Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le PCF et l’Union de la gauche vus par le PCI

Le rapport de Giancarlo Pajetta sur les élections législatives françaises de 1973
Marco Di Maggio
p. 139-149

Résumé

Le rapport présenté par Giancarlo Pajetta au Bureau politique du PCI sur son séjour en France lors des élections législatives de 1973 fournit une perspective novatrice sur le PC français, ses forces et ses faiblesses, ainsi qu’une comparaison avec le PCI. Pajetta souligne le centralisme bureaucratique, l’absence de démocratie interne et le désintérêt pour les questions internationales des dirigeants communistes français. Il pointe également le monolithisme idéologique très éloigné de la diversité italienne nourrie du gramscisme. La campagne pour les législatives de 1973 lui permet de souligner le double discours des dirigeants sur la possible victoire de la gauche et le désenchantement des militants qui s’ensuit. La mise à l’écart des mouvements gauchistes et la quasi-autonomie (malgré l’Union de la gauche) vis-à-vis du Parti socialiste témoignent principalement de la peur du PCF de perdre le leadership à gauche. Le diagnostic de Pajetta, qui annonce la crise future du PCF, pointe enfin l’absence de questionnement sur les institutions et le retard concernant la politique étrangère.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Une différence importante entre les deux partis réside dans le fait que la direction en tant qu’or (...)
  • 2  APCI, fonds de la direction, Microfilm 1, p. 640-641.

1Le document qui est au centre de cet article est particulièrement intéressant, étant une source directe et un témoignage original d’histoire comparée. Il s’agit d’un rapport rédigé par Giancarlo Pajetta daté du 28 mars 1973 et conservé dans le fonds de la direction du parti italien1. Pajetta est un dirigeant du PCI depuis sa fondation, il un des représentants de la veille garde du parti lié au mouvement communiste internationale. Dans ce rapport, il évoque son séjour en France en tant qu’observateur de la campagne électorale des législatives de mars 1973. Pajetta prononce ce rapport à la Direction de son parti2 organisme intermédiaire entre le Bureau Politique et le Comité Central composé par quelques dizaines de membres et dont on n’a pas d’égal dans le Parti communiste français.

2Du 27 février au 13 mars, Pajetta se trouve à Paris, où il assiste à la campagne communiste des deux tours des élections législatives. Accompagné par Gaston Plissonnier et André Vieuguet, mais aussi par moments par Jacques Duclos et Raymond Guyot, il participe à la campagne dans le XIIIe arrondissement et peut également suivre l’évolution de la situation dans la région Nord, que lui-même définit comme très importante en ce qui concerne les rapports avec les socialistes. Dans son rapport, Pajetta observe de l’intérieur, mais aussi en tant qu’observateur extérieur les caractéristiques de la première campagne du PCF après la signature du Programme Commun. Il nous livre ainsi une comparaison avec la politique de son parti, mais aussi son point de vue et ses analyses sur certains aspects de la stratégie, de la culture politique et du fonctionnement du PCF.

3Le document aborde la question du rapport entre les deux partis et de la connaissance de leurs stratégies respectives, la question de la structure du PCF et de ses différences avec celle du PCI, la question du déroulement de la campagne électorale française et des thèmes qui y sont abordés et enfin la question du rapport du PCF avec les organisations d’extrême gauche et avec les socialistes.

4Concernant la question du rapport entre les deux partis et de leur connaissance réciproque, c’est après avoir parlé avec de nombreux militants de base du parti français que Pajetta constate et souligne leur connaissance quasi nulle de la situation politique italienne et leur manque d’intérêt à propos des initiatives et des positions du PCI. Cette observation est confirmée par le peu d’intérêt que porte la presse communiste française au parti italien et à l’Italie, dont on ne parle que lors des élections, à quelques exceptions près.

5Comparée à l’espace réservé aux pays socialistes, cette donnée montre que le PCF se montre peu enclin à développer des relations d’échange et de collaboration avec le PCI et à donner aux militants des éléments de connaissance de son homologue italien.

  • 3  Dreyfus M., PCF, crises et dissidences, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 131-152.

6Le PCI a en effet souvent été source d’inspiration pour les dissidences internes au parti. Laurent Casanova comme Marcel Servin en 1961, mais aussi les étudiants de l’Union des étudiants communistes entre 1961 et 1964, ont pris comme exemple le parti italien dans leur tentative d’introduire des éléments de renouvellement de la stratégie et du fonctionnement interne du PCF3. Ainsi, à partir de la seconde moitié des années cinquante et au moins durant la décennie qui suit, le terme « italien » recouvre au sein du PCF une connotation négative et est souvent utilisé pour désigner ceux qui sont enclins à l’opportunisme, au révisionnisme et à la critique systématique de la politique du parti et du groupe dirigeant.

7Malgré le manque d’information, indice d’une méfiance à peine déguisée et d’une hostilité vis-à-vis des positions du PCI, Pajetta fait preuve d’optimisme et souligne le fort intérêt et la grande disponibilité dont ont fait preuve les dirigeants français.

8Pajetta souligne en fait une différence de génération. Selon lui, les dirigeants comme Duclos et Guyot, membres de la vieille garde thorézienne, ont, malgré leur cordialité, toujours adopté vis-à-vis du PCI une attitude de « supériorité et de protection ». Au contraire, la nouvelle génération se montre plus ouverte et intéressée par la collaboration entre les deux partis.

9Pajetta veut encourager cette attitude et cherche à développer les tentatives de collaboration établies par le PCI. On peut affirmer qu’il agit ainsi car lui-même appartient au groupe qui, au sein de la direction du PCI, est très attaché aux relations avec les Français. Cet intérêt est dicté par la volonté de construire une perspective européenne mais aussi par le fait qu’un rapport étroit avec le PCF constitue une garantie afin qu’au sein du PCI ne prennent pas trop d’importance des positions trop critiques vis-à-vis du bloc socialiste et trop innovantes quant à la politique intérieure et intérieure.

10Les observations de Pajetta sur les rapports entre les deux partis confirment l’intérêt porté par les Italiens à établir des rapports avec le PCF mais également l’ambiguïté des Français. Au-delà des questions relatives au mouvement communiste, et malgré l’optimisme de Pajetta et les manifestations d’intérêt des dirigeants du PCF, il faut souligner que, au sein de la direction du PCI, les relations entretenues avec le PCF sont un sujet récurrent et revêtant une certaine importance. Au contraire, dans le parti français, la question du PCI et des rapports avec les Italiens n’est que sporadique.

11Les observations faites sur l’organisation et sur le fonctionnement du dispositif de propagande du parti français sont également très significatives.

12Pajetta fait l’éloge de l’esprit d’organisation, de discipline et de l’atmosphère de camaraderie régnant au sein du PCF, au point qu’il affirme que « le comportement de nos camarades et de nos cadres durant une campagne électorale apparaîtrait à nos camarades français détaché et aristocrate ».

13Il exprime toutefois quelques réserves au sujet de la discipline. Il affirme en effet que « la compréhension de la ligne peut être seulement formelle, c’est ce qui m’est apparu à propos de certaines positions sectaires concernant les socialistes ».

14Pajetta poursuit sur le débat interne et sur le fait que « l’on ne discute pas de questions qui n’ont pas été l’objet d’une directive de la part des organes dirigeants ». À ce sujet, le dirigeant du PCI considère que « certaines discussions de base étaient peut-être plus productives quant aux fins pratiques de la campagne électorale, mais elles auraient provoqué un soulèvement général dans l’une de nos sections et, m’a-t-il semblé, ne semblaient pas particulièrement convaincantes à certains camarades plus jeunes ».

15Pajetta montre combien l’organisation centralisée et le contrôle du débat interne constituent pour le PCF des instruments, permettant au parti de mettre rapidement en marche son dispositif de propagande. Cependant, il considère cet élément comme étant aussi une faiblesse, révélant un manque de démocratie interne, surtout pour les jeunes générations. Les observations du dirigeant du PCI montrent combien le parti italien est sensible au débat interne et combien ses dirigeants se rendent mieux compte des exigences des générations post-68 et de l’émergence de nouvelles formes de militantisme politique.

16Pajetta se penche sur la question de l’organisation en cellules au détriment des sections. Les cellules offrent pour lui d’évidents avantages mais également de gros défauts. Elles permettent en effet l’enracinement sur les lieux de travail et dans les centres urbains, à condition qu’elles ne soient pas trop petites et qu’elles soient suffisamment actives. L’absence de lieu fixe comme peut l’être une section du PCI dans les petits centres ne permet pas aux inscrits de « trouver » le parti et rend difficile le contact avec les jeunes.

17Pajetta poursuit et note que le PCF ne s’interroge pas à ce sujet, misant sur le renforcement des cellules à travers le recrutement de nouveaux adhérents grâce à ce qu’il appelle « le nouveau style de débat », la formation politique et la propagande.

18La question du « nouveau parti », que le PCI avait construit après-guerre, constitue l’une des plus grandes différences entre les deux partis. Contrairement au parti français, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et après vingt ans de régime fasciste, le PCI doit construire ex novo sa structure organisationnelle tout en maintenant le consensus de masse construit pendant la Résistance. Face à ces contraintes, Togliatti décide de ne pas copier fidèlement le modèle bolchévique et de construire un parti fortement enraciné dans le peuple italien, parmi les ouvriers et les paysans mais aussi dans certains secteurs de la petite bourgeoisie. Contrairement au PCF, le PCI ne se conçoit pas seulement en tant qu’avant-garde révolutionnaire de la classe ouvrière mais accentue son caractère national et populaire.

19Une autre différence, liée à la première, pesant sur le développement de la structure du parti et de ses formes d’enracinement au sein de la société, est ce qui a été récemment appelé le « génome Gramsci ». Le PCI se distingue ainsi de façon originale au sein de la tradition communiste. C’est en effet grâce à l’œuvre de Gramsci – à travers l’interprétation de sa pensée par les dirigeants et par sa divulgation parmi les militants – que le PCI parvient à construire un corpus idéologique et doctrinaire qui ne soit pas fondé exclusivement sur l’adoption ou sur la répétition des schémas doctrinaires du marxisme-léninisme. Cette diversité permet au parti italien, tout au long de son histoire, d’adopter une approche moins doctrinale des concepts marxistes. Sont ainsi formés des dirigeants capables de produire des analyses théoriques et stratégiques qui permettent de mieux comprendre les évolutions sociales, mais aussi celles du cadre politique national et international, et de s’y adapter plus facilement.

  • 4  À ce sujet, voir les travaux de Bernard Pudal, et notamment son analyse de la note envoyée par Lou (...)

20Au-delà de la différence de modèles organisationnels, le rapport de Pajetta montre combien le PCF compte surtout sur la force de son organisation et donc sur son unité interne. Afin de conserver cette unité, il est nécessaire d’exercer un contrôle et une sorte d’autocensure sur les débats, et ce à tous les niveaux. Ce contrôle détermine la transformation du centralisme démocratique en centralisme bureaucratique. En effet, c’est par le biais d’un contrôle rigide et de l’autocensure que s’opère l’égalisation de la théorie et de l’idéologie. L’idéologie devient surtout un moyen permettant de légitimer le groupe dirigeant et sa politique4.

21Le PCI au contraire, sans renoncer à l’unité et à la propagande, se conçoit sur le plan de l’hégémonie. Même ses dirigeants conservateurs, comme l’est Pajetta, se montrent sensibles aux exigences de débat et de démocratie interne, à la nécessité de comprendre les exigences et les formes nouvelles de politisation des années soixante et soixante-dix. D’une certaine façon, le parti italien cherche à ramener dans le giron du système politique national une partie des instances du 68 italien, et il y parvient en partie.

22En ce qui concerne le déroulement de la campagne électorale du PCF, Pajetta note qu’il s’agit de la deuxième campagne française à laquelle il assiste et que la première, celle du Front Populaire, était beaucoup plus impressionnante en ce qui concernait la mobilisation et l’enthousiasme populaires.

  • 5  APCF, Enregistrement sonore des séances du Comité Central, 4 AV 1935-1936.

23Par cette observation apparemment banale, le dirigeant italien souligne combien le PCF n’est pas parvenu à atteindre l’objectif premier de son schéma frontiste, qui était celui de créer une forte mobilisation populaire autour du Programme Commun. La nécessité pour le PCF d’être à la tête d’une forte mobilisation populaire figure au cœur du rapport présenté par Marchais au Comité central des 29 et 30 juin 19725, mais malgré cela, dès le lendemain de la signature du Programme Commun, cet objectif se retrouve cantonné aux dynamiques des rapports entre partis et ne sortira pas du cadre des formes ordinaires du débat politique, bien loin des processus de politisation de 1936.

24Pajetta passe ensuite aux formes et aux contenus de la campagne électorale du PCF.

25Concernant la forme, Pajetta met en évidence le double langage tenu par la direction française qui, afin d’obtenir la mobilisation maximale de la base avant le premier tour, avance comme une hypothèse possible une victoire de l’Union de la Gauche, tout en étant convaincue du contraire. Au moment du second tour, la direction change complètement de ligne, ce qui produit confusion et découragement parmi la base militante et – affirme Pajetta – ne permet pas au parti « de mettre en valeur les résultats du premier tour et le sens de la défaite de l’ancienne majorité ».

  • 6  APCF, Enregistrement sonore des séances du Comité Central, 4AV 1959-1969.

26Pajetta souligne ainsi et de nouveau le caractère vertical du fonctionnement du PCF et le fait que le corps militant et les cadres moyens du partis sont utilisés surtout comme une masse de manœuvre où la mobilisation et la propagande laissent peu ou pas de place à de véritables débats et à la compréhension de la stratégie adoptée. Les critiques de Pajetta se voient confirmées par la session du Comité central qui se tient au lendemain du second tour des élections de 1973. Au cours de cette réunion, les responsables fédéraux laissent percer un certain sentiment de désillusion. Jusqu’à la fin du premier tour, ils avaient cru en la possibilité d’une victoire de la gauche. Face à cette situation, le groupe dirigeant abandonne le ton triomphant adopté jusqu’alors et adopte de nouveau la rhétorique de la mobilisation permanente du parti afin de susciter l’enthousiasme des masses populaires autour du Programme Commun6.

27Comme le souligne Pajetta, la stratégie de double langage adoptée par le PCF émerge de cette situation. Le PCF adopte ainsi, de façon contradictoire et en alternance, des discours tribunitiens et des discours de parti de gouvernement. Cette contradiction est un des éléments menant au court-circuit de la stratégie unitaire des communistes français et facilitera le renversement des rapports de force à gauche.

28À ce propos, les observations du dirigeant du PCI se font encore plus précises au sujet des caractéristiques de la compétition entre le PCF et les autres partis de gauche et au sujet des thèmes abordés pendant la campagne communiste.

  • 7  APCF, Enregistrement sonore des séances du Comité Central, 4 AV 1935-1936.

29Pajetta fut tout d’abord frappé par le niveau de compétition entre les partis alliés de gauche. Pajetta note en effet la totale indépendance avec laquelle les communistes et les socialistes, alliés au sein de l’Union de la Gauche, mènent leur campagne. Il souligne la permanence de la tendance, au sein du PC, à perpétuer la différenciation entre communistes révolutionnaires et socialistes « réformistes » et opportunistes. Dans cette phase, les communistes cherchent à exclure de leur discours public cette différence, qui reste cependant une référence commune au sein du parti, y compris dans les initiatives du groupe dirigeant. Preuve en est la partie du rapport de Marchais soumis au Comité central du 29 juin 1972 et seulement publiée en 1974, au moment où s’amorce la lente crise de l’Union de la Gauche7.

30Au sujet des socialistes en revanche, Pajetta affirme qu’ils refusent de participer aux initiatives unitaires, afin de pouvoir se présenter comme les garants de la démocratie au sein de l’alliance.

31Pajetta note également la peur qu’a le PCF de perdre son rang de premier parti de gauche. Le maintien de cette position semble même avoir plus d’importance qu’une éventuelle conquête du gouvernement.

32Le dirigeant italien se penche ensuite sur la question des organisations gauchistes, et reste perplexe quant au fait que le PCF ait tout simplement décidé d’ignorer le PSU, la principale organisation de gauche en dehors de l’Union. Bien que les gauchistes présentent des candidats ouvriers venus de la CFDT et donc en compétition ouverte avec les candidats communistes, le PCF décide de ne pas en parler afin « de ne pas leur donner de la visibilité ».

33Il s’agit là d’une grande différence avec le PCI. En effet, les communistes français montrent leur refus de se mesurer aux organisations d’extrême-gauche et confirment ainsi leurs difficultés à prendre en compte les instances de 68.

  • 8  Sur les Assises du Socialisme en tant qu’événement marquant la fin du phénomène gauchiste, voir Ch (...)

34En effet, lors des Assises du Socialisme, à la fin de l’année 1974, le parti de Mitterrand adopte des références idéologiques de types révolutionnaires et libertaires, intégrant ces instances dans une perspective de gouvernement, offrant ainsi à des nombreux dirigeants et intellectuels gauchistes et ex-gauchistes la possibilité d’accéder à des positions de pouvoir et de visibilité politique et culturelle. Une opération en partie analogue à celle mise en œuvre par le PCI8.

35C’est en effet le parti de Mitterrand qui fera ce qu’a fait le PCI en Italie, c’est-à-dire construire l’hégémonie en prenant en considération certaines instances de l’extrême gauche post-68.

36Pajetta note l’importance que le PCF accorde aux thèmes sociaux, délaissant complètement les questions de politique étrangère et les questions institutionnelles.

  • 9  Lavau G., A quoi sert le PCF ?, dans Duhamel O., Weber H. (éd.), Changer le PC ? Débats sur le « g (...)

37Si le PCF adopte une attitude tribunitienne, c’est aussi pour ne pas ouvrir un débat sur la question démocratique, débat qui mettrait en question le modèle de socialisme soviétique. Ainsi, le parti français maintient la structure construite pendant la guerre froide, dans un premier temps sous l’égide de Rochet puis sous celle de Marchais, et ce malgré l’aggiornamento stratégique et culturel. Durant cette période, les communistes français étaient parvenus à conserver des marges d’autonomie vis-à-vis de l’Union soviétique dans le seul domaine de la représentation des intérêts matériels des classes populaires9.

38À ce sujet, Pajetta observe qu’« il faudrait se poser la question de savoir à quel point le fait d’avoir évité les thèmes “institutionnels”, jointe à la sensation très nette que le PCF voulait à tout prix être la première force de gauche et au fait d’avoir relégué au second plan les questions de politique étrangère, a fini par laisser dans l’ombre les grandes questions idéelles et a laissé le champ libre à l’anticommunisme de ses adversaires ».

39Le dirigeant du PCI souligne également le fait que les dirigeants français, interrogés par Pajetta lui-même à ce sujet, répondaient que les questions internationales n’intéressaient pas les Français pendant les élections et qu’il n’était pas facile d’aborder la question du Vietnam puisque le gouvernement français avait joué un rôle de médiateur. Pajetta affirme que lors des grandes initiatives il n’a jamais entendu prononcer les mots Vietnam ou Chili, « qui pourtant étaient des thèmes dont parlaient largement les adversaires du Programme Commun ».

40émerge de nouveau ici combien le PCF est en retard en matière d’analyse de la politique étrangère, et ce malgré le rôle joué par la France sur la scène géopolitique mondiale.

41Les observations de Pajetta montrent combien au sein du parti français la défense du socialisme réel et de l’internationalisme prolétarien correspond à une stratégie centrée sur la dimension nationale.

  • 10  À propos des difficultés du PCF à répondre aux attaques de ses adversaires sur la question de son (...)

42Cette dimension nationale suscite d’ailleurs la perplexité de Pajetta. Il souligne en effet le fait que, au-delà des déclarations de principe contenues dans le Programme Commun, on ne parle pas de la liberté. Il observe que le choix de ne pas donner beaucoup de relief au fait que la Ve République « a de fait supprimé la fonction du Parlement et installé des lourdes structures bureaucratiques, a permis que la question de la liberté soit utilisée par les représentants du régime contre les représentants du “collectivisme marxiste”10 ».

43Pajetta souligne aussi l’importance accordée par la presse non communiste à la question de la liberté dans les pays socialistes et il rapporte l’opinion d’un chauffeur de taxi se disant prêt à voter PSU et non PCF à cause de la position ambiguë des communistes sur ce sujet.

44Pajetta poursuit son raisonnement et fait remarquer qu’aucun parti de l’Union de la Gauche n’a poussé jusqu’au bout la critique de la constitution gaulliste. Tous ont ainsi revendiqué « le libre jeu parlementaire » et ont « laissé le champ libre aux critiques venant de droite et de gauche à l’encontre de la IVe République ».

45Pajetta relève ainsi l’existence d’une critique de gauche vis-à-vis de la IVe République et souligne le désintérêt montré par la PCF à faire du bonapartisme de la constitution gaulliste un thème central de son action politique.

46De ces considérations émerge une différence profonde entre le PCI et le PCF. En effet, le parti italien n’avait jamais cessé de se poser en défenseur de la constitution républicaine de 1948, très semblable dans sa structure et qui par les circonstances l’avaient vu naître à celle de la IVe République.

  • 11 à ce sujet, voir Caredda G., Governo e opposizione nell’Italia del dopoguerra (1947-1960), Laterza, (...)

47Le PCI s’était battu sur cette question y compris lors des moments les plus durs de la guerre froide, au moment où il était contraint de privilégier sa fonction de représentant des intérêts matériels des classes populaires11. Pour le PCF au contraire, à partir du moment où éclate la guerre froide et où le parti est exclu du gouvernement, les institutions provenant de la Résistance ne sont devenues un instrument, dont la défense était prioritaire, qu’au moment où elles étaient déjà compromises par la crise algérienne.

48Au cours des années 1960, les questions institutionnelles et la critique de la Ve République étaient progressivement passées au second plan afin de construire l’unité de la gauche lors des luttes sociales. Au début des années 1970, les communistes français acceptent de fait de mettre de côté la question institutionnelle afin de parvenir à une alliance avec le parti de Mitterrand.

49Comme le souligne Pajetta, alors que le Programme Commun est élaboré, le PCF en assure la promotion surtout en tant que solution aux exigences des classes populaires face à la politique des « monopoles » et laisse libre cours à l’émergence en tant que figure de leader du secrétaire socialiste, mouvement qui atteindra son apogée lors des élections présidentielles de 1974.

50Le PCF est également vulnérable face aux critiques venant de la droite et de la gauche sur la question de la démocratie et de la liberté.

  • 12  À ce sujet, voir Bergounioux A., Grunberg G., L’ambition et les remords. Les socialistes français (...)

51En soulignant l’absence des questions institutionnelles au sein de la campagne du PCF, Pajetta pointe du doigt l’un des éléments les plus importants sur lesquels est construite l’Union de la Gauche, et par là, la compétition entre socialistes et communistes. En effet, la légitimation de la Ve République parmi la gauche française s’achève ainsi, laissant le champ libre à la stratégie de Mitterrand qui veut arriver au pouvoir grâce au renversement des rapports de force à gauche12.

52Dans le rapport de Pajetta, on peut ainsi trouver des éléments utiles à une analyse de la stratégie unitaire du PCF. Les observations sur le fonctionnement du PCF, dont la base est utilisée surtout comme masse de manœuvre vouée aux activités de propagande ou encore le fait que le débat et la production d’analyses sur la situation internationale ou institutionnelle soient mises de côté au profit d’une action politique centrée sur la dimension sociale et tribunitienne, constituent quelques-uns des points fondamentaux permettant de comprendre la crise d’hégémonie du communisme français, en tant que sujet capable de représenter les intérêts de larges secteurs des classes populaires, mais aussi en tant qu’organisation capable d’activer des processus de politisation et des pratiques politiques opposées au système. La crise apparaît alors comme étant une forme particulière de la crise du communisme dans sa forme historique assumée au xxe siècle. Dans le cas français, la crise commence au moment de la fin de la première partie de la Guerre Froide mais elle ne se manifestera pleinement qu’à partir de la fin des années soixante-dix et lors des années quatre-vingt.

Haut de page

Notes

1  Une différence importante entre les deux partis réside dans le fait que la direction en tant qu’organe n’existe pas dans la structure organisationnelle du PCF. Pour le PCI, la direction est le lieu où sont discutées les lignes stratégiques et tactiques du parti. L’absence d’un tel lieu de débat influence le débat interne au PCF, les différences de sensibilités internes au groupe dirigeant s’expriment ainsi rarement et quand elles s’expriment, c’est souvent au moment où émergent des dissensions.

2  APCI, fonds de la direction, Microfilm 1, p. 640-641.

3  Dreyfus M., PCF, crises et dissidences, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 131-152.

4  À ce sujet, voir les travaux de Bernard Pudal, et notamment son analyse de la note envoyée par Louis Althusser à Henri Krasucki en 1966. Le philosophe y fait des observations sur le travail théorique et sur la fonction de la théorie au sein du PCF. Pudal B., « Inédit de Louis Althusser. Note pour Henri Krasucki sur la politique du Parti à l’égard des intellectuels », Nouvelles Fondations, n° 3-4, 2006, p. 60 et suivantes.

5  APCF, Enregistrement sonore des séances du Comité Central, 4 AV 1935-1936.

6  APCF, Enregistrement sonore des séances du Comité Central, 4AV 1959-1969.

7  APCF, Enregistrement sonore des séances du Comité Central, 4 AV 1935-1936.

8  Sur les Assises du Socialisme en tant qu’événement marquant la fin du phénomène gauchiste, voir Christofferson M., Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1968-1971), Agone, Marseille, 2009, p. 165-166.

9  Lavau G., A quoi sert le PCF ?, dans Duhamel O., Weber H. (éd.), Changer le PC ? Débats sur le « gallocommunisme », Paris, PUF, 1979, p. 197-218.

10  À propos des difficultés du PCF à répondre aux attaques de ses adversaires sur la question de son adhésion aux principes de la démocratie occidentale, voir Christofferson M., op. cit., p. 147 et suivantes.

11 à ce sujet, voir Caredda G., Governo e opposizione nell’Italia del dopoguerra (1947-1960), Laterza, Roma, 1995.

12  À ce sujet, voir Bergounioux A., Grunberg G., L’ambition et les remords. Les socialistes français et le pouvoir, Paris, Fayard, 2005, p. 243 et suivantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Di Maggio, « Le PCF et l’Union de la gauche vus par le PCI », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 139-149.

Référence électronique

Marco Di Maggio, « Le PCF et l’Union de la gauche vus par le PCI », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2139

Haut de page

Auteur

Marco Di Maggio

Post-doctorant à la Maison des Sciences de l’homme de Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page