Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation

Paris, Gallimard, 2009, 294 p.
Arnaud Saint-Martin
Référence(s) :

Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009, 294 p.

Texte intégral

1Critiquer De la critique n’est pas une mince affaire, déjà parce que l’ouvrage est d’une grande densité théorique. Il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour que la copie apparaisse à peu près lisible, et on mesure d’autant mieux le coup de force que constitue l’écriture de ce « petit précis », compact et pourtant si ample dans ses développements conceptuels. Luc Boltanski, ici encore, sait faire preuve d’habileté argumentative.

2De la critique a déjà été maintes fois commenté depuis sa parution l’année dernière. Rarement l’interprétation biographique a été mise de côté. Il paraît évident que l’essai est une forme de bilan de carrière pour son auteur, le prétexte à une réflexion sur une trajectoire intellectuelle ponctuée par de retentissants coups intellectuels. Soit, cet angle de lecture s’impose : il est difficile de ne pas (vouloir) lire entre les lignes, de deviner çà et là les traces de conflits interpersonnels d’hier (et peut-être encore d’aujourd’hui). Si Boltanski se répand en nuances et en euphémismes sur la dispute à l’origine de sa prise de distance avec Pierre Bourdieu, on mesure l’importance cruciale de l’affaire dans son parcours. De la « sociologie critique » à la « sociologie (pragmatique) de la critique », le sociologue s’est donné les moyens de ses ambitions, il a pu composer sans rendre de comptes et avancer dans l’indifférence d’anciens collègues restés dans le giron bourdieusien. Alors oui, on peut y déceler une sorte d’histoire indigène de la sociologie française, un discours de témoin utile à l’historien des sciences sociales. En même temps, le lecteur désirant en savoir plus sur les coulisses restera peut-être sur sa faim, mais au moins percevra-t-il les motifs théoriques du partage entre sociologues critiques et sociologues « pragmatiques ». Mais encore faudra-t-il accepter ces catégories, ces divisions quelque peu binaires, que les acteurs de la sociologie pragmatique se sont plu à instaurer puis à reconduire. Car c’est une certaine versiondu programme bourdieusien que Boltanski donne à lire et il y a fort à parier que les lecteurs, et pas seulement les bourdieusiens, y trouveraient à redire. Et puis, il n’y a pas de doute non plus que ce retour à Bourdieu a de quoi irriter ceux qui n’ont jamais tergiversé ni rompu avec le maître… Ces questions, on l’imagine, sont à l’esprit de bon nombre de lecteurs qui n’achètent pas le livre sans arrière-pensée ; et je ne pousserai pas l’imposture en disant que je n’y ai pas songé un instant, la simple critique de l’ouvrage m’enjoignant de prendre position. Mais là n’est pas l’intérêt, en fin de compte. Qu’on soit clair d’ailleurs : réduire De la critique à l’essai autobiographique est paresseux. Pourtant engagé dans un effort de réflexivité, Boltanski a la bonne idée de mettre en sourdine les problèmes d’ego – le sien déjà – et les petits différends saturés d’affects.

3Il rappelle dès l’avant-propos que l’essai reprend les notes d’exposés commandés par Axel Honneth, le patron du mythique Institut de recherche sociale de Francfort. Ces « Conférences Adorno » le situent d’emblée dans le groupe numériquement restreint et sélectif des social theorists. Satisfaire au cahier des charges n’est pas simple. La voix doit porter, se frayer un chemin dans la cacophonie ambiante, faire preuve d’audace. De ce point de vue, le pari est réussi. Boltanski fait du Boltanski, avec l’inventivité qu’on lui connaît. Il bricole, dans une langue alerte et jamais pédante, des notions et des formules qu’il met en série au fur et à mesure des exposés. Il passe à la moulinette les traditions intellectuelles (pragmatisme, philosophie analytique, sociologie critique, pour peu que ces étiquettes aient un sens) pour les servir à sa sauce. L’ambition n’est pas de former un paradigme mais de (re)mettre à plat des problèmes fondamentaux et le vocabulaire des sciences sociales.

4Le plus important de ces problèmes concerne le positionnement du sociologue par rapport à son domaine d’étude. D’emblée la tentative d’initier un dialogue entre la sociologie critique et la sociologie pragmatique bute sur la difficulté à rendre compatibles ces deux approches pour la raison simple qu’elles s’appuient sur des conceptions bien différentes de la réalité sociale. Tandis que la sociologie critique analyse des contraintes et des déterminations sociales s’exerçant sur des « agents », la sociologie de la critique s’intéresse aux capacités d’« acteurs » qui ne se réduisent pas à de simples pantins. Dans les deux cas, la situation du sociologue sur le terrain est pensée d’une certaine façon. Le sociologue critique est tout-puissant et se prévaut d’une autorité incontestable dans le dévoilement des pathologies de l’ordre social. De l’autre côté, le sociologue « pragmatique » accompagne le discours des acteurs, qu’il sait capables de beaucoup de choses. Plutôt que de surenchérir dans la discorde, Boltanski choisit de repartir de zéro – qui sait, les éléments agencés dans son argumentaire pourraient-ils entraîner un consensus dans les deux camps. Enfin, l’auteur est assez pragmatique pour éviter une fastidieuse refondation des sciences sociales ; il substitue à cela une utile clarification des structures élémentaires de la vie sociale. À partir du troisième chapitre consacré au « pouvoir des institutions », il assemble bout à bout une théorie intégrative de la réalité sociale. Avec tant d’autres, il met d’abord en évidence le caractère construit de cette dernière. La distinguant du « monde », qui décrit ce qui arrive (au sens de Wittgenstein), il montre qu’elle est l’objet de constructions sémantiques multiples. L’analyse des institutions sociales donne corps à ces abstractions. Boltanski en révèle la nature paradoxale : « êtres sans corps », les institutions n’en requièrent pas moins l’intervention de « porte-parole » les incarnant (p. 131). Ces acteurs sont chargés et/ou se chargent de les rendre visibles en actes. L’enjeu est de reconduire l’autorité auto-évidente des institutions. Mais cette stabilisation des fondements institutionnels de la vie sociale n’est jamais tout à fait réalisée. La détermination de ce qui est, de ce qui doit être, c’est-à-dire la réalité sociale, s’expose aux éventuels procès en légitimité des porte-parole et des « instances de confirmation » assurant la « maintenance de la réalité » (p. 159). Et la réalité ne tient parfois qu’à un fil. C’est pourquoi les « experts » en définition et en légitimation, déjà analysés dans l’indépassable ouvrage de Peter Berger et Thomas Luckmann La construction de la réalité sociale, s’efforcent de lutter contre le dévoilement de ce que Boltanski appelle la « contradiction herméneutique », c’est-à-dire le doute, toujours susceptible d’apparaître à la conscience des acteurs, « quant à la teneur de la réalité » (p. 133). Les acteurs de la maintenance du social et de ses allants de soi n’ont ainsi d’autre objectif que d’anesthésier le sentiment d’inquiétude qui menace de naître dès qu’une conjoncture trahit l’arbitraire et la contingence des fondements de la réalité. Pourtant, la vie sociale n’est jamais totalement cadenassée. Boltanski évoque des « zones d’autonomie temporaire », qui sont autant de « brèches » pour la critique (p. 149). C’est le cas, par exemple, des « épreuves existentielles » où l’humiliation ou l’injustice sont trop manifestes pour ne pas s’imposer aux acteurs, ou bien encore des expériences « border-line » échappant aux qualifications ordinaires de la réalité sociale (par exemple, la légalisation de l’euthanasie). Pour les critiques, l’enjeu est simple : il consiste à exploiter les contradictions sous-tendant ces situations (potentiellement) critiques (p. 167). Il consiste aussi à bien identifier ce contre quoi il s’agit de se battre. En l’occurrence, Boltanski réserve de belles pages à l’étude de la « gouvernance des sociétés gestionnaires », des rhétoriques sociales qu’elle institue et de la doxa qu’elle naturalise. Cette réalité-là est faite de valeurs lourdes (efficacité, nécessité du changement permanent, etc.) et confirme le rôle des « experts » dans la définition de ce qui est supposé être. Comprendre ces transformations importe d’autant plus que la critique court le risque d’être absorbée par les instances et les « responsables » de domination. Le plan des dominants serait même de fusionner le monde et la réalité, de constituer de cette façon un « mon&réal » (p. 204) qui casserait une bonne fois pour toutes l’idée que les fondements de la réalité sociale sont friables – on n’est certes pas loin de 1984. Boltanski est bien conscient que la tâche de la critique n’est pas aisée, mais l’urgence est telle qu’il est de bonne méthode de commencer le travail. Des petits gestes peuvent suffire à embrayer le mouvement de la critique, par exemple reconnaître la « factualité » des institutions (p. 233) et lutter pour assurer une « sécurité sémantique minimale » pour les personnes dans un contexte d’imposition violente de sens unique (p. 229).

5À l’évidence Boltanski veut se rendre utile. Le sous-titre de l’opus est on ne peut plus clair quant au programme. Il est question d’émancipation, et avant cela d’armer la critique. Alors que le « fantôme de la critique » (p. 36) se dissout dans l’acide d’une science bureaucratisée et passablement positiviste, De la critique ranime un spectre et se gausse de la frilosité des professeurs de neutralité axiologique. La tension entre le descriptif et le normatif, Boltanski choisit non pas de la surmonter mais plutôt de la travailler, de la mettre à l’épreuve. L’objectif de ce « petit précis », très pratiquement, est de fertiliser la critique en puissance, d’en affûter les armes, de bonifier sa « capacité à embrayer sur la réalité pour en modifier les contours » (p. 223). Reste à savoir précisément quelle serait la réalité la plus vivable vers laquelle les acteurs de la critique devraient tendre. Pour Boltanski, le mot de « communisme » cité en toute fin d’ouvrage est la promesse d’une « orientation émancipatrice » qui ne prenne plus les vessies pour des lanternes, c’est-à-dire assumant l’ambivalence constitutive de l’« appel de la vie en commun, qui est à la fois reconnaissance et dénégation de l’impossibilité pour les êtres humains de se lier les uns aux autres de façon à la fois cohérente, stable et juste » (p. 236). Renvoyant dos à dos l’ironie postmoderne et la bonne conscience des « imprécateurs » de la critique verbeuse, Boltanski stimule une posture éthico-politique faite de lucidité et d’espérance dans les possibles. Charge aux lecteurs d’incarner les propositions d’un des plus pertinents porte-parole de la critique sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Saint-Martin, « Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 04 mars 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2193

Haut de page

Auteur

Arnaud Saint-Martin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page