Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Giusto Traina, 428. Une année ordinaire à la fin de la fin de l’Empire romain

Les Belles-Lettres, coll. « Histoire », Paris, 2009, 282 p.
Frank Noulin
Traduction de Gérard Marino
Référence(s) :

Giusto Traina, 428. Une année ordinaire à la fin de la fin de l’Empire romain, traduit de l’italien par Gérard Marino.Les Belles-Lettres, coll. « Histoire », Préface de Gilbert Dagron, Paris, 2009, 282 p.

Texte intégral

1Voilà un ouvrage insolite et captivant. En effet, Giusto Traina nous convie à un voyage inédit : le tour du monde romain en 11 étapes, en l’année 428. Celle-ci n’est pas en soi une date majeure, comme le sont 410 (sac de Rome par les Goths) ou 476 (déposition du dernier empereur d’Occident), mais cependant se sont produits cette année-là des événements importants et significatifs des évolutions en cours. L’Antiquité tardive, pour laquelle on dénote un regain d’intérêt depuis les travaux fondateurs de P. Brown, n’est pas sans offrir des analogies avec la nôtre : inquiète et troublée, elle voit un changement de civilisation, par le contact et l’affrontement entre les cultures et les religions, au gré des déplacements de peuples. L’univers antique s’efface lentement, sans que la civilisation médiévale soit encore née. Grâce à une narration pittoresque et vivante, G. Traina fait revivre tout un monde, complexe et incertain. Son travail combine deux traditions anciennes, la chronique, qui énumère les événements année par année, et l’itinéraire circulaire, dont étaient friands les auteurs grecs. Cela lui permet de réfléchir sur toutes les virtualités que recelait un Empire romain divisé mais encore vivace, qu’il ne faut pas envisager seulement sous le prisme de la chute de l’Occident et la transformation de l’Orient en Empire byzantin : ces évolutions étaient probables, mais non inéluctables. D’une province à l’autre, Giusto Traina décrit les processus à l’œuvre : suivons-le.

2Nous partons d’Antioche, la grande métropole syrienne, avec Flavius Dionysius, haut personnage de la pars Orientis, qui se rend en Mésopotamie. Là il rencontre les envoyés du Roi des Rois perse et entérine la perte de l’Arménie, qui passe sous la tutelle de l’Empire sassanide. C’est sans doute l’événement le plus important de 428, « année ordinaire » pour l’essentiel.

3Dès son retour, Flavius Dionysius repart : il doit escorter Nestorius jusqu’à Constantinople dont ce prestigieux religieux va devenir l’évêque. Le cortège traverse d’abord la Syrie, région en plein essor où se développe une religiosité bouillonnante. Les ascètes syriens rivalisent de prouesses, à l’instar du célèbre Siméon « le Stylite », qui vivait en haut d’une colonne (stylos), les hérésies fleurissent, notamment celle des ariens. Puis la « route des pèlerins » gagne l’Anatolie orientale, et l’auteur décrit avec bonheur les divers sanctuaires, personnages et peuples que l’on peut rencontrer en allant d’une ville à l’autre. Le christianisme accroît son emprise sur cette région, mais le paganisme perdure, clandestin. Là aussi, l’Église officielle affronte des sectes, comme les « novatiens », nombreux et organisés, contre lesquelles Nestorius déclenchera une véritable croisade ; la résistance des hérétiques et des païens sera noyée dans le sang. Mais on constate aussi des efforts pour adapter le culte des saints et des reliques aux croyances locales.

4Nous arrivons à Constantinople. Embellie par de nombreux travaux, la « nouvelle Rome » connaît une forte croissance démographique et économique. Théodose II règne alors, le premier empereur qualifié de « porphyrogénète » (né dans la pourpre) : la dignité impériale est en voie de sacralisation. Autour de Théodose, deux femmes symbolisent les logiques qui s’affrontent : sa sœur Pulchérie, vierge parangon d’orthodoxie, et son épouse Eudoxie, qui protège les intellectuels, même païens ou hérétiques, notamment les néo-platoniciens de l’Académie athénienne. Le Palais abrite donc un pouvoir qui tend à devenir absolu, dans le souci de maintenir le « kosmos », l’ordre impérial. Dès cette époque, la justice et l’enseignement sont étroitement contrôlés par le gouvernement. En cette année 428, une loi supprime le droit de réunion et de culte pour tous les païens, encore nombreux à Constantinople. En effet, le conflit avec l’Orient iranien renforce le sentiment identitaire et l’orthodoxie : ainsi se fabriquent les appartenances.

5Cette affirmation de la « pars orientis » signifie-t-elle une division irrémédiable de l’Empire ? Au contraire, les années 420 voient plutôt un rapprochement des deux parties. Valentinien III, qui règne en Occident, et Théodose II s’efforcent de renforcer l’unité de l’Empire face à la menace des « barbares ». Leur entente permet de stabiliser la situation militaire. Des auteurs comme Augustin semblent considérer encore l’Empire comme un tout unitaire, et le Code théodosien, alors engagé, montre un souci d’unité et d’ordre.

6Nous débarquons donc avec l’auteur en Italie. La capitale de l’Occident se trouve depuis 402 à Ravenne, plus proche des frontières et de la mer. C’est une ville insolite, loin de l’idéal antique de la polis et qui scandalise Sidoine Apollinaire dont Giusto Traina cite une savoureuse description sur le mode du « monde inversé ». Divers édifices en font une ville chrétienne. Par contre, Rome subit encore le contrecoup du passage des Wisigoths. Néanmoins, elle conserve son prestige religieux et politique et accueille la cérémonie pour l’adventus de Valentinien III en 426. Le pape Célestin lutte contre l’hérésie pélagienne, tandis que le paganisme perdure, au moins dans le milieu des sénateurs.

7Passons en Gaule, en pleine évolution elle aussi. Symptôme du processus de décomposition de l’autorité, le brigandage social des Bacaudae persiste face à l’avidité des notables locaux chargés de percevoir les impôts. L’intégration des « barbares » continue, même si théoriquement les peuples « fédérés » sont censés vivre à part sur les territoires qu’on leur a concédés contre leur aide militaire, puisqu’ils n’ont pas reçu la citoyenneté romaine — comme les Wisigoths en Aquitaine. Leurs troupes gonflent l’armée d’Aetius, qui remporte une victoire importante contre les Francs saliens en 428. La tentation est grande de fuir ce monde troublé, et de se réfugier dans une de ces communautés monastiques en plein essor, notamment dans le Midi, à l’instar de certains aristocrates spoliés de leurs domaines. On voit même se développer chez certains intellectuels comme Salvien un rejet de la civilisation romaine, car païenne et corrompue. Oh romana vitiositas….

8Faisons ensuite un bref détour en Britannia, évacuée en grande partie en 410. Le roi celte Vortigern a l’idée brillante de faire appel aux Saxons contre les Pictes et les Scots : Angles et Saxons refouleront les Celtes en Galles et Cornouailles. Néanmoins, en 428, un pays de confins comme la Britannia n’est pas encore coupé de la romanité, puisque l’évêque Germain y mène une mission à la fois religieuse et militaire.

9Puis gagnons la péninsule Ibérique, où sont installés Suèves et Vandales. En 428, Genséric devient roi des Vandales, et prépare l’invasion de l’Afrique du Nord, grenier à blé de Rome, grâce à de vastes domaines, propriétés impériales ou aristocratiques, sur lesquels triment de misérables paysans. La défense en est affaiblie par les conflits entre le comes (chef d’armée) Boniface et le consul envoyé par Ravenne, Félix. Augustin, évêque d’Hippone, vient de terminer La Cité de Dieu. Il dénonce les défauts de l’Empire, qui pressure, mais ne protège plus, et laisse les marchands d’esclaves sévir. Augustin exprime ses doutes à l’égard de la pérennité de l’Empire, en proie aux démons, à la corruption des mœurs, aux hérésies. Son effort pour penser la « guerre juste » (voulue par Dieu) n’empêchera pas la conquête vandale.

10Plus à l’est, l’Égypte connaît des mutations importantes. Ce territoire peuplé et fertile reste vital pour l’Empire. Le pouvoir se déplace vers deux institutions, l’armée, qui lutte contre les Berbères, les Blemmyes et les Noubades, et l’Église, particulièrement l’évêque d’Alexandrie. C’est aussi une terre de violence religieuse, qui a vu le lynchage de la fameuse philosophe Hypatie. Le fanatisme conduit à malmener certains sites de l’Égypte pharaonique.

11De même, le fait religieux joue un rôle central en Palestine. La cérémonie de l’anastasis, qui évoque la résurrection du Christ, passionne les foules, au point de provoquer des transes collectives devant le Saint-Sépulcre. Grâce au développement du pèlerinage aux lieux saints, Jérusalem jouit d’une nouvelle prospérité. Les monastères contribuent à l’expansion économique, par l’irrigation et la viticulture. Mais l’intolérance prospère aussi, à l’égard de la communauté juive, victime de restrictions et de brimades. C’est alors que la charge héréditaire de « nasi » (le président du Sanhédrin, référence pour toute la diaspora)) est supprimée. Le Trésor impérial peut mettre la main sur le tribut que les communautés lui versaient.

12Pour finir, nous sortons de l’Empire pour rencontrer en personne le « Shahanshah », l’empereur perse sassanide, Vahram V, qui fut idéalisé par la suite dans la littérature iranienne sous les traits archétypiques d’un « roi chasseur », comparé à l’onagre, rapide et bondissant. Premier sassanide à être sacré par le grand prêtre des mages zoroastriens, Vahram V est reconnu comme l’incarnation de « Soshans », Sauveur du monde. Il est vrai qu’il vainc les Huns et rétablit son autorité jusqu’à l’Oxus. C’est aux portes du monde des steppes que se termine notre voyage.

13N’hésitez donc pas à vous embarquer à la découverte de ce monde complexe et multi-ethnique du ve siècle, dont les mutations peuvent nous donner matière à réflexion. Un processus de différenciation est en cours tout autour d’un espace méditerranéen qui n’unit plus autant les hommes. Les dynamiques centrifuges se renforcent, dont nous connaissons l’issue fatale en Occident. Et pourtant, en 428, l’Empire romain existe encore, même divisé en deux parties, et demeure une référence et une culture communes, qu’adoptent aussi les « barbares ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frank Noulin, « Giusto Traina, 428. Une année ordinaire à la fin de la fin de l’Empire romain », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2166

Haut de page

Auteur

Frank Noulin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page