Navigation – Plan du site
DOSSIER
Table ronde

Histoires croisées du communisme italien et français

Table ronde du 12 mai 2010 entre Serge Wolikow, Michel Maso, Roger Martelli, Sylvio Pons
p. 177-193

Résumé

D’une certaine manière, cette table ronde constitue la conclusion du dossier. En effet, les participants reviennent sur plusieurs questions posées par les articles. Ils font également un bilan de l’état actuel des études comparatives et croisées en allant au-delà de la simple comparaison historique. En effet, à travers cette discussion émergent des questions qui concernent le sens politique des interrogations scientifiques sur l’histoire du communisme.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

PCF, PCI

Géographie :

Europe

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Serge Wolikow : Nous voudrions lors de cette table ronde aborder trois ensembles de questions qui inscrivent l’histoire du communisme européen dans l’histoire contemporaine mondiale.

2En premier lieu, il nous semble important de faire le point sur les sources, les archives et le patrimoine matériel et documentaire du communisme. Comment envisager la gestion de ce patrimoine dans les deux pays et en particulier le rôle des fondations liées aux partis, mais aussi comment apprécier l’implication des archives publiques ? C’est évidemment inséparable des débats et des controverses soulevés par les divers usages commémoratifs, scientifiques, médiatiques et parfois politiques de cette documentation.

3En deuxième lieu, la revisite de l’histoire des deux partis communistes est à l’ordre du jour pour l’inscrire dans une histoire plus large, celle des relations internationales, des rapports inter-étatiques mais celle aussi d’une histoire européenne du communisme qui participe également d’une histoire mondiale.

4Enfin, comment ne pas s’interroger, alors que les deux partis communistes sous leur forme historique du xxe siècle, ont disparu dans les deux pays, sur leur place dans la mémoire collective, leurs traces au travers notamment de l’empreinte éventuelle qui persiste dans la vie politique actuelle des deux pays ?

5Voilà trois questions autour desquelles je vous propose d’organiser cette table ronde.

6Si j’ai posé en premier lieu la question des archives et de la documentation communiste afin d’envisager ce qu’elles deviennent dans les sociétés italienne ou française, c’est que leur statut comme le rôle et l’action des institutions qui les abritent et les conservent, fondations, archives, bibliothèques, peuvent nous faire comprendre comment le communisme est inscrit dans le patrimoine national. Évidemment cette question pourrait être posée pour tous les partis communistes, portugais, espagnol, anglais, belge… Mais il reste qu’on est face à deux partis communistes dans des sociétés dans lesquelles ils ont été des forces politiques considérables, ayant mobilisé et influencé des millions de personnes. Aujourd’hui aborder ce passé touche à l’histoire spécifique de chaque parti comme à celle de chaque pays, mais elle concerne également l’histoire politique internationale du dernier siècle. En ce sens, l’intérêt soulevé par l’histoire du communisme dans les deux pays traduit la forte empreinte qu’ils y ont laissée mais aussi leur participation à une expérience mondiale.

7Michel Maso : Je vais évoquer, en quelques mots, le premier objet parmi les trois que tu as proposés. Mais je vais, modestement, vous parler d’abord – je crois que ça s’impose ici – de la Fondation Gabriel Péri. Ce sera modeste parce que je connais un peu l’Institut Gramsci – pas encore physiquement mais pour m’y intéresser depuis un certain temps. Or, nous ne sommes pas en présence d’instances de même poids ni de même histoire. La Fondation Gabriel Péri va avoir six ans au mois de septembre. C’est donc une création très récente et, dans une première version, avant même qu’elle existe, une première version par conséquent de ce qu’elle pouvait être, imaginée par un certain nombre de membres de la direction du Parti communiste, il n’était absolument pas envisagé qu’elle s’intéresse, si peu que ce soit, à l’histoire, et en particulier à l’histoire du mouvement communiste. Cette première version, au terme de quelques péripéties que je vous épargne car elles n’ont pas d’intérêt ici, a été abandonnée et on a remis l’ouvrage sur le métier, on a réengagé la procédure pour aboutir à la création de la Fondation Gabriel Péri. À cette occasion, il fut décidé, et là aussi je passe sur les cheminements qui y ont conduit, que la fondation aurait au fond une double vocation. D’une part, essayer d’être ce qu’on appelle une « boîte à idées », qui organise des séminaires, des colloques et qui en publie les travaux. D’autre part, un lieu essayant de travailler, essayant de contribuer à une meilleure connaissance du mouvement communiste, et pas seulement du Parti communiste français. C’était relativement facile à dire, et même à écrire (ce que l’on a fait, par exemple, dans le préambule des statuts de la fondation, où cela est résumé en deux ou trois paragraphes), mais après, tout commence ! Après, il faut travailler. Que faire concrètement ? Nous nous sommes interrogés, évidemment. Nous avons d’abord estimé qu’il fallait rendre visible le rôle que nous pouvions jouer pour une meilleure exploitation des archives du Parti communiste français. Ces archives sont relativement « copieuses » et, pendant longtemps, même si théoriquement elles étaient disponibles, pratiquement ce n’était pas le cas. Je parle sous le contrôle de Roger, qui connaît cela bien mieux que moi. Désormais, elles sont sous la responsabilité des Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis et nous avons, avec les Archives Départementales et avec le Parti Communiste qui en demeure propriétaire, signé à la fin 2004 une convention tripartite pour engager tous travaux, à partir de ces archives, nous paraissant utiles aux objectifs évoqués précédemment.

8Dans ce cadre, nous avons pris depuis ce moment un certain nombre d’initiatives et nous en avons soutenu d’autres. Ce fut le cas pour une initiative organisée ici même en septembre 2005 sur le thème : « Archives et sources du communisme. Regards croisés : chercheurs, acteurs et archivistes » ; ce fut le cas, on l’a évoqué tout à l’heure, avec le colloque sur l’année 1956 et le PCF ; il y a ce qui est en train de se faire en ce moment et qui donnera lieu bientôt à la publication d’une note de Roger Martelli consacrée aux effectifs du parti (elle prendra place dans quelque chose de plus large que l’on appelle, en quatre volumes, le « Guide des Sources ») ; il y a la contribution que nous avons essayé d’apporter – mais le problème n’est pas encore réglé, nous y travaillons avec Serge notamment – à la préservation d’un fonds très important, le fonds Kessel, qui contient des ouvrages et des tracts en grande quantité, susceptibles de constituer un fonds très intéressant et très utile à celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’extrême gauche et des mouvements gauchistes, en France et en Europe. Dans quel esprit faisons-nous tout cela ? Une fondation, et surtout une fondation débutante comme la Fondation Gabriel Péri, ce n’est pas un parti politique. Certes, il n’y a pas de mystère là-dessus, la Fondation Gabriel Péri a été créée à l’initiative du Parti communiste. Cela dit, elle est réellement et rigoureusement indépendante de la direction du Parti communiste, et c’est heureux. Ce n’est donc pas un parti politique, et ce n’est pas non plus une université, ce n’est pas un rassemblement de chercheurs chevronnés. Au fond, ce qu’elle s’efforce de faire dans un certain nombre de cas, c’est de faciliter des rencontres, aider des travaux, contribuer à des efforts engagés ou projetés par des chercheurs. Et je crois que, durablement, c’est ce que nous serons. D’autant, je ne l’ai pas encore évoqué, que nous sommes vraiment une petite structure. Sans faire ici l’histoire des fondations politiques en France, sachez cependant qu’elles sont peu nombreuses, de création récente, et qu’elles n’ont rien à voir avec d’autres fondations, dans d’autres pays. Je pense, par exemple, à l’Allemagne et à la Fondation Ebert, qui est une véritable « multinationale ». Nous travaillons donc avec de faibles moyens qui, par ailleurs, ces deux ou trois dernières années, nous ont été encore plus chichement consentis. C’est très difficile, pour notre petite équipe, mais cependant, dans ces conditions un peu contraintes comme vous le voyez, nous pouvons être d’un certain concours, d’un certain apport, essentiellement logistique plutôt que scientifique. Je viens d’employer le mot « scientifique », je conclus là-dessus. Dans ce que Marco Di Maggio nous a adressé, il est évoqué : «… des débats et des controverses autour des usages de cette documentation : usage commémoratif, usage scientifique, usage médiatique et polémique, etc. ». Si on me demandait de choisir lequel de ces usages je privilégierais, je dirais l’usage scientifique, parce que le « commémoratif » ne nous appartient pas, et quant au « médiatique », pourquoi pas, si à l’occasion il y a des choses intéressantes à entreprendre au service de l’usage « scientifique ». La Fondation Gabriel Péri, je le répète, n’est ni un parti ni une université. Elle ne va pas essayer de se comporter en parti, pour un usage éventuellement polémique des archives, ni en organisme scientifique qu’elle n’est pas. En revanche, elle peut concourir à des efforts de ce type. Une dernière chose, dont nous avons parlé avec Sante Cruciani, et sur quoi nous reviendrons lors d’une réunion à la fin du mois de juin, c’est la proposition qui est faite à la Fondation Gabriel Péri par l’Institut Gramsci d’examiner si nous pouvons engager ensemble un travail à propos du PCI et du PCF sur les problèmes de la communication politique des deux partis. Je voulais donner ce dernier exemple parce qu’il illustre comment nous réagissons souvent à la Fondation : à partir des sollicitations qui nous sont adressées et que nous soumettons à Serge Wolikow, à Roger Martelli ou à d’autres pour avis.

9Serge Wolikow : L’histoire de la fondation de l’Institut Gramsci et de son évolution est assez différente même si actuellement les différences sont peut-être moins importantes que les similitudes.

10Silvio Pons : Entre le travail que nous faisons à l’Institut Gramsci et les activités de la Fondation Gabriel Péri, il y a des différences et des analogies. Certes, la Fondation Gramsci témoigne d’une expérience plus longue, ce qui ne nous empêche pas d’envier des instituts bien mieux structurés et financés, comme la Fondation Ebert en Allemagne. En Italie, les instituts culturels constituent une spécificité nationale. Il y a quelques instituts importants, en particulier ceux qui représentent les traditions politiques du pays (catholique, libérale, communiste, socialiste) et qui, grâce à leurs patrimoines archivistiques et documentaires, fournissent une contribution fondamentale à la mémoire nationale et à la recherche historique. Ces vingt dernières années, la collaboration entre ces instituts a beaucoup crû et de nombreuses initiatives communes ont été prises, qui témoignent d’un important rôle civique dans un pays politiquement très divisé et tourmenté. Dans le même temps, la contribution de l’État pour maintenir en vie les instituts culturels a au contraire diminué jusqu’aux coupes drastiques du gouvernement actuel, occasionnant de graves dommages pour toute la culture nationale, y compris au plan du prestige national et des rapports avec la culture des autres pays, européens ou non.

11En ce qui concerne la Fondation Gramsci, son histoire récente a été marquée par d’importantes discontinuités, comme on s’en doute. Un grand changement a eu lieu en 1995 quand la fondation a reçu les archives du PCI. Avant cela, elle conservait les fonds personnels de Gramsci et quelques lettres de Togliatti. Mais avec le versement des archives du PCI, la structure même de la Fondation a été modifiée et sa raison d’être a connu un changement substantiel. Elle est devenue pleinement un centre d’archives et de recherches historiques. Son activité s’est donc dirigée, ces quinze dernières années, d’une part sur le travail d’archive au sens strict, y compris la numérisation et la mise en ligne des inventaires, d’autre part sur les activités de recherche sous forme de colloques, conférences, séminaires et publications, à propos de quelques questions fondamentales de l’histoire du communisme et du socialisme en Italie, mais aussi de l’histoire internationale de l’après Seconde Guerre mondiale et de la République italienne. C’est sur la base de son activité que la Fondation a établi divers réseaux sur l’histoire du communisme et de la guerre froide, avec des universités, des centres de recherches, avec des fondations nationales rattachées au Parti socialiste européen, comme avec les réseaux internationaux d’études gramsciennes.

12Ce double rôle, de lieu de conservation et de centre de recherche, représente l’élément fondamental de l’activité de la Fondation Gramsci dans la culture italienne d’aujourd’hui. Je dois ajouter qu’il remplit aussi des vides caractéristiques de l’Italie. En effet, celui qui veut étudier l’histoire de la République italienne dans les années soixante et soixante-dix ne dispose pas de fonds nombreux dans les archives publiques : les fonds du ministère des Affaires étrangères, par exemple, ne sont pas accessibles aux chercheurs. Les archives des partis politiques, conservées et mises en valeur par les instituts culturels, deviennent ainsi des références essentielles pour la recherche scientifique. Des étudiants de tous niveaux, des chercheurs, des érudits viennent à la Fondation, de toute l’Italie et de l’étranger, pour travailler sur les fonds du PCI parce qu’ils constituent une source d’une extrême importance, et d’ailleurs pas seulement pour l’étude du communisme italien. Ce fonds est, en effet, important pour l’histoire de la société et de la politique en Italie au siècle passé, surtout pour la période de la République, après la Seconde Guerre mondiale, mais il l’est aussi pour l’histoire de la guerre froide.

13Je veux souligner enfin que notre choix, pour la Fondation, a été de remplir un rôle public, de promouvoir celle-ci en centre d’excellence, en lieu de recherche. Cela ne signifie pas qu’on ne laisserait aucun espace pour des sujets tels que l’utilisation publique de l’histoire, ou la vulgarisation historique, mais notre activité centrale et, disons, la base de la légitimité de la Fondation sont d’être un institut doté d’un patrimoine d’archives important, qui rassemble autour de lui les forces de la communauté scientifique nationale et internationale et qui produise, sur cette base, des travaux scientifiquement valables. Certains ont pensé que c’était un choix élitiste, mais notre conviction est, au contraire, qu’il s’agit de la meilleure manière de consolider un profil culturel qui évite le risque d’une dispersion dans des activités plus éphémères, certes plus liées à l’actualité culturelle et politique, mais destinées à laisser peu de traces.

14Serge Wolikow : On voit donc deux profils, deux conceptions qui pour des raisons historiques sont assez distinctes, et en même temps qui se recoupent autour d’un certain nombre de thématiques. Il y a certainement une communauté de préoccupations scientifiques, qui nous renvoient aux cheminements de l’histoire nationale. Pour l’Institut Gramsci, l’histoire nationale et l’histoire du parti sont très imbriquées, plus qu’en France, en raison de traditions historiques qui ne tiennent pas à l’Institut ou à la Fondation, mais, en particulier, à l’histoire dite « du mouvement ouvrier » en France, souvent vécue et effectivement développée comme une histoire spécifique en marge de l’histoire générale politique. Roger Martelli peut nous éclairer sur cet aspect, lui qui a été pendant très longtemps responsable non seulement d’une revue importante d’histoire du Parti communiste, les Cahiers d’Histoire, mais qui s’est occupé aussi de la Bibliothèque marxiste, où sont conservés, rassemblés à l’initiative du Parti communiste, les ouvrages reçus en héritage. Il avait également en charge, pendant un nombre respectable d’années, la conservation et le classement des archives du Parti communiste. Fort de cette expérience, il peut certainement nous éclairer sur la question du patrimoine et des archives.

15Roger Martelli : De courtes remarques… Du point de vue des archives, j’ai l’impression que l’on a changé radicalement de période. Pendant longtemps, et pas seulement en France et en Italie, la situation se caractérisait de trois façons : l’archive était rare ; sa conservation et sa divulgation faisaient l’objet d’une conception quelque peu ecclésiale ; son utilisation générale restait pour le moins partielle et artisanale. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation complètement différente de surabondance d’archives. Cela pose bien sûr des problèmes techniques énormes, de la conservation à l’indexation. Mais au-delà, nous sommes confrontés à des problèmes de méthode et de déontologie. Le système communiste du xxe siècle a été tellement dominé par l’opacité et le secret que l’on a l’impression que l’archive est en elle-même « la » vérité. Il y a donc tout un travail méthodologique et théorique d’évaluation des différents types d’archive, et un travail patient de mise à disposition raisonnée, loin des effets médiatiques de la « révélation ». L’archive doit être techniquement accessible (c’est une question de technique et de moyens) et elle doit être intellectuellement accessible, sous forme de recueils raisonnés et d’explications historiennes.

16Avec l’Istituto Gramsci et la Fondation Gabriel Péri, nous sommes face à des institutions qui héritent d’une histoire commune et qui ont une mission intellectuelle forte. Peut-être vaut-il la peine de réfléchir plus avant à ce que ces institutions peuvent faire ensemble, en matière d’histoire du communisme. Dans le champ de l’Europe occidentale, une histoire croisée des deux communismes, français et italien, est un enjeu majeur. Ne peut-on donc travailler à des initiatives communes, par exemple la mise en place d’un portail informatique qui permettrait, au fur et à mesure, d’offrir une histoire documentaire des deux partis et des études comparatives ?

17J’ai pour ma part été passionné par le document de Pajetta que Marco Di Maggio nous a présenté. Multiplier la mise à disposition de ce type d’archive me paraîtrait d’un très grand intérêt, pour l’étude de chaque parti, et pour une réflexion d’ensemble nécessaire sur le communisme du xxe siècle. Le temps n’est plus où des institutions comme Feltrinelli pouvaient se permettre de publier en volume des archives comme celles de Secchia ou celles du Kominform. L’économie de l’édition rend la tâche plus difficile, mais on peut trouver d’autres voies…

18Serge Wolikow : Vous avez, tous les trois, répondu à chaque fois, en une intervention, aux trois questions posées, mais de façon inégalement développée. J’aimerais revenir sur la dimension internationale. Si l’on considère les deux fondations, les archives des deux partis, donc le patrimoine du communisme italien ou français dans une histoire internationale, comment en quelque sorte inscrit-on cela dans une histoire internationale contemporaine du mouvement ouvrier et de la gauche ? Silvio Pons, comme Roger Martelli, ont affirmé l’impossibilité de séparer ce qu’on pourrait appeler une approche nationale des archives du communisme et une vision internationale. C’est-à-dire que le communisme, même saisi dans sa dimension nationale, par définition, sauf dérive finale ,est en quelque sorte intégré dans une dimension internationale dont la forme cependant a pu varier. À l’échelle internationale, il y a une multitude de sites, de structures, qui en quelque sorte se présentent comme des organismes patrimoniaux, des organismes documentaires sur le communisme. Mais il y en a très, très peu qui ont une vocation scientifique. Cela dit, d’un pays à l’autre, les différences sont fortes.

19Michel Maso : Ce n’est pas la même histoire, ce n’est pas la même mission non plus, à l’origine.

20Serge Wolikow : La gestion du patrimoine documentaire communiste est confrontée aux usages scientifiques mais aussi culturels et politiques. Ce patrimoine est en quelque sorte comptable de la mémoire collective et historique du communisme. Dès lors, comment des organismes qui ont la charge de cette gestion ont-ils leur part de responsabilité dans la pérennité de ce patrimoine et sa transmission ? Est-ce qu’il y a, du côté des institutions patrimoniales qui conservent les archives, les revues, les documents du communisme des deux pays, un souci, une préoccupation ou un intérêt pour traiter cette question au moment où le communisme sous la forme historique qu’il a connue au xxe siècle a disparu ?

21Dans les deux pays, on a des formes de présence du passé qui sont fortes, au sens de l’activation politique des références mémorielles, etc. Les pratiques commémoratives soulèvent de nombreuses questions à tel point qu’une vigilance s’impose, dans le bon sens du terme, c’est-à-dire en étant attentif aux usages parfois contradictoires de la documentation historique.

22Michel Maso : Je t’ai écouté très attentivement. Je vois bien que quelque chose te préoccupe très fortement, tu l’as dit à plusieurs reprises. Je comprends cette préoccupation et je la partage. Ce à quoi tu nous invites, c’est à lancer une réflexion, une discussion sur le « comment faire ? »

23Serge Wolikow : Oui, notamment.

24Michel Maso : Comme si on n’y avait pas réfléchi avant…

25Serge Wolikow : Je vais prendre un exemple très concret. Par exemple, encourager les recherches de jeunes chercheurs dans les universités, diversifier les incitations pour valoriser les études sur le communisme au moment où les modes intellectuelles changent…

26Michel Maso : Non, ne parlons pas de ça, parce que sinon tu vas reprendre la parole très longuement. Moi, je n’en ai pas pour très longtemps. Je suis content que tu viennes de prendre cet exemple, parce que j’étais un peu en difficulté, je le dis honnêtement, pour « raccrocher les wagons ». Mais tu viens d’évoquer un prix. Tu sais bien, nous en parlons ensemble depuis déjà un petit moment, que c’est ce que nous envisageons…

27Je pense que l’on peut avancer sensiblement cette année. Je n’entre pas dans les détails, mais on s’est dans un premier temps interrogé sur « un prix » ou « des prix » ? Quel public visé, quel public « primable » : jeunes chercheurs ou chercheurs confirmés, ou les deux ? Aujourd’hui, il me semble qu’en effet nous pouvons réfléchir aussi à ce que tu appelles le « domaine ». Celui-ci, qui te préoccupe, me préoccupe également. La place du PCI et du PCF dans la mémoire collective est à mon avis considérable aujourd’hui. Elle est considérable parce que, je l’ai entendu dire souvent même si je ne sais pas si c’est rigoureusement vrai, en France tout le monde a été communiste ou a eu un communiste dans sa famille : un père, un grand-père, un oncle, un cousin… Il y a donc un rapport étroit, sur la longue période, entre beaucoup de Français, beaucoup de gens vivant en France plus exactement, et le communisme… Et sans doute est-ce la même chose en Italie.

28Serge Wolikow : Comment éviter la nostalgie commémorative et le passéisme, mais aussi favoriser un regard critique qui en même temps prenne toute la mesure de l’expérience historique du communisme ?

29Michel Maso : Je comprends bien. Je dis simplement que par le moyen du prix dont nous avons déjà discuté avec Serge et qu’il vient ici de rappeler, peut-être y a-t-il déjà une piste.

30Silvio Pons : Je voudrais d’abord m’arrêter sur quelques idées qui me sont venues tant de l’introduction de Serge Wolikow que des communications de cette journée. Je pense, moi aussi, que nous sommes face à un changement historiographique de caractère général, qui exige de repenser diverses façons de voir l’histoire du communisme. Il importe en particulier de considérer davantage cette histoire dans un cadre global ou international. Les processus d’internationalisation représentent en effet, au xxe siècle, un phénomène au sein duquel le communisme, par son caractère global et transnational, a eu un impact et une dimension spécifiques.

31Il me semble que, dans les communications, figure toujours la question du poids de l’élément international dans les différentes phases des rapports entre le PCI et le PCF et dans les trajectoires des deux plus importants PC d’Europe occidentale. Doit-on, à cet égard, considérer ce poids seulement sous l’aspect de la domination de l’Union soviétique, dont le rôle est indéniablement prépondérant, même s’il s’affaiblit à partir de la fin des années soixante ? Ne doit-on pas considérer aussi le rôle de l’Union soviétique sous l’aspect, disons, politico-symbolique ? La réponse ne peut être qu’affirmative. En effet, l’élément international n’est pas seulement constitué par des directives de l’Union soviétique aux PC, mais aussi par la fonction exercée par le mythe de l’URSS, par le fait que ce pays et, après la Seconde Guerre mondiale, le « camp socialiste » furent un facteur d’identification et d’appartenance. C’est seulement à la lumière de cela qu’on peut poser correctement la question des analogies et des différences entre PCI et PCF. À grands traits, les analogies nous apparaissent sous l’aspect international, les différences sous l’aspect national. Mais les choses ne sont pas si simples. Le contexte est celui d’une culture politique partagée qui présente une imbrication du national et de l’international.

32Réfléchissons, par exemple, aux lectures des intérêts politiques du mouvement communiste et de l’URSS. Pour tous les communistes, avant et après la guerre, indiscutablement, l’unité et l’harmonie entre tous les partis est une dimension essentielle. Il ne s’agit pas seulement d’un système hiérarchique et imposant une discipline, mais aussi d’un ensemble de convictions profondes. Toutefois, ces intérêts ne concordent pas tout à fait, ni dans le cadre des rapports entre le centre soviétique et la périphérie, ni dans le cadre des relations entre les différents partis communistes, ni même à l’intérieur de chacun des partis. Arrêtons-nous sur le rapport entre l’URSS et tel ou tel parti. Dans le discours politique des communistes, on tombe souvent sur l’idée qu’une politique déterminée par un parti était d’abord conçue et mise en œuvre de façon à cadrer soit avec les intérêts du parti lui-même, soit avec ceux de Moscou. Il est évident qu’un semblable discours a pu présenter un aspect instrumental, parce qu’évoquer les intérêts de l’URSS, avant même les intérêts nationaux, signifiait justifier un choix politique vis-à-vis de la direction et de la masse du parti, prévenant ou liquidant ainsi des résistances et des oppositions. Mais, à mon avis, ce type d’argument ne présentait presque jamais un caractère purement instrumental et correspondait effectivement à l’idée que la politique « juste » ne pouvait pas ne pas défendre, en s’adaptant, les intérêts de l’URSS, supposant ainsi une cohérence politique profonde dans l’histoire des communistes, y compris dans celle des PC occidentaux.

33Selon les mémoires d’Eugenio Reale, quand, en 1947, Togliatti prit congé de Longo et du reste de la délégation italienne, sur le point de se rendre en Pologne à la première conférence du Kominform, il leur soutint : « S’ils vous disent que nous devions faire comme en Grèce, répondez-leur que nous ne devions ni ne pouvions le faire, y compris dans leur intérêt. » Cette argumentation n’était pas simplement opportuniste, elle reflétait la conviction de Togliatti que la ligne suivie par le PCI à la fin de la guerre était effectivement issue des exigences de l’URSS et non pas uniquement de celles du parti, tandis que le « modèle grec », ouvertement soutenu par Tito, était en contradiction avec les deux. Plus tard, en 1956, la notion même de polycentrisme, inventée dans son interview à la revue Nuovi argomenti et trop souvent vue par les historiens à la seule lumière des problèmes nationaux, se présentait comme une façon de combiner les intérêts du PCI avec ceux de l’URSS. Mais naturellement, l’idée que cette combinaison constituait une donnée de fait n’était ni démontrable ni applicable facilement. Si différentes lectures ont été possibles et ont émergé, dans une certaine mesure, sous Staline, cela est encore plus vrai dans l’après Staline. Le polycentrisme fut une notion controversée dans le mouvement communiste international et développée avec peu de cohérence. Elle divisa Togliatti et Thorez, mettant en évidence leur lecture différente de la combinaison entre la dimension nationale et internationale des « intérêts » de l’URSS et du mouvement communiste. Mais, pour la même époque, Sante Cruciani a rappelé à juste titre dans son intervention ici qu’au moment de l’invasion de la Hongrie, peu après la proclamation des thèses sur le polycentrisme, les positions de Thorez et de Togliatti finirent par converger largement. Nous savons que le 30 octobre 1956, Togliatti envoya un télégramme à Khrouchtchev, dans lequel il affirmait non seulement qu’il était préoccupé par la situation intérieure du PCI, mais qu’il portait aussi un jugement sévèrement négatif sur le gouvernement Nagy, dénoncé comme « contre-révolutionnaire ». On voit ici comment Togliatti, percevant le risque d’éclatement du « camp socialiste », a donné une interprétation très restrictive du lien entre la dimension nationale et la dimension internationale. Cependant, ce lien restait un point fort de sa conception stratégique auquel il ne voulait pas renoncer. Quelques années plus tard, dans le Memoriale di Yalta, l’idée du polycentrisme sera déclinée par Togliatti selon la formule plus limitée de « l’unité dans la diversité », une façon de reconnaître l’existence, relevée par Roger Martelli, d’un « polycentrisme de fait » dans le mouvement communiste au début des années soixante. Chez Togliatti, l’idée suivante devenait obsédante : à partir du moment où se créait une fracture décisive au sein du mouvement communiste, entre Moscou et Pékin, l’unique façon de résoudre cette question était de reconnaître un polycentrisme de fait, puisqu’une rigidification aurait conduit à la rupture. Ici encore, il n’est pas difficile de voir une corrélation étroite entre l’élément national (dans ce cas, la « voie nationale » au socialisme) et l’élément international.

34Sur le mouvement étudiant de 68, je me demande s’il y eut, et dans quelle mesure, dans les deux partis, une prise en compte du phénomène au-delà de sa dimension limitée aux deux pays en eux-mêmes. En d’autres termes, y eut-il aussi une perception de 68 comme un phénomène mondial ? Il me semble que, au moins pour le PCI, la réponse est négative et que le mouvement de la jeunesse et des étudiants fut vu seulement dans sa spécificité italienne.

35Je voudrais aussi poser une question qui concerne la légitimation des PC occidentaux dans leur propre pays. Bien que cette question ne fût jamais explicitement reconnue dans leurs discours politiques, elle était de fait présente. Pour eux en effet, la Guerre Froide était un phénomène généré par les politiques occidentales, qui avait privé de façon arbitraire les communistes de ces pays du rôle de guide qu’ils avaient gagné dans l’antifascisme et dans la Résistance. En dépit de cela, le PCI posa, à partir de 1973-74, explicitement le problème de la légitimation tant nationale qu’internationale, d’une part avec le « compromis historique », d’autre part avec sa stratégie européenne et ses initiatives en direction des partis communistes occidentaux qui aboutiront à l’eurocommunisme. La question que je pose est de savoir s’il y eut un choix de même type pour le PCF.

36J’en viens à l’autre point, celui du rapport entre la permanence des traces de l’expérience du communisme du xxe siècle, dans les sociétés italienne et française, et la façon dont les deux fondations se situent face à cette permanence.

37En Italie, le discours public de ces vingt dernières années a présenté une forte continuité avec la guerre froide, surtout en raison du choix fait par Berlusconi d’opposer un discours « post-anticommuniste » à un autre discours « post-communiste ». Toutefois, si la stratégie de l’actuel chef du gouvernement a eu un grand succès, ce n’est pas simplement par sa capacité à être dominatrice, ni même par les moyens matériels et médiatiques dont elle dispose. En effet, la société italienne était aussi très prédisposée à la réception d’un discours de ce type, puisqu’une grande partie de cette société, pendant les années quatre-vingt-dix et au-delà, se sentait orpheline de la guerre froide. Cette situation anormale et paradoxale a perduré jusqu’à maintenant. Selon mon opinion, la réaction qui a prévalu dans la gauche italienne – l’espace idéologique de référence de la Fondation Gramsci – fut surtout une attitude de retrait ou de contournement défensif.

38Dans le premier cas, on a dit que le bilan du communisme avait déjà été fait, par la création d’un nouveau parti en 1989, ce qui conduisait à nier l’existence même du problème de l’élaboration d’une mémoire historique. Réponse très faible. Dans le second cas, on a simplement revendiqué la tradition militante de la Résistance et de l’antifascisme. C’est aussi une réponse très faible. Dans cette situation, qu’on pourrait appeler de désarroi et d’incapacité à redéfinir des bases culturelles pour la politique, la Fondation Gramsci a jugé pouvoir jouer un rôle à condition de ne pas se constituer en lieu de commémoration, comme musée de l’histoire de la gauche et du communisme italiens. L’initiative de la Fondation s’est alors orientée dans une direction différente de celles que l’on vient de rappeler, évitant de tomber dans l’alternative du retrait et du contournement : elle a pour objectif d’apporter une contribution à la reconstruction d’une culture politique au moyen d’une analyse pertinente du passé. Fondamentalement, notre tentative a été de représenter, au sein des idées politiques de la gauche italienne, une voix qui cherche à repenser de façon critique l’histoire du communisme italien, sa fonction dans l’histoire nationale et, par conséquent, son héritage identitaire et politique.

39Ceci a été un point de rapprochement essentiel entre le rôle de centre de recherche et le rôle culturel de la Fondation dans la vie publique du pays. Il est clair, pour prendre l’exemple le plus évident, qu’un récit, appréhendé de façon purement nationale, de l’histoire du communisme italien apparaît aussi indéfendable du point de vue scientifique qu’inutile et même dommageable du point de vue de la construction d’une nouvelle culture politique. Ceci ne signifie pas méconnaître ce qui a été positif dans la vie de la gauche italienne et dans son rôle national. Mais, même pour saisir et réintroduire aujourd’hui les meilleurs aspects de cet héritage, il est nécessaire d’en liquider les mythologies persistantes et les récits reçus, qui imprègnent encore le sens commun. Je pense en particulier à l’idée défensive, autoréférentielle et moraliste de la gauche italienne qui s’est conçue comme la seule partie éthiquement légitime de la société italienne : elle a une longue histoire remontant aux années quatre-vingt et a fini par créer des constructions identitaires dépourvues de sens politique, par générer des mentalités minoritaires et contribuer aux dérives populistes aujourd’hui répandues dans la vie publique du pays.

40Se placer dans cette perspective implique, à mon avis, de lier étroitement la recherche historique dans les archives avec la conscience que notre lecture du passé change nécessairement parce que le monde de la guerre froide est derrière nous, bien que ses ramifications continuent à conditionner notre lecture du présent.

41Je crois que l’époque des découvertes est maintenant finie. L’idée que 1989-91 aurait été l’année zéro de l’histoire n’a plus de sens, si tant est qu’elle en ait jamais eu. Aujourd’hui, nous nous trouvons face à la nécessité d’assimiler de nouvelles consciences et de résoudre les problèmes posés par les archives. Nous avons besoin d’harmoniser les connaissances qui proviennent des archives avec la nécessité de replacer le communisme dans l’histoire, en dépassant la coupure, qui se manifeste à propos du communisme, tant en Italie qu’en France, entre le jugement moral sur ses crimes et le jugement historique sur sa présence dans les phénomènes idéologiques, culturels, politiques et sociaux du siècle passé.

42Je souhaite, en conclusion, que puisse naître et se développer une collaboration entre la Fondation Gabriel Péri et la Fondazione Gramsci. Une initiative possible consisterait à rassembler et à numériser une documentation intégrée entre les deux PC, y compris iconographique, photographique et audiovisuelle, relativement à quelques moments d’histoire particulièrement importants, en vue de leur publication et de leur mise en ligne.

43Serge Wolikow : Dans les deux sociétés, depuis quinze ans, il y a eu de nombreux films documentaires, de nombreux retours, des revisites de l’expérience communiste dans les médias, qui ont mobilisé des documents. Votre travail de réflexion sur toutes ces médiations, ce que vous en dites est à mon avis intéressant : comment dans la société ce travail a-t-il été fait, soit par d’anciens militants, soit par des cinéastes ou des écrivains, revenant sur l’expérience communiste conjointement à la découverte des archives, puisque en général ils sont allés chercher dans des archives ? Puis ils ont fait une sorte de narration, de médiation à la fois esthétique, à la fois documentaire, journalistique, et qui constitue un stock de nouveaux documents sur le communisme qui est assez intéressant. Maintenant, ça va diminuer. Après le choc de 1990, il y a eu une série de films, de documents. Les instituts, les fondations pourraient considérer que c’est donc d’un intérêt commun d’avoir un regard aussi culturel et scientifique sur cette production, parce que c’est sans doute une des médiations importantes de la diffusion de la culture. D’une manière générale, il semble important d’avoir une approche « ethno-historique » du communisme : dans les pays comme la France ou l’Italie, cette approche me semble particulièrement utile.

44Roger Martelli : L’histoire du communisme du xxe siècle est close. Mais elle n’a pas été une histoire linéaire. Et en particulier dans le dernier demi-siècle, justement à partir de 1956, on se rend compte qu’à plusieurs moments le mouvement communiste s’est un peu trouvé devant des bifurcations, avec des possibilités d’évolution, des possibilités qui en règle générale n’ont pas été suivies, et qui ont débouché sur un échec. Deux de ces bifurcations ont été particulièrement importantes. Il y a d’abord, bien sûr, la série soviétique des occasions manquées : 1956, les années soixante, jusqu’à la dernière tentative gorbatchévienne de transformation du communisme, dont l’échec cristallise la chute finale du soviétisme. De la deuxième bifurcation, j’ai envie de dire qu’elle aurait pu peut-être ouvrir une autre page de l’histoire du communisme européen ou planétaire : c’est ce qui se passe du côté du PCF et du PCI. Il y a, dans la prise de position togliattienne, entre 1956 et 1964, comme l’ébauche du rêve d’une méthode communiste différente, capable de relancer durablement le modèle « léniniste » fondateur. Le pari du dirigeant italien bute alors sur la frilosité française qui le laisse seul, et donc hors d’état de forcer le destin. Après 68, l’eurocommunisme est l’occasion de reprendre enfin l’intuition isolée de 56-64 ; or cette ultime tentative, cette fois collective, échoue à son tour, à la fois pour des raisons nationales et internationales.

45Pour l’instant, il manque une véritable analyse croisée, intégrée, de cette interrelation complexe et étonnante, des deux trajectoires communistes durant la seconde moitié du vingtième siècle. Il y a bien entendu des ébauches souvent très sérieuses de réflexion en ce sens. Le travail impulsé par l’Université de Bourgogne, le travail de Marco Di Maggio, les études plus anciennes de Marc Lazar. Mais mon rêve serait que nous essayons ensemble de pousser plus loin l’analyse systémique de ces cinquante ans de communisme franco-italien.

46Serge Wolikow : Avec les jeunes chercheurs !

47Roger Martelli : Avec les jeunes chercheurs, sous l’égide éventuellement d’institutions scientifiques comme l’Université de Bourgogne, etc., pourquoi ne pourrait-on pas aller vers la publication d’un volume d’études, qui croise des analyses sur des périodes ou sur des objets particuliers, par exemple le rapport au syndicalisme, le rapport à la société, le rapport à la Communauté économique européenne, le rapport au capitalisme, etc. Chaque fois, il ne s’agirait pas de juxtaposer les observations nationales, mais de penser ensemble le développement des deux communismes.

48Il n’y a pas qu’en Italie ! Parce que, à ma connaissance, en France, la dernière fois qu’il y a eu une tentative de réflexion comme ça, globale, c’était sur « Communisme et société française », au début des années 1990. Il n’y a pas eu de réflexion collective depuis.

49Est-ce qu’il serait absurde d’envisager un double colloque qui serait à la fois appuyé sur des travaux scientifiques éprouvés, et qui tenterait aussi d’avoir une réflexion plus large sur le phénomène du communisme dans les cinquante dernières années, en incluant dans ce cas-là la question des traces, la question de la méthode, la question, j’allais presque dire culturelle ? Est-ce qu’on ne pourrait pas essayer d’envisager un colloque coordonné, en France et en Italie, qui serait à la fois l’occasion de faire le point des travaux concrets, ponctuels, et l’occasion d’essayer une approche plus globale, plus culturelle, sur le phénomène observé ?

50Serge Wolikow : En somme voilà dessinés les contours d’un programme de recherches et de travail sur l’histoire croisée du communisme pour les prochaines années !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Histoires croisées du communisme italien et français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 177-193.

Référence électronique

« Histoires croisées du communisme italien et français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2150

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page