Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le PCF et le PCI face au mouvement étudiant de 1968

Giulia Strippoli
p. 99-112

Résumé

Le PCF et le PCI sont tous les deux pris à contre-pied par le mouvement étudiant de 1968. Les luttes que le deux partis n’avaient pas cessé d’invoquer dans les années soixante éclatent finalement dans des formes et avec des mots d’ordre qui ne sont pas ceux des communistes. Dans cet article, l’auteure reconstruit la réaction des deux partis communistes face aux étudiants comme protagonistes nouveaux des luttes sociales. Elle fait une comparaison entre les langages et les stratégies du PCF et du PCI face au mouvement étudiant de 1968. à travers cette analyse, Giulia Strippoli met en lumière les différences culturelles existant à ce moment-là entre les deux partis.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

étudiants, luttes, mai 68, PCF, PCI

Géographie :

France, Italie

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le mai français, aussi bien que le mouvement estudiantin italien, ont une vaste bibliographie de r (...)

1Les mouvements estudiantins qui ont secoué la France et l’Italie en 1968 ont été sans précédents dans l’histoire contemporaine des deux pays : l’éducation bien sûr, mais de très nombreux autres secteurs de la société ont été affectés. Les étudiants ont remis en cause les rapports sociaux traditionnels, le pouvoir, les partis politiques ; ils ont exprimé une contestation qui dépassait, dans ses contenus et ses méthodes, les formes habituelles de protestation. Considérant que les principales caractéristiques de ces mouvements ainsi que les différences entre les mouvements étudiants français et italien sont bien connues, nous proposons d’étudier ici spécifiquement les réactions au sein du PCF et du PCI face à ces mouvements étudiants1.

2En visant une compréhension globale de la ligne politique des deux partis, nous proposons ici une interprétation de la lecture du mouvement étudiant menée à l’intérieur des partis et de la façon dont cette lecture se traduit. Dans la conclusion, nous tenterons de formuler des questions qui émergent de l’étude de cette période et qui ouvrent des perspectives au-delà des événements.

3L’étude commencera par l’analyse des réactions du Parti français que nous comparerons à celles du Parti communiste italien. Cette étude s’appuie principalement sur des documents émanant des directions des deux partis et sur la presse communiste.

Le double effort du PCF

4En ce qui concerne la manière générale de considérer le mouvement, le PCF a oscillé entre deux attitudes : d’un côté, la compréhension et, de l’autre, une prise de distance. La « compréhension » a, de fait, signifié la volonté du PCF de faire entrer le mouvement dans ses propres schémas interprétatifs, de le ramener à son analyse, à sa théorie et à sa pratique politique.

5Cet effort d’intégration à sa pensée s’est traduit de plusieurs façons : d’une part, on s’est appuyé sur le passé du parti, on a minimisé la nouveauté et la spécificité du mouvement, on a mis en avant le fort niveau revendicatif. La direction du PCF a exprimé sa confiance dans ses possibilités de contrôler le mouvement et a affiché une absence de surprise, d’incertitude, d’hésitation. Les documents du parti le montrent : avant l’explosion du mouvement aussi bien qu’en plein cœur des événements et après les mois de mai-juin, le PCF insiste sur sa préparation face aux nouveaux enjeux politiques. À travers le soutien aux aspects du mouvement qu’il considérait comme positifs comme à travers sa critique, le but du parti semble avoir été de ramener la complexité du mouvement à la capacité du parti à l’interpréter avec ses propres instruments.

  • 2  Arch. dép. de la Seine-Saint-Denis, Archives du Parti Communiste Français (APCF), Fonds du Bureau (...)

6En février 1968, le bureau politique du parti parle de la « jeunesse ». Les étudiants ne sont pas encore une préoccupation à l’intérieur du parti, mais on trouve dans le compte rendu de la réunion des éléments à propos de la jeunesse. Les analyses développées alors montrent que le PCF n’exprime rien de nouveau ni de spécifique sur les jeunes au début de 68 : « Les jeunes s’éveillent à la vie politique dans une période de grands combats à l’échelle nationale et internationale avec, ce qui a toujours caractérisé la jeunesse, esprit de conquête, soif de nouveau, aspiration à la justice, etc. Mais aussi avec ce qui est le trait dominant commun à tous les jeunes : l’inexpérience. Si la jeunesse est ouverte pour une part aux idées neuves et révolutionnaires de notre parti, elle est aussi influencée par les idées réactionnaires, réformistes et gauchistes2. »

7Au cours de la même réunion, la direction du parti affirme la validité de son orientation en direction de la jeunesse, celle qui a été développée en 1966.

  • 3  APCF, CC, 4AV10/124-125.

8Les sources produites avant et après les élections montrent le parti confiant dans sa capacité à comprendre la nature et les dangers du mouvement et persuadé d’avoir appliqué une ligne politique capable de l’affronter. Au cours du comité central du 30 mai, pendant lequel on devait discuter du remplacement possible du pouvoir et d’une participation communiste à un gouvernement populaire d’union démocratique, des interventions donnent la mesure de l’assurance avec laquelle le parti parlait du mouvement estudiantin et de la confiance dans sa propre force face à ce dernier, confiance en grande partie due au déroulement des grèves des travailleurs et au succès de la manifestation du 29 mai. Georges Séguy, en parlant de la manifestation du 13 mai, affirme la puissance de la classe ouvrière face aux éléments gauchistes présents dans le mouvement estudiantin. La force du parti s’exprime dans le « sentiment qu’on peut gagner »,affirmé par Henri Fiszbin, et dans les mots de Jacques Roux : « Le parti a pris une influence considérable, non seulement parce qu’il fait des propositions mais aussi parce qu’il rassure contre les courants anarchistes et les dirigeants actuels de l’UNEF3. »

  • 4  APCF, BP, 2 NUM 4/5, 17 juin.

9L’évaluation du mouvement étudiant est à analyser dans le cadre des conceptions du parti à propos des luttes des masses, comme le souligne la réunion du BP du 17 juin, qui approuve le rapport présenté par Gaston Plissonnier : « L’orientation politique de la campagne du Parti est juste. La poursuivre en rappelant sans cesse le rôle du Parti dans le grand mouvement de lutte pour la défense des revendications des millions de travailleurs manuels et intellectuels4 ».

  • 5  Pour le rapport de Rochet et les autres interventions, CC de Nanterre, APCF, CC, 4AV10/127‑13.

10L’affirmation de la compréhension du mouvement se poursuit également après les élections. C’est surtout le rapport de Waldeck Rochet au CC de Nanterre des 8 et 9 juillet 1968 et les interventions au même CC qui le montrent : ces prises de parole traduisent l’absence de toute expression d’incertitude et de surprise5. Le secrétaire du parti expose le déroulement des événements en faisant une distinction entre les deux aspects du mouvement. Il mentionne tout d’abord le mécontentement profond et légitime comme la cause du mouvement et il rappelle la compréhension et la sympathie du parti, solidaire depuis toujours, en soulignant la convergence naturelle avec la lutte ouvrière. Mais ensuite, Rochet dénonce les dirigeants « irresponsables et troubles » des groupes gauchistes qui, selon lui, dès le début, ont exploité le mécontentement.

11D’autres interventions confirment l’impression que le parti est en train de démontrer qu’il n’a jamais perdu sa capacité d’interprétation du mouvement. Pierre Juquin en arrive à en réduire l’importance : « C’est une plaisanterie de dire que la totalité des étudiants a participé au mouvement : l’une des plus grandes sinon la plus grande manifestation étudiante à Paris, ça a été celle des étudiants gaullistes à la Concorde, qui étaient là avec leurs uniformes, leurs emblèmes, leurs calots, leurs blouses. »

12Admettre de ne pas avoir prévu les événements ne signifie pas admettre l’effet de surprise, comme le souligne l’intervention d’Henri Fiszbin et le lien établi avec l’histoire récente du parti : « Je crois que le parti était prêt non pas à prévoir ce qui s’est passé, mais je crois qu’il était parfaitement préparé à le comprendre et à l’apprécier correctement. Je pense notamment au CC d’Argenteuil, je pense aussi au CC sur les étudiants en 63. Moi aussi j’ai relu le rapport de Maurice Thorez et je crois personnellement que c’est ce qui nous a animés dans ce combat et qui doit continuer à nous animer. » Jean Suret-Canale est celui qui, le 30 mai, parle des étudiants de la façon la plus complexe : il recommande d’insérer un point sur les universités dans le texte commun prévu avec la FGDS et il souligne que les positions du parti sont complètement inconnues des étudiants. Il exprime également la volonté du parti d’être compris par les étudiants, mais il ne dit rien sur le sens inverse, sur la nécessité pour le parti de comprendre cette masse étudiante qui n’est ni communiste ni gauchiste et qui « tantôt nous applaudit, tantôt nous envoie les huées ».

13Dans l’interprétation du parti, parallèlement à l’affirmation de la compréhension du bien-fondé du mouvement, il y a aussi la volonté de se démarquer de certaines caractéristiques du mouvement considérées comme dangereuses et négatives.

14Cette prise de distance s’appuie également sur le maintien de la critique que le PCF – en reprenant les enseignements de Lénine – avait déjà émise dans le passé contre ce qui était considéré comme « extrémiste », « gauchiste », « aventuriste ». En effet, pendant les événements, la lecture faite en mars par le secrétariat demeure valable. À cette occasion, face à la nécessité d’une bataille idéologique plus rigoureuse et systématique contre les groupuscules gauchistes et trotskystes, la direction du parti avait indiqué dans ses campagnes de presse et dans la brochure de Waldeck Rochet de 1967, intitulée Qu’est-ce qu’un révolutionnaire dans la France de notre temps ?, les moyens de mener le combat contre l’activité néfaste des groupuscules. En lisant le texte de Rochet, on retrouve tous les éléments des dénonciations successives du gauchisme : les enseignements de la révolution d’Octobre, la critique de Lénine contre le gauchisme, la réaffirmation du rôle de la classe ouvrière et du parti comme le seul parti révolutionnaire « dans le bon sens du terme ».

15La critique concerne les éléments irresponsables qui, aux yeux du PCF, tentent d’exploiter le mouvement : elle fonde la distinction entre les gauchistes et la masse des étudiants. En soutenant l’action des étudiants comme expression de revendications légitimes et du mécontentement contre la politique gaulliste, le PCF pose dès le début les bases d’une interprétation nette des événements : tout ce qui peut bénéficier de la solidarité du parti est exalté comme étant le cœur de l’action des étudiants, tandis que tout ce qui ne peut entrer dans ce cadre fait partie des tentatives gauchistes et petites-bourgeoises d’exploiter et de dévoyer le mouvement.

16Le parti manifeste donc dès le début des événements son appui aux justes revendications des étudiants contre la politique de De Gaulle, mais, en même temps, il taxe de provocation tout ce qui n’en fait pas partie.

  • 6  L’article de France Nouvelle (24 avril, p. 5) est « Gauchistes, le gaullisme y trouve son compte » (...)

17Dans cette perspective, on peut comprendre la double analyse du gauchisme : celui-ci est amplifié au niveau théorique, comme danger idéologique qu’il faut combattre par tous les moyens, et, en même temps, le gauchisme réel, en tant que phénomène à l’intérieur des facultés, est minimisé. Le parti déclare donc son appui et sa sympathie à l’action des étudiants en valorisant les aspects du mouvement étudiant qu’il peut ramener à sa politique. Un article de France Nouvelle du 24 avril, les discussions du secrétariat lors des réunions du 2 et du 30 avril, et également le fameux article de Georges Marchais du 3 mai publié dans L’Humanité montrent la distinction établie entre le niveau revendicatif des étudiants et l’action des gauchistes6. Le parti ne reconnaît pas au mouvement de caractéristiques demandant des instruments d’analyse neufs et des conduites politiques différentes de celles qu’il pratique déjà : la pression revendicative par rapport au gaullisme et la présence gauchiste comme danger principal pour le mouvement lui-même sont les deux éléments qui ont cristallisé l’analyse du mouvement étudiant pour le PCF.

L’évaluation du PCI

18En ce qui concerne l’appréciation générale du mouvement, on peut dire qu’au double effort du PCF correspond une appréciation généralement positive au sein du PCI. Elle s’exprime à travers la mise en valeur des aspects neufs du mouvement, l’absence de critique du gauchisme, la critique de l’impréparation du PCF et l’attention aux aspects qui dépassent la dimension revendicative.

19Le PCI essaye de formuler une perspective générale sur le mouvement étudiant : il critique plusieurs fois les incertitudes, les confusions, les contradictions du mouvement. On trouve aussi la critique de l’extrémisme, de la lutte pour la lutte, associée au danger de dérives autoritaires, avec le rappel des mouvements qui précédèrent le fascisme, ceux, notamment de certains artistes des années vingt qui, en Allemagne, virent dans le nazisme une forme de communisme.

  • 7  Luigi Longo, « Su alcuni aspetti della campagna elettorale », Rinascita, 12 avril 1968.

20Au sein du PCI comme du PCF, dans la lignée des enseignements de Lénine, il y a donc une critique du gauchisme, mais il s’agit ici d’une critique où la dénonciation du gauchisme n’occupe pas une place privilégiée, renvoyant à toute l’histoire des luttes du communisme contre les dérives gauchistes. On y trouve plutôt des jugements d’ensemble sur le mouvement, où les critiques ne concernent pas seulement le danger du gauchisme, mais aussi les confusions entre la nature du mouvement et les conséquences politiques générales. Ce sont surtout les articles que le secrétaire du parti, Luigi Longo, publie dans Rinascita avant les élections de mai qui explicitent la proximité que le parti voulait exprimer envers les étudiants. Ces articles ont été interprétés, soit comme une ouverture et une recherche de compréhension sincère de la part du secrétaire du parti, soit comme un argument fort destiné à la campagne électorale. Mais il s’agit aussi de ramener les éléments de désordre et d’indiscipline du mouvement vers le parti, sans remettre en cause la ligne idéologique, et de les intégrer dans la théorie et la pratique militante : « Je ne crois pas qu’un profond renversement dans les consciences et dans les orientations, surtout, des larges masses des jeunes, puisse se produire d’une façon “polie” et “disciplinée”. Seuls des rêveurs et des bureaucrates peuvent penser de cette façon. C’est justement parce que nous sommes marxistes, communistes, révolutionnaires, que nous savons que de profonds renversements politiques et sociaux ne peuvent pas ne pas bouleverser des schémas préconstitués, de vieilles croyances, en un mot, mettre tout en discussion. Nous sommes ouverts à tout ce qu’il y a de nouveau dans le développement de la situation italienne ; nous nous gardons de la conviction que nous, et seulement nous, savons déjà tout et que nous devons aller chez les jeunes uniquement pour leur donner des leçons7. »

  • 8  Fondazione Istituto Gramsci, Archivi del Partito Comunista Italiano (APCI), Partito, 1968, Direzio (...)

21La position du secrétaire du parti n’est pas une position isolée au sein du PCI : des articles de Rinascita, tout comme les interventions dans l’organe de direction, montrent que le mouvement étudiant faisait l’objet d’une discussion complexe prenant en compte les éléments du mouvement qui touchaient le parti lui-même et qui émanaient des instances nouvelles du mouvement. Claudio Petruccioli, par exemple, pendant la réunion de la direction du 23 février 1968, porte une attention particulière aux éléments d’analyse qui pouvaient constituer une erreur dans le jugement du parti et mériter une critique : « Nous ne pouvons pas dire “nous sommes ceux-ci”, les positions justes sont les nôtres […]. Notre ligne révolutionnaire inclut aussi les positions erronées qui émergent du mouvement. Considérons la formule Potere Studentesco (pouvoir étudiant) : ça ne signifie pas la lutte contre les professeurs, les contre-cours, etc. (et on commence à comprendre qu’il s’agit de formules des élites) ; en effet, il s’agit d’une instance politique générale par laquelle on tente de résoudre la question du pouvoir en essayant de donner “le pouvoir” aux masses organisées dans l’école, dans les usines, etc. La question du rapport société civile – société politique est en jeu. Voilà un des points qui nous concerne directement8. »

22Au cours de cette réunion de la direction s’expriment des positions qui soulignent le caractère positif du mouvement, d’autres qui en mettent en relief les limites. Mais la complexité des positions n’arrive ni à cette occasion, ni pendant les autres réunions de direction, à créer une véritable polarisation autour de la manière de considérer le mouvement.

Les incompréhensions des deux partis face aux mouvements étudiants

23Concernant la façon de conduire l’analyse dans le PCF et dans le PCI, on peut repérer deux lignes différentes. D’un côté, le PCF s’efforça d’affirmer pendant toute la durée des événements – et après – la justesse de sa politique par rapport au mouvement étudiant, au mouvement ouvrier et aux élections de juin. De l’autre côté, le PCI ne parvint pas à exprimer un jugement politique univoque et une ligne politique précise par rapport au mouvement étudiant. Il finit, au Congrès du début de l’année 1969, par exprimer de manière formelle une orientation qui semblait négliger les éléments qui, en 1968, étaient apparus comme des nouveautés réelles, capables d’apporter de véritables changements.

24Le PCF a toujours voulu montrer la justesse de sa politique à travers l’absence d’autocritique, la réaffirmation du principe du centralisme démocratique, le refus du désaccord à l’intérieur du parti. Les comités centraux de Nanterre (les 8 et 9 juillet 1968) et de Champigny-sur-Marne (les 5 et 6 décembre 1968), avec la dénonciation des idées de Roger Garaudy et la réponse donnée à la critique de la direction du parti par les 36 intellectuels qui avaient publié une lettre dans Le Monde, nous donnent l’image d’un parti uni et fort, prêt à se débarrasser de ceux qui, aux yeux de sa direction, étaient des récidivistes toujours en désaccord avec la ligne du parti.

25Le rapport de Waldeck Rochet à Nanterre met cela en évidence : « Nous avons remarqué que parmi ceux, très peu nombreux, qui ont exprimé leur désaccord avec la ligne du parti, on retrouve des récidivistes qui proclament en fait leur désaccord chaque fois que la lutte sexprime, et qu’il faut faire face à l’attaque de la bourgeoisie. Nous allons peut-être rappeler à quelques-uns que le parti est une association qui n’oblige personne à adhérer et à rester membre dans la mesure où on se trouve en désaccord systématique avec la politique et les principes du Parti. De toute façon nous continuerons à défendre l’unité du Parti. Notre parti sort des événements uni, confiant dans l’avenir. »

26Le secrétaire du PCF cherche donc à minimiser la critique des 36 intellectuels et à lui enlever sa spécificité : non seulement pour Waldeck Rochet, les critiques ont été très peu nombreuses, mais, en traitant les signataires de « récidivistes », il néglige la spécificité de leur critique, en jugeant qu’il s’agit de contestataires habituels. Il ne relie pas non plus la contestation à la conduite de la direction du parti pendant les événements de mai.

  • 9  APCF, CC, 4AV10/135.

27Dans les deux CC s’exprime l’exaltation de l’élaboration d’une ligne politique juste et de son application pendant le déroulement de tous les événements, comme le dit Marcel Zaidner à Nanterre : « On nous a demandé plusieurs fois si nous avions prévu les événements. C’est évidentque nous ne les avions pas prévus précisément. […] Par contre, le parti a élaboré une ligne politique et pendant cette situation difficile, cette ligne s’est révélée juste, elle a résisté aux épreuves, et nous pouvons dire aujourd’hui qu’elle est valable aujourd’hui aussi9. »

  • 10  APCF, CC, 4AV10/136

28L’expression de la continuité et de la stabilité du parti est une préoccupation bien ancrée dans les organes de direction. L’affirmation de la préservation de l’unité est également centrale : on la trouve, par exemple, dans l’intervention faite à Nanterre par Guy Besse, qui s’adresse au Comité central en ces termes : « Certains parmi ceux avec lesquels nous avons discuté se présentent comme la providence du parti : ils pensent représenter ce que pensent les intellectuels communistes du pays. Ceux qui sont en désaccord avec nous sur le fond, qui se battent contre nous, qui ont une mentalité de conjurés, ne sont pas obligés de rester dans le parti et nous ne sommes pas obligés de les conserver10. »

29Il faut ajouter que, pendant le CC de Nanterre, les deux points de vue qui auraient pu constituer le cœur des discussions, l’article de Roger Garaudy dans Démocratie Nouvelle et celui de Georges Marchais, ont été intégrés à une synthèse qui annonce l’accord entier avec la position de Marchais et la condamnation unanime de celle de Garaudy. Ce dernier est accusé non seulement d’avoir critiqué le parti pendant les événements de mai, mais également d’avoir critiqué la ligne politique et la conception de la révolution socialiste du parti.

30Dans le Parti communiste italien en revanche s’expriment des éléments d’autocritique. On peut constater une évolution dans le discours sur la possibilité d’orienter le mouvement et l’acceptation de l’expression d’une certaine surprise et d’une réelle impréparation face au mouvement étudiant.

  • 11  Voir : FIG, APCI, Partito, 1968, Direzione, verbale della riunione del 23 febbraio, mf. 020/0535-0 (...)

31Mais l’autocritique peut correspondre à deux positions différentes. Pour certains, elle débouche sur le nécessaire renforcement de la lutte idéologique du parti, l’appel à une affirmation plus forte de la politique du parti comme, par exemple, dans les propositions de Giorgio Amendola ou de Giorgio Napolitano sur la nécessité de combattre l’extrémisme. Pour d’autres, les critiques soulignent la responsabilité du parti et les limites de son analyse, comme c’est le cas dans les interventions de Nilde Jotti, de Claudio Petruccioli ou de Pietro Ingrao11.

  • 12  FIG, APCI, Partito, 1968, Direzione, mf. 020, ff. 0535-0576.

32En mettant en avant l’évolution du discours des deux partis communistes sur la possibilité d’orienter le mouvement, on constate l’existence d’une certaine souplesse au sein du PCI, alors qu’au PCF domine la volonté d’exprimer la continuité et la stabilité du rapport entre le parti et le mouvement. La confiance de certains dirigeants dans la fonction centrale du parti s’exprime cependant également au PCI. Par exemple, le 23 février, Amendola peut dire : « En étant nous-mêmes, nous réaffirmons notre fonction et nous pouvons prendre la direction du mouvement. » Reichlin affirme de son côté : « Nous n’arrivons pas en retard : c’est le moment de lancer la bataille à partir de nos positions. » Napolitano rappelle lui aussi la position offensive et cruciale du parti : « Je crois qu’il n’y a chez aucun d’entre nous la sensation d’être des vaincus ; personne ne pense qu’il y a un mouvement estudiantin qui bouleverse tout et qu’il faut donc mener une bataille défensive désespérée12. »

  • 13  ; FIG, APCI, Partito, 1968, Direzione, verbale della riunione del 3 giugno, mf. 020, ff. 0688-0718 (...)
  • 14  FIG, APCI, Partito, 1968, Direzione, verbale della riunione del 26 luglio, mf. 020/0855-0893 (p. 1 (...)

33Cependant, à l’été, la confiance dans la possibilité de diriger a été remplacée par la conscience de ne pas avoir orienté le mouvement, comme l’expriment – de façon différente – les positions de Giorgio Amendola et de Luigi Longo. Amendola ramène l’erreur du parti à sa faiblesse dans la lutte idéologique : « Concernant la classe ouvrière, personne ne nous égale […]. La faiblesse, ce sont les étudiants : la direction de ce mouvement n’est pas à nous. Cela exige des initiatives politiques, idéologiques et de lutte. Nous ne conduisons pas la lutte sur les deux fronts. Nous ne faisons même pas connaître les positions de ceux que nous voudrions et devrions réfuter, Cohn-Bendit, par exemple. Nous devons conduire la lutte contre le gauchisme […]. Il y a un problème d’orientation des camarades et de la presse13. » De l’autre côté, dans les mots du secrétaire du parti, la question est posée en termes de défauts du parti par rapport aux étudiants, puisqu’il admet que le parti s’est intéressé aux étudiants comme s’il y avait été contraint et que, même en ayant évité le danger de se retrouver isolé, il était difficile de dire de quelle manière le parti avait pris part au mouvement14.Longo avait déjà exprimé son inquiétude à propos de la distance entre parti et mouvement avant les élections du 19 mai. Il avait décrit l’éloignement entre l’organisation et l’activité du parti dans les universités d’une part et les nouveautés constituées par l’activisme et le dynamisme du milieu étudiant.

  • 15 Longo L., « Il movimento studentesco nella lotta anticapitalistica », Rinascita, 3 mai 1968.

34De façon très autocritique, le secrétaire du PCI s’était interrogé sur les causes du retard des analyses du parti sur les questions politiques et culturelles posées dans les universités, à partir du moment où, selon lui, en se préoccupant uniquement de défendre l’unité et la cohésion du parti face aux attaques, les camarades avaient eu une attitude défensive stricte, incapable d’ouverture et de compréhension par rapport au mouvement15.

  • 16  Voir l’intervention de Nilde Jotti au cours de la réunion de la direction du 23 février. On doit é (...)
  • 17  C’est la réunion du BP du 11 juin qui dit de suivre l’orientation donnée par Longo pendant la camp (...)

35Cette plus grande souplesse du PCI, qui s’exprime également à travers des positions différentes, aboutit finalement à l’incapacité du parti à avoir un rôle actif dans la situation sociale qui s’est créée. En effet, si l’on considère les analyses du mouvement étudiant pendant toute l’année 1968, on constate que le parti a souligné le fait que les questions soulevées par le mouvement étaient sociales et politiques et pas seulement revendicatives, qu’il avait relevé un problème sérieux dans son organisation16 et qu’il avait décidé de suivre l’idée exprimée par Longo dans Rinascita en laissant de côté, avant le congrès de 1969, les questions idéologiques posées par Amendola17. Cependant, à la fin de l’année, on trouve surtout une pluralité de positions, qui, certes, ont soulevé des problèmes intéressants à propos du mouvement et du parti. Sur le fond, elles appuient le mouvement en soulignant son autonomie et sa force (Comité central du 15 octobre 1968), mais en fait les appréciations sur les éléments positifs et négatifs du mouvement ne s’organisent pas d’une façon cohérente qui puisse exprimer une ligne globale du parti par rapport aux actions des étudiants. La complexité des appréciations et l’autocritique restent des éléments de l’analyse menée à l’intérieur du parti, mais ils ne débouchent pas sur l’affirmation d’un rôle du parti face aux événements, comme ce fut le cas du Parti communiste français.

  • 18  Cahiers du Communisme, n° 6-7, juin/juillet 1968.

36Nous allons maintenant aborder le rapport entre les deux partis et les mouvements étudiants, concernant la question du gouvernement. Le PCF a été amené à se poser concrètement la question du gouvernement : en proposant la perspective d’un gouvernement populaire d’union démocratique, il a surtout exalté le mouvement sur le plan de son potentiel de lutte contre le gaullisme. Le niveau revendicatif et la demande de démocratie des étudiants sont les caractères du mouvement étudiant que le parti utilise le plus, en fonction de son opposition au gouvernement de De Gaulle et de sa proposition d’un gouvernement d’union de la gauche. L’éditorial des Cahiers du Communisme du mois de juin-juillet exprime clairement la visée du PCF de ramener les luttes des étudiants à l’opposition démocratique au gouvernement : « Au mois de mars et avril 1968 s’est développé dans une série de centres universitaires un mouvement dirigé contre l’absence de démocratie dans les facultés. Il n’a pas surpris les communistes qui non seulement ont dénoncé la politique gaulliste à l’encontre del’enseignement et de l’université (nous sommes le parti qui a fait le plus dans ce domaine cesdernières années), mais qui ont élaboré des solutions aux problèmes posés18. »

37Pour le PCF, la spécificité de mai-juin réside dans l’amplification de son analyse traditionnelle : la notion de « jeunesse », la mise en avant du niveau revendicatif, la dénonciation du gaullisme et du rôle réactionnaire du gauchisme, l’action des étudiants distinguée de celle des travailleurs. Tous ces éléments ne sont pas l’objet d’analyses critiques. Cette absence de retour critique revient à affirmer que le parti n’a pas vécu les événements de mai-juin comme des phénomènes nouveaux nécessitant de nouvelles analyses. Le parti intègre à son cadre d’interprétation ancien tous les aspects de la mobilisation sociale et politique.

38Le PCI a montré une plus grande perméabilité aux événements et aux revendications exprimées par le mouvement étudiant. Il sembla néanmoins se paralyser du fait de l’incapacité à donner une force organique à la complexité des positions à l’intérieur du parti et de la difficulté à exprimer sa propre ligne politique par rapport aux critiques qui avaient surgi pendant les événements. Pendant le déroulement du mouvement, les journaux du PCI comme les textes de la direction ont repris, d’une façon impensable pour le PCF, les mots de la révolte et de la contestation, mais finalement le PCI n’est pas parvenu à formuler une position nouvelle sur la fonction du parti par rapport au gouvernement.

  • 19  Fédération de la jeunesse du PCI.

39La nécessité de faire émerger et de défendre une ligne politique du parti se manifesta avec force à la veille du congrès de 1969. L’occasion en fut les débats pour l’assemblée nationale de la FGCI (Federazione Giovanile Comunisti Italiani19) de la fin du mois de novembre 1968. Pendant deux réunions de la direction (les 21-22 novembre et le 5 décembre 1968), les positions exprimées par Petruccioli, dans le document préparatoire de l’assemblée, et par Occhetto, dans l’intervention faite pendant le meeting, furent critiquées par la majorité de la direction du parti. Les thèses du parti furent présentées comme l’instrument qui allait permettre de surmonter les positions antagonistes des dirigeants et d’arriver au congrès avec une proposition idéologique et politique générale. La dureté des critiques exprimées par Napolitano, Amendola, Pajetta et d’autres encore dépasse la dénonciation de l’extrémisme, pour arriver à dénoncer l’existence d’une position différente de la ligne politique du parti. À la fin de l’année 1968, la majorité de la direction exprime donc la nécessité de formaliser la position politique du parti avant le congrès et, même si la question des issues politiques du mouvement est posée, la perspective choisie exclut toute mise en cause de la fonction du parti. L’accusation portée contre Occhetto d’avoir été trop abstrait pendant la réunion du 5 décembre traduit en fait le refus de prendre en compte les grandes thématiques que le mouvement estudiantin avait mises en avant, en opposition avec le parti, comme le rapport entre révolution et réformes, le rôle du parti et le concept de grève.

  • 20  Le 20 décembre 1968, dans Rinascita, Luigi Longo avait dit : « non abbiamo mai concepito la via it (...)
  • 21  Pour le compte rendu entier du congrès, voir L’Unità, 8-15 février 1968.

40Pendant le XIIe Congrès, les positions de ceux qui proposaient une analyse de la crise sociale et politique comme moment révolutionnaire à travers lequel on devait peut-être repenser le rôle du parti furent également isolées. C’était, par exemple, le cas de Pintor – l’un des futurs fondateurs du Manifesto – qui demandait au parti de représenter l’alternative politique par rapport au système et de Secchia qui, en se référant à Longo, rappelait que la voie italienne du socialisme n’était pas conçue comme une voie purement parlementaire20. Enrico Berlinguer, futur secrétaire du PCI, dans les conclusions du congrès, exprima les grandes lignes politiques du parti : « Le problème que nous posons aujourd’hui n’est pas un problème de gouvernement, mais d’orientations politiques et de fonctionnement réel de la démocratie. Nous posons donc des problèmes précis d’organisation et de démocratisation de notre système politique21. » Il affirmait donc que tout ce qu’il y avait de nouveau dans la société italienne et à l’intérieur du parti allait être considéré dans une perspective d’intégration et de réforme du système politique.

Conclusion

41Le PCF n’accepta pas que le mouvement étudiant, la situation politique et sociale qui précèdent le 23 juin ou le résultat des élections puissent entraîner une modification de son image de fermeté et de stabilité. Le choix a été fait au sein de la direction du parti de valoriser la continuité face à la nouveauté. Il est fort probable qu’au contraire, le mouvement des étudiants avait surpris la direction de façon brutale, mais il est également évident que la direction choisit de le montrer à l’extérieur le moins possible. Le PCF a construit tout au long des événements un discours politique capable d’exprimer son rôle dans la société française : celui du parti de la classe ouvrière qui devait nécessairement diriger un mouvement révolutionnaire, interprété de façon traditionnelle. La réaction du PCI a été très différente : il n’adopta pas de ligne prédéterminée et la discussion à l’intérieur du parti sembla suivre le déroulement des événements. Mais il se montra incapable d’utiliser toutes les questions qui s’étaient développées pendant la discussion pour construire un discours exprimant avec cohérence sa fonction.

42En évaluant l’attitude des deux partis pendant une période qui va au-delà de la courte durée des événements, on mesurera les conséquences de l’image de stabilité construite par le PCF, faux-semblant consciemment construit pour cacher son impréparation, préservant son unité mais limitant sa compréhension de la nouveauté des mouvements en cours. Sans vouloir négliger l’apport du mouvement étudiant italien aux transformations au sein du parti, on est amené à se demander si, en fin de compte, cet apport eut une influence à l’intérieur du PCI ou si son potentiel en resta au niveau d’un débat, certes plus approfondi, d’un rapport plus ouvert avec le mouvement des étudiants, mais ne modifiant pas l’analyse globale.

Haut de page

Notes

1  Le mai français, aussi bien que le mouvement estudiantin italien, ont une vaste bibliographie de référence. Pour une perspective internationale et sur une longue période, voir G. R. Horn, The spirit of ‘68 : rebellion in Western Europe and North America, 1956-1976, Oxford, Oxford University Press, 2007.

2  Arch. dép. de la Seine-Saint-Denis, Archives du Parti Communiste Français (APCF), Fonds du Bureau Politique (BP), 2 NUM 4/5, 8 février.

3  APCF, CC, 4AV10/124-125.

4  APCF, BP, 2 NUM 4/5, 17 juin.

5  Pour le rapport de Rochet et les autres interventions, CC de Nanterre, APCF, CC, 4AV10/127‑13.

6  L’article de France Nouvelle (24 avril, p. 5) est « Gauchistes, le gaullisme y trouve son compte ». Voir le paragraphe « Des raisons pour la distinction entre gauchistes et masse des étudiants », France Nouvelle. Pour les réunions du Secrétariat : APCF, Secrétariat, 2 Num 1/14. Pour l’article de Georges Marchais, « De faux révolutionnaires à démasquer », L’Humanité, 3 mai 1968.

7  Luigi Longo, « Su alcuni aspetti della campagna elettorale », Rinascita, 12 avril 1968.

8  Fondazione Istituto Gramsci, Archivi del Partito Comunista Italiano (APCI), Partito, 1968, Direzione, verbale della riunione del 23 febbraio, mf. 020/0535-0576 (p. 24).

9  APCF, CC, 4AV10/135.

10  APCF, CC, 4AV10/136

11  Voir : FIG, APCI, Partito, 1968, Direzione, verbale della riunione del 23 febbraio, mf. 020/0535-0576.

12  FIG, APCI, Partito, 1968, Direzione, mf. 020, ff. 0535-0576.

13  ; FIG, APCI, Partito, 1968, Direzione, verbale della riunione del 3 giugno, mf. 020, ff. 0688-0718 (p. 18).

14  FIG, APCI, Partito, 1968, Direzione, verbale della riunione del 26 luglio, mf. 020/0855-0893 (p. 10).

15 Longo L., « Il movimento studentesco nella lotta anticapitalistica », Rinascita, 3 mai 1968.

16  Voir l’intervention de Nilde Jotti au cours de la réunion de la direction du 23 février. On doit également prendre en compte la crise de la Fédération de la Jeunesse Communiste -FGCI- Voir : FIG, APCI, Partito, 1968, Direzione, verbale della riunione del 26 luglio, mf. 020/0855-0893 ; FIG, APCI, Partito, 1968 Direzione, verbale della riunione del 21-22 novembre 1968, mf. 020/1184-1250.

17  C’est la réunion du BP du 11 juin qui dit de suivre l’orientation donnée par Longo pendant la campagne électorale en laissant de côté les inquiétudes d’Amendola concernant la lutte sur les deux fronts. FIG, APCI, Partito, 1968, Ufficio Politico, 11giugno. Mf 020/1341.

18  Cahiers du Communisme, n° 6-7, juin/juillet 1968.

19  Fédération de la jeunesse du PCI.

20  Le 20 décembre 1968, dans Rinascita, Luigi Longo avait dit : « non abbiamo mai concepito la via italiana al socialismo come via puramente parlamentare. Essa è, nella nostra concezione come nella nostra azione pratica, una via di grandi lotte popolari e di massa le quali -proprio per questo loro carattere- abbiano la capacità reale di vincere la sordità e di piegare la tracotanza dei gruppi più retrivi e conservatori che dominano la vita della società nazionale. Vogliamo che queste lotte si sviluppino sul terreno democratico. Ma abbiamo aggiunto ed aggiungiamo che ove l’avversaio dovesse ricorrere alla violenza, nella illusione di potere soffocare il movimento rinnovatore, esso ci troverebbe pronti e decisi a combatterlo e a batterlo anche su questo terreno », Luigi Longo, editoriale, Come uscire dalla crisi che travaglia il Paese.

21  Pour le compte rendu entier du congrès, voir L’Unità, 8-15 février 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giulia Strippoli, « Le PCF et le PCI face au mouvement étudiant de 1968 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 99-112.

Référence électronique

Giulia Strippoli, « Le PCF et le PCI face au mouvement étudiant de 1968 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2181

Haut de page

Auteur

Giulia Strippoli

Doctorante, université de Turin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page