Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

L’empreinte communiste dans la société française (1920-2010)

Interview à propos du livre de Roger Martelli
Marco Di Maggio
p. 215-224

Résumé

Roger Martelli vient de publier un livre sur L’empreinte communiste dans la société française, de la création du PCF à nos jours1. Dans l’interview qui suit, Marco di Maggio, auteur d’une thèse récente sur l’histoire du communisme français, discute avec l’auteur de différentes problématiques développées dans cet ouvrage, notamment des raisons historiques de la montée et de la crise du communisme en France.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

crise, enracinement, influence, PCF

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2  Marc Lazar, Le Communisme, une passion française, Paris, Perrin, 2002 (rééd. 2005).

1Marco Di Maggio : Tu commences ton livre par une citation du dernier livre de Marc Lazar, Communisme. Une passion française, dans lequel il écrit que, malgré la crise du parti communiste, en France « le communisme prospère dans les représentations communes2. »

2Tu interprètes la thèse de Lazar en disant que le communisme appartient au PCF seulement en « copropriété » et que, étant un phénomène politique, idéologique et culturel, le communisme précède la naissance de ce parti et donc il peut aussi survivre à son déclin.

3Ton interprétation m’a rappelé une phrase de l’Idéologie allemande de Marx : « Pour nous, le communisme n’est pas un état de choses qu’il convient d’établir, un idéal auquel la réalité devra se conformer. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel des choses. Les conditions de ce mouvement résultent des données préalables telles qu’elles existent actuellement. »

4Je crois que dans ton livre tu reconstruis les « conditions de ce mouvement » et les formes spécifiques qu’il assume en France dans la période 1920-2010.

5Commençons par les années de la fondation du PCF. Quelles sont les « données préalables » à la naissance et à l’affirmation d’un parti communiste fort en France ?

6Roger Martelli : Le PCF s’inscrit dans une vaste tradition préexistante, qui le déborde et qui lui fournit des réserves symboliques. Il s’agit de la tradition plébéienne révolutionnaire qui naît en 1789 et qui irrigue à la fois la gauche et le mouvement ouvrier. À partir du moment où s’impose la société bourgeoise, la France est confrontée à de vastes questions qui conditionnent son développement politique. Dans ce livre, j’en ai retenu quatre qui me paraissent particulièrement structurantes : les contradictions de la politisation populaire, entre retrait et implication civique ; les ambiguïtés du référent républicain ; l’incertitude des organisations politiques et l’émergence difficile du parti politique ; la dynamique originale d’un mouvement ouvrier qui s’écarte à la fois des modèles de l’Europe du Nord et de ceux de l’Europe méditerranéenne. Ces questions se sont posées sur plus d’un siècle et elles ont suscité des réponses évolutives, qui se formulent puis qui vieillissent. La synthèse jaurésienne en 1905 permettait au socialisme émergent de trouver un équilibre ; la guerre l’a bousculée. Le choix de Moscou par la majorité de la SFIO, comme d’ailleurs le choix de Londres par la minorité socialiste « maintenue », sont une manière de répondre de façon nouvelle à des questions anciennes qui restent posées au lendemain du conflit.

7Marco Di Maggio : Quels sont donc les caractères principaux de l’identité du PCF ?

8Roger Martelli : Le PCF doit être analysé dans une double dimension. Dérivé du modèle bolchevique de révolution et de parti, il est une pièce du mouvement communiste du xxe siècle et ses évolutions renvoient bien sûr à celle du mouvement tout entier. En même temps, il est un parti politique français, non pas parce qu’il l’affirme, mais parce qu’il exerce une triple fonction dans l’espace sociopolitique français : une fonction « sociale » de représentation du groupe ouvrier dans sa modernité mécanicienne ; une fonction « projective » qui, au travers du mythe soviétique, donne un souffle nouveau à la « Sociale » des décennies précédentes ; une fonction plus proprement « politique », par la formalisation de dispositifs d’alliances capables de s’inscrire dans le champ des forces qui structurent la vie politique française.

9Les deux dimensions ne sont pas séparées : par exemple, le choix stalinien de la seconde moitié des années trente s’inscrit dans un univers symbolique français qui constitue une véritable « écologie » du stalinisme. Mais si elles ne se séparent pas, les deux dimensions ne se confondent pas. Si l’on veut comprendre l’évolution du PCF, on ne peut faire l’économie de son insertion internationale ; si l’on veut comprendre les dynamiques et les contradictions de son insertion concrète, c’est la seconde dimension qui est la plus pertinente. Pour ce qui concerne mon livre, il s’est attaché plutôt à la seconde dimension, sans ignorer la tension qui découle du « philosoviétisme » communiste français.

10Mon hypothèse, en tout cas, est que le PCF est apparu comme un corps politique soudé et attractif tant qu’il a été en mesure de faire fonctionner de façon synchrone sa triple fonctionnalité. Au contraire, quand elle s’est enrayée ou estompée, les ressorts de l’ancrage communiste se sont grippés et l’attraction militante s’est atténuée.

11Marco Di Maggio : La période du Front populaire constitue le moment crucial dans lequel le PCF se construit comme parti national de masse. Est-ce qu’un écart existe entre le modèle bolchevique assumé comme point de référence idéologique et identitaire et les formes d’enracinement du PCF dans la société française ? L’hégémonie du PCF dans certains secteurs de la société a-t-elle été construite réellement à travers le modèle du parti bolchevique dans sa version stalinisée ou bien a-t-elle présenté d’autres caractéristiques, plus adaptées à une société complexe comme la société française ?

12Roger Martelli : La période du Front populaire est celle où se construit l’équilibre entre le parti pris stalinien et l’ancrage social. Les choix politiques du PCF se complètent alors par une véritable culture politique, très formalisée, qui va fonctionner jusqu’aux années soixante. Je l’ai désignée comme la culture « thorézienne », qui présente une double face : elle est une culture de la valorisation du groupe ouvrier (les ouvriers sont ceux qui prennent en charge les valeurs fondamentales de la nation) et elle est une culture d’ordre, qui permet aux ouvriers d’attendre le moment où sera possible le basculement révolutionnaire vers le monde nouveau. Entre le choix « bolchevique-stalinien » et l’enracinement territorial, il n’y a pas de contradiction perçue : le PCF doit cultiver les méthodes rigoureuses qui ont permis aux bolcheviques russes de guider le peuple vers sa révolution ; mais en attendant ce moment paroxystique, les communistes doivent être les rassembleurs les plus larges. Ce sentiment que la politique de Front populaire réarticule toutes les dimensions de l’action communiste est une des sources majeures du dynamisme militant de cette période. Quant à la culture qui en résulte, elle est au maximum de l’interaction entre un groupe social et une formation politique. Années Thorez, années Gabin : apogée de l’habitus ouvrier.

13Marco Di Maggio : Ce problème revient à la Libération, quand le PCF se présente comme parti de gouvernement. De la Libération à l’explosion de la guerre froide, on assiste à une nouvelle réorganisation du communisme français, de sa culture, de son identité comme de sa base sociale. Quelles sont les caractéristiques et les limites de cette nouvelle définition et surtout quel est le poids de la Guerre Froide dans cette reconfiguration ?

14Roger Martelli : La Libération n’est que la troisième étape de l’enracinement communiste. La première (années vingt) résulte de la double fonction, sociale et projective : le PCF s’installe dans les lieux de forte concentration prolétarienne, par sa triple matrice syndicale, associative et municipale. La seconde implantation (années 1934-1936) reste prolétarienne, mais s’élargit, du noyau radicalisé aux larges contingents de la classe. La troisième implantation, celle de la Libération, est plus populaire que prolétarienne. Mais, culturellement, cette troisième phase ne se distingue pas de la précédente. C’est le même dispositif matériel et mental qui permet au PC de devenir une pièce à part entière du mobilier national. C’est aussi le moment où se parachève, dans les grandes conquêtes sociales de la Libération, le processus de reconnaissance statutaire du monde ouvrier. Les ouvriers ne sont plus les barbares qui campent aux portes de la cité…

15De ce point de vue, la guerre froide ne constitue pas une rupture. Au contraire, elle est la période où s’épanouit avec le plus d’ampleur la symbiose entre une culture pourtant parfaitement « stalinisée » et l’éthos d’un groupe social désormais reconnu, mais qui continue de vivre sur le registre du manque et de la disqualification. L’extrême violence de la lutte sociale, amorcée avant-guerre, se poursuit jusqu’aux années cinquante et légitime la violence des discours sur les « deux camps ».

16Marco Di Maggio : La fin des années cinquante représente pour le PCF un traumatisme à dimensions multiples. On assiste à la crise du monolithisme idéologique stalinien, à la fin de l’unité du mouvement communiste et, en France même, à l’avènement de la VRépublique et au retour de De Gaulle. Quels sont les effets de ce traumatisme ?

17Roger Martelli :Le traumatisme de la fin des années cinquante ne renvoie pas, à mes yeux, au seul problème de la crise du mouvement communiste international. En fait, le PCF est d’abord confronté à un problème de substrat social. Les équilibres auxquels il est parvenu entre 1934 et 1945 sont remis en cause par les mutations sociales qui accompagnent la grande croissance de l’après-guerre. Le PCF redoute les effets de ces mutations. Dans un premier temps, il veut les conjurer en les ignorant : c’est l’époque de la « paupérisation absolue ». La méfiance à l’égard du khrouchtchévisme et de la déstalinisation n’est que l’autre face d’une crispation fondamentale : le PCF ne veut pas bouger, parce qu’il a peur du mouvement. Le problème pour lui est qu’une force immobile est une force qui se nécrose. Le PCF en paie le prix en 1958, quand les changements s’accélèrent et se condensent dans la rupture institutionnelle. Il n’est pas prêt à cette rupture et il recule une première fois.

18Marco Di Maggio : Passons donc à l’aggiornamento des années soixante. Quelles sont les caractéristiques et les limites de cette tentative ? Particulièrement, me semble-t-il, concernant deux questions : tout d’abord, celle de la relation entre identité et projet révolutionnaire du PCF : la conception de la transition au socialisme dans le cadre des institutions de la Ve République. Deuxièmement, la question concernant la capacité de comprendre les changements sociaux et culturels de la société française.

19Roger Martelli : Je définis ces années soixante comme celles du « rattrapage », après les années de l’immobilisme. Ce rattrapage est amorcé par Thorez lui-même et approfondi par son successeur, Waldeck Rochet. Le PCF se met à assumer les transformations en cours, à la fois socialement (les nouvelles formes de la sociabilité populaire) et politiquement (les effets de la présidentialisation du régime). Sur cette base, il parvient à formuler un dispositif stratégique nouveau, fondé sur la logique de l’union de la gauche autour d’un programme commun. Dans mon travail, j’avance l’idée que cette démarche ne manque pas d’atouts, notamment par l’absence de concurrence sérieuse à gauche (la SFIO ne se sort pas de sa longue crise). Mais qu’il y ait des atouts n’empêche pas l’existence de limites sérieuses : il y a des choses que le PCF voit bien (les mutations du cadre industriel et urbain) et d’autres qu’il ne voit pas (l’évolution profonde des mentalités individuelles et collectives). Le résultat est que le PCF rattrape une partie de son « retard », mais il ne prend pas d’avance…

20Marco Di Maggio :La modernisation tranquille et contrôlée de l’époque de Waldeck Rochet doit faire face à un autre choc : celui de 1968. Dans cette situation aussi, je pense que l’on a affaire à une double dimension ; d’une part, un mouvement social que le PCF n’arrive pas à comprendre jusqu’au bout, d’autre part, la répression du Printemps de Prague. Quels sont les effets de ce deuxième choc ? J’ai tendance à penser qu’il y a un lien avec celui qui s’est produit dix ans auparavant.

21Roger Martelli :L’année 1968 est celle où éclatent les limites du dispositif construit dans la décennie soixante. Affectivement, ce qui est le plus important est la crise tchécoslovaque : la première rupture avec l’URSS est particulièrement douloureuse. Mais à long terme, le plus important est le rapport au mouvement social de mai-juin. Le PCF est à l’aise dans le versant le plus classique du mouvement, celui de la lutte salariale appuyée sur le mouvement syndical. Mais il ne comprend pas les formes nouvelles de radicalité qu’ont provoquées l’urbanisation galopante, l’amorce d’une nouvelle révolution technologique et les percées de l’individualisation des rapports sociaux. Face aux « nouveaux mouvements sociaux », il réagit, comme dans les années cinquante, par le refus. Le problème est que, à la différence des années soixante, un concurrent va apparaître, dont il n’a pas anticipé l’expansion : le Parti socialiste rénové de François Mitterrand.

22Marco Di Maggio : Quelle relation y a-t-il entre l’inversion des rapports de force à gauche dans les années soixante-dix et la capacité du PCF à entrer en relation avec les nouvelles formes du conflit social qui émergent à la fin des années soixante ?

23Roger Martelli : Les années 1970 sont celles où le PCF perd peu à peu la main. Une fois signé le programme commun qu’il réclamait depuis dix ans, il se trouve aussitôt placé devant la seule situation qu’il n’avait pas prévu : ce n’est pas lui, mais le Parti socialiste qui tire bénéfice de l’union de la gauche. Le parti est en fait devant une réalité inédite et il n’est pas prêt à l’affronter, ni mentalement ni intellectuellement. Je définis le noyau dirigeant de cette période, qui s’est mis en place au milieu des années 1960, comme celui des « héritiers » : de leurs devanciers, ils ont hérité des pratiques et une culture dont ils pensent qu’elles installent le communisme politique comme un fait naturel et intangible. Ce qui est « normal » pour eux, c’est un PCF au-dessus de 20 % et ancré de façon définitive dans ses territoires populaires et ouvriers.

24Ils ne comprennent pas, d’une part, que la société et la conflictualité qu’elle inclut sont en train de changer ; et ils ne savent pas quoi faire d’un modèle soviétique dont ils voient de plus en plus les limites sans trop savoir par quoi le remplacer. Démuni, parfois comme tétanisé, ce groupe dirigeant voit la situation lui échapper sans comprendre. Il réagit donc comme il peut, de façon pragmatique et oscillante, courant après des « dangers » opposés. Au milieu des années 1970, au moment de « l’eurocommunisme », ce groupe est à deux doigts de formuler une nouvelle cohérence, sous la houlette de Georges Marchais et de son entourage. Mais il ne parvient pas jusqu’au bout de cette mise en cohérence, par peur de l’éclatement interne. Puis, très vite, la tentative eurocommuniste bute sur le retour de la guerre froide et sur l’échec des alliances, union de la gauche en France et « compromis historique » en Italie. En France, c’est le Parti socialiste qui tire avantage de cet échec.

25Marco Di Maggio : Selon toi, y a-t-il un lien entre le déclin électoral, la crise d’enracinement du communisme dans la société française et la crise stratégique du PCF qui commence à la fin des années soixante-dix et se prolonge jusqu’à aujourd’hui ?

26Roger Martelli :Après la période des incertitudes et des hésitations internes (années 1970) s’amorce le long processus du déclin. Pendant quelques décennies, entre 1934 et les années 1970, c’est la rencontre d’une expérience ouvrière et d’une culture politique très intégrée qui soude le phénomène communiste et l’enracine dans des territoires élargis. Dans cette phase, l’espace communiste est passé du statut d’archipel (de fortes concentrations communistes dans un désert d’influence) à celui de continent nationalisé. À partir des années trente se conjuguent les mutations économiques et sociales rapides (la grande croissance puis la crise) et l’effritement progressif d’une culture qui cherche à s’adapter par pans successifs, sans jamais parvenir à se réorganiser.

27Après la phase d’agrégation (les trois implantations) s’ouvre celle de la désagrégation : l’univers communiste se défait peu à peu, d’abord à sa périphérie (les couronnes extérieures de l’organisation partisane et les espaces électoraux les moins touchés par l’hégémonie), puis en son centre (les « bastions » et l’appareil d’encadrement). Alors que le communisme était relativement peu sensible à la conjoncture, y compris dans les années troublées de la guerre froide, il enregistre durement les contrecoups des événements politiques (triomphes ou défaites de la gauche, événements internationaux…). L’organisation se met à perdre par tous les bouts, à droite ou à gauche, identitaires ou unitaires selon les moments.

28Dans les années soixante, en plein cœur du Welfare State, le PCF pensait avoir trouvé la clef d’une transformation sociale à la fois radicale et pacifique. Il pensait alors qu’un mixte de tradition soviétique classique et de keynésianisme radical suffirait à faire basculer la société française vers un système d’efficacité et de redistribution plus juste et plus moderne. L’échec de cette tentative après 1981 le laisse démuni ; par la suite, il court après de nouvelles synthèses à vocation révolutionnaire sans y parvenir. De ce fait, il se fait distancer à la fois sur sa droite et sur sa gauche, par le socialisme mitterrandien comme par l’extrême gauche de filiation trotskiste.

29Marco Di Maggio : Quel a été, à ton avis, le poids spécifique de l’effondrement du socialisme réel dans la crise du communisme français ?

30Roger Martelli :Il est évident que la chute du système soviétique a lourdement pesé, en France comme sur l’ensemble du communisme mondial. J’insiste seulement, dans ce livre, sur le fait que les effets de cet effondrement ont été plus complexes qu’il n’y paraît. Au fond, la chute du soviétisme aurait pu tout aussi bien être une chance pour un communisme français enraciné dans une vieille tradition et qui se trouvait, depuis quelques décennies, contrarié par le poids du « boulet » soviétique. Le problème du PCF est que, lui-même empêtré dans ses contradictions internes, il n’a pas vu venir la catastrophe qu’il avait pourtant pressentie au milieu des années 1970. En outre, la chute du système soviétique est-européen a aggravé les fractures culturelles au sein même de l’univers communiste. Ce qui restait de cohésion culturelle s’est évanoui en même temps que l’Union soviétique.

31Marco Di Maggio : Jusqu’à aujourd’hui le communisme n’a pas réussi – et pas seulement en France – à entrer en syntonie avec les instances des mouvements altermondialiste et anticapitaliste, puissants dans la dernière décennie. Les tentatives de refondation d’une identité et d’une stratégie communistes passent par le rapport à ces mouvements. Je crois que si ces tentatives de refondation ont échoué jusqu’à aujourd’hui, cela tient aussi au fait que les organisations qui se réclament du communisme n’ont pas réussi à résoudre la question de leur rapport avec le gouvernement et celle des formes et des objectifs de leur action dans les institutions. Toi-même, qu’en penses-tu ?

32Roger Martelli :Pour l’instant, le constat est sans appel : les éléments qui fondaient la reproduction d’un univers communiste solide ont pratiquement tous disparu. Les ouvriers et le peuple, du point de vue sociologique, ne sont plus ce qu’ils étaient : la sociabilité populaire s’est déplacée, la conflictualité sociale ne prend plus exclusivement les formes de l’ancien mouvement ouvrier. Si le communisme politique avait pris ces transformations en compte, suffisamment tôt et avec suffisamment de cohérence, son devenir aurait sans doute été différent. Mais il ne l’a pas fait.

33Ce qui m’intéresse, à partir de là, est de faire la part des tendances « lourdes » et celle de la volonté individuelle et collective. Il y a des raisons complexes à l’avancée et au déclin du communisme français. Elles peuvent être sociales, mentales ou politiques. Je me suis gardé de confondre cette causalité (l’agrégation et la désagrégation s’expliquent…) avec je ne sais quelle fatalité. La réalité – le fameux « contexte » cher aux historiens – définit un réseau serré de contraintes et de possibilités. Mais, sur cette base, ce sont des choix qui déterminent quels sont les possibles retenus et ceux qui plongent dans l’oubli. En 1934, à la Libération ou au début des années soixante, ce sont des choix de direction qui stimulent la dynamique communiste générale. À d’autres moments, d’autres choix assumés collectivement nourrissent le déclin. Le même individu (Thorez ou Marchais) peut, selon les moments, manifester son audace créative ou sa crispation défensive.

34C’est cette tension de la détermination et de la liberté qui m’intéresse et que j’ai cherché à décrypter, au feu des événements et des périodes de l’histoire communiste.

35Marco Di Maggio :Cette interview paraissant dans un numéro dont le dossier est consacré à l’histoire du PCI et du PCF, une question comparative sur les deux plus grands partis communistes de l’Europe de l’Ouest s’impose. Il me semble que dans le déclin du communisme comme sujet politique organisé en Italie et en France, on trouve des similitudes si l’on regarde les deux partis comme des pôles de la même contradiction, celle dont nous parlions précédemment, entre évolution réformiste et repli identitaire. Est-ce que tu ne crois pas que dans le déclin du PCF et dans la disparition du PCI, il y a encore une fois l’incapacité à trouver une troisième voie adaptée aux pays occidentaux capitalistes et à la tradition démocratique de masse ?

36Roger Martelli :L’histoire communiste est celle des choix retenus et celle des choix écartés. Mais l’accumulation des choix fait système. Les cas français et italien sont exemplaires. Le PCI a ressenti très tôt les limites d’un bolchevisme ossifié par ses dérives staliniennes. Il a cherché à se dégager de ces pesanteurs, à l’intérieur d’un système communiste international trop rigide. Quand il s’est convaincu que le modèle originel avait perdu sa force propulsive, il lui restait à choisir entre une option communiste maintenue et une sortie du communisme. Dans une société italienne où le courant révolutionnaire est à la fois très fort et marginalisé, la majorité du PCI a préféré jouer la carte d’une social-démocratie qui n’avait jamais trouvé encore sa forme développée en Italie.

37Le PCF était dans une autre situation : dès le départ, il est confronté à un socialisme bien enraciné, qui est pour lui à la fois un concurrent et un allié potentiel. La question pour lui est toujours la même : comment créer les conditions d’une alliance dans laquelle il n’occupe pas une fonction subordonnée ? Il parvient à répondre à son avantage, entre 1934 et 1978. Depuis cette date, les réponses sont erratiques et marquées du même sceau de l’inefficacité.

38Dans tous les cas, en France comme en Italie, la forme « bolchevique » du communisme politique a débouché sur de solides configurations partisanes. Cette forme a souvent cherché à se transformer (plus souvent et plus vivement du côté italien). Elle n’y est pas parvenue. Or, quand une forme ne parvient pas à se métamorphoser, il ne lui reste comme choix que l’immobilisme ou le renoncement. Dans les deux cas, le résultat est le même : la nécrose.

Haut de page

Notes

1  Roger Martelli, L’empreinte communiste. PCF et société française, 1920-2010, Paris, Éditions sociales, 2010.

2  Marc Lazar, Le Communisme, une passion française, Paris, Perrin, 2002 (rééd. 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Di Maggio, « L’empreinte communiste dans la société française (1920-2010) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 215-224.

Référence électronique

Marco Di Maggio, « L’empreinte communiste dans la société française (1920-2010) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2164

Haut de page

Auteur

Marco Di Maggio

Post-doctorant à la Maison des Sciences de l’homme de Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page