Navigation – Plan du site
DOSSIER

La réception du marxisme par le socialisme espagnol

Vulgarisation et continuité des cultures ouvrières anti-autoritaires
Michel Ralle
p. 51-71

Résumé

Il s’agit de rendre compte du contraste entre la précocité des contacts du socialisme espagnol avec le courant marxiste, et en particulier avec Lafargue puis avec le guesdisme en formation, et la maigreur persistante, au moins jusqu’au premier conflit mondial, de la réflexion sur les thèmes centraux du marxisme dont le parti ouvrier espagnol est, à quelques exceptions passagères près, la seule instance de diffusion. L’apparente raideur de sa reproduction de la thématique des vulgates marxistes a ainsi beaucoup à voir avec la culture politique qui s’est élaborée dans les milieux ouvriers espagnols à partir de la mise en place d’une fédération de l’AIT dont les schémas donnent la priorité à la défense d’une identité purement sociale.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Espagne

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  PSO, utilisé par commodité. Dans la période évoquée ici, le parti ouvrier espagnol n’est pas encor (...)
  • 2  à l’exception de Pedro Ribas, qui a reconstitué la chronologie des principales traductions espagno (...)

1La réception et la diffusion du marxisme en Espagne n’ont pas beaucoup retenu l’attention des historiens des idées ni de ceux du mouvement ouvrier. Ils les ont présentées le plus souvent comme un processus simple qui, faute d’échos intellectuels, n’affectait que le champ politique à travers l’activité du parti socialiste ouvrier (PSO)1. Selon eux, c’est avec la thématique élaborée par le guesdisme que le petit groupe qui fonde le parti, en 1879, aurait élaboré l’identité politique qu’il tentait d’insérer entre l’impact populaire du mouvement républicain – notamment dans sa forme fédéraliste – et la position dominante du courant libertaire dans les secteurs ouvriers organisés. Cette variante du socialisme français n’était pas inattendue puisqu’elle avait été précédée par le passage en Espagne de Paul Lafargue. Réfugié avec Laura Marx, après la Commune, il y avait organisé la défense du Conseil général face aux sympathies bakouninistes de la fédération espagnole de l’AIT, et la plupart de ceux qui avaient collaboré avec lui avaient pris part ensuite à la fondation du socialisme espagnol. Pour l’historiographie qui donne cette explication, proche du schéma, souvent utilisé, de la « rencontre » entre une « base sociale » et une « idéologie révolutionnaire », les conséquences politiques du contact avec des sources marxistes, la formation d’un parti ouvrier, étaient plus importantes que les modalités de l’appréhension des textes du marxisme en Espagne. On en a peu discuté depuis une trentaine d’années, car l’intérêt pour l’histoire politique du mouvement ouvrier espagnol a nettement décru. La question de la réception du marxisme en Espagne a été parmi les plus affectées2.

  • 3  Souligné par Tuñón de Lara Manuel, El movimiento obrero en la historia de España, Madrid, ed. Taur (...)

2Considérer décisive la référence guesdiste dans la formation de l’identité politique du socialisme espagnol – orientations ouvriéristes, mépris des réformes, réduction de l’action politique à la défense de l’organisation, schématisme des analyses économiques, indifférence à l’égard des spécificités nationales, absence de préoccupations d’ordre théorique, etc.3–, c’est admettre que les modèles idéologiques jouent un rôle essentiel. Mais n’est-ce pas négliger en même temps la part des cultures sociales et politiques du contexte espagnol dans la formation du parti socialiste ? Les mises en forme de la défense économique, les modèles d’organisation, les rapports avec le patronat et avec l’État, ainsi que leurs images dans le mouvement ouvrier espagnol, ont pu également peser sur la réception des références marxistes qui a difficilement pu n’être que la simple adaptation d’un projet. Et celui-ci est-il aussi homogène et aussi délimité que ne le suggère son statut de courant du socialisme français ?

  • 4  Andreucci Franco, « La diffusione e la volgarizzazions del marxismo », dans Storia del marxismo, T (...)
  • 5  Friedrich Engels, Paul et Laura Lafargue, Correspondance, Paris, éd. sociales, 1956-1959, 3. vols. (...)

3Faut-il ajouter que les références moins écrites et plus concrètes occupent un champ important en Espagne, où est parvenu seulement un nombre modeste de textes venus du socialisme international ? Des historiens ont signalé que le « marxisme collectif » est une forme réelle, mais plus difficile à connaître, du rapport au marxisme4. Lorsque l’identification au guesdisme, dans les années 1880, a pu intervenir, les collectifs ouvriers espagnols avaient déjà constitué, en 1870, une fédération de l’AIT. Et certains de ses thèmes les plus visibles – parmi lesquels l’exaltation de l’organisation – ont eu, comme on le verra, une assez longue existence. Ils avaient pris forme avant l’arrivée de Lafargue qui, d’ailleurs, a hésité au début sur leur sens5. Une interprétation de la lecture du marxisme par le PSO devrait donc tenir davantage compte des rapports de son projet initial, mais déjà stabilisé, avec les modèles les plus apparents du mouvement ouvrier espagnol. C’est surtout de cette relation avec des références apparues avant l’émergence du guesdisme qu’il sera question dans cette rapide évocation. Plus que la thèse d’une réception privilégiée du guesdisme, et malgré les liens que les socialistes espagnols ont eu avec lui, elle semble rendre compte, et de la chronologie des rapports du socialisme espagnol avec les propositions issues du courant marxiste, et de certaines de ses élaborations, parfois surprenantes. La période abordée ici, qui va jusqu’aux premières années du xxe siècle, est celle où le parti refuse toute alliance avec le courant républicain et disqualifie les tentatives de démocratisation des institutions.

Le seul espace où il soit question de Marx

  • 6  C’est le cas de la traduction d’extraits du Capital par un journal républicain de Alicante, La Rep (...)
  • 7  Cf. Pedro Ribas, La introducción, op. cit., qui en présente la bibliographie.
  • 8  Il est vrai que la tentation de la polémique avait été assumée par quelques exemples prestigieux, (...)

4Le rôle du guesdisme dans les orientations du socialisme espagnol a été d’autant mieux admis que celui-ci était le seul espace idéologique et, plus encore, politique où Marx constituait une référence, les quelques traductions publiées ailleurs n’ayant pas laissé de traces d’une réception6. Pour autant, les publications du parti (quelques textes de Marx, d’Engels, des traductions de brochures guesdistes ou d’ouvrages moins directement politiques, mais remarqués au-delà des cercles militants, comme le livre de Bebel sur la femme ou ceux de Ferri7), sont accueillies de manière superficielle : elles n’ont pratiquement pas ouvert de réflexion intellectuelle sur les références qui le distinguaient des autres options du mouvement ouvrier. Les catégories nouvelles qui, dans les socialismes européens, justifient la rupture de la classe ouvrière ou qui décrivent la formation et l’évolution de l’exploitation capitaliste, n’ont pas remplacé la plupart des notions morales présentes dans le langage « anti-autoritaire » de la fédération espagnole de l’AIT, dont il va donc falloir parler. Ni la presse ni les brochures du parti socialiste n’ont tenu un autre langage que celui de la propagande qu’il donnait à entendre dans ses meetings. Alors que les occurrences politiques issues du marxisme essayent de lier le mouvement de défense sociale des ouvriers avec l’analyse du système de domination économique et politique du capitalisme dans son cadre national, les modalités de sa mise en œuvre en Espagne ont été d’abord voilées par des considérations générales sur le caractère insupportable de l’injustice sociale. Ainsi la critique du courant anarchiste a-t-elle été surtout polémique8.

  • 9  Ribas Pedro, Aproximación…, p. 32.
  • 10  Iglesias, dans El Socialista, 5-VII-1889.

5Pour les socialistes espagnols, dont la modestie des effectifs empêche assez longtemps une présence publique réelle, le statut reconnu à Marx – celui d’avoir fondé scientifiquement le projet de révolution socialiste le plus partagé dans le monde – est d’abord le moyen de revendiquer la légitimité d’en être le seul intermédiaire autorisé. L’augmentation progressive de leur visibilité à partir de 1886 ne modifie pas cette façon de l’utiliser : les argumentaires de El Socialista et les propos des responsables n’ont pratiquement pas recours aux quelques textes, de Marx ou d’Engels, déjà traduits9. Ils n’essaient pas d’évaluer la réalité économique et sociale espagnole autrement que par l’opposition binaire entre capitalistes et prolétaires qui justifie une révolution sociale immédiate – ou, du moins, sans phases différenciées. Les vieilles classes et les catégories moyennes traditionnelles y sont déjà très nettement affaiblies, voire détruites, par la bourgeoisie moderne10, ce qui répond donc également à la question de la place des professions intellectuelles, les « prolétaires en redingote », dans la préparation de la révolution socialiste. Il ne leur est pas laissé d’autre voie que de s’aligner sur les organisations des prolétaires.

  • 11  Par exemple, Fernando Garrido, La república federalista democrática universal, Madrid, 1854.
  • 12  Friedrich Engels, Paul et Laura Lafargue, Correspondance…, t. III, p. 441.
  • 13  Pi i Margall a traduit plusieurs ouvrages de Proudhon : cinq entre 1868 et 1870.

6Cette réception de Marx est une manière d’en confisquer l’usage et elle n’a pu que contribuer assez longtemps à dissuader les intellectuels, en particulier républicains, de s’intéresser à ses travaux. Même les esprits plus curieux ont d’abord perçu le marxisme comme un instrument de justification, extrêmement rigide, du refus du parti socialiste de prendre part aux tentatives de démocratiser le système politique. Il renforçait celui des libertaires et il affectait les valeurs centrales, rationalité et morale, du projet républicain dont le régime de la Restauration soulignait avec constance l’échec en 1873. L’agressivité des socialistes à l’égard des débats sur la forme de l’État, qui constituent de l’identité républicaine – les propositions fédéralistes en sont la forme la plus visible –, peut même apparaître comme plus exacerbée que celle des anarchistes, dont le projet de reconstruction de la société à partir des unités sociales de base, communautés municipales ou de travail, est un écho de l’édifice fédéraliste11. La connaissance des propositions fédératives de Proudhon, dont Lafargue constate à son arrivée qu’il « fait des ravages considérables » en Espagne12, est venue, d’ailleurs, dans les années 186013, à travers cette version du républicanisme qui entretient parfois, notamment en Catalogne, des relations informelles avec des personnalités de l’anarchisme.

  • 14  Claude Willard, Les guesdistes. Le mouvement socialiste en France (1893-1905), Paris, éd. Sociales (...)
  • 15  Notamment, El partido socialista obrero en 1918 et Pablo Iglesias Posse, educador de muchedumbres (...)
  • 16  Max Nettlau, Documentos inéditos sobre la Internacional y la Alianza en España, Buenos Aires, ed. (...)

7C’est la raideur si manifeste du socialisme espagnol qui a incité à l’attribuer tout entière à l’influence guesdiste. La parution, en 1965, de la thèse de Claude Willard a offert des instruments qui semblaient décisifs pour rendre compte de manière plus articulée de la formation et de la culture politique du socialisme espagnol14. Les contacts initiaux avec un certain nombre de personnalités liées plus tard à cette variante du socialisme français, à commencer par Lafargue, pouvaient donc bien apparaître comme le point de départ d’une voie unique. Les récits d’un typographe, devenu journaliste, Morato, déjà historien militant de l’histoire du socialisme espagnol du temps d’Iglesias, avaient déjà insisté sur l’influence de ces rencontres dans l’élaboration du socialisme espagnol15. Dans l’histoire anarchiste, Nettlau en avait fait autant avec érudition16. Il est vrai que, parmi les nouvelles du socialisme international données par El Socialista (le titre est une simple reprise de Le Socialiste qui paraît un an avant), les plus abondantes concernent cette variante du socialisme français. Ainsi les historiens ont-ils plutôt commencé par répertorier des thèmes idéologiques sans essayer de repérer, dans une démarche comparative, les cultures sociales et politiques dans lesquelles intervenaient chacun de ces deux socialismes. Mais le guesdisme ne s’adresse-t-il pas autant aux citoyens qu’aux prolétaires, alors que ceux-ci sont les uniques destinataires des socialistes espagnols ?

Une élaboration politique plus ancienne

  • 17  Très présent dans les textes sur les origines du Parti ouvrier français édités par Claude Willard, (...)

8L’apparente évidence de ce lien a donc estompé la portée éventuelle des « premiers » contacts, de 1871 à 1873, avec la référence marxiste, sur la lecture de ses vulgarisations par le socialisme espagnol. Attribuer au guesdisme l’essentiel des orientations du PSO laisse dans l’ombre quelques questions, à commencer celle de la chronologie. Les fondateurs du parti socialiste espagnol pouvaient difficilement avoir découvert subitement une version déjà aboutie et fixée du socialisme – avec le programme de 1880 de Guesde ? – alors que leur parti avait vu formellement le jour le 2 mai de l’année précédente. Par contre, Mesa, installé en France depuis 1874, avait participé à la mise en place du parti ouvrier français. Il restait en relation avec l’Espagne où, après le départ de Lafargue, il avait été le correspondant d’Engels au moment de la proclamation du régime républicain en février 1873. Si son apport au POF est difficile à cerner – il est incontestable selon Claude Willard17–, l’histoire des influences subies par le socialisme espagnol aurait donc eu plus d’un épisode.

  • 18  Dernier numéro en avril 1873. Avant la rupture ouverte en juin 1872, La Emancipación maintient la (...)

9Mesa est le responsable, et le principal rédacteur du journal La Emancipación qui, jusqu’en avril 1873, diffuse, avec l’aide financière et les conseils d’Engels, l’orientation du Conseil généralau moment de l’affrontement aigu avec les bakouninistes, Lafargue quittant le pays à l’été 1872. Ces contacts sont d’autant moins négligeables qu’à l’orientation du journal – qui a donné lieu à la correspondance bien connue de Engels avec Lafargue – s’ajoute une activité de diffusion des textes du courant marxiste, plus effective que celle de El Socialista qui paraît pourtant dans de meilleures conditions18.

10L’importance de cet épisode est doublement paradoxale. Il est accompagné par la diffusion de textes du courant marxiste, mais, et c’est ce qui semble le plus significatif, la logique antipolitique élaborée par la fédération espagnole de l’AIT dans ses premières grandes réunions (Barcelone en 1870 et Valence en 1871) a un grand poids sur les initiatives et les discours du petit groupe qui a apparemment rallié les thèses marxistes. Les inflexions significatives qu’on y repère affectent des thèmes non négligeables de l’identité socialiste et elles sont encore visibles dans les années où la présence politique du PSO est devenue régulière, avec la parution hebdomadaire de El Socialista,en 1886. Il y a donc eu continuité d’une appréhension particulière de la référence à Marx et elle ne semble explicable que par la capacité de résistance des schémas « anti-autoritaires » dans la culture politique ouvrière dont participe, au bout du compte, le premier noyau marxiste espagnol.

La première lecture du projet marxiste

  • 19  Décrit avec précision par Jean-Louis Guereña, « La Emancipación (1871-1873) »,thèse de 3e cycle so (...)
  • 20  Souci encore exprimé en 1891 par Mesa dans une lettre à Engels : « La phraséologie proudhonienne a (...)

11On va donc trouver dans La Emancipación une partie des textes les plus diffusés du courant marxiste : des documents divers du Conseil général, La Guerre civile en France (sans la signature de Marx), le Manifeste communiste (presque complet) publié en feuilleton, et quelques extraits de Misère de la philosophie et du Capital, dont le journal indique comment acquérir l’édition française. Il faut y ajouter plusieurs adresses ou articles d’Engels. Tout n’a pas été lisible. Ainsi quelques passages de Misère de la philosophie et du Capital sont peu compréhensibles à cause de traductions approximatives ou de légèretés typographiques19. L’intention du groupe de fonder plus solidement ses références ne fait pas de doute. Ainsi Mesa, qui demande à plusieurs reprises à Engels d’autres textes, s’est mis d’accord avec Lafargue pour publier une traduction de Misère de la philosophie parce que l’ouvrage met en cause les racines proudhoniennes de l’anarchisme. Il n’y parviendra qu’une vingtaine d’années plus tard. Il est significatif que, à cette date, El Socialista ne l’ait pas beaucoup commenté20.

  • 21  Der Volkstaat, 1-III-1873. Traduction dans Freymond, t. III, p. 365-369.

12Le modèle d’organisation ouvrière – une fédération solidaire de résistance – demeure cependant semblable à celui, initial, de la fédération espagnole de l’AIT. C’est surtout, comme on le verra, le souci de se l’approprier qui est nouveau. Le discours sur le rapport à la politique ne change pas non plus. Lors de l’interruption de La Emancipación, par manque de moyens, au printemps 1873, les positions sont déjà figées et elles demeurent presque autant en décalage avec le lien défendu par les marxistes entre défense sociale et intervention politique qu’avait pu le constater Lafargue à son arrivée. La perspective du départ du roi Amédée Ier rend possible un régime républicain, que les fédéralistes évoquent avec des accents égalitaires, et Engels publie aussitôt des textes connus qui insistent sur les possibilités qui s’offrent aux ouvriers organisés21. Mais Mesa demeure réticent sur le point central du rapport avec les nouvelles institutions et avec les débats dont elles sont le cadre. Alors que, pour le premier, un parti ouvrier, qu’il est urgent de fonder, doit intervenir dans les affrontements politiques, pour le second, et plus encore sans doute pour ses partenaires – membres exclus de la Fédération espagnole par la majorité anti-autoritaire –, il faut non seulement continuer à refuser toute collaboration avec les diverses composantes du républicanisme mais encore toute intervention dans le champ habituel de la politique.

Autonomie ou isolement ?

13Cette divergence justifie que l’on s’attarde sur la manière dont, dans les initiatives et dans les discours du premier groupe marxisant espagnol, deux perspectives convergentes dessinent un contournement de l’intervention politique semblable à celui mis en œuvre par la fédération espagnole de l’AIT. Celle-ci l’avait effacée par la priorité donnée à l’organisation et par la dénonciation systématique du caractère bourgeois de tout ce qui a rapport à l’État.

  • 22  Cf la réponse de Guesde à ceux qui veulent boycotter les pouvoirs publics à l’occasion du Premier (...)
  • 23  Ainsi La Solidaridad (Madrid, 15-I-1870) : « [...] le peuple n’a pas d’éducation scientifique mais (...)

14La première se traduit par l’appel constant à veiller sur sa croissance et sur sa protection et, plus encore, par une exaltation constante de la fonction associative qui aboutit à en faire une fin en soi. Elle est centrale dans ce qu’on peut considérer comme une culture politique, durable et largement diffuse, et qui n’est donc pas la reproduction du guesdisme, celui-ci repoussant explicitement certains thèmes antipolitiques22. Manière aussi d’insister sur le caractère irréductible de la spécificité ouvrière, elle rend suspectes les préoccupations d’ordre théorique23.

  • 24  La Emancipación, 16-V-1872.

15Fortement affichée, l’idéalisation de l’association est assez facile à suivre : elle est beaucoup plus qu’un souci fonctionnel de défense de l’organisation dans un contexte où l’autoritarisme du pouvoir est ressenti comme une menace constante à l’égard de l’action de la classe ouvrière. Le projet d’organisation que met en place la « fédération régionale espagnole » – la mention « nationale » serait bourgeoise – est, en fait, la première manifestation globale de la place absolument prioritaire que doit tenir l’association ouvrière. Lors d’une conférence tenue à Valence, un an après le congrès de Barcelone de juillet 1870, les délégués adoptent le projet d’une caisse de grève universelle, dont la capacité d’accumulation des cotisations permettrait de gagner les conflits et, donc, d’affaiblir le capital jusqu’à pouvoir le vaincre. Le fonctionnement harmonieux de cette fédération de résistance se donne en même temps comme une manière d’installer dans le présent la société du futur. Les propos sont nombreux sur ce point. L’association de défense, « terrain d’action propre […] fermé par sa nature à toute invasion de la classe ennemie » participe de la transformation de l’Internationale, « organisation des travailleurs aujourd’hui, organisation du travail pour demain24 ».

  • 25  Lorenzo Anselmo, El proletariado militante, (rééd. 1974), Madrid, ed. Zero, p.175-181.
  • 26  Jacques Freymond (dir.), La Première Internationale. Recueil de documents, Genève, IUHEI, 1962-197 (...)
  • 27  Jacques Freymond (dir.), La Première Internationale…, t. II, p. 178.

16C’est ce projet qu’emporte en 1871, Anselmo Lorenzo, délégué à la Conférence de Londres. Le récit de son passage chez Marx, qui lui récite du Calderón, et de la magnifique impression que lui fait sa plus jeune fille, moderne et cultivée, est un des passages les plus connus de l’histoire du mouvement ouvrier espagnol25. Un ordre serait introduit dans le déclenchement des grèves, en subordonnant leurs déclarations à l’existence de fonds26, et la lutte du prolétariat s’unifierait dans le monde entier. Ancien républicain, franc-maçon et pas encore formellement bakouniniste, il espère, à l’image du modèle élaboré, que la question politique sera mise entre parenthèses par une convergence sur le terrain économique. Le projet est vite repoussé, même par la sensibilité libertaire pour qui il risquerait d’entraver le potentiel de spontanéité des collectifs ouvriers. Le sentiment le plus général est donné par le délégué anglais, Mottershead, qui le trouve en contradiction avec la conscience des ouvriers : « [ils] ont un droit inaliénable, celui de se révolter […] ils sentent et jugent mieux que le Conseil Fédéral la nécessité de faire grève […] ce conseil serait impuissant à les empêcher, il ne serait pas souvent d’avis d’entrer en lutte afin de garder son encaisse27 ».

17Cette pratique idéale de la solidarité, partagée dans un premier temps par l’ensemble des composantes, pas encore différenciées, de la fédération espagnole, est bien une alternative au recours à la politique, au moins dans les situations de conflits. Puisque dans la vie de la société, l’antagonisme le plus fondamental oppose « capital » et « travail », il ne peut être résolu qu’en commençant par la réorganisation des relations sociales, laquelle implique la disparition de l’État, remplacé, de fait, par la fédération des associations

  • 28  Déposés ainsi que les procès-verbaux de la direction de la fédération espagnole à la Biblioteca Ar (...)
  • 29  La Federación, Barcelone, 18-IX-1871.

18L’histoire de la « caisse de résistance » en Espagne ne s’arrête pas à ce projet. Elle est mise réellement en place par la FRE. Quand elle semble prête à fonctionner de manière concrète, avec un comité qui établit des relations formelles avec les sections, elle est confrontée à une intensification du mouvement des grèves. L’abondante correspondance que la direction entretient avec ses sections – les copies de ses réponses occupent plusieurs registres28– montre la dimension des difficultés rencontrées. La multiplication des sollicitations réduit vite la fédération à l’impuissance et la contraint à demander instamment aux sections, de métier le plus souvent, de respecter scrupuleusement, sous peine de perdre leurs droits à des secours, les procédures préparatoires avant de déclarer une grève : avoir des réserves, avoir cotisé avec régularité, s’assurer qu’il n’y a pas de « crise de travail » dans le métier et que la fédération nationale n’a pas à aider trop de grévistes. Comme le prévoyait Mottershead, le niveau des réserves devient l’argument le plus dissuasif : « Ainsi le conseil fédéral […] donnera son accord aux arrêts de travail dont il peut assurer la victoire compte tenu de l’état économique de la fédération29. »

  • 30  Seco Serrano Carlos et Martínez de Sas Maria Teresa, Cartas…, t. IV, 5-V-1873.

19La direction finit par regretter « la tentation inconsidérée de se mettre en grève sans accomplir les travaux préparatoires qui permettraient de les gagner30 ».

Une culture politique ouvrière durable

  • 31  Il attribue alors « les prétentions scientifiques » de cette organisation « à laquelle il manquait (...)
  • 32  Acracia, mai 1888, p. 620-624, édition fac-similé, Barcelone, Leteradura, 1978.

20Seuls quelques anarchistes plus « politiques » ont critiqué ce système. Ce n’est que près de vingt ans plus tard que le courant libertaire s’en débarrasse définitivement. Lorenzo, dans ses Mémoires publiées au début du xxe siècle, insiste sur ses tendances bureaucratiques31. Entre-temps, c’est à partir de ce modèle qu’est reconstruite, en 1881 avec la possibilité de reprendre une vie publique, une fédération nationale, laquelle accepte une relative identification à la référence anarchiste. En 1888 s’impose enfin la proposition, plus libertaire, de transformer chaque tension sur le lieu de travail en affrontement susceptible d’avancer, par exemple et contagion, sur le chemin de la révolution sociale32.

  • 33  La Emancipación, entre le 3-VIII-1872 et le 7-IX-1872.

21Cette résistance parmi les secteurs libertaires est déjà surprenante. Elle ne l’est pas moins chez les socialistes où ce modèle devient un signe d’identité de la fédération syndicale, l’UGT, que le parti fonde en 1888 pour augmenter ses contacts avec les salariés. Elle le conservera, avec pragmatisme, au moins comme référence jusqu’à la Deuxième République en y englobant parfois le secours mutuel qui pouvait procurer des moyens supplémentaires. Dans son vocabulaire, « grève réglementaire », c’est-à-dire reconnue par l’UGT, est apparue assez tôt et y a persisté (la « grève scientifique » de la FRE a disparu, par contre, du courant anarchiste). Défendre le modèle de solidarité initial, lorsque certains anti-autoritaires commençaient à avoir quelques réticences, à partir de 1873, était compréhensible dans le cas du groupe marxiste, isolé, qui pouvait ainsi apparaître comme le plus soucieux de conserver les acquis de la fédération espagnole de l’AIT. De fait, après la rupture, La Emancipación semble prise d’une frénésie de propositions d’organisations (fédérations, sections, union de métiers pour préparer les grèves, etc.)33. Mais, dans les années 1880, socialistes et libertaires se disputaient bien plus que l’héritage de la fédération espagnole de l’AIT. Leurs motivations relevaient bien de la présence d’une culture où les schémas d’intervention apportent des réponses plus sociales que politiques.

22Au-delà des chemins propres empruntés en Espagne par les deux courants opposés du mouvement ouvrier, la première fédération a fixé une logique d’insertion sociale et politique pour les collectifs ouvriers qui rejetaient l’alliance avec les républicains, disqualifiés parce que « bourgeois », et envisageait la libération de la classe sans que celle-ci sorte de l’espace social marqué par ses pratiques. Il s’agissait de défendre une identité, fournie exclusivement par la classe, sans la mêler à aucune autre. Les discours exaltaient ainsi, on a en a vu quelques exemples, l’enfermement de l’identité ouvrière dans une association – on pouvait l’appeler organisation – qui devenait une fin en elle-même : « L’objet de l’organisation, c’est l’organisation », écrit La Solidaridad, de Madrid, le 17 septembre 1870.

23Cela était d’autant plus possible que l’exaltation des initiatives associatives occupait déjà un très vaste espace dans le discours ouvrier, et même bien au-delà de ses acceptions militantes et radicales. Les comportements solidaires, même partiels et modérés, comme le secours mutuel, les coopératives d’achat, les cercles éducatifs, etc., en ont été des vecteurs réguliers. Les statuts de ces sociedades offrent ainsi, pendant des décennies, et la modestie de leurs projets concrets, et l’affirmation que l’initiative de s’associer peut se prolonger jusqu’à combiner toutes les activités sociales et tous les processus d’émancipation. Parmi les manières de dire cette capacité infinie, sans intervention de l’État, on peut retenir cet appel à s’identifier à l’association, adressé par la sensibilité anarchiste aux ouvriers d’Alcoy :

  • 34  La Revista social, 04-VIII-1881.

24« Associe-toi, ouvrier d’Alcoy. Là se trouve ton salut. Si tu n’as pas d’instruction, tu la trouveras dans ton association ; si l’on abuse de toi, tu trouveras la justice, si ce n’est aujourd’hui ou, en tout cas, plus tard ; si tu as des enfants, c’est dans l’association qu’ils apprendront à devenir des hommes ; et même ton épouse, avec qui tu partages toutes tes souffrances, tu dois la persuader de s’associer avec ses camarades pour que le jour venu elle puisse jouir de son libre arbitre, pour qu’elle ne soit plus humiliée ni traitée injustement comme elle l’est aujourd’hui par nos mœurs corrompues et dégradées34. »

  • 35  Jacques Freymond (dir), La Première Internationale…, t. III, p. 369.

25L’attitude face aux échéances politiques est du même ordre. Elle confirme, en quelque sorte, que les schémas idéologiques des premières années de la fédération espagnole ont vite acquis une grande force d’évidence. Les propos que les socialistes espagnols vont tenir jusqu’au début du xxe siècle sur la question de la transformation démocratique du régime sont ainsi directement issus de ceux des premiers marxistes espagnols. Ils parlent encore comme Mesa, lorsque celui-ci répond aux articles et aux lettres d’Engels sur les possibilités offertes par la nouvelle République, que celui-ci a saluée dans l’article souvent cité, et déjà mentionné, du Volkstaat : le nouveau régime peut moderniser l’Espagne, politiser les opinions populaires et, aussi, isoler les éléments traditionalistes qui ont déjà déclaré la guerre au pouvoir libéral en 1872, lors du deuxième conflit « carliste ». Engels prend même acte des mesures sociales envisagées par le gouvernement du républicain fédéral Pi i Margall, car elles aideront les travailleurs à faire de ce régime le leur. Sa conclusion n’a aucune ambiguïté : « Quelques années de régime républicain bourgeois et calme prépareraient en Espagne le terrain pour une révolution prolétarienne, d’une façon qui surprendrait même les travailleurs espagnols les plus avancés. Plutôt que de répéter la farce sanglante de la révolution précédente, plutôt que d’entreprendre des révoltes isolées et toujours facilement réprimées, les travailleurs espagnols, espérons-le, utiliseront la République pour resserrer solidement leurs rangs et pour s’organiser en vue d’une révolution imminente, une révolution dont ils seront les maîtres. Le gouvernement bourgeois de la nouvelle République ne cherche qu’un prétexte pour étouffer le mouvement révolutionnaire et pour massacrer les ouvriers, tout comme l’ont fait à Paris les républicains Favre et consorts. Que les ouvriers espagnols ne leur fournissent pas ce prétexte 35. »

  • 36  IISG, Amsterdam, « Correspondance Engels-Mesa », L 4942.

26Mesa explique dans une lettre pourquoi La Emancipación a supprimé ce passage : « […] il ne faut pas laisser penser que nous avons de la complaisance pour cette république bourgeoise, surtout il ne faut renoncer un seul moment (sic) à faire la révolution sociale si nous voulons fonder le parti ouvrier espagnol 36 ».

  • 37  La Emancipación, 18-III-1873.

27Et le journal rappelle dans plusieurs articles, comme autant de réponses indirectes, les raisons, habituelles, de rejeter une intervention politique au nom de la politique « propre » que les ouvriers doivent suivre : « Nous ne sommes pas, nous ne pouvons pas être indifférents en politique, car la politique constitue une des sphères d’action de l’Internationale. Mais nous avons une politique propre, pas la république bourgeoise, pas la république du capital, mais la république du travail. Nous devons donc combattre avec énergie cette république qu’il faut appeler conservatrice qui, sous le prétexte de garantir l’égalité politique des classes, permet toutes les injustices sociales…. […] nous devons combattre cette république pour préparer l’arrivée de la république des plus nombreux37… »

  • 38  Pedro Ribas, Aproximación…, p. 53-54.

28La reprise d’un langage établi depuis le début de l’Internationale espagnole empêche de considérer que ce refus ne remettait pas en cause, comme on l’a dit parfois, l’orientation proposée par Engels, Mesa ayant simplement voulu tenir compte d’une ambiance difficile pour différer la mise en œuvre d’une proposition qu’il partageait38. Mais La Emancipación ne reprend pas vraiment la nécessité d’établir le lien entre lutte politique et objectifs révolutionnaires qui faisait l’identité du marxisme : il est effacé par le caractère irréductible de la séparation entre l’agir ouvrier et l’agir bourgeois, qui affecte toutes les relations sociales et, donc, les confrontations politiques. Mesa était peut-être d’accord sur la formation d’un parti ouvrier, avec un peu de délai sans doute, mais à condition qu’il n’intervienne pas, pour le moment, dans les affrontements considérés comme politiques.

  • 39  Franco Andreucci, « La diffusione… », volume 2, p. 23.
  • 40  Par exemple, au Congrès de 1892, « Accords sur la grève » dans Pérez Ledesma Manuel, « La primera (...)

29Comment expliquer cette divergence sur un point aussi important ? Elle est, en tout cas, la preuve qu’en Espagne, comme ailleurs, le marxisme, lorsqu’il rencontre les exigences concrètes des divers mouvements ouvriers, a du mal à s’en distinguer39. Au départ, il y a un cadre politique caractérisé par l’incapacité d’un état qui veut se donner formellement les apparences de la modernisation et qui alimente des représentations anti-étatiques radicales. Celles-ci sont plus reprises qu’abolies par le parti socialiste. On a vu que l’UGT, malgré son apparent pragmatisme, insiste sur la nécessité de ne pas abandonner le modèle des grèves réglementaires, manifestation du caractère prioritaire de la défense de l’organisation constamment rappelé par Iglesias40.

  • 41  Ainsi, El Socialista du 16-XI-1906, « De l’organisation, beaucoup d’organisation, voilà le besoin (...)
  • 42  Pablo Iglesias, Escritos 1, Madrid, Ayuso, 1975, p. 259-276.
  • 43  El Obrero, 30-IX-1881.

30La presse et les libertaires se moquent du caractère répétitif, voire lancinant, du mot d’ordre « organisation, beaucoup d’organisation » lancé par Iglesias aux auditoires de ses tournées de propagande et qui apparaît régulièrement dans les conclusions de ses discours comme dans les titres de ses articles41. En 1900, alors qu’il a écrit peu de brochures, il en publie une, sous le titre Les organisations de résistance. Elle reprend une série d’articles qui appellent à respecter le modèle de la caisse de résistance et à subordonner toute initiative à l’absence de risques pour les organisations42. Comme dans une infinité d’autres interventions, la vie de l’association demeure une fin en soi. Mais cette fonction lui avait déjà été dessinée dans beaucoup d’autres circonstances. Ainsi ces mots de l’organisation, corporative et relativement modérée, du textile catalan au début de années 1880 : « Les ouvriers ont besoin de beaucoup d’organisation pour que leur vie et leurs actions trouvent les compensations qui leur sont dues et pour qu’ils obtiennent le respect qu’exige l’intérêt de leur classe, abandonnée à son propre sort, pour que leur soit laissée la possibilité de conquérir leur rédemption ou celle de perpétuer leur dépendance43. »

  • 44  « [...] le prolétariat n’a rien obtenu des différents changements de gouvernement, il est donc con (...)

31Il n’y a donc pas de modification sensible dans le rapport au politique. Si une république était proclamée, elle ne pourrait être que bourgeoise, la nature de l’économie déterminant totalement celle de l’état44. Et celui-ci n’ayant pas d’autonomie par rapport à la classe dont il est l’exécutant, on ne peut imaginer qu’il puisse réaliser des réformes sociales. D’éventuelles concessions aux actions ouvrières seront vite vidées de tout contenu. Ainsi les adresses que les dirigeants socialistes transmettent aux représentants du gouvernement à l’occasion des premiers Premier mai soulignent qu’ils ne se font aucune illusion sur leurs réponses et qu’ils ne croient pas nécessaire de les rencontrer. Il est donc assez logique que le « programme minimum », qui figure formellement, dès le début, dans les objectifs du parti, à l’image des textes de la Première Internationale, ne fasse pratiquement pas l’objet de commentaires pendant la période examinée ici.

  • 45  Jacques Julliard, Autonomie ouvrière, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1988, p. 39.

32On est bien encore dans une culture ouvrière qui refuse tout projet de démocratisation de l’État et où l’affirmation de l’identité ouvrière tient lieu de perspective. Elle n’appelle pas à construire de justifications articulées de la transformation socialiste de la société, car la révolution sociale qu’elle envisage place « l’affirmation de l’être ouvrier [avant]… le programme d’action », pour reprendre la définition de « l’autonomie ouvrière » donnée par Jacques Julliard à propos du syndicalisme révolutionnaire français45.

33Le premier projet ouvrier espagnol a donc porté l’affirmation du caractère radicalement différent et irremplaçable de l’identité ouvrière. Elle disait l’unité de la classe par-delà les tensions entre les deux orientations contradictoires qui coexistaient provisoirement dans la fédération espagnole. Cette attitude, qui a pu être tactique chez quelques libertaires, correspondait surtout à une vision radicale de la spécificité ouvrière. Apparaître comme ceux qui s’y identifient le plus est devenu un enjeu fondamental pour libertaires et marxistes. Les premiers peuvent le faire avec une certaine aisance puisque, dès le début de l’affrontement, ils ont été reconnus par toutes les sections. Ce n’était pas négligeable pour ceux d’entre eux, surtout les bakouninistes, qui inséraient dans leur projet de transformation sociale les couleurs de la révolte contre toute autorité. On connaît le souci de la plupart des anarchistes espagnols de ne pas perdre le lien, inédit ailleurs, avec une grande structure de défense économique, sans laquelle ils auraient été réduits à la dimension groupusculaire qui était souvent leur lot ailleurs.

34Le premier groupe marxiste et, après lui, le PSO vont donc essayer de se présenter eux aussi comme les défenseurs les plus actifs d’une expression totalement ouvrière puisque celle des anarchistes, comportant deux versants peut parfois s’en détacher. Et puisque leur référence centrale a montré, d’une manière que la vulgate marxiste qualifie de « scientifique », l’impossibilité d’un accord entre bourgeois et prolétaires, le mode le plus direct de l’affirmer est d’insister sur tout ce qui est irréconciliable entre les deux classes et qui commence par le rappel du caractère irréductible de l’identité prolétaire et par la mise à distance du terrain dangereux de la politique ordinaire. Les cultures ouvrières le permettent, puisque leurs relations avec les républicains sont fragiles et puisqu’elles n’attendent rien en matière sociale de l’État. De plus, l’organisation peut tenir lieu d’insertion politique puisque, dans la mesure où elle construit une nouvelle société, le souci de la conserver montre un attachement au maintien des structures qui en ont l’apparence et qui tranchent avec les risques que peuvent leur faire courir les initiatives des anarchistes. Cette perspective implique un discours totalement centré sur les intérêts et la spécificité ouvriers. Absents du terrain politique, les socialistes peuvent repousser à plus tard l’appel aux nouvelles catégories sociales. Il peut arriver que celles-ci, séduites par ce qu’ils lisent des partis ouvriers étrangers, regardent parfois, malgré tout, vers le socialisme espagnol.

  • 46  Dans la série « Apuntes falsos », publiée par l’hebdomadaire de Barcelone, El Obrero (12-IX-1884).
  • 47  Analyse de diverses occurrences, notamment sous la IIe République, dans le livre de Juliá Santos, (...)

35La dette est ainsi plus grande à l’égard de l’expérience ouvrière qu’à l’égard d’une théorie présentée souvent comme la simple explicitation de ce que ressentent les ouvriers. Iglesias le dit en ces termes lorsqu’il évoque, en 1884, le rôle de Lafargue dans la constitution du nouveau courant : « Le programme actuel du parti ouvrier espagnol a été, pour l’essentiel confectionné par un groupe de travailleurs madrilènes qui n’ont pas eu le moindre besoin de consulter leurs amis de Paris, de Londres ou d’autres pays46. » La curiosité théorique est donc déjà disqualifiée. Cette logique, qui favorisait en même temps une gestion centralisée du parti ouvrier et de son syndicat, a mis du temps à se gripper. À partir de la Première Guerre mondiale, les succès électoraux et sociaux et l’évolution des socialismes dans d’autres pays fortifient la tendance à la participation politique, mais la tentation du repli demeure longtemps forte dans les débats du parti47. Aspiration à l’autonomie ou enfermement dans l’identité sociale ?

Le guesdisme comme légitimation

  • 48  Un bilan des traductions dans Pedro Ribas, La introducción…. Pour la période 1869-1909, p. 207-211

36La référence guesdiste ne modifie pas cette réception du marxisme. Elle conforte sinon les choix, déjà faits, du moins les arguments et les discours du socialisme espagnol. La critique de la grève générale, l’importance du parti, la nécessité de faire les choix politiques en fonction du point de vue de la classe, et donc la réticence à l’égard des alliances avec le républicanisme, pouvaient être mentionnées comme autant de justifications de la rigidité du socialisme espagnol. Les conditions politiques différentes n’invitaient pas à la comparaison. L’absence du PSO dans les débats politiques généraux, l’intérêt relativement faible qu’y suscitaient les socialismes européens et les publications sur le marxisme pouvaient maintenir dans l’ombre les débats internes. Le socialisme espagnol a pu ainsi se dispenser d’évoquer les thèses de Bernstein et les débats qu’elles suscitaient. Il a parlé davantage de Millerand pour disqualifier toute ébauche de collaboration avec les républicains. C’était la preuve que l’État de la bourgeoisie ne peut échapper à la logique de sa classe. On peut ajouter que le bilan des traductions de Guesde fait apparaître surtout des textes circonstanciels. Les plus édités concernent la loi d’airain des salaires qui conforte la défiance à l’égard de l’État et le silence sur le programme minimum. Seules quelques traductions de Deville et de Lafargue concernent des aspects plus généraux48.

En marge de la justification politique

  • 49  Pierre Vilar y voit « un grand texte marxiste » par ses formules, « Le socialisme espagnol des ori (...)
  • 50  Jiménez Araya Tomas, « Notas a una edición crítica del informe de Jaime Vera » dans Antonio Elorza (...)
  • 51  Confirmé par Pedro Ribas, Aproximación…., p. 114.

37Ces utilisations du marxisme par un parti ouvrier centralisé sont autant d’obstacles à la connaissance de ses textes et à l’apparition de nuances dans l’interprétation. Une des plus signalées est celle du médecin Vera, un des rares présents à ne pas être ouvrier lors des réunions de fondation en 1879. En réponse à la « Commission de Réformes Sociales », initiative gouvernementale peu courante d’enquête sociale, et qui ne connaîtra pas de suite, il rédige en 1884, au nom de l’agrupación de Madrid, une justification de l’existence d’un parti ouvrier. Le fait qu’il ait été ensuite en désaccord avec le refus du parti, réaffirmé lors de son premier congrès, en 1888, de toute collaboration avec les républicains a contribué à ce que l’on prête beaucoup à ce texte, dont l’écriture qui semble maîtriser les catégories économiques du marxisme tranche sur les autres textes du socialisme espagnol49. Mais si l’exploitation capitaliste est décrite avec des nouveautés dans le vocabulaire, cette contribution reprend surtout des lectures du courant guesdiste dont elle serait finalement une des traces, puisqu’il en reproduit la loi d’airain des salaires50. Par ailleurs, Vera n’essaie pas de rendre compte de la situation espagnole qui est occultée par la description des mécanismes généraux du système capitaliste. Ni dans sa production, ni dans celle du parti socialiste, cette tentative n’a de véritable suite51.

  • 52  Cité par Antonio Elorza, « Los primeros programas del PSOE (1879-1888) » dans Antonio Elorza, Mich (...)

38La suivante n’intervient que pas mal d’années plus tard. Signe que certains en ressentent le besoin, El Socialista annonce à plusieurs reprises, vers la fin des années 1890, la parution d’une revue qui prendrait quelque distance avec l’actualité militante. En 1901, La Nueva Era, publie quelques études, des articles de socialistes étrangers et de quelques collaborateurs proches du parti. Mais elle s’éteint en 1902 sans qu’une nouvelle réflexion se soit suffisamment affirmée. Le responsable, García Quejido, avait exprimé quelques critiques, assez précoces, à l’égard des contradictions entre discours et action qu’il rendait responsables de la lenteur des progrès du socialisme espagnol, « à la vitesse d’un char à bœuf », comme il disait en 1892 : « Il y a longtemps que nous devrions savoir que nous ne possédons pas encore les capacités intellectuelles pour arracher à une bourgeoisie puissante et avisée la direction de la société. Quand quelqu’un nous dit que nous avons le nombre, l’intelligence, la force la certitude de la victoire, il nous trompe et si nous le croyons nous nous trompons nous mêmes. […] Nous n’avons pas acquis une maturité suffisante, nous ne savons pas faire usage de notre droit de citoyens, nous ne savons pas mettre le gouvernement en face de ses responsabilités et nous n’arrivons même pas à contester la légitimité des pouvoirs publics52. »

  • 53  « La ley de los salarios está bien formulada ? », reproduit dans Manuel Pérez Ledesma, Pensamiento (...)
  • 54  Cf. Tuñón de Lara M., Medio siglo…, p. 160-183.

39La distance est évidente à l’égard du discours de défense de l’identité ouvrière. Il est significatif, par ailleurs, qu’un article de Garcia Quejido s’interroge sur la loi d’airain des salaires et qu’il y cite des textes de Marx et des guesdistes, dont Deville53. Mais la brièveté de cet espace de réflexion montre qu’il est difficile de sortir du discours uniforme du PSO pendant l’assez longue phase qui est évoquée ici. Ce n’est que vers 1910 que des initiatives de réflexion et des contributions plus diversifiées sur des thèmes significatifs du corpus de la vulgate marxiste émergent dans le parti ou à côté de lui54.

  • 55  L’essentiel dans Unamuno Miguel de, Obras completas, Madrid, Escelicer, 1966, t. IX (1971), p. 476 (...)

40Auparavant, le philosophe, et écrivain, Unamuno avait contribué à introduire la forme du commentaire dans l’hebdomadaire socialiste de Bilbao, La Lucha de Clases. Cet organe, dont la vie ne s’éteint qu’avec la chute de la Biscaye pendant la Guerre civile, avait vu le jour après les premiers succès socialistes – d’une dimension inédite pour l’Espagne – dans cette ville récemment industrialisée et qui n’était plus le petit port où Unamuno était né. Il avait envoyé en octobre 1894, depuis Salamanque où il était professeur, une demande d’adhésion et le journal avait mis à sa disposition beaucoup de ses colonnes alors que El Socialista, l’organe national, ne l’accueillait pas. Il introduit dans le socialisme espagnol, une grande variété de thèmes55. Fort curieux, et notamment d’ouvrages allemands, français, italiens, qu’il lit dans le texte, il lui arrive de citer Marx et de l’interpréter. Cette collaboration, qui s’achève en 1897, n’aura pas non plus de suite. Les socialistes de Bilbao avaient surtout voulu utiliser le prestige de l’écrivain pour élargir le public de leur presse aux classes moyennes. Ils continuaient, par contre, à se réserver sans partage les considérations politiques.

  • 56  La Lucha de Clases, Bilbao, 20-I-1895.
  • 57  La Lucha de Clases, 28-XII-1895.
  • 58  La Lucha de Clases, 13-II-1895.
  • 59  Unamuno Miguel de, Obras completas, t. IX, p. 557.

41Unamuno était fasciné par le socialisme comme phénomène social et culturel au point de le comparer au premier christianisme. Comme lui, il allait régénérer la société en favorisant une convergence que ses transformations brutales rendaient nécessaire, entre la soif de justice des prolétaires et la sensibilité chrétienne à l’égard des déshérités : « […] le socialisme est une grande réforme morale et religieuse, davantage qu’économique, c’est un nouvel idéal complet qui remplace celui des bourgeois pacifiques et nuisibles dont le temps est occupé par des futilités et des distractions oiseuses56. » L’expropriation des sociétés par le capitalisme n’impliquait pas une issue violente, la transformation socialiste intervenant au terme d’une évolution sans ruptures57. Sous la société capitaliste, « l’organisation socialiste tisse sa trame58 ». Dénonciation de la bourgeoisie et exaltation du socialisme suffisaient aux socialistes de Bilbao pour faire une place à Unamuno. Sa présence ne signifiait donc pas la volonté de diffuser d’autres traits du marxisme ; d’autant plus qu’il lui arrivait d’admirer davantage le mouvement que les constructions théoriques avec des formulations qui pouvaient convenir aux socialistes de Bilbao : « Au prolétariat des travailleurs il faut plus d’union et de passion que de doctrine59. »

  • 60  Titre donné par Marcel Bataillon à sa traduction de En torno al castismo (1923).
  • 61  Gómez Molleda, María Dolores, El socialismo español y los intelectuales, ed. de la Universidad de (...)
  • 62  En Amérique latine, la pensée de Unamuno a été une voie d’accès au marxisme, mais dans un contexte (...)

42Lorsque l’auteur de L’essence de l’Espagne60 ne put que constater son impuissance à rendre le parti moins « matérialiste » et moins « anticlérical » – les socialistes de Bilbao l’étaient plus que les autres61–, il s’en éloigna définitivement. Un malentendu prenait fin. Unamuno, en tout cas, n’avait pas joué en Espagne le rôle de stimulation introduit ailleurs par des interprétations indépendantes ou critiques du marxisme62.

  • 63  Ainsi à propos du Capital : « Il suffit de parler avec nos ouvriers pour s’en convaincre. Bien sûr (...)
  • 64  Adolfo Posada, Socialismo…, p. 52.
  • 65  Adolfo Posada, Socialismo…, p. 10.

43Dans les sciences sociales, les références à Marx étaient rares. À leur développement tardif en Espagne s’ajoutait l’obstacle de l’usage qu’en faisaient les socialistes. Il en existe un lecteur avoué, Adolfo Posada, dans le courant de la « réforme sociale ». Membre de la « Extensión universitaria » de Oviedo, une forme d’université populaire, il participe à la mise en place, au début du xxe siècle, de l’Instituto de Reformas Sociales dont les résultats sont significatifs de la pauvreté des interventions de l’État espagnol. Dans ses réflexions sur les sciences sociales, Posada apparaît impressionné par l’impact social et politique du marxisme et par ses exigences théoriques63. Il en retient d’abord le lien entre les forces productives et la pensée : « Le mode de production de la vie matérielle détermine le mode d’activité sociale, politique et intellectuelle. Ce n’est donc pas la conscience de l’homme qui explique sa manière de vivre mais, au contraire, son existence sociale qui explique sa conscience64. » Posada est plus superficiel dans l’évaluation de l’intervention sociale et politique du socialisme. S’il a contribué à orienter les états vers la voie des réformes sociales, il n’a pas eu plus de portée que les « réformateurs sociaux » dans la correction de « l’injuste répartition de la richesse65 ». Ces considérations n’étaient peut-être pas de nature à détourner les socialistes espagnols d’une utilisation instrumentale de Marx.

Haut de page

Notes

1  PSO, utilisé par commodité. Dans la période évoquée ici, le parti ouvrier espagnol n’est pas encore un sigle et n’utilise pas l’adjectif espagnol.

2  à l’exception de Pedro Ribas, qui a reconstitué la chronologie des principales traductions espagnoles du marxisme, La introducción del marxismo en España (1869-1939). Ensayo bibliográfico, Madrid, ed. de la Torre, 1981, et évoqué leur réception, Aproximación a la historia del marxismo español (1869-1939), Madrid, ed. Endymion, 1990.

3  Souligné par Tuñón de Lara Manuel, El movimiento obrero en la historia de España, Madrid, ed. Taurus, 1972, p. 273-276, et Medio siglo de cultura española, Madrid, ed. Tecnos, 1977, p. 84-100.

4  Andreucci Franco, « La diffusione e la volgarizzazions del marxismo », dans Storia del marxismo, Torino, G. Einaudi ed, 1979, vol. 2, p. 14-15.

5  Friedrich Engels, Paul et Laura Lafargue, Correspondance, Paris, éd. sociales, 1956-1959, 3. vols., t.I, p. 8-29.

6  C’est le cas de la traduction d’extraits du Capital par un journal républicain de Alicante, La República, en 1886-1887 (signalé par Pedro Ribas, La introducción del marxismo en España, Madrid, ed. La Torre, 1981, p. 141, et Aproximación a la historia del marxismo español, Madrid, ed. Endymion, 1990, p. 86).

7  Cf. Pedro Ribas, La introducción, op. cit., qui en présente la bibliographie.

8  Il est vrai que la tentation de la polémique avait été assumée par quelques exemples prestigieux, comme la brochure d’Engels sur les bakouninistes.

9  Ribas Pedro, Aproximación…, p. 32.

10  Iglesias, dans El Socialista, 5-VII-1889.

11  Par exemple, Fernando Garrido, La república federalista democrática universal, Madrid, 1854.

12  Friedrich Engels, Paul et Laura Lafargue, Correspondance…, t. III, p. 441.

13  Pi i Margall a traduit plusieurs ouvrages de Proudhon : cinq entre 1868 et 1870.

14  Claude Willard, Les guesdistes. Le mouvement socialiste en France (1893-1905), Paris, éd. Sociales, 1965. Souvent utilisée dans l’historiographie espagnole depuis le travail pionnier de Manuel Tuñón de Lara, El movimiento obrero en la historia de España, Madrid, Taurus, 1972, et Medio siglo de cultura española, Madrid, ed. Tecnos, 1977, p. 79-102.

15  Notamment, El partido socialista obrero en 1918 et Pablo Iglesias Posse, educador de muchedumbres en 1931.

16  Max Nettlau, Documentos inéditos sobre la Internacional y la Alianza en España, Buenos Aires, ed. La protesta, 1930.

17  Très présent dans les textes sur les origines du Parti ouvrier français édités par Claude Willard, Jules Guesde, Paul Lafargue, la naissance du Parti ouvrier français, Paris, éd. Sociales, 1981.

18  Dernier numéro en avril 1873. Avant la rupture ouverte en juin 1872, La Emancipación maintient la fiction d’une entente entre marxistes et anti-autoritaires. Engels prend une part assez directe aux réponses de Mesa au courant bakouniniste – c’est la tentative de grève générale de Alcoy, en juillet 1873, en pleine insurrection cantonaliste, qui le conduit à écrire son pamphlet, Les bakouninistes à l’œuvre. Leur correspondance est traduite en espagnol, sans l’original en français, dans Castillo Santiago (ed.), Construyendo el futuro. F. Engels, J. Mesa. P. Iglesias, P. Lafargue y otros, correspondencia política (1870-1895), Madrid, ed. Trotta, 1998.

19  Décrit avec précision par Jean-Louis Guereña, « La Emancipación (1871-1873) »,thèse de 3e cycle soutenue à l’Université de Besançon en 1977, 2 volumes, tome I, p. 264-281.

20  Souci encore exprimé en 1891 par Mesa dans une lettre à Engels : « La phraséologie proudhonienne a servi et sert, en effet, aux radicaux espagnols, fédéralistes, cantonalistes, pour endormir les ouvriers et leur donner le change, mais c’est dans les rangs ouvriers que le proudhonisme a fait le plus de ravage », IISG, Amsterdam, Correspondance Mesa-Engels, L 4957.

21  Der Volkstaat, 1-III-1873. Traduction dans Freymond, t. III, p. 365-369.

22  Cf la réponse de Guesde à ceux qui veulent boycotter les pouvoirs publics à l’occasion du Premier mai, Le Socialiste, 22-IV-1891.

23  Ainsi La Solidaridad (Madrid, 15-I-1870) : « [...] le peuple n’a pas d’éducation scientifique mais il a un excellent sens commun ».

24  La Emancipación, 16-V-1872.

25  Lorenzo Anselmo, El proletariado militante, (rééd. 1974), Madrid, ed. Zero, p.175-181.

26  Jacques Freymond (dir.), La Première Internationale. Recueil de documents, Genève, IUHEI, 1962-1971, 4 volumes, t. II, p. 170-174.

27  Jacques Freymond (dir.), La Première Internationale…, t. II, p. 178.

28  Déposés ainsi que les procès-verbaux de la direction de la fédération espagnole à la Biblioteca Arús de Barcelone, ils ont été publiés par Carlos Seco Serrano et Maria Teresa Martínez de Sas, Cartas, comunicaciones y circulares de la Comisión federal de la región española, Barcelona, Universitat de Barcelona, 1972-1987, 7 volumes.

29  La Federación, Barcelone, 18-IX-1871.

30  Seco Serrano Carlos et Martínez de Sas Maria Teresa, Cartas…, t. IV, 5-V-1873.

31  Il attribue alors « les prétentions scientifiques » de cette organisation « à laquelle il manquait toujours une pièce dans ses engrenages » aux membres actifs de l’Alliance de Barcelone, « jeunes étudiants bourgeois qui avaient des relations avec les travailleurs de Barcelone », Anselmo Lorenzo, El proletariado militante, Madrid, ed. Zero, p. 287-288. Il est caractéristique qu’il n’ait pas vu de suite à ces attitudes.

32  Acracia, mai 1888, p. 620-624, édition fac-similé, Barcelone, Leteradura, 1978.

33  La Emancipación, entre le 3-VIII-1872 et le 7-IX-1872.

34  La Revista social, 04-VIII-1881.

35  Jacques Freymond (dir), La Première Internationale…, t. III, p. 369.

36  IISG, Amsterdam, « Correspondance Engels-Mesa », L 4942.

37  La Emancipación, 18-III-1873.

38  Pedro Ribas, Aproximación…, p. 53-54.

39  Franco Andreucci, « La diffusione… », volume 2, p. 23.

40  Par exemple, au Congrès de 1892, « Accords sur la grève » dans Pérez Ledesma Manuel, « La primera etapa de la Unión general de trabajadores (1888-1917) » dans Albert Balcells (éd.), Teoría y práctica del movimiento obrero en España (1900-1936), Valencia, ed. F. Torres, 1977, p. 165-167.

41  Ainsi, El Socialista du 16-XI-1906, « De l’organisation, beaucoup d’organisation, voilà le besoin vital des opprimés, des exploités. Qu’ils la recherchent, qu’ils l’acquièrent le plus vite possible et ils verront leurs ennemis changer d’attitudes, ceux qui voulaient les vexer hier les respecteront, et ceux qui se moquaient d’eux les craindront .» Les résultats annoncés sont plus moraux que concrets et politiques, cité par Elorza Antonio, « Los esquemas socialistas de Pablo Iglesias » dans Antonio Elorza, Michel Ralle, La formación del PSOE, Barcelone, ed. Crítica, 1989, p. 331.

42  Pablo Iglesias, Escritos 1, Madrid, Ayuso, 1975, p. 259-276.

43  El Obrero, 30-IX-1881.

44  « [...] le prolétariat n’a rien obtenu des différents changements de gouvernement, il est donc convaincu que ses affections ne peuvent être soignées par la pharmacopée bourgeoise », El Socialista, 9-I-1891.

45  Jacques Julliard, Autonomie ouvrière, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1988, p. 39.

46  Dans la série « Apuntes falsos », publiée par l’hebdomadaire de Barcelone, El Obrero (12-IX-1884).

47  Analyse de diverses occurrences, notamment sous la IIe République, dans le livre de Juliá Santos, Los socialistas en la política española, 1879-1982, Madrid, ed. Taurus, 1997, chapitres 2, 3, 4 et 5.

48  Un bilan des traductions dans Pedro Ribas, La introducción…. Pour la période 1869-1909, p. 207-211.

49  Pierre Vilar y voit « un grand texte marxiste » par ses formules, « Le socialisme espagnol des origines à 1917 », dans Jacques Droz (dir.), Histoire générale du socialisme, Paris, PUF, 1974, t. II, p. 312. De même, Manuel Tuñón de Lara dans Medio siglo de cultura… p. 80 et suivantes.

50  Jiménez Araya Tomas, « Notas a una edición crítica del informe de Jaime Vera » dans Antonio Elorza, Iglesias María del Carmen, Burgueses y proletarios, Barcelona, ed. Laia, 1973, p. 45-71, a souligné que la source principale des propos de Vera étaient les publications guesdistes.

51  Confirmé par Pedro Ribas, Aproximación…., p. 114.

52  Cité par Antonio Elorza, « Los primeros programas del PSOE (1879-1888) » dans Antonio Elorza, Michel Ralle, La formación…, p. 119-120.

53  « La ley de los salarios está bien formulada ? », reproduit dans Manuel Pérez Ledesma, Pensamiento socialista español a principios de siglo, Madrid, ed. del centro, 1974, p. 93-114.

54  Cf. Tuñón de Lara M., Medio siglo…, p. 160-183.

55  L’essentiel dans Unamuno Miguel de, Obras completas, Madrid, Escelicer, 1966, t. IX (1971), p. 476-734.

56  La Lucha de Clases, Bilbao, 20-I-1895.

57  La Lucha de Clases, 28-XII-1895.

58  La Lucha de Clases, 13-II-1895.

59  Unamuno Miguel de, Obras completas, t. IX, p. 557.

60  Titre donné par Marcel Bataillon à sa traduction de En torno al castismo (1923).

61  Gómez Molleda, María Dolores, El socialismo español y los intelectuales, ed. de la Universidad de Salamanca, 1980, p. 191-201.

62  En Amérique latine, la pensée de Unamuno a été une voie d’accès au marxisme, mais dans un contexte politique et culturel tout à fait différent.

63  Ainsi à propos du Capital : « Il suffit de parler avec nos ouvriers pour s’en convaincre. Bien sûr, ils ne l’ont pas lue [cette œuvre]. Comment pourraient-ils lire une œuvre de cette dimension ? Mais ils en savent quelque chose ; ils sont informés, ils en discutent avec des arguments qui reflètent, avec plus ou moins de fidélité et d’exactitude, la doctrine du Capital », dans Manuel Posada, Socialismo y reforma social, Madrid, Ricardo Fé, 1904, p. 83, cité par Andreucci Franco, « La diffusione e la volgarizzazione del marxismo », dans Storia del marxismo, Torino, Einaudi, 1979, t. II , p. 52.

64  Adolfo Posada, Socialismo…, p. 52.

65  Adolfo Posada, Socialismo…, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ralle, « La réception du marxisme par le socialisme espagnol », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 114 | 2011, 51-71.

Référence électronique

Michel Ralle, « La réception du marxisme par le socialisme espagnol », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2218

Haut de page

Auteur

Michel Ralle

Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page