur le terrain. Pas l’excursion touristique bien sûr, mais un travail de terrain sur des thèmes citoyens. Ce n’est pas une nouvelle forme d’activité, puisque nous l’avions utilisée dans les premières années de l’association. Ce qui limite l’innovation, ce sont en fait deux choses, très liées entre elles. D’abord, la capacité d’innovation que peuvent avoir aussi bien les animateurs de l’association que ses adhérents, qui sur ce plan-là sont sollicités en assemblée générale. La seule innovation réelle que nous ayons eue depuis dix ans, ce sont les « Rencontres d’histoire citoyenne ».

29Comment expliquer ce qui pourrait passer pour un manque d’innovation ? D’une part, ce que nous faisons ne marche pas trop mal, c’est du moins ce que nous pensons pour le moment. D’autre part, nous devons être conscients des limites de nos forces. L’association est à mon sens extrêmement fragile. Je ne suis pas le seul à le penser, même si beaucoup ne s’en rendent pas compte. Même si ça ne paraît pas « politiquement correct », je pense qu’elle repose vraiment sur trois ou quatre personnes. Imaginons que ces personnes se retirent, soit l’association disparaît, soit elle devient en quelques mois une simple association d’histoire locale. C’est ça, la grande fragilité. Quelles en sont les raisons ? Il y a d’abord notre incapacité à mobiliser des universitaires qui, qu’on le veuille ou non, détiennent le savoir professionnel. C’est lié à ce qu’était anciennement l’histoire à l’université de Nantes, dont les conséquences sont peut-être encore sensibles aujourd’hui, mais c’est surtout lié à l’évolution du métier d’universitaire, au fait que ce genre d’action soit totalement ignoré dans la carrière universitaire, et même de plus en plus mal vu. Ce qui veut dire que les seuls universitaires susceptibles de s’intéresser à une telle démarche sont ceux qui ont clairement décidé que ça les intéresse plus que leur carrière. C’est très noble, mais pas forcément très répandu. C’est une première grande difficulté. La deuxième, qui concerne le même milieu, joue aussi pour le travail d’animation de cette association. Vulgariser, et je donne à ce mot un sens très noble, n’est pas forcément considéré comme une tâche noble. Cela implique, de la part de professionnels, un rapport à l’histoire et à la citoyenneté qui n’est peut-être pas universellement répandu, et c’est vraiment une litote… C’est cela qui fait la fragilité de l’association : nous ne parvenons pas à renouveler suffisamment ce qu’on peut appeler les « cadres » de l’association, nous manquons de personnes capables de prendre le relais.

30Nous avons réussi récemment, et ça me paraît important, à renouveler la présidence de l’association en changeant de génération, avec depuis maintenant deux ans quelqu’un qui exerce dans un lycée et qui a une génération de moins que les « pères fondateurs » qui s’étaient succédés à la présidence de l’association. C’est l’idéal, mais avec encore des limites : l’enseignement secondaire ne donne pas accès à un réseau qui permette de mobiliser des universitaires sur un éventail complet de thèmes. On l’a vu, et j’en étais tout à fait désolé, une année où le cours s’est bâti non pas sur les réseaux universitaires mais sur un réseau issu de l’internet : on veut tel sujet ? Untel a fait un bouquin là-dessus… C’est selon moi la plus mauvaise année qu’on ait eue en qualité. Ce n’est pas parce qu’on a publié un livre sur tel ou tel sujet qu’on est un bon historien, qu’on sait adopter la démarche de vulgarisation, qu’on sait parler à un public large et divers. Donc il y a bien cette notion de réseau et c’est la principale fragilité de l’association, dans la mesure où son cours public et ses « Rencontres d’histoire citoyenne » sont pour le moment ses activités-phares, en terme de public comme en terme de démarche. Ces deux activités reposent sur un réseau vivant, un « agenda » comme on dit, avec des personnes qu’on rencontre dans des lieux divers, par exemple ici aux « Rendez-vous de l’Histoire », parfois dans des colloques, parfois lors de contacts personnels, des personnes qu’on connaît, qu’on a lues et avec qui on a eu des échanges. Dans ce cas-là, quand on a fait ce travail de mise en relation, on est rarement déçu. Mais ça demande du temps et des compétences diverses. Je ne connais pas actuellement de personne qui soit compétente pour des thèmes liés à la fois à l’époque actuelle, au xixe siècle, à la Révolution française, à des périodes plus anciennes, Moyen Âge ou Antiquité. Tout cela fait appel à des compétences additionnées que nous avons du mal à réunir, à mobiliser, même si on sous-traite un peu, même si l’agenda se démultiplie.

31C’est ça la difficulté réelle, et je l’illustrerai en disant que j’ai été invité un jour à présenter la démarche de l’association au maire de Rennes, Edmond Hervé, qui en avait entendu parler et voulait faire la même chose dans sa ville. Je lui ai dit que c’était impossible. Pourquoi ? Je reviens ici à mon point de départ : à Nantes, on n’est pas parti de rien. On s’est appuyé sur un contexte universitaire certes négatif, mais aussi sur un terreau associatif, c’est-à-dire que le mouvement est parti du bas, d’une base réelle. Et c’est petit à petit que l’idée, l’ambition est venue. On ne peut pas, je crois, concevoir ça « d’en haut ». Ce n’est pas possible. La preuve en est aussi que cette idée de « Nantes-Histoire » a été adoptée telle quelle, jusqu’aux mêmes horaires, aux mêmes jours pour les cours, par l’université de Rennes-2 où j’ai enseigné, pas à mon initiative d’ailleurs, mais à celle d’une collègue très dynamique qui animait le service culturel de l’université. Ça s’est fait, et ça a disparu aujourd’hui. Pourquoi ? Parce qu’au-delà des premières années où ça s’était bien passé, le relais a été pris par des universitaires qui ont cru que faire un cours public, c’était faire un cours de fac ouvert au public. Or, ce n’est pas ça. La vulgarisation, c’est une autre démarche que celle de l’enseignement scientifique de haut niveau. Donc c’est selon moi la preuve qu’il est, sinon impossible, tout au moins très difficile de le faire « par le haut ». Il faut que ça s’appuie sur ce qu’il est convenu d’appeler un travail de terrain, et un terreau favorable.

32Philippe Daumas : Souhaites-tu répondre à une question que je ne t’aurais pas posée ?

33Alain Croix : Non, je pense que nous avons abordé tous les aspects de la vie de l’association, y compris les vraies difficultés. J’ai dit simplement ce que je pensais sur ce que je crois être une réussite, malgré ses limites. Quand je dis « je », il faudrait nuancer, parce que nous discutons aussi beaucoup. Il ne se passe pas d’année sans qu’entre ces douze administrateurs de « Nantes-Histoire » il y ait un débat permanent sur ce que nous ressentons comme nos faiblesses, nos échecs, notre fragilité. Il est important de le dire.

34Philippe Daumas : Merci pour la qualité et la franchise de cet entretien. Nous sommes heureux de faire connaître à nos lecteurs le travail accompli à Nantes, en espérant peut-être donner des idées et susciter des initiatives.

Haut de page

Notes

1  Toutes les informations concernant les activités et les publications de l’association « Nantes-Histoire » sont disponibles sur son site internet : http://www.nantes-histoire.org/

2  Alain Croix et Didier Guyvarc'h (dir.), Guide de l’histoire locale, Paris, Seuil, 1990, 348 p.

3  Nantais venus d’ailleurs. Histoire des étrangers à Nantes, des origines à nos jours, Ouvr. collectif coordonné par Alain Croix, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, 416 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Croix et Philippe Daumas, « « Nantes-Histoire» », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 114 | 2011, 119-132.

Référence électronique

Alain Croix et Philippe Daumas, « « Nantes-Histoire» », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2231

Haut de page

Auteurs

Alain Croix

Professeur émérite, Université de Rennes-2

Philippe Daumas

Cahiers d’Histoire (RHC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page