Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-8

Texte intégral

1L’ordre du monde est branlant. Comme certains l’avaient très tôt pensé, l’onde de choc de l’effondrement de la puissance soviétique n’en finit pas de produire ses effets, de plus en plus loin de son épicentre. Bien loin d’avoir mis fin à l’histoire, cet événement, qui semblait à peine en être un tant il apparaissait comme l’aboutissement d’un long processus, a néanmoins marqué l’entrée dans une autre histoire dont nous sentons qu’elle nous entraîne loin, bien plus loin que nous ne pensions, loin de nos repères, loin de l’ordonnancement ancien de notre monde. Prise de conscience émouvante pour l’historien que cet effet du temps d’une ampleur qui ne s’annonce pas. Prise de conscience moins émouvante que troublante pour le citoyen qui peine dans ce monde redessiné à retrouver ses lignes de force, ses priorités. Du coup, l’ensemble du passé devient d’une constitution incertaine et l’on s’y déplace avec prudence. L’historien, lui aussi citoyen, redécoupe ses objets, dubitatif soudain sur leur signification.

2Des peuples se révoltent avec succès dans le nord de l’Afrique et au Proche-Orient, renversent des dictatures qui réduisaient au silence, à l’exil, toute opposition depuis des décennies, réduisaient des peuples pillés à la misère, et nous peinons à partager leur enthousiasme. Nous hésitons sur le sens à donner, nous redoutons les lendemains de révolution. Nous pensons, avec un peu de honte et sans bien fonder nos appréhensions, aux lendemains qui déchantent. Nous sommes comme pétrifiés à cette pensée obnubilante des désenchantements. Nous mesurons peut-être aussi, gênés, combien nous nous étions accoutumés à ce silence de nos voisins du sud, à leur emprisonnement, à leur misère. Frères, sœurs, si proches et, dans nos constructions mentales, souvent si lointains.

3Or, dans ces constructions mentales, nous pensons, nous avons la prétention de penser, nous historiens, que nous avons notre part. Nous ne comprenons plus bien aujourd’hui pourquoi nous avons été si lents à prendre la mesure des changements du monde dans lequel nous vivions, continuant à penser, si fidèlement, si pesamment, dans les cadres des états-nations, dans les cadres des clivages politiques hérités du xixe siècle, dans le cadre de notre hexagone et de ses passions. Bien sûr, nous ne savons que trop que « le passé dure longtemps », que son poids bien souvent obscurcit le présent et que nous nous faisons historiens aussi pour échapper à ces grands fantômes enivrants et angoissants que nous livre la mémoire collective. Ainsi, sommes-nous peut-être bien placés pour penser avec Marx que, si nul n’est en avance sur son temps, il convient de renvoyer le passé au passé pour comprendre le présent et envisager de possibles devenirs.

4Marx n’est certainement pas indispensable à cette pensée-là. Mais Marx est là, lui aussi, grand fantôme.

  • 1  Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, éditions Galilée, 1993.
  • 2  Louis Althusser, « Sur le jeune Marx », dans La Pensée, mars-avril 1961, repris dans Pour Marx, Pa (...)

5Il a été, il est encore, beaucoup question de retour de Marx. Voilà un retour qui n’en finit pas. Voilà bientôt vingt ans que Jacques Derrida évoquait « les spectres » de Marx, repartant des premiers mots bien connus du Manifeste du Parti communiste, « Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme »1. Ce spectre était alors un nouveau venu, présence surprenante et menaçante pour la « vieille Europe ». Le spectre de Marx, lui, ne nous a jamais quitté et plane sur la vieille Europe depuis plus de 150 années. Nous sommes, certes, hantés, nous le savons et l’admettons de plus en plus volontiers. Il est partout ou presque, dans nos pratiques, nos analyses, notre langue, cet auteur incisif, ce politique intrépide, dirigeant, exilé, passant par nécessité matérielle mais aussi intellectuelle les frontières, des États comme des genres de la pensée et de son expression. La masse des écrits, des éditions, des interprétations, des appropriations, croisés, juxtaposés, depuis 150 ans d’un continent à l’autre, se combinent avec des mises en œuvre politiques, diverses, conflictuelles, partout emportées par une grande débâcle, pour constituer un amas immense. La figure tutélaire, celle des affiches, des drapeaux, source de légitimité, source d’histoire, source d’enthousiasme, de confiance flotte toujours autour de nous, diffuse, mais, comme toute autre, de plus en plus déconstruite, désarticulée. L’invention du « jeune Marx » par Althusser, de la « coupure épistémologique » et les débats non éteints qui s’en suivirent, ne datent pas d’hier2.

  • 3  Il est impossible de présenter une recension tant les initiatives associatives, politiques, univer (...)
  • 4  Karl Marx, Le Capital, préface d’Olivier Besancenot, Paris, Démopolis, Collection Soleil Manga, 20 (...)

6Ce qui est en cause aujourd’hui, à travers la réapparition de séminaires, de nouvelles éditions, de publications critiques, ce n’est bien sûr pas un retour mais quelque chose comme une réappropriation au présent3. Réappropriation qui ne passe pas seulement par l’exégèse savante comme en témoigne l’une des plus récentes éditions françaises du Capital, sous forme de manga, ou encore la diversité des maisons d’édition impliquées dans les sept publications françaises de textes de Marx au cours de l’année 20104. Néanmoins, ce qui est sans doute le plus significatif est la reprise dans les différents champs de savoirs d’une analyse scrupuleuse des données textuelles, des formes de leur appropriation sociale, de leurs inscriptions dans les productions d’un temps court, de réseaux sociaux spécifiques. C’est dans ce processus de réappropriation qui passe par le renouvellement des questions et donc des découpages épistémologiques que le dossier proposé dans ce numéro par les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique prend place.

7Comme beaucoup d’autres travaux contemporains, cette production s’inscrit dans un découpage menu, dans une contextualisation serrée. Il s’agit d’un temps court, de quelques décennies, d’inscription dans des espaces précis, cadres nationaux, dont les spécificités intellectuelles et sociales apparaissent fortes pour la fin de xixe siècle cernée ici, de la disparition de Marx à la Grande guerre. Le rapprochement, par la construction du dossier, entre la situation anglaise, évoquée ici par Emmanuel Jousse, une quasi-ignorance de la pensée de Marx, et la situation espagnole analysée par Michel Ralle, d’appropriation rigide et, somme toute, superficielle, est éloquente quant à la force des constructions politiques et culturelles nationales à laquelle est confronté l’internationalisme pensé et voulu par Marx. C’est une production de Marx, écartelée entre des enjeux locaux divers, difficilement audible parmi des voix, parfois passionnément hostiles, parfois simplement étrangères, qui nous est restituée ici. Mais ce sont justement les chemins concrets empruntés pour la rendre audible qui sont au cœur de l’intérêt des auteurs réunis par ce dossier des Cahiers d’histoire.

8Les différentes analyses montrent bien comment existe dans tous les partis socialistes de la fin du xixe siècle un « souci » du rapport à Marx, comment ce rapport à Marx est constitutif d’identités politiques, sans que l’identité socialiste s’unifie autour de cette référence, comme le développe notamment Vincent Chambarlhac à propos de la situation française de l’avant-guerre. Jacqueline Cahen aborde la même question d’un autre point de vue, celui du développement de l’édition, une édition qui n’entretient parfois que des liens lâches avec les structures et hommes du champ politique socialiste. La diffusion des écrits de Marx, l’appropriation, le débat public de sa pensée, à la fois, ne saturent pas l’espace socialiste, loin de là, et en même temps, le dépassent. Il y a bien des voix diverses de la diffusion, des petites brochures de la « Librairie » de la SFIO aux publications d’œuvres in extenso par des maisons d’éditions universitaires. Il y a bien diffusion et appropriation dans des espaces sociaux constitués selon des chronologies différentes et étrangères à Marx, des clivages politiques préalables, en dépit du volontarisme d’Engels, du Conseil général de l’Internationale, des déplacements de Lafargue pour favoriser l’appropriation dans tous les pays d’Europe des écrits de Marx.

9L’étude de la présence sociale de Marx et de sa pensée dans les sociétés européennes de la fin du xixe siècle passe donc ici par des études minutieuses des conditions matérielles de diffusion de cette pensée, des formes, des coûts des supports de cette pensée, comme de toute autre, la rendant au statut historien et historique commun.

10Cette approche, niveleuse, de recontextualisation exigeante, peut amener bien d’autres relectures. Ainsi Chantiers propose-t-il un retour sur l’espoir, bien oublié par la mémoire du communisme français, mis par les dirigeants socialistes français de 1918, en particulier Marcel Cachin, dans les propositions du président américain Wilson. Le spécialiste de la presse française, Dominique Laurent, montre ici à travers l’étude des numéros de l’Humanité de l’hiver 1918-1919, comment les principaux acteurs politiques de la SFIO voient, à ce moment-là, en Wilson un rempart contre le bellicisme de Clemenceau et lui réservent un accueil enthousiaste lors de sa venue à Paris. L’auteur met ainsi en évidence le rôle joué par la déception, face à la faiblesse du président américain lors des négociations du traité de paix, dans le choix majoritaire de l’adhésion à la IIIe Internationale au moment du congrès de Tours dans les mois qui suivirent.

11La même volonté d’échapper aux effets des lectures rétrospectives, de chercher à retrouver l’événement dans le temps court de son avènement, de prendre au sérieux les énonciations du moment et leurs effets, conduit, toujours dans le champ du socialisme, décidément fil conducteur de ce numéro des Cahiers, à revenir sur le rapport au marxisme de la social-démocratie allemande lors du congrès de Bad Godesberg. Karim Kertikh, s’appuyant sur l’analyse de la presse au moment du congrès, sur les déclarations des acteurs, remet vigoureusement en cause dans l’essai qu’il propose ici pour Débats, l’interprétation dominante et, selon lui, plus tardive, d’un parti allemand rompant en 1959 avec le marxisme et la tradition ouvrière.

12Autant de lectures, fondées sur une pratique historienne exigeante qui vise à saisir le vif de présents passés en s’échappant de la gangue des généalogies rétrospectives. Effort salutaire par lequel l’histoire sauve le présent de la fatalité des histoires déjà écrites.

13À ce présent, nous faisons place bien sûr aussi dans Métiers. Présent de la transmission de l’histoire, de sa « vulgarisation » dit sans ambages Alain Croix dans l’interview qu’il a accordée aux Cahiers. Philippe Daumas l’interroge ici sur l’association qu’Alain Croix a contribué à créer à Nantes, « Nantes-Histoire ». L’association, depuis vingt ans, rassemble un public important autour de prises de parole d’historiens, mais aussi d’ateliers d’histoire, espace collectif de travail historien débouchant sur des productions originales. Alain Croix aborde des questions cruciales, comme celle de la possible écriture de l’histoire par des non-professionnels.

  • 5  Sonia Combe et Hedi Saïdi, « Il faut ouvrir les archives de la dictature tunisienne », Libération, (...)

14Ce présent de l’histoire en train de se faire, nous souhaitons que ce soit aussi celui de l’histoire qui se déploiera dans les années qui viennent sur les rives sud de la Méditerranée. Aussi, pour installer d’emblée cette perspective, avons-nous demandé à nos collègues, Sonia Combe et Hedi Saïdi, de publier dans ce numéro des Cahiers la tribune qu’ils ont donnée à Libération ce mois de février 2011 : « Il faut ouvrir les archives de la dictature tunisienne »5. Façon d’appeler à des échanges historiens à venir de part et d’autre d’une Méditerranée qui ne serait plus une frontière hérissée de peurs. Nous savons que cette construction croisée des histoires est une des indispensables clés d’une meilleure compréhension de notre monde.

15Les Cahiers poursuivront d’un numéro à l’autre cet effort de décentrement ainsi que l’étude raisonnée de ces incessantes circulations des hommes, des marchandises, des idées qui ont donné ses formes au monde que nous connaissons, contribution historienne à un nouvel internationalisme, seul à même d’apporter un coup de jeunesse à la « vieille Europe ».

16Et « D’ici, d’ailleurs », ce sera aussi le thème des futures « Rencontres d’histoire critique » de Gennevilliers, les 25 et 26 novembre 2011. Tenez-vous donc prêts à venir y débattre de cette histoire.

Haut de page

Notes

1  Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, éditions Galilée, 1993.

2  Louis Althusser, « Sur le jeune Marx », dans La Pensée, mars-avril 1961, repris dans Pour Marx, Paris, Maspéro, 1965.

3  Il est impossible de présenter une recension tant les initiatives associatives, politiques, universitaires sont profuses. Signalons, pour exemple, les séminaires universitaires initiés par Jean Salem, professeur de philosophie à l’Université de Paris I dont, dans le cadre du Centre d’Études des Systèmes de Pensées Modernes, « Marx au xxie siècle, l’esprit et la lettre », http://www.marxau21.fr/. Dans une autre perspective, et institutionnelle et intellectuelle, le colloque organisé ce mois d’août 2011 au Centre culturel de Cerisy-la-Salle par l’Association de Formation psychanalytique et d’Études freudiennes, « Marx, Lacan : l’acte révolutionnaire et l’acte analytique ». Dans le domaine associatif, les associations « Espaces Marx » initient elles aussi des rencontres avec sociologues, philosophes, économistes, historiens qui, de façon très diverse, travaillent avec Marx. Dans son introduction au dossier, Jean-Numa Ducange rappelle l’importance des publications récentes, parmi lesquelles l’entreprise éditoriale des Éditions sociales, la GEME, Grande Édition Marx Engels, en partenariat avec la Fondation Gabriel Péri, l’Université de Bourgogne, la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon. Elle vise à publier pour la première fois une édition complète en français des textes de Marx et d’Engels. Ce travail d’édition critique est accompagné de l’organisation de journées d’étude, de colloques. Pour suivre, on peut consulter le blog http://lageme.blogspot.com/

4  Karl Marx, Le Capital, préface d’Olivier Besancenot, Paris, Démopolis, Collection Soleil Manga, 2011.

5  Sonia Combe et Hedi Saïdi, « Il faut ouvrir les archives de la dictature tunisienne », Libération, mis en ligne le 23/2/2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 114 | 2011, 3-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2213

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page