Navigation – Plan du site
DOSSIER

Chronique d’un non-lieu: le marxisme en Grande-Bretagne

Emmanuel Jousse
p. 73-97

Résumé

La faiblesse de la diffusion du marxisme en Grande-Bretagne avant la Grande Guerre est un trait constaté par les contemporains, vérifié par les historiens, qui participe de la spécificité du travaillisme. Un examen plus approfondi de la question permet en réalité de mesurer l’importance de chronologies différenciées qui, toutes ensemble, empêchent le marxisme de devenir le discours commun du socialisme anglais. Les idées de Marx peinent à s’implanter parce qu’elles sont assez peu adaptées aux réalités politiques et sociologiques du monde ouvrier anglais, qui dispose déjà d’autres cadres d’interprétation pour expliquer son expérience historique. De plus, les partis ouvriers anglais qui apparaissent dans les années 1880 sont éclatés et ne permettent pas à une doctrine marxiste de devenir centrale. Enfin, celle-ci ne peut pas s’appuyer sur une traduction autorisée, dans la mesure où les textes de Marx sont disputés entre des groupes concurrents qui cherchent à asseoir leur légitimité. Le non-lieu britannique peut donc servir, plus généralement, à une histoire de la diffusion du marxisme en Europe en mettant en valeur trois conditions nécessaires : le monde ouvrier doit partager une expérience commune de l’industrialisation et de ses extrêmes, sans disposer pour autant de schémas interprétatifs convenus. Dans cet interstice, le marxisme parvient à s’implanter s’il est porté par un groupe politique qui entreprend sa diffusion à large échelle. Celle-ci, enfin, est possible s’il n’existe qu’un seul canon légitime des textes produits par des traducteurs autorisés.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Grande-Bretagne

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  John Raé, « The Socialism of Karl Marx and the Young Hegelians », Contemporary Review, vol. XL, Oc (...)
  • 2  Louis Althusser, Pour Marx, Paris, éditions La Découverte, 1996 (1965), p. 13-14.
  • 3  Raymond Aron, Le marxisme de Marx, Paris, éditions de Fallois, 2002, p. 564.
  • 4  Kostas Papaioannou, Marx et les marxistes, Paris, Gallimard, 2001.
  • 5  Leszek Kolakowski, Main Currents of Marxism, New York, Norton, 2005, p. 365.

1« Il est curieux et peu anodin que le pays où Karl Marx est le moins connu est celui dans lequel il a vécu et travaillé ces trente dernières années. Sa parole s’est répandue à travers le monde… mais ici, lieu où elle a été prononcée, sa rumeur a été à peine entendue1. » Curieuse, en effet, que la destinée de Marx en Grande-Bretagne, dont le paradoxe frappe l’économiste John Raé, l’un de ses premiers commentateurs anglais. De The Condition of the Working Class in England, publié par Friedrich Engels en 1845, au premier volume du Capital, achevé par Marx en 1867, les deux hommes se sont largement appuyés sur la société industrielle anglaise pour mieux la rejeter. Aucun autre pays en Europe, de ce fait, ne pouvait mieux accueillir un socialisme scientifique établi pour lui ; mais, paradoxalement, aucun pays d’Europe n’a autant ignoré le marxisme que la Grande-Bretagne. Le paradoxe devient plus clair encore à la lumière des anthologies et synthèses portant sur les développements internationaux du marxisme : ni chez Althusser2 ni chez Aron, les épigones britanniques de Marx ne sont évoqués, hormis pour souligner la singularité du Labour « qui a compté un petit nombre de marxistes, tous des marginaux ou des dissidents3 ». Ni dans la somme de Kostas Papaioannou4, ni dans celle de Leszek Kolakowski, il n’est fait mention des théoriciens anglais, hormis pour affirmer que le socialisme britannique « a été à peine affecté par la doctrine marxiste5 ».

  • 6  Chushichi Tzuzuki, H. M. Hyndman and British Socialism, Oxford, Oxford University Press, 1961.
  • 7  Martin Crick, The History of the Social Democratic Federation, Keele, Ryburn Publishing Keele Univ (...)
  • 8  Stanley Pierson, Marxism and the Origins of British Socialism. The Struggle for a New Consciousnes (...)
  • 9  Gregory Claeys, Citizens and Saints : Politics and Anti-Politics in early British Socialism, Cambr (...)
  • 10  Par exemple, Jonathan Mendilow, « Carlyle, Marx and the ILP : Alternative Routes to Socialism », P (...)

2Cette difficulté à saisir un marxisme absent a suscité des réponses diverses chez les historiens anglo-saxons, oscillant entre considérations politiques et préoccupations théoriques, toujours articulées à l’idée d’une spécificité du socialisme en Grande-Bretagne. L’existence d’un parti marxiste, fondé par Henry Myers Hyndman en 1881, devenu la Social Democratic Federation en 1884, montre que les principes de la Seconde Internationale ont, en partie du moins, contribué à structurer le champ politique du socialisme anglais. Son incapacité à devenir le moteur du Labour, issu de la tradition trade-unioniste, met en valeur les logiques qui empêchent le marxisme de devenir le point de référence obligé pour l’unification des socialistes britanniques, entre le dogmatisme fermé de Hyndman6 et la sociologie militante7. Si le marxisme a rencontré tant d’obstacles sur sa route, c’est donc que le socialisme en Grande-Bretagne pouvait s’appuyer sur d’autres traditions, enracinées dans la lutte séculaire du prolétariat anglais jeté dans la révolution industrielle. L’explication politique est donc indissociable d’une réflexion sur ces discours concurrents, étudiés par Stanley Pierson8, Gregory Claeys9 et d’autres10. Dans cette perspective, le marxisme ne serait qu’un objet de réflexion sans acquérir le statut de référence, un enjeu de débats dont les cadres le dépassent toujours, prévenant ainsi la construction d’une orthodoxie soumettant les autres discours à une grille partagée d’interprétation.

  • 11  Robert Stuart, Marxism at Work : Ideology, Class and French Socialism during the Third Republic, C (...)

3Ces explications, malgré tout, reposent sur le postulat de l’exceptionnalité qui dérive vers le constat d’évidence : l’échec de la diffusion du marxisme en Grande-Bretagne serait la conséquence de particularismes nationaux quel que soit le contexte et quelle que soit la période considérés. La mise en valeur d’une spécificité britannique permet de comprendre, par des explications endogènes, pourquoi le marxisme n’y acquiert guère d’audience, mais non d’établir les raisons pour lesquelles il s’impose dans d’autres contextes, tout aussi particuliers. Existe-t-il une grande différence entre le dogmatisme reproché à Hyndman et l’intransigeance critiquée de Jules Guesde en France ? Le Parti Ouvrier n’a-t-il pas, comme la SDF, échoué à devenir l’unique parti de la classe ouvrière ? La vulgarisation du marxisme est indissociable de sa diffusion et de ses appropriations, et ne signifie pas l’amoindrissement de son impact politique, bien au contraire11. De la même façon, l’existence de traditions autochtones que le marxisme doit défier n’est pas une spécificité anglaise, mais un trait partagé avec la France et l’Allemagne. La comparaison permettrait ainsi d’examiner la question dans une autre perspective, et de mieux comprendre les raisons pour lesquelles le marxisme peut – ou non – devenir le discours partagé du socialisme international.

4La diffusion du marxisme en Grande-Bretagne est soumise à des temporalités différenciées et met en œuvre des chronologies qui n’ont pas toutes le même rythme. Elle s’inscrit d’abord dans l’histoire pesante des traditions et des discours qui structurent l’expérience ouvrière, lui donnent un sens et un avenir. Pour acquérir une actualité politique, le marxisme doit rendre compte d’une situation vécue par les militants, mais aussi organiser ce champ d’expérience dans une compréhension d’ensemble, et l’orienter vers une action politique originale, exprimée par un programme ou un parti. À ce titre, Marx doit rivaliser avec des grilles d’interprétations alternatives, dont la force de résistance permet ou non le succès de sa diffusion. Mais celle-ci est également soumise à une chronologie plus resserrée, politique cette fois, celle de la structuration du socialisme en organisations politiques. Pour devenir l’instrument théorique de la révolution, le marxisme ne peut rester prisonnier de l’éther des idées, et doit être porté par un parti qui lui confère une audience plus large. Objet de discussions et d’interprétations, il est alors soumis à des adaptations constantes, dont la cohérence et l’efficacité permettent ou non son adoption définitive. À nouveau, celle-ci dépend fortement d’une histoire plus précise encore, celle des traductions et des stratégies individuelles des traducteurs, pour qui le contrôle du corpus mis à la disposition des militants équivaut à un certificat de légitimité politique. C’est en fonction de ces trois chronologies que la diffusion du marxisme en Grande-Bretagne peut être envisagée, pour expliquer la portée et la réalité d’un non-lieu historique.

La théorie à l’épreuve de la réalité : le marxisme en construction

Le décalage entre les idées de Marx et le prolétariat anglais

  • 12  Karl Marx, Le Capital, livre I, préface de la première édition (1867), dans Karl Marx, Œuvres, tom (...)

5Constante dans l’œuvre théorique de Marx et d’Engels, la référence à la Grande-Bretagne en fait le théâtre privilégié des contradictions du capitalisme et de l’explosion révolutionnaire, fournissant un cas d’école comme l’annonce Marx dans la préface du Capital : «J’étudie dans cet ouvrage le mode de production capitaliste et les rapports de production et d’échange qui lui correspondent. L’Angleterre est le lieu classique de cette production. Voilà pourquoi j’emprunte à ce pays les faits et les exemples principaux qui servent d’illustration ou de développement d’une théorie12. »

  • 13  Karl Marx, Le Capital, op. cit., p. 833.

6Ce sont les statistiques anglaises qui lui fournissent la matière de sa réflexion, et c’est contre l’économie politique de Smith ou de Ricardo qu’il élabore son propre système. Les conclusions qu’il développe touchent au premier chef la Grande-Bretagne, appelée à devenir le fer de lance de la révolution prolétarienne : « La lutte ayant commencé dans le domaine de l’industrie moderne, elle devait par conséquent être déclarée d’abord dans la patrie même de cette industrie, l’Angleterre13. »

  • 14  Karl Marx, « Les élections en Angleterre. Tories et Whigs » (New York Daily Tribune, 21 août 1852) (...)
  • 15  Ibidem, p. 682.
  • 16  Karl Marx, « Les chartistes » (New York Daily Tribune, 25 août 1852), Chroniques anglaises, dans K (...)
  • 17  Ibidem, p. 687.

7La vocation révolutionnaire de la Grande-Bretagne, pour Marx, se justifie par la force de son industrie, tout en s’inscrivant dans les cadres conceptuels définis avant son exil londonien en 1849 : comme dans La lutte des classes en France, la vie politique anglaise est rythmée de dévoilements successifs qui déchirent les discours et révèlent les intérêts matériels de classes antagonistes. L’abolition des Corn Laws en 1846 met ainsi en pièces « la vénérable peau de lion, ce masque traditionnel sous lequel se cachaient jusque-là les intérêts de classe des tories » 14, révèle les whigs comme « les représentants aristocratiques de la bourgeoisie » 15, et finalement signe la victoire de la classe capitaliste, partisane du libre-échange, qui concentre en ses mains le pouvoir politique et la domination économique16 et rend possible une explosion révolutionnaire : « La lutte contre le capital ne sera plus distincte de la lutte contre le gouvernement existant, ce jour-là marquera les débuts de la révolution sociale en Angleterre17. »

  • 18  Ibidem, p. 688.
  • 19  Norman McCord and Bill Purdue, British History, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 181-189.
  • 20  Tristram Hunt, Engels, le gentleman révolutionnaire, Paris, Flammarion, 2009, p. 262-267.
  • 21  G.D.H. Cole and Raymond Postgate, The Common People, 1746-1946, London, Methuen & Co, 1961, p. 367

8Les chartistes, qui représentent la fraction consciente du prolétariat anglais, sont les acteurs de ce bouleversement. Leur revendication première, le suffrage universel, est le prélude à leur « suprématie politique », et à la prise du pouvoir par la classe opprimée18. Le discours de Marx sur la Grande-Bretagne est donc double : il est normatif, d’une part, parce qu’il pose les lois d’évolution du capitalisme ; il est prophétique, d’autre part, parce qu’il accorde à la classe ouvrière anglaise un rôle moteur dans la révolution à venir. Dans le second cas, la réalité contredit la théorie : l’abolition des Corn Laws n’aboutit ni à l’éviction des intérêts aristocratiques, ni à l’exacerbation de l’antagonisme entre bourgeoisie et prolétariat, mais à une coopération entre les classes dirigeantes. La prospérité des années 1850 établit un consensus autour du libre-échange19, et la crise violente du capitalisme ne se réalise pas, défiant toutes les prévisions des Dioscures20. Enfin, les trades unions, après les échecs du chartisme, redéfinissent leurs objectifs, en une « révolte favorisant la prudence, la respectabilité, la stabilité financière, et s’opposant à la pugnacité21 ». Le marxisme peine ainsi à se frayer un chemin en Grande-Bretagne du vivant même de Marx, parce que ses idées, tout en décrivant le capitalisme anglais des années 1850-1860, accordent à la classe ouvrière anglaise une fonction révolutionnaire qu’elle n’assume plus depuis l’échec du chartisme en 1848.

  • 22  Henry Collins and Chimen Abramsky, Karl Marx and the British Labour Movement. Years of the First I (...)
  • 23  Karl Marx, Adresse inaugurale et Statuts de l’Association Internationale des Travailleurs, dans Ka (...)
  • 24  Ibidem, p. 465-466.
  • 25  Gareth Stedman Jones, « Some Notes on Karl Marx and the English Labour Movement », art. cit., p. 1 (...)
  • 26  Henry Collins and Chimen Abramsky, op. cit., p. 95.

9L’Association Internationale des Travailleurs, fondée à Londres en 1864, approfondit la méprise. Assez éloigné des débats au départ22, Marx s’adjoint au mouvement au point de rédiger l’Adresse inaugurale et les Statuts. Dans ce texte, Marx reprend les arguments précédents : la Grande-Bretagne est « à la tête de l’Europe commerciale et industrielle23 », les ouvriers anglais et leurs luttes doivent servir d’inspiration pour les autres pays24. Or, entre 1864 et le dernier congrès de l’AIT en 1872, l’écart se creuse entre les perspectives marxistes et les réalités syndicales. D’abord parce que les trades unions qui soutiennent l’Internationale ne représentent pas le prolétariat industriel du Capital, mais les petites structures londoniennes ; elles ne rassemblent que 50 000 des 800 000 ouvriers syndiqués du pays, et une minorité d’entre eux travaille dans les industries textiles ou minières25. Soucieuses de protéger leurs adhérents de la concurrence étrangère, leurs objectifs sont très différents de ceux de Marx, qui veut en faire le moteur d’un parti autonome, doté d’un programme de classe. Les trades unions, en revanche, entendent soutenir les luttes des ouvriers pour structurer leurs associations professionnelles, gagner des droits politiques, et forcer le changement par des réformes sociales progressives. Avec le second Reform Act en 1867, l’espoir d’intégrer les revendications ouvrières au jeu parlementaire est à l’ordre du jour, et « la représentation indépendante du travail était en effet désirée non pour une politique de lutte de classe contre le capitalisme, mais pour la poursuite d’une politique de réformes dans le cadre de l’ordre social existant26 ».

  • 27  Kirk Willis, « The Introduction and Critical Reception of Marxist Thought in Britain, 1850-1900 », (...)
  • 28  Cette méconnaissance est encore renforcée par les évolutions scientifiques de l’économie politique (...)
  • 29  M. Hyndman, The Record of an Adventurous Life, New York, Macmillan, 1911, p. 249-250.

10Marx est donc peu connu à cette époque pour son œuvre, assez éloignée des réalités de la classe ouvrière anglaise. Les traductions disponibles en anglais sont rares : Le Manifeste du parti communiste avait été traduit une première fois par la chartiste Helen MacFarlane, et publié en 1850 dans le Red Republican, journal éphémère dirigé par George Julian Harney, avec lequel Marx se brouille peu après. De la même façon, les contacts avec le leader chartiste Ernest Jones ne sont pas approfondis. Ainsi, « en 1860, Marx ne cherchait pas à avoir des disciples ou des propagandistes anglais, parce qu’il avait un autre projet en cours qui était beaucoup plus important, la destruction intellectuelle de l’économie politique classique27 ». Le manque de relais, l’absence de traduction et, plus largement, l’ignorance des réalités de la classe ouvrière anglaise expliquent le relatif désintérêt pour son œuvre28. Ce qui marque en revanche les contemporains, c’est sa prise de position en faveur de la Commune en 1871, lui donnant le rôle d’épouvantail de la société bourgeoise : « Mais en 1880, il est à peine exagéré de dire que Marx était pratiquement inconnu du public anglais, sauf des avocats dangereux et désespérés de la révolution dont l’organisation de l’Internationale avait été l’une des causes, de l’horrible Commune de Paris, crainte par les gens respectables et vue avec horreur29. »

  • 30  Krik Willis, « The Introduction and Critical Reception of Marxist Thought in Britain, 1850-1900 », (...)
  • 31  Une liste non exhaustive est établie par Kirk Willis, ibidem, p. 426, note 40.

11La Guerre civile en France, publiée en juin 1871, doit être réimprimée trois fois en deux mois, la seconde édition totalisant quelque 8 000 exemplaires vendus30. Les comptes rendus et articles se succèdent en 1871 et 1872 sur cette Internationale, née à Londres et soupçonnée d’avoir fomenté une révolte contre le capitalisme31. C’est cette image, surtout, qui retient l’attention des Britanniques, plus que celle du théoricien socialiste ou de l’économiste.

Des traditions concurrentes

  • 32  John Ruskin, Unto This Last and Other Essays on Art and Political Economy, London, J.M. Dent & Son (...)
  • 33  George Bernard Shaw, Ruskin’s Politics, London, The Ruskin Centenary Council, 1921, p. 8-9.

12Les difficultés de la réception de Marx en Grande-Bretagne relèvent donc de sa chronologie. L’organisation des ouvriers britanniques obéit à des logiques différentes, et leur expérience est déjà mise en forme par d’autres traditions, parmi lesquelles le socialisme romantique de Carlyle et de Ruskin tient une large part. Dans Unto This Last, publié en 1860, Ruskin définit l’économie politique comme une extension de la gestion domestique ; elle doit être fondée sur « certaines conditions morales de la société, parmi lesquelles la première est la croyance en l’existence et même, pour des objectifs pratiques, en la possibilité de l’honnêteté32 ». Cette moralité profonde se manifeste par la beauté et la qualité de l’objet produit, légitimant ainsi le retour à une production corporatiste, dans le cadre de l’atelier plutôt que de l’usine. Pour garantir le maintien d’une telle moralité, l’État, qui fonde une communauté de principes, doit être conservé. Le socialisme est donc affaire d’éthique et non de réalités matérielles, et c’est en ce sens que Carlyle ou Ruskin impriment leur marque sur le socialisme anglais. En 1921, George Bernard Shaw compare l’influence de Ruskin et celle de Marx : « J’ai rencontré durant toute ma vie des personnalités révolutionnaires extrêmes ; et un grand nombre d’entre elles, à qui je posais la question “Qui vous a mis sur cette voie révolutionnaire ? Karl Marx ?” me répondaient : “Non, c’est Ruskin”. Généralement, le ruskinien est le plus acharné des opposants à notre société existante33. »

  • 34  John Stuart Mill, Principles of Political Economy (1848), Oxford, Oxford University Press, 1994, p (...)
  • 35  John Stuart Mill, « Chapters on Socialism » (1879), in Principles of Political Economy, op. cit., (...)

13Une seconde influence de poids est celle de l’utilitarisme de John Stuart Mill, qui fournit un cadre pour penser le capitalisme. Celui-ci est fondé sur la propriété, ou « la reconnaissance pour chacun d’un droit de disposer exclusivement de ce qu’il a produit par sa propre activité, ou reçu par don ou par un accord juste, sans fraude ni force, par ceux qui l’ont produit34 ». Cette propriété est acquise par le travail, par la terre, ou par le capital, sous la forme de profit, de rente ou de salaire. Ce dernier n’est pas la simple conséquence de la production, comme chez Marx, mais un étalon de confort qui fixe le niveau de satisfaction du consommateur. L’idéal de société défendu par Mill est profondément différent de celui de Carlyle et de Ruskin : il est fondé sur l’idée rationnelle du plus grand bonheur pour le plus grand nombre, sur une répartition juste des richesses, rendue possible par l’éducation et des institutions démocratiques. L’horizon socialiste est donc le prolongement du capitalisme, et non sa négation, puisqu’un progrès constant améliore la connaissance des lois économiques et l’organisation des intérêts particuliers35. À nouveau, l’héritage de Mill, qui contredit le principe de la lutte de classes et fait de l’horizon socialiste une exigence rationnelle, efficace et progressive, marque le socialisme en Grande-Bretagne, surtout dans la version réformiste de la Société fabienne à partir des années 1890.

  • 36  Stephen Yeo, « The Religion of Socialism in Britain, 1883-1896 », History Workshop, n° 4 (Autumn 1 (...)
  • 37  Beatrice Webb, My Apprenticeship, Harmondsworth, Penguin, 1938, p. 154.
  • 38  Norman Dennis and A.H. Halsey, English Ethical Socialism, Oxford, Clarendon Press, 1988.
  • 39  Stanley Pierson, Marxism and the Origins of British Socialism, op. cit., p. 53-54.

14Plus qu’une incompréhension du monde ouvrier britannique, c’est donc la préexistence de traditions concurrentes qui freine l’entrée du marxisme en Grande-Bretagne. Par elles, les ouvriers disposent déjà d’une grille d’interprétation de leur condition présente et de leurs espoirs. Malgré la fin du chartisme, le monde ouvrier anglais est encore traversé de courants qui tiennent à la fois de la tradition religieuse des sectes protestantes, du radicalisme politique hérité du xviiie siècle, et des revendications sociales du xixe siècle. Les références religieuses imprègnent les discours socialistes des années 1880, quelle que soit leur obédience36, au point que Beatrice Webb fait de son entrée en socialisme une conversion, un chemin de Damas entrepris avec douleur, comme « une nouvelle conscience du péché parmi les individus intelligents et dotés37 ». Le creuset protestant est d’ailleurs à l’origine d’un tissu d’organisations ouvrières, dont l’inspiration religieuse est explicitement assumée, comme la Guilde de Saint Matthieu fondée en 187738. Mais il est difficile d’en conclure que le socialisme en Grande-Bretagne assume la fonction d’une croyance de substitution, dans la mesure où le sécularisme, c’est-à-dire l’opposition à l’Église d’Angleterre, joue aussi un rôle prééminent dans l’organisation militante de la classe ouvrière. En réalité, le passage du discours des sectes non-conformistes au discours socialiste est rendu possible par leur proximité : la critique religieuse glisse vers une critique radicale, la mise en cause de l’Église d’Angleterre devient celle de l’État, l’activité des sectes dans la formation d’un radicalisme anglais, démocratique et républicain, structure une tradition dans laquelle se coulent les revendications ouvrières, tradition très éloignée des idées de Marx39. Les obstacles que rencontre le marxisme en Grande-Bretagne relèvent donc d’un décalage chronologique : au début des années 1880, la classe ouvrière anglaise a déjà interprété ses revendications par des traditions spécifiques, face auxquelles le marxisme pèse bien peu. Le radicalisme, en particulier, est beaucoup plus répandu parmi les héritiers du chartisme, et c’est dans ce contexte qu’apparaît le premier parti marxiste du pays.

Divisions politiques et controverses théoriques : le marxisme en discussion

Du radicalisme au marxisme : la naissance du premier parti marxiste de Grande-Bretagne

15Le début des années 1880 marque le sommet d’une radicalisation des luttes ouvrières, dans un contexte de ralentissement économique qui menace l’atelier du monde à partir de 1874. L’opposition au gouvernement conservateur de Disraeli se concentre sur trois thèmes principaux : le problème de l’autonomie irlandaise, la question agraire, et la démocratisation du système parlementaire. Le cabinet libéral de Gladstone, qui succède à Disraeli en avril 1880, se divise rapidement sur ces trois enjeux, et laisse apparaître une frange radicale désireuse de résoudre la question sociale par des réformes hardies. Cette fraction est alors soutenue à Londres par une kyrielle de clubs, composés d’une majorité d’ouvriers qui entretiennent l’agitation.

  • 40  Chushishi Tsuzuki, H.M. Hyndman and British Socialism, op. cit., p. 32.
  • 41  Ibidem, p. 33.
  • 42  H. M. Hyndman, England for All, London, Gilbert & Rivington, 1881, p. 32.
  • 43  Ibidem, p. 5.

16 C’est au sein de cette mouvance qu’apparaît en juin 1881 la Democratic Federation, dirigée par un radical issu des rangs conservateurs, Henry Myers Hyndman, et dont les objectifs s’inscrivent dans cette tendance extrême du parti libéral : défense du suffrage universel pour achever le second Reform Act de 1867, nationalisation des terres pour mettre fin à la domination de l’aristocratie terrienne, autonomie irlandaise. Il ne s’agit donc pas, à l’origine, d’un parti socialiste, même si Hyndman est proche de Marx. Les deux hommes se sont rencontrés en 1880 par l’intermédiaire de Karl Hirsch40, et Hyndman avait lu le premier volume du Capital dans sa traduction française peu après41. Pour le nouveau parti, Hyndman publie en 1881 un manifeste intitulé England for All, dont certains passages sont directement inspirés de Marx : les rapports de production sont au fondement des relations sociales42; la théorie de la plus-value explique la concentration du capital et l’opposition exacerbée entre la bourgeoisie et le prolétariat. Mais ces analyses s’inscrivent encore dans l’argumentaire des radicaux : l’industrialisation n’est pas associée à une aliénation radicale du prolétariat, mais à une perte d’indépendance qui empêche l’exercice des droits civiques. Les réformes défendues par Hyndman sont donc surtout politiques (suffrage universel et instruction obligatoire, réorganisation du vote et des pouvoirs locaux), et doivent être réalisées progressivement, dans la tradition parlementaire anglaise : « De tels changements nécessaires peuvent être graduels, mais ils doivent être rapides. En Angleterre, heureusement, nous avons une longue histoire qui gouverne notre développement naturel… Même les plus pauvres sont prêts à accepter l’assurance de réformes réelles plutôt que d’écouter ceux qui voudraient les pousser à avoir recours, en désespoir de cause, au changement violent43. »

  • 44  H. H. Champion avait lu Marx, de même qu’Ernest Belfort Bax qui avait publié un compte rendu du Ca (...)
  • 45  Socialism Made Plain. Being the Social and Political Manifesto of the Social-Democratic Federation(...)

17Ni lutte des classes, ni révolution prolétarienne, l’emprunt contracté par Hyndman aux Dioscures reste ponctuel, sans doute parce que la présence d’une majorité hostile au socialisme empêche la formulation d’un programme plus approfondi. Mais la Democratic Federation adopte rapidement un programme plus avancé, désiré par de nouveaux adhérents ouvriers ou intellectuels familiers du Capital44. En 1883, le parti publie son nouveau programme, Socialism Made Plain, qui fait pour la première fois du collectivisme son objectif prioritaire : « De la même manière que la terre doit être une possession collective dans le futur, les autres moyens de production et de distribution de la richesse doivent l’être également. La création de la richesse est déjà une entreprise sociale, où chacun est forcé de coopérer avec son voisin ; il est grand temps que cet échange du produit soit social également, et de le soustraire au contrôle de l’avidité et du profit individuel45. »

  • 46  Will Socialism Benefit the English People ? Verbatim Report of a Debate Between H.M. Hyndman and C (...)
  • 47  Ibidem, p. 15.
  • 48  Ibidem, p. 39.

18Cette déclaration suffit à entraîner le départ des radicaux, qui refusent l’idée même de socialisme. La conférence contradictoire qui oppose Hyndman à Bradlaugh le 17 avril 1884 permet d’en cerner les raisons : alors que le premier dessine un horizon collectiviste et revendique le matérialisme historique46, le second assimile le socialisme au chaos, à « une révolution de la force physique et une autre révolution mentale47 ». La collectivisation des moyens de production aboutirait à la tyrannie de l’État, alors que Bradlaugh soutient la primauté de l’action individuelle. Devant les proclamations internationalistes de Hyndman, il fait donc valoir un « esprit anglais » capable de réformer la société sans la bouleverser48. Comme Marx, le socialisme en Grande-Bretagne est associé à la violence insurrectionnelle, et à un type de mouvement politique extérieur à la culture nationale.

Le morcellement du marxisme politique, entre Social Democratic Federationet Socialist League

  • 49  La SDF compte alors quelque 500 adhérents dans Chushishi Tsuzuki, H.M. Hyndman and British Sociali (...)

19Par cette première scission, le parti, qui adopte en août 1884 le nom de Social Democratic Federation, est devenu l’organisation marxiste outre-Manche, mais ne parvient guère à rassembler plus d’une poignée de militants49. Il se dote malgré tout d’un hebdomadaire, Justice, qui paraît à partir du 19 janvier 1884, et la propagande s’organise par des conférences régulières et la distribution de tracts dans la rue.

  • 50  Mark Bevir, « Republicanism, Socialism and Democracy in Britain : The Origins of the Radical Left  (...)
  • 51  La vision idéalisée du Moyen Âge est présente dans beaucoup des ouvrages publiés par la SDF à l’ép (...)
  • 52  H. M. Hyndman, The Historical Basis of Socialism in England, op. cit., p. 477.

20Les principes invoqués sont adaptés des analyses du Capital, articulés aux traditions ouvrières existantes pour mieux les diffuser50. Le matérialisme historique est ainsi mis au diapason d’un discours convenu sur l’histoire du pays, idéalisant, comme chez Carlyle et Ruskin, le passé médiéval de l’Angleterre des derniers Plantagenêt, avant que la guerre des Deux-Roses entre 1455 et 1489, la réforme anglicane d’Henry VIII et les transformations agraires élizabéthaines créent les conditions d’émergence du prolétariat moderne51. Pour Hyndman, Bax, et surtout pour Morris, l’ère de « Merrie England » est celle du travailleur indépendant, maître de sa personne et de son travail. La SDF ne lutte pas tant pour l’émancipation d’un prolétariat aliéné que pour l’autonomie individuelle, condition du libre exercice des droits civiques et sociaux. Cet idéal doit permettre à la Grande-Bretagne de devenir le phare de l’avenir, de « se tenir devant le monde comme la pionnière de la réorganisation, qui signifierait l’émancipation et le bonheur de la race humaine entière52 ». L’internationalisme affiché par le parti trouve ainsi ses limites dans une fierté nationale revendiquée. Plutôt qu’un démantèlement de l’Empire, il propose une organisation fédérale assurant l’autonomie des colonies, pour garantir, mais sur d’autres bases, la Pax Britannica. Plutôt qu’une organisation centralisée de l’Internationale, Hyndman défend l’autonomie des partis, et se heurte aux ambitions d’Engels et de ses partisans allemands et français.

  • 53  Ernest B. Bax, Reminiscences and Reflexions of a Mid and Late Victorian, London, George Allen & Un (...)
  • 54  The Manifesto of the Socialist League, London, The Socialist League, 1885, p. 3.
  • 55  Ibidem, p. 5.
  • 56  To Socialists, London, The Socialist League, 13 janvier 1885, p. 1.

21Reste un problème de taille à résoudre, celui de la méthode, suscité par l’existence d’une démocratie parlementaire qui semble intégrer la classe ouvrière après les réformes de 1867 et de 1884-1885. Dans un premier temps, Hyndman prône l’utilisation des institutions pour défendre les réformes politiques, mais il se heurte à l’opposition des sections ouvrières, comme la Scottish Land and Labour League d’Andreas Scheu, à d’autres dirigeants comme Morris, et au clan Marx, représenté par Edward Aveling et Eleanor Marx. Les éléments ouvriers s’opposent aux compromis électoraux, parce que l’action syndicale se radicalise au milieu des années 1880 ; les collègues de Hyndman supportent de moins en moins son autorité exclusive sur Justice. Quant au clan Marx, il n’accepte pas le soutien accordé par la SDF à la proposition belge d’organiser un congrès international en juillet 1884, contre le projet du Parti Ouvrier de Guesde et Lafargue, soutenu par Engels. Ces groupes font sécession le 27 décembre 1884, pour se rassembler trois jours plus tard dans la Socialist League. Les ressentiments personnels jouent un rôle majeur dans cette rupture, puisque « la divergence sur la tactique et la politique n’était pas aussi large ou importante53 », même s’ils ne doivent pas être surestimés. Au fond, la Socialist League et la SDF s’inscrivent dans l’héritage marxiste, et le manifeste de la nouvelle organisation en reprend tous les traits : antagonisme de classe fondé sur la plus-value, solution collectiviste, internationalisme… La référence dépasse d’ailleurs la simple influence, puisque le Manifeste du Parti Communiste est cité dans le texte54. Malgré cette filiation commune, la différence avec la SDF est nettement marquée : la Socialist League condamne la coopération défendue par les trades unions, avatar du capitalisme, la simple nationalisation des terres qui ne mettrait pas fin à l’exploitation des travailleurs, et le « socialisme d’État », qui désigne en réalité la poursuite de réformes dans le cadre parlementaire55. La différence ne porte donc pas sur les principes, mais sur les méthodes d’action, la Socialist League refusant la stratégie parlementaire pour se concentrer sur les activités de propagande56.

  • 57  En novembre 1885, Hyndman et Champion auraient accepté le financement de la campagne de deux candi (...)

22Il n’empêche que la division du marxisme anglais entre deux partis antagonistes va peser très lourd sur la transmission des idées de Marx en Grande-Bretagne. Chacun des partis peut se revendiquer de la seule interprétation légitime : Hyndman est le premier à avoir organisé un parti marxiste, mais la Socialist League compte parmi ses dirigeants Eleanor Marx, la propre fille du maître disparu, qui peut parler en son nom avec l’appui d’Engels. Cette rivalité empêche les deux partis d’obtenir une audience réelle auprès des ouvriers : avec la scission, la SDF perd le soutien de ses branches ouvrières implantées à Leeds ou dans l’East End, qui prennent parti pour la Socialist League. Privé de ces appuis, le parti se rapproche de la tactique réformiste de la Société fabienne, avant que l’affaire du Tory Gold en 1885 compromette Hyndman et Champion57. La radicalisation des revendications ouvrières, exprimée lors de manifestations violentes en février 1886, puis en novembre 1887, entraîne un durcissement des positions de la SDF qui appelle à la révolution. Mais à nouveau, ce revirement suscite une scission des groupes ouvriers menés par Champion ou Tom Mann, pour des raisons inverses de celles de 1884 : la répression sévère opposée aux manifestations a révélé l’illusion et les dangers d’une insurrection. À la fin de 1888, ces opposants quittent la SDF, avant de créer l’Independent Labour Party en 1893, qui concurrence l’ambition de Hyndman et de ses partisans : organiser la classe ouvrière anglaise. La Socialist League, de son côté, ne parvient pas non plus à étendre son audience, tant ses effectifs sont limités. Le parti est définitivement affaibli par une scission qui oppose à nouveau partisans et adversaires de l’action politique. Cette fois, Eleanor Marx, Edward Aveling et Ernest B. Bax soutiennent la première option, et se heurtent à une majorité acquise aux idées anarchistes. Ils quittent le parti en 1888, et la mort de William Morris en 1893 sonne le glas du parti, qui survit jusqu’en 1901.

Le marxisme comme référent négatif : l’interprétation fabienne

  • 58  Fabian Rules, 1886-1887, LSE Archives, Fabian Society Papers, C52/1.
  • 59  Edward Pease, The History of the Fabian Society, London, A.C. Fifield, 1916, p. 38.
  • 60  « To Our Readers », To-Day. The Monthly Magazine of Scientific Socialism, vol. 1, n° 1, janvier 18 (...)

23Le marxisme, tout en faisant l’objet de rivalités politiques pour l’organisation d’un parti de classe, se trouve aussi au centre d’un débat théorique pour les écoles socialistes en formation, et sert d’appui pour structurer d’autres mouvements. Le marxisme, loin de constituer comme en Allemagne une orthodoxie dominante, joue un rôle de catalyseur dont la discussion permet de formuler des approches alternatives, comme celle de la Société fabienne. Fondée le 4 janvier 1884, elle définit contre Marx un socialisme progressif, dans un processus complexe prolongé jusqu’en 1889. Dès l’origine, les Fabiens se déclarent ouvertement socialistes mais leurs méthodes comme leurs principes restent imprécis, affirmant simplement que « le but de la Société est d’aider à la reconstruction du système social en accord avec les possibilités morales les plus hautes58 ». La division des partis socialistes anglais n’est pas encore affirmée, la Société fabienne coordonne son action à celle de la SDF59, et entretient de bonnes relations avec la Socialist League. Les luttes doctrinales n’ont pas encore de prise sur les principes partagés par ces militants, rassemblés dans le journal To-Day, édité par Ernest B. Bax à partir de 1884, « exposant du socialisme scientifique60 » en Grande-Bretagne. Dans ce contexte où les individus circulent d’une théorie à l’autre, et où les distinctions d’école ne sont pas nettement affirmées, la discussion de Marx permet de clarifier les positions.

  • 61  Sidney Webb, Rent, Interest and Wages, 1886, LSE Archives, Passfield Papers, VII/4, f.18.

24En 1885, certains Fabiens comme Sidney Webb, Sydney Olivier, George Bernard Shaw ou Graham Wallas participent à des réunions informelles autour de Charlotte Wilson dans sa maison de Hampstead, où les convives lisent et discutent le premier volume du Capital dans sa version française. Le Hampstead Historic Club adopte rapidement une posture critique, manifestée par Webb en particulier, pour qui les analyses de Marx ne sont que les pâles reproductions de ce que l’économie politique anglaise a démontré : « En un mot, sa méthode économique est dépassée : comme nouvelle exposition de certaines tendances et formules de la vie, elle est bonne et instructive, mais cela ne mène pas plus loin61. »

  • 62 Beatrice Webb, The Economic Theory of Karl Marx, 1887, LSE Archives, Passfield Papers, VII/5.
  • 63  George Bernard Shaw, « Who is the Thief ?», Justice, 15 mars 1884, n° 9, vol. I.

25Beatrice Webb développe des arguments semblables62, et George Bernard Shaw écrit : « Ses disciples sont toujours un peu enragés de n’être plus décrits comme les dupes d’un révolutionnaire et d’un incendiaire, mais d’être mis en avant comme les partisans d’un excellent écrivain de la génération passée dont les idées, toutes très justes en leur temps, sont aujourd’hui assez dépassées63. »

26Marx est ainsi disqualifié par les Fabiens parce que le Capital ne peut fonder ni une critique nouvelle du capitalisme, ni une approche spécifique du socialisme. Très marqués par l’utilitarisme de John Stuart Mill, attentifs aux découvertes du marginalisme de Jevons, ils adoptent d’autres catégories dans lesquelles le discours de Marx perd de sa pertinence : à la théorie de la plus-value, qui fonde la lutte des classes, Webb oppose une interprétation de la théorie de la rente, qui la nie. Tout revenu abusif est, selon lui, le résultat d’un avantage détenu par un acteur économique bénéficiant d’une situation privilégiée. Mais il peut s’agir du capitaliste comme de l’ouvrier qualifié, du grand propriétaire comme du petit exploitant. Une majeure partie de la population tire profit du système capitaliste, qui ne peut donc être brusquement aboli. Seule une évolution graduelle promet l’avènement d’une société nouvelle, et celle-ci ne bénéficiera pas aux seuls ouvriers, mais à la population dans son ensemble. En somme, les Fabiens tirent de leur critique du marxisme leur propre conception d’un socialisme réformiste refusant la lutte des classes, et dont l’objectif est d’assurer l’harmonisation d’intérêts contradictoires pour assurer l’efficacité de la production et de la consommation dans un cadre démocratique.

  • 64  The True Radical Programme, Fabian Tract n° 6, London, 1887, p. 10.
  • 65  Fabian Essays in Socialism, London, The Fabian Society, 1889, p. 31.
  • 66  Ibidem, p. 109.

27Mais comme pour la SDF, la définition de ces principes n’engage pas la stratégie politique à poursuivre. À nouveau, les Fabiens sont amenés à préciser leurs vues contre les marxistes de la Socialist League, qui dénient toute efficacité à l’action parlementaire, lors d’un débat sur la tactique électorale à l’automne 1886. La Société fabienne fonde à cette occasion la Fabian Parliamentary League pour « travailler à l’organisation du vote socialiste, la présentation de candidats socialistes aux élections… et la publication et la circulation de la critique socialiste des lois devant le Parlement64 » . La méthode envisagée par les Fabiens est, à nouveau, distincte de celle des marxistes : ils appellent à la poursuite des réformes dans le cadre de l’État et surtout des communes. Les principes progressivement définis sont systématisés dans les Fabian Essays, publiés en 1889. Le socialisme est défini comme l’aboutissement du capitalisme, qui le porte en germe, puisqu’il est « l’affirmation explicite et consciente des principes d’organisation sociale qui ont déjà été en grande partie adoptés consciemment65 ». La société idéale doit répondre à l’impératif d’efficacité, et garantir « la satisfaction des individus à vivre, et à vivre de la meilleure façon possible66 ». Pour agencer ces intérêts particuliers, les Fabiens proposent l’abolition de la rente au profit de l’État et des municipalités, qui pourraient en tirer les ressources nécessaires à la réforme sociale.

28En 1889, trois chemins se dessinent pour le mouvement socialiste en structuration : celle de la SDF, qui, en admettant les présupposés marxistes (le matérialisme historique, la plus-value, la lutte des classes et la révolution) conditionne la réalisation de la société idéale à la conquête du pouvoir politique, même par l’élection ; celle de la Socialist League, qui accepte les mêmes principes mais privilégie la voie de l’insurrection par la propagande ; et celle de la Société fabienne qui, contre Marx, définit une approche réformiste. Dans le processus qui conduit à la distinction de ces trois discours, la discussion du marxisme est essentielle : pour le propager comme pour le critiquer, il devient le point névralgique à partir duquel rayonnent des interprétations concurrentes, construites les unes par rapports aux autres. Une telle fluidité est rendue possible par l’absence de tout corpus canonique des textes, laissant aux partisans de la SDF, de la Socialist League ou de la Société fabienne toute latitude pour sélectionner chez Marx ce qui appuie leurs projets.

Rivalités stratégiques : le marxisme en traduction

Construire un parti marxiste

  • 67  L’édition de référence du Capital, pour les lecteurs anglais, est la traduction française de Le Ro (...)

29Dans une large mesure, la diversité des lectures est autorisée par l’absence d’un corpus légitimé par la traduction. Cette lacune relève du paradoxe : Engels réside à Londres et bénéficie d’une position privilégiée pour rendre les textes du Maure accessibles aux lecteurs anglais, mais il faut attendre 1887 pour voir paraître une version anglaise du Capital, vingt ans après sa publication en allemand, quinze ans après sa traduction en français par Le Roy67.

  • 68  H. M. Hyndman, England for All, op. cit., p. VI.

30Alors qu’il organise le premier parti marxiste du pays, Hyndman se donne pour objectif de diffuser la pensée du maître. Mais par négligence, ou par prudence – Marx est encore associé au sang de la Commune –, il ne le nomme pas dans la préface de England for All, se contentant d’une allusion : « Pour les idées et beaucoup de la matière contenues dans les chapitres II et III, je reconnais ma dette à un grand penseur et à un écrivain original qui sera, j’en suis convaincu, rapidement rendu accessible à la majorité de mes concitoyens68. »

  • 69  Dans H. M. Hyndman, The Historical Basis of Socialism in England, op. cit., p. VIII.
  • 70  Lettre de Marx à Sorge, 15 décembre 1881, dans Marx/Engels Collected Works (MECW), London, Lawrenc (...)
  • 71  Lettre de Engels à Bebel, 30 août 1883, in MECW, op. cit., vol. 47, 1995, p. 53.
  • 72  H. M. Hyndman, The Record of an Adventurous Life, op. cit., p. 256.

31L’omission est réparée dans les textes postérieurs69, mais elle enracine une méfiance profonde et durable. Certes, Marx reste indulgent, écrivant à Sorge, le 15 décembre 1881, que ce « petit livre, là où il pille le Capital, fait de la bonne propagande, bien que l’homme soit une “seconde ligne”70». Mais cette condescendance se transforme en animosité chez Engels, qui le décrit à Bebel le 30 août 1883 comme « un conservateur ultra et très chauvin, mais pas un carriériste stupide, qui s’est conduit assez misérablement envers Marx… et pour cette raison a été écarté par nous personnellement71 ». Le ressentiment persiste après la mort de Marx en 1883, et l’inimitié est partagée par Hyndman : « Je pense moi-même qu’Engels, à qui je n’ai jamais parlé et que je n’ai même jamais vu, était un mauvais homme… Il était pointilleux, suspicieux, jaloux72. »

  • 73  Lettre de Engels à Bebel, 28 octobre 1885, in MECW, op. cit., vol. 47, p. 344.
  • 74  Lettre de Engels à Sorge, 16 septembre 1886, in MECW, op. cit., vol. 47, p. 492.
  • 75  Lettre de Engels à Sorge, 18 janvier 1893, in MECW, op. cit., vol. 50, 2004, p. 83.

32Mais la rivalité personnelle masque une divergence politique réelle. Au fond, Engels se méfie de la SDF dans son ensemble : l’affaire du Tory Gold en fait la réunion de « carriéristes et d’aventuriers », menés par « une caricature malheureuse de Lassalle73 », sans appui sur les masses ouvrières. Mais les autres factions ne trouvent pas davantage grâce à ses yeux. Après avoir salué la naissance de la Socialist League, il condamne « les socialistes émotifs74 » gagnés à l’anarchisme. Quant à la Société fabienne, elle ne défend que « l’inévitable conséquence du libéralisme bourgeois75 ».

  • 76  Ibidem.
  • 77  Et l’ILP, comme le Labour, fondé entre 1900 et 1906, refuse de se déclarer socialiste. Ce n’est qu (...)

33Conformément à l’objectif autrefois formulé dans le Manifeste du Parti Communiste, Engels cherche à inspirer d’autres mouvements pour donner un équivalent à la SPD allemande et au PO français, qui sache articuler la lutte politique avec le soutien de la classe ouvrière anglaise. Pour mettre en œuvre cette stratégie, Engels s’appuie sur Edward Aveling et Eleanor Marx, et soutient la scission de la Socialist League dans l’espoir que le couple en prenne la direction. De même, il salue la fondation de l’Independent Labour Party en 1893, appelée « à détacher les masses de la Social Democratic Federation et des Fabiens en province, et à forcer ainsi l’unité76 ». L’élection d’Aveling au premier exécutif du parti ouvre la possibilité d’un ralliement aux positions de la Seconde Internationale, mais le parti refuse l’étiquette socialiste77. Cependant, le « Grand Lama », comme le surnommait Hyndman, n’agit pas seulement sur les partis nationaux par les conseils qu’il accorde à leurs chefs, mais aussi par son rôle d’interprète autorisé du marxisme, qui met à la disposition du mouvement ouvrier européen les œuvres de Marx par la traduction et le commentaire.

Les enjeux de la traduction

  • 78  Lettre de Engels à Bebel, 18 août 1886, dans MECW, op. cit., vol. 47, p. 471.

34La traduction du premier volume du Capital en 1887, qui lance le cycle des publications en anglais, doit être située dans son contexte politique, celui d’une clarification nécessaire des doctrines socialistes, préalable à la création d’un parti authentiquement marxiste. Cet objectif est affirmé par Engels dans sa correspondance : « Il y a autant de sectes qu’il y a de têtes. La Social Democratic Federation au moins a un programme, et un certain degré de discipline, mais aucun soutien de la part des masses… La League traverse une crise… Cependant, la publication du Capital en anglais éclaircira énormément l’air ici78. »

  • 79  Friedrich Engels, Préface à Karl Marx, Capital. À Critic of Political Economy, New York, The Moder (...)
  • 80  Lettre de Engels à Laura Lafargue, 28 avril 1886, dans MECW, op. cit., vol. 47, p. 436.

35Le projet avait été lancé du vivant de Marx et devait être réalisé par Samuel Moore, un proche des Dioscures. Le travail ayant été retardé, Engels fait appel à Edward Aveling pour traduire certains passages, et à Eleanor Marx pour vérifier les notes et les citations79: « La traduction anglaise du Capital est une œuvre terrible. Ils traduisent d’abord. Puis je révise et fais des suggestions au crayon. Puis il revient vers eux. Puis réunion pour fixer les points douteux. Puis je dois parcourir l’ensemble à nouveau, pour vérifier que tout est prêt pour la presse, du point de vue du style comme de la technique, et toutes les citations que Tussy a vérifiées dans les originaux anglais, placées correctement80. »

36Le soin accordé par Engels à cette traduction s’explique par l’enjeu politique qu’elle représente : elle doit clarifier les positions des socialistes anglais, et surtout faire pièce à la diffusion des œuvres de Marx, entreprises au même moment par la SDF. To-Day, alors dirigé par Hyndman, avait en effet publié la traduction du premier chapitre du livre à partir d’octobre 1885, sous la plume de « John Broadhouse », pseudonyme de Hyndman. Et James Joynes avait publié en 1886 une traduction de Travail Salarié et Capital. Pour Engels, il s’agit donc surtout de défendre sa position de « premier violon », d’interprète du marxisme, et c’est dans ce but qu’il préface la nouvelle traduction du Manifeste du Parti Communiste, publiée par Samuel Moore en 1888.

  • 81  Terrell Carver, Engels, Oxford, Oxford University Press, 1981 et Terrell Carver, Friedrich Engels. (...)
  • 82  Friedrich Engels, Préface à Karl Marx, Capital, op. cit, p. 32.

37Mais comme l’avait montré Terrell Carver81, ce travail de diffusion est indissociable d’un travail d’interprétation par les préfaces et les commentaires qu’il écrit. Le passage des œuvres en anglais ne suffit pas à assurer leur compréhension par un public rétif, et Engels s’efforce de montrer leur pertinence dans le cas si particulier de la Grande-Bretagne, et de combattre les préjugés qui empêchent leur diffusion. Marx est associé au chaos de la Semaine Sanglante ; Engels nuance cette image : « Son étude l’a amené à la conclusion que, au moins en Europe, l’Angleterre est le seul pays où l’inévitable révolution sociale devrait être entièrement réalisée par des moyens pacifiques et légaux. Il n’oublie certainement jamais d’ajouter qu’il attendait difficilement des classes dirigeantes anglaises qu’elles se soumettent sans “révolte pour l’esclavage” à cette révolution pacifique et légale82. »

  • 83  Friedrich Engels, Socialism, Utopian and Scientific, traduit par E. Aveling, London Swan Sonnensch (...)

38De même, Marx est réfuté parce que ses idées restent en marge des traditions intellectuelles anglaises et, à nouveau, Engels rétorque : « Je suis parfaitement convaincu que le contenu de cet ouvrage rencontrera les objections d’une partie considérable du public anglais. Mais si nous autres Continentaux avions à peine remarqué les préjugés de la “respectabilité” anglaise, nous y perdrions beaucoup plus encore. Ce livre défend ce que nous appelons le “matérialisme historique”, et le mot matérialisme irrite les oreilles de la majorité des Anglais… Mais la terre d’origine de tout matérialisme depuis le xviie siècle est l’Angleterre83. »

  • 84  Ibidem, p. X-XIII.

39S’appuyant sur des passages de la Sainte Famille, il restitue la généalogie du matérialisme historique, promu au rang d’héritier des philosophies anglaises de Bacon, de Hobbes et de Locke84. Au fond, ce sont les hésitations de la bourgeoisie anglaise, entre la rupture avec l’ordre aristocratique et le soutien accordé à la grande propriété terrienne, la modération de la classe ouvrière qui empêchent le mûrissement des conditions révolutionnaires. L’adoption du marxisme, en ce sens, ne serait pour les Britanniques qu’un retour aux sources d’une tradition ancienne, mais dont l’oubli par les courants socialistes naissants relèguerait la Grande-Bretagne à l’arrière du train révolutionnaire européen. Contrairement aux pronostics de Marx de 1848, ce n’est plus la Grande-Bretagne, mais l’Allemagne qui porte le flambeau de la société future. Toute la difficulté de la diffusion du marxisme par Engels repose donc sur cette méfiance envers les mouvements ouvriers anglais, et cette méfiance est entretenue par la propre fille du Maure, Eleanor Marx, et son compagnon Edward Aveling.

  • 85  Edward Aveling, The Students’Marx. An Introduction to the Study of Karl Marx’s Capital, London, Sw (...)
  • 86  La liste doit être complétée par la traduction de La guerre civile en France par Bax en 1900.
  • 87  Justice, 6 mars 1897, p. 3.

40Le rôle du couple ne se limite pas à agir pour structurer un parti en Grande-Bretagne ; il consiste aussi à assister Engels dans la traduction et la diffusion des œuvres. Ils contribuent ainsi à la publication du Capital en anglais, et c’est Aveling qui traduit, en 1892, la brochure Socialisme utopique et socialisme scientifique, abrégé de l’Anti-Dühring d’Engels, qui contribue à fixer une vulgate marxiste. Comme Gabriel Deville, Aveling publie en 1892 un abrégé du Capital, destiné à le rendre accessible aux militants85. à la mort de Engels en 1895, le couple prolonge son action : Eleanor Marx traduit Révolution et Contre-Révolution en Allemagne en 1896, puis Valeur, Prix et Plus-Value en 1898, dont la préface est rédigée par son compagnon86. La fille de Marx devient ainsi la gardienne farouche de l’œuvre de son père, la préservant de toute appropriation concurrente. En 1897, l’éditeur Reeves entreprend de publier la traduction des neuf premiers chapitres du premier volume du Capital, autrefois publiée dans To-Day. Avec Laura Lafargue, sa sœur, Eleanor Marx s’oppose fermement au projet : « Nous sommes tenus d’affirmer fermement que, même si la traduction de Mr. Broadhouse est assez fidèle, elle n’est pas autorisée par les exécuteurs testamentaires de Marx, et qu’elle est pleine des plus sérieuses inexactitudes… La seule traduction autorisée… est celle publiée par Mr. Sonnenschein, qui a l’avantage inestimable d’avoir été révisée par Engels87. »

  • 88  Edward Aveling, The Students’Marx, op. cit., p. IX.

41Mais à la différence des cas français ou allemand, cette lecture autorisée n’est pas mise au service d’un parti particulier. Les Aveling avaient bien participé à la fondation de la SDF, mais ils avaient suivi la fraction dissidente et participé à la fondation de la Socialist League. En 1888, ils s’opposent à la ligne défendue par le parti, hostile à toute activité parlementaire, et organisent la sécession de la section de Bloomsbury, qui devient la Bloomsbury Socialist Society. L’expérience est éphémère, malgré tout, et les Aveling, après avoir espéré rallier l’ILP (Independant labour Party) au marxisme, rejoignent la SDF en 1896. La variation des engagements maintient donc le couple à l’écart des organisations socialistes anglaises, et leur disparition en 1898 laisse en suspens la postérité d’un marxisme britannique, dans la mesure où les partis – à l’exception de la SDF – ne s’en réclament guère. Ses héritages théoriques, avant 1914, sont assez isolés, même si certains de ses partisans en fournissent une lecture originale. Edward Aveling, versé dans l’étude des sciences naturelles, se fait ainsi l’apôtre d’une synthèse entre Marx et Darwin, opérant un rapprochement entre les deux hommes : «  Entre Darwin et Marx, il existe une ressemblance en bien des points… Il y a peu de doute que les deux noms par lesquels le dix-neuvième siècle sera connu, en ce qui concerne sa pensée, seront ceux de Charles Darwin et de Karl Marx88. »

  • 89  Stanley Pierson, « Ernest Belfort Bax : 1854-1926. The Encounter of Marxism and Late Victorian Cul (...)
  • 90  James Ramsay MacDonald, The Socialist Movement, New York, H. Holt & Company, 1911, p. 220.

42L’apport d’Ernest B. Bax est d’une originalité plus marquée encore : fin connaisseur de l’Allemagne où il a séjourné, il tente de donner au matérialisme historique une portée métaphysique et une dimension éthique qui lui font défaut. C’est aux sources de la philosophie kantienne qu’il puise ce renouvellement, assez singulier dans le contexte britannique89. Mais pour beaucoup des dirigeants du Labour, issu de la formation du Labour Representation Committee en 1900 par l’ILP, la SDF et la Société fabienne, le marxisme n’est qu’une source d’inspiration parmi d’autres, dont la valeur réside surtout dans l’explication des évolutions du capitalisme et dans l’interprétation matérialiste de l’histoire. James Ramsay MacDonald écrit ainsi en 1911 : « Il ne contribua en rien au socialisme comme théorie, sauf comme un jardinier qui sélectionnerait parmi une masse d’herbes les plantes utiles, les cultivant, améliorant leur développement et les produisant pour l’admiration du monde90. »

  • 91  Keir Hardie, Karl Marx, The Man and His Message, London, The National Labour Press, 1910.

43Marx est un inspirateur parmi d’autres, et ses théories doivent être adaptées et transformées en fonction des impératifs du parti. C’est précisément en ce sens que Keir Hardie décrit l’apport de l’auteur du Capital, auteur qui donne pour lui une légitimité à l’approche réformiste défendue par les travaillistes91. Si le marxisme ne constitue pas un socle commun pour les socialistes britanniques à la veille de la Grande Guerre, il a toutefois réussi à devenir la principale instance de formation des grandes voix du Labour : Ramsay MacDonald milite dans la SDF entre 1884 et 1886, Keir Hardie participe au Congrès de la Seconde Internationale à Paris en 1889. Ni orthodoxes, ni hétérodoxes, mais plurielles et complexes, les interprétations anglaises de Marx ont ainsi pris leur part dans les évolutions politiques du mouvement socialiste outre-Manche.

44Les rythmes syncopés de la diffusion du marxisme en Grande-Bretagne permettent, en définitive, de rendre compte de son silence, en faisant place aux décalages des chronologies. Les idées formulées par Marx entrent en harmonie avec le présent de la classe ouvrière anglaise, mais en dissonance avec son avenir : le socialisme en Grande-Bretagne module ses revendications selon d’autres tonalités, et Marx fournit, mais trop tard, des clés d’explication dont le mouvement n’a plus besoin. Apparaît alors la première condition pour que le marxisme devienne le point de référence d’une contestation sociale et politique : il lui faut à la fois saisir la réalité d’une expérience et lui donner un sens qui faisait défaut jusque-là. L’interstice est donc étroit, et cette condition ne se trouve réalisée qu’en Allemagne où le marxisme obtient valeur d’actualité. L’industrialisation rapide de l’Empire après 1871 et la répression exercée par Bismarck contre le SPD après 1878 donnent corps aux analyses de Marx, et la rapidité de ces bouleversements leur permet de présenter au prolétariat allemand une interprétation qui lui fait défaut. Cette faille, en revanche, n’existe ni en France ni en Grande-Bretagne. Dans le premier cas, les catégories ouvrières restent en deçà du prolétariat exploité et mythifié de Marx, dont le discours devient prophétique. Dans le second, les ouvriers peuvent déjà organiser leurs expériences et leurs espérances sur d’autres voies, et celle dessinée par l’exilé devient historique. En France, il arrive trop tôt ; en Grande-Bretagne, il arrive trop tard.

45Cette explication n’est guère suffisante malgré tout. Le décalage entre la théorie et la réalité n’empêche pas le socialisme français d’avoir suivi le train marxiste, et d’avoir organisé son unité sur ses bases en 1905. Dans cette perspective, l’existence d’un parti qui se fait l’expression politique de la doctrine marxiste s’avère déterminante, et là se dessine une seconde spécificité britannique. Pour des raisons essentiellement stratégiques, le marxisme se trouve porté par deux partis rivaux, la SDF et la Socialist League,et partagé entre deux légitimités, celle de Hyndman et celle d’Engels. La concurrence, dans une large mesure, immobilise les efforts pour toucher les militants, et aucun des partis ne parvient jamais à mobiliser plus de quelques centaines d’adhérents. En France comme en Allemagne, en revanche, le marxisme se trouve porté par un parti cohérent (le Parti Ouvrier et le SPD), qui articule légitimité familiale et légitimité politique (les chefs du parti allemand comme Bebel ou Kautsky sont aussi des proches d’Engels, le Parti Ouvrier est dirigé par Guesde et le gendre de Marx, Paul Lafargue). Du coup, l’œuvre de Marx fait l’objet d’une interprétation commune, qui peut devenir le fondement d’un programme politique. Cette cohérence est rendue possible par la simultanéité entre la traduction et ses discussions. En Allemagne, la rivalité entre Marx et ses adversaires comme Lassalle s’appuie sur la mise à disposition des textes, sous la forme d’abrégés ou de commentaires fournis par Engels, dont l’Anti-Dühring est le plus important. En France, la lutte entre le Parti Ouvrier et les Possibilistes entre 1880 et 1890 s’appuie sur la traduction de textes fondamentaux, comme la brochure Socialisme utopique et socialisme scientifique adapté par Lafargue de l’Anti-Dühring en 1880. En Grande-Bretagne, en revanche, la chronologie des traductions est décalée par rapport à celle des discussions, entraînant deux effets : des lectures alternatives de Marx peuvent se développer sans être légitimées par une interprétation canonique fondée sur les versions autorisées ; celles-ci deviennent des armes dans des luttes internes au marxisme anglais. Le passage des textes n’est donc pas l’instrument d’une cohésion, mais d’une division du socialisme anglais. Ces décalages successifs permettent ainsi de nuancer la thèse de l’extériorité du marxisme en Grande-Bretagne, victime de la résistance de traditions locales : autant que les caractéristiques structurelles, les stratégies politiques des acteurs en présence doivent être prises en considération, dans une histoire qui restitue à la construction du marxisme en Europe son épaisseur historique.

Haut de page

Notes

1  John Raé, « The Socialism of Karl Marx and the Young Hegelians », Contemporary Review, vol. XL, October 1881, p. 585. Nous traduisons de l’anglais toutes les citations issues des sources ou des documents publiés.

2  Louis Althusser, Pour Marx, Paris, éditions La Découverte, 1996 (1965), p. 13-14.

3  Raymond Aron, Le marxisme de Marx, Paris, éditions de Fallois, 2002, p. 564.

4  Kostas Papaioannou, Marx et les marxistes, Paris, Gallimard, 2001.

5  Leszek Kolakowski, Main Currents of Marxism, New York, Norton, 2005, p. 365.

6  Chushichi Tzuzuki, H. M. Hyndman and British Socialism, Oxford, Oxford University Press, 1961.

7  Martin Crick, The History of the Social Democratic Federation, Keele, Ryburn Publishing Keele University Press, 1994 ; Mark Bevir, « Republicanism, Socialism and Democracy in Britain : The Origins of the Radical Left », Journal of Social History, vol. 34, n° 2, Winter 2000, p. 351-368.

8  Stanley Pierson, Marxism and the Origins of British Socialism. The Struggle for a New Consciousness, Ithaca, Cornell University Press, 1973.

9  Gregory Claeys, Citizens and Saints : Politics and Anti-Politics in early British Socialism, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

10  Par exemple, Jonathan Mendilow, « Carlyle, Marx and the ILP : Alternative Routes to Socialism », Polity, vol. 17, n° 2, Winter 1984, p. 225-247 ; Gareth Stedman Jones, « Notes on Karl Marx and the English Labour Movement », History Workshop, n° 18, Autumn 1984, p. 124-137 ; Mark Bevir, « The Labour Church Movement, 1891-1902 », The Journal of British Studies, vol. 38, n° 2, April 1999, p. 217-245.

11  Robert Stuart, Marxism at Work : Ideology, Class and French Socialism during the Third Republic, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

12  Karl Marx, Le Capital, livre I, préface de la première édition (1867), dans Karl Marx, Œuvres, tome I, édition établie et annotée par Maximilien Rubel, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, p. 548.

13  Karl Marx, Le Capital, op. cit., p. 833.

14  Karl Marx, « Les élections en Angleterre. Tories et Whigs » (New York Daily Tribune, 21 août 1852), Chroniques anglaises, dans Karl Marx, Œuvres, tome IV, édition établie et annotée par Maximilien Rubel, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, p. 680.

15  Ibidem, p. 682.

16  Karl Marx, « Les chartistes » (New York Daily Tribune, 25 août 1852), Chroniques anglaises, dans Karl Marx, Œuvres, tome IV, op. cit., p. 685-686.

17  Ibidem, p. 687.

18  Ibidem, p. 688.

19  Norman McCord and Bill Purdue, British History, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 181-189.

20  Tristram Hunt, Engels, le gentleman révolutionnaire, Paris, Flammarion, 2009, p. 262-267.

21  G.D.H. Cole and Raymond Postgate, The Common People, 1746-1946, London, Methuen & Co, 1961, p. 367.

22  Henry Collins and Chimen Abramsky, Karl Marx and the British Labour Movement. Years of the First International, London, MacMillan & Co, 1965, p. 31-34.

23  Karl Marx, Adresse inaugurale et Statuts de l’Association Internationale des Travailleurs, dans Karl Marx, Œuvres, tome I, op. cit., p. 463.

24  Ibidem, p. 465-466.

25  Gareth Stedman Jones, « Some Notes on Karl Marx and the English Labour Movement », art. cit., p. 128-129.

26  Henry Collins and Chimen Abramsky, op. cit., p. 95.

27  Kirk Willis, « The Introduction and Critical Reception of Marxist Thought in Britain, 1850-1900 », The Historical Journal, vol. 20, n° 2, juin 1977, p. 424.

28  Cette méconnaissance est encore renforcée par les évolutions scientifiques de l’économie politique en Grande-Bretagne, qui franchissent les cadres des classiques pour adopter ceux des marginalistes comme Jevons. Marx, qui se pose comme le critique de Smith ou de Ricardo, se trouve disqualifié avant même d’être traduit, puisqu’il raisonne selon des principes qui ne sont plus admis par les économistes anglais. John W. Mason, « Political Economy and the Response to Socialism in Britain, 1870-1914 », The Historical Journal, vol. 23, n° 3, septembre 1980, p. 565-587.

29  M. Hyndman, The Record of an Adventurous Life, New York, Macmillan, 1911, p. 249-250.

30  Krik Willis, « The Introduction and Critical Reception of Marxist Thought in Britain, 1850-1900 », art. cit., p. 425.

31  Une liste non exhaustive est établie par Kirk Willis, ibidem, p. 426, note 40.

32  John Ruskin, Unto This Last and Other Essays on Art and Political Economy, London, J.M. Dent & Sons, 1907, p. 110.

33  George Bernard Shaw, Ruskin’s Politics, London, The Ruskin Centenary Council, 1921, p. 8-9.

34  John Stuart Mill, Principles of Political Economy (1848), Oxford, Oxford University Press, 1994, p. 25.

35  John Stuart Mill, « Chapters on Socialism » (1879), in Principles of Political Economy, op. cit., p. 403.

36  Stephen Yeo, « The Religion of Socialism in Britain, 1883-1896 », History Workshop, n° 4 (Autumn 1977), p. 5-56.

37  Beatrice Webb, My Apprenticeship, Harmondsworth, Penguin, 1938, p. 154.

38  Norman Dennis and A.H. Halsey, English Ethical Socialism, Oxford, Clarendon Press, 1988.

39  Stanley Pierson, Marxism and the Origins of British Socialism, op. cit., p. 53-54.

40  Chushishi Tsuzuki, H.M. Hyndman and British Socialism, op. cit., p. 32.

41  Ibidem, p. 33.

42  H. M. Hyndman, England for All, London, Gilbert & Rivington, 1881, p. 32.

43  Ibidem, p. 5.

44  H. H. Champion avait lu Marx, de même qu’Ernest Belfort Bax qui avait publié un compte rendu du Capital dans la revue Modern Thought en décembre 1881. L’adhésion de Eleanor Marx et d’Edward Aveling renforce l’inspiration marxiste de l’organisation. Certains nouveaux adhérents sont issus de la classe ouvrière, comme Harry Quelch, John Burns, James MacDonald et d’autres. Andreas Scheu, émigré d’origine autrichienne, qui contribue à structurer les mouvements ouvriers au nord du pays, ainsi que William Morris, disciple de Carlyle et Ruskin, adhèrent à cette période, dans Chushishi Tsuzuki, H.M. Hyndman and British Socialism, op. cit., p. 50-51.

45  Socialism Made Plain. Being the Social and Political Manifesto of the Social-Democratic Federation, London, W. Reeves, 1883, p. 5.

46  Will Socialism Benefit the English People ? Verbatim Report of a Debate Between H.M. Hyndman and Charles Bradlaugh, London, Freethought Publishing Company, 1884, p. 5.

47  Ibidem, p. 15.

48  Ibidem, p. 39.

49  La SDF compte alors quelque 500 adhérents dans Chushishi Tsuzuki, H.M. Hyndman and British Socialism, op. cit., p. 284.

50  Mark Bevir, « Republicanism, Socialism and Democracy in Britain : The Origins of the Radical Left », art. cit.

51  La vision idéalisée du Moyen Âge est présente dans beaucoup des ouvrages publiés par la SDF à l’époque : Henry M. Hyndman, The Historical Basis of Socialism in England, London, Kegan Paul, 1883, p. 1-22 ; Henry M. Hyndman and William Morris, A Summary of the Principles of Socialism, London, The Modern Press, 1884, p. 13-19 ; Ernest Belfort Bax, Address to Trades’Unions, London, Socialist League Office, 1885, p. 6.

52  H. M. Hyndman, The Historical Basis of Socialism in England, op. cit., p. 477.

53  Ernest B. Bax, Reminiscences and Reflexions of a Mid and Late Victorian, London, George Allen & Unwin, 1918, p. 79.

54  The Manifesto of the Socialist League, London, The Socialist League, 1885, p. 3.

55  Ibidem, p. 5.

56  To Socialists, London, The Socialist League, 13 janvier 1885, p. 1.

57  En novembre 1885, Hyndman et Champion auraient accepté le financement de la campagne de deux candidats, pour empêcher le succès des libéraux. L’affaire, révélée dans le Pall Mall Gazette le 4 décembre 1885, contribue à séparer la SDF de la Société fabienne dans Chushichi Tsuzuki, H. M. Hyndman and British Socialism, op. cit., p. 70-72.

58  Fabian Rules, 1886-1887, LSE Archives, Fabian Society Papers, C52/1.

59  Edward Pease, The History of the Fabian Society, London, A.C. Fifield, 1916, p. 38.

60  « To Our Readers », To-Day. The Monthly Magazine of Scientific Socialism, vol. 1, n° 1, janvier 1884, p. 1.

61  Sidney Webb, Rent, Interest and Wages, 1886, LSE Archives, Passfield Papers, VII/4, f.18.

62 Beatrice Webb, The Economic Theory of Karl Marx, 1887, LSE Archives, Passfield Papers, VII/5.

63  George Bernard Shaw, « Who is the Thief ?», Justice, 15 mars 1884, n° 9, vol. I.

64  The True Radical Programme, Fabian Tract n° 6, London, 1887, p. 10.

65  Fabian Essays in Socialism, London, The Fabian Society, 1889, p. 31.

66  Ibidem, p. 109.

67  L’édition de référence du Capital, pour les lecteurs anglais, est la traduction française de Le Roy, lue par Hyndman comme par H. H. Champion ou Sidney Webb.

68  H. M. Hyndman, England for All, op. cit., p. VI.

69  Dans H. M. Hyndman, The Historical Basis of Socialism in England, op. cit., p. VIII.

70  Lettre de Marx à Sorge, 15 décembre 1881, dans Marx/Engels Collected Works (MECW), London, Lawrence & Wishart, vol. 46, 1992, p. 161-164.

71  Lettre de Engels à Bebel, 30 août 1883, in MECW, op. cit., vol. 47, 1995, p. 53.

72  H. M. Hyndman, The Record of an Adventurous Life, op. cit., p. 256.

73  Lettre de Engels à Bebel, 28 octobre 1885, in MECW, op. cit., vol. 47, p. 344.

74  Lettre de Engels à Sorge, 16 septembre 1886, in MECW, op. cit., vol. 47, p. 492.

75  Lettre de Engels à Sorge, 18 janvier 1893, in MECW, op. cit., vol. 50, 2004, p. 83.

76  Ibidem.

77  Et l’ILP, comme le Labour, fondé entre 1900 et 1906, refuse de se déclarer socialiste. Ce n’est qu’à l’issue de la Première Guerre mondiale, et sous la direction de la Société fabienne, que le travaillisme britannique revendique cette étiquette.

78  Lettre de Engels à Bebel, 18 août 1886, dans MECW, op. cit., vol. 47, p. 471.

79  Friedrich Engels, Préface à Karl Marx, Capital. À Critic of Political Economy, New York, The Modern Library, 1906, p. 28.

80  Lettre de Engels à Laura Lafargue, 28 avril 1886, dans MECW, op. cit., vol. 47, p. 436.

81  Terrell Carver, Engels, Oxford, Oxford University Press, 1981 et Terrell Carver, Friedrich Engels. His Life and Thought, London, Macmillan, 1989.

82  Friedrich Engels, Préface à Karl Marx, Capital, op. cit, p. 32.

83  Friedrich Engels, Socialism, Utopian and Scientific, traduit par E. Aveling, London Swan Sonnenschein, 1892, p. IX.

84  Ibidem, p. X-XIII.

85  Edward Aveling, The Students’Marx. An Introduction to the Study of Karl Marx’s Capital, London, Swan Sonnenschein, 1892.

86  La liste doit être complétée par la traduction de La guerre civile en France par Bax en 1900.

87  Justice, 6 mars 1897, p. 3.

88  Edward Aveling, The Students’Marx, op. cit., p. IX.

89  Stanley Pierson, « Ernest Belfort Bax : 1854-1926. The Encounter of Marxism and Late Victorian Culture », The Journal of British Studies, vol. 12, n° 1, novembre 1972, p. 39-60 ; Mark Bevir, « Ernest Belfort Bax : Marxist, Idealist, and Positivist », Journal of the History of Ideas, vol. 54, n° 1, janvier 1993, p. 119-135.

90  James Ramsay MacDonald, The Socialist Movement, New York, H. Holt & Company, 1911, p. 220.

91  Keir Hardie, Karl Marx, The Man and His Message, London, The National Labour Press, 1910.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Jousse, « Chronique d’un non-lieu: le marxisme en Grande-Bretagne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 114 | 2011, 73-97.

Référence électronique

Emmanuel Jousse, « Chronique d’un non-lieu: le marxisme en Grande-Bretagne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2224

Haut de page

Auteur

Emmanuel Jousse

Institut d’études Politiques de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page