Navigation – Plan du site
DOSSIER
Archives

Les archives du Parti communiste français. Les relations entre le PCF et le PCI dans les années 60 et 70

Pierre Boichu
p. 151-165

Résumé

Dans les deux textes de cette rubrique, Pierre Boichu, archiviste aux archives départementales de Seine-Saint-Denis, et Cristiana Pipitone, archiviste à la Fondation Institut Gramsci de Rome, présentent une partie du patrimoine archivistique du PCF et du PCI. Notamment, ils s’attachent à décrire les fonds les plus intéressants du point de vue de l’histoire comparative et croisée des deux partis. En présentant ces archives, les auteurs ouvrent aussi de nouvelles pistes de recherche.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le fonds du PCF a été déposé en 2005 aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, suite à (...)

1L’objet de cette contribution n’est pas de présenter un guide des sources exhaustif des archives du PCF1 ayant trait aux relations que ce parti a entretenues avec le PCI, même pour la période restreinte que sont les années 60 et 70. Archives des instances de direction (comité central, secrétariat, bureau politique voire congrès où la question peut être évoquée), dossiers produits par les sections de travail du Comité Central (CC), fonds personnels, périodiques, affiches, photographies, voire films sont autant de sources potentielles illustrant cette thématique. Thématique récurrente s’il en est, tant ces deux partis occidentaux ont joué un rôle majeur dans le mouvement communiste mondial, leur implantation nationale à l’ouest du rideau de fer leur ayant offert la perspective d’accéder au pouvoir selon des voies inédites dans l’histoire du communisme. Leurs rapports ont pris de multiples formes dont les archives gardent trace : délégations et rencontres officielles, correspondance rendue publique ou non, débats internes ou par voie de presse, polémiques parfois, mais également élaboration conceptuelle commune (eurocommunisme).

2Cette multiplicité nous amène à proposer un cheminement méthodologique à travers ces archives, en cherchant à mettre en lumière le rôle des hommes et des structures pour mieux identifier les sources susceptibles d’illustrer la nature des rapports entretenus par les deux partis. Sur cette période et au-delà, alors que les acteurs de ces relations, à différents niveaux, sont multiples, apparaît un élément de continuité incarné par un homme, Jacques Denis. Collaborateur permanent du CC du parti communiste spécialiste des questions internationales, responsable adjoint à partir des années 1960 et pour une trentaine d’années de la section de politique extérieure (Polex) sous l’autorité de plusieurs dirigeants successifs, Jacques Denis conserve en effet ses fonctions malgré le renouvellement générationnel et politique du groupe dirigeant. Il occupe en outre un poste situé à l’interface des structures de travail du CC et des instances de direction effective et à ce titre produit et réunit des archives potentiellement instructives pour qui s’intéresse à la politique internationale du PCF en général, aux rapports PCF/PCI en particulier.

3Nous nous attacherons ici, dans un premier temps, à présenter le fonds Jacques Denis à titre de point d’entrée pragmatique, à travers une sélection de quelques documents. Cette exploration initiale permettra dans un second temps de proposer des pistes archivistiques en identifiant les fonds susceptibles de contextualiser, compléter et prolonger les archives Denis.

Jacques Denis, le témoin, l’acteur

Itinéraire de Jacques Denis

4Né le 26 mai 1922 à Metz (Moselle), mort le 14 septembre 2008, Jacques Denis, de son vrai nom Jacques Spiewak, adhère à la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) et à la Jeunesse communiste en 1937. Résistant pendant la seconde guerre mondiale, il entre comme rédacteur à L’Avant-Garde à la Libération (1944-1948). Élu membre du comité national de l’Union de la jeunesse républicaine de France (UJRF) en 1948, en charge de son secteur international, il est de 1950 à 1957 secrétaire général de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD). À son retour en France, il est versé à la section Polex en charge de la RFA et de la RDA, puis de l’Europe. Au début de l’année 1960, il est repéré par Maurice Thorez qui le fait entrer à son secrétariat, puis est élu membre du CC en 1961 dont il demeure membre jusqu’en 1996. Peu après la mort de Thorez, à la fin de l’année 1964, Jacques Denis retrouve la section Polex – à laquelle il n’avait jamais cessé de collaborer – en qualité de responsable adjoint, fonction qu’il occupe jusqu’en 1994. Élu parlementaire européen entre 1979 et 1984, Jacques Denis a également eu d’importantes responsabilités au Mouvement de la paix et au Conseil mondial de la paix, dont il a été vice-président.

Situation de Jacques Denis au sein du PCF

5Ces quelques éléments biographiques, extraits de la notice rédigée par Claude Willard pour le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français montrent que Jacques Denis a acquis dès les années 1950 une dimension internationale, donc des réseaux, qui le rendait légitime à occuper des responsabilités à la section Polex. Proche collaborateur de Maurice Thorez, il bénéficie de la confiance du secrétaire général et à ce titre gravite dans les hautes sphères du parti. Mais, s’il accède au CC, il demeure éloigné du Bureau Politique (BP), et à fortiori du secrétariat, et n’intègre pas le tout premier cercle dirigeant du parti.

6Or le fonctionnement du PCF, marqué par le centralisme démocratique, laisse une place prépondérante au secrétaire général, au secrétariat et au BP lorsqu’il s’agit de déterminer les grands axes de la ligne politique, en particulier sur les questions touchant au mouvement communiste international. Pour autant, la consultation d’archives d’un collaborateur éloigné du noyau dirigeant peut apparaître décisive à plusieurs niveaux. La confiance que lui portent les dirigeants en titre, son utilisation comme conseiller qui peut avoir voix au chapitre par sa maîtrise d’un sujet, ses capacités de synthèse et de proposition, la sollicitation de son analyse, mais aussi l’orientation qu’il donne au secteur de travail qu’il dirige participent de l’aide à la décision. Il peut en outre, c’est le cas de Jacques Denis, jouer un rôle d’émissaire ou d’observateur lorsque le parti ne souhaite pas s’engager officiellement. En un sens, il est un maillon pertinent de cet intellectuel collectif que constitue le PCF, à l’interface de la structure permanente et du lieu de décision effective.

Les archives Jacques Denis

  • 2  Colloque « L’union sans l’unité, le Programme commun de la gauche : 1963-1978 », 19-20 mai 2010, P (...)

7Le fonds Jacques Denis, enregistré sous la cote 357 J, représente 5 mètres linéaires de dossiers. Son traitement, parallèlement d’ailleurs à celui du fonds Georges Marchais, s’est inscrit d’une part dans la priorité donnée au traitement des fonds touchant aux questions de politique internationale, après le traitement d’une partie du sous-fonds de la section Polex (261 J 7/), des fonds personnels Marius Magnien (273 J), Jean Kanapa (317 J) et Raymond Guyot (283 J), d’autre part dans la perspective du colloque de mai 2010 sur l’union de la gauche2, Jacques Denis ayant été l’un des acteurs sur les questions internationales aux différents moments du processus.

8Ce fonds est structuré en quatre grandes parties :

91. Désarmement (en tant que responsable de la Polex et de manière imbriquée à la direction du Mouvement de la paix et du Conseil mondial de la paix) ;

102. Processus d’union de la gauche

113. Section de politique extérieure

12– Direction de la section

13– Relations internationales

14– Dossiers plus spécifiques sur les questions touchant à l’Allemagne et au Maroc

154. Documentation

16La typologie des archives de Jacques Denis est composée de documents papier renseignant sur ses grands champs de responsabilité. Les archives qu’il a rassemblées peuvent apparaître parfois comme celles d’un scribe silencieux mais témoin privilégié d’un moment, chargé lors de rencontres internationales d’assister un dirigeant qui ne prend pas forcément de notes puis de rédiger des comptes rendus détaillés, d’autres fois comme celles d’un conseiller au fait des problématiques internationales, sollicité pour son expérience et son expertise, ou encore celles d’un animateur et dirigeant d’une section de travail aux responsabilités étendues. Elles comportent notamment des notes manuscrites nombreuses, des notes et rapports dactylographiés produits ou réunis dans le cadre de ses activités, des comptes rendus de réunions, en particulier de la section Polex, des comptes rendus rédigés à l’issue des rencontres bilatérales et internationales auxquelles il participe, de la correspondance ainsi qu’une large documentation.

Quelques documents relatifs aux relations avec le PCI

17Au sein de l’ensemble que représente le fonds Jacques Denis ont été sélectionnés des documents illustrant trois moments de l’histoire des relations entretenues entre le PCF et le PCI. Le premier moment, 1964-1966, s’inscrit dans une phase de renouvellement générationnel à la tête des deux partis consécutif à la disparition de leurs deux dirigeants historiques, Maurice Thorez et Palmiro Togliatti, et de l’émergence de deux nouveaux secrétaires généraux, Luigi Longo et Waldeck Rochet. Le second, 1968-1969, voit se préparer et se tenir deux types de conférences internationales de partis et d’organisations progressistes à l’échelle européenne et mondiale : la conférence des partis progressistes et anti-impérialistes de la Méditerranée, réunie à Rome en avril 1968, et la conférence internationale des partis communistes et ouvriers, tenue à Moscou en juin 1969. Le troisième, mars 1977, apparaît comme un moment offensif dans le rapprochement entrepris par les partis espagnol, italien et français et popularisé sous le terme d’eurocommunisme.

18Ces trois focus prennent contexte dans la période plus longue que représentent les années 60 et 70, où les rapports bilatéraux PCF/PCI s’établissent à l’aune d’un troisième acteur, l’URSS. Continuité du débat sur le polycentrisme impulsé par le PCI après 1956, la question du rapport au « grand frère » soviétique et au socialisme réel provoque dissensions ou proximité entre partis français et italien, qui s’expriment notamment dans leur conception du mouvement communiste international et dans leur position en son sein.

19Cette problématique amène l’archiviste, aidé par les travaux de l’historien, à chercher à identifier les différents acteurs du processus de la prise de décision, en matière de politique internationale pour ce qui nous concerne ici.

20Se distinguent et s’imbriquent alors le rôle du secrétaire général, celui du dirigeant en responsabilité d’une question politique et d’une section de travail qui lui est rattachée – ici la section Polex –, celui du ou des collaborateurs – ici Jacques Denis – qui dirige le travail de la section Polex sous l’autorité d’un responsable politique. Cette vision au demeurant positiviste des organigrammes publiés à l’issue des congrès doit être nuancée au regard de la réalité d’une répartition des tâches qui évolue sans que cela soit sanctionné par des nominations immédiates. En effet, si les responsables en titre de la section Polex sont pour la période retenue Raymond Guyot jusqu’en 1972, puis Jean Kanapa, le rôle de Kanapa est prédominant, pour ce qui concerne les relations avec le PCUS, dès les années 1967-1968.

1964-1966

4 lettres

21Entre le 6 juin et le 2 juillet 1964 sont échangées quatre lettres entre les partis français et italien. La correspondance débute par un courrier acerbe signé de Gaston Plissonnier, secrétaire administratif du PCF, suite à la venue en France d’une délégation des jeunesses italiennes à l’occasion d’un congrès de la jeunesse communiste française. Le reproche initial formulé au PCI est la participation de ces délégués à un débat organisé par « un groupe de dirigeants de l’Union des étudiants communistes qui mènent une activité hostile à notre parti et à sa politique ». Cet incident donne lieu à une mise au point qui culmine avec l’accusation, rejetée par les italiens, « d’ingérence persistante [du PCI] dans les questions intérieures d’un parti frère » et de « soutien à une activité fractionnelle ».

22Cette correspondance, conservée sous forme dactylographiée, montre que Jacques Denis est destinataire d’une copie, qu’il est donc informé, au titre de collaborateur de la Polex – il n’en est pas encore semble-t-il le responsable adjoint –, de membre du CC – bien que les destinataires indiqués soient les membres du BP – ou peut-être de secrétaire de Maurice Thorez. Elle indique en outre le parcours au sein de l’appareil administratif du PCF de ce type de courrier. Adressée en italien, la lettre du 2 juillet, signée d’Alessandro Natta, est dirigée par le secrétariat administratif vers la section Polex qui en effectue la traduction. L’originale de cette lettre se trouvant dans les archives Plissonnier (264 J 12), on peut en déduire qu’elle est réadressée par la section Polex accompagnée de sa traduction vers le secrétariat administratif qui assure alors la diffusion de l’information, ici aux membres du BP.

Les discussions de Genève

  • 3  M. Giovaninetti, 50 ans au cœur du système communiste. Raymond GUYOT, un dirigeant du PCF, doctora (...)

23À cette période de crise latente entre les deux partis succède l’année suivante une reprise des relations au plus haut niveau. Les 24 et 25 mai 1965 se rencontrent en effet Waldeck Rochet et Luigi Longo. Il ne s’agit pas là d’une réception officielle organisée par l’un ou l’autre des partis puisque les discussions ont lieu à Genève, donc ni en Italie ni en France. L’évocation de la rédaction d’un communiqué commun indique néanmoins la dimension politique de l’événement. Les délégations sont très réduites : Waldeck Rochet et Jacques Denis pour le PCF, Luigi Longo et Sergio Segré pour le PCI. Le compte rendu dactylographié nous apprend que Jacques Denis est chargé de sa rédaction. Cette sollicitation par le secrétaire général pourrait être le signe d’une certaine continuité. Jacques Denis ayant été le secrétaire administratif de Maurice Thorez – le secrétaire politique étant alors Georges Cogniot –, il a certainement déjà participé en tant que collaborateur rapproché à ce type de rencontres de haut niveau. Waldeck Rochet souhaitait, semble-t-il, le conserver à ses côtés mais, selon Marc Giovaninetti auteur d’une thèse sur Raymond Guyot3, il aurait été imposé par ce dernier à la section Polex.

La rencontre de San Remo

24La rencontre de San Remo, le 3 mai 1966, revêt un caractère officiel plus marqué. La délégation de haut niveau, emmenée par Waldeck Rochet, comprend cinq membres parmi lesquels Jacques Denis – mais pas Raymond Guyot – qui prend à cette occasion des notes manuscrites précises, peut-être en vue de la rédaction d’un compte rendu – dont nous n’avons pas trouvé trace. La délégation italienne est quant à elle emmenée par Luigi Longo. Des archives complémentaires à celles de Jacques Denis se trouvent dans le fonds Waldeck Rochet (307 J 103). Elles comprennent deux versions du texte de l’intervention de Waldeck Rochet, des « propositions pour un document commun » élaborées lors de la rencontre PCF – PCI après le congrès du PCUS, un communiqué de presse au nom de la délégation française comportant des corrections manuscrites de Jacques Denis, et enfin huit pages de notes manuscrites de Waldeck Rochet sur la rencontre.

1968-1969

Une conférence méditerranéenne

25La conférence des partis progressistes et anti-impérialistes de la Méditerranée se tient du 9 au 11 avril 1968 à Rome à l’initiative du PCI et du Parti socialiste d’unité prolétarienne, parti issu d’une scission du Parti socialiste italien. Il s’agit là d’un point de rencontre entre différents partis et organisations de la région, et notamment entre le PCF et le PCI. Jacques Denis est mandaté pour préparer cette rencontre, au nom du PCF, puis pour l’y représenter. Il produit à cette occasion divers documents manuscrits qu’il rédige avec précision : comptes rendus des réunions préparatoires, notes prises au cours de la rencontre, puis compte rendu effectué pour les instances dirigeants du PCF. La délégation n’est pas emmenée par Raymond Guyot, responsable en titre de la section, mais par François Billoux, alors membre du BP et du secrétariat du PCF. Jacques Denis s’efface donc devant un responsable plus titré que lui lorsqu’il s’agit d’incarner le parti lors d’un événement officiel à portée médiatique.

Vers la conférence de Moscou

26Jacques Denis n’a pas, en tant que tel, participé à cette longue succession de réunions préparatoires, entamée à Budapest en avril 1968, qui a conduit à la conférence de Moscou en juin 1969. Mais, c’est l’une des surprises de son fonds, il a conservé par devers lui des dossiers constitués par Jean Kanapa dans ces années charnières. En effet, ce processus impulsé par l’URSS qui doit conduire à l’affirmation d’une unité dans le mouvement communiste mondial, est remis en question par l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie. Le rôle joué par le PCF et le PCI à cette occasion pourrait s’appréhender par l’analyse des dossiers Kanapa contenus dans le fonds Denis, constitués notamment par de nombreux notes et carnets manuscrits rédigés avec précision et agrémentés d’analyses personnelles, à l’occasion des réunions préparatoires mais aussi lors de rencontres informelles à leur marge, avec les soviétiques notamment. La qualité de ces archives offre un angle d’approche probablement nouveau sur les coulisses du mouvement communiste international, où les « diplomaties » des partis sont à la manœuvre pour exprimer des désaccords tout en évitant les ruptures.

27C’est en creux de ces archives Kanapa que se dessine le rôle de Jacques Denis. Spécialiste reconnu des questions européennes, sollicité à ce titre pour ce qui concerne l’Italie, il ne l’est pas en revanche lorsqu’il s’agit du rapport à l’URSS. Ce sont Georges Marchais, alors membre du BP et du secrétariat, et Jean Kanapa qui sont désignés pour représenter le PCF lors de ce cycle de négociations d’une quinzaine de mois. Le travail de la section Polex est néanmoins orienté pour irriguer ce dernier d’informations par le biais de notes à sa destination – souvent de la main de Jacques Denis lorsqu’il s’agit du PCI – conservées dans les dossiers Kanapa. Cet état de fait amène une nouvelle fois à nuancer les organigrammes officiels, Georges Marchais étant préféré à Raymond Guyot, pourtant responsable en titre de la Polex, pour diriger le travail.

28Pour autant, Jacques Denis peut aussi jouer le rôle d’un émissaire officieux lorsqu’il s’agit de reprendre des contacts informels avec des partis étrangers. Chargé d’un voyage en Tchécoslovaquie dans les semaines qui précèdent la conférence de Moscou, il rédige une note – conservée dans son fonds sous forme manuscrite – qu’il introduit par cette considération : « Je pense que la décision d’avoir cette reprise de contact a été juste et qu’elle intervient à un moment convenable. Ce voyage aura été utile et ouvre des perspectives favorables pour nos rapports futurs de coopération avec le Parti tchécoslovaque. »

1977

Madrid

  • 4  L’original de cette lettre, en russe, est conservé dans le fonds Jean Kanapa (317 J 7).

29Les années 1968-1969 ont vu émerger un trio en charge de la préparation de la conférence de Moscou constitué de Jacques Denis, Jean Kanapa et Georges Marchais. En 1977, Georges Marchais a succédé à Waldeck Rochet comme secrétaire général du PCF, Jean Kanapa a accédé au BP du PCF et a pris, en remplacement de Raymond Guyot, la tête de la section Polex dont Jacques Denis continue de diriger le travail. Une nouvelle étape dans les relations entre le PCF et le PCI s’est ouverte avec le développement du projet eurocommuniste, impulsé quelques années plus tôt par le Parti communiste espagnol. C’est dans ce contexte que se tient à Madrid les 2-3 mars 1977 une rencontre tripartite entre Santiago Carillo, Georges Marchais, accompagné de Jacques Denis et de Jean Kanapa, et Enrico Berlinguer. Le fonds Jacques Denis contient des archives relatives à cette rencontre inscrite dans un contexte de tensions croissantes entre le PCF et le PCUS, qui culmine avec l’envoi d’une lettre par le PCUS au CC du PCF à la fin du mois de mars 19774. Ce dossier comprend notamment des carnets de notes prises par Jacques Denis et Jean Kanapa pendant les discussions, ainsi que deux projets successifs de déclaration commune – rédigés antérieurement à la rencontre – annotés, toujours par Denis et Kanapa.

30Jacques Denis semble avoir été l’un des acteurs de l’élaboration conceptuelle de la notion d’eurocommunisme comme de sa tentative de traduction politique. Ses archives recèlent de nombreux textes qu’il a produits sur la question, s’engageant nettement dans cette voie pourtant discutée au sein du PCF. Elles informent en outre une nouvelle fois sur la tenue de ces réunions au sommet entre les premiers dirigeants de partis qui, à cette occasion, souhaitent envoyer des messages politiques forts. 1977 apparaît aussi comme une année où s’établit un travail régulier entre le PCF et le PCI, par le biais d’une commission mixte qui se réunit au moins deux fois, en octobre 1977 et en mai 1978. Les archives Denis gardent trace des travaux de cette commission.

Quelques sources complémentaires5

  • 5  Les archives du PCF n’étant que partiellement inventoriées, les sources complémentaires proposées (...)

31Jacques Denis, sans être au centre du processus décisionnel mais en raison des fonctions qu’il a occupées au sein du PCF en tant que spécialiste des questions internationales, a constitué un fonds d’archives qui semble donc être un point d’entrée pertinent pour aborder la question des rapports PCF/PCI. Les archives des différents acteurs de ce processus, qu’il s’agisse de structures – instances de direction ou sections de travail du CC –, de dirigeants ou de collaborateurs du CC, apparaissent comme autant de sources offrant un prolongement à l’exploration initiale des archives Denis.

Archives de direction

Archives du congrès national, 1970-1994 (261 J 1/)

32Statutairement plus haute instance du parti, le congrès du PCF se réunit environ tous les trois ans dans les années 60 et 70. Sa tenue est précédée d’un vaste débat au sein du PCF, sur la base d’un document préparatoire élaboré par la direction et amendé par les structures locales et intermédiaires du parti. Ses archives se composent de documents papier pour la période 1970-1994 (contributions écrites de militants, amendements aux textes de congrès, formulaires de mandat remplis par les délégués), d’enregistrements sonores très parcellaires pour la période 1952-1994, ainsi que des numéros spéciaux des Cahiers du communisme rendant compte des travaux du 13e (1954) au 28e (1994) congrès.

Archives du CC, 1939-1994 (261 J 2/)

33Organisme supérieur du parti dans l’intervalle des congrès, il en détermine les orientations et les choix politiques. À l’issue de ses débats, il vote des décisions ou une résolution. Ses archives papier se composent d’une série chronologique de dossiers contenant généralement le rapport d’introduction, la résolution votée, parfois le texte des interventions prononcées, une liste d’émargement et des coupures de presse. Ses archives sonores sont constituées des enregistrements des sessions.

  • 6  Réunions du comité central du PCF, 1921-1977. État des fonds et des instruments de recherche, Dépa (...)

34Les archives départementales de la Seine-Saint-Denis, en partenariat avec la fondation Gabriel Péri, ont édité un état des fonds et des instruments de recherches relatifs aux réunions du CC6 qui recense pour chaque session les archives consultables, liste les ordres du jour et les intervenants et résume sommairement les interventions des différents orateurs.

Archives du BP, 1944-1994 (261 J 4/, communicables sous la cote 2 Num 4)

35Élu par le CC en son sein, le BP applique les décisions de celui-ci et dirige le parti entre les sessions du CC. Ses archives contiennent des dossiers classés chronologiquement par année, rassemblant les relevés de décisions de ses réunions hebdomadaires (documents dactylographiés de 1 à 5 pages, suivant les périodes). Les originaux étant fragiles, elles sont communiquées sous forme numérisée.

Archives du secrétariat, 1944-1994 (261 J 5/, communicables sous la cote 2 Num 5)

36Élu par le CC en son sein, le secrétariat assure le travail courant de direction. Ses archives contiennent des dossiers classés chronologiquement par année, rassemblant les relevés de décisions de ses réunions hebdomadaires (documents dactylographiés de 5 à 15 pages, parfois accompagnés d’annexes : notes, listes nominatives, etc.). Les originaux étant fragiles, elles sont communiquées sous forme numérisée.

Archives de secrétaires généraux

Fonds Waldeck Rochet, 1944-1971, 307 J

37Le fonds Waldeck Rochet contient des dossiers compilant notes et informations en provenance de la section de Polex sur les questions internationales (307 J 16-17), ainsi que d’autres spécifiques aux relations bilatérales entretenues par le PCF avec les « partis frères ». Parmi ces derniers, celui concernant le PCI est l’un des plus denses (307 J 103). Y sont classés chronologiquement sur la période 1961-1970 des notes permettant de suivre les évolutions théoriques du PCI, sur la question du mouvement international notamment, ainsi que des documents réunis à l’occasion d’événements plus spécifiques tels les congrès du PCI ou des rencontres bilatérales, à l’instar de celle tenue à San Remo en 1966.

38Un fonds complémentaire (314 J), donné par sa famille au PCF en 2007, est en cours de classement.

Fonds Georges Marchais, 1953-1997, 305 J

39Les archives de Georges Marchais, en cours de traitement, ont bénéficié d’un récolement. Il est donc difficile en l’état d’estimer au sein de ce fonds quantitativement important (45 ml) ce qui relève exactement des rapports PCF/PCI. La masse de correspondance, avec les partis étrangers notamment, comme la compilation des discours et prises de paroles pourraient potentiellement informer, après recensement, sur la question des relations PCF/PCI. En ce qui concerne le PCI ont été identifiés un dossier documentaire sur Palmiro Togliatti constitué en 1964, d’autres concernant des rencontres bilatérales en 1980, 1982 et 1984, le 17e congrès du PCI en 1984, les relations PCUS/PCI en 1983 à travers une copie de correspondance. À noter enfin deux dossiers complémentaires aux archives Kanapa contenues dans le fonds Jacques Denis relatifs à la préparation de la conférence de Moscou.

Archives des responsables en titre de la section Polex

Fonds Raymond Guyot, 1926-1988, 283 J

40C’est au milieu des années 1950 que Raymond Guyot se voit confier la responsabilité de la section Polex du PCF. Son fonds d’archives personnelles contient donc sans surprise de nombreux dossiers relatifs aux questions internationales, certains consacrés à l’Italie (283 J 29, 283 J 80), d’autres au mouvement communiste international à travers notamment les conférences internationales, aux relations avec les partis des pays socialistes ou à la crise Tchécoslovaque.

Fonds Jean Kanapa constitué par Gérard Streiff, 1960-1990, 317 J

  • 7  G. Streiff, Jean Kanapa, 1921-1978. Une singulière histoire du PCF, L’Harmattan, Paris, 2001, 2 vo (...)

41Acteur incontournable de la section Polex, puis de la direction sur la période des années 60/70, Jean Kanapa, disparu prématurément en 1978, n’a pas en tant que tel constitué un fonds d’archives personnelles. C’est en effet Gérard Streiff, collaborateur du CC dans les années 1970, qui, à l’occasion d’une thèse sur le dirigeant communiste7, a réuni une documentation composée d’archives produites ou réunies par Kanapa. Certains de ses dossiers ont trait à son activité au sein de la section Polex, d’abord comme collaborateur puis en tant que dirigeant. Elles concernent notamment les conférences du mouvement communiste international (317 J 11-12), notamment les conférences de Moscou (1969) et de Berlin (1976), les relations entretenues par le PCF avec les « partis frères », parmi lesquels le PCI (317 J 15) et le PCUS (317 J 13), ainsi que l’eurocommunisme (317 J 19). À noter enfin le tapuscrit d’un projet d’ouvrage sur « les communistes et l’Europe » qui n’a pu aboutir en raison du décès de Kanapa (317 J 2).

Archives de dirigeants membres du BP et du secrétariat

Fonds Gaston Plissonnier, 1950-1994, 264 J

42En tant que secrétaire administratif de la direction du PCF, Gaston Plissonnier a occupé une place privilégiée dans l’organisation du travail des organes dirigeants du PCF et des sections de travail du CC. À ce titre, il a reçu puis conservé, de nombreux documents ne relevant pas uniquement de ses attributions propres. Une partie du fonds Gaston Plissonnier concerne les questions internationales et les rapports avec les « partis frères ». Un dossier, plus spécifiquement consacré au PCI (264 J 12) pour la période 1962-1970, comprend notamment des courriers originaux adressés par la direction du PCI au PCF.

Fonds Roland Leroy, 1957-1974, 263 J

43Les archives de Roland Leroy aujourd’hui partiellement traitées concernent deux champs importants des responsabilités qu’il a occupées au sein du PCF, sur les questions touchant aux organisations de jeunesse communistes d’une part, aux intellectuels et à la culture d’autre part. Il a à ce titre occupé un poste d’observation privilégié sur la pénétration en France de thèses développées par le PCI, au sein notamment de l’Union des étudiants communistes un temps dirigée par les « Italiens », qualificatif donné à une partie de la direction en raison de sa proximité avec les thèses sur le polycentrisme développées dans le PCI (263 J 1-15).

44De par le fonctionnement collectif des instances dirigeantes et en raison de la circulation de l’information en leur sein, d’autres dirigeants pour lesquels il existe des fonds d’archives constitués ont conservé des dossiers relatifs aux relations PCF/PCI. Parmi eux, citons notamment les fonds Étienne Fajon (295 J), Paul Laurent (302 J) ou François Billoux (288 J).

Archives de sections de travail et de collaborateurs du CC

Fonds Francis Cohen, 354 J, 1893-2000

45Francis Cohen a dirigé de longues années La Nouvelle Critique tout en collaborant régulièrement à la section Polex en tant que spécialiste de l’URSS. S’il n’a pas occupé de fonctions dirigeantes de premier plan – il n’a jamais été élu au CC –, sa position au sein de l’appareil communiste l’a situé à l’articulation de la structure interne spécialisée dans les questions internationales, la Polex, et d’une revue conçue comme un lieu d’expression et d’élaboration pour les intellectuels communistes. Le soin avec lequel il a constitué ses archives et la manière systématique dont il les a conservées permettent bien souvent de compléter les archives des organismes dans lesquels il a été actif. En outre, la qualité des notes qu’il a prises au cours des réunions auxquelles il a participé permet de restituer les débats dans leur intimité et offre un éclairage nouveau sur les débats agitant le PCF, sur les questions internationales notamment.

Archives de la section Polex, 261 J 7/

46La section de politique extérieure agit sur un double plan. Politique, en fournissant des notes, informations destinées à nourrir la prise de décision des organismes dirigeants, et des articles pour la presse du parti. Pratique, avec la préparation des délégations, l’accueil des délégations étrangères – lors des congrès ou des obsèques de dirigeants de premier plan par exemple –, le suivi des liens avec les « partis frères » et les organisations étrangères. Ses archives se décomposent en trois grands ensembles identifiés : les archives relatives à l’organisation, au fonctionnement et aux activités de la section, celles concernant l’activité des collectifs de travail géographiques ou thématiques puis celles des collaborateurs.

47Les archives de la section Polex permettant d’appréhender le travail préparatoire à la prise de décision politique, du ressort des instances dirigeantes du parti, elles sont parfaitement complémentaires aux fonds personnels constitués par les dirigeants.

48L’approche des relations PCF/PCI ne saurait néanmoins s’appréhender par la seule consultation des archives de la section Polex pourtant en charge des questions internationales. Les rapports bilatéraux peuvent en effet s’établir au plus haut niveau lors des rencontres entre secrétaires généraux, mais aussi par l’échange de délégations spécialisées dans des domaines plus précis, qui relèvent du champ de compétences des autres sections de travail du CC.

49Constituer un corpus de sources permettant d’aborder un sujet tel que les rapports entretenus par le PCF et PCI dans les années 1960 et 1970 relève donc plus, selon la problématique retenue, d’un parcours au sein des archives du PCF que d’une compilation systématique des documents relevant de cette thématique. L’élaboration d’une chronologie fine, l’identification des acteurs, l’analyse des enjeux peut se réaliser en premier lieu à travers les documents contenus dans le fonds Jacques Denis, puis aisément se prolonger par la consultation de multiples fonds et sous-fonds prolongeant cette approche initiale.

Haut de page

Notes

1  Le fonds du PCF a été déposé en 2005 aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, suite à la signature d’une convention de dépôt entre ce parti et le département de la Seine-Saint-Denis. Le fonds papier représente plus d’un kilomètre linéaire de dossiers.

2  Colloque « L’union sans l’unité, le Programme commun de la gauche : 1963-1978 », 19-20 mai 2010, Pantin. Publication des actes prévue en 2011.

3  M. Giovaninetti, 50 ans au cœur du système communiste. Raymond GUYOT, un dirigeant du PCF, doctorat d’histoire sous la direction de J. GIRAULT, Université Paris 13-Villetaneuse, décembre 2009, 2 vol. (consultables aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis sous les cotes 9J/398 1 et 9J/398 2)

4  L’original de cette lettre, en russe, est conservé dans le fonds Jean Kanapa (317 J 7).

5  Les archives du PCF n’étant que partiellement inventoriées, les sources complémentaires proposées ici ont été sélectionnées parmi les fonds et sous-fonds traités.

6  Réunions du comité central du PCF, 1921-1977. État des fonds et des instruments de recherche, Département de la Seine-Saint-Denis en partenariat avec la Fondation Gabriel Péri, 4 vol. (disponibles auprès des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis).

7  G. Streiff, Jean Kanapa, 1921-1978. Une singulière histoire du PCF, L’Harmattan, Paris, 2001, 2 vol. (consultables aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis sous les cotes 8°/3824 et 8°/3825)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Boichu, « Les archives du Parti communiste français. Les relations entre le PCF et le PCI dans les années 60 et 70 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 151-165.

Référence électronique

Pierre Boichu, « Les archives du Parti communiste français. Les relations entre le PCF et le PCI dans les années 60 et 70 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2147

Haut de page

Auteur

Pierre Boichu

Assistant qualifié de conservation du patrimoine, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page