Navigation – Plan du site
DOSSIER

PCI, PCF et la notion de « centre ». Enjeux stratégiques et questions identitaires des PC de l’Europe occidentale

Marco Di Maggio
p. 25-44

Résumé

L’article envisage, dans une perspective d’histoire comparée, les évolutions parallèles des PC italien et français de 1956 à la fin des années 1970. Les révélations faites par Khrouchtchev lors du xxe Congrès amorcent des trajectoires idéologiques et stratégiques fort différentes. Cependant, ces trajectoires peuvent être analysées comme étant les deux pôles du même processus d’évolution et de crise du communisme en Europe occidentale. À partir de 1956, le PCI opte pour une perspective européenne à distance de Moscou et engage un dialogue avec les mouvements de libération ; le PCF reste solidaire de la politique étrangère soviétique. à la fin des années 1960, la crise tchécoslovaque oblige les PC italien et français à des recentrements nationaux fondés sur des perspectives sérieuses d’arriver au gouvernement. Mais la formulation d’une vision eurocommuniste ne s’est finalement jamais traduite concrètement malgré un rapprochement des deux PC.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Cet article a pour objet les rapports entre le PCF et le PCI dans le cadre de leur adhésion au mouvement communiste international, à partir de leurs conceptions de l’internationalisme. Il ne s’agit évidemment pas de se prêter ici à une analyse systématique, mais de tenter de délimiter quelques pistes de recherche, de proposer une périodisation et de signaler quelques problématiques méthodologiques et historiographiques.

2Nous chercherons à analyser la stratégie et la politique étrangère des deux partis, non seulement dans le cadre de leurs développements autonomes et spécifiques, mais aussi au sein d’un contexte où se dévoilent les influences et les conditionnements réciproques pesant sur les rôles endossés par le PCI et le par PCF au sein du mouvement communiste international.

3Nous focaliserons notre attention sur une double contradiction qui, de façon différente, traverse l’histoire des deux partis à partir de la moitié des années cinquante : il s’agit, d’une part, de la contradiction entre l’organisation monocentriste et polycentriste du mouvement communiste et, d’autre part, de la contradiction opposant une conception strictement idéologique à une approche de type stratégique sur la question de l’internationalisme. La prépondérance dans la stratégie adoptée par chaque parti de l’un ou l’autre des pôles de cette double alternative est intimement liée au développement de relations réciproques : elle signe profondément les rapports entretenus par chaque parti avec l’Union soviétique et surtout elle conditionne la dialectique entre évolution réformiste et repli identitaire qui caractérise l’histoire du PCI et du PCF et qui a souvent été considérée comme étant à l’origine de leur plus grande différence.

4Nous nous intéresserons à la période qui suit la fin du monolithisme stalinien et nous prendrons en compte trois phases : la crise des années 1956-1964, l’année 1968, puis la période des années soixante-dix et de l’eurocommunisme.

5Nous chercherons ainsi à comparer l’évolution du discours stratégique et à reconstruire les rapports qu’entretiennent les deux partis au cours du processus de maturation de la crise du communisme du vingtième siècle. Quand on parle ici de crise du communisme, on se réfère à un processus se déroulant pendant au moins une trentaine d’années, dont les dynamiques sont multiples et contradictoires et pendant lequel la force propulsive de l’Union soviétique s’affaiblit progressivement. Cette crise comprend également l’émergence de contradictions au sein des mouvements révolutionnaires du tiers monde et la difficulté progressive que rencontrent les PC de l’Europe capitaliste à élaborer une voie autonome vers le socialisme.

  • 1  Marcou L., Le Mouvement Communiste International depuis 1945, Paris, PUF, 1980, p. 42, Groppo B., (...)

6Les révélations de Khrouchtchev lors du XXe Congrès du PCUS rompent avec le monolithisme doctrinaire des années précédentes. La fin de la rigide unité idéologique, premier acte de la crise du mouvement communiste guidé par les Soviétiques, apparaît comme étant également un problème politique et stratégique. En effet, la fin de l’unité doctrinale et les révélations sur les crimes du stalinisme montrent combien les questions de la révolution et de la transition vers le socialisme ne peuvent se résoudre par la seule référence au modèle unique de la révolution d’Octobre et par la simple défense de la patrie du socialisme1.

7Dans ce contexte, les directions des PC occidentaux doivent non seulement renouveler les instruments doctrinaux permettant de maintenir l’unité interne, mais doivent également construire une stratégie capable de surmonter les impasses de la période précédente. Durant cette période, plus ou moins isolés au sein de systèmes politiques nationaux, les PC occidentaux s’étaient limités à jouer un rôle d’opposant social et à soutenir le bloc socialiste sur les différents terrains d’affrontement de la guerre froide.

  • 2  Brake M., Quale socialismo, quale distensione ? Il comunismo europeo e la crisi cecoslovacca del 1 (...)

8Alors que s’amorce la détente internationale et au moment où Khrouchtchev semble disposé à concéder quelques espaces d’autonomie, la première question qui se pose est celle de la récupération de la centralité de la dimension nationale. Pour les PC occidentaux, la dimension nationale implique une redéfinition du rapport entre voies nationales, solidarité vis-à-vis de l’Union soviétique et stratégie internationale2.

  • 3  Martelli R., 1956 communiste, Paris, La Dispute, 2006.

9Face à cette situation, le parti italien ne tarde pas à réagir. Dans la fameuse interview à Nuovi argomenti, Togliatti affirme que le PCI empruntera avec conviction la direction des voies nationales3. Cependant, étant dirigeant du mouvement communiste international, le secrétaire italien commence à percevoir la crise du mouvement. Perplexe quant à la forme et à la substance de la déstalinisation khrouchtchévienne, il ne limite pas la redéfinition stratégique au cadre national mais affirme la nécessité de comprendre les causes du stalinisme et commence à insister sur la question du « polycentrisme ».

10Jusqu’à sa mort, et de façon encore plus insistante après la rupture entre Soviétiques et Chinois, Togliatti cherche à jeter les bases d’une réorganisation du mouvement communiste reposant sur la construction de pôles régionaux. Dans ce contexte, le secrétaire italien comprend alors l’importance pour les PC de l’Europe capitaliste de collaborer avec les forces de gauche non communistes mais également celle d’instaurer un rapport privilégié et complètement autonome avec les mouvements de libération nationale.

11La priorité attribuée à la dimension européenne et au rapport avec les mouvements de libération pourrait conduire à une profonde réélaboration théorique et idéologique, mais également favoriser l’émancipation de la politique menée par les PC occidentaux par rapport aux intérêts de la politique soviétique.

12Afin de concrétiser cette solution, le PCI refuse toute condamnation des Chinois et se lance dans différentes tentatives de dialogues avec des partis et des mouvements du tiers monde. Le parti italien accorde une attention nouvelle à la dimension européenne et à la question de la voie pacifique vers le socialisme, qui doit se réaliser suivant un processus de « réforme des structures ».

13Togliatti est également conscient de la nécessité d’une collaboration entre les deux plus importants partis d’Europe occidentale afin de faire accepter à l’URSS et aux pays de l’Est l’hypothèse d’une réorganisation polycentriste.

  • 4  Spagnolo C., Sul Memoriale di Yalta. Togliatti e la crisi del movimento comunista internazionale ( (...)

14Ainsi, à partir de 1959-1960, et avec plus de conviction encore à partir de 1961, le PCI cherche à instaurer une collaboration organique avec le PCF. Afin de se faire entendre par les Français, Togliatti insiste afin de pouvoir rencontrer Thorez et tente d’obtenir une invitation officielle à parler à la tribune du XVIIe congrès du parti français qui se tient du 14 au 17 avril 1964 à Paris4.

  • 5  Höbel A., « Il Pci nella crisi tra Pcus e Pcc (1960-1964) », Studi Storici, n° 2, 2005, p. 512-572

15Ainsi, le secrétaire italien ne se contente pas de donner de plus larges marges d’autonomie nationale à son parti, mais il tente d’impulser une réorganisation du mouvement communiste. Pour cela, le PCI a besoin du soutien d’autres partis européens et, notamment, du soutien du PCF. Au moment où il perçoit les premiers signes de la crise du mouvement communiste, Togliatti cherche à impliquer le PCF dans son projet de construction d’un nouveau centre du communisme occidental, animé par le PCF et le PCI, capable d’instaurer des rapports privilégiés avec les mouvements de libération nationale dans le monde5.

16Malgré ses efforts, les huit années qui s’écoulent entre le XXe congrès du PC de l’Union soviétique et la destitution de Khrouchtchev voient la fin de l’unité du mouvement communiste se consommer. Les différences majeures entre les deux PC occidentaux se font alors évidentes. Ce sont ces différences qui constituent l’obstacle majeur à une collaboration au sein du mouvement communiste et à la construction d’un pôle du communisme européen.

17En effet, depuis 1956, le PCF se montre réticent à accepter les révélations de Khrouchtchev. Pour le groupe dirigeant français, une critique radicale du stalinisme aurait signifié la mise en question de l’ensemble du corpus idéologique et organisationnel mis en place lors des années précédentes. De plus, cette question survient au moment où le PCF cherchait à concilier de nouveau le modèle marxiste-léniniste et la solidarité envers l’URSS avec une stratégie frontiste sur le plan national.

  • 6  Peschanski D., Martelli R., Neirinck D., Lazar M., Pudal B., Wolikow S., « 1956 : Que commémore-t- (...)

18Avec la crise algérienne, la fin de la IVe République, le retour de de Gaulle et la défaite électorale de 1958, le groupe dirigeant perçoit la crise du mouvement communiste comme étant un important problème supplémentaire, capable de compromettre l’unité du parti et donc la possibilité de sortir de l’isolement de la guerre froide6.

19De plus, depuis 1956, les dirigeants français considèrent le polycentrisme des Italiens comme une menace. Une telle perspective aurait en effet mis en question la direction soviétique et était alors interprétée comme une tentative de la part du parti italien de prendre la tête des PC du monde capitaliste et de se poser en interlocuteur privilégié face aux mouvements de libération et aux PC du tiers monde.

20Les différences entre le PCF et le PCI se manifestent dès la conférence internationale de 1957, où les Français se montrent particulièrement hostiles envers la solidarité dont fait preuve le parti italien vis-à-vis du Front de Libération National algérien. En effet, le PCF apporte un soutien quasi exclusif au Parti communiste algérien et, malgré l’importance de la France sur la scène internationale, le parti français n’entame pas une analyse du rôle joué par les mouvements de libération non-communistes dans la lutte anti-impérialiste mondiale.

  • 7  Di Maggio M., « Il Partitocomunista francese, il Movimento comunista e i fondamenti della « via fr (...)

21Alors que, lors des XXIe et XXIIe congrès du PCUS, Khrouchtchev avance des garanties sur la question de la déstalinisation, le PCF se montre disposé à ne soutenir que la stratégie de la coexistence pacifique sous direction soviétique et à accepter, dans le cadre de cette stratégie, les marges d’autonomie limitées qui lui sont concédées sur le plan national. Ainsi, le PCF renonce à avoir une politique étrangère autonome, se limite à se faire l’interprète sur le plan idéologique de celle des Soviétiques et devient un obstacle à toute proposition polycentriste des Italiens7.

22Concernant la question nationale, la différence fondamentale entre le PCI et le PCF réside plus dans la stratégie permettant d’atteindre l’objectif que dans l’objectif lui-même, qui est celui de l’union de toutes les forces populaires conduisant à un processus pacifique de transition vers le socialisme. Face à la crise de la fin des années 1950, le PCF cherche avant tout à regagner sa fonction de traditionnel opposant social. Jusqu’en 1968, les dirigeants communistes français évitent de parler ouvertement de « voie nationale vers le socialisme » et refusent de prendre complètement en compte les changements sociaux qui ont provoqué la crise de la IVe République.

  • 8  Pour une reconstruction de l’« Affaire Casanova-Servin »,voir Dreyfus M., Pcf, crises et dissidenc (...)

23C’est pourquoi l’on assiste, lors du Congrès de 1961, à la destitution de Casanova et de Servin, deux dirigeants qui cherchaient à développer un examen critique de la stratégie suite à la défaite de 19588. Au moment où Casanova et Servin sont marginalisés, la notion d’« Italiens » est introduite dans le langage du PCF pour désigner ceux qui critiquent la ligne du parti en prenant appui sur des positions opportunistes et qui réclament une révision de l’identité prolétaire et révolutionnaire.

24La diffusion de cette étiquette, afin d’identifier les prises de position dissidentes ou potentiellement considérées comme telles, montre à quel point les thèses du PCI sont considérées comme une menace.

25L’épithète « italien », utilisé par la direction du PCF, sert à construire l’amalgame entre les instances mettant en discussion le fonctionnement du PCF et les positions de ceux qui critiquent la stratégie du groupe dirigeant du parti. Les thèses soutenant le nécessaire renouvellement du parti sont en effet délégitimées aux yeux de la base militante en tant qu’étrangères à la réalité et à l’identité du parti français, puisque leur est attribué un lien avec le parti italien. Ainsi, le groupe dirigeant français légitime son propre pouvoir et renforce la cohésion du parti. Par ce biais, le mélange idéologique fait d’idéologie nationale et de référence doctrinale à l’internationalisme prolétarien, celui-là même qui composait l’identité et la culture politique du PCF jusqu’au séisme des années 1950, se recompose.

26Lors du XVIIe congrès de 1964, le groupe dirigeant du PCF opte donc pour la voie d’une lente et prudente adaptation aux nouveaux contextes nationaux et internationaux mais aussi au nouveau contexte du mouvement communiste. Cette adaptation doit permettre de maintenir la cohésion entre la continuité idéologique et doctrinale, la dimension frontiste et revendicatrice et la solidarité avec la politique soviétique.

  • 9  Arch. dép. de la Seine-Saint-Denis, Archives du Parti communiste français (APCF), fonds Waldeck Ro (...)

27De 1962 à 1964, alors que le PCI cherche à tout prix à éviter la convocation d’une nouvelle conférence internationale où serait condamné le PC chinois et où serait réaffirmée la suprématie soviétique, le PCF se montre encore plus dur que les Russes à propos du « révisionnisme » du parti italien. Il ressort des documents produits lors des rencontres franco-soviétiques que le PCF, inquiet de préserver son rôle de grand parti occidental, cherche à empêcher les Soviétiques de donner au PCI le rôle d’interlocuteur privilégié des mouvements de libération, choix que Khrouchtchev semblait envisager dans l’optique d’une stratégie anti-chinoise9.

28Les Français ne voient pas que les efforts déployés par le parti italien en direction des mouvements de libération avancent au même rythme que la reprise des efforts allant vers une collaboration avec le PCF pour la construction d’un pôle européen au sein duquel les deux partis auraient eu la même importance.

29En 1964, la disparition de Togliatti et de Thorez mais surtout la destitution de Khrouchtchev et le début de la stabilisation brejnevienne semblent permettre aux deux partis de retrouver la voie des bonnes relations et d’aller au-delà des clivages et des tensions de la période précédente. À la fin de l’ère Khrouchtchev, qui s’était ouverte avec le XXe congrès du PC soviétique, le PCI comme le PCF se concentrent sur la dimension nationale, bien que de manière différente.

  • 10  APCF, Fonds du Bureau Politique(BP), réunion du 5 avril 1962. Au cours de cette réunion la formule (...)

30En France, la mort de Thorez et l’élection de Waldeck Rochet, mais aussi la fin de la guerre d’Algérie et la reprise d’importants conflits sociaux, favorisent la relance de la stratégie frontiste du PCF10. Pour cette raison, le changement brusque et imprévu à la tête du parti soviétique trouble de nouveau les efforts entrepris par la direction du parti français afin de reconstruire un équilibre qui puisse favoriser la sortie de la crise de 1958.

  • 11  APCF, Enregistrement sonore des séances du Comité central (CC), 4AV 14, 582.

31Comme le remarque Kanapa lors du Comité central qui se tient au lendemain de la destitution de Khrouchtchev, avec cet événement, le PCF se rend compte que « le mouvement communiste ne sera plus comme avant » et que chaque parti, tout en restant fidèle aux principes « universels » de l’internationalisme prolétarien, doit développer de façon autonome sa propre vision du socialisme et sa propre stratégie. La mort de Thorez, la défaite de Khrouchtchev et le début de la tentative brejnevienne de la stabilisation politique et doctrinale au sein du mouvement communiste favorisent les secteurs du groupe dirigeants français qui voudraient introduire des nouveautés dans la stratégie et dans l’identité du parti, sans pour autant provoquer de brutales ruptures et sans entrer en conflit avec la puissante composante conservatrice et philo-soviétique du parti. Ainsi, au moment où Rochet est élu secrétaire, le PCF se dirige lentement vers la définition de la « voie française vers le socialisme », une voie qui cherche à concilier l’autonomie nationale avec les préceptes idéologiques du marxisme-léninisme et la solidarité idéologique et politique avec le bloc soviétique11.

32En ce qui concerne le PCI, après les efforts déployés par Togliatti en faveur d’une réorganisation et puisque la nouvelle direction soviétique montre qu’elle n’entend pas intensifier son contrôle du mouvement communiste, Longo et le reste du groupe dirigeant italien poursuivent leurs efforts en direction des mouvements de libération et des organisations de la gauche euro-méditerranéenne, devenant ainsi une sorte d’exception tolérée au sein du mouvement communiste.

33Le groupe dirigeant italien cherche à profiter des espaces libres concédés par la nouvelle direction soviétique afin d’augmenter son autonomie nationale, confirmant ainsi les liens d’amitié unissant le PCI à l’URSS et l’appartenance au mouvement communiste, mais renonçant à une conception « maximaliste » du polycentrisme au bénéfice d’une formule plus limitée prônant l’unité dans la diversité. De leur côté, les Soviétiques se montrent enclins à accepter l’originalité et l’autonomie du PCI, si celui-ci ne menace pas les équilibres internes au mouvement, c’est-à-dire si le PCI renonce à la construction de « centres autonomes ».

34Dès lors, la stratégie du PCI oscillera entre l’autonomie du parti national et une série de tentatives ayant pour objectif de relancer l’hypothèse d’un rassemblement autonome des PC européens.

35Dans ce contexte, le maintien des rapports entre le PCF et le PC soviétique devient une priorité pour la droite du parti, c’est-à-dire pour des dirigeants tels Amendola, Scoccimarro, Sereni… En effet, pour cette tendance, les relations avec les Français constituent une garantie contre une possible dérive anti-soviétique. Par contre, pour la gauche de Ingrao, la priorité réside dans les relations avec les mouvements de libération et avec les organisations révolutionnaires du tiers monde, dans une optique visant à l’autonomie du parti quant à la définition de sa stratégie en matière de politique internationale.

36Face à la position originale adoptée par le parti italien, les Soviétiques sont conscients que pour empêcher toute nouvelle tentative polycentriste, il est fondamental que le PCF se montre indisponible à toute sorte de collaboration allant dans le sens de la construction d’un centre européen où pourrait être décidée une stratégie autonome de la politique étrangère soviétique. Toutefois, pour les Soviétiques comme pour les Français, cette indisponibilité ne doit pas se traduire par la rupture des relations franco-italiennes, mais plutôt par une participation ayant pour objectif de limiter, voire même de saboter, les initiatives du PCI allant vers la construction d’un centre indépendant de Moscou. En effet, à plusieurs reprises, les Soviétiques montrent qu’ils comptent sur les Français afin de restreindre la stratégie polycentriste des Italiens, la redimensionnant en un objectif unitaire où seule l’autonomie nationale de chaque parti est tolérée.

37Dans le plus classique style doctrinal caractérisant le discours des dirigeants du PCF, cette position se traduira de façon croissante par la formule affirmant le rejet de tout « modèle » et exaltant la dimension nationale tout en faisant référence à la solidarité internationaliste.

38Dans ce contexte, le PCF privilégie les liens entretenus avec le PC soviétique et les partis du bloc socialiste – en particulier, avec la SED allemande, le POUP polonais et le PC tchécoslovaque – plutôt que les relations avec son voisin italien. Les rapports avec les partis du bloc socialiste permettent en effet au PCF de maintenir un rôle de premier plan au sein du mouvement communiste.

39Lors de la deuxième moitié des années 1960, sous les secrétariats de Luigi Longo et Waldeck Rochet, le PCI cherche toujours à introduire des éléments de changement au sein du mouvement communiste, pendant que le PCF confirme son soutien idéologique et son adhésion inconditionnelle au mouvement communiste guidé par les Soviétiques, cherchant par ce biais à protéger ses propres espaces d’autonomie en matière de politique interne.

40Cette situation s’illustre lors de deux événements : la conférence des partis progressistes de l’aire euro-méditerranéenne et la conférence des partis communistes portant sur la question de la sécurité en Europe et qui se tient à Karlovy Vary en Tchécoslovaquie.

41Le PCI et le Parti socialiste d’unité prolétaire, né d’une scission du Parti socialiste italien, sont les promoteurs de la conférence des partis progressistes, qui s’est déroulée en janvier 1968. Le PCF participe à la conférence tout en se montrant très réservé, à cause de la participation d’organisations non-communistes. Le parti français désapprouve la participation du PSU à la conférence, qu’il considère comme une organisation gauchiste. La désapprobation française vis-à-vis de la collaboration avec des organisations de la gauche non-communiste à l’échelle régionale est liée à l’hostilité du parti envers des mouvements qui se développent en France à sa gauche. Cette hostilité sera la cause des difficultés rencontrées par le parti en 1968.

  • 12  Fondation Institut Gramsci, Archives du Parti communiste italien (APCI), Direction, réunion du 24  (...)

42En revanche, le parti français se montre très enthousiaste à propos de la conférence des PC européens sur la sécurité de Karlovy Vary qui se tient en 1967. Le PCI, au contraire, la juge peu satisfaisante, à cause de l’unanimisme idéologique, de l’absence de discussion et de la participation des seuls partis communistes12.

43Cette situation se transforme cependant avec la crise tchécoslovaque de 1968. À partir de là, en effet, se développent des analyses portant sur un changement profond des relations entretenues par les deux partis avec l’Union soviétique mais également à un changement des rapports franco-italiens.

  • 13  L’interview du secrétaire tchécoslovaque dans la revue du PCF Démocratie Nouvelle en est une preuv (...)

44Dès que Dubcek devient secrétaire du parti tchécoslovaque, le PCI le soutient avec conviction. De plus, de nombreuses positions adoptées par le nouveau groupe dirigeant tchécoslovaque semblent reprendre des indications formulées par le parti italien, en particulier en ce qui concerne la diversité des voies de transition vers le socialisme dans les pays les plus développés, mais aussi concernant la revendication d’une plus grande liberté de discussion et d’analyse au sein du mouvement communiste13.

  • 14  APCF, CC, 4AV 118-123.

45À partir du comité central des 18 et 19 avril, « le nouveau cours » tchécoslovaque devient une référence au sein du PCF pour ceux qui exigent un changement et est en revanche l’objet d’une franche hostilité pour les secteurs les plus liés à l’Union soviétique. Dans ce contexte et avec l’intensification de la crise, Rochet et les dirigeants proches de lui se placent au centre ; ils considèrent la Tchécoslovaquie comme une occasion d’élargir l’autonomie nationale du PCF mais ils sont inquiets au sujet de l’unité du parti et du mouvement communiste international14. Cette inquiétude grandit avec la montée de la tension et alors que l’on commence à craindre les conséquences d’une intervention militaire.

46C’est pourquoi Rochet se lance dans une intense activité de médiation entre Tchécoslovaques et Soviétiques. En juin, le PCF propose la tenue d’une conférence européenne des PC et décroche le soutien des Italiens. Malgré cela, face au désaccord des Soviétiques mais aussi des Tchécoslovaques, le parti français abandonne sa proposition.

  • 15  Les procès-verbaux des rencontres entre dirigeants soviétiques et français, extraits des archives (...)

47À partir du début du mois d’août, Rochet et les dirigeants qui sont proches de lui s’en remettent au bon sens des Tchécoslovaques et à la conscience qu’ont les Soviétiques qu’une intervention aurait des conséquences catastrophiques15.

  • 16 . « Luigi Longo s’est entretenu avec Wadeck Rochet », L’Humanité, 23 août 1968, p. 4 ; Robrieux P., (...)

48L’intervention militaire révèle la crise du système soviétique, en tant que modèle de socialisme exportable dans d’autres pays et en tant qu’organisation d’états et de partis communistes. Le jour suivant l’invasion, Rochet et Longo se rencontrent à Paris, quelques heures avant la tenue de la session du Comité central du PCF. Il semblerait que les secrétaires aient à cette occasion émis l’hypothèse d’une initiative commune aux deux partis mais que, quelques heures plus tard, une réunion tumultueuse du Bureau politique du PCF, au cours de laquelle est exprimée la menace d’une scission soutenue par les Russes ait contraint Rochet à faire marche arrière et à renoncer à ses propositions de collaboration avec le PCI16.

49L’intervention militaire des Soviétiques en Tchécoslovaquie offre aux deux PC occidentaux la possibilité d’opérer une critique radicale du système et du modèle de socialisme soviétique. Une critique qui affronterait avec détermination le problème théorique et stratégique d’une conception différente du pouvoir et du socialisme.

  • 17 . APCI, Direction, réunion du 18 septembre 1968, mf. 19, p. 952-969.

50Cependant, les situations et les équilibres au sein des deux partis sont différents. La majorité du groupe dirigeant italien est bien décidée à maintenir son soutien à Dubcek et à poursuivre sa critique. Toutefois, bien que les secteurs les plus philo-soviétiques doivent accepter cette position, la direction du PCI est attentive à ne pas rompre avec le bloc soviétique en adoptant une position intransigeante17. Ainsi, ceux qui voulaient se lancer dans une critique radicale sont marginalisés. C’est le cas pour le groupe de dirigeants fédéraux et nationaux qui créèrent la revue Il Manifesto, où est réclamée une critique du socialisme soviétique et revendiquée une nécessaire considération des instances radicales et révolutionnaires qui émergent du mouvement étudiant et ouvrier de 1968-1969. Ceux qui participent à la revue Il Manifesto seront exclus du PCI en 1969.

51Au PCF, malgré la défaite des secteurs les plus ouvertement philo-soviétiques dont la veuve de Thorez se fait le porte-parole, Rochet et le cercle de dirigeants proches doivent prendre en compte les secteurs les plus conservateurs. C’est pourquoi la condamnation de l’intervention militaire ne se traduit pas par une critique de l’URSS. Au lieu de soutenir Dubcek et de mener des initiatives communes au PCI et à d’autres partis d’Europe occidentale, le PCF fait appel au bon sens des deux parties dans la recherche d’une solution permettant de normaliser la situation et de rétablir l’unité du mouvement communiste.

52Pour cette raison, ceux qui réclament une critique plus radicale de l’URSS et qui revendiquent une profonde auto-réforme du parti suite à son incapacité manifeste à échanger avec le mouvement de 1968 seront marginalisé ou expulsé. Entre 1968 et 1970, l’on assiste ainsi à un puissant processus de normalisation interne, qui voit la fermeture de la revue Démocratie Nouvelle puis, plus tard, des Lettres françaises et l’expulsion du parti de Garaudy et de ceux qui participèrent à la création de la revue Politique Aujourd’hui.

53Bien que le PCI et le PCF refusent de prendre en considération les instances critiquant radicalement le modèle soviétique et que tous deux entendent maintenir de bons rapports avec l’URSS et leur adhésion au mouvement communiste, l’écart séparant les deux partis européens se manifeste lors de la conférence internationale de 1969. À cette occasion, le PCI se contente de signer la déclaration finale de la conférence et, par l’intervention de Berlinguer à la tribune, critique ouvertement l’intervention militaire en Tchécoslovaquie. Le PCF au contraire s’aligne sur la normalisation et, comme demandé par les Soviétiques, évite de s’attarder sur la question des événements tchécoslovaques. Les Français préservent ainsi leur rôle au sein du mouvement communiste et Marchais est appelé à présider la session plénière qui conclut la conférence.

  • 18 . Pons S., Berlinguer e la fine del comunismo, Torino, Einaudi, 2006, p. 7 et suivantes.

54Suite à la crise tchécoslovaque, le PCI confirme et poursuit sa politique « réformiste » et autonome au sein du mouvement communiste. Sa proposition de réorganisation polycentriste se transforme en une tentative de regrouper les PC européens autour de la lutte pour le désarmement et pour la fin des deux blocs. Toutefois, même si les fondements et les objectifs de cette stratégie en font une alternative autonome à la politique étrangère des Soviétiques, le PCI n’arrivera à la rupture qu’à la fin des années soixante-dix18.

55De son côté, le groupe dirigeant du PCF prend conscience du fait que l’action du parti doit désormais se limiter quasiment à la dimension française et que le rapport avec l’URSS, indispensable d’un point de vue idéologique et matériel, doit être le plus possible déconnecté du développement de la stratégie nationale.

  • 19 . APCF, CC, 4 AV/154-160.

56À partir du comité central des 5 et 6 décembre 1968, le PCF commence à faire ouvertement référence à la « voie française vers le socialisme ». Au-delà des déclarations idéologiques sur la solidarité internationaliste, cette voie confirme le renoncement du PCF à élaborer une véritable stratégie internationale, ou, du moins jusqu’en 1973, le renoncement du parti à prendre en compte toute hypothèse de collaboration organique avec les PC européens19.

57D’une certaine façon, la crise du mouvement communiste pousse les deux PC à renforcer le caractère central de leur dimension nationale ; en effet, l’impossible élaboration d’une vision commune et l’impossibilité de construire un centre du communisme occidental semblent pousser le PCI comme le PCF vers l’intégration au sein de leurs systèmes politiques nationaux respectifs dans la perspective d’arriver au gouvernement. En effet, ce sont les tentatives de conquérir finalement une place dans des gouvernements nationaux, pour faire face et pour donner une solution progressiste à la crise découlant des nouveaux conflits sociaux et de la fin des Trente Glorieuses, qui permettront à la convergence des deux partis de voir le jour.

58En Italie, le PCI est aux prises avec une longue période de conflits sociaux, et l’année 1973 est celle de l’élaboration du « compromis historique ». Cette proposition relègue au second plan la question de la construction du socialisme, pour favoriser la naissance d’un gouvernement populaire capable d’apporter une réponse progressiste et démocratique à la crise politique et sociale qui traverse l’Italie.

59De 1969 à 1973, après une normalisation discrète de ses rapports avec les partis de l’Est, le PCF se concentre essentiellement sur le renouvellement de sa stratégie unitaire, ce qui aboutit en juin 1972 à la signature du Programme Commun avec la Parti socialiste, désormais sous contrôle de François Mitterrand. C’est donc à partir des années 1973-1974, face à la possibilité d’accéder au gouvernement, que le PCF commence à s’intéresser à la dimension européenne et qu’il se montre prêt à collaborer plus étroitement avec le PCI.

60Le début de la convergence avec le PCI coïncide pour le PCF avec la phase idyllique de l’Union de la Gauche et avec la candidature de Mitterrand aux élections présidentielles de 1974. Les communistes français semblent alors adopter une perspective analogue à celle du PCI, y compris sur le plan national. En effet, entre le second tour des élections présidentielles et la fin de l’année, L’union du peuple de France pour le changement démocratique apparaît comme un « compromis historique » à la française.

61Ainsi, suite à la répression du Printemps de Prague mais également aux mouvements sociaux de 1968, les deux partis prennent en quelque sorte acte de la crise du mouvement communiste en tant que sujet politique international œuvrant pour la victoire du socialisme.

  • 20 . Labica G., « Démocratie Avancée », dans Labica G., Bensoussan G. (eds.), Dictionnaire critique du (...)

62Forts de ce constat, le PCF comme le PCI – sur des bases diverses et partant d’une conception différente de l’action politique – cherchent à gérer les affaires de leurs pays respectifs, se posant en promoteurs de l’unité des classes populaires pour la construction de la « démocratie avancée ». Ce concept, qui aurait dû exprimer le caractère graduel de la transition vers le socialisme, se présente lui-même comme un « concept en transition » et devient le symptôme des difficultés rencontrées par les PC du monde capitaliste en matière de stratégie et des difficultés à concilier les principes hérités de la tradition communiste avec les nouvelles pressions de la lutte de classe et des rapports de forces internationaux20.

  • 21 . Cette prise de position plus européiste se voit confirmée par le fait que, lors d’un séjour en It (...)
  • 22 . APCF, FGP, Note sur le voyage d’une délégation à Moscou le 16, 17 et 18 mai 1973, 264 J 17 ; APCF (...)

63Les bases sur lesquelles se construit la collaboration entre PCI et PCF se font plus précises en mai 1973, lors de la rencontre entre Berlinguer et Marchais à Bologne. Le secrétaire français y parle pour la première fois de communauté de vues et d’élaborations communes aux deux PC d’Europe capitaliste et ouvre la collaboration aux autres forces de gauche à l’échelle européenne21. Au même moment, le Bureau politique du PCF repousse les sollicitations soviétiques au sujet de l’organisation d’une nouvelle conférence internationale où le PC chinois aurait de nouveau été condamné pour sa politique de dialogue avec les États-Unis de Nixon sur un mode anti-soviétique22.

  • 23 . Streiff G., op. cit., p. 553-554, vol. I ; L. Marcou, op. cit., p. 99-100.

64La rencontre de Bologne donne le coup d’envoi d’une évolution aboutissant à la conférence des PC de l’Europe capitaliste de Bruxelles, fin janvier 1974. Cette réunion du communisme européen ouvre une phase de collaboration entre les partis communistes occidentaux fondée sur la « participation au pouvoir23 ».

  • 24 . L’analyse de ces deux options par le PCI de Berlinguer a été récemment effectuée par S. Pons, op. (...)

65Ainsi, à compter de 1974, le PCI tentera de profiter de la disponibilité dont fait montre le PCF et entrevoit finalement la concrétisation des efforts déployés afin de donner corps à une stratégie commune. Le PCI de Berlinguer cherche à définir sa politique en élaborant une perspective européenne prenant en considération la détente et le désarmement. Depuis le début des années 1970 et jusqu’à la défaite de l’eurocommunisme et du compromis historique, on assiste dans le cadre de cette stratégie à la dialectique entre deux options. La première se fonde sur un socle avant tout national : elle veut légitimer le PCI en tant que force de gouvernement et veut placer le parti à l’avant-garde d’un processus d’autonomie de l’Italie vis-à-vis de l’hégémonie américaine. Grâce à une conception toute européenne de la détente, cette option confirme l’adhésion du parti au mouvement communiste guidé par les Soviétiques mais conçoit la dimension européenne comme l’instrument permettant à l’Italie de gagner en autonomie vis-à-vis des États-Unis. La dimension européenne permettrait également d’élargir l’autonomie du PCI au sein du mouvement communiste. La deuxième option en revanche adopte un caractère révolutionnaire et place le PCI à l’avant-garde de la construction d’un pôle communiste en Europe occidentale, un nouveau centre capable de construire une voie de transition au socialisme qui soit une alternative à celle proposée par le bloc oriental et capable de relancer le mouvement communiste en se posant, non pas tant en modèle qu’en avant-garde des différents processus révolutionnaires qui se développent dans différentes parties du monde. La détente est alors plus conçue comme un parcours de lutte contre l’impérialisme et pour le désarmement que comme un jeu diplomatique entre états24.

66La prévalence de l’une ou l’autre de ces deux options au sein du parti italien est le fruit de la dialectique interne à l’organisation et de la politique nationale, mais elle est surtout le résultat de l’évolution de la situation internationale et dépend de l’état de rapports entretenus par le PCI avec les autres PC européens et avec l’Union soviétique.

67En ce qui concerne le PCF, en 1974, il semble pouvoir accéder au gouvernement et alors qu’il semble s’orienter vers une perspective européenne, ses rapports avec les Soviétiques se dégradent de plus en plus, devenant plus conflictuels encore que ceux qu’entretiennent le PCUS et le parti italien.

  • 25 . Lettre du BP du PCF à l’ambassadeur soviétique à Paris du 7 mai 1974 ; Lettre du BP du PCF au PCU (...)

68À la lecture des documents, on comprend que le PCF commence à ne plus vouloir endosser le rôle d’informateur-saboteur des initiatives du PCI, mais surtout combien l’unité avec les socialistes et la perspective d’accéder au gouvernement sont des éléments perçus par les Russes comme une menace pour la conservation du statu quo en Europe occidentale. C’est pour cela que, lors du deuxième tour des élections présidentielles de 1974, les Soviétiques manifestent publiquement leur soutient au candidat de droite, Valery Giscard d’Estaing25.

69Plus que l’attitude européiste fraîchement adoptée par le parti français, le soutien apporté par les Russes à la droite de gouvernement en France est à l’origine de la dégradation des rapports franco-soviétiques.

70La situation change en 1975, au moment où s’ouvre la période conflictuelle de l’Union de la Gauche. Après les élections présidentielles de 1974, l’on commença en effet à percevoir le renversement des rapports de force au sein de la gauche en faveur des socialistes et l’ascension de Mitterrand en tant que leader charismatique de l’alliance, reléguant au second rang le rôle joué par les partis.

71Pour le groupe dirigeant, cette situation est imputable au fait qu’aux yeux de l’opinion publique le PCF apparaît comme étant un parti lié à Moscou et n’ayant pas encore signé de véritable pacte de fidélité aux valeurs démocratiques de l’Occident.

72C’est pourquoi Marchais, Kanapa et les dirigeants proches cherchent à impulser un processus de modernisation du parti qui se heurte aux résistances internes et qui apparaît plus comme une décision prise au sommet que comme véritable parcours de reconfiguration stratégique.

  • 26 . APCF, CC, 4AV 2103-2119 ; 4AV 2120-22 ; G. Streiff, op. cit., p. 25, vol. 2.

73C’est en utilisant les mêmes méthodes que, à partir de la fin de l’année 1975, Marchais et Kanapa essaient de provoquer un changement en matière de politique étrangère26.

74La préparation de la conférence des PC sur la sécurité européenne, qui se déroule à Berlin-Est en juin 1976, donne lieu à une surenchère de déclarations critiques vis-à-vis des Soviétiques et des contenus du document de la conférence, à plusieurs reprises qualifiés d’appauvrissement de la stratégie du mouvement communiste. Le PCF semble alors faire siennes les références internationalistes et anti-impérialistes pour critiquer la politique de puissance menée par l’URSS.

  • 27 . Marcou L., op. cit., p. 112 et 119.

75Lors de la conférence pan-européenne de Berlin, le PCI, le PCF, les Espagnols et les Yougoslaves se battent afin d’éviter que la rencontre ne se transforme en une déclaration de soutien à la politique du bloc socialiste27.

76C’est également lors de cette conférence que, pour la première fois, un secrétaire communiste, l’Espagnol Carillo, utilise le terme « eurocommunisme », terme auparavant créé par la presse non communiste afin de décrire la stratégie du parti espagnol centrée sur la critique des deux blocs et sur l’unité du communisme d’Europe occidentale.

77Peu de temps après la conférence de Berlin-Est, une rumeur circule selon laquelle lors du sommet réunissant le PCI, le PCF et le PCE à Madrid les 2 et 3 mars 1977, les secrétaires des trois plus importants PC européens auraient rédigé une « charte de l’eurocommunisme », premier pas vers la construction d’une nouvelle perspective politique autonome, voire alternative à celle du socialisme réel.

78L’eurocommunisme semble donc finalement ouvrir la voie à la construction d’une unité stratégique des PC occidentaux. Après que les PC européens aient développé une critique prudente et laborieuse du modèle soviétique – qui avait été conduite de façon différente et plus ou moins cohérente et linéaire par chaque PC – l’eurocommunisme semble introduire la nécessité d’une nouvelle stratégie de transition au socialisme passant par l’étroite collaboration des PC de l’Europe capitaliste.

79Cependant, les espoirs suscités par l’eurocommunisme parmi les militants et les intellectuels qui, depuis longtemps, avaient commencé à dénoncer ou même seulement à percevoir l’épuisement de la charge idéale et de la capacité stratégique du mouvement communiste et de l’Union soviétique, se révèlent très vite déçus.

80En effet, dans les mois qui suivent le sommet de Madrid, il apparaît évident que la convergence entre le PCF et le PCI et la sortie de l’illégalité du parti espagnol ne suffiront pas à donner naissance à un nouveau centre autonome du communisme européen. Un an à peine après sa naissance, l’eurocommunisme se révèle n’être rien d’autre qu’un épiphénomène.

81Les raisons du caractère éphémère de l’eurocommunisme sont à chercher au carrefour de la crise des PC européens, des pressions des Soviétiques et de la réaction des classes dirigeantes des pays occidentaux.

82Si l’on laisse de côté la situation du Parti communiste espagnol et la réaction des gouvernements occidentaux, il faut rappeler qu’entre 1977 et 1978 les stratégies respectives du PCI et du PCF échouent. L’épilogue dramatique de la stratégie du « compromis historique », tout comme la rupture de l’Union de la Gauche mettent en évidence les limites inhérentes aux différentes hypothèses de « communisme réformiste » par lesquelles le PCI et le PCF avaient cherché à maintenir unies la conquête électorale des institutions étatiques et la tradition idéologique communiste et révolutionnaire.

83Les pressions soviétiques, exercées sur le maillon faible de l’axe italo-franco-espagnol, c’est-à-dire sur le PCF, s’ajoutent aux crises nationales. En effet, à la veille du sommet de Madrid, les Russes demandent au parti français d’empêcher l’« acte de scission » qui s’annonce. Quelques mois plus tard, ils manifestent leur intolérance vis-à-vis de la rupture opérée par le parti français qui, jusqu’à peu de temps auparavant, s’était révélé être un allié fidèle et zélé.

  • 28 . « L’échange de lettres Pcus-Pcf de 1977 », Cahiers du communisme, 1991, p. 36-49 ; APCF, CC, 4 AV (...)

84Les pressions soviétiques sur le PCF s’exercent à travers des communiqués et les échanges entre les deux directions, mais aussi par l’entremise de la composante de la direction française la plus liée aux partis du bloc oriental28.

85Au-delà des réactions irritées du PCF et malgré les critiques et les déclarations sur l’anti-impérialisme, on mesure combien la position adoptée par le parti français demeure structurellement insuffisante voire carrément hostile à la construction d’une unité organique des PC occidentaux.

  • 29 Moreau Y., « Eurocommunisme ? », L’Humanité, 28 février 1977 ; Streiff G., « Peut-on parler d’euroc (...)

86En effet, pendant toute la période eurocommuniste, dans leurs déclarations publiques comme dans tous les articles parus dans leur presse, les Français relativisent voire même démentent fréquemment et explicitement toute interprétation pouvant poser l’hypothèse d’un centre régional des PC occidentaux29. La difficulté majeure rencontrée par le PCF réside dans sa bataille pour la conquête de l’hégémonie en France : le parti cherche une autre source légitimant sa stratégie nationale, par le biais d’une opération de modernisation idéologique visant à présenter le PCF comme étant un parti révolutionnaire mais aussi un parti démocratique et indépendant de l’URSS.

87Cette tentative apparaît comme étant elle aussi privée de toute élaboration théorique et stratégique solide basée surtout sur l’action de dirigeants tel Kanapa. Afin d’éviter la tenue d’un débat risquant de rompe l’unité du parti et de mettre en question les équilibres de pouvoir interne, ce qui aurait compromis sa position dans la compétition avec les socialistes, le PCF renonce à mener une véritable réflexion critique sur sa stratégie, sur son fonctionnement et sur son identité.

88Dès la fin de l’année 1977, le parti français se replie sur des positions nationales voire nationalistes. La déclaration en faveur du maintien de la force de frappe, accompagnée d’une reprise de l’anti-européisme, ferme définitivement la porte à toute possibilité d’une relance européenne fondée sur une stratégie unissant le communisme et la gauche européenne, mais aussi sur la lutte pour le désarmement et pour la disparition des blocs.

89Ainsi, à partir de 1978, la crise culturelle et stratégique des partis communistes voit le jour, malgré de fortes spécificités nationales et une chronologie différente. Le PCF puis le PCI traversent une crise avant tout stratégique, qui précède et entraîne une crise plus générale touchant au consensus, à l’enracinement social et aux formes de politisation des classes populaires que les deux partis étaient parvenus à construire.

90Ainsi, entre la fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingt, les deux partis se replient sur une dimension toute nationale. Les déclarations de Berlinguer sur la fin de la poussée propulsive de la révolution d’Octobre montrent comment au sein du parti italien les éléments structurant la période suivante commencent à se renforcer, partant de l’impasse où la stratégie de Berlinguer a mené le parti. Une impasse qui est surtout due à l’impossibilité de relancer le communisme européen et donc de concrétiser la stratégie et les analyses que le PCI avait produites depuis 1956.

91Concernant le PCF, le repli identitaire alterne entre un stérile révolutionnarisme idéologique et des positions de type nationaliste qui accompagnent le déclin du parti au cours des années quatre-vingt.

92L’évolution réformiste et le repli identitaire, donc, semblent se confirmer en tant que pôles au sein desquels s’achève la crise du communisme en France et en Italie. En effet, lors du quart de siècle suivant l’année 1956, la possibilité de construire une alternative au modèle soviétique en allant au-delà de cette contradiction touche aussi bien le PCI que le PCF, bien que de façons différentes. Cette contradiction apparaît ainsi comme l’un des problèmes non résolus à l’origine de la crise du communisme en Europe occidentale et, pour cette raison, on peut la considérer comme l’un des champs privilégiés d’histoire comparée et croisée.

Haut de page

Notes

1  Marcou L., Le Mouvement Communiste International depuis 1945, Paris, PUF, 1980, p. 42, Groppo B., Riccaboni G. (dir.), Introduction La sinistra e il 1956 in Italia e Francia, Padova, Liviana, 1987, p. 2.

2  Brake M., Quale socialismo, quale distensione ? Il comunismo europeo e la crisi cecoslovacca del 1968 , Roma, Carocci, 2008.

3  Martelli R., 1956 communiste, Paris, La Dispute, 2006.

4  Spagnolo C., Sul Memoriale di Yalta. Togliatti e la crisi del movimento comunista internazionale (1956-1964), p. 33- 36 et p. 136-144.

5  Höbel A., « Il Pci nella crisi tra Pcus e Pcc (1960-1964) », Studi Storici, n° 2, 2005, p. 512-572.

6  Peschanski D., Martelli R., Neirinck D., Lazar M., Pudal B., Wolikow S., « 1956 : Que commémore-t-on ? Problématiques et enjeux historiograhiques»dans Le Pcf et l’année 1956. Journées d’étude organisées par les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 29-30 novembre 2006, Paris, Fondation Gabriel Péri, en particulier l’intervention de S. Wolikow, p. 49-51.

7  Di Maggio M., « Il Partitocomunista francese, il Movimento comunista e i fondamenti della « via francese al socialismo » (1961-1964) », Studi Storici, n° 4, 2007.

8  Pour une reconstruction de l’« Affaire Casanova-Servin »,voir Dreyfus M., Pcf, crises et dissidences, Bruxelles, Complexe, 1990, p. 131-140.

9  Arch. dép. de la Seine-Saint-Denis, Archives du Parti communiste français (APCF), fonds Waldeck Rochet (FWR), Rencontre Pcf-Pcus à Moscou le 30 mars 1963, (fonds en cours de cataloguage).

10  APCF, Fonds du Bureau Politique(BP), réunion du 5 avril 1962. Au cours de cette réunion la formule « marchons côte à côte et frappons ensemble » est inventée, afin d’indiquer la stratégie d’unité avec les socialistes dans l’opposition à de Gaulle. Sur l’orientation unitaire et frontiste de Waldeck Rochet cf. Vigreux J., Waldeck Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000.

11  APCF, Enregistrement sonore des séances du Comité central (CC), 4AV 14, 582.

12  Fondation Institut Gramsci, Archives du Parti communiste italien (APCI), Direction, réunion du 24 juin et du 21 février 1967, mf. 19, p. 288-350 et 357-405.

13  L’interview du secrétaire tchécoslovaque dans la revue du PCF Démocratie Nouvelle en est une preuve, interview qui suscitera d’ailleurs la désapprobation des secteurs les plus conservateurs et philo-soviétiques du groupe dirigeant français, Dubcek A., « Ce que nous voulons », interview menée par Mlocok J., Démocratie Nouvelle, 3, mars 1968, p. 21-24 ; Brake M., op. cit., p. 105-152.

14  APCF, CC, 4AV 118-123.

15  Les procès-verbaux des rencontres entre dirigeants soviétiques et français, extraits des archives personnelles de Rochet et Kanapa, ont été publiés dans Kremlin-PCF. Conversations secrètes, Orban, Paris, 1996, p. 53-59 ; APCF Fonds Gaston Plissonnier (FGP), Lettera di Waldeck Rochet a Leonid Brejnev del 23 luglio 1968, 264 J 14 ; M. Lazar réduit l’action diplomatique de Rochet et du PCF à une tentative de ne pas abandonner ce rôle aux Italiens. Lazar M., Maisons rouges. Les partis communistes italien et français, de la Libération à nos jours, Paris Aubier 1992 p. 125 et suivantes.

16 . « Luigi Longo s’est entretenu avec Wadeck Rochet », L’Humanité, 23 août 1968, p. 4 ; Robrieux P., Histoire Intérieure du PCF, Paris, Fayard, 1987,vol. IV, p. 23.

17 . APCI, Direction, réunion du 18 septembre 1968, mf. 19, p. 952-969.

18 . Pons S., Berlinguer e la fine del comunismo, Torino, Einaudi, 2006, p. 7 et suivantes.

19 . APCF, CC, 4 AV/154-160.

20 . Labica G., « Démocratie Avancée », dans Labica G., Bensoussan G. (eds.), Dictionnaire critique du marxisme, Paris, Quadrige/PUF, 1992, p. 286-287.

21 . Cette prise de position plus européiste se voit confirmée par le fait que, lors d’un séjour en Italie, le secrétaire du PCF rencontre le secrétaire du PCI, De Martino, voir Streiff G., Jean Kanapa. Une histoire singulière du PCF, Paris, éditions de l’Harmattan, 2001, vol. I, p 552-553.

22 . APCF, FGP, Note sur le voyage d’une délégation à Moscou le 16, 17 et 18 mai 1973, 264 J 17 ; APCF, fBP, réunion du 18 mai 1973 et Annexe.

23 . Streiff G., op. cit., p. 553-554, vol. I ; L. Marcou, op. cit., p. 99-100.

24 . L’analyse de ces deux options par le PCI de Berlinguer a été récemment effectuée par S. Pons, op. cit.

25 . Lettre du BP du PCF à l’ambassadeur soviétique à Paris du 7 mai 1974 ; Lettre du BP du PCF au PCUS du 14 mai 1974, in APCF, FGP, 264 J 17.

26 . APCF, CC, 4AV 2103-2119 ; 4AV 2120-22 ; G. Streiff, op. cit., p. 25, vol. 2.

27 . Marcou L., op. cit., p. 112 et 119.

28 . « L’échange de lettres Pcus-Pcf de 1977 », Cahiers du communisme, 1991, p. 36-49 ; APCF, CC, 4 AV 2240-2244.

29 Moreau Y., « Eurocommunisme ? », L’Humanité, 28 février 1977 ; Streiff G., « Peut-on parler d’eurocommunisme ? », France Nouvelle, 28 février 1977 ; Marchais G., « Un événement de première grandeur. La conférence de presse, à Madrid, des trois dirigeants communistes d’Espagne, de France et d’Italie », L’Humanité, 5 mars 1977 ; Malberg H., « Rencontre à Madrid », France Nouvelle, 7 mars 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Di Maggio, « PCI, PCF et la notion de « centre ». Enjeux stratégiques et questions identitaires des PC de l’Europe occidentale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 25-44.

Référence électronique

Marco Di Maggio, « PCI, PCF et la notion de « centre ». Enjeux stratégiques et questions identitaires des PC de l’Europe occidentale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2119

Haut de page

Auteur

Marco Di Maggio

Post-doctorant à la Maison des Sciences de l’homme de Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page