Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le PCF et le PCI face à Khrouchtchev (1953-1964)

Roger Martelli
p. 45-55

Résumé

L’article explore, dans un mouvement comparatiste, les réceptions du rapport Khrouchtchev au sein des partis communistes français (PCF) et italien (PCI). En France, Thorez est à la tête d’une structure politique qui doit conjuguer fidélité à l’expérience russe (conçue comme système) et tradition révolutionnaire nationale. Le PCF doit par ailleurs faire face à une situation de concurrence à gauche et se trouve dans une posture défensive. Le PCI est plus ouvert aux voies d’explorations politiques neuves. En Italie, Togliatti, responsable du PCI, incarne une culture politique nouvelle et postfasciste. Les deux dirigeants communistes n’ont, en outre, pas les mêmes positions au sein de leur parti : Thorez dispose d’un magistère sans partage, Togliatti doit négocier avec des contestations internes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les archives du PCF sont déposées aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (cf. Archiv (...)
  • 2  Lazar M., Maisons rouges. Les Partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, (...)
  • 3  Taubman W., Khrushchev. The Man and His Era, New York, Free Press, 2003.
  • 4  Agosti A., Palmiro Togliatti, Turin, UTET, 1996.
  • 5  Wieworka A., Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Fayard, Paris, 2010.

1Grâce à l’ouverture des archives1, les faits sont désormais avérés et confirment la distance grandissante qui sépare le PCF et le PCI face au phénomène khrouchtchévien2. L’écart n’est certes pas absolu : Thorez et Togliatti partagent la même méfiance de deux kominterniens aguerris à l’égard d’un Khrouchtchev3 médiocrement cultivé et brouillon, qui connaît mal le mouvement communiste international. Aucun des deux n’approuve la méthode suivie au XXe Congrès, jugée destructrice pour le mouvement tout entier. Tous deux, d’ailleurs, choisissent d’abord le silence, plus prolongé et plus pesant même du côté de Togliatti4 – qui se tait jusqu’à la publication du rapport secret en juin – que du côté de Thorez5, qui se sent tenu d’évoquer le rapport, en mentant sur son contenu, devant le Comité central réuni les 9 et 10 mai.

2Mais par-delà ces points communs dans l’attitude des deux leaders, dans la période 1954-1964, ce qui domine est l’écart qui se creuse entre les deux grands partis occidentaux.

  • 6  Le détail des événements et prises de position sur la période dans Martelli R., 1956 communiste. L (...)

3Dès 1953, le PCF se place dans le camp du refus, proche des conservateurs soviétiques (Thorez a des vieilles relations de confiance avec Molotov) et, surtout, proche de Mao Zedong6. Il refuse à la fois la méthode et le contenu du rapport secret, jusqu’à en nier officiellement l’existence. Les péripéties de l’année 1956, et notamment la tragédie hongroise de novembre, l’enfoncent dans une répétition littérale de la leçon stalinienne : la voie parlementaire au socialisme est une illusion ; la révolution procède d’un mouvement violent, qui débouche nécessairement sur l’extrême rigueur de la dictature du prolétariat ; le mouvement communiste ne peut espérer jouer son rôle que sur la base d’une stricte discipline et d’une centralité rigoureuse, qui met le PC soviétique à son centre. Dans ce dispositif, il n’y a ni « polycentrisme » possible ni « voie nationale » au communisme : l’expérience russe, considérée comme un bloc de 1917 à la Seconde Guerre mondiale, garde sa valeur de modèle absolu et unique, qui trace la ligne de partage entre la réforme et la révolution, entre le communisme et la social-démocratie. De la fin de 1956 jusqu’au début des années 1960, Khrouchtchev accepte que le mouvement communiste international s’adosse à la sensibilité du couple Mao-Thorez : pour le PCF, l’ennemi principal est donc, officiellement et sans réserve, « l’opportunisme », que l’on accole volontiers aux noms de Gomulka, de Togliatti et de Tito.

4Il faut attendre le schisme sino-soviétique, les attaques virulentes des Chinois contre le « révisionnisme », la victoire provisoire de Khrouchtchev sur les conservateurs soviétiques et les débuts de la détente pour que s’opère une inflexion substantielle du côté du PCF. Après l’ultime raidissement de l’affaire Servin-Casanova au printemps de 1961, Thorez se résout à accepter la déstalinisation khrouchtchévienne à l’automne 1961, puis à désigner à la fin 1962 le « sectarisme » comme l’ennemi principal. Le vieux dirigeant entrouvre donc, en 1962 et 1963, la porte d’un aggiornamento qui sera prolongé ultérieurement par son successeur désigné, Waldeck Rochet.

  • 7  Spagnolo C., Sul Memoriale di Yalta. Togliatti et la crisi del movimento communista internazionale (...)

5De son côté, le PCI ne se rapproche pas de Khrouchtchev (Togliatti ne sera jamais « khrouchtchévien »), mais il engage un processus d’autonomisation de fait, que Togliatti théorise avec la notion – au départ soviétique – de « polycentrisme7 ». Après avoir hésité sur le cas Staline, Togliatti comprend en juin 1956 que la divulgation du rapport secret en Occident crée un point de non-retour. Il se sent d’autant plus tenu d’agir que, à la différence de Thorez qui n’a pas de contradicteur interne de poids, il est soumis dès le mois de mars à une pression virulente de la direction du PCI, à la fois sur sa droite (Giorgio Amendola) et sur sa gauche (Pietro Ingrao). À la manière de Mao, mais dans un sens opposé, il décide de combler les lacunes d’un rapport Khrouchtchev plus descriptif qu’interprétatif : il le fait dans l’interview à Nuovi Argomenti, où il évoque la notion centrale de « dégénérescence du système », qui fait écho à la critique radicale de Tito contre le « stalinisme ». Toutefois, l’essentiel est moins dans son analyse du phénomène stalinien, courageuse mais somme toute limitée, que dans l’ouverture d’une large réflexion stratégique, qui prolonge sa réflexion de 1944-1947 sur la « démocratie progressive », mais qui l’infléchit de façon substantielle. Togliatti ne rompt pas avec la doxa d’un mouvement communiste unique, dont la force repose sur l’unité. À aucun moment il n’envisage la rupture avec Moscou, que d’autres dirigeants italiens semblent prêts à assumer. De même, au début des années 1960, il refuse toute procédure internationale qui entérinerait définitivement la rupture sino-soviétique, alors même que les Français s’y sont résolus, malgré leur compagnonnage récent et prolongé avec Mao.

6Mais Togliatti est désormais persuadé que la logique de guerre froide est obsolète et que le monde bipolaire bascule dans un polycentrisme de fait, à l’Ouest comme à l’Est ; le mouvement communiste doit donc se couler dans cette évolution et fonder lui-même son unité sur un polycentrisme assumé, qui est à ses yeux la seule manière d’éviter l’éclatement menaçant. Convaincu que l’évolution internationale dessine les contours d’un vaste mouvement planétaire de transformation progressiste, combinant l’expansion du système socialiste, les avancées occidentales du Welfare state et l’essor des expériences « non capitalistes » du tiers monde, Togliatti est prêt à saisir toute opportunité d’avancer, y compris dans le cadre incertain du « centre gauche » italien.

7Il y a donc bien une distance devenue divergence entre deux partis qui ont en commun d’avoir été tous deux des « stalinismes nationaux », ancrés l’un et l’autre dans une sociabilité sociopolitique élargie et devenus, l’un comme l’autre, hégémoniques au sein de la gauche politique de leurs pays respectifs. Cette distance n’est pas une donnée a priori ; c’est une construction historique qui s’explique par l’enchevêtrement de trois grands types de données structurelles.

8Premier type de données : le PCF et le PCI sont insérés dans des tissus sociopolitiques différents, qui nourrissent un rapport différent des deux partis à la démocratie.

9Le PCF s’est installé dans un vaste espace sociopolitique, déjà constitué avant sa naissance, celui du courant plébéien démocratique de souche révolutionnaire. À partir de 1934, il est confronté à la contradiction originelle du mouvement ouvrier français : soit il cultive la différence fondamentale du communisme par rapport à un républicanisme présumé bourgeois, mais au risque de la marginalisation politique, voire de l’isolement ; soit il valorise la continuité fondamentale de la culture républicaine et de l’univers prolétarien, mais au risque de la dilution identitaire et de la fin de l’autonomie ouvrière. Entre 1934 et 1945, le PCF est devenu hégémonique à gauche, sur la base d’une synthèse : la référence à l’antifascisme et à la République fonde la légitimité nationale du PC et définit les bases du rassemblement populaire ; la référence à la lecture stalinisée du bolchevisme soude son identité politique et dessine les contours de sa différence avec le reste du champ partisan. De 1934 à 1956, le PCF fusionne les deux références culturelles, confondant dans une même rhétorique les sans-culottes de 1789-1795 et le prolétariat révolutionnaire, le bolchevique et le jacobin, Robespierre et Staline, le gouvernement révolutionnaire de 1793-1794 et la dictature du prolétariat.

10Comme toute synthèse, la synthèse thorézienne est fragile ; elle met le PCF mal à l’aise devant la question de la « dictature du prolétariat ». Depuis 1934, il a profondément intériorisé la revalorisation du moment proprement démocratique de l’action révolutionnaire ; mais il continue de considérer que le combat démocratique ne fait que préparer le moment mythique d’une rupture révolutionnaire, dont il voit mal en quoi elle pourrait se distinguer fondamentalement du modèle russe de 1917. Ainsi, à l’automne de 1946, le PCF peut, tout à la fois, s’inscrire sans réserve dans la thématique des « voies nouvelles » (de la « démocratie nouvelle » de Dimitrov à la « démocratie progressive » de Togliatti) et ne pas accepter les théorisations de Dimitrov, selon lesquelles la « démocratie nouvelle » permettrait de « faire l’économie de la dictature du prolétariat ».

11Jusqu’en 1956, appuyé sur la solidité de son implantation partisane et électorale, le PCF compense sa faiblesse stratégique en gérant pragmatiquement un double discours : la thématique du pacifisme et de l’indépendance nationale (contre l’impérialisme américain et la menace des « revanchards » allemands) l’ancre dans la vieille culture jacobine du peuple souverain ; « l’attachement indéfectible » à l’Union soviétique de Staline est le gage de son identité révolutionnaire. Or la dénonciation violente de Staline par Khrouchtchev perturbe cet équilibre symbolique. Derrière la critique des crimes staliniens, c’est la gestion historique de la dictature du prolétariat qui peut être remise en cause. Après 1917, les voix n’ont pas manqué, dans la gauche comme dans la droite du mouvement socialiste, pour mettre en avant les risques de la rigueur bolchevique. L’intervention de Léon Blum au Congrès de Tours, largement rappelée par la presse socialiste en 1956, était tout entière construite sur l’évocation de ces risques. Donner raison à Khrouchtchev dans sa dénonciation de la gestion stalinienne, n’est-ce pas donner rétrospectivement raison à Blum ? Mais, dans ce cas, que reste-t-il de l’équilibre patiemment construit entre 1934 et 1939 ? L’identité discursive du PCF s’est construite sur la valorisation d’une expérience russe dont on offre une lecture si cohérente qu’elle finit par apparaître comme un système. Si le système stalinien est détruit, que reste-t-il de l’identité et de la fonctionnalité propres au PCF ?

12Le PCI, lui, ne se trouve pas dans la même situation historique. Son implantation n’est pas aussi ancienne que celle du PCF. Dans une Italie de tradition populaire démocratique moins assurée, le PC s’impose à partir de 1943 comme une composante à part entière du compromis républicain. Pour le dire autrement, alors que le PCF se coule à l’intérieur d’une culture politique préexistante, le PCI apparaît comme coproducteur d’une culture démocratique moderne, postfasciste. Pour une part, il fusionne la double tradition, de pente « réformiste » ou de souche « anarchiste-communiste », que l’histoire a dissociée dans le cas français. Au milieu des années cinquante, le PCI n’a pas de concurrent véritable à gauche ; en ce sens, la fracture affective et symbolique de la dénonciation antistalinienne est forte (elle bouleverse le corps militant en Italie tout autant qu’en France), mais elle ne pose pas, avec la même urgence, la question des marqueurs identitaires légitimant l’utilité fonctionnelle du communisme italien.

13Le second type de données qui font bifurquer les trajectoires italienne et française se trouve dans la manière fondamentalement différente dont le PCF et le PCI gèrent le choc des mutations économico-sociales produites par la grande croissance d’après-guerre. Tous deux sont parvenus à la Libération à un équilibre qui leur permet d’assumer, en France et en Italie, une large part de la représentation ouvrière et populaire qui est ailleurs attribuée à la social-démocratie. Ce sont des partis de masse, territorialement implantés, au cœur d’une galaxie syndicale et associative qui leur permet de répondre à une triple fonctionnalité politique : sociologique (la représentation du monde populaire industriel et urbain), prospective (le « principe espérance » nourri par le mythe soviétique) et politique (l’organisation d’une gauche expansive).

14Or, la première moitié des années cinquante voit les sociétés ouest-européennes engagées dans un vaste cycle de mutations, portées par le triomphe de la seconde révolution industrielle et les débuts de la consommation de masse, un cycle qui voit s’imbriquer les tendances lourdes de la salarisation, de l’urbanisation, de la scolarisation, de la féminisation et de l’internationalisation de la main-d’œuvre.

15Le choc qui résulte de ces mutations est nettement perceptible en Italie, où le mouvement de mutation est plus rapide encore qu’en France. Le recul spectaculaire de la CGIL à la Fiat, en mars 1955, sonne ainsi comme un signal d’alarme, que confirment en mai 1956 des élections administratives décevantes pour le PCI. Le groupe dirigeant italien s’efforce de faire immédiatement face, notamment en amorçant une redéfinition du rapport parti-syndicat (plus franche du côté du leader syndicaliste di Vittorio que de Togliatti lui-même) et en s’interrogeant ouvertement sur la nature des modifications en cours. Pour Togliatti, confronté à un processus inquiétant de distanciation des socialistes de Nenni, l’élément essentiel devient d’éviter un isolement susceptible de provoquer une restructuration politique interrompant le tête-à-tête des communistes et des démocrates-chrétiens. Au milieu des années 1950, la définition d’un nouveau cadre stratégique, profitant de l’évolution internationale, devient ainsi un objectif jugé vital par le numéro un italien. Il décide, dès le mois de mars 1956, de s’engouffrer dans la brèche du rapport public présenté par Khrouchtchev qui rend possible un approfondissement de la réflexion sur les « voies nouvelles » interrompue en 1947. Dans un premier temps, Togliatti considère que les révélations tonitruantes du rapport secret perturbent le projet d’une évolution en douceur du mouvement communiste. À partir de juin, il se met à penser qu’il vaut mieux mettre en cohérence la distance à l’égard du stalinisme et les réflexions sur les voies nationales et parlementaires au socialisme : c’est la recherche de cette nouvelle cohérence, de Nuovi Argomenti au Mémorial de Yalta, qui est à la base de ses réflexions ultérieures sur le « polycentrisme » et sur la « voie italienne ».

16À cette attitude offensive du PCI s’oppose une réaction défensive du PCF. Dès le milieu des années cinquante, Thorez redoute que les mutations structurelles de la France et de l’Europe occidentale ne remettent inéluctablement en cause les équilibres favorables à l’implantation du PC. Ses craintes sont d’autant plus fortes que les évolutions du substrat social s’accompagnent de la recherche de dynamiques concurrentes à l’intérieur de la gauche française. C’est d’abord la naissance du « mendésisme » en 1954-1955, puis l’apparition après 1958 de ce que l’on appellera la « deuxième gauche » et que les communistes fustigent en la qualifiant très tôt de « petite gauche ». Face à cette situation, la direction française choisit intuitivement la rétraction négative : Thorez s’attache d’abord à conjurer les risques, en niant la portée des évolutions en cours (c’est la campagne de la « paupérisation », puis celle contre le « birth control »). Le PCF ne veut pas voir une réalité naissante qu’il a du mal à comprendre et que d’autres forces utilisent pour contester l’hégémonie communiste à gauche. Par la suite, son objectif sera de porter les feux contre la « seconde gauche » : alors que des responsables comme Laurent Casanova suggèrent de prendre en considération un phénomène qui touche une part non négligeable de l’intelligentsia, Thorez dénonce avec violence tout dialogue avec la nouvelle gauche, d’autant plus que le début des années soixante esquisse le rapprochement de cette sensibilité émergente et de Mendès France, la bête noire des années cinquante.

17Pour Thorez et ses compagnons, le grand déballage du numéro un soviétique au XXe Congrès est tenu pour le vecteur possible d’une déstabilisation. Au lieu de se saisir de l’opportunité des réflexions nouvelles sur les « voies nationales », comme il avait su au printemps 1934 se saisir des inflexions internationales venues de Moscou, Thorez s’enferme dans la lecture minimale du XXe Congrès, se rapproche de Mao et s’éloigne de plus en plus de Togliatti. La fin de l’année 1956 se termine même par une régression ouverte. Pour le groupe dirigeant français, l’exemple hongrois montre que la révolution, en France comme ailleurs, ne peut s’écarter de la voie bolchevique originelle ; toute distance nourrit inéluctablement la poussée de la « contre-révolution ». À partir de là, Tito, Gomulka et Togliatti sont renvoyés en bloc à la catégorie de « l’opportunisme », antichambre du « révisionnisme ». Menacé dans ses équilibres fondamentaux, le PCF des années 1956-1962 cherche à se protéger par un regain d’affirmation identitaire, alors que Togliatti s’engage peu à peu dans une redéfinition mesurée de l’identification, celle du communisme italien comme celle du communisme mondial.

  • 8  Vigreux J., Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000.

18Si Thorez finit par accepter à son tour de s’engager dans une démarche plus ouverte, à partir de 1962-1963, c’est par le seul poids d’une conjonction : en premier lieu, une évolution nationale (la mise en place du gaullisme et le vide laissé par une SFIO pénalisée par son soutien initial à la Ve République) qui le pousse à relancer la démarche d’union (les débuts de la stratégie du programme commun) ; en second lieu, une intransigeance chinoise qui englobe dans sa dénonciation Khrouchtchev et Thorez, c’est-à-dire celui qui fut l’allié de la veille contre le dirigeant soviétique. Encore Thorez se refuse-t-il jusqu’au bout à insérer ses propres évolutions dans une redéfinition stratégique globale : alors même qu’il propose dès mai 1962 une union de la gauche autour d’un programme commun (Comité central de Bezons), il continue de concentrer ses coups contre « l’opportunisme » de la « voie italienne », au nom de la lecture étroite de la Conférence internationale de 1957 et de 1960. Pendant toute l’année 1963, le PCI reste la cible des critiques françaises et, à l’automne de 1964, la nouvelle direction post-thorézienne issue du XVIIe Congrès critique encore ouvertement la publication du Mémorial de Yalta de Togliatti. Il faudra attendre la seconde moitié des années soixante et la disparition de Thorez pour voir s’amorcer des tentatives de mise en cohérence de la nouvelle stratégie unitaire, confirmée par l’équipe rassemblée autour de Waldeck Rochet8.

19La troisième matrice de la bifurcation France-Italie est dans la structuration différente des groupes dirigeants, voire dans l’écart qui sépare les deux « numéros un ».

20Jusqu’en 1943, la clandestinité du PC italien et la présence de Togliatti au siège de l’Internationale, à Moscou, ont contraint à mettre en place une double direction. Cette particularité a installé la légitimité d’autres responsables que le secrétaire général : ils sont subordonnés à Togliatti, mais à égalité de légitimité, ce dont le leader italien doit à tout moment tenir compte. Ce n’est pas le cas de Thorez, dont le magistère n’a pas été affecté par l’éclatement des centres dirigeants pendant la guerre et qui s’est même trouvé renforcé par l’élimination de Doriot en 1934, de Marty et Tillon en 1952, voire – dans une moindre mesure – de Lecœur en 1955. De façon significative, alors que Togliatti se trouve dès le mois de mars 1956 placé sous la pression de sa direction nationale (Amendola, Ingrao, Terracini, Berlinguer…), Thorez a pour seul contradicteur explicite le journaliste Pierre Courtade, qui se trouve être un simple membre du Comité central, à un rang tenu donc pour relativement subalterne. Alors que les hésitations stratégiques s’expriment en Italie par l’affrontement interne d’une droite et d’une gauche, aucune alternative stratégique ne se formalise en France, où la fonction de direction générale est tout entière réservée à un Thorez omniprésent, qui intervient à tout moment, jusqu’en 1964, distillant des approbations ou des mises en garde que nul n’oserait contrecarrer. Quand des différences s’ébauchent, elles ne se globalisent jamais : Servin et Casanova, en 1960-1961, ne mettent jamais en cohérence leurs désaccords, ni sur le gaullisme, ni sur la démarche khrouchtchévienne.

21Enfin, dans un système qui reste hyper-centralisé dans les deux cas, on ne saurait sous-estimer les effets de certains écarts dans la culture politique des deux leaders. Thorez et Togliatti sont certes tous deux des staliniens et ils ont partagé la sensibilité de Front populaire. Mais Togliatti a été un responsable kominternien de premier plan ; il a une incontestable fibre stratégique, qu’il a montrée dès 1938-1939, autour de l’Espagne, avec sa réflexion sur les « voies nouvelles » et, plus encore, dans ses constructions politiques d’après 1943, autour du « tournant de Salerne » et de la notion de « parti nouveau ». Thorez, lui, ne se sent pas investi de la stratégie globale du mouvement, qu’il délègue aux Soviétiques. Chez lui, la créativité – réelle jusqu’en 1947 – se déploie dans la mise en œuvre de la ligne générale, pas dans sa formalisation. Thorez, en 1956, est un homme usé, à la fois par la maladie qui l’a durement frappé en 1950 et par le double choc des revirements soviétiques, en 1939 et en 1947, qu’il a chaque fois acceptés, mais qu’il n’a pas anticipés, voire qu’il n’a pas souhaités. Le coup de force de Khrouchtchev, en lequel il n’a jamais eu confiance, est la goutte d’eau qui fait déborder le vase : cette fois, Thorez est résolu de ne pas se laisser faire ; à contre-courant de plusieurs de ses déterminations antérieures, il choisit le camp du conservatisme et de la répétition.

22Je me permets de conclure ces quelques remarques partielles sur le grand écart franco-italien de 1956-1964 par quelques réflexions méthodologiques qui touchent à la maîtrise difficile de la comparaison historique. J’ai un peu l’impression que l’étude de cette période montre l’inadéquation de deux grandes tendances de l’historiographie traditionnelle du communisme du xxe siècle : d’un côté l’interprétation de la politique communiste par le prisme de la subordination au « centre » ou de l’inféodation au « système » ; de l’autre côté, par réaction contre la première tentation, celle de l’insistance sur les déterminations internes. En réalité, la politique de chaque parti communiste se construit dans un système d’interrelations où trois éléments interviennent, dans des proportions chaque fois variables : des contraintes provenant de l’insertion sociopolitique nationale de chaque parti ; des représentations plus ou moins formalisées de l’état du monde et du mouvement communiste proprement dit ; des intériorisations, par chaque acteur, des intentions réelles ou supposées de tous les autres acteurs du système dans son ensemble.

23Le phénomène est d’autant plus complexe que le mouvement communiste, en 1956, quitte définitivement les horizons du monolithisme qui était jusqu’alors, sinon sa réalité (le communisme s’est toujours décliné au pluriel), du moins son fantasme récurrent. À partir de 1956, il est acquis que le mouvement communiste n’a plus un centre unique, mais trois, d’ores et déjà installés (le soviétique, le chinois et le yougoslave), auxquels s’ajoute un quatrième centre potentiel, qui est celui du communisme occidental, dont Togliatti et le groupe dirigeant italien rêvent la constitution dans le cadre d’un polycentrisme assumé. Dans ce contexte, Togliatti s’engage, contrairement à sa pente initiale, dans la voie d’une critique antistalinienne conséquente pour quatre raisons : parce qu’il comprend que le XXe Congrès crée une situation d’irréversibilité ; parce qu’il considère que cette critique peut servir à légitimer en profondeur une « voie italienne » sans laquelle il craint une marginalisation progressive du PCI ; parce qu’il pense que l’hétérogénéité croissante du mouvement nécessite son évolution pour ne pas conduire à son éclatement ; parce qu’il s’est convaincu dès le printemps de 1956 que sa « double loyauté » (à l’URSS et à la démocratie italienne) demande, pour se reproduire, un changement substantiel dans l’ancrage communiste fondamental et donc une distance critique radicale à l’égard de la période stalinienne.

24En sens inverse, Thorez choisit la logique du refus, là encore pour au moins quatre raisons : parce qu’il considère que le démantèlement du mythe stalinien érode une identité communiste dont il ne voit pas comment elle pourrait se détacher du modèle bolchevique stalinisé ; parce qu’il estime que tout mouvement dans l’équilibre qui fonde l’implantation communiste est une remise en cause de l’implantation elle-même ; parce qu’il ne voit pas comment l’unité du mouvement communiste est possible, à l’échelle internationale comme dans chaque parti national, sans existence d’un centre unique et clairement identifié ; parce qu’il redoute ce qui lui apparaît continûment, de 1956 à 1964, comme une manœuvre à visée hégémonique du parti frère et concurrent, c’est-à-dire le PC italien. La peur des « Italiens », comme celle des « khrouchtchéviens », à l’extérieur comme à l’intérieur, devient à la fois une obsession sincère des dirigeants et une méthode cynique de régulation interne et d’éradication des divergences, comme le montre la gestion brutale de l’affaire Servin-Casanova ou celle de la crise de l’UEC, dans la première moitié des années soixante.

25À partir de 1956, le mouvement communiste international devient le théâtre d’un immense jeu de rôles, où chaque acteur scrute l’intervention de tous les autres, où chaque prise de position est perçue comme le résultat de stratégies multiples, dont on escompte les effets bénéfiques ou dont on redoute les effets destructeurs. Toute histoire nationale des PC doit intégrer cette complexité systémique : sans doute y gagnera-t-elle en richesse et, au bout du compte, en subtilité.

Haut de page

Notes

1  Les archives du PCF sont déposées aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (cf. Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Réunions du Comité central du PCF 1921-1927. état des fonds et des instruments de recherche, tome 3, 1954-1964). Les archives du PC italien se trouvent à la Fondazione Instituto Gramsci (www.fondazionegramsci.org). De nombreuses archives internationales, notamment soviétiques et américaines, sont régulièrement publiées dans le Cold War International History Project Bulletin, consultable sur Internet (www.wilsoncenter.org). Sur la période 1959-1972, une excellente utilisation de ces archives dans Caredda G., Le politiche della distensione 1959-1972, Roma, Carocci, 2008.

2  Lazar M., Maisons rouges. Les Partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, Paris, Fayard, 1992. Aga Rossi E., Quagliarello G. (dir.), L’altra face della luna : i rapporti tra PCI, PCF e Unione Sovietica, Roma, Il Mulino, 1997.

3  Taubman W., Khrushchev. The Man and His Era, New York, Free Press, 2003.

4  Agosti A., Palmiro Togliatti, Turin, UTET, 1996.

5  Wieworka A., Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Fayard, Paris, 2010.

6  Le détail des événements et prises de position sur la période dans Martelli R., 1956 communiste. Le glas d’une espérance, Paris, La Dispute, 2006.

7  Spagnolo C., Sul Memoriale di Yalta. Togliatti et la crisi del movimento communista internazionale (1956-1964), Roma, Carocci, 2007.

8  Vigreux J., Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Martelli, « Le PCF et le PCI face à Khrouchtchev (1953-1964) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 45-55.

Référence électronique

Roger Martelli, « Le PCF et le PCI face à Khrouchtchev (1953-1964) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2123

Haut de page

Auteur

Roger Martelli

Historien

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page