Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Giovanni Careri, François Lissarrague, Jean-Claude Schmitt, Carlo Severi (dir.), Traditions et temporalité des images

Paris, éditions de l’EHESS, 2009, 256 p.
Thomas Béraud
Référence(s) :

Giovanni Careri, François Lissarrague, Jean-Claude Schmitt, Carlo Severi (dir.), Traditions et temporalité des images,Paris, éditions de l’EHESS, 2009, 256 p.

Texte intégral

  • 1  Cf. la récente traduction de Gell, Alfred (2009). L’art et ses agents. Une théorie anthropologique (...)

1L’interrogation adressée à la temporalité des images a déjà une solide histoire. Il est admis que Aby Warburg compte parmi les principaux fondateurs de cette tradition de recherches à propos de la migration des images à travers le temps. Time matters, certes. Cependant, cette publication rend compte, sur le vif, d’un renouvellement sociologique et épistémologique remarquable, qualifié d’« anthropologie historique des images », lequel se manifeste sous différents formats (projets de recherche, séminaires, colloques, publications numériques – via la revue Images re-vues). Doit-on considérer ce phénomène comme la volonté affichée par l’actuelle génération de chercheurs examinant les problèmes que pose l’analyse des images de se démarquer, voire de rompre avec ses prédécesseurs ? Cette désignation est-elle nécessaire ? Car, après tout, il a bien déjà existé les projets d’une « sociologie historique » et d’une « épistémologie historique ». À première vue, il n’est pas évident que l’appel à une « anthropologie historique » exprime une crise des disciplines, qu’il invite à une reconfiguration interdisciplinaire, ni même qu’il se conçoive sur le mode d’une spécialisation ou d’un sous-champ (par exemple, de l’histoire de l’art ou de l’anthropologie culturelle). Ce faisant, nous aurions à nous interroger sur ce que serait véritablement le complément de sujet d’une telle entreprise : aurait-on affaire à une anthropologie historicisée ou bien à une histoire des variations (ou des invariants) iconographiques ? Stricte alternative qui s’offrirait dès lors au chercheur : il aurait à choisir entre la structure ou l’événement. Il semble plutôt qu’à l’instar des science ou des visual studies, un tel projet collectif de recherche se configure suivant une analogie écologique, à partir d’un boundary-object : en l’occurrence ici l’image. C’est en effet par l’image, en tant que dispositif conceptuel, que peuvent se coordonner plusieurs mondes sociaux hétérogènes, différentes disciplines (outre l’anthropologie et l’histoire, nous pourrions y associer la philosophie1), et que des méthodes et des objets de recherche s’articulent ensemble. À la différence de l’interdisciplinarité, définitivement trop intégratrice, la coordination de l’action de penser ensemble l’image est, en ce cas, locale, souple et temporaire. L’enquête se révèle en progrès perpétueld’un pluralisme non réductionniste.

  • 2  Descola, Philippe (2005). Par-delà Nature et Culture. Paris : Gallimard, Bibliothèque des sciences (...)

2Enrichissant les récentes recherches de Philippe Descola2, les textes qui sont ici réunis, issus pour partie d’une série de travaux collectifs, rendent compte de l’inscription des images dans un temps historique complexe : celui bien évidemment des cultures, mais aussi celui, particulier, des images. La mise à l’épreuve de celles-ci, par les différents régimes d’historicité, par les traditions, justifie le décalage opéré entre une pensée par les images (i.e. usages politiques des représentations iconographiques) vers une pensée en images sophistiquée (e.g. temps de production de l’image, temps de sa mise en scène). Ainsi, la concordance des temporalités ne va pas de soi : à l’ordre classique des successions, ces recherches préfèrent attirer l’attention du lecteur sur les jeux d’imbrication et de superposition, sur la comparaison et la confrontation des modalités de représentation. Les cinq parties qui composent cette publication, toutes richement illustrées, démontrent la pertinence du travail de délimitation de l’image (par rapport à l’histoire, à la mémoire, à l’eschatologie, mais aussi suivant les contraintes techniques du moment).

3Bien que les interventions composant ce volume se situent dans le cadre d’une anthropologie historique de l’Occident, les auteurs ont toujours fermement maintenu le souci de revisiter l’autre en se gardant de tout allochronisme (suivant la formule de Johannes Fabian). En proposant des stratégies de dépassement des opérations modernes de classification, chaque intervenant a su faire rejaillir de l’histoire des images non visibles jusqu’alors, ce qu’en termes benjaminiens nous qualifierions d’« images dialectiques ». Ce faisant, le fonds épistémologique reste finalement d’interroger l’ontologie de l’image au sens large en privilégiant ses divers schèmes de figuration.

Haut de page

Notes

1  Cf. la récente traduction de Gell, Alfred (2009). L’art et ses agents. Une théorie anthropologique. Bruxelles : Les Presses du réel, Fabula.

2  Descola, Philippe (2005). Par-delà Nature et Culture. Paris : Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines. Ainsi que l’exposition « La Fabrique des images », musée du quai Branly (Ph. Descola en est le commissaire).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Béraud, « Giovanni Careri, François Lissarrague, Jean-Claude Schmitt, Carlo Severi (dir.), Traditions et temporalité des images », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2169

Haut de page

Auteur

Thomas Béraud

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page