Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction. Réceptions de Marx en Europe avant 1914

Jean-Numa Ducange
p. 11-17

Texte intégral

  • 1  Voir notamment l’œuvre de Maximilien Rubel et son édition de la Pléiade des œuvres de Marx qui exc (...)

1Encore Marx ? Il est vrai que les temps de crise ont ramené sur le devant de la scène une figure que l’on avait longtemps crue morte et enterrée. Mais ce Karl Marx, célébré au fil des multiples retours annoncés, est avant tout un génial auteur économique qui a su si bien en son temps décrire les mécanismes du système capitaliste et percevoir ses failles structurelles. De l’influence de Marx et de ceux qui s’en revendiquèrent sur le terrain politique, il est beaucoup moins question. On oppose le souvent le « marxisme » ultérieur (parfois en remontant à certains textes de Friedrich Engels) aux subtils développements marxiens1, selon une tradition vivace dont un certain nombre de postulats sont tout à fait recevables (oui, Marx n’a rien à voir avec les atrocités du « socialisme réel ») mais ceux-ci ont aussi contribué à négliger l’étude des usages historiques – qu’ils soient « déformés » ou pas est une autre question – des textes de Marx, usages qui ont façonné les doctrines voire les revendications immédiates de nombre d’organisations politiques et syndicales dès les années 1860-1870… non sans une certaine efficacité.

  • 2 Daniel Lindenberg, Le marxisme introuvable, Paris, 10/18, 1975.
  • 3 Voir notamment la revue Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle (auparavant Cahiers Georges (...)
  • 4  Georges Haupt, L’historien et le mouvement social, Paris, Maspero, 1980. Voir la mise au point réc (...)

2C’est sur ces usages dans quelques pays européens que l’on souhaite revenir ici. Longtemps, la « diffusion du marxisme » pour la période d’origine – globalement des années 1860 à la Première Guerre mondiale – était mesurée à la qualité supposée de ses interprètes dans les pays étudiés et confrontée aux autres idées traversant le mouvement ouvrier comme le proudhonisme, l’anarchisme… Certaines recherches ont été fécondes et mériteraient d’ailleurs d’être mieux connues de jeunes chercheurs travaillant sur les organisations politiques. Néanmoins, force est de constater que des aspects décisifs pour comprendre concrètement la réception d’une œuvre aussi importante que celle de Karl Marx – et secondairement de Friedrich Engels – ont été fort peu étudiés, surtout si l’on compare avec d’autres « grands » penseurs de la même époque. Peut-être est-ce là un effet du rapport directement politique de l’œuvre de Marx depuis son origine : longtemps l’enjeu n’était pas, par exemple, d’étudier toute la complexité des différents réseaux qui traduisaient, discutaient et introduisaient l’œuvre marxienne en France mais de comprendre ce qui expliquait l’absence d’un véritable « marxisme français » avant 1914 en comparaison de l’Allemagne et de la Russie (le fameux « marxisme introuvable » de Daniel Lindenberg2). Ajoutons à cela un regard plus que condescendant sur ces différentes « sectes » socialistes françaises ou d’autres pays par rapport à la puissance de l’organisation sociale-démocrate en Allemagne ou encore pendant longtemps le peu d’intérêt pour un personnage éclectique comme Georges Sorel, pourtant un des rares à avoir discuté l’œuvre de Marx au moment du débat révisionniste autour des années 19003. Relevons également que l’étude internationale du socialisme, après avoir connu son heure de gloire, a été également relativement délaissée. L’oubli dans lequel est tombé l’historien d’origine roumaine Georges Haupt, qui avait pourtant impulsé de remarquables études sur l’histoire internationale du socialisme depuis l’EHESS, en dit long sur la façon dont ce champ de recherche a été presque abandonné depuis plusieurs décennies, ou en tout cas n’intéresse qu’à la marge par rapport à d’autres grandes thématiques de l’historiographie actuelle4.

  • 5  Voir les références sur le site de la Fondation Gabriel Péri www.gabrielperi.fr. Voir également le (...)

3Osera-t-on dire que les choses sont en train de changer ? Assurément, l’histoire du socialisme intéresse de nouveau : outre l’équipe réunie autour de la Grande Édition Marx-Engels, qui vise à offrir une édition intégrale des textes des deux hommes, et quelques séminaires autour de Marx et des marxismes5, on constate que ce n’est pas le seul Marx et ses épigones les plus célèbres qui bénéficient de la conjoncture actuelle, mais bien tout un ensemble d’auteurs et d’acteurs de l’histoire du socialisme depuis ses origines dans la première moitié du xixe siècle. Depuis quelques années, plusieurs éditeurs rééditent des textes d’avant 1914 sur les différentes variantes de socialisme, marxisme, anarchisme… Citons les éditions Agone (publications d’écrits anarchistes et syndicalistes révolutionnaires et premiers volumes d’une édition des œuvres de Rosa Luxemburg en partenariat avec le collectif Smolny), Demopolis (édition récente de textes croisés de Karl Kautsky et Jean Jaurès sur la Révolution française), les Éditions sociales (édition de la GEME et d’autres textes à venir), dans une certaine mesure les éditions du Bord de l’eau avec notamment la collection « Bibliothèque républicaine » de Vincent Peillon, enfin « La ville brûle » qui annonce une collection « Marx XXI » avec quelques classiques socialistes et « pré-marxistes » ainsi que des essais originaux. On en oublie ici, mais les textes (ré) édités sont de plus en plus nombreux. Sans même mentionner d’autres « grandes » maisons qui, jusqu’à une date récente, ne publiaient plus de textes sur ce thème !

4La seule énumération des ouvrages montre bien ce regain d’intérêt. La liste elle-même indique combien l’ensemble est pluriel… voire conflictuel. Publications qui témoignent donc d’un certain éclatement, caractéristique des lendemains de la fin du « socialisme réel », mais qui montrent aussi un véritable intérêt pour des projets politiques et sociaux, certes anciens, mais encore susceptibles d’alimenter des réflexions sur des projets transformateurs crédibles au xxie siècle. Sans renier deux siècles riches d’histoire, et à rebours de ceux qui ne voient dans une telle exploration qu’un passéisme archaïque, nombreux sont ceux qui s’engagent sur la voie d’une redécouverte d’auteurs encore oubliés ou décriés il n’y a pas si longtemps.

5Mais, on l’aura compris, la grande variété d’éditeurs et de textes rend difficile de les englober dans une démarche commune. Il n’est pourtant pas impossible de trouver un même horizon au-delà de projets assurément différents quant à leur finalité, politique ou historique : pour tous, il faut relire et retrouver tous ceux qui, marginalisés longtemps par quelques « classiques du marxisme », ont été oubliés au xxe siècle. Démarche d’autant plus légitime qu’elle s’accompagne le plus souvent de réédition de textes devenus introuvables et dont le contenu permet de mieux comprendre certaines thématiques souvent laissées de côté.

6Pour autant, doit-on abandonner toute recherche sur Marx en tant que tel et ceux qui introduisirent son œuvre (ou tentèrent de le faire) en Europe ? Les contributions regroupées dans ce dossier, présentant des travaux trop peu connus ou des recherches en cours, montrent le contraire. L’histoire des socialismes avant 1914, y compris les débats les plus connus (ou supposés tels) comme la question du « marxisme » des organisations politiques de l’époque, est réexplorée depuis quelques temps par quelques historiens, dont des auteurs du présent numéro.

7Bien sûr, les spécialisations de chacun(e) et les ères géographiques traitées induisent des propos divers. Il ne me paraît pas pour autant excessif de résumer la démarche voire la méthode des auteurs en formulant le constat suivant : il s’agit de revenir aux textes et archives de l’époque en contextualisant rigoureusement les usages (ou occulations volontaires) des textes de Karl Marx, depuis les éditions confidentielles jusqu’aux pratiques militantes inspirées par les mots d’ordre issus des textes du père fondateur.

8Reprendre de manière exhaustive le sujet de la réception de Marx impliquerait bien évidemment d’autres travaux. Le dossier ici entend proposer quelques éclairages sur des réalités nationales diverses. Le cas français, très spécifique et ayant posé de multiples problèmes, est envisagé sous deux angles d’approche. Le premier est suggéré par Jacqueline Cahen dans une contribution centrée sur l’histoire éditoriale des ouvrages de Marx et Engels des années 1880 à 1900 : on y découvre la grande variété de la réception d’une œuvre, loin d’être circonscrite aux seuls éditeurs militants, et tout l’intérêt qu’il y a à rapprocher ces canaux de diffusion de l’œuvre de Marx et Engels de la vie tumultueuse de l’histoire éditoriale de l’époque. Vincent Chambarlhac prend quant à lui à bras-le-corps la question de la « fausse évidence » de « l’orthodoxie marxiste » du socialisme français, accusation qui aura – c’est le moins que l’on puisse dire ! – la vie dure dans l’hexagone. Au fond qui lit Marx dans la SFIO entre 1905 et 1914 ? Comment ? Pourquoi ? à quelle fin ? Sans prétendre répondre à toutes ces interrogations, l’historien nous livre une description minutieuse des publications du parti et des réflexions stimulantes sur les usages de Marx par une organisation politique.

  • 6  Emmanuel Jousse, Réviser le marxisme ? D’Édouard Bernstein à Albert Thomas, 1896-1914, Paris, L’Ha (...)

9Les deux autres articles offrent des regards volontairement « décentrés » par rapport aux pays habituellement étudiés pour la réception de Marx et la constitution d’un ou de « marxismes ». D’aucuns seront ainsi certainement surpris de ne pas trouver des pays « phares » comme la Russie ou encore l’Italie, sans même parler des réceptions dans les pays d’Europe centrale et orientale. Il nous est apparu intéressant, en attendant des renouvellements en cours sur les pays précédemment cités, de publier deux contributions sur des pays en apparence plus marginaux pour un tel sujet. Emmanuel Jousse, auteur d’un ouvrage remarqué sur la transmission du révisionnisme en France6, revient sur la « chronique d’un non-lieu », l’introduction du marxisme en Grande-Bretagne. Confrontant les textes de Marx aux diverses tendances socialistes de la fin du xixe siècle, il retranscrit avec précision et à la lumière d’une abondante historiographie les raisons qui ont empêché le pays de la révolution industrielle (et accessoirement celui où Marx a vécu pendant plusieurs décennies…) de devenir une terre fertile pour les idées du philosophe allemand. Enfin, le problème du lien entre le « marxisme », ou ceux qui s’en réclament, et la réalité des pratiques ouvrières constitue le cœur de l’article de Michel Ralle qui revient sur un cas particulier, l’Espagne, pays où la configuration politique et sociale est éloignée de celle des pays les plus industrialisés de l’Europe. Peu réputé pour ses discussions doctrinales et surtout en concurrence avec un puissant mouvement anarchiste, le socialisme espagnol offre par ailleurs un exemple intéressant de « réception de la réception » en quelque sorte puisque le guesdisme français, par la médiation notamment de Paul Lafargue, a joué un rôle important dans la connaissance d’un certain marxisme, sans que les appropriations de Marx dans la péninsule puissent se résumer à ce seul emprunt.

  • 7  Georges Haupt, op. cit., p. 77-109.

10On l’aura compris, si « marxisme » il y a (le terme existe bien dès cette époque), les différentes contributions adoptent de fait une définition minimale, mais féconde, qui permet de comprendre toute la diversité de ses expressions historiques : moins que la distance supposée à l’égard des textes de Marx, les articles traitent ici du « marxisme réel » d’avant 1914, celui qui a permis – ou au moins accompagné – l’imprégnation, forte ou faible, d’un certain nombre de références issues de la lecture de Marx dans des organisations politiques (« de gauche » dirions-nous aujourd’hui) en Europe et ce dans des situations très diverses, que ces références soient concurrencées (Espagne), faiblement introduites (Angleterre) ou prétendument déformées (France). On peut ici rappeler une nouvelle fois Georges Haupt qui définissait, dans son article « Marx et le marxisme », ce dernier en fonction de l’apparition concrète du terme dans le langage des partis de la Deuxième Internationale, notamment la social-démocratie allemande, en renvoyant à un « système » politique cohérent fondé sur quelques textes vulgarisés de Marx et Engels et popularisés par des figures comme Karl Kautsky et de nombreux cadres des partis sociaux-démocrates et socialistes dans toute l’Europe7.

11Ainsi, par rapport à cette définition très large, rien de définitif n’est proposé dans ce dossier, mais bien des axes de réflexions qui devraient permettre d’élargir les recherches sur des acteurs de « second rang », si décisifs pour comprendre la réception de Marx : les traducteurs, les éditeurs, les militants anonymes ou peu connus publiant des extraits de Marx dans la presse syndicale ou politique locale… L’étude des emprunts dans le langage politique quotidien ou dans la vulgate qui peut être enseignée dans les écoles de formation par des cadres intermédiaires ne présente en soi qu’une faible originalité quant à leur contenu ; les modalités qui permettent leur transmission présentent en revanche un grand intérêt pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des gauches en Europe. La réception ne peut isoler aucun de ces aspects, sans lesquels on risque de surévaluer artificiellement le propos de Marx en opposant la pureté des textes originels aux usages concrets ou, à l’inverse, enlever toute importance à l’influence des théories marxiennes en pointant la distance qui les sépare des pratiques militantes « à la base », en les déconnectant des enjeux stratégiques et théoriques. Vaste chantier que de faire communiquer ces différents niveaux, dont les auteurs présentent ici quelques exemples concrets éclairants.

12Au fond, s’il y a bien une différence entre Marx et le marxisme, ce dernier ne peut être résumé à une simple « trahison », sans quoi on évacue une dimension historique fondamentale de l’histoire des mouvements ouvriers. Les dirigeants de la social-démocratie allemande d’après 1945 ne s’y sont eux-mêmes pas trompés en tentant de rayer de leurs textes Marx et le marxisme à la fin des années 1950, lors des interprétations données du fameux congrès de Bad-Godesberg. En contrepoint du dossier, l’article de Karim Fertikh publié dans la rubrique « Débats » offre un éclairage particulièrement stimulant sur la « sortie » de Marx dans le pays où sa théorie avait été pour la première fois officiellement revendiquée par une organisation de masse : l’Allemagne. En décortiquant la façon dont le discours sur Marx de la direction du SPD a changé dans les années 1960-1970, Fertikh montre que la « rupture » de 1959 résulte bien plus d’une reconstruction ultérieure que d’une préparation minutieuse à la veille du congrès. L’article mobilise des sources peu connues, ainsi les brouillons préparatoires du projet de nouveau programme de la social-démocratie, à distance donc de la traditionnelle « histoire congrès » telle qu’elle fut pratiquée pendant longtemps par certains, montrant l’utilité de sources peu utilisées sur un sujet pourtant bien connu. C’est un appel également, pour l’histoire du socialisme, à développer les nécessaires échanges entre historiens, politistes et sociologues.

  • 8 Ces bibliographies seront publiées sur le site des Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, h (...)

13Enfin, en complément, nous publions dans ce dossier des Cahiers deux bibliographies sélectives qui permettent d’ouvrir sur d’autres lectures8. D’une part, un extrait de la bibliographie des œuvres de Marx et Engels de 1880 à 1901, instrument de travail majeur dont l’intégralité sera publiée sur un site dédié à l’histoire des éditions de Marx et Engels. Ce site s’inscrira dans le travail en cours de numérisation de la totalité des éditions de Marx et Engels depuis l’origine jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale dans le cadre de la BiNumME (Bibliothèque Numérique Marx Engels) en cours de réalisation dans le cadre de la Maison des Sciences de l’Homme de l’université de Bourgogne présidée par Serge Wolikow. D’autre part, nous mettons à disposition de nos lecteurs une bibliographie de publications récentes en plusieures langues qui témoignent de l’avancée des travaux sur l’histoire de la réception de Marx et des marxismes.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment l’œuvre de Maximilien Rubel et son édition de la Pléiade des œuvres de Marx qui exclut… Friedrich Engels.

2 Daniel Lindenberg, Le marxisme introuvable, Paris, 10/18, 1975.

3 Voir notamment la revue Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle (auparavant Cahiers Georges Sorel) qui a sorti de l’oubli cette figure éclectique dans le sillage de la « deuxième gauche ».

4  Georges Haupt, L’historien et le mouvement social, Paris, Maspero, 1980. Voir la mise au point récente de Patrizia Dogliani, « Socialisme et internationalisme », Cahiers Jaurès, n° 191, 2009, p. 11-30.

5  Voir les références sur le site de la Fondation Gabriel Péri www.gabrielperi.fr. Voir également le séminaire www.marxau21.fr

6  Emmanuel Jousse, Réviser le marxisme ? D’Édouard Bernstein à Albert Thomas, 1896-1914, Paris, L’Harmattan, 2007.

7  Georges Haupt, op. cit., p. 77-109.

8 Ces bibliographies seront publiées sur le site des Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, http://chrhc.revues.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Numa Ducange, « Introduction. Réceptions de Marx en Europe avant 1914 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 114 | 2011, 11-17.

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Introduction. Réceptions de Marx en Europe avant 1914 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2214

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page