Navigation – Plan du site
DOSSIER

Histoire d’une rencontre manquée : PCF et PCI face au défi de la construction communautaire (1947-1964)1

Sante Cruciani
p. 57-76

Résumé

Dans cet article, l’auteur s’attache à reconstruire les positionnements des partis communistes italien et français face aux premiers temps du processus d’intégration européenne. Sante Cruciani montre que les positions des deux partis pendant la guerre froide étaient essentiellement analogues. Le PCF comme le PCI considéraient toute collaboration et intégration économique et politique de l’Europe comme une partie intégrante de l’hégémonie nord-américaine sur le Vieux Continent et comme une tentative des états-Unis de reconstruire la puissance allemande. La situation changea avec la mort de Staline, la déstalinisation khrouchtchévienne et le début de la détente internationale. à partir de ce moment, le PCI de Togliatti, mais aussi la CGIL, commencèrent à prendre de plus en plus en considération l’espace européen comme une dimension importante de leur propre stratégie. Au contraire, le PCF et la CGT continuèrent à refuser toute perspective européenne. à partir du milieu des années cinquante commença à s’instaurer entre les deux PC un rapport qui fit alterner des périodes de rapprochement et d’éloignement. Ce rapport était conditionné par la situation nationale, européenne, mais aussi par celle du mouvement communiste international.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’article suivant est né de l’intervention, « Pci et Pcf dans les années cinquante et soixante », (...)
  • 2 Lazar M. (dir.), La gauche en Europe depuis 1945. Invariants et mutations du socialisme européen, P (...)

1Dans l’historiographie de la gauche européenne2, la comparaison entre les trajectoires du Parti communiste italien et du Parti communiste français a constitué un terrain d’investigation privilégié pour l’étude croisée du phénomène communiste en Europe occidentale.

  • 3  Kriegel A., Les communistes français : essai d’ethnographie politique, Paris, Seuil, 1985 ; Idem, (...)
  • 4  Lazar M., Maisons rouges. Les Partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, (...)

2En développant les réflexions d’Annie Kriegel sur la dimension « téléologique » et « sociétale3 » du mouvement communiste, Marc Lazar et Aldo Agosti ont contribué à repenser l’histoire du PCI et du PCF grâce à une analyse articulant le lien avec Moscou avec les réalités nationales des sociétés italienne et française4.

3La reconstruction des rapports entre les deux partis, proposée par Marc Lazar dans Maisons rouges. Les Partis communistes français et italien de la Libération à nos jours a constitué, en particulier, un important tournant méthodologique qui a posé les principales problématiques de la recherche des dix-huit dernières années.

  • 5  Gori F. e Pons S. (a cura di), Dagli archivi di Mosca. L’Urss, il Cominform e il Pci (1943-1951), (...)
  • 6  Gualtieri R. (a cura di), Il Pci nell’Italia repubblicana 1943-1991, Carocci, Roma, 2001 ; Gualtie (...)

4Grâce à l’ouverture des archives soviétiques consécutivement à l’effondrement du « communisme réel5 », les rencontres de la Fondazione Istituto Gramsci sur Il Pci nell’Italia Repubblicana et sur Togliatti nel suo tempo ont ouvert des pistes de travail véritablement neuves. Ces dernières concernent spécialement les répercussions du processus d’intégration européenne et du développement du néocapitalisme sur la culture politique du communisme italien et sur la stratégie de Togliatti pour la transition vers le socialisme en Europe occidentale6.

  • 7  Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis, Archives du Parti communiste français (1921-1994 (...)
  • 8  Fondation Gabriel Péri, Le Parti Communiste Français et l’année 1956. Actes des journées d’études (...)

5De même, grâce au dépôt de la documentation du Parti communiste français aux Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis7, les journées d’étude de la Fondation Gabriel-Péri sur Le Parti communiste français et l’année 1956 et de l’Université Paris I (Panthéon-Sorbonne) sur Les territoires du communisme : élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes ont marqué une étape significative pour la relance de la recherche sur le communisme français entre histoire nationale et internationale8.

  • 9  Gotovich J., Delwit P., de Waele J.-M., L’Europe des communistes, Bruxelles, éditions Complexe, 19 (...)

6Dans le cadre dessiné par José Gotovich, Pascal Delwit et Jean-Michel de Waele dans L’Europe des communistes9, l’entrelacement des sources italiennes et françaises peut contribuer à inaugurer une nouvelle série d’études comparatives explorant à l’aide de nouveaux paradigmes les sujets de la question communiste en Europe occidentale et des rôles respectifs du PCI et du PCF au sein de la gauche européenne.

7Il peut être alors utile de reconstruire l’histoire du PCI et du PCF dans les années cinquante et soixante, en prenant comme élément central de la comparaison l’interaction entre les deux partis en liaison avec le processus d’intégration européenne, les rapports entre la CGIL et la CGT dans les dynamiques de la Fédération Syndicale Mondiale, et la problématique du passage au socialisme en Europe occidentale.

Le communisme italien et français de la guerre froide à la déstalinisation

  • 10  Agosti A., Storia del Pci, Roma-Bari, Editori Laterza, 1999 ; Robrieux P., Histoire intérieure du (...)

8Durant les années de la guerre froide, la position du PCI et du PCF sur la scène politique internationale est marquée par l’alignement sur les directives soviétiques de la lutte pour la paix contre l’impérialisme américain, le Plan Marshall, la Communauté Économique du Charbon et de l’Acier et la Communauté Européenne de Défense10.

  • 11  Lazar M., op. cit., Paris, Aubier, 1992, p. 73.

9Pour reprendre une expression qui a eu du succès, dans l’interprétation de la « partition » composée par la Conférence de Sklarska Poreba de septembre 1947 à l’occasion de la formation du Kominform, le PCI préfère le rythme de l’« allegro moderato » et le PCF celui de l’« allegro vivace11».

10Malgré les convergences au sein de la direction du Mouvement des Partisans de la Paix et dans la mobilisation populaire à la suite de l’Appel de Stockholm de mars 1950 pour l’interdiction des armes atomiques, l’action politique du PCI se démarque par le souci que des voies nationales vers le socialisme restent possibles en Europe occidentale.

  • 12  Vittoria A., Storia del Pci (1921-1991), Roma, Carocci, 2006 ; Girault J. (dir.), Des communistes (...)
  • 13  Vacca G., Saggio su Togliatti e la tradizione comunista, de Donato, Bari, 1974 ; idem, Gramsci e T (...)

11Tandis que le mythe de l’Union soviétique et le culte de la personnalité de Staline constituent un incontestable facteur d’identité pour les communistes italiens et français, et que l’existence d’administrations locales « rouges » contribue à enraciner les deux partis dans leurs respectifs systèmes politiques nationaux12, la publication des Quaderni del carcere de Antonio Gramsci en 1948 se veut le fondement théorique qui permettra de réactiver la stratégie de Togliatti de la « démocratie progressive13 » .

  • 14  Kergoat J., Histoire du Parti socialiste, Paris, La Découverte, 1997 ; Benzoni A., Il partito soci (...)

12Si la défense de la souveraineté nationale contre l’alliance avec les états-Unis est revendiquée par le PCI et le PCF au nom des principes fondamentaux de la Constitution, l’unité d’action entre communistes et socialistes après la défaite aux élections politiques du 18 avril 1948 représente pour le cas italien un élément de différenciation qui n’est pas négligeable par rapport à la fracture qui s’est produite en mai 1947 entre le PCF et la SFIO, consécutivement à l’éviction des ministres communistes du gouvernement Ramadier14.

  • 15  Pepe A., Iuso P., Misiani S., La Cgil e la costruzione della democrazia, Roma, Ediesse, 2001 ; Dre (...)

13Cette différenciation se retrouve aussi sur le plan syndical : alors que les communistes et les socialistes cohabitent au sein de la CGIL de Giuseppe di Vittorio et Fernando Santi, la compétition règne entre la CGT de Benoît Frachon et la formation socialiste Force Ouvrière. De même, on constate des discordances entre la CGIL et la CGT au sein de la Fédération Syndicale Mondiale15.

14Des germes d’évolutions politiques divergentes sont donc déjà présents, mais restent « en hibernation » durant la guerre froide, d’autant plus que le contrôle de l’Union soviétique sur le PCI et le PCF se maintient, assuré à Moscou par le vice-secrétaire du parti italien, Pietro Secchia, et par le responsable de l’organisation du parti français, Auguste Lecœur.

  • 16  Robrieux P., Maurice Thorez. Vie secrète et vie publique, Paris, Fayard, 1975 ; Agosti A., Togliat (...)

15Comme le montrent le séjour forcé en Union soviétique de Maurice Thorez à la suite de l’hémiplégie qui le frappe en 1950 et la difficile résistance opposée par Palmiro Togliatti en 1951 à la demande de Staline d’assumer la conduite du Kominform16, les deux leaders du PCI et du PCF n’arrivent à reconquérir une plus grande liberté de manœuvre qu’après la mort de Staline, en mars 1953, et la déstalinisation consécutive.

  • 17  Trentin B., « Gli eretici della Cgil », dans Guerra A., Trentin B., Di Vittorio e l’ombra di Stali (...)

16L’affrontement entre Giuseppe di Vittorio et Louis Saillant au IIIe Congrès de la Fédération Syndicale Mondiale d’octobre 1953 met en pleine lumière ces divergences, quand la CGIL rejette la conception du syndicat comme simple courroie de transmission du parti dans les luttes ouvrières et paysannes et revendique l’autonomie et le rôle propre du syndicat dans les combats pour la réforme agraire et le développement économique17.

17Lorsqu’en 1954 la marginalisation de Pietro Secchia et d’Auguste Lecœur permet à Togliatti et Thorez de reconquérir un plein leadership, cette position de la CGIL sur l’autonomie du syndicat suscite un débat au sein du PCI concernant l’impact du processus d’intégration européenne sur la modernisation du capitalisme italien et les orientations politiques de la classe ouvrière des grandes usines.

  • 18  Maggiorani M. e Ferrari P. (a cura di), L’Europa da Togliatti a Berlinguer. Testimonianze e Docume (...)

18Le débat a été provoqué au sein de la CGIL par la défaite de la FIOM aux élections des commissions intérieures de la FIAT en avril 1955. Il voit Di Vittorio appuyer les analyses des jeunes dirigeants, comme Bruno Trentin et Vittorio Foa, sur l’exigence de dépasser une opposition purement idéologique au processus d’intégration européenne et de reconnaître la contribution de la CECA au développement économique italien. Ce débat a eu sûrement un effet positif pour la culture politique du PCI18.

19La persistance du débat au sein du parti, qui débouche sur de larges confrontations parmi les membres de l’équipe dirigeante, et ce avec l’aval de Togliatti, suscitera vite des accrochages entre le PCI et le PCF, tous deux appelés entre temps à se mesurer avec le XXe Congrès du PCUS, le choc du rapport secret de Khrouchtchev et l’invasion soviétique de la Hongrie.

Le xxe Congrès du PCUS et l’invasion soviétique de la Hongrie

  • 19  XX Congresso del Partito comunista dell’Unione Sovietica. Atti e risoluzioni, Roma, Editori Riunit (...)

20Durant la première partie de 1956, les thèses présentées par Khrouchtchev lors du XXe Congrès du PCUS sur la coexistence pacifique et la relance des voies nationales du socialisme représentent pour le PCI et le PCF une incitation considérable à reprendre leurs contacts pour la coordination de l’action politique des partis communistes en Europe occidentale19.

  • 20  Giancarlo Pajetta rappelle : « Nous eûmes en mai 1956, à San-Remo, une rencontre privée, qui ne fu (...)
  • 21  Guerra A., Il giorno che Kruscev parlò, Roma, Editori riuniti, 1986.

21Le pas en avant accompli avec la rencontre de San-Remo des 3-4 mai 1956, dans le but d’« approfondir de manière spécifique » les problèmes du « développement des partis communistes dans les pays capitalistes » et d’« établir et rendre efficace une collaboration plus étroite entre les partis communistes européens20 », est toutefois rendu vain par la publication du rapport secret de Khrouchtchev sur les crimes de Staline21.

  • 22  Courtois S., Lazar M., Histoire du Parti Communiste Français, Paris, PUF, 1995.
  • 23  Voici ce que déclare le secrétaire du Parti communiste Italien : « […] Tandis que le XXe Congrès a (...)

22La négation du « supposé22 » rapport secret par le PCF est indirectement contestée par les réponses de Togliatti aux « Nove domande sullo stalinismo » de la revue Nuovi Argomenti, évoquant la « dégénérescence » qu’a connue à certains égards la société soviétique, la nature désormais « polycentrique du mouvement communiste international23 » et le dépassement du principe de l’état-guide en faveur d’une plus grande autonomie des partis communistes sur le plan national comme régional.

  • 24  Khrouchtchev écrit à Togliatti : « Cher camarade Togliatti, Le CC du Pcus considère qu’il est néce (...)

23Interrompue par la résolution du PCUS du 30 juin 1956 et par la lettre de Khrouchtchev à Togliatti sur « la malheureuse formulation » utilisée dans l’interview sur « quelques formes de dégénérescence de la société soviétique24 », l’initiative politique de Togliatti est ultérieurement neutralisée par le XIVe Congrès du PCF de juillet 1956.

  • 25  Maurice Thorez affirme clairement : « Le culte de la personnalité a provoqué d’importants dommages (...)
  • 26  Giancarlo Pajetta a souligné, en rappelant le résultat d’une rencontre avec une délégation du PCF (...)

24En effet, dans son discours d’ouverture, Thorez prend nettement ses distances avec les camarades italiens, en affirmant que « le culte de la personnalité a provoqué d’importants dommages, mais [qu’] il serait faux d’en rechercher les responsabilités dans la nature du régime soviétique25 ». De ce fait, la rencontre entre les délégations du PCI et du PCF ne peut que déboucher sur l’abandon des projets d’action commune pour la coordination des partis communistes de l’Europe occidentale26.

  • 27  Argentieri F., Gianotti L., L’ottobre ungherese, Levi, Roma, 1986 ; Argentieri F., Budapest 1956: (...)

25Pendant qu’en octobre 1956 les parlementaires du PCI, Ottavio Pastore et Antonio Giolitti, participent en qualité d’observateurs à l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe à Strasbourg, l’invasion soviétique de la Hongrie pour empêcher la sortie du pays du Pacte de Varsovie, proclamée par le gouvernement d’Imre Nagy, voit se rejoindre Togliatti et Thorez dans un alignement convaincu sur la décision soviétique27.

  • 28  Klejansky S., « Le Parti Communiste Français et l’intervention soviétique en Hongrie », dans op. c (...)
  • 29  Spriano P., « Le passioni di un decennio (1946-1956) », L’Unità, Roma, 1992 ; Righi M. L. (a cura (...)

26Sarolta Kleja’nski a montré l’ampleur de l’émotion suscitée en France chez les militants communistes par l’invasion soviétique de la Hongrie et les difficultés du groupe dirigeant à faire face à la désapprobation des milieux intellectuels et syndicaux influencés par Jean-Paul Sartre et Alain Le Léap28. En Italie, la confrontation entre Togliatti et Di Vittorio pendant la crise de 1956 et la Lettera dei Centouno,lettre d’intellectuels communistes en désaccord avec l’alignement du parti sur Moscou (parmi lesquels Luciano Cafagna, Renzo de Felice, Mario Tronti, Alberto Asor Rosa, Alberto Caracciolo, Elio Petri), témoignent d’une plus grande dialectique entre parti et syndicat dans le débat collectif qui s’enclenche sur les relations avec le monde soviétique, la signification de la « démocratie socialiste » et les devoirs spécifiques du PCI dans la politique italienne et européenne29.

  • 30  Sabbatucci G., Il riformismo impossibile. Storie del socialismo italiano, Roma-Bari, Laterza, 1991
  • 31  Gozzini G. e Martinelli R. , Storia del Partito comunista italiano. Dall’attentato a Togliatti all (...)
  • 32  Togliatti P. , Rapporto e conclusioni all’VIII Congresso nazionale del Pci, in idem, op. it., a cu (...)

27Au lendemain de la rupture avec le PSI de Pietro Nenni à cause des événements hongrois30, la relance de la voie italienne vers le socialisme, réaffirmée par Togliatti lors du VIIIe Congrès du PCI en décembre 195631 (avec les mots d’ordre de l’intégrale « réalisation de la Constitution », des « réformes de structure » et des « nationalisations32 » pour une nouvelle phase du développement politique et économique du pays) suscite à nouveau des divergences entre les communistes italiens et français sur la possibilité d’intervenir dans le système capitaliste pour introduire des éléments de socialisme.

  • 33  Garaudy R. , À propos de « la voie italienne vers le socialisme », dans Cahiers du communisme, jan (...)
  • 34  Spano V. , Origini e lineamenti della nostra politica, in Rinascita, XIV, 1957, n. 1-2, p. 47-52.

28Les attaques de Roger Garaudy contre la voie italienne du socialisme, à laquelle il reproche sa proximité avec le réformisme33, et la réplique de Velio Spano sur l’exigence de dépasser la logique de luttes restant pour l’essentiel au niveau de la propagande, afin d’agir avec efficacité sur les scènes politiques italienne et française34, sont le signal d’un profond désaccord dans l’analyse du capitalisme, des devoirs des partis communistes en Europe occidentale et des rapports avec l’Union soviétique.

29Cette divergence est destinée à s’accroître, aussi bien au niveau politique que syndical, du fait des attitudes différentes des communistes italiens et français face au Marché commun européen et des débats qui se sont produits lors du IVe Congrès de la Fédération Syndicale Mondiale, comme pendant la Conférence internationale de Moscou en novembre 1957.

De la naissance du Marché commun européen à la Conférence de Moscou de 1957

30En mars 1957, la naissance du Marché commun européen contraint les communistes italiens et français à se mesurer avec le développement du capitalisme en Europe occidentale et avec l’organisation des luttes syndicales au-delà des frontières de l’état national.

  • 35  Dutoit B., L’URSS et l’intégration européenne, Lausanne, 1964.

31Quoique s’alignant tous deux sur l’opposition résolue au Marché commun européen de l’Institut de l’économie Mondiale et des Relations Internationales de Moscou35, le PCI et le PCF continuent de montrer des sensibilités différentes sur les sujets du développement économique et l’exigence d’affronter de manière unitaire les problèmes posés par le processus d’intégration européenne.

  • 36  Cruciani S. , L’Europa delle sinistre. La nascita del Mercato comune europeo attraverso i casi fra (...)

32Tandis que les thèses de Maurice Thorez sur l’appauvrissement relatif et absolu de la classe ouvrière dans le régime capitaliste sont adoptées par la CGT, avec une opposition frontale au Marché commun européen et à l’Euratom, la dialectique entre parti et syndicat prépare dès le milieu des années cinquante la future maturation européenne du communisme italien36.

  • 37  del Biondo I., L’Europa possibile. La cgt et la cgil di fronte al processo di integrazione europea (...)

33La reconnaissance par la CGIL du caractère irréversible du processus d’intégration et de la nécessité de se mesurer sans préjugés idéologiques avec le Marché commun européen a tout de suite des répercussions dans les rapports entre les communistes italiens et français au sein de la Fédération Syndicale Mondiale et du mouvement communiste international37.

  • 38  « Per l’importante contributo alla politica di unità sindacale. Plauso dell’Esecutivo della Cgil a (...)

34Le combat mené par Giuseppe Di Vittorio et Fernando Santi lors du IVe Congrès de la Fédération Syndicale Mondiale contre le refus par Saillant d’envisager une coordination régionale des organisations syndicales communistes en Europe occidentale, voire une convergence unitaire avec les syndicats socio-démocrates, met en exergue les conceptions différentes du rôle des communistes en Europe occidentale et du fonctionnement interne de la Fédération Syndicale Mondiale38.

35Les questions de l’organisation du mouvement communiste international au-delà du principe du Parti guide et des spécificités de l’évolution vers le socialisme en Europe occidentale amènent d’ailleurs à un violent débat entre Palmiro Togliatti et Maurice Thorez lors de la Conférence internationale de Moscou de novembre 1957.

  • 39  Fondazione Istituto Gramsci, Archivi del Partito comunista italiano (APCI), Fonds Palmiro Togliatt (...)

36Après les discours de Khrouchtchev sur la situation politique internationale et de Souslov sur l’incapacité du système capitaliste à garantir des taux convenables de croissance économique comme une distribution suffisante du revenu pour répondre aux revendications de la classe ouvrière, l’intervention de Togliatti sur la nécessité d’améliorer les activités de la Fédération Syndicale Mondiale et d’avancer sur les voies nationales du socialisme est exemplaire de la volonté du leader du PCI d’utiliser le terrain syndical pour faire progresser au sein du mouvement communiste international la ligne du polycentrisme39.

  • 40  Duclos attaque ainsi Togliatti : « Avant la clôture de la discussion, je voudrais, au nom de la dé (...)

37Malgré le soutien du Parti communiste tchécoslovaque au PCI pendant les travaux de la Conférence, la déclaration de Duclos défavorable à un amendement de la délégation italienne sur la lutte contre le sectarisme, « susceptible de favoriser les courants révisionnistes40 », est extrêmement révélatrice de l’encerclement réalisé par le PCUS et le PCF pour brider les initiatives de Togliatti au sein du mouvement communiste international.

  • 41  Ingrao l’a rappelé dans ses Mémoires : « La cérémonie étant désormais terminée, le Français Duclos (...)

38Comme Pietro Ingrao l’a rappelé, il s’agit d’une « violente philippique41 » prononcée en accord avec le groupe dirigeant du PCUS aux fins de minorer l’influence de Togliatti sur les conclusions de la conférence et d’isoler le PCI parmi les partis communistes d’Europe occidentale.

  • 42  Chevalier J.-J., Carcassonne G., Duhamel O., La ve République (1958- 2001). Histoire des instituti (...)

39Après la défaite subie par le PCF avec l’écroulement de la IVe République provoqué par la question algérienne et la victoire du général de Gaulle lors du référendum sur la réforme présidentielle du système politique français42, la reprise d’un dialogue constructif entre PCI et PCF sera anticipée par un accord laborieux entre la CGIL et la CGT sur la coordination des luttes ouvrières dans la zone du Marché commun européen.

Coordination syndicale des luttes ouvrières et passage au socialisme en Europe occidentale

  • 43  Il documento comune della Cgil e della CGT sul Mec, in Rassegna Sindacale, Anno IV, mai 1958, p. 4 (...)

40En mai 1958, la constitution sous l’impulsion de la CGIL et de la CGT d’un Comité de coordination entre les syndicats communistes des pays du Marché commun européen ouvre la voie à un rapprochement progressif entre le PCI et le PCF43.

  • 44  Togliatti P. , Per una sinistra europea, in Rinascita, 1959, ora in idem, Sul movimento operaio in (...)

41Saisissant le défi lancé par Khrouchtchev, lors du XXIe Congrès du PCUS, d’une compétition pacifique entre les camps communiste et capitaliste dans le domaine économique, la proposition politique de Togliatti, Per una sinistra europea44, accentue la pression sur la social-démocratie à propos du passage au socialisme en Europe occidentale. Elle est soumise dès avril 1959 à la Conférence de Bruxelles des Partis communistes de la Communauté Économique du Charbon et de l’Acier et du Marché commun européen.

42Résultat d’un compromis a minima entre les délégations française, menée par Raymond Guyot, et italienne, qui a à sa tête Arturo Colombi, la déclaration finale laisse ouverte la possibilité d’un regroupement régional des partis communistes d’Europe occidentale.

  • 45  « Déclaration Commune des représentants des Partis communistes des 6 pays de la CECA et du Marché (...)

43En dépit du rappel des « conséquences néfastes » du processus d’intégration sur les conditions de vie de la classe ouvrière et de « la crise qui se manifeste dans la plus grande partie des pays capitalistes », l’exigence renouvelée de marcher vers « une action coordonnée des travailleurs et des masses populaires » pour parvenir à la « suspension des dispositions des deux traités de la CECA et du Marché Commun45 » constitue les prémisses d’une nouvelle initiative du PCI en politique européenne.

  • 46  Togliatti écrit à Thorez le 14 mai 1959 : « Le camarade Amendola nous a informés des conversations (...)
  • 47  Thorez répond à Togliatti le 29 mai 1959 : « Nos deux partis ont une opinion commune sur l’opportu (...)

44Lorsqu’en mai 1959, Togliatti propose à Thorez d’étendre la méthode de travail de la Conférence de Bruxelles aux 17 partis communistes d’Europe occidentale pour examiner « les thèmes de l’action unitaire à l’égard du mouvement social-démocrate et des travailleurs catholiques46 », le secrétaire du PCF continue à donner la priorité à la lutte contre « l’OTAN et ses appendices “européens”47 », le militarisme revanchard allemand et en faveur du développement du mouvement organisé de la paix.

  • 48  Spagnolo C. , Sul Memoriale di Yalta. Togliatti e la crisi del movimento comunista internazionale (...)

45Ces divergences se confirment lors des réunions entre une délégation italienne et française à l’occasion du XVe Congrès du PCF, et entre Guyot et Alicata au sein de la commission préparatoire de la Conférence des 17 partis communistes des pays capitalistes d’Europe occidentale48, convoquée enfin à Rome du 21 au 24 novembre 1959 et intitulée L’unità della classe operaia e delle masse popolari nella lotta per la difesa e lo sviluppo della democrazia, nella lotta per la pace, nelle lotte per il benessere dei lavoratori.

  • 49  « Appello dei 17 partiti comunisti dei paesi capitalistici d’Europa », L’Unità, 1er décembre 1959.

46Scandés par le discours d’ouverture de Togliatti sur la nécessité d’une lecture plus dynamique du capitalisme et d’un dialogue constructif avec les autres forces de la gauche du continent européen, ainsi que par l’intervention de Guyot sur les risques importants d’une offensive réactionnaire menée par les trusts américains en Europe occidentale, les travaux de la Conférence trouvent un réel point d’équilibre dans l’appel final à « tous les travailleurs et à tous les démocrates » pour l’unité du mouvement ouvrier dans la lutte pour la paix et dans la revendication adoptée aussi par le PCF d’une « démocratisation49 » des institutions de la CECA et du Marché Commun.

  • 50  « Une interview de Raymond Guyot. La Conférence des 17 Partis communistes et les problèmes actuels (...)
  • 51  Spagnolo C. , op. cit., Roma, Carocci, 2007.

47Alors que l’allusion de Guyot au commentaire positif de la Pravda sur la Conférence des 17 partis communistes de l’Europe occidentale confirme le raccommodage en cours entre les communistes italiens et français avec le consentement du groupe dirigeant soviétique50, en juin 1960, l’attaque déclenchée par les communistes chinois contre le « révisionnisme » de l’Appel de Rome et la réunion secrète de Bucarest entre Khrouchtchev et les délégués des partis étrangers au congrès du Parti communiste bulgare constituent une éclatante manifestation de la dissension sino-soviétique au sein du mouvement communiste international51.

  • 52  Ibidem.

48Pendant la Conférence des 81 partis communistes de Moscou du 10 novembre au 3 décembre 196052, le violent accrochage entre l’Union soviétique et la Chine sur la coexistence pacifique conduira de nouveau le PCI et le PCF à des positions antagonistes au sein du mouvement communiste international et dans les rapports avec la social-démocratie d’Europe occidentale.

Analyse du capitalisme européen, rupture sino-soviétique et crise du mouvement communiste international

  • 53  Bourderon R. et al., Le PCF : étapes et problèmes, Paris, éditions Sociales, 1981.

49Durant l’année 1961, la normalisation de la revue économie et Politique et l’exclusion du PCF de Laurent Casanova et de Marcel Servin53, à cause de leur proximité avec les analyses du PCI sur le processus d’intégration européenne et sur le passage au socialisme en Europe occidentale, marquent le début d’une nouvelle phase conflictuelle entre le communisme italien et français aux niveaux politique et syndical.

  • 54  Khrouchtchev N., « Rapport sur le programme du Parti communiste de l’Union soviétique, dans XXIIe (...)

50Lorsque la construction du mur de Berlin réduit de manière substantielle les perspectives de détente internationale et de coexistence pacifique, l’insistance exprimée par Khrouchtchev lors du XXIIe Congrès du PCUS sur les réalisations de l’état communiste dans la société soviétique et sur le prochain dépassement des états-Unis dans les domaines industriel et technologique a comme conséquence de transformer de façon draconienne le sujet du passage au socialisme en Europe occidentale54.

  • 55  Après les interventions critiques de Novella et Santi, c’est Lama qui exprime le désaccord de la C (...)

51Ceci s’exprime notamment, en décembre 1961, dans la contestation par Agostino Novella et Fernando Santi de l’intervention de Louis Saillant au Ve Congrès de la Fédération Syndicale Mondiale. Ils lui reprochent sa sous-estimation du Marché commun européen. On retrouve cette expression dans la déclaration de Luciano Lama sur le « désaccord55 » de la délégation italienne au sujet des affirmations du document final concernant l’opposition aux syndicats socialistes et catholiques, l’analyse du capitalisme européen constitue un facteur de tension permanent entre les communistes italiens et français.

  • 56  Istituto Gramsci, Tendenze del capitalismo italiano. Atti del convegno d Roma (23 – 25 marzo 1962) (...)
  • 57  Leonardi S., L’Europa e il movimento socialista ; considerazioni sui processi comunitari Cee e Com (...)

52L’analyse du capitalisme européen est relancée en mars 1962 par les rencontres organisées par l’Institut Gramsci sur Le tendenze di sviluppo del capitalismo italiano. Palmiro Togliatti y adopte une position médiane entre les thèses de Giorgio Amendola sur l’incapacité de la classe dirigeante à résoudre les contradictions structurelles de l’économie italienne et les analyses plus articulées de Bruno Trentin sur la force du néocapitalisme en Italie et en Europe56. Par ailleurs, le point de vue du PCI sur le capitalisme européen trouve un écho inattendu dans les Trentadue tesi sul Mercato comune57» , publiées presque en même temps par l’Institut pour l’économie Mondiale de Moscou.

  • 58  Blackmer D., The International Strategy of the Italian communist Party, in Donald Blackmer, Annie (...)

53Bien que pondérée par une grande prudence idéologique, la reconnaissance de « la réalité objective du processus d’intégration européenne58 » par le directeur de l’Institut pour l’Économie Mondiale de Moscou, Anushavan Arzumanian, lors de la rencontre tenue à Moscou du 27 août au 3 septembre 1962 sur Les principaux problèmes du développement du capitalisme d’aujourd’hui, est un encouragement certain au rendez-vous de Paris d’octobre 1962 entre les délégués du PCI, Emilio Sereni, et du PCF, Waldeck Rochet.

  • 59  Rochet écrit au Bureau politique du PCF, le 11 octobre 1962 : « Sereni nous a expliqué qu’il venai (...)

54Comme Rochet le synthétise pour les camarades du Bureau politique, les points de désaccord non encore résolus entre les communistes italiens et français concernent particulièrement le Marché commun européen. Alors que le PCI envisage une lutte « contre les conséquences négatives plutôt que sur un mot d’ordre de rupture du Marché commun qui est devenu une réalité avec laquelle il faut compter », le PCF est plutôt enclin à « unir les forces ouvrières et démocratiques dans chaque pays du Marché commun pour développer leur lutte contre les effets de cette intégration impérialiste59 ».

  • 60  Le organizzazioni della FSM discutono sul Mercato commune. La Conferenza di Lipsia, in « Rassegna (...)

55La Conférence Internationale sur le Marché commun européen tenue par la Fédération Syndicale Mondiale à Lipsia du 14 au 16 décembre 1962 aborde des questions analogues. Un vrai bras de fer se produit entre Saillant, qui propose de créer un « Comité mondial antimonopolistique » pour la lutte contre le Marché commun européen, et Santi, qui suggère au contraire d’instituer à Bruxelles auprès des institutions communautaires « un bureau de représentation et de coordination60 » des syndicats des pays d’Europe occidentale affiliés à la FSM.

  • 61  Lama L. , L’iniziativa della Cgil di costituire un Ufficio a Bruxelles. Per una intesa tra i sinda (...)

56Au lendemain de l’accord intervenu entre les deux confédérations lors la rencontre de Paris de février 1963, qui prévoit l’ouverture du Bureau de Bruxelles au nom seulement de la CGIL, mais avec le consentement de la CGT et de la FSM61, la IIe Conférence des Partis communistes du Marché commun européen, tenue à Bruxelles du 4 au 7 mars 1963, amorce la possibilité d’un compromis entre le PCI et le PCF.

  • 62  Dichiarazione dei partiti comunisti dei paesi del Mec, 6 marzo 1963, dans Sezione di stampa e prop (...)

57Malgré l’opposition résolue du Parti communiste français à tout type de regroupement régional des partis communistes, la reconnaissance d’une vision plus nuancée du Marché commun européen et de l’exigence d’une confrontation politique avec les partis socialistes et catholiques pour l’unité de la classe ouvrière en Europe occidentale constitue un début de légitimation pour la stratégie soutenue par le PCI au sein du mouvement communiste international62.

  • 63  Spagnolo C., op. cit., Roma, Carocci, 2007.

58Cette position est renforcée par les rencontres qui se tiennent à Paris et à Stockholm en septembre et octobre 1963 dans le but d’organiser la IIe Conférence des Partis communistes des pays capitalistes, mais est rendue vite impossible par l’aggravation des dissensions entre la Chine et l’Union soviétique à propos de la stratégie générale du mouvement communiste international63.

  • 64  Raymond Guyot explique à Mario Alicata : « Notre parti, après un examen attentif du développement (...)

59Comme Raymond Guyot l’explique clairement en février 1964 lors d’une réunion avec Mario Alicata, le PCF accorde maintenant la priorité à l’organisation de la conférence internationale proposée par Moscou contre « l’activité scissionniste des dirigeants du Parti communiste chinois64 », sur le caractère révisionniste de la coexistence pacifique et la contestation de l’Union soviétique comme centre du mouvement communiste international.

  • 65  Spagnolo C. , op. cit., Roma, Carocci, 2007.

60Le PCI, lui, est réticent face à cette conférence et reste soucieux de ne pas aggraver les divergences du mouvement communiste international et de ne pas reculer d’une façon voyante sur le dogme du Parti guide. Même s’il ne montre aucune sympathie pour les thèses du Parti communiste chinois, la répugnance du PCI à s’aligner sur les positions du PCF creuse un fossé entre les deux plus grands partis communistes d’Europe occidentale, au point de provoquer le refus de Maurice Thorez de rencontrer Palmiro Togliatti en mai 1964 à l’occasion du XVIIe Congrès du PCF pour confronter leurs points de vue sur la crise du mouvement communiste international65.

61C’est dans ce contexte difficile où les deux partis doivent toujours affronter les contradictions du mouvement communiste international, la question du lien avec Moscou, et avancer d’une manière adéquate sur le sujet de la marche vers le socialisme en Europe occidentale, que se produisent à l’été 1964 les disparitions de Maurice Thorez et Palmiro Togliatti.

  • 66  Archivio audiovisivo del movimento operaio e democratico, L’Italia con Togliatti diG. Amico, G. Bi (...)

62Comme le montrent les images de l’imposante participation des masses aux funérailles des deux leaders66, au milieu des années soixante, le PCI et le PCF ont manifestement réussi à s’enraciner dans les systèmes politiques et les sociétés italienne et française, mais ils sont en difficulté face au défi que représente le processus d’intégration européenne pour les Partis communistes d’Europe occidentale.

  • 67  L. Longo, L’eredità di Togliatti. Discorso tenuto in piazza San Giovanni a Roma alle esequie di Pa (...)

63Malgré les réticences soviétiques, la décision du groupe dirigeant du PCI d’annoncer la publication du Memoriale di Yalta rédigé par Togliatti sur le « polycentrisme », l’« unité dans la diversité » du mouvement communiste international et les « particularités de la marche vers le socialisme en Europe occidentale67 », fait entrer les communismes italiens et français dans une nouvelle phase de leur histoire.

  • 68  Agosti A. (a cura di), Luigi Longo, la politica e l’azione, Roma, Editori Riuniti, 1992 ; Vigreux (...)
  • 69  Moscato A., La ferita di Praga : dalla primavera di Dubcek al rinnovamento di Gorbaciov, Roma, edi (...)
  • 70  Moreno J., Gabaglio E., La sfida dell’Europa sociale. Trent’anni della Confederazione europea dei (...)

64Si le PCI de Luigi Longo et le PCF de Waldeck Rochet68, ainsi que la CGIL et la CGT, se rapprochent progressivement durant la deuxième moitié des années soixante, ce processus sera brutalement interrompu par l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie au mois d’août 196869 et par la décision de la CGIL d’abandonner la FSM pour adhérer durant les années soixante-dix à la Confédération Européenne des Syndicats70.

Conclusions

65Au-delà des limites chronologiques des années cinquante et soixante, l’exploration systématique des relations entre parti et syndicat au sein des communismes italien et français peut ouvrir des voies de recherche très intéressantes pour l’étude comparative du PCI, du PCF, de la CGIL et de la CGT dans un plus vaste panorama de la gauche européenne.

66La position des deux partis face au processus d’intégration européenne, au développement du capitalisme et à la marche vers le socialisme en Europe occidentale peut nous servir de point central pour penser l’évolution des communismes italien et français entre ancrage national et appartenance au mouvement communiste international.

  • 71  Pons S., Berlinguer e la fine del comunismo, Torino, Einaudi, 2006 ; Barbagallo F., Enrico Berling (...)

67Il s’agit d’une dialectique qui a scandé l’histoire entière des deux partis, depuis les directions de Togliatti et Thorez, puis Longo et Rochet, jusqu’à l’époque de l’eurocommunisme lors des leaderships d’Enrico Berlinguer et Georges Marchais71.

  • 72  Berlinguer E., Dopo i fatti di Polonia. Trascrizione della Tribuna politica andata in onda il 15 d (...)

68Cependant l’européisme du PCI et sa critique affirmée du modèle soviétique72, l’incapacité des deux partis à distendre les liens avec l’URSS jusqu’à l’échec du projet réformateur de Gorbatchev sont, d’une certaine manière, révélatrices de la profonde interaction qui a marqué l’histoire de deux partis et de leur commune défaite lors du tournant de 1989 et de l’effondrement du communisme réel.

69Parmi les questions posées par la recherche et le temps présent sur l’identité de la gauche en Europe, l’histoire du PCI et du PCF mérite alors d’être analysée de manière croisée pour lire à la lumière de nouvelles sources françaises la trajectoire du mouvement communiste en Europe occidentale, et pour mieux comprendre les raisons de l’ascension et de la crise d’une passion politique qui a été partie intégrante de l’histoire de l’Italie républicaine et de la France de la IVe et de la ve République.

  • 73  Tarrow S., Tra centro e periferia. Il ruolo degli amministratori locali in Italia e in Francia, Bo (...)
  • 74  Novelli E., C’era una volta il Pci : autobiografia di un partito attraverso le immagini della sua (...)

70En élargissant le champ de notre réflexion aux gouvernements locaux et régionaux73, aux regroupements politiques au Parlement européen et en regardant de manière interdisciplinaire les divers aspects de la communication et de la propagande politiques à travers les sources iconographiques et audiovisuelles74, de nouvelles perspectives s’offrent à nous pour des études comparatives fructueuses sur le communisme italien et français et la gauche européenne du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1  L’article suivant est né de l’intervention, « Pci et Pcf dans les années cinquante et soixante », présentée à la journée d’étude « Histoires croisées du communisme italien et français », organisée par le Centre Georges Chevrier de l’Université de Bourgogne en partenariat avec la Fondation Gabriel Péri, à Dijon le 12 mai 2010. Je remercie le professeur Serge Wolikow et Marco Di Maggio pour l’invitation à participer à la journée d’étude et le Professeur Silvio Pons, Roger Martelli et Michel Maso pour la discussion autour de ma contribution. Je remercie aussi la Fondazione Istituto Gramsci et la Fondation Gabriel Péri pour l’accès aux archives du PCI et du PCF, et la rédaction des Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique pour la publication du texte.

2 Lazar M. (dir.), La gauche en Europe depuis 1945. Invariants et mutations du socialisme européen, PUF, Paris, 1996 ; Sassoon D., Cento anni di socialismo. La sinistra nell’Europa occidentale del XX secolo, Editori Riuniti, Roma, 1997 ; A. Agosti (dir.), Enciclopedia della sinistra europea nel XX secolo, Editori Riuniti, Roma, 2000.

3  Kriegel A., Les communistes français : essai d’ethnographie politique, Paris, Seuil, 1985 ; Idem, Les communistes français 1920-1970, Paris, Seuil, 1985 ; Idem, Ce que j’ai cru comprendre, Paris, Laffont, 1991.

4  Lazar M., Maisons rouges. Les Partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, Paris, Aubier, 1992 ; Agosti A., Bandiere rosse. Un profilo storico dei comunismi europei, Editori Riuniti, Roma, 1999.

5  Gori F. e Pons S. (a cura di), Dagli archivi di Mosca. L’Urss, il Cominform e il Pci (1943-1951), Carocci, Roma, 1998 ; Pons S., L’impossibile egemonia. L’Urss, il Pci e le origini della guerra fredda (1943-1948), Roma, Carocci, 1999.

6  Gualtieri R. (a cura di), Il Pci nell’Italia repubblicana 1943-1991, Carocci, Roma, 2001 ; Gualtieri R., Spagnolo C., Taviani E. (a cura di), Togliatti nel suo tempo, Roma, Carocci, 2007.

7  Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis, Archives du Parti communiste français (1921-1994), Conseil Général de la Seine-Saint-Denis, Bobigny, 2005.

8  Fondation Gabriel Péri, Le Parti Communiste Français et l’année 1956. Actes des journées d’études organisées par les Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis les 29 et 30 novembre 2006 à Bobigny, Conseil Général de la Seine-Saint-Denis, Bobigny, 2007, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne, Les territoires du communisme : élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes. Journées d’études interdisciplinaires, Paris, 1-2 décembre 2009, (www.gabrielperi.fr).

9  Gotovich J., Delwit P., de Waele J.-M., L’Europe des communistes, Bruxelles, éditions Complexe, 1992.

10  Agosti A., Storia del Pci, Roma-Bari, Editori Laterza, 1999 ; Robrieux P., Histoire intérieure du Parti Communiste. De la libération à l’avènement de Georges Marchais (1945-1972), Paris, Fayard, 1981.

11  Lazar M., op. cit., Paris, Aubier, 1992, p. 73.

12  Vittoria A., Storia del Pci (1921-1991), Roma, Carocci, 2006 ; Girault J. (dir.), Des communistes en France, années 20-années 60, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

13  Vacca G., Saggio su Togliatti e la tradizione comunista, de Donato, Bari, 1974 ; idem, Gramsci e Togliatti, Editori Riuniti, Roma, 1991 ; Daniela C. (a cura di), Togliatti editore di Gramsci, con una introduzione di G. Vacca, Carocci, Roma, 2005.

14  Kergoat J., Histoire du Parti socialiste, Paris, La Découverte, 1997 ; Benzoni A., Il partito socialista dalla resistenza ad oggi, Venezia, Marsilio, 1980.

15  Pepe A., Iuso P., Misiani S., La Cgil e la costruzione della democrazia, Roma, Ediesse, 2001 ; Dreyfus M., Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995.

16  Robrieux P., Maurice Thorez. Vie secrète et vie publique, Paris, Fayard, 1975 ; Agosti A., Togliatti, Torino, Utet, 1996.

17  Trentin B., « Gli eretici della Cgil », dans Guerra A., Trentin B., Di Vittorio e l’ombra di Stalin. L’Ungheria, il Pci e l’autonomia del sindacato, Roma, Ediesse, 1997, p. 195-197.

18  Maggiorani M. e Ferrari P. (a cura di), L’Europa da Togliatti a Berlinguer. Testimonianze e Documenti (1945-1984), Roma, Il Mulino, 2005.

19  XX Congresso del Partito comunista dell’Unione Sovietica. Atti e risoluzioni, Roma, Editori Riuniti, 1956, p. 11-124.

20  Giancarlo Pajetta rappelle : « Nous eûmes en mai 1956, à San-Remo, une rencontre privée, qui ne fut rendue publique ni à la presse ni aux autres partis. Du côté français, il y avait Duclos, Fajon et Guyot, du côté italien, il y avait Spano, Negarville et moi. Nous discutâmes et travaillâmes ensemble pendant quelques jours et les positions des deux parties semblaient proches. [...] Il s’agissait donc d’établir des relations particulières entre le Parti communiste français et le parti italien, qui semblaient devoir revêtir une fonction particulière en Europe. On y précisait qu’ensemble nous aurions examiné la question d’éventuelles relations avec les autres partis de la gauche et avec les autres mouvements ouvriers et démocratiques. [...] Pour démontrer que nous voulions nous activer tout de suite, à San Remo nous convînmes que la possibilité d’un échange d’opinions avec les autres partis communistes d’Europe occidentale pouvait être offerte par l’imminent congrès du parti français. Là on aurait pu se rencontrer avec les représentants des partis communistes de Grande-Bretagne, d’Allemagne occidentale, du Bénélux, de la Suisse, de l’Autriche, des pays scandinaves, en somme, de tous les pays de l’Europe capitaliste », Pajetta G., Le crisi che ho vissuto, Editori Riuniti, Roma, 1990, p. 76-77.

21  Guerra A., Il giorno che Kruscev parlò, Roma, Editori riuniti, 1986.

22  Courtois S., Lazar M., Histoire du Parti Communiste Français, Paris, PUF, 1995.

23  Voici ce que déclare le secrétaire du Parti communiste Italien : « […] Tandis que le XXe Congrès a donné une énorme contribution aux paramètres et aux solutions de nouveaux et nombreux graves problèmes du mouvement démocratique et socialiste, alors qu’il marque une étape très importante dans le développement de la société soviétique, la position qui a été prise au congrès, et qui aujourd’hui est amplement développée par la presse soviétique en ce qui concerne les erreurs de Staline, les causes et conditions qui les rendirent possibles, ne peut être considérée comme satisfaisante. […] Les vrais problèmes échappent : ceux du comment et du pourquoi la société soviétique a pu arriver, et arriva, à certaines formes d’éloignement de la vie démocratique et de la légalité, allant même jusqu’à la dégénération. […] La structure politique interne du mouvement communiste mondial est aujourd’hui changée. Ce que le Parti communiste de l’Union soviétique a fait reste, comme je l’ai dit, le premier grand modèle de construction d’une société socialiste, qui eut la route tracée par une profonde et décisive fracture révolutionnaire. Aujourd’hui le front de la construction socialiste dans les pays où les communistes sont le parti dirigeant s’est tellement étendu (il inclut la troisième partie du genre humain !), que même pour cette partie, le modèle soviétique peut ne pas être et ne doit plus être obligatoire. […] L’ensemble du système devient polycentrique et à l’intérieur même du mouvement communiste on ne peut plus parler d’un guide unique, mais d’un progrès qui s’accomplit en suivant souvent des voies différentes. » Togliatti P., Intervista a Nuovi Argomenti, dans Idem, Opere scelte, (a cura di G. Santomassimo), Editori Riuniti, Roma, 1981, p. 702-728.

24  Khrouchtchev écrit à Togliatti : « Cher camarade Togliatti, Le CC du Pcus considère qu’il est nécessaire de vous exprimer certaines remarques en relation à votre interview dans la revue Nuovi argomenti. Malheureusement dans l’interview, dans l’ensemble très intéressante et riche en contenus, il y a certaines déclarations avec lesquelles nous ne pouvons être d’accord. […] Notre opposition principale est suscitée par la formulation malheureuse à propos d’une “dégénérescence bureaucratique”, “certaines formes de dégénérescence” de la société soviétique et de la conséquence qui en dérive d’une bureaucratisation du parti allant même jusqu’à la nécessité de mettre en garde tout le camp du socialisme contre les “erreurs d’ordre général” qui auraient étécommises par notre parti, ce qui peut être interprété comme un doute sur la justesse de sa ligne passée. Pour vous, il est bien connu que la thèse sur la dégénérescence de la société soviétique mine la confiance des travailleurs envers la supériorité de l’ordre socialiste en général et que cette thèse a toujours été activement exploitée par les ennemis de notre parti. […] Avec la publication du texte du rapport, nos ennemis nous entraînent, nous ainsi que nos partis frères, dans une discussion, et peuvent introduire de la confusion dans les rangs du mouvement communiste et ouvrier. Nous ne tomberons pas dans ce piège de l’ennemi. », Lettera di Chruscev a Togliatti (30 giugno 1956), dans Vacca G., Togliatti sconosciuto, Roma, L’Unità, 1994, p. 190-193.

25  Maurice Thorez affirme clairement : « Le culte de la personnalité a provoqué d’importants dommages, mais il serait faux d’en rechercher les responsabilités dans la nature du régime soviétique. La résolution du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique a trouvé dans notre parti une approbation unanime et chaleureuse. », Thorez M., Pour un avenir de progrès social, de paix, et de grandeur nationale, dans XIVe Congrès du Parti Communiste Français (Le Havre, 18-21 juillet 1956), numéro spécial des Cahiers du Communisme, n° 32, juillet-août 1956, p. 2-67.

26  Giancarlo Pajetta a souligné, en rappelant le résultat d’une rencontre avec une délégation du PCF composée de Duclos, Fajon, Billoux, Frachon et Guyot : « Les espoirs qui nous avaient portés à définir les points communs du bref document de San-Remo paraissaient disparus. Les Français nous dirent qu’ils préféraient reporter toute recherche de rapports en commun avec les autres partis européens. Le pas en arrière était évident. La nouvelle position du Pcf rendait impossible même une réunion commune des délégations présentes au congrès français. […] En quelque sorte, pour nous aussi, l’isolement, la disparition d’une initiative européenne que nous considérions comme nécessaire mais qui ne pouvait être proposée seulement par nous, signifièrent une période de calage, un repli sur nos affaires, très complexes et pour lesquelles l’aide internationaliste ne se démontrait pas efficace du tout. », Pajetta G., Le crisi che ho vissuto, Editori Riuniti, Roma, 1982, p. 78-80.

27  Argentieri F., Gianotti L., L’ottobre ungherese, Levi, Roma, 1986 ; Argentieri F., Budapest 1956: la rivoluzione calunniata, Roma, L’Unità, 1996.

28  Klejansky S., « Le Parti Communiste Français et l’intervention soviétique en Hongrie », dans op. cit., Fondation Gabriel Péri, Conseil Général de la Seine-Saint-Denis, Bobigny, 2007, p. 95-104.

29  Spriano P., « Le passioni di un decennio (1946-1956) », L’Unità, Roma, 1992 ; Righi M. L. (a cura di), Quel terribile 1956. I verbali della Direzione comunista tra il XX Congresso del Pcus e l’VIII Congresso del Pci, Roma, Editori Riuniti, 1996 ; Guerra A., Trentin B., op. cit., Roma, Ediesse, 1997 ; Vacca G. (a cura di), Gli intellettuali e la crisi del 1956, Roma, Editori Riuniti-Rinascita, 1978 ; Vittoria A., Togliatti e gli intellettuali. Storia dell’Istituto Gramsci negli anni’50 e’60, Roma, Editori Riuniti, 1992.

30  Sabbatucci G., Il riformismo impossibile. Storie del socialismo italiano, Roma-Bari, Laterza, 1991.

31  Gozzini G. e Martinelli R. , Storia del Partito comunista italiano. Dall’attentato a Togliatti all’VIII congresso, Torino, Einaudi, 1998.

32  Togliatti P. , Rapporto e conclusioni all’VIII Congresso nazionale del Pci, in idem, op. it., a cura di G. Santomassimo, Roma, Editori Riuniti, 1981, p. 773-858.

33  Garaudy R. , À propos de « la voie italienne vers le socialisme », dans Cahiers du communisme, janvier 1957, I, p. 35-36.

34  Spano V. , Origini e lineamenti della nostra politica, in Rinascita, XIV, 1957, n. 1-2, p. 47-52.

35  Dutoit B., L’URSS et l’intégration européenne, Lausanne, 1964.

36  Cruciani S. , L’Europa delle sinistre. La nascita del Mercato comune europeo attraverso i casi francese e italiano (1955-1957), Roma, Carocci, 2007.

37  del Biondo I., L’Europa possibile. La cgt et la cgil di fronte al processo di integrazione europea (1957-1973), Roma, Ediesse, 2007.

38  « Per l’importante contributo alla politica di unità sindacale. Plauso dell’Esecutivo della Cgil alla delegazione italiana a Lipsia », dans L’Unità, 16 octobre 1957.

39  Fondazione Istituto Gramsci, Archivi del Partito comunista italiano (APCI), Fonds Palmiro Togliatti, Carte Scrivania, Conferenza internazionale dei partiti comunisti (Mosca, 17-19 novembre 1957). Verbali con appunti manoscritti, Busta 5, MF 44.

40  Duclos attaque ainsi Togliatti : « Avant la clôture de la discussion, je voudrais, au nom de la délégation française, poser une question au sujet de la déclaration des Partis communistes et ouvriers des pays socialistes. Nous avons demandé hier à la Commission des résolutions le retrait, du texte de la déclaration, d’un amendement introduit dans la dernière version et qui pose de façon unilatérale le problème de la lutte contre le sectarisme et le dogmatisme dans les partis des pays capitalistes. Notre délégation demande instamment le retrait de ce passage qui, par contre, ne dit rien de la lutte contre l’opportunisme dans les partis des pays capitalistes ! Hier, dans l’intervention de notre camarade Togliatti au nom de la délégation italienne, nous avons entendu exprimer une plate-forme politique avec laquelle nous ne sommes pas d’accord et pour l’approbation de laquelle il a été fait appel aux partis frères. Notre délégation attache d’autant plus d’importance à ce que la conférence soit informée du sort fait à notre proposition de retrait d’un texte que nous considérons comme susceptible de favoriser les courants révisionnistes dans le mouvement communiste et ouvrier international. », Arch. dép. de la Seine-Saint-Denis, Archives du Parti Communiste Français (APCF), Fonds Raymond Guyot, Conférence des Partis communistes et ouvriers. Moscou, novembre 1957. Intervention de Jacques Duclos (283 J 34).

41  Ingrao l’a rappelé dans ses Mémoires : « La cérémonie étant désormais terminée, le Français Duclos demanda la parole et commença une furieuse tirade contre la ligne des camarades italiens. Dans le petit kiosque où toute notre délégation était réunie, à chaque phrase du Français – qui nous avait pourtant aidé durant les années du fascisme à échapper à la police noire – la surprise et la colère ne faisaient que grandir en nous. Quand Duclos termina sa pesante tirade, je m’adressai à Togliatti et lui demandai s’il était approprié que je me levasse pour répondre. La réponse fut un bref et rageur « non ». Et pourtant – quand le rite fut terminé – et que nous fûmes dans la voiture qui nous reconduisit à la datcha, ce chef commença à débiter des obscénités comme je n’en avais jamais entendu sortir de sa bouche. Le soir même, nous demandâmes un rendez-vous officiel avec les Soviétiques pour protester. La rencontre eut lieu le matin suivant et ne servit à rien : les Soviétiques se limitèrent à quelques phrases de circonstance, et il ne me parut pas qu’ils fussent déçus par ce qui venait d’arriver à ces communistes italiens assez ennuyeux. Ils ne simulèrent même pas la surprise. », P. Ingrao, Volevo la luna, Einaudi, Torino, 2006, p. 255-256.

42  Chevalier J.-J., Carcassonne G., Duhamel O., La ve République (1958- 2001). Histoire des institutions et des régimes politiques de la France, Paris, Armand Colin, 2001.

43  Il documento comune della Cgil e della CGT sul Mec, in Rassegna Sindacale, Anno IV, mai 1958, p. 48-49.

44  Togliatti P. , Per una sinistra europea, in Rinascita, 1959, ora in idem, Sul movimento operaio internazionale, (a cura di F. Ferri), Roma, Editori Riuniti, 1972.

45  « Déclaration Commune des représentants des Partis communistes des 6 pays de la CECA et du Marché commun », in L’Humanité, 7 avril 1959.

46  Togliatti écrit à Thorez le 14 mai 1959 : « Le camarade Amendola nous a informés des conversations qu’il a eues avec vous et du fait que vous partagez notre opinion sur l’opportunité d’une conférence des partis communistes de l’Europe occidentale. [….] Le thème politique central de la Conférence peut être, à notre avis, le suivant : “La lutte pour la paix et le socialisme en Europe occidentale”. […] La Conférence devrait examiner avec une attention particulière les problèmes de l’action unitaire des partis communistes à l’échelle nationale et internationale, en approfondissant d’une manière particulière les thèmes de l’action unitaire à l’égard du mouvement social-démocrate et des travailleurs catholiques et aussi les initiatives envers les groupes et les mouvements qui interprètent les sentiments et les désirs des larges masses petites-bourgeoises et de couches non monopolistiques de la bourgeoisie moyenne. », Archives Nationales, Fonds Maurice Thorez, Italie 1945-1964, Lettre de Palmiro Togliatti au Comité central du Parti communiste français, 15 mai 1959 (626 AP 145).

47  Thorez répond à Togliatti le 29 mai 1959 : « Nos deux partis ont une opinion commune sur l’opportunité d’une telle réunion. […] Votre proposition tend à limiter à un seul point politique l’objet de la Conférence. […] Nous aurions de toute façon une objection à faire sur cette formulation. Alors que nous sommes en présence d’une violente offensive réactionnaire – et pas seulement en France – il nous semble difficile de ne pas mentionner la lutte nécessaire pour les libertés, la démocratie. […] Nous pensons que la lutte pour la paix, plus précisément contre l’OTAN et ses appendices “européens”, contre le militarisme revanchard allemand et pour le développement du mouvement organisé de la paix, devrait retenir l’attention de nos partis. », Archives nationales, Fonds Maurice Thorez, Italie 1945-1964, Lettre de Maurice Thorez au Comité Central du Parti Communiste Italien, 26 mai 1959 (626 AP 145).

48  Spagnolo C. , Sul Memoriale di Yalta. Togliatti e la crisi del movimento comunista internazionale (1956-1964), Roma, Carocci, 2007.

49  « Appello dei 17 partiti comunisti dei paesi capitalistici d’Europa », L’Unità, 1er décembre 1959.

50  « Une interview de Raymond Guyot. La Conférence des 17 Partis communistes et les problèmes actuels», France Nouvelle, 24 décembre 1959.

51  Spagnolo C. , op. cit., Roma, Carocci, 2007.

52  Ibidem.

53  Bourderon R. et al., Le PCF : étapes et problèmes, Paris, éditions Sociales, 1981.

54  Khrouchtchev N., « Rapport sur le programme du Parti communiste de l’Union soviétique, dans XXIIe Congrès du Parti communiste de l’Union soviétique », numéro spécial des Cahiers du Communisme, n° 12, décembre 1961, p. 129-251.

55  Après les interventions critiques de Novella et Santi, c’est Lama qui exprime le désaccord de la CGIL sur le document final du Ve Congrès de la FSM : « Nous ne sommes pas d’accord avec la dernière partie du préambule. Cette partie n’exprime pas l’importance déterminante de l’élaboration programmatique nationale des organisations syndicales, élaboration qui doit correspondre aux différents degrés du développement économique, politique et historique et au système social des pays dans lesquels opèrent les syndicats. Cette élaboration joue un rôle irremplaçable pour le développement des luttes ouvrières et pour leur unité et constitue un des éléments essentiels des programmes que le mouvement syndical s’est donné à l’échelle internationale […]. Nous notons encore la persistance à mentionner la polémique entre les autres organisations, principalement leur responsabilité dans la lointaine époque de la scission, plutôt que de porter l’attention sur des questions fondamentales qui engagent désormais la classe ouvrière internationale. Cette position nous apparaît de façon générale stérile vis-à-vis des masses qui ne suivent pas la FSM et en particulier des jeunes générations », Il V Congresso della Federazione Sindacale Mondiale, in « Rassegna Sindacale », anno VIII, n. 3, marzo 1962, p. 45-69 ; S. Cruciani, Il sindacato e lo sviluppo economico tra mercato nazionale e orizzonte europeo (1955-1970), in M. Ridolfi (a cura di), Luciano Lama. Sindacato, « Italia del lavoro » e democrazia repubblicana nel secondo dopoguerra, Roma, Ediesse, 2006, p. 210 -215.

56  Istituto Gramsci, Tendenze del capitalismo italiano. Atti del convegno d Roma (23 – 25 marzo 1962), Roma, Editori Riuniti, 1962.

57  Leonardi S., L’Europa e il movimento socialista ; considerazioni sui processi comunitari Cee e Comecon, Milano, Adelphi, 1977.

58  Blackmer D., The International Strategy of the Italian communist Party, in Donald Blackmer, Annie Kriegel, The International Role of the Communist Parties of Italy and France, Cambridge, Harvard University, 1975.

59  Rochet écrit au Bureau politique du PCF, le 11 octobre 1962 : « Sereni nous a expliqué qu’il venait, mandaté par le Bureau politique du Parti italien, pour envisager avec notre parti les conditions d’une lutte commune des pays du Marché commun contre les conséquences néfastes de celui-ci pour la classe ouvrière. […] Ensuite, il a exposé longuement comment et dans quelles conditions, le PCI envisageait la lutte contre le Marché commun, c’est-à-dire essentiellement contre les conséquences négatives plutôt que sur un mot d’ordre de rupture du Marché commun qui est devenu une réalité avec laquelle il faut compter. […] J’ai rappelé ensuite les grandes lignes directrices de la lutte contre le Marché commun dégagées par notre Bureau politique : unir les forces ouvrières et démocratiques dans chaque pays du Marché commun pour développer leur lutte contre les effets de cette intégration impérialiste ; renforcer l’action pour les revendications économiques et sociales des masses travailleuses ; agir pour que les forces ouvrières et démocratiques imposent la nationalisation des monopoles pour reconquérir et développer la démocratie et la souveraineté nationale ; […] renforcer la coordination de l’action du mouvement ouvrier et communiste des pays intéressés contre le Marché commun sans perdre de vue que cette lutte, bien que revêtant un caractère international, doit se mener pour l’essentiel dans chaque pays. », APCF, Fonds Waldeck Rochet, Questions et relations internationales. Italie (Notes 1961-1962), Informations adressées aux membres du Bureau Politique au sujet de l’entrevue avec le camarade Sereni, 11 octobre 1962.

60  Le organizzazioni della FSM discutono sul Mercato commune. La Conferenza di Lipsia, in « Rassegna Sindacale », anno IX, nuova serie, n. 3, 12 gennaio 1963, p. 18.

61  Lama L. , L’iniziativa della Cgil di costituire un Ufficio a Bruxelles. Per una intesa tra i sindacati dei paesi del Mec, in « Rassegna Sindacale », anno IX, nuova serie, n. 7, 9 marzo 1963, p. 24.

62  Dichiarazione dei partiti comunisti dei paesi del Mec, 6 marzo 1963, dans Sezione di stampa e propaganda della Direzione del Pci (a cura di), Documenti politici dal X all’XI Congresso, Roma, SETI, 1966, p. 65 -71.

63  Spagnolo C., op. cit., Roma, Carocci, 2007.

64  Raymond Guyot explique à Mario Alicata : « Notre parti, après un examen attentif du développement de l’activité scissionniste des dirigeants du Parti communiste chinois, est arrivé à la conclusion que, dans une telle situation, rien ne doit être fait qui puisse leur donner matière, de quelque façon que ce soit, à prendre des initiatives et proposer des conférences régionales ou par zone. Il existe visiblement chez les dirigeants du Parti communiste chinois la volonté de diviser le monde par continents, par groupes d’affinités. Cela influence des partis, mais c’est incontestablement préjudiciable à la consolidation du mouvement ouvrier et communiste international. […] C’est pourquoi également malgré tout son désir de préparer et de participer à une Conférence des partis communistes des pays capitalistes d’Europe en vue de résoudre un certain nombre de problèmes d’intérêt commun, le Parti communiste français a la certitude que tous les partis frères comprendront sa proposition de ne pas convoquer présentement cette conférence. », APCF, Fonds Raymond Guyot, Relations et rencontres internationales. Prévision et annulation d’une Conférence des Partis Communistes des pays capitalistes d’Europe (1963-1964), Intervention du représentant du PCF Raymond Guyot, février 1964 (283 J 34).

65  Spagnolo C. , op. cit., Roma, Carocci, 2007.

66  Archivio audiovisivo del movimento operaio e democratico, L’Italia con Togliatti diG. Amico, G. Bizzarri, F. Maselli, L. Miccichè, G. Pellegrini, E. Petri, S. Tau, P. e V. Taviani, M. Zavattini, V. Zurlino, G. Arlorio, bianco e nero, sonoro, quaranta minuti, 1964 (www.aamod.it),Ciné-archives, cinémathèque et fonds audiovisuel du PCF, mouvement ouvrier et démocratique, Obsèques de Maurice Thorez à Ivry et Paris, anonyme, couleur, muet, 14 minutes, 1964. Funérailles de Maurice Thorez, par D. Debusscher, noir et blanc, muet, 39 minutes, 1964 (www.cinearchives.org).

67  L. Longo, L’eredità di Togliatti. Discorso tenuto in piazza San Giovanni a Roma alle esequie di Palmiro Togliatti il 25 agosto 1964, in Palmiro Togliatti. Cinquant’anni nella storia d’Italia e del mondo, Editrice L’Unità, Roma, 1965 ; Il testo integrale dell’ultimo scritto di Togliatti a Yalta. Promemoria sulle questioni del movimento operaio internazionale e della sua unità, in Rinascita, Année XXI, n. 35, 5 septembre 1964, p. 1-4.

68  Agosti A. (a cura di), Luigi Longo, la politica e l’azione, Roma, Editori Riuniti, 1992 ; Vigreux J., Waldeck Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000.

69  Moscato A., La ferita di Praga : dalla primavera di Dubcek al rinnovamento di Gorbaciov, Roma, edizioni Associate, 1988 ;Grémion P., Paris/Prague. La gauche face au renouveau et à la régression tchécoslovaques (1968-1973), Paris, Julliard, 1985 ; AA. VV, Primavera indimenticata. Alexander Dubcek ieri e oggi. Il verbale inedito del colloquio con Longo a Praga (maggio 1968), L’Unità, Roma, 1988.

70  Moreno J., Gabaglio E., La sfida dell’Europa sociale. Trent’anni della Confederazione europea dei sindacati, Roma, Ediesse, 2007.

71  Pons S., Berlinguer e la fine del comunismo, Torino, Einaudi, 2006 ; Barbagallo F., Enrico Berlinguer, Roma, Carocci, 2006 ; M. Dansel, Georges Marchais ou le Tout-Puissant vulnérable, Paris, Deforges, 1977 ; Tandler N., L’impossible biographie de Georges Marchais, Paris, éditions Albatros, 1980.

72  Berlinguer E., Dopo i fatti di Polonia. Trascrizione della Tribuna politica andata in onda il 15 dicembre 1981 su Rai Uno, dans Tatò A. (a cura di), Conversazioni con Berlinguer, Roma, Editori Riuniti, 1985, p. 270-285.

73  Tarrow S., Tra centro e periferia. Il ruolo degli amministratori locali in Italia e in Francia, Bologna, Il Mulino, 1979 ; Accornero A., Mannheimer R., Sebastiani C. (a cura di), L’identità comunista. I militanti, le strutture, la cultura del Pci, Roma, Editori Riuniti, 1983 ; Martelli R., Le Rouge et le Bleu. Essai sur le communisme dans l’histoire française, Paris, éditions de l’Atelier, 1995.

74  Novelli E., C’era una volta il Pci : autobiografia di un partito attraverso le immagini della sua propaganda, Roma, Editori Riuniti, 2000 ; Buton A., Gervereau L., Le couteau entre les dents. 70 ans d’affiches communistes et anticommunistes, préface d’A. Kriegel, Chêne, Paris, 1989 ; Medici A., Morbidelli M., Taviani E. (a cura di), Il Pci e il cinema tra cultura e propaganda (1959-1979), Archivio audiovisivo del movimento operaio e democratico, Roma ; Perron T., « Communisme et cinéma », dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, n. 51, juillet-septembre 1996, p. 152-155.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sante Cruciani, « Histoire d’une rencontre manquée : PCF et PCI face au défi de la construction communautaire (1947-1964) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 57-76.

Référence électronique

Sante Cruciani, « Histoire d’une rencontre manquée : PCF et PCI face au défi de la construction communautaire (1947-1964) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2128

Haut de page

Auteur

Sante Cruciani

Chercheur associé, université de Viterbe

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page