Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Nicolas Offenstadt, L’histoire bling-bling. Le retour du roman national

Paris, Stock, collection « Parti Pris », 2009, 148 p.
Claudette Toulmonde
Référence(s) :

Nicolas Offenstadt, L’histoire bling-bling. Le retour du roman national, Paris, Stock, collection « Parti Pris », 2009, 148 p.

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Nicolas Offenstadt paraît dans la collection « Parti Pris » de chez Stock, ce qui nous indique que nous sommes à la limite entre le pamphlet et le discours scientifique. L’auteur redit son irritation face à l’irruption constante du pouvoir actuel dans le champ de l’histoire, et qui se souvient de la formule de Lucien Febvre : « Une histoire qui sert est une histoire serve. »

2Les acteurs publics aiment à produire et ensuite imposer des souvenirs communs à une société donnée. Depuis la Révolution, certains régimes ont cherché à légitimer leurs pouvoirs par une politique mémorielle, de Louis-Philippe en passant par Napoléon III jusqu’à la IIIe République, alors que d’autres étaient guidés par des préoccupations de repentance, comme Louis XVIII sous la Restauration, ou d’expiation, après la défaite de 1870 et la Commune, avec « l’ordre moral » et l’édification du Sacré-Cœur à Paris. La mise en scène du passé collectif a une place essentielle dans les politiques symboliques. Ces interventions, que certains nomment « politique mémorielle » ou « politique de la mémoire », visent à rassembler tous les membres de la société autour d’une histoire commune.

3Nicolas Offenstadt appelle à la vigilance et étudie en dix épisodes cette « histoire (qui) est sans cesse théâtralisée, et le passé national lourdement mobilisé par le président de la République » (p. 22). Mais il ne se contente pas de dénoncer « une histoire pour consommateurs » (p. 26). Il propose aussi de réfléchir « au métier d’historien et aux enjeux de l’histoire dans l’espace public » (p. 27). Il place donc son propos dans une réflexion épistémologique, tout en cherchant à établir des rapports entre histoire savante et politique symbolique. Le pouvoir politique peut-il, en vertu de sa légitimité, instrumentaliser l’histoire ? À l’inverse, l’historien est-il le seul à pouvoir prétendre écrire l’histoire ?

4Pour l’auteur, il n’y a pas d’exclusive de l’historien à écrire l’histoire ou à s’approprier le passé. Il reconnaît au législateur le droit d’utiliser l’histoire. Cependant, si le pouvoir politique franchit la ligne rouge en falsifiant la réalité historique, en tentant de limiter la liberté de recherche ou d’enseignement, l’historien a le devoir d’intervenir au nom de l’éthique. Il dénonce une « histoire bling-bling (qui) se marque d’abord par des mises en scène soigneusement médiatisées, dans des lieux choisis comme symboliques, de combats valorisants, hauts lieux de la mémoire nationale » (p. 23), comme Verdun ou le maquis des Glières. Mais la dénonciation est encore plus virulente contre les techniques de désaffiliation idéologique ou le gommage du contexte des événements et des personnages de l’histoire.

5Cette politique mémorielle de Nicolas Sarkozy est parfaitement assumée et rédigée par Henri Guaino : pour lui, les personnages historiques de droite comme de gauche appartiennent à un patrimoine commun dans lequel le pouvoir politique peut puiser sans réserve. N. Offenstadt analyse attentivement l’exemple emblématique de Guy Môquet, qui a été instrumentalisé au cours de l’année 2007, mais dont l’engagement communiste en fidélité à son père, tout comme la défaite de 1940, ont été occultés pour en faire simplement « un héros mort pour la France ». Dans les chapitres suivants, il dissèque encore les procédés de déformation, comme l’idée d’une nation française remontant à la nuit des temps, alors que son unité est récente. Tout cela n’a qu’un seul but, celui de restaurer le « roman national ».

6De plus, cette politique mémorielle est mise en œuvre dans de nouvelles institutions, comme le Musée de l’histoire de France où l’on retrouverait « l’âme de la France » évoquée par Max Gallo. De même, la commission de réflexion sur la modernisation des commémorations politiques, présidée par l’historien André Kaspi, a repris dans son rapport le discours sarkozyste sur l’unité de la France et le retour du roman national. Le nouveau calendrier proposé réduit les commémorations aux seules dates du 14 juillet, du 11 novembre et du 8 mai, ce qui met en évidence les aspects militaire et héroïque des événements concernés. Les grandeurs nationales sont exaltées et les pages sombres sont à gommer. Il faut rejeter la « repentance », car la France perdrait son « unité spirituelle » (rapport cité, p. 92). Pour Nicolas Offenstadt, tout cela « relève d’un volontarisme moral et en rien d’une description, même imprécise, d’une donnée historique » (p. 93).

7Ainsi, cette politique veut limiter les lois mémorielles, nommées ainsi depuis la loi Gayssot de 1990. L’analyse du rapport de la mission d’information sur les questions mémorielles, présidée par le président de l’Assemblé nationale, Bernard Accoyer, relayant l’inquiétude d’historiens et d’académiciens réunis dans l’association « Liberté pour l’histoire » présidé par Pierre Nora, est très claire, bien qu’elle soit plus fouillée que la précédente et que la mission ait auditionné de nombreuses personnalités proches des réalités sociales. Mais pour Nicolas Offenstadt, il n’y a pas de craintes à avoir du fait de ces lois mémorielles, ni quant à une multiplication des mémoires communautaires, ni quant à la liberté de travail de recherche. Il se situe dans la perspective de l’association « Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire » (CVUH) qu’il a contribué à fonder au printemps 2005, qui souhaite conserver la loi Gayssot contre le négationnisme, la loi sur la reconnaissance du génocide arménien, la loi Taubira sur la traite et l’esclavage, mais récuse la loi de 2005 sur le rôle positif de la colonisation. Pour lui, l’historien doit être attentif aux « mémoires meurtries ». Or, le roman national univoque oublie manifestement « les communautés », « les mémoires » (p. 113).

8Nicolas Offenstadt ne reste pas dans la critique et le pamphlet, il propose aussi de construire : « Il convient de proposer de nouveaux espaces d’échanges » (p. 141) en complément de tout ce qui répond à une demande forte, comme des expositions, des conférences, mais aussi des forums, des débats où des historiens exposeraient les résultats de leurs recherches et où les mémoires dominées pourraient être reconnues. Ce serait une nouvelle forme de « vivre ensemble ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Toulmonde, « Nicolas Offenstadt, L’histoire bling-bling. Le retour du roman national », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 04 mars 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2195

Haut de page

Auteur

Claudette Toulmonde

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page