Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la Jeunesse Républicaine de France. Entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste

Paris, L’Harmattan, 2009, 264 p.
Etienne Bordes
Référence(s) :

Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la Jeunesse Républicaine de France. Entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste, Paris, L’Harmattan, 2009, 264 p.

Texte intégral

1Encore en cours d’exploration, les organisations dites de « masse » sont parties prenantes d’un certain renouveau de l’histoire de « l’entreprise politique » (Michel Offerlé) du communisme français au xxe siècle. Guillaume Quashie-Vauclin a choisi d’emprunter courageusement l’un de ces sentiers peu battus, les organisations de jeunesse, s’intéressant à une étoile filante de la « constellation communiste » (p. 233), l’Union de la Jeunesse Républicaine de France. La postérité de cette organisation ne tient le plus souvent qu’à la nature cocasse (pour une organisation communiste) de son président d’honneur à la Libération : le radical Édouard Herriot (p. 92-93). Parfois effleuré mais jamais étudié en lui-même (p. 20-21), cet objet singulier pourtant riche d’une histoire complexe semble avoir enfin trouvé son historien.

2Produit d’une étude menée sur « deux courtes années » de Master, ce premier livre centré sur l’UJRF consacre sur le plan éditorial un travail universitaire de bonne tenue – chaleureusement « félicité » par son directeur Michel Dreyfus dans sa préface (p. 11) – et dont on ne peut que reconnaître le sérieux et la grande qualité. Marque concrète de l’intensité de sa recherche, les sources mobilisées par l’auteur appuient toutes ses réflexions sur une base matérielle parfois inédite, solide par son volume, sa richesse et son exploitation systématique. Mobilisant des fonds de dirigeants (Raymond Guyot, Maurice Thorez, Jean Pronteau), les archives de la direction du PC, quelques titres de presse partisane de l’époque (France-Nouvelle et L’Avant-garde), les Mémoires d’anciens responsables, Guillaume Quashie-Vauclin a su aussi habilement manier les riches ressources de l’oralité en faisant notamment appel à la « mémoire vive » des derniers secrétaires généraux de l’Union, encore bien vivants (au moment de l’enquête), Léo Figuères et Guy Ducoloné. (p. 251-253). Le « polycentrisme » de cet appareil conséquent – croisant les Mémoires de Philippe Robrieux ou d’Annie Kriegel avec la prose fleurie des Congrès communistes ou le témoignage d’Henri Martin – toujours utilisé avec la lucidité nécessitée par ses limites (comme pour l’analyse du Congrès de Lyon du printemps 1948, p. 130-133), soutient la thèse de l’auteur de manière convaincante.

3Cette « histoire complexe » (p. 242) ainsi étayée est restituée dans toute sa richesse par un parti pris problématique efficace souligné dès le sous-titre de l’ouvrage, « organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste ». L’UJRF se trouve en effet placée durant les onze années que dure sa brève existence dans un équilibre instable entre une vocation àl’œcuménique initiale, visible dans la dimension « distractive » de ses activités (p. 84-85), et la réalité pratique de sa position dans le « conglomérat communiste » (Jacques Ion, cité p. 23) comme mouvement politique, « poison pilote » de l’activité du PCF (Sylvain Boulouque, cité p. 236). Coexistant dans l’organisation, ces deux couleurs alternent à cinq reprises leur domination dans la ligne de l’Union selon la conception hégémonique du mouvement de jeunesse qui prévaut au sein du groupe dirigeant (André Marty et l’avant-garde contre le mouvement large voulu par Maurice Thorez et Raymond Guyot). Toujours reliée aux jeux brutaux de pouvoir qui agitent la direction, cette histoire de l’UJRF représente une porte d’entrée séduisante dans la vie interne du PCF du « cœur de glace de la guerre froide » (p. 233).

4Débutant par une brève histoire des organisations de jeunesse du PCF de la période 1920-1945, l’auteur plonge les racines de l’UJRF dans le terreau fertile de la JC élargie du Front Populaire et dans l’image « martyr » de la jeunesse résistante (prologue), Guillaume Quashie-Vauclin replace ainsi avec finesse la naissance de l’Union dans le rapport entre le passé des organisations de jeunesse du PCF (et de leurs dirigeants) avec l’état de structuration si particulier du mouvement communiste et du champ politique ou social de la France libérée (chapitre 1). Associée à la représentation d’un Parti résistant et responsable du fait de son entrée au gouvernement, l’UJRF connaît un âge d’or fugace au cours de l’année 1945 où l’Union de 250 000 membres atteint sur le plan numérique et symbolique le « sommet absolu » pour une organisation de jeunesse liée à un courant politique » (p. 81). Époque brève. À jamais déstabilisée par l’établissement de la Guerre froide (politiquement signifiée avec l’éviction des ministres communistes du gouvernement Ramadier en mai 1947) et les oscillations incessantes de sa ligne directrice, l’UJRF s’oriente par la suite tantôt dans un combat « d’avant-garde » la condamnant à ne fédérer qu’une faible élite militante (« la révolution Leroy » de 1945-1958, chapitre 2, la lutte contre la guerre d’Indochine ou lors de la manifestation contre le général Ridgway en 1952, p. 151-152), tantôt dans la réactivation anachronique de sa matrice résistante (cf. le serment du congrès de Lyon de 1948 p. 133-135). Cette période trouble de l’Union aboutit à un véritable effondrement de ses effectifs au début des années 1950 : ils se situent désormais en deçà du niveau de la JC d’avant-guerre, environ 15 000 membres (p. 255).

5Cet échec global très vite évident à la lecture pose évidemment la question de la si longue survie d’une organisation née (et morte d’ailleurs) par « en-haut » (p. 64-65). La description par l’auteur des rapports de force, des alliances et conflits internes au champ des organisations communistes éclaire sa persistance : e.g. l’insertion de l’UJRF dans les sombres trames de « l’affaire Marty » (p. 173-183) et l’exclusion violente du « mutin de la mer Noire », farouche partisan de la restauration de la JC, protègent un temps l’Union de ses nombreux détracteurs.

6Toutefois, on ne saurait réduire l’ouvrage de Guillaume Quashie-Vauclin à cette seule histoire politique de l’UJRF et la limiter au seul sommet partisan. La dimension sociale du travail de l’auteur présente à chaque fin de chapitre grâce à de très heureuses « études de cas » replace toujours l’Union dans une implantation locale, dans le « bas » de l’échelle militante (p. 101, 125, 145, etc.), donnant encore plus d’épaisseur à son portrait (en révélant notamment les difficultés fédérales à épouser dans les temps la ligne sinueuse décidée à Paris). En effet, l’histoire de l’UJRF représente dans le même temps une illustration de l’appropriation progressive d’une organisation imposée « sans enthousiasme » (p. 72) par les générations de militants qui s’y succèdent durant onze années. Cependant, malgré ces très pertinentes réflexions sur la dimension sociale de l’objet UJRF, cette thématique ne résonne qu’en mode mineur dans l’ouvrage. Si l’insertion de l’Union au champ des organisations communistes, voire au champ politique, est menée avec talent par l’auteur, quelques questions demeurent sur le poids de facteurs plus socioculturels dans la vie tourmentée de l’UJRF. L’échec terminal de l’Union ne peut-il pas aussi représenter l’impossibilité qu’a eue l’organisation communiste d’instituer, sous ce si signifiant singulier du terme « jeunesse », une réalité sociale plurielle complexe et changeante (l’après-guerre est notamment marqué par une scolarisation croissante dans le secondaire et surtout le supérieur) ? L’échec de l’intégration des Jeunes Filles à l’Union (actée dès la fin 1945, p. 106) puis les difficultés récurrentes, voire constantes, à s’implanter dans le monde étudiant (p. 118) ou dans celui du travail (p. 230-231) ne représentent-ils pas les signes de cette donnée et de ce problème essentiel qui structure et tourmente l’organisation de sa naissance jusqu’à son éclatement final en branches spécialisées (étudiants, ruraux etc.) ? L’histoire de l’UJRF n’est-elle pas celle d’un rendez-vous manqué entre la « jeunesse » qu’elle pensait rassembler ou instituer et ces jeunes sympathisants communistes qui se détournaient bien souvent de l’Union (parfois au profit du Parti) ?

7Ces quelques interrogations apparues au fil de la lecture et la centralité des relations UJRF-PCF dans la trame de l’ouvrage tiennent sans doute à l’origine des fonds archivistiques qui le soutiennent ; peut-être qu’un temps d’enquête supplémentaire aurait permis à l’auteur de dégager davantage « l’extraordinaire de l’ordinaire des choses », la banalité du fonctionnement quotidien de l’Union (vie des cercles, ou des fédérations, rôle des dirigeants dans la cohésion de l’organisation, difficultés financières, tensions internes…) si souvent éclairante en dépit de l’obscurité dans laquelle l’histoire la plonge.

8En somme, Guillaume Quashie-Vauclin livre aux chercheurs des fondations de grande qualité, ouvre des portes plus qu’il n’en referme et saura, espérons-le, trouver lui-même ou susciter chez d’autres un attrait pour cette « nouvelle entrée dans l’historiographie », l’UJRF (p. 243).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Bordes, « Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la Jeunesse Républicaine de France. Entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 04 mars 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2187

Haut de page

Auteur

Etienne Bordes

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page