Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Stéphan Soulié, Les philosophes en République. L’aventure intellectuelle de la Revue de métaphysique et de morale et de la Société française de philosophie (1891-1914)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 328 p.
Thomas Béraud
Référence(s) :

Stéphan Soulié, Les philosophes en République. L’aventure intellectuelle de la Revue de métaphysique et de morale et de la Société française de philosophie (1891-1914), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 328 p.

Texte intégral

  • 1  Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie et Jean-Yves Mollier (dir.), La Belle époque des revues (...)

1Saisie au cœur de la Belle époque des revues1, la Revue de métaphysique et de morale (RMM) est un objet éditorial mal identifié. La présence de la revue dans le paysage académique actuel est devenue à ce point incontestable que l’on oublie ce qu’a représenté le coup de force mené par de jeunes agrégés – Xavier Léon, Elie Halévy et Léon Brunschvicg – dans le moment 1900. C’est ce qu’entend montrer Stéphan Soulié, dans un travail tiré pour partie de sa thèse : rien de moins qu’un pari « fin-de-siècle ».

2Ce qui apparaît tout d’abord, c’est cette libido sciendi propre aux jeunes entrants dans le champ. La photographie utilisée pour la couverture est d’ailleurs trompeuse : en reconduisant l’image d’un univers universitaire noir et blanc, de philosophes aux attributs pileux grisâtres, on en oublierait presque que c’est un monde hétérogène, non seulement entre illlustres professeurs mais aussi entre eux et ceux qui prétendent à le devenir. De sorte que Les philosophes en République ne vise pas tant à promouvoir la figure de l’intellectuel engagé sous la IIIe République (e.g. la morale républicaine d’Émile Durkheim ou bien le solidarisme d’un Léon Bourgeois) qu’à décrire une entreprise philosophique collective mobilisant les ressources du champ académique et du républicanisme (i.e. gouvernement par la raison et la science) pour devenir pérenne. Voilà pourquoi il est opportun de souligner la nuance apportée au titre de l’ouvrage de Soulié, qui traite des philosophes en République et non pas de la République. Ces jeunes intellectuels ne gèrent pas cyniquement des plans de carrière ; leur envie s’exprime et n’existe qu’au travers des ressources disponibles à l’époque. D’ailleurs, en utilisant la correspondance entre Léon et Halévy, l’auteur montre clairement que ce qui caractérise cette aventure intellectuelle, c’est l’« amitié juvénile » sous-tendant le projet. La RMM possède les propriétés que l’on attribue plus régulièrement aux revues littéraires du moment (e.g. le Mercure de France, la Revue Blanche), c’est-à-dire d’être un périodique lancé par des jeunes bourgeois au sortir du lycée, qui ont davantage le souci de se faire un nom que d’en tirer une forme de revenu. Les fondateurs de la RMM ont un profil social et intellectuel semblable, celui effectivement de philosophes de la rive droite, représentants d’une bourgeoisie juive, formés dans les valeurs de l’école de la République, via l’École normale supérieure. Mais l’amitié ne suffit pas à transformer une « revue de jeunes » en un organe majeur de la philosophie française.

3Donc, Les philosophes en République n’est pas simplement la monographie d’une revue (identification des collaborateurs, fréquence de publication des uns et des autres, composition de la table des matières,…), c’est bien plutôt un travail d’histoire culturelle dont l’analyse porte principalement sur l’institutionnalisation d’un système de médiation intellectuelle remarquable par sa modernité. Dès lors, l’enquête ne commence pas à la date de la livraison du premier numéro de la revue – en 1893 –, l’auteur la fait remonter à 1891, et même plus amont si l’on tient compte du rappel de l’influence qu’exerça le maître en philosophie de ces jeunes agrégés alors qu’ils étudiaient au lycée Condorcet, à savoir Alphonse Darlu. L’auteur fait de Darlu un type sociologique, régulièrement négligé, remarquable d’asymétrie : bien que possédant une aura intellectuelle déterminante sur ses élèves – qui composeront un poème en son honneur –, il se trouve démuni du capital social nécessaire afin de les soutenir alors qu’ils démarchent en dehors des « classes Darlu » pour composer le comité de patronage (c’est finalement Frédéric Rauh, un « aîné prometteur » selon l’expression de Soulié, ayant soutenu une thèse sur le fondement de la morale, qui jouera cette fonction de relais). Toutefois, la reconnaissance de la dette qu’ils ont à son endroit reste intacte. Ainsi Darlu sera-t-il sollicité pour rédiger un texte pour le premier numéro.

4Sur le principe, l’ambition de la RMM est de dépasser l’opposition alors en vigueur entre le positivisme obtus régnant à l’université et le syncrétisme empreint de religiosité et de mysticisme qui a cours au-dehors. En déclarant vigoureusement appartenir à un idéalisme critique issu de la tradition rationaliste kantienne, il y a la volonté d’engager la philosophie dans un rôle régulateur quant aux conditions de possibilité et aux limites de la connaissance et de l’action. À l’encontre de la tendance à la spécialisation des savoirs et des disciplines qui a lieu à l’université, notamment dans les sciences humaines et sociales, et qui affaiblit la visibilité et la légitimité institutionnelle de la philosophie, la RMM propose un espace de médiation avec toutes les sciences qui devra participer de sa renaissance. C’est cette ligne de rupture avec les aînés qui va servir à son implantation dans le champ éditorial des revues philosophiques (i.e. remplacer la Critique philosophique de Charles Renouvier, qui a cessé de paraître en 1889, et surtout concurrencer directement la Revue philosophique de la France et de l’étranger, dirigée par Théodule Ribot). Formellement, cela se traduit par le choix provocateur d’employer le terme « métaphysique » dans l’intitulé d’une revue qui s’affirme rageusement rationaliste, c’est-à-dire attachée à l’exigence d’intelligibilité. Si cette stratégie de conviction ferme certaines portes d’accès faciles, elle offre en fin de compte de belles opportunités : ainsi Félix Ravaisson acceptera-t-il de rédiger l’article d’ouverture de la revue.

5L’entreprise connaît un succès rapide grâce essentiellement à Xavier Léon. L’auteur nous rappelle qu’alors qu’il aurait pu suivre la voie royale de ses camarades, il décide de ne pas s’engager dans un travail de thèse ou une carrière universitaire afin de se consacrer exclusivement à la RMM (devenant secrétaire de rédaction). Il préfigure le rôle du médiateur intellectuel contemporain tel qu’il existe dans les revues actuelles ; suivant ce motif, il peut être qualifié sans hésitation d’« entrepreneur de morale » (au sens propre, puisque profondément républicaine et rationaliste, comme au sens sociologique donné par Howard Becker). Ce philosophe à la fois brillant et éminemment sociable, qui cependant ne se perd pas dans l’éclectisme, va constituer et mobiliser les réseaux nécessaires à la poursuite du projet. Si la revue va devenir le représentant légitime de la production philosophique nationale, ce n’est pas tant grâce à la diffusion des numéros (les tirages restent faibles) que par l’aura acquise en France et les répercussions qu’elle va obtenir à l’international, résultats de ce travail de socialisation.

6Effectivement, Léon et Halévy  son « quasi-frère » –, ont très tôt compris que le projet de la RMM ne pourrait être viable qu’à condition de convertir le succès obtenu après le coup de force des premières publications. Cette stratégie s’effectuera sur deux plans. Le premier se traduira par une révision et un réajustement de l’économie morale de la revue. Par exemple, les jeunes plumes vont peu à peu s’effacer derrière leurs collaborateurs : « le médiateur l’emporte sur le producteur ». De plus, la politique éditoriale, résolument ouverte au plus grand nombre de courants philosophiques afin de préserver l’autonomie de la discipline, va escamoter le plan annoncé d’une machine de guerre vis-à-vis du positivisme, du bergsonisme et du catholicisme (jusqu’à faire intervenir Bergson et les tenants de la « philosophie nouvelle » dans la revue) ; la réponse métaphysique que devait apporter la revue au malaise de la modernité (que l’on peut résumer par les 3D : le dérèglement social, le déchaînement des passions et le désenchantement) se dilue dans des publications dédiées surtout aux mathématiques (ce qui provoquera l’agacement d’Émile Chartier [Alain], pourtant l’un des premiers soutiens de la RMM). Le second plan visera l’institutionnalisation de la RMM suivant un système d’intégration efficace dans lequel nous trouvons outre la revue, la Société Française de Philosophie (fondée en 1901 sur l’initiative de Xavier Léon et de André Lalande), la publication des Bulletins de la SFP, ainsi que l’organisation du premier Congrès international de philosophie (en 1900). Cette fonction de régulation du travail philosophique va se traduire également par une intervention sur le contenu de la pensée. En effet, à l’occasion du tricentenaire de la naissance de Descartes, en 1896, la RMM – comprenez Xavier Léon – lance une vaste souscription destinée à la réédition complète de ses œuvres. L’objectif est de rappeler l’esprit français caractérisant le philosophe, autrement dit de le réintégrer dans la tradition philosophique nationale ; ainsi deviendra-t-il l’icône de la gauche républicaine – celle qui voue un culte à la raison, à la science et au progrès.

  • 2  Christophe Prochasson, « Philosopher au xxe siècle : Xavier Léon et l’invention du “système R2M” ( (...)

7Ainsi, à la suite d’une série de crises et de réajustements du projet initial dont rend compte Stéphan Soulié, l’aventure intellectuelle de la RMM va se convertir en un véritable laboratoire socio-épistémique que Christophe Prochasson (par ailleurs auteur de la préface) qualifia de « système R2M2 » (système qui aura très certainement suscité l’intérêt d’un Émile Durkheim dans la concrétisation de son projet sociologique). Le mérite de l’auteur est d’avoir poursuivi soigneusement l’entame de Christophe Prochasson par l’investissement d’un matériau exceptionnel (allant de 1891 à 1914) et par une restitution de grande qualité. Par ce travail, il ne fait pas que décrire la façon dont un périodique de jeunes peut se convertir en une revue reconnue ; il illustre le procès d’institutionnalisation d’un projet intellectuel aux frontières du champ académique permettant à un groupe d’universitaires de penser ensemble, procès dans lequel la revue exerce une fonction déterminante.

Haut de page

Notes

1  Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie et Jean-Yves Mollier (dir.), La Belle époque des revues (1880-1914), Paris, éditions de l’Institut Mémoires de l’édition Contemporaine, 2002.

2  Christophe Prochasson, « Philosopher au xxe siècle : Xavier Léon et l’invention du “système R2M” (1891-1902), in Revue de Métaphysique et de Morale, n° 1-2, 1993 : 109-140.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Béraud, « Stéphan Soulié, Les philosophes en République. L’aventure intellectuelle de la Revue de métaphysique et de morale et de la Société française de philosophie (1891-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 04 mars 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2185

Haut de page

Auteur

Thomas Béraud

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page