Navigation – Plan du site
DOSSIER

Washington et la « réformabilité » du communisme dans les années soixante-dix

Giorgio Caredda
p. 113-138

Résumé

L’engagement soviétique dans la détente des années 1970 est jugé avec une certaine circonspection par les services secrets et diplomatiques américains. L’article étudie l’évolution des prises de position américaines quant à l’influence communiste en Europe. Kissinger reste longtemps persuadé du double jeu soviétique dans la détente : l’objectif de Moscou serait d’entraver le potentiel militaire américain. Le rapprochement de Washington avec la Chine communiste témoigne de la prudence américaine sur le sujet. Ce contexte géopolitique complexe sert de toile de fond à une évaluation sans cesse actualisée du rôle des partis communistes en Europe occidentale. Leur indépendance vis-à-vis de Moscou est perçue des deux côtés comme un danger : les Américains redoutent leur montée en puissance et leur possible arrivée au pouvoir et les Soviétiques craignent qu’ils n’ouvrent une perspective marxiste de gouvernement à l’écart de la leur. La normalisation progressive du PC italien et son intégration dans le jeu politique dissipe en partie les inquiétudes américaines.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Maintenant disponibles sur le site internet www.foia.cia

1Il n’était certes pas nécessaire de déclassifier les rapports de la CIA1, ni de publier les derniers volumes des Foreign Relations of United States relatifs aux présidences Nixon et Ford pour savoir que, même dans les années soixante-dix, le gouvernement des États-Unis s’opposait fermement à l’entrée des communistes dans les gouvernements de l’Europe occidentale. Mais la lecture de ces papiers peut aider à mieux comprendre comment était perçu le rôle politique croissant des communistes occidentaux, phénomène nouveau marquant un changement important dans le scénario de la guerre froide en Europe et dans le monde, par rapport aux premières décennies de l’affrontement Est-Ouest.

2Le monde changeait et le communisme aussi, que ce fût dans les pays où il était au pouvoir ou en Europe occidentale ; les services secrets, comme les gouvernements, cherchaient à mesurer exactement le changement déjà opéré et à prévoir avec lucidité les évolutions possibles. Conçue dans cette perspective, l’expérience « eurocommuniste » était intéressante des deux côtés : la capacité à modifier les systèmes politiques nationaux dans lesquels opéraient le PCI et le PCF, mais aussi la création d’un « modèle » substantiellement différent du socialisme soviétique. En d’autres termes, les gouvernants de Washington, de Moscou et de Pékin, exactement comme les dirigeants des Botteghe Oscure ou de la Place du Colonel-Fabien, étaient tous confrontés, plus ou moins consciemment, au problème de la « réformabilité » du monde et, à l’intérieur de ce problème, à celle du communisme tel qu’il existait concrètement jusqu’alors.

La détente subie

  • 2  CIA Research Study, Changing Soviet Perceptions of World Politics and the USSR’s International Rol (...)
  • 3  Ibid., p. 17.
  • 4  Ibid., p. 38.

3Quelques mois après Helsinki, d’après une étude de la CIA, les leaders soviétiques sont désormais fermement décidés à parier sur la stabilité internationale et sur la « perspective d’une période indéfinie de coexistence avec l’Occident », c’est-à-dire à se laisser guider par une position plus réaliste, découlant de l’expérience des décennies passées, et il n’est pas dit que cette évolution soit arrivée à son terme : « une nouvelle génération de leaders post-brejneviens pourrait, elle aussi, développer de nouvelles visions des problèmes internationaux et de nouvelles idées sur le comportement international exigé par les intérêts nationaux soviétiques2 ». Les changements déjà intervenus, qu’il est important d’enregistrer « parce qu’ils renforçaient la possibilité d’une conciliation pacifique d’intérêts entre l’Est et l’Ouest », ne sont pas encore arrivés au point de pouvoir être considérés comme « le prélude à un développement ultérieur de la pensée soviétique sur des lignes semblables à celles de l’Occident3 » ; en somme, « la perception, par Moscou, du monde comme un ennemi est en train de changer, mais elle ne s’est pas encore substituée à celle du monde comme un ensemble unitaire4 ». La politique étrangère soviétique est ouverte à des possibilités contradictoires, parce que le monde est devenu beaucoup plus compliqué qu’autrefois.

  • 5  Ibid., p. 5.

4« Moscou est conscient des nuages de tempête qui sont apparus à son horizon international. Le principal de ceux-ci est la Chine, dont la « perte » a gravement endommagé l’image de l’URSS comme noyau d’un mouvement politique international en croissance continue, et dont l’hostilité radicale risque de survivre à Mao. Mais l’Europe aussi, malgré le récent accord de sécurité collective, contient une Allemagne de l’Ouest sûre d’elle-même et a montré peu de propension à laisser s’accroître l’influence soviétique, malgré les changements politiques convulsifs et la moindre peur de la menace militaire. L’émergence de plusieurs centres de pouvoir secondaires dans le monde est bien acceptée, dans la mesure où elle représenterait un déclin de l’autorité des USA parmi ses partenaires principaux ; mais, sur la direction que prendraient ces nouvelles forces politiques indépendantes, les dirigeants soviétiques sont plus mal à l’aise5. »

5Les préoccupations du Kremlin semblent coïncider avec celles de la Maison-Blanche, intéressée à encourager le renforcement de la stabilité internationale. En décembre 1975, le proche collaborateur de Kissinger, Sonnenfeldt, dans un discours qui pourrait être le manifeste de la coexistence pacifique la plus immobiliste, explique aux ambassadeurs américains en Europe que, avec Helsinki et les traités sur l’armement atomique, son gouvernement est consciemment en train d’« aider les Soviétiques à conserver le contrôle de l’Europe orientale », parce que ceci est l’unique voie pour « avoir une influence sur la façon dont s’exerce la force soviétique » sur des pays où s’affirment « les poussées pour l’autonomie et l’identité ».

  • 6  Notes of a Meeting of European Chiefs of Mission Conference, London, December 14, 1975, in FRUS 19 (...)

6« Si nous continuions à nous préoccuper du “containment” comme dans les années quarante et cinquante et si nous ignorions nos instruments d’influence, nous nous tromperions. L’Union soviétique n’est plus hermétiquement close comme avant. Elle reconnaît la nécessité d’un système mondial, et les nations industrialisées doivent cueillir l’occasion pour influencer ce développement6. »

  • 7  Ibid.

7Après tout, il convient d’admettre que, même si les Américains ont été entraînés contre leur volonté par les pressions conjointes des Européens de l’Ouest et de l’Est, « la CSCE a reconnu la nécessité d’un changement, mais n’a pas reconnu l’hégémonie soviétique7 ».

  • 8  Memorandum From Secretary of State Rogers to President Nixon, Washington, October 31, 1969, in FRU (...)
  • 9  Minutes of a National Security Council Meeting, Washington, November 9, 1970, ivi.

8L’éloge dHelsinki, qui plus est accompagné d’une certaine autocritique pour les positions prises à cet égard par son propre gouvernement, pourrait étonner. En effet, depuis le début, le gouvernement Nixon est apparu comme subissant l’initiative pour la Conférence sur la sécurité en Europe, lancée par l’URSS et bien accueillie par les alliés européens de l’OTAN, qui « considèrent les négociations comme l’équivalent du SALT », c’est-à-dire comme un instrument de négociation qui peut en faire des protagonistes directs sur les thèmes impliquant leur propre sécurité8. Mais quelle que soit la tentative pour réduire les forces sur le vieux continent, elle ne saurait mettre en danger une dissuasion crédible sans laquelle il y aurait seulement « la domination soviétique de l’Europe » ; donc, pour Nixon, à l’époque de la « parité nucléaire » entre les deux super-puissances, il est indispensable de maintenir aussi « une force conventionnelle significative9 ».

  • 10  Memorandum of Conversation, Terceira, Azores, December 13, 1971, ivi.

9Et c’est ce qu’il répète à Pompidou en décembre 1971, en se montrant méfiant vis-à-vis de la négociation pour la réduction des forces en Europe (le MBFR), par crainte d’avantager le bloc communiste, trouvant sur ce terrain l’accord de son interlocuteur, qui n’a aucune intention de diminuer « l’engagement militaire » de la France. Mais le président français tient aussi un discours sur les avantages qui, selon lui, peuvent sortir de la Conférence sur la sécurité : « Les Polonais, les Roumains et spécialement les Tchèques et les Hongrois veulent secouer de la tutelle qu’ils ont sur le dos. Avec le bloc occidental divisé et le bloc oriental uni, ils ont perdu. D’un côté, il y a les pays libres qui sont indépendants, comme la France. De l’autre côté, il y a des pays qui veulent faire des pas vers la liberté et l’indépendance. Si les super-puissances ou l’Occident (c’est-à-dire les USA) considèrent comme négatives cette liberté et cette indépendance, le mal est fait. Les Russes les considèrent comme négatives, mais ne peuvent les empêcher10. »

  • 11  Ibid.

10Nixon se dit d’accord : il faut traiter avec les Soviétiques, mais sans illusions excessives, parce que les conséquences d’une guerre nucléaire seraient catastrophiques, il vaut donc la peine de s’engager « pour diminuer le risque de guerre, chercher à faire de l’Europe un lieu plus vivable et l’ouvrir à l’Europe orientale, dont la population est de cœur avec l’Occident11 ».

  • 12  National Intelligence Estimate, Soviet Foreign Policies and the Outlook for Soviet-American Relati (...)

11Du reste, pour les analystes de la CIA, la position de l’URSS brejnevienne en faveur de la détente en Europe n’est pas un phénomène contingent, elle se fonde sur des raisons structurelles de longue date. Il est vrai que l’idéologie du régime communiste et les ambitions mondiales de ses dirigeants maintiendront la politique soviétique comme fondamentalement « antagoniste de celle de l’Ouest, et surtout de celle des États-Unis », mais l’URSS craint, beaucoup plus que son adversaire occidental, l’affirmation militaire de la Chine, récemment renforcée par l’ouverture des relations avec Washington. Rassuré d’avoir « atteint la parité approximative avec les USA en matière d’armement stratégique », Moscou continue à craindre « les ressources économiques, militaires et technologiques des USA », conscient que, bien que le pays ait réussi à « atteindre des taux de croissance économique élevés selon les critères internationaux et à maintenir un engagement militaire plus ou moins égal à celui des USA », son économie, dans de nombreux secteurs, est « encore arriérée », affectée d’une productivité faible et d’un retard technologique12.

  • 13  Ibid., p. 13-14.
  • 14  Ibid., p. 20.

12Grâce à ses grandes richesses naturelles, qui lui garantissent l’autosuffisance pour presque toutes les matières premières importantes, et à l’abondance de sa force de travail, le régime soviétique a atteint « une amélioration lente mais solide du niveau de vie », certes non comparable avec celui de l’Occident, et a réussi à contrôler, « au moins temporairement, la chute du taux de croissance économique entamée au début des années soixante ». Les difficultés économiques « n’obligent pas les leaders soviétiques à réduire la dépense militaire », même si le contrôle des armements apporterait sans aucun doute des avantages13. La motivation du choix de la détente ne doit donc pas être cherchée dans l’économie, mais dans l’exigence de stabiliser son propre système de contrôle en Europe orientale, où « les événements de Tchécoslovaquie en 1968 et de Pologne en 1970 ont montré que 25 années d’hégémonie soviétique n’ont pas garanti dans les faits cette sécurité » : « En affrontant ces divers défis, les Soviétiques ne sont pas allés aux causes profondes, parmi lesquelles figurent le nationalisme tenace est-européen et l’incapacité des systèmes politiques et sociaux imposés par les Soviétiques à répondre aux besoins économiques actuels de ces pays. […] De nombreux leaders est-européens considèrent que, munis d’une plus grande autonomie nationale et de relations politiques et économiques plus importantes avec les pays occidentaux, ils pourraient mieux affronter leurs problèmes internes14 ».

  • 15  National Intelligence Estimate, The USSR and the Changing Scene in Europe, 26 October 1972, p. 2.
  • 16  Ibid., p. 10-11.

13Quelques mois plus tard, un autre rapport des services secrets, ou « National Intelligence Estimate », évalue le système des relations entre Moscou et les pays satellites comme beaucoup moins oppressif que par le passé : les partis communistes y « jouissent aujourd’hui d’une indépendance d’organisation substantielle et – à l’intérieur de limites « socialistes » – d’une liberté non négligeable de décider de leur politique interne, de fait très variable d’un pays à l’autre ». Les Soviétiques se seraient adaptés à l’idée de cohabiter « avec une nouvelle génération de leaders est-européens, dont la plus grande partie est loyale avant tout envers son pays et envers son type de communisme, même au risque de blesser la sensibilité soviétique15. »Il semble que le Kremlin ait finalement tiré la leçon du quart de siècle écoulé, pendant lequel « il y a eu une crise politique tous les trois ou quatre ans » à cause de la sous-évaluation constante de la « force du nationalisme en Europe orientale ». Les dirigeants soviétiques pensaient à tort pouvoir en avoir raison en se limitant à imposer « suggestion et conformisme par des moyens politiques, économiques et idéologiques », mais maintenant ils semblent avoir tourné la page : « Depuis 1968, […] la politique soviétique en Europe de l’Est est devenue plus attentive, plus patiente et plus efficace. […] En Pologne, les Soviétiques ont sagement évité d’intervenir dans les mouvements de la Baltique en décembre 1970. […] Dans d’autres régions problématiques de l’Europe orientale, leur politique semble aussi refléter un degré inhabituel de modération et peut-être de clairvoyance. […] L’approche plus souple de Moscou à propos du large spectre des problèmes politiques et économiques rencontrés en Europe de l’Est semble refléter un point de vue en général plus sophistiqué16. »

  • 17  Ibid., p. 12-13.

14Dès lors, on pouvait caresser le projet d’une sorte de « Commonwealth socialiste » entre états nationaux indépendants, mais assujettis à des politiques générales de la communauté socialiste, exprimées par des institutions supranationales comme le Comecon ou le Pacte de Varsovie. C’est un modèle « très irréaliste », mais non dépourvu de sens, « puisque des pans importants en ont fonctionné pendant quelque temps », témoignant ainsi du fait que les Européens de l’Est ont réussi à conquérir une certaine autonomie : « Le fantasme de l’intervention armée soviétique retarde certainement le rythme du mouvement vers l’indépendance, […] mais une partie des leçons de la Tchécoslovaquie, confirmée par le comportement post-1968 de la Hongrie et de la Roumanie, chacune à sa façon, est que les Européens de l’Est ne peuvent arrêter leur recherche de l’indépendance17. »

  • 18  Ibid., p. 16-19.
  • 19  Ibid., p. 5-9.

15Les Soviétiques savent très bien que leurs alliés européens sont favorables à la détente, parce qu’il en découle « une opportunité de se rapprocher de l’Ouest et de s’éloigner de l’Union soviétique », avec le rêve de réaliser la vieille vision gaulliste d’une Europe unie « de l’Atlantique à l’Oural », c’est-à-dire un continent uni « en un système de coopération entre états souverains18 ». Ces alliés participent ainsi à un courant d’opinion très répandu dans l’autre moitié du vieux continent, disposé à prêter oreille aux sirènes soviétiques de la détente (pays d’ailleurs avant tout européen, par « son histoire, sa culture, sa perception du monde, et même son idéologie »), parce que cette opinion est convaincue que « la fastidieuse guerre froide sur le continent est finie ». C’est pourquoi la politique de Brandt peut avoir du succès : « Bonn insiste sur le fait que le véritable objectif de l’Ostpolitik est d’améliorer les conditions de vie du peuple est-allemand et, en fin de compte, de conduire à la réunification de l’Allemagne, d’encourager toute l’Europe orientale à se libérer de la domination soviétique. […] Brandt et les dirigeants du SPD considèrent que la tension en Europe est dangereuse et inhibe leurs principales ambitions : le désir d’une stature et d’une influence internationales ; l’espoir d’utiliser la force économique de l’Allemagne de l’Ouest pour étendre son rôle vers l’Est ; l’urgence de consacrer davantage de temps, d’énergie et de ressources aux problèmes de leur développement national19. »

  • 20  Memorandum From the Acting Chairman of the Ad Hoc Group on Economic Policies Toward Eastern Europe (...)

16Les dirigeants soviétiques sont donc contraints d’accepter, « certes avec quelques réticences », les différents degrés d’indépendance manifestés par la Roumanie et la Yougoslavie en politique extérieure, ainsi que « la distance notable de la Hongrie par rapport au modèle économique soviétique » ; ils ne se sont pas immiscés dans les grèves ouvrières polonaises de 1970. D’autre part, l’amélioration des relations économiques et commerciales elles-mêmes entre Moscou et Washington ne peut pas ne pas avoir de retombées sur les pays de l’Europe orientale : « Ces pays ont les mêmes intérêts fondamentaux que l’URSS à améliorer les rapports économiques avec les USA : préoccupation pour le fossé technologique, par rapport à la technologie et au capital états-uniens, crainte d’un rétrécissement des marchés en Europe occidentale comme conséquence de l’expansion de la Communauté économique européenne, pression des consommateurs et engagement à maintenir de hauts indices de croissance économique20. »

  • 21  Memorandum of Conversation, Washington, July 12, 1973, in FRUS 1969-1976, European Security, op. c (...)

17En juillet 1973, face à un Kissinger qui ne se montre pas « très enthousiaste », le ministre des Affaires étrangères ouest-allemand, Walter Scheel, l’un des protagonistes du nouveau dialogue avec Moscou, revendique la justesse des objectifs poursuivis par son gouvernement, d’abord l’amélioration des rapports avec la RDA et maintenant « la phase multilatérale de la détente au moyen de la CSCE et du MBFR », qui a augmenté et non brisé la cohésion entre les pays de l’Europe occidentale, ceux-ci étant convaincus que la négociation sur la Conférence peut être un instrument utile « contre la doctrine Brejnev21 ».

  • 22  Memorandum of Conversation, Beijing, February 15, 1973, in FRUS 1969-1976, Vol. XVIII, China, 1973 (...)
  • 23  Ibid., February 16, 1973.
  • 24  Ibid.

18C’est avec les Chinois que Kissinger semble exposer le fond de sa pensée sur la détente en Europe. En février 1973, à Pékin, il rencontre Zou En Lai, qui se lamente sur « les illusions pacifistes » des peuples et des gouvernants d’Europe occidentale, lesquels rêvent de pouvoir dévier l’agressivité soviétique vers l’est (c’est-à-dire vers son pays). Kissinger admet que « pour le présent, les leaders européens ne font pas preuve de profondeur de pensée », mais c’est simplement, répond-il, parce qu’ils croient que l’URSS n’a plus « aucune intention agressive » et non parce qu’ils veulent la détourner contre la Chine22. De son côté, Kissinger est absolument convaincu que l’URSS veut « démoraliser l’Europe occidentale en créant l’illusion de la paix » et profiter du climat plus détendu pour entraver « le potentiel militaire » des États-Unis. En fait, les Soviétiques peuvent réussir à convaincre l’Europe de l’Ouest que, désormais, sur le vieux continent, « il n’y aurait plus aucun péril » : c’est pourquoi, « pour être sincère, aujourd’hui notre plus grand problème n’est pas l’Union soviétique, ce sont les Européens » 23. En somme, pour utiliser les mots de Zou En Lai, « leur soi-disant détente est fausse » : « Ils parlent de détente, mais en fait ils sont engagés dans l’expansion. […] La Conférence sur la Sécurité en Europe n’est pas une vraie conférence de sécurité mais plutôt une conférence d’insécurité. […] Ils veulent isoler la Chine, sous le prétexte que la Chine veut la guerre et est contre la détente24. »

  • 25  Memorandum From the President’s Assistant for National Security Affairs (Kissinger) to President N (...)

19Les États-Unis semblent avoir trouvé en la République Populaire de Chine un allié global aussi proche que le Royaume-Uni, avec lequel ils seront engagés dans « une coopération tacite pour plusieurs années au moins » contre l’Union soviétique, jusqu’en Indochine25.

  • 26  Memorandum of Conversation, Beijing, November 10, 1973, ivi.
  • 27  Ibid., November 11, 1973.
  • 28  Ibid., November 12, 1973.
  • 29  Memorandum From President’s Assistant for National Security Affairs (Kissinger) to President Nixon(...)

20En novembre de la même année, Kissinger rencontre à nouveau Zou En Lai à Pékin et l’informe du refus opposé par son gouvernement aux propositions de Brejnev de collaborer à contenir l’armement nucléaire chinois, refus motivé par la conviction que « la destruction de la Chine de la part de l’Union soviétique, et même une attaque massive soviétique contre la Chine, auraient des conséquences inimaginables sur la situation internationale tout entière26 ». Et puisqu’il « est de notre intérêt de prévenir une attaque de ce type », le même Kissinger a chargé un groupe restreint de son administration (« quatre ou cinq personnes ») d’étudier comment pouvoir renforcer la défense stratégique chinoise. Cette prise de position nette ne s’oppose pas à la négociation en cours avec Moscou, du fait que la détente, telle qu’elle est pratiquée par Washington, n’affaiblit pas l’Occident, au contraire : « pour pouvoir être en mesure de résister à une éventuelle agression, il est pour nous important de démontrer qu’on a accompli tous les efforts pour maintenir la paix27 ». Sur cette base, l’intelligente entente entre la Chine, les États-Unis et l’Europe occidentale est en mesure de « contenir l’expansionnisme soviétique » dans le monde entier28. Le bilan de ce voyage à Pékin rédigé pour Nixon est un autre bulletin de victoire : « Nous sommes devenus des alliés tacites. Nous partageons essentiellement la même vision de la stratégie soviétique : tandis que les Chinois sont fermement convaincus des ambitions hégémoniques soviétiques, nous pensons encore possible que notre combinaison de fermeté et de négociation puisse pousser Moscou vers un comportement constructif. Nous sommes d’accord sur la nécessité d’un rôle mondial fort et de la puissance militaire des États-Unis, sur l’importance d’un axe entre Europe, Japon, Moyen-Orient et Asie. […] Nous sommes probablement dans une situation idéale concernant les deux géants communistes : tous deux ont le désir et la nécessité de traiter avec nous parce qu’ils ne peuvent pas traiter entre eux29. »

Un nouveau Munich ?

  • 30  Memorandum of Conversation, Beijing, November 26, 1974, ivi.

21C’est fin novembre 1974 que Kissinger effectue son voyage suivant à Pékin. Désormais les travaux sur la CSCE à Genève sont assez avancés et l’entrevue de Vladivostok entre Brejnev et Gerald Ford, le successeur de Nixon, a déjà eu lieu. Ces rencontres confirment la volonté de détente entre les deux super-puissances, et semblent contredire la défiance circonspecte exhibée de façon répétée face aux Chinois. Maintenant, Kissinger doit donc chercher à convaincre son interlocuteur Deng Xiao-Ping, qui remplace Zou En Lai malade, que tout cela ne signifie absolument pas « créer un condominium avec l’Union soviétique », qu’il ne s’agit pas de baisser la garde, au contraire : « Nous avons différents accords étroits avec l’Union soviétique sur une certaine limitation de la compétition en matière d’armement et sur la coopération technique dans quelques domaines. Mais ceci nous a permis de prévenir toute expansion ultérieure de la puissance soviétique. Si nous étions sur une position de confrontation ouverte avec l’Union soviétique, […] dans tous les pays européens la gauche pourrait polariser le spectre politique en nous accusant d’être la source des tensions mondiales. Notre politique actuelle oblige les partis communistes d’Italie et de France à appuyer l’Otan et ceci au détriment de leurs combats de politique intérieure30. »

  • 31  Ibid.
  • 32  Ibid., November 27, 1974.
  • 33  Ibid.

22Du reste, les accords de Vladivostok montrent que « l’Union soviétique n’est pas aussi forte qu’elle le prétend parfois », sinon elle n’aurait pas accepté de laisser aux États-Unis « un avantage substantiel » dans l’armement stratégique naval et dans le nombre de têtes nucléaires pour toute la période de validité de l’accord31. Et le lendemain, Kissinger répète à Deng, sceptique, que la supériorité stratégique notable des États-Unis reste intacte : « l’Union soviétique serait folle d’attaquer 1 000 missiles quand elle pourrait en recevoir plus de 1 500 même si on détruisait les missiles à terre32 ». De son côté, Deng ne semble pas craindre la mobilisation soviétique le long de la frontière de son pays ; à son avis, celle-ci n’a pas l’intention d’envahir la Chine (« il serait impossible de s’emparer d’un milliard d’êtres humains »), mais elle est plutôt dirigée « contre le Japon et votre VIIe Flotte, contre les forces navales et aériennes ». Il s’agirait en somme d’« une feinte vers l’Est pour attaquer l’Ouest, pour attaquer l’Europe » ; c’est-à-dire d’autre chose que de la détente sur le vieux continent : « Puisqu’ils sont décidés à poursuivre l’hégémonie mondiale, s’ils veulent déclencher une guerre mondiale sans attaquer l’Europe en premier, ils ne peuvent vaincre nulle part non plus, parce que l’Europe est trop importante du point de vue politique, économique et militaire. […] Nous espérons toujours que les relations entre les États-Unis, l’Europe et le Japon seront un partenariat entre égaux. […] Si l’Europe veut établir avec les États-Unis des relations fondées sur une réelle égalité, elle doit s’unir et se renforcer33. »

  • 34  Ibid.

23Mais, pour Kissinger, les Chinois peuvent être tranquilles au sujet des dangers de la détente européenne, parce que, à son avis, « la Conférence sur la sécurité européenne est ridicule » et ne produira certainement « aucun accord significatif d’aucune sorte34 ».

  • 35  FRUS 1969-1976, Vol. XXXIX, European Security, 1969-1976, 2008.

24Cependant, une fois les accords dHelsinki conclus, le point de vue de Washington commence à évoluer, même si Ford minimise leur signification. En effet, celui-ci soutient auprès du Premier ministre japonais Takeo Miki que les accords se contentent de réaffirmer « les frontières reconnues dans les traités de 1947 et 1948, et rien de plus, sauf pour l’Allemagne, où la CSCE confirme les frontières acceptées par l’Allemagne de l’Ouest en 1971 ». Il n’est pas pensable qu’une opération analogue puisse être répétée en Asie, comme le proposent les Soviétiques à seule fin d’isoler la Chine. À Helsinki, donc il n’y a eu aucune victoire historique de la diplomatie soviétique, au contraire : « Les accords de la CSCE ajoutent un élément d’intégrité et de moralité sur la façon juste de se comporter, ainsi l’Union soviétique ne pourrait pas répéter ce qu’elle a fait en Hongrie, en Tchécoslovaquie et en Pologne. Les Européens de l’Est considèrent la CSCE comme un document qui évitera la répétition d’actions de ce type. Ils ne disent pas que c’est une garantie, mais ils semblent considérer qu’ils ont une protection de plus que dans le passé. En ce sens, la CSCE est constructive35. »

  • 36  Ibid.

25Et Kissinger répète que l’influence politique de l’URSS en Europe ne dépend pas, bien entendu, des succès présents de sa diplomatie, mais du déploiement de « presque 40 000 chars armés entre l’Oural et l’Elbe » ; les états-Unis veulent affaiblir cette influence, certainement pas la renforcer : « Nous pouvons l’affaiblir par la détente mieux que par la guerre froide. Pendant la guerre froide, nous pouvions utiliser la force, mais avec la détente nous devons utiliser la diplomatie. Si le Président peut être bien accueilli par des dizaines de milliers de personnes à Varsovie, Bucarest, Cracovie et Belgrade, cela affaiblit l’Union soviétique. Il n’y aura pas de succès sans détente36. »

  • 37  Memorandum of Conversation, Beijing, October 20, 1975, in FRUS 1969-1976, China, 1973-1976, op. ci (...)

26Mais c’est surtout aux Chinois que le gouvernement de Washington doit montrer qu’il n’a pas baissé la garde contre Moscou. Fin octobre 1975, Kissinger confirme à Deng Xiao-Ping que l’objectif prioritaire de son gouvernement reste celui d’empêcher que l’Union soviétique ne devienne hégémonique, tant en Asie qu’en Europe, « en maintenant l’équilibre mondial pour prévenir les attaques, qu’elles viennent de l’Ouest ou de l’Est » ; les États-Unis sont en train de se servir de la détente pour mieux atteindre cet objectif. La Conférence dHelsinki, qui a eu comme soutiens les plus convaincus précisément ces pays qui désirent l’indépendance vis-à-vis de Moscou (Yougoslavie, Roumanie, Pologne), n’a pas fait avancer d’un centimètre l’influence soviétique : « Il n’y avait pas de frontières indéfinies en Europe. Les frontières des Balkans ont été établies en 1946-47 à la conférence de Paris. La frontière orientale de la Pologne a été décidée à Yalta. Sa frontière occidentale a été reconnue par les deux états allemands. En Europe, il n’existait pas de frontières non reconnues37. »

  • 38  Ibid.

27Pour Deng, il n’en est pas ainsi et Helsinki n’est rien d’autre qu’un nouveau Munich (quand Chamberlain et Daladier pensaient à tort éviter la guerre en poussant Hitler vers l’Est) ; maintenant que « l’armement soviétique est très supérieur à celui de l’Occident », cette tragédie risque de se répéter, parce que l’Europe occidentale et les États-Unis sont même en train d’aider l’URSS à surmonter ses faiblesses économiques ; ils devraient au contraire se préparer à combattre : « Les Américains, les Européens, et aussi les Japonais, ne veulent pas de guerre à cause de leurs expériences pendant les deux grandes guerres mondiales. Nous pouvons le comprendre. Ils craignent une guerre. […] Ils la craignent jour et nuit. Ils espèrent obtenir la paix pour une certaine période à n’importe quel coût. […] La manière la plus efficace pour affronter l’attaque possible russe, ce n’est pas ce que vous appelez accords et traités, ce n’est pas ce qui s’écrit sur des papiers, mais ce sont les préparatifs concrets38. »

  • 39  Ibid.

28Kissinger n’accepte pas qu’un pays comme le sien, qui « dépense 110 milliards de dollars par an pour la défense », soit taxé de munichois et il se rappelle encore qu’en 1971, « quand l’Inde a démembré le Pakistan », ce furent précisément lui et Nixon qui proposèrent de se mettre aux côtés de la Chine contre l’éventuelle intervention de l’URSS en faveur de New Delhi. Mais les États-Unis se devaient de participer à la Conférence sur la Sécurité en Europe, qui était bien acceptée par leurs alliés, sinon les gauches européennes auraient eu beau jeu de les dénoncer comme « une menace pour la paix du monde39 ».

Le rôle politique croissant des communistes européens

  • 40  CIA Intelligence Report, Red Power and Prospects in Italy, June 1971.

29Dans ce contexte mondial, le rôle politique croissant des partis communistes d’Europe occidentale, en particulier de ceux d’Italie et de France, devient plus qu’un problème, une « question », qui scande une bonne partie de la décennie. Dès juin 1971, un rapport de la CIA constate que la digue anticommuniste dans l’opinion publique italienne est en train de céder ; le PCI est de plus en plus perçu comme « un parti politique normal », ayant acquis les traits d’« un parti politique démocratique ». Les barrières d’autrefois se lézardent, tant en raison de l’attitude plus pragmatique du Vatican, engagé dans une Ostpolitik qui reconnaît la permanence des régimes socialistes, que de la moindre dépendance économique et politique vis-à-vis de Washington d’une Italie qui, comme les autres pays d’Europe occidentale, a « atteint une prospérité sans précédent ». Il ne serait donc plus impensable que, via un accord sur les priorités du développement économique ultérieur du pays, le PCI puisse participer à une coalition gouvernementale, « soit avec les seuls démocrates-chrétiens ou avec les démocrates-chrétiens et les socialistes ». L’excellente expérience des administrations locales dirigées par des communistes « est un des arguments les plus persuasifs » pour leur intégration au sein du gouvernement national40.

  • 41  National Intelligence Estimate, Prospects for and Consequences of Increased Communist Influence in (...)

30Trois années plus tard, un « National Intelligence Estimate », spécifiquement consacré à examiner les « perspectives et conséquences » de la montée en puissance des communistes en Italie, consigne que désormais même « de nombreux leaders démocrates-chrétiens sont persuadés que l’Italie ne peut être gouvernée efficacement sans la contribution des communistes ». À cette conviction a contribué l’évolution de l’Église catholique depuis Jean XXIII, dont les déclarations sur les thèmes sociaux, « spécialement après Vatican II, ont implicitement reconnu la validité de nombreux objectifs propres aux partis de gauche » : l’Église n’apparaît plus comme « un bastion anticommuniste » et, de leur côté, les communistes italiens ont toujours tenu à ne pas apparaître comme « ennemis de l’Église ». Dans ces circonstances, la proposition récente du « compromis historique » peut trouver un bon accueil chez les Italiens, désormais tous convaincus que le PCI est devenu « plus social-démocrate que communiste41 ».

  • 42  Ibid., p. 17-18.

31On peut chercher à prévoir les politiques des communistes au gouvernement et constater que celles-ci ne consisteraient plus alors dans un bouleversement, puisqu’il ne s’agirait plus de « solutions radicales » : « Berlinguer est favorable à l’idée que promouvoir une croissance économique stable s’avère le meilleur moyen d’accroître le bien-être des travailleurs. […] Berlinguer a reconnu que le secteur public en Italie a cru plus que dans n’importe quel autre pays de la CEE et il a déclaré que les communistes ne revendiquent pas de nouvelles nationalisations comme question de principe. […] La participation des communistes à un gouvernement de coalition aurait peu d’effets sur la politique italienne au regard de la Communauté européenne. […] Le problème le plus délicat de politique extérieure serait sans nul doute l’appartenance de l’Italie à l’OTAN. […] Le PCI a clairement dit qu’il n’était pas dans son intention de réclamer le retrait de l’Italie de l’OTAN, ni maintenant ni juste après son entrée au gouvernement42. »

  • 43  Ibid., p. 3.

32Cherchant, certes, à éviter l’accroissement de la présence militaire des USA et de l’OTAN, le PCI au gouvernement n’exigerait pas de « changements radicaux dans les engagements internationaux de l’Italie », au moins selon l’opinion de la majorité des dirigeants de la CIA, du département d’État et de la NSA, tandis que cette évaluation tranquillisante n’est pas partagée par les dirigeants du renseignement militaire, selon lesquels, une fois entrés au gouvernement, le PCI demanderait la fermeture des bases US existantes et « pousserait au retrait de l’Italie de l’alliance », minant ainsi la capacité de défense de l’OTAN en Europe43.

  • 44  Ibid., p. 20.
  • 45  Ibid., p. 14.

33En outre, Moscou aurait lui-même peu à gagner d’un PCI « quasi gaulliste », favorable à une Europe unie « neutre entre Est et Ouest, amie tant des USA que de l’URSS44 ». En somme, les Soviétiques non plus, bien qu’ils n’en ignorent pas les avantages pour leur politique extérieure, ne seraient ainsi guère enthousiasmés par l’idée d’un gouvernement de « compromis historique » : « Moscou aurait peur que l’entrée du PCI au gouvernement ne puisse provoquer du désordre politique et une réaction de la droite en Italie, causer des réactions opposées à la politique soviétique de détente autre part en Europe, compliquer les rapports avec les USA et accroître les difficultés à maintenir l’influence soviétique sur le PCI et peut-être sur d’autres partis communistes. Il y a de nombreuses preuves de l’incompréhension et du désaccord de Brejnev vis-à-vis de Berlinguer, et un succès politique du PCI pourrait faire office de leçon non souhaitée pour d’autres partis communistes qui sont sous la tutelle de Moscou45. »

  • 46  National Intelligence Analytical Memorandum, Soviet Policy Toward Selected Countries of Southern E (...)

34En somme, comme le répétera un mémorandum du mois de février suivant, le Kremlin a certes intérêt à un accroissement de l’influence communiste sur les gouvernements de l’Europe occidentale, parce que cela lui conférerait une plus grande marge de manœuvre, mais cela ne se produirait pas sans problèmes, car « divers partis communistes, surtout le PCI en Italie, cherchent à être indépendants de Moscou et créent des difficultés aux Soviétiques dans le mouvement communiste mondial46 ».

  • 47  Memorandum of Conversation, Beijing, November 27, 1974, in FRUS 1969-1976, vol. XVIII, China, 1973 (...)

35Kissinger partage la position plus défiante des militaires. Après une rencontre avec Deng Xiao-Ping à Pékin en novembre 1974, le secrétaire d’État soutient que, malgré leur tactique modérée et responsable, nouvelle et « très intelligente », « en France et en Italie, les partis communistes sont substantiellement influencés par Moscou », raison pour laquelle « nous sommes opposés, et nous nous opposerons, à l’entrée de la gauche dans les gouvernements européens », qu’il s’agisse du Portugal, de la France ou de l’Italie. Et à Deng, qui ne considérerait plus comme « si grave » cette participation ministérielle, Kissinger répète les arguments les plus explicites : « Si les communistes parvenaient au gouvernement en France ou en Italie, il y aurait des conséquences sérieuses en particulier en Allemagne. Cela renforcerait la gauche du Parti social-démocrate, qui est très influente en Allemagne de l’Ouest. […] S’ils arrivaient au gouvernement, cela créerait une confusion extrême. Cela aurait un effet sérieux sur l’OTAN. Tant que Ford sera président et moi secrétaire d’État, nous nous y opposerons47. »

  • 48  CIA Research Study, The Communist Party of Italy : An Analysis and Some Predictions, June 1975, p. (...)
  • 49  Ibid., p. 26.

36En juin 1975, une étude de la CIA sur le PCI (objet difficile à comprendre et pas seulement pour les analystes occidentaux, vu que « le PCUS et les partis communistes de l’Europe orientale semblent également perplexes48 ») constate que « un nombre croissant d’électeurs non communistes, hommes politiques, industriels, membres du clergé et même des ministres du gouvernement en place » considèrent désormais comme « vitale » la collaboration des communistes, considérés comme tout à fait différents de leurs camarades du reste du monde : « Les hommes d’affaires traditionnellement anticommunistes, que ce soient les plus grands industriels comme Agnelli, ou de petits entrepreneurs, ou des dirigeants de petites entreprises, sont toujours davantage tentés de se tourner vers le PCI, ou d’en accepter les offres, pour résoudre leurs problèmes économiques ; tous savent qu’approche peut-être le jour où le PCI arrivera au gouvernement et sera en position de pouvoir effectif sur les industries publiques clés et sur les industries privées49. »

  • 50  Ibid., p. 3-6.

37Certes, il s’agit d’un parti encore fondamentalement anti-américain, convaincu que l’ambassade de la Via Veneto dirige la droite démocrate-chrétienne pour faire obstacle à l’avancée du PCI, qu’elle est disposée si nécessaire à faire organiser par la CIA un coup d’État de droite ; mais, si le PCI entrait au gouvernement, « il suivrait une ligne relativement modérée », et sur de nombreux points « à droite des positions du Parti socialiste », politique extérieure comprise : « En conformité avec sa politique “euro-centrique” si critiquée par le PCUS, le PCI exercerait une influence au sein du gouvernement pour renforcer la Communauté européenne et le Parlement européen. L’objectif serait la création d’une Europe plus unie et plus indépendante de l’influence américaine. Pour éviter qu’une telle politique puisse accroître l’influence soviétique en Europe, les leaders du PCI approuveraient facilement les mesures de l’OTAN concernant l’URSS dans des cas comme une intervention militaire soviétique dans la Yougoslavie post-Tito50. »

  • 51  Memorandum of Conversation, Beijing, October 21, 1975, in China, 1973-1976, op. cit.

38Comme Kissinger le répète en octobre à Deng Xiao-Ping, les États-Unis sont « totalement opposés à ce qu’on appelle en Italie le “compromis historique” », dont le secrétaire d’État rendrait responsables les dirigeants démocrates-chrétiens en cas de succès possible, car il les considère trop faibles, et en premier lieu Aldo Moro. Et si son interlocuteur chinois, comme auparavant, ne semble pas attribuer « une grande importance au fait que le Parti communiste italien accède au pouvoir », Kissinger insiste : « Non, c’est important, parce qu’il y aurait des conséquences en France et aussi en République fédérale. Et c’est important pour le soutien que l’Amérique peut donner à l’OTAN avec un gouvernement à large participation communiste51. »

  • 52  Memorandum of Conversation, Beijing, December 3, 1975, ivi.

39En campant sur cette intransigeance, le secrétaire d’État n’est pas isolé de ses principaux alliés d’outre-Atlantique, lesquels auraient exprimé à Deng Xiao-Ping leur crainte à propos « des soi-disant forces de gauche » ; et si Ford a assuré à son interlocuteur chinois que « les États-Unis travaillent avec les forces de gouvernement contre les communistes en Italie et en France », Kissinger informe que « nous nous rencontrons en secret une fois par mois pour coordonner les plans pour le Portugal, l’Espagne, l’Italie et la Yougoslavie », comme cela est prévu pour la semaine suivante à Bruxelles52.

  • 53  National Security Archives, Memorandum of Conversation, Brussels, December 12, 1975.

40Effectivement à Bruxelles, Kissinger, d’une façon qui n’est pas du tout fidèle, informe les ministres des Affaires étrangères de France, de Grande-Bretagne et d’Allemagne fédérale, de la position des Chinois qui, d’après lui, seraient opposés à « tous les partis communistes européens sans distinction » et à leur entrée dans des coalitions de gouvernement, jugeant que leur « révisionnisme est une tactique soviétique ». James Callaghan accepte cette suggestion parce que, surtout en cette période de stagnation économique et de chômage croissant, « s’ils sont indépendants de Moscou », les partis communistes occidentaux risquent d’obtenir un succès électoral : « il est très utile de les présenter comme non indépendants ». Mais pour Kissinger, l’argument décisif n’est pas tellement leur dépendance vis-à-vis de Moscou, qu’il n’est plus très facile de prétendre, que le fait de continuer à être communistes, c’est-à-dire par définition non démocratiques : « le point essentiel n’est pas de savoir s’ils veulent aller au gouvernement par la voie démocratique ; c’est de savoir s’ils accepteraient d’en partir » par cette même voie, ce dont on devrait douter. Du reste, comme le note le directeur politique du Quai d’Orsay, « les intérêts soviétiques eux-mêmes savent qu’un parti communiste au gouvernement n’est pas compatible avec la détente ». Le plus décidé semble être le ministre des Affaires étrangères allemand Genscher : « Ils veulent encore la dictature du prolétariat. Là est le point décisif. Le danger est qu’ils deviennent plus attractifs pour les électeurs. Pour nous il est plus facile d’accepter des partis orthodoxes que des partis apparemment indépendants. Plus ils deviennent populaires, plus ils deviennent indépendants. Le Parti communiste italien a un objectif, devenir indépendant53. »

  • 54  Ibid.

41En somme, c’est précisément parce qu’ils sont plus indépendants que les eurocommunistes « sont le véritable ennemi », synthétise Callaghan de façon imagée54.

Les eurocommunistes et Moscou

  • 55  Memorandum of Conversation, Washington, August 18, 1976, in China, 1973-1976, op. cit.

42Rencontrant l’ambassadeur chinois pendant l’été 1976, après que les élections ont confirmé la force politique des communistes italiens, Kissinger confirme l’opposition de Washington à la « participation du parti communiste au gouvernement en Europe occidentale », en la motivant par la nécessité d’éviter la « finlandisation » du vieux continent. Son interlocuteur l’accuse encore une fois d’avoir « trop peur » : « Les partis d’Europe occidentale ne sont pas de simples marionnettes des Soviétiques. Je souligne toutefois que nous n’avons pas de liens avec les partis communistes de France et d’Italie. […] Nous ne pensons pas que les partis communistes de l’Europe occidentale puissent être considérés simplement comme une cinquième colonne soviétique55. »

  • 56  CIA Synopsis, Soviet Policy and European Communism, September 1976, p. 12-14.

43Quelques semaines plus tard, une étude de la CIA sur l’URSS et le communisme européen note comment Moscou a montré dans les faits qu’il ne souhaitait pas « une avancée des communistes occidentaux », lesquels, s’ils devenaient force de gouvernement, privilégieraient les intérêts nationaux de leurs pays respectifs plutôt que les intérêts soviétiques. Cela est déjà arrivé en Chine, en Yougoslavie et en Roumanie (« en fait, dans presque tous les pays communistes libérés des troupes soviétiques ») ; sans compter qu’« une variante occidentale de communisme indépendant aggraverait le problème de la dissidence en URSS », comme le montre le fait que « maintenant déjà quelques réformateurs et dissidents soviétiques étudient de façon approfondie l’expérience du communisme occidental pour s’en inspirer et pour légitimer leurs propres idées56 ».

  • 57  CIA Research Study, Soviet Policy and European Communism, October 1976, p. 2-5.

44De façon plus précise, le mois suivant, une recherche de la CIA rappelle que, après le stalinisme, le PCUS n’a jamais réussi « à fermer la boîte de Pandore ouverte au xxe Congrès », c’est-à-dire à s’opposer à la transformation d’un mouvement né internationaliste en un « amas de partis nationaux mus par des considérations politiques locales ».57 En particulier, après l’intervention en Tchécoslovaquie de 1968, le Parti communiste italien ne s’est pas limité à critiquer cette « aide fraternelle », mais a repoussé la « doctrine Brejnev » par laquelle Moscou tentait de justifier cette intervention : « La position assumée par les partis occidentaux mettait en cause les bases mêmes de la position soviétique en Europe orientale. La référence explicite de Berlinguer à la Tchécoslovaquie à la rencontre de Berlin-Est (en juin 1976) a mis en lumière que le thème ennuyeux du rôle de l’URSS en Europe de l’Est, même s’il est assoupi, n’est pas mort.

  • 58  Ibid., p. 14-15.

45En outre, Berlinguer liait la critique du PCI face aux actions soviétiques en Tchécoslovaquie, au « problème plus général » des « relations entre démocratie et socialisme », montrant ainsi implicitement que le PCI aurait pu discuter les actions soviétiques de défense de l’orthodoxie en tous lieux, y compris en URSS elle-même. « […] Les Italiens ont peu de sympathie pour la doctrine maoïste, mais ils se sont opposés fermement à quelque action que ce soit qui aurait pu restreindre le droit de chaque parti à décider de façon autonome de sa propre politique58. »

  • 59  Ibid.

46L’indépendance internationale se fonde sur « une vision politique très éloignée du système soviétique de gouvernement absolu par un parti unique, et elle est potentiellement dangereuse pour ce régime » : « Selon les propres mots de Berlinguer, le communisme italien reflète “les traditions démocratiques prenant racine” en Italie et, entre autres, celui-ci sera caractérisé par un système multi-partis, par l’autonomie syndicale, par la liberté de parole et de religion et par une économie mixte qui associera des éléments de programmation centralisée avec la liberté d’entreprise 59. »

  • 60  Ibid, p. 26-28.

47En somme, pour le communisme international, il y a là toutes les conditions pour une autre fracture historique, « potentiellement plus dangereuse pour l’Union soviétique que la rupture avec la Chine », car celle-ci a touché son influence en Asie, mais n’a pas menacé l’Europe de l’Est, « où le maoïsme n’exerçait aucune fascination, pas même chez les dissidents » : « Le bloc soviétique ne serait pas aussi imperméable à l’attractivité d’une variante européenne occidentale du communisme, moins rigide et semblable au socialisme démocratique. La menace la plus sérieuse vis-à-vis de l’orthodoxie soviétique et est-européenne est toujours venue de la droite, du “réformisme” libéral. Si un ou plusieurs partis “révisionnistes” parvenaient au pouvoir d’ici quelques années ou, plus probablement, participaient à un gouvernement de coalition, cela conférerait inévitablement une nouvelle légitimité à leurs doctrines révisionnistes60. »

  • 61  CIA, Moscow and the Eurocommunists : Where Next ?, April 1977, p. 4-6.

48Pendant l’automne et l’hiver 1976-1977, l’opposition entre Moscou et les partis eurocommunistes s’aggrave et, à partir de janvier, les Soviétiques brandirent la menace de représailles, surtout à l’encontre du PCI, interrompant ainsi une sorte de trêve commencée à la conférence de Berlin-Est de juin 1976. Mais maintenant « les eurocommunistes ont forcé la main aux Soviétiques, en faisant preuve d’une inclination croissante à critiquer le régime intérieur de l’État soviétique », précisément à un moment où se multiplient « désordres politiques et dissensions en Europe orientale et en URSS même » : « La critique des communistes étrangers est plus dangereuse pour les intérêts soviétiques que celle des non-communistes. Le fait que Moscou continue à insister pour que les partis du bloc oriental et ceux de l’Occident fassent partie d’un mouvement révolutionnaire international unique attribue une certaine légitimité aux programmes démocratiques formulés par ces partis. […] Les eurocommunistes ont contribué assez consciemment aux fermentations en Europe de l’Est61. »

  • 62  Ibid, p. 7-8.

49Bien que les Soviétiques et les eurocommunistes soient réticents à pousser leur opposition jusqu’à un schisme définitif, la marche vers le délitement de ce qui reste de leurs liens politiques semble inévitable, parce que, d’un côté, les partis occidentaux sont entraînés par la dynamique politique qu’ils ont eux-mêmes mise en route en approfondissant les critiques contre « le socialisme réel », et que, d’autre part, Moscou ne peut supporter la contagion eurocommuniste en Europe orientale62.

  • 63  CIA, The Soviet View of the Dissident Problem Since Helsinki, May 1977, p. 5-7.

50En d’autres termes, Moscou ne considère pas que le danger principal de l’eurocommunisme soit la plus grande indépendance des partis communistes occidentaux vis-à-vis de ses directives, mais plutôt leur prétention à offrir « une alternative marxiste au modèle soviétique en Europe de l’Est, et même jusqu’en URSS ». En effet, ces partis, « y compris le Parti communiste français qui fut un certain temps docile », n’ont cessé depuis Helsinki de critiquer la politique interne soviétique et de soutenir les dissidents de l’Europe orientale. Il s’agit d’un point particulièrement sensible pour les autorités soviétiques, qui ont toujours été très attentives « au danger du “virus” politique » qui pourrait pénétrer chez eux à partir de leurs frontières occidentales, et maintenant encore plus qu’à l’époque du printemps de Prague : « L’accroissement des désordres en Europe de l’Est, spécialement en Pologne, en Allemagne de l’Est et en Tchécoslovaquie, a accentué la peur soviétique chronique de retombées en Union soviétique elle-même. La situation polonaise, en particulier, présente de nombreux traits caractéristiques d’une “situation révolutionnaire” : une économie fragile et un régime dont la survie dépend de la capacité à satisfaire les exigences croissantes de consommation, une armée qui pourrait ne pas être utilisable en cas de crise, une population généralement hostile et, surtout, une classe ouvrière déterminée dont les intérêts sont défendus par l’Église et par les intellectuels. […] Des contacts entre dissidents polonais et russes datent du début des années 1960, et aujourd’hui des émissaires polonais sont envoyés périodiquement à Moscou, Leningrad, Kiev, Vilnius et Kaunas pour coordonner des actions et fournir les dissidents soviétiques en publications occidentales. Le même rapport indique que des étudiants catholiques lituaniens et polonais maintiennent des contacts entre eux, de même que les catholiques polonais et les uniates ukrainiens (“catholiques byzantins” qui reconnaissent l’autorité du pape de Rome et sont étroitement identifiés avec le nationalisme ukrainien) 63. »

  • 64  Ibid., p. 9.

51C’est pourquoi, à partir du début 1977, pour « étouffer les eurocommunistes », Moscou a commencé à recourir à des moyens lourds : serrer « les cordons de la bourse », menacer de révélations embarrassantes sur les passés philo-soviétiques des PC occidentaux, préparer des scissions dans leurs rangs 64.

  • 65  Interagency Intelligence Memorandum, The European Communist Parties, 6 June 1977, p. 3.

52Au début de juin 1977, un mémorandum des services secrets états-uniens trace un bilan de l’eurocommunisme, phénomène qui n’est encore « guère plus qu’une étiquette qui dénote quelques tendances partagées par les partis communistes italien, français et espagnol », consacrant une attention particulière au PCI, décrit comme en cours d’une transformation encore inachevée, ni « simplement un autre parti social-démocrate » mais ni non plus « agent ou “cheval de Troie” de la politique soviétique » : « Même s’il conserve des liens avec les Soviétiques et cherche à ne pas exacerber les contradictions, le PCI présente de vraies différences avec Moscou. Celles-ci tournent essentiellement sur la vieille demande italienne d’autonomie de tous les partis communistes, sur la conception différente de l’importance du modèle soviétique de société socialiste, sur la critique relative à la situation des droits de l’homme dans les états communistes65. »

  • 66  Ibid., p. 6.

53Son identité actuelle insiste « sur l’autonomie plus que sur la loyauté envers l’URSS », et sa récente acceptation de l’OTAN ne s’explique pas seulement comme une trouvaille tactique, utile pour écarter un obstacle en vue de ses ambitions d’accès au gouvernement : « Depuis l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie et sa conviction de la responsabilité “impérialiste” dans la chute d’Allende, le parti semble avoir conclu que le monde était encore fondamentalement bipolaire et que sa ligne en faveur de la dissolution à brève échéance des deux blocs était seulement un vœu pieux66. »

  • 67  Ibid., p. 22.

54De plus, la social-démocratie européenne, interlocuteur indispensable pour la réussite de l’hypothèse eurocommuniste, s’est révélée divisée, à la Conférence internationale de Helsinki en 1976, entre partis du sud et du nord, au sujet d’une « possible participation communiste à un gouvernement d’union de la gauche en France ou de “compromis historique” en Italie » : « Les Européens du Nord, avec à leur tête l’Allemagne occidentale et le Royaume-Uni, […] sont restés sceptiques sur l’engagement démocratique occidental des communistes européens. […] D’autre part, les socialistes de l’Europe du Sud, guidés par les Français et les Italiens, étaient d’accord sur la nécessité d’une stratégie de front populaire 67. »

  • 68  Ibid., p. 23-27. À ce sujet, cf. La lotta in Italia, la lotta in Europa. Intervista a Giorgio Napo (...)

55En particulier, le SPD allemand est divisé entre ceux qui, comme le chancelier Schmidt, ont utilisé l’aide financière concédée à l’Italie pour dissuader les démocrates-chrétiens d’une collaboration trop étroite avec le PCI, et d’autres qui « maintiennent des canaux de communication avec les communistes italiens et les socialistes français, mais non avec les communistes français ». Ces leaders se sentent rassurés par le « sérieux » montré par le PCI pour soutenir la politique sociale et économique du gouvernement Andreotti. Les dirigeants de la CEE, de leur côté, voient dans le Parlement européen l’occasion d’intégrer plus solidement dans les institutions communautaires les deux partis communistes ; l’unique crainte est que les états-Unis réagissent de façon hostile à une entrée des communistes dans les gouvernements nationaux respectifs68.

  • 69  Interagency Intelligence Memorandum, Prospects for Eastern Europe, 10 June 1977, p. 5.

56Dans un bilan rédigé deux ans après Helsinki, les services secrets états-uniens ne lisent pas la détente en Europe uniquement comme un renforcement de la domination soviétique sur son aire d’influence. Au contraire, « les mouvements ouvriers en Pologne et l’émergence des activités des dissidents en Tchécoslovaquie, Allemagne de l’Est et Roumanie » laissent présager un futur mouvementé. Les raisons de ces inquiétudes politiques sont aussi traditionnelles : « la désaffection populaire chronique pour les systèmes communistes imposés, le nationalisme et l’attirance pour l’Ouest ». Mais s’y ajoute un fait nouveau : « La politique de détente de Moscou a réduit l’isolement de ces peuples et fait surgir la demande d’une plus grande liberté individuelle et d’un meilleur niveau de vie. Dans le même temps, les exigences de la détente ont rendu toujours plus compliqué pour ces régimes de traiter leurs peuples avec des méthodes autoritaires qui blessent la sensibilité occidentale69. »

  • 70  Ibid., p. 7.

57L’instabilité des pays de l’Europe de l’Est est due aussi à des problèmes économiques nouveaux, vu que ces économies ne réussissent pas et, selon toute vraisemblance, ne réussiront pas non plus dans un avenir proche, à retrouver le rythme de croissance qui, dans les trente années de l’après-guerre, avait fait s’accroître le bien-être matériel de leurs citoyens. À plus forte raison donc, l’URSS, en espérant que l’Occident « continue à financer les acquisitions de matières premières et de produits industriels et agricoles et aide à moderniser l’industrie », ne pourra que continuer à se montrer favorable à des rapports plus intenses entre les deux moitiés du vieux continent. En effet, l’Occident s’est montré « une force de stabilité », soutenant la croissance et enrichissant la consommation, et aidant ainsi les régimes du socialisme réel à satisfaire les aspirations économiques de leurs peuples. Mais il y a aussi un revers à la médaille : « L’activité des dissidents dans un pays se reverse dans les autres pays. Helsinki a été une stimulation de première grandeur, l’“eurocommunisme” a jeté de l’huile sur le feu et les leaders de l’Europe de l’Est sont préoccupés par le fait que l’insistance sur les droits de l’homme de l’administration Carter encourage ultérieurement les dissidents70. »

  • 71  CIA Memorandum, Italy : Economic Impact of a Larger Communist Role, 27 December 1977, p. 2-3.
  • 72  CIA Memorandum, The Impact on the European Community of a Larger PCI Role in the Italian Governmen (...)
  • 73  Ibid., p. 5.

58Six mois plus tard, quand l’entrée du PCI dans la majorité, sinon tout à fait dans le gouvernement, semble à l’ordre du jour, un mémorandum de la CIA ne prévoit pas de réactions négatives de la part de la « communauté financière internationale ». Au contraire, une plus grande implication des communistes renforcerait la nécessaire politique d’austérité : « de nombreux entrepreneurs préféreraient voir le PCI graduellement admis dans le système de gouvernement plutôt que de risquer le chaos résultant de l’interruption de la coopération avec le gouvernement Andreotti71 ». Les leaders européens et les dirigeants de la CEE non plus ne « semblent pas particulièrement alarmés » par la participation communiste à un gouvernement de coalition avec les démocrates-chrétiens, vu la « position conservatrice » assumée par ce parti à propos de la stabilisation économique, entièrement dans la ligne des indications du Fonds monétaire international et de la CEE, positions sur lesquelles il a su résister à la pression des syndicats favorables à de plus grandes stimulations économiques pour combattre le chômage » ; au contraire, pour beaucoup d’entre eux, l’Italie n’a pas « d’alternative72 ». Leur préoccupation unique concerne toujours l’attitude des états-Unis : « Une opposition explicite des États-Unis au PCI et aux autres partis communistes européens créerait donc un dilemme pour les leaders européens, parce qu’elle serait contradictoire avec leur approche plus pragmatique. Celle-ci toucherait leur sens de l’autonomie en politique intérieure et leur confiance en l’appui des états-Unis à la cohésion politique de la Communauté73. »

  • 74  Interagency Memorandum, The Italian Communist Party : Its Role in the Election and After, 31 May 1 (...)

59à la veille des élections de 1979, le jugement des services secrets états-uniens reste toujours circonspect sur un PCI considéré encore comme en proie à « quelques contradictions fondamentales » : « L’ambivalence est particulièrement évidente quand les communistes italiens parlent de pluralisme politique et de comment sera l’Italie après la “transformation socialiste”. […] Ceux-ci affirment qu’ils repoussent tous les modèles existants, qu’ils soient sociaux-démocrates ou communistes, et veulent transformer l’Italie en une “vraie” société socialiste, grâce à une “troisième voie” uniquement italienne74. »

  • 75  Ibid., p. 35.

60Devenu un soutien convaincu d’une Europe unie, et plus indépendante des états-Unis, le PCI pourra de plus soutenir « la défense occidentale contre l’URSS » en cas de nécessité. En effet, ce parti, préoccupé par le souci que la détente internationale ne soit pas compromise, même s’il continue à ne rien concéder à la politique extérieure états-unienne dans le monde, est opposé de façon décidée à « l’hégémonie soviétique en Europe occidentale75 ».

  • 76  Antonio Rubbi, Il mondo di Berlinguer, Roma, Napoleone 1994, p. 221-222.
  • 77  Intelligence Memorandum, The PCI and the Italian Political Game : The Impact of Poland, April 1982 (...)
  • 78  Ibid., p. 5.

61Ainsi, Berlinguer considérait-il qu’une rupture totale aurait été « une erreur », parce que, dans un climat de tension internationale croissante, on pouvait espérer exercer une certaine action de modération sur l’une des deux super-puissances, et aussi parce qu’on ne pouvait pas se priver de la possibilité d’influencer les forces réformistes effectivement présentes à l’intérieur des pays du socialisme réel76. La prise de distance définitive semble survenir avec la proclamation de l’état d’urgence en Pologne, en 1981, quand les « critiques au modèle soviétique équivalent en fait de façon quasi certaine à une rupture idéologique avec Moscou77 ».La tension avec les Soviétiques est au plus haut : « Berlinguer et ses alliés considèrent que Cossuta est guidé par les Soviétiques dans sa ligne dure. […] Berlinguer est convaincu que Cossuta, qui ne dispose pas des fonds du parti, soutient ses initiatives avec des fonds fournis par l’ambassade soviétique. […] Se répand l’opinion que le PCI a renforcé sa légitimité et accompli un pas important pour devenir un partenaire acceptable de la coalition78. »

  • 79  Ibid., p. 11.

62Désormais le processus est arrivé à son terme et le « vieux PCI est devenu un souvenir du passé » : « La crise polonaise a montré qu’il existe des distances théoriques et tactiques non seulement entre le sommet et la base du parti, mais aussi à l’intérieur du sommet lui-même. Pour tout nouveau pas vers la démocratie interne et la prise de distance à l’égard de Moscou, le PCI paiera un prix en termes de tensions internes79. »

63Mais cela est une autre histoire.

Haut de page

Notes

1  Maintenant disponibles sur le site internet www.foia.cia

2  CIA Research Study, Changing Soviet Perceptions of World Politics and the USSR’s International Role, October 1975, p. 3.

3  Ibid., p. 17.

4  Ibid., p. 38.

5  Ibid., p. 5.

6  Notes of a Meeting of European Chiefs of Mission Conference, London, December 14, 1975, in FRUS 1969-1976, vol. E-15, Part 1, Documents on Eastern Europe, 1973-1976, 2008.

7  Ibid.

8  Memorandum From Secretary of State Rogers to President Nixon, Washington, October 31, 1969, in FRUS 1969-1976, Vol. XXXIX, European Security, 1969-1976, 2008.

9  Minutes of a National Security Council Meeting, Washington, November 9, 1970, ivi.

10  Memorandum of Conversation, Terceira, Azores, December 13, 1971, ivi.

11  Ibid.

12  National Intelligence Estimate, Soviet Foreign Policies and the Outlook for Soviet-American Relations, 20 April 1972, p. 1-8.

13  Ibid., p. 13-14.

14  Ibid., p. 20.

15  National Intelligence Estimate, The USSR and the Changing Scene in Europe, 26 October 1972, p. 2.

16  Ibid., p. 10-11.

17  Ibid., p. 12-13.

18  Ibid., p. 16-19.

19  Ibid., p. 5-9.

20  Memorandum From the Acting Chairman of the Ad Hoc Group on Economic Policies Toward Eastern Europe (Stoessel) to the President’s Assistant for National Security Affairs (Kissinger), Washington, February 1, 1973, in FRUS 1969-1976, vol. E-15, Part 1, Documents on Eastern Europe, 1973-1976, 2008.

21  Memorandum of Conversation, Washington, July 12, 1973, in FRUS 1969-1976, European Security, op. cit.

22  Memorandum of Conversation, Beijing, February 15, 1973, in FRUS 1969-1976, Vol. XVIII, China, 1973-1976, 2008.

23  Ibid., February 16, 1973.

24  Ibid.

25  Memorandum From the President’s Assistant for National Security Affairs (Kissinger) to President Nixon,Washington, February 27, 1973, ivi.

26  Memorandum of Conversation, Beijing, November 10, 1973, ivi.

27  Ibid., November 11, 1973.

28  Ibid., November 12, 1973.

29  Memorandum From President’s Assistant for National Security Affairs (Kissinger) to President Nixon, Washington, November 19, 1973, ivi.

30  Memorandum of Conversation, Beijing, November 26, 1974, ivi.

31  Ibid.

32  Ibid., November 27, 1974.

33  Ibid.

34  Ibid.

35  FRUS 1969-1976, Vol. XXXIX, European Security, 1969-1976, 2008.

36  Ibid.

37  Memorandum of Conversation, Beijing, October 20, 1975, in FRUS 1969-1976, China, 1973-1976, op. cit.

38  Ibid.

39  Ibid.

40  CIA Intelligence Report, Red Power and Prospects in Italy, June 1971.

41  National Intelligence Estimate, Prospects for and Consequences of Increased Communist Influence in Italian Politics, 18 July 1974, p. 5-11.

42  Ibid., p. 17-18.

43  Ibid., p. 3.

44  Ibid., p. 20.

45  Ibid., p. 14.

46  National Intelligence Analytical Memorandum, Soviet Policy Toward Selected Countries of Southern Europe, 4 February 1975, p. 5.

47  Memorandum of Conversation, Beijing, November 27, 1974, in FRUS 1969-1976, vol. XVIII, China, 1973-1976, 2008.

48  CIA Research Study, The Communist Party of Italy : An Analysis and Some Predictions, June 1975, p. 1.

49  Ibid., p. 26.

50  Ibid., p. 3-6.

51  Memorandum of Conversation, Beijing, October 21, 1975, in China, 1973-1976, op. cit.

52  Memorandum of Conversation, Beijing, December 3, 1975, ivi.

53  National Security Archives, Memorandum of Conversation, Brussels, December 12, 1975.

54  Ibid.

55  Memorandum of Conversation, Washington, August 18, 1976, in China, 1973-1976, op. cit.

56  CIA Synopsis, Soviet Policy and European Communism, September 1976, p. 12-14.

57  CIA Research Study, Soviet Policy and European Communism, October 1976, p. 2-5.

58  Ibid., p. 14-15.

59  Ibid.

60  Ibid, p. 26-28.

61  CIA, Moscow and the Eurocommunists : Where Next ?, April 1977, p. 4-6.

62  Ibid, p. 7-8.

63  CIA, The Soviet View of the Dissident Problem Since Helsinki, May 1977, p. 5-7.

64  Ibid., p. 9.

65  Interagency Intelligence Memorandum, The European Communist Parties, 6 June 1977, p. 3.

66  Ibid., p. 6.

67  Ibid., p. 22.

68  Ibid., p. 23-27. À ce sujet, cf. La lotta in Italia, la lotta in Europa. Intervista a Giorgio Napolitano, in Mauro Maggiorani, Paolo Ferrari (a cura di), L’Europa da Togliatti a Berlinguer. Testimonianze e documenti 1945-1984, Bologna, il Mulino 2005, p. 147, où Giorgio Napolitano témoigne que le PCI « stimulait de diverses façons la dissidence dans le monde communiste, dans le monde soviétique, représentait une référence pour les positions réformistes à l’intérieur des partis communistes au pouvoir ; et, par suite, somme toute, ces milieux [USA], et dans un certain sens aussi les milieux sociaux-démocrates allemands, s’attendaient à ce que le PCI ne se détache pas tout à fait de l’Union soviétique et du mouvement communiste : qu’il garde un pied dans ce monde pour pouvoir contribuer à l’influencer dans le sens de la transformation ». Vont dans le même sens les souvenirs de Sergio Segre, selon lequel Brandt sollicitait Berlinguer pour qu’il agisse de l’intérieur du mouvement communiste international et cherche à en influencer l’évolution politique, plus qu’il ne rompe avec lui ; cf. I segreti della politica internazionale. Intervista a Sergio Segre, ivi, p. 163-164.

69  Interagency Intelligence Memorandum, Prospects for Eastern Europe, 10 June 1977, p. 5.

70  Ibid., p. 7.

71  CIA Memorandum, Italy : Economic Impact of a Larger Communist Role, 27 December 1977, p. 2-3.

72  CIA Memorandum, The Impact on the European Community of a Larger PCI Role in the Italian Government : European Leaders’Views, 17 January 1978, p. 1-2.

73  Ibid., p. 5.

74  Interagency Memorandum, The Italian Communist Party : Its Role in the Election and After, 31 May 1979, p. 17-18.

75  Ibid., p. 35.

76  Antonio Rubbi, Il mondo di Berlinguer, Roma, Napoleone 1994, p. 221-222.

77  Intelligence Memorandum, The PCI and the Italian Political Game : The Impact of Poland, April 1982, p. 1.

78  Ibid., p. 5.

79  Ibid., p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Caredda, « Washington et la « réformabilité » du communisme dans les années soixante-dix », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 113-138.

Référence électronique

Giorgio Caredda, « Washington et la « réformabilité » du communisme dans les années soixante-dix », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2134

Haut de page

Auteur

Giorgio Caredda

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rome I

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page