Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

En Tunisie, ouvrir les archives de la dictature*!

Sonia Combe et Hedi Saïdi
p. 133-134

Texte intégral

1Comment garantir un gouvernement provisoire qui tourne le dos à la corruption et la combatte, qui sache créer les conditions d’élections réellement démocratiques ? Comment s’assurer un gouvernement qui rompe définitivement avec le passé ?

2À cette question que se pose tout pays qui vient de renverser une dictature, les mouvements de citoyens de l’Allemagne de l’Est ont apporté une réponse il y a vingt ans : en exigeant l’ouverture des archives du régime qui a instauré la dictature et, avant tout, celles de la répression.

3Contrairement à toutes les craintes, l’ouverture des archives de la police politique (Stasi) n’a pas donné lieu à des règlements de compte ou à des actes de vengeance. Elle n’a pas perturbé la paix sociale, malgré l’argument que l’on oppose à toute demande d’ouverture d’archives dites « sensibles » et qui relève d’une fausse croyance. Le résultat le plus tangible et quasi immédiat de l’ouverture des dossiers de la Stasi a été l’éviction de la scène politique et de la fonction publique de personnes compromises avec l’institution de surveillance policière. Quoi de plus légitime que leur mise à l’écart du pouvoir politique et l’opprobre de la société ? Grâce à l’ouverture des archives de l’ancienne Allemagne de l’Est et aux nombreux travaux de recherche qu’elle a permis, pour la première fois dans l’histoire, une société a pu comprendre son passé récent, celui qu’elle avait elle-même vécu, se réappropriant de la sorte son histoire.

4Les Tunisiens ont eux aussi le droit d’apprendre et de comprendre comment ils ont pu vivre pendant trois décennies sous une dictature. Ils ont le droit de connaître le degré de corruption à tous les niveaux et le nom des responsables. Ils ont le droit de connaître les mécanismes de la terreur policière dont ils ont été les victimes. Pour éviter qu’une telle expérience se répète, ils ont eux aussi le droit et le devoir de se réapproprier leur histoire. à nouveau, le peuple tunisien doit montrer l’exemple. L’ouverture des archives de la dictature, leur consultation pour écrire l’histoire de cette sombre période font partie du processus en cours de démocratisation. Elles font partie des conditions pour des élections démocratiques. L’enjeu est décisif pour l’avenir du monde arabe.

5* Texte mis en ligne le 23 février 2011 sur le site http://www.liberation.fr/​monde/​ et publié ici avec l’aimable autorisation des auteurs.

Haut de page

Notes

1  auteure de Archives interdites. L’histoire confisquée, 3e édition, Paris, La Découverte, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Combe et Hedi Saïdi, « En Tunisie, ouvrir les archives de la dictature*! », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 114 | 2011, 133-134.

Référence électronique

Sonia Combe et Hedi Saïdi, « En Tunisie, ouvrir les archives de la dictature*! », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2229

Haut de page

Auteurs

Sonia Combe

Historienne1

Articles du même auteur

Hedi Saïdi

Professeur d’histoire et chercheur associé à l’université de Tunis2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page