Navigation – Plan du site
DOSSIER

Problèmes méthodologiques et perspectives historiographiques de l’histoire comparée du communisme

Serge Wolikow
p. 19-24

Résumé

Jusqu’à aujourd’hui l’histoire comparée et croisée du communisme, et notamment des plus grands partis communistes de l’Europe occidentale, n’a pas été l’objet de beaucoup de travaux de recherche. À partir de la disponibilité actuelle des archives, Serge Wolikow réfléchit à l’importance de développer ce secteur historiographique nouveau qu’est l’histoire croisée des partis communistes. En effet, au-delà de la simple comparaison, les sources accessibles nouvelles nous permettent d’étudier l’histoire du communisme et des partis communistes nationaux en les situant dans une dimension continentale et mondiale. Par sa réflexion théorique, l’auteur propose plusieurs pistes de recherche possibles en ce sens.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1La première question historiographique que l’on peut se poser à propos de l’histoire comparée et croisée des communismes italien et français peut être exposée et formalisée de la manière suivante. En quoi l’histoire du communisme dans ces deux pays peut-elle s’inscrire dans une histoire comparée internationale de la politique ? Ou, autrement dit, dans quelle mesure l’histoire du communisme est-elle une composante de l’histoire globale du xxe siècle telle qu’on l’entend actuellement dans le travail scientifique historique ?

2Aujourd’hui l’horizon de la réflexion historique s’est en effet ouvert sur un horizon non seulement européen mais mondial, jalonné par des événements mais aussi par des évolutions envisagées sur le long terme séculaire.

3Paradoxalement, l’histoire du communisme comme discipline scientifique a, dans les dernières cinquante années, été marquée par un tropisme national dans le cadre duquel la majeure partie des recherches mettait l’accent sur les spécificités nationales. Ceci dans un contexte où la recherche restait fortement marquée par les enjeux politiques : tandis que ses adversaires explicitement anticommunistes insistaient sur sa dimension internationale, les historiens attentifs au communisme, sinon sympathisants, mettaient l’accent sur sa nationalisation et ses caractères nationaux.

  • 1  Lazar M., Maisons rouges. Les Partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, (...)
  • 2  La sinistra e il 1956 in Italia e Francia, a cura di Groppo B., Riccaboni G., Padova, Liviana, 198 (...)
  • 3 « À quoi sert le PCF ? », dans Duhamel O., Weber H. (dir.), Changer le PC ? Débats sur le « galloco (...)

4Depuis une vingtaine d’années, en Italie et en France, de nombreux travaux ont insisté sur ces aspects et valorisé les différences entre les deux partis communistes en relation avec une réflexion comparée sur les deux gauches1. La comparaison historique s’y déployait ainsi doublement entre les pays et les différentes forces de gauche2. Les différences, sinon les divergences, entre les gauches française et italienne étaient les principaux traits valorisés. Ces travaux nourrissaient les débats politiques en même temps que ceux-ci stimulaient les recherches historiques. La thèse des réformes qui auraient été manquées par la gauche française, en l’occurrence le parti communiste, en regard de la gauche italienne et notamment du PCI, alimentait largement la critique de tous ceux qui, en France, rêvaient une réforme en profondeur du PCF : elle dominait les travaux de sociologie et science politiques consacrés au PCF3. Il y avait une base historique réelle à cette posture car une partie des réformateurs communistes français se réclamait, dans les années 1960, de l’exemple, sinon du modèle, italien. Cette référence a persisté dans les débats internes du groupe dirigeant en 1969 comme en 1975, notamment à propos du rôle des intellectuels.

5On a donc, à juste titre, beaucoup comparé et mené de nombreuses études avec le souci principal de souligner des différences qui venaient sans doute bousculer certaines images et stéréotypes simplificateurs.

  • 4  Baby S. et Zancarini-Fournel M. (dir.), « Histoires croisées. Réflexions sur la comparaison intern (...)
  • 5  Lazar M., op. cit. ; Courtois S., Lazar M., Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 200 (...)
  • 6  Gualtieri R. (a cura di), Il PCI nell’Italia repubblicana (1943-1991), Roma, Carocci, 2001.

6Il me semble aujourd’hui que l’analyse comparative terme à terme doit être dépassée : le modèle en forme de bilan à deux colonnes résumant le positif et le négatif mérite d’être délaissé notamment parce qu’il fige et essentialise des situations dont il est ensuite difficile sinon impossible de comprendre les évolutions. On doit remarquer que les notions servant de base aux analyses comparées ont été largement amendées ou revues. L’histoire comparée aujourd’hui, notamment à l’échelle internationale, porte sur les transferts, les circulations, les emprunts et donc les croisements4. Il y a une nouvelle manière de concevoir la comparaison en mobilisant des notions comme celle d’imbrication ou d’interaction, de transfert politique et culturel plutôt que celles d’opposition ou de distinction. Pour rendre possible la comparaison, il faut envisager la globalité de la démarche du communisme en tant que tel et donc ce qu’il y a de commun avant de songer à pointer les différences. Aujourd’hui si l’on veut envisager de ce point de vue le communisme, on ne peut éviter la question de ses références communes. Pendant très longtemps l’accent a été mis sur les différences, sinon les divergences, entre les partis communistes de France et d’Italie. Pourtant, beaucoup les rapproche : ils sont nés dans la même période, au début des années 1920, ils ont aujourd’hui disparu tous les deux sous leur forme historique en dépit d’évolutions qui ont parfois été hétérogènes. Les partis qui actuellement se revendiquent comme leurs héritiers directs, sous leur nom ou pas, sont très différents de ce que les deux partis ont été au cours du xxe siècle. On peut donc aujourd’hui mieux s’interroger sur ce que ces deux partis avaient de commun, en particulier une même matrice initiale : en tout état de cause, la comparaison ne peut être ni uniquement ni principalement la mise en scène des différences entre les deux. Dans l’analyse comparée, il y a aussi les variables nationales et internationales. Pendant très longtemps les différences étaient imputées au national, tandis que l’international rendait compte de ce qu’il y avait de commun. La dimension sociétale aurait marqué nationalement chaque parti, tandis que la téléologie aurait exclusivement renvoyé à l’international selon un schéma popularisé par de nombreux auteurs5. Cette approche apparaît réductrice dans la mesure où elle situait l’international en extériorité complète au système politique du pays et du parti considérés, alors qu’ils en étaient largement partie prenante à une époque où, par exemple, la Première Guerre mondiale avait profondément imbriqué les champs politiques du national et de l’international non seulement en Europe mais aussi dans de nombreuses régions du monde. Que l’on songe de ce point de vue à la formation du communisme en Chine après 1919, inséparable de l’humiliation nationale face au Japon et aux alliés occidentaux ! Si l’on considère le rôle politique de l’image de l’URSS, s’agit-il seulement d’une dimension téléologique, ou n’est-elle pas un élément constitutif de la politique nationale des partis communistes, l’évolution de la situation internationale venant selon les cas les affaiblir ou les renforcer ? La question dépasse largement le cas, d’ailleurs, du seul communisme en France notamment quand on parle de l’alliance franco-russe. Celle-ci fonctionne bien sûr en miroir avec les rivalités franco-britanniques et le conflit franco-allemand depuis le xixe siècle. En Italie, on est dans une configuration de la politique internationale toute différente de sorte que les relations internationales avec la Russie, puis l’URSS, ne jouent pas de la même manière : par exemple, au moment où de Gaulle, en France, parle de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, la démocratie chrétienne italienne regarde ailleurs ! 6 Cela a des effets sur les partis communistes et la manière dont ils se situent chacun dans son espace politique national. La dimension internationale du communisme est d’autant moins une simple extériorité que les partis communistes font durablement partie d’un mouvement communiste international, dont le nom a pu changer, mais qui reste une référence partagée au moins jusqu’au milieu des années 1970, c’est-à-dire pendant plus d’un demi-siècle. Ainsi la dimension internationale doit nécessairement être prise en compte dans le déploiement d’une analyse croisée des partis communistes.

  • 7  Martelli R., 1956 communiste. Le glas d’une espérance, Paris, La Dispute, 2007 ; Peschanski D., Ma (...)

7La dimension internationale du communisme a fonctionné de plusieurs manières, lors de la formation des partis en 1920 et 1921, à Tours et à Livourne, ensuite lorsque les dirigeants des deux partis, à des titres et niveaux différents, se retrouvent dans les instances de l’internationale communiste, sans oublier l’épisode de la Seconde Guerre mondiale en URSS. Les deux forces politiques sont parties intégrantes d’un parti mondial, dont le projet ne peut être ignoré si l’on veut comprendre ce qu’a été la culture organisationnelle des deux partis, de la bolchevisation à la stalinisation avant qu’ils tentent de s’en défaire7. Ce parti mondial de la révolution a perdu progressivement son sens initial : en partie, la stalinisation consiste en la disparition de cet horizon mondial au profit d’un horizon international et diplomatique de la politique étrangère soviétique assimilée à l’internationalisme prolétarien. L’espérance révolutionnaire internationale de chaque parti réside désormais dans l’existence et l’action de l’URSS. Pour les partis, quand on raisonne comparativement, que reste-t- il de la matrice originelle puis de la politique stalinienne, quand il s’agit de deux partis de pays européens marqués par la confrontation avant 1945, mais aussi les relations au sein d’une alliance commune dans le cadre d’une histoire européenne en train de se chercher ? La dimension comparative implique aussi que l’on prenne en compte une certaine histoire commune des deux pays comme puissances coloniales, car les deux ont eu des rêves hégémoniques distincts avec, d’un côté, l’expansion méditerranéenne, de l’autre, la gestion d’un vaste empire colonial outre-mer. Dans les deux cas, la question de l’internationalisme leur a été posée à travers la relation avec les populations colonisées ou dominées, évidemment dans des contextes différents.

  • 8  Agosti A., Ascesa e declino del comunismo europeo, in Storia d’Europa, a cura di Bairoch P., Hobsb (...)

8Il faut resituer l’histoire comparée des partis communistes européens dans une histoire mondiale – en quoi et comment s’y inscrit-elle ? S’agit-il d’une histoire régionale dont la portée serait seulement locale, à l’échelle du monde, ou au contraire l’histoire des partis communistes français et italien vaut-elle dans le cadre d’une histoire globale du communisme ? Pendant longtemps, l’histoire comparée a été fréquemment synonyme d’une mise en exergue des différences, aujourd’hui elle ne s’interdit plus la mise en évidence des convergences, parfois là où elles sont le moins attendues. Si l’on situe la réflexion sur la longue durée, peut-on considérer, par exemple, que l’histoire des deux partis communistes qui retiennent notre attention s’inscrit dans une évolution mondiale dont elle représenterait le destin emblématique qui vaudrait aussi bien pour l’Amérique latine, la Chine ou l’Inde ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une histoire propre aux pays européens, notamment les plus anciennement développés, depuis la fin du xixe siècle ? Le passage de l’un à l’autre niveau n’est pas si simple, notamment parce que la crise de l’URSS et le rapport des partis communistes avec la révolution russe se sont construits historiquement de manière assez différente à l’échelle mondiale. Au-delà d’une référence commune initiale, le poids et l’action de l’URSS dans les différentes parties du monde a connu des évolutions considérables. Son champ d’action idéologique direct s’est replié sur l’Europe après la Seconde Guerre mondiale, même si sa politique étrangère de puissance a conduit l’URSS ensuite à intervenir sur un nombre important de théâtres d’opération aussi bien en Asie du Sud-Est qu’en Amérique latine ou au Moyen-Orient. Mais elle menait ces opérations à travers le prisme de la politique internationale, des alliances politico-militaires, en abandonnant les projets de construction et de soutien à des partis révolutionnaires qui se sont de fait émancipés de son influence idéologique dès la fin des années 1950. La logique de la guerre froide, l’affrontement soviéto-américain ont surdéterminé l’enjeu international du communisme européen8. En somme, la disparition de l’URSS a représenté une secousse politique et idéologique beaucoup plus forte en Europe que sur les autres continents, comme en Amérique latine ou en Asie. Cela nous conduit à nous interroger sur ce qu’a pu être la communauté de destin qui a uni l’histoire du communisme en URSS, puis en Europe centrale, et celle du communisme en Europe occidentale. Au-delà des différences entre partis au pouvoir et partis dans l’opposition se sont tissés des liens durables qui n’ont jamais été complètement rompus avant la disparition du système.

9Reprendre le chantier de cette histoire comparée incite à revisiter les problématiques comparatives qui nous semblent aujourd’hui être inscrites dans un nouveau contexte, marqué par l’importance de l’histoire mondiale, pour mieux saisir les particularités d’une histoire commune, celle des partis communistes français et italien qui n’ont jamais cependant cessé d’être différents jusque dans leur modalité d’évolution comme de leur effacement politique à la fin du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1  Lazar M., Maisons rouges. Les Partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, Paris, Aubier, 1992.

2  La sinistra e il 1956 in Italia e Francia, a cura di Groppo B., Riccaboni G., Padova, Liviana, 1987.

3 « À quoi sert le PCF ? », dans Duhamel O., Weber H. (dir.), Changer le PC ? Débats sur le « gallocommunisme », Paris, PUF, 1979.

4  Baby S. et Zancarini-Fournel M. (dir.), « Histoires croisées. Réflexions sur la comparaison internationale en histoire », Cahiers de l’Irice, n° 5, 2010 ; A. Agosti, Bandiere Rosse. Un profilo storico dei comunismi europei, Roma, Editori Riuniti, 1999.

5  Lazar M., op. cit. ; Courtois S., Lazar M., Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 2000 ; Il comunismo in Italia e in Francia, a cura di Blackmer D., Tarrow S., Milano, Etas Libri, 1976 ; Kriegel A., Les communistes français. Essai d’ethnographie politique, Paris, Le Seuil, 1970 ; L’altra faccia della luna. I rapporti tra PCI, PCF e Unione Sovietica, a cura di E. Aga Rossi, G. Guariniello, Bologna, Il Mulino 1997.

6  Gualtieri R. (a cura di), Il PCI nell’Italia repubblicana (1943-1991), Roma, Carocci, 2001.

7  Martelli R., 1956 communiste. Le glas d’une espérance, Paris, La Dispute, 2007 ; Peschanski D., Martelli R., Neirinck D., Lazar M., Pudal B., Wolikow S., « 1956 : Que commémore-t-on ? Problématiques et enjeux historiographiques », dans Le PCF et l’année 1956, Actes des journées d’étude organisées par les Archives départementales de Seine-Saint-Denis, en partenariat avec le Parti communiste français et la Fondation Gabriel Péri, Paris, Conseil général de la Seine-Saint-Denis et Fondation Gabriel Péri, 2007, p. 48-49.

8  Agosti A., Ascesa e declino del comunismo europeo, in Storia d’Europa, a cura di Bairoch P., Hobsbawm E. J., Torino, Einaudi, 1996, vol. 5, p. 1057-1107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Wolikow, « Problèmes méthodologiques et perspectives historiographiques de l’histoire comparée du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 19-24.

Référence électronique

Serge Wolikow, « Problèmes méthodologiques et perspectives historiographiques de l’histoire comparée du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2116

Haut de page

Auteur

Serge Wolikow

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page