Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Il y a longtemps que l’on n’avait pas explicitement développé une réflexion sur l’histoire du communisme dans les Cahiers d’histoire. Depuis que les Cahiers sont devenus Revue d’histoire critique en 1996, la production a pris du champ par rapport à l’histoire politique, entendue au sens étroit de la vie des formations politiques et des institutions.

  • 1  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 64, 1996, p. 3-4.

2Conformément à la charte rédactionnelle de cette refondation, le travail de la rédaction s’est organisé autour de l’articulation entre pensée du social et transformation du social, convergent avec ceux, de plus en plus nombreux, qui interrogent à travers leur pratique les usages sociaux de l’histoire1. Notre histoire, lourde de sa propre tradition d’ancrage dans le politique, a élargi sa visée en lui donnant à la fois une dimension plus réflexive, plus épistémologique, qui s’exprime en particulier dans les rubriques « Métiers » et « Débats », et une ambition de compréhension globale qui passe par l’analyse de l’ensemble des processus de domination et de leurs articulations.

  • 2  René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Seuil, 1988, rééd. Seuil, coll. « Point Hi (...)
  • 3  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 64, 1996, « Changements de sociétés », Guy Bois, (...)

3Les Cahiers d’histoire n’ont donc pas accompagné les appels au renouveau de l’histoire politique des années 1990, impulsé notamment par René Rémond2. Sans doute plus qu’à d’autres, penser l’histoire du politique demandait de la part de la rédaction des Cahiers un aggiornamento en cette fin de xxe siècle, marquée, entre autres échecs, par celui du projet émancipateur communiste et par la sclérose d’une partie des lectures historiques issues de Marx. Ce n’est pas un hasard si le dossier qui est au cœur du numéro fondateur de la nouvelle série des Cahiers d’histoire, désormais Revue d’histoire critique, porte sur les « Changements de société ». Il y est question de « mutation de l’An mil », de « portée de la Révolution française », de « naissance de la cité grecque », avec à l’arrière-plan, la réflexion sur le concept de « transition », mais pas de communisme3.

  • 4  Pour l’ensemble de cette production, nous renvoyons au site des Cahiers d’histoire. Revue d’histoi (...)

4Depuis, nous avons beaucoup produit, variant les angles d’approche, les découpages temporels et spatiaux, exhibant, pourrait-on dire, de façon volontariste une sorte d’arbitraire de l’historien. Mais cet arbitraire, toujours à l’œuvre dans le travail de création, a été, espérons-nous, un usage raisonné de la liberté, une affirmation de responsabilité, que nous entendons poursuivre. Oui, nous savons qu’en exhibant, nous masquons aussi, qu’en remémorant, nous oblitérons, nous savons que dans l’extrême complexité du social, nous tirons les fils d’écheveaux que nous amincissons, lissons. En même temps, nous savons que nous choisissons certains fils, avec toute la vigilance mais aussi les tropismes que nous donnent notre culture historienne et notre ancrage social. Nous choisissons et nous espérons qu’au-delà de l’éclectisme apparent des thèmes des dossiers des Cahiers d’histoire depuis maintenant quinze ans s’exprime ce que l’on pourra appeler une ligne éditoriale, une ligne qui se définit en acte, à travers le tressage des fils choisis pour chacun de ces dossiers. Dans les titres de la cinquantaine de dossiers publiés, depuis ce « Changements de société », il y a eu « Pouvoirs et information », ou « La caricature entre subversion et réaction » ou encore « Esclavage, marronnages, commémorations », et, plus récemment, « Sciences et politique », « Les gauches en Égypte » ou « Le modèle américain » 4. On mesure la volonté de diversifier les découpages de nos objets d’étude, de décloisonner des horizons historiographiques, de penser et faire penser à nouveau frais en dissociant, en rapprochant. Cela est l’unité de la méthode. Mais, en suivant ces brusques changements de focales, de la « Réconciliation franco-allemande », entendue depuis 1945, par exemple, à un générique « Au nom des pauvres » qui le suit au cours de l’année 2007, on verra se préciser le fil rouge de notre enquête, une enquête obstinée sur les multiples formes des pouvoirs et leurs agencements, pouvoirs économiques, politiques, idéologiques, sur leurs imbrications et, particulièrement, sur leur capacité à créer des zones d’ombres, de l’oubli, des oubliés, forme ultime de la domination. Ainsi l’un de nos derniers dossiers s’intitule-t-il « 68, les oubliés du cortège », évoquant la façon dont le processus commémoratif autour de 1968 a laissé de côté une part de la foisonnante activité d’insoumission de ces années.

5Rouvrir maintenant la page de l’histoire du communisme, c’est à nouveau décaler. La dernière fois que le « communisme » a été au cœur d’un dossier des Cahiers, c’était en 1999, dans le n° 77. Le dossier était consacré aux « Communistes dans la première moitié du xixe siècle ». Il cherchait à redonner une profondeur historique à l’histoire du communisme en l’enracinant dans les projets de révolution sociale des lendemains de la Révolution française et cette moyenne durée rappelait les difficultés de la reconstruction d’un horizon de lutte pour l’égalité après la succession d’échecs du premier xixe siècle. Il s’agissait d’un communisme d’avant la critique du capitalisme par Marx et dont l’écho a été assourdi par la puissance des mises en œuvre politique du xxe siècle. Là aussi, histoire des oubliés.

6L’histoire des communistes du xxe siècle, est-ce une histoire des oubliés de l’histoire, des « sans voix » ? Certes non, pourra-t-on répondre avec empressement. C’est une histoire de ceux qui ont pris bruyamment la parole dans les espaces publics, utilisé les premiers les porte-voix et chanté, scandé et occupé spectaculairement la rue, de ceux qui ont parlé aussi du haut des tribunes du pouvoir, parlé au monde par leur presse, leurs livres, parlé depuis les chancelleries et les institutions internationales, armé des bras et fait avancer des chars, organisé des économies et des liens sociaux, un peu partout à la surface du globe.

7Au fil des années qui passent et éloignent de nous « le communisme » du xxe siècle comme référence et réalité de l’état du monde, nous comprenons mieux l’ampleur de ces élaborations qui, d’un continent à l’autre, ont lutté contre des dominations, dominations des forces armées, des Églises, dominations des accapareurs de terre, dominations des firmes capitalistes, dominations des élites anciennes ou nouvelles confisquant le pouvoir politique, l’ampleur de ces luttes, souvent brisées, étouffées, et, étonnamment, parfois victorieuses.

8L’histoire du communisme du xxe siècle a ses vaincus, nombreux, mis à mort, torturés, exilés. Les fosses communes que l’on ouvre, non sans peine, aujourd’hui en Espagne, nous parlent, avec d’autres, de ceux-là. Certains étaient des poètes, des écrivains dont les voix résonnent encore. Beaucoup d’autres étaient des « sans voix » dont la défaite a fait des oubliés de l’histoire. D’un bout à l’autre de la planète, en Europe, en Amérique du Sud, en Asie, en Afrique, le xxe siècle a été celui de mises à mort politique, de guerres civiles sans merci dans lesquelles la disparition des corps a été consciemment organisée par les vainqueurs comme outil d’éradication des mémoires. L’histoire du communisme du xxe siècle a été celui aussi des exils politiques, fabriquant des citoyens à droits faibles, précaires, condamnés à vivre entre deux langues, deux histoires, condamnés à oublier pour survivre souvent. Autres voix faibles.

  • 5  Michel Dreyfus et alii, Le Siècle des communismes, Paris, Les éditions de l’Atelier, 2000.

9Mais l’histoire du communisme du xxe siècle, c’est aussi bien sûr cette surprenante victoire inaugurale, celle des Bolcheviks russes de 1917, celle qui fait de la Russie cette nouveauté qu’est l’URSS, l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. On sait quel sera l’impact gigantesque de cette victoire : impact sur l’ensemble des mouvements socialistes qui prennent position et s’organisent par rapport à elle : impact sur l’organisation à l’échelle internationale d’un mouvement communiste structuré, unifié, mais aussi scindé, toujours en rapport avec le pouvoir soviétique, ses analyses, ses pratiques, intérieures comme extérieures. On sait que tout le xxe siècle aura cette histoire au cœur. Une histoire qui désormais pèsera sur l’ordre mondial, sur les organisations sociales, politiques de tous les pays du globe. On peut bien dire dans son sens fort, reprenant le titre d’un livre récent, que le xxe siècle a été « le siècle des communismes » 5. Étonnante histoire que la survie, puis l’enracinement de ce pouvoir communiste dans l’empire russe, histoire qui va peser, de plus en plus, sur l’ensemble du monde pour près d’un siècle, quand la fragile union des républiques devient l’une des deux grandes puissances, puissance économique, militaire, politique. Histoire qui instaure un pouvoir de plus en plus puissant dans ses frontières comme à l’extérieur, accaparant l’appartenance « communiste », en excluant ceux qui s’éloignent, qui en contestent les choix, histoire qui fait du communisme un outil de domination qui produit ses victimes, ses mises à mort, ses réduits au silence. L’extrême violence de cette domination, l’échec des constructions économiques alternatives au capitalisme ont fait du xxe siècle aussi le siècle de la contestation et, de plus en plus, d’une remise en cause généralisée du communisme comme outil de libération. L’histoire du communisme est devenue celle des bourreaux, notamment bourreaux d’autres communistes.

  • 6  Op. cit., p. 9.

10C’est donc bien ouvrir la page d’une immense histoire que celle du communisme du xxe siècle. Et comme l’ont répété les historiens de la dernière décennie, il y a bien lieu de penser à travers la diversité des espaces nationaux, des groupes sociaux, des configurations internationales, des temps, l’histoire « des » communismes. Ainsi que l’affirment dans leur introduction les auteurs du Siècle des communismes, « en réalité, le communisme se décline, tout au long de son histoire et dans tous ses aspects, au pluriel. Il est diversité unifiée par un projet6 ».

  • 7  Bernard Pudal, « Communisme français » dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et (...)

11Ces histoires « des » communismes et « des » communistes ont pris un nouvel essor depuis que la production des historiens n’est plus rivée à la préservation ou à l’anéantissement du « bloc de l’Est », depuis aussi que d’importantes institutions communistes ont fait le choix d’ouvrir leurs archives, non seulement de laisser se faire l’histoire, mais ainsi d’en favoriser le développement. En France, comme dans la plupart des pays d’Europe, notamment l’Italie évoquée dans ce présent numéro des Cahiers d’histoire, de larges pans des archives des partis ont été mis à la disposition des chercheurs, de nouvelles générations de chercheurs sont apparues et le temps des contentieux politiques a laissé place à celui de l’étude. Cette réalité amène Bernard Pudal, dans un article récent sur l’historiographie du communisme français, à évoquer les années 1989-2008 comme celles de la « révolution documentaire7 ».

  • 8  Atteste de cette évolution, l’intitulé du séminaire du Centre d’histoire sociale du xxe siècle, de (...)

12Progressivement, la recherche sur le communisme comme expérience politique majeure du xxe siècle s’est profondément renouvelée. Elle est sortie de la seule recherche de la définition de la matrice idéologique unique, de l’étude des cadres nationaux, des seules relations des différents PC avec le PC d’Union soviétique. Elle est aussi sortie d’Europe et la réalité d’organisations communistes, puissantes, parfois aussi unifiées que celles des nations européennes, et jouant un rôle réel dans les formes de politisation et dans les voies des affirmations nationales, notamment des espaces coloniaux, est au cœur de nouvelles recherches. Ainsi, paraissent des études neuves sur les communismes en Inde ou dans le monde arabe8.

13Cette production historienne prend de plus en plus en compte la diversité des contextes nationaux, mise en évidence par des histoires comparées et des histoires croisées. Mais ces histoires croisées, si elles mettent en évidence que toutes les interactions ne passent pas par Moscou, surtout après la mort de Staline, qu’il y a des divergences soutenables à l’intérieur de l’Internationale communiste, elles montrent aussi la force des contraintes liées à la préservation de l’unité internationale et beaucoup de similitudes dans les fonctionnements internes des partis, particulièrement dans l’après-guerre stalinien.

14Le présent dossier des Cahiers d’histoire est l’une des expressions de ce nouvel état des lieux historiographiques. On y retrouve l’importance reconnue du nouvel accès aux sources : ce rôle primordial est traduit par les contributions des archivistes, Pierre Boichu, des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis pour les archives du PCF, et Cristiana Pipitone, archiviste à l’Institut Fondation Gramsci de Rome pour les archives du PCI.

  • 9  Voir parmi les ouvrages récents, Roger Martelli, L’empreinte communiste. PCF et société française, (...)

15Mais à travers les histoires croisées du communisme italien et français dans ce dossier coordonné par notre jeune collègue, chercheur à la fois de la Sapienza de Rome et de l’université de Bourgogne, Marco di Maggio, nous voyons aussi comment pour les deux partis, l’une des ambitions, et aussi des difficultés, du communisme du xxe siècle a été de conjuguer un internationalisme fondateur, devenu de fait, en grande partie, une dépendance vis-à-vis de l’URSS, et des mises en œuvre nationale. Comme l’a montré Roger Martelli dans ses travaux et comme il l’expose ici à propos des réactions au rapport Khrouchtchev, ces mises en œuvre ont été profondément dépendantes des cultures politiques héritées, des situations économiques et sociales spécifiques. Elles ont aussi contribué à façonner les cultures politiques nationales et les rapports sociaux9. Les articles rassemblés ici rendent compte du fait que, dans des contextes divers – décolonisation, mouvements de 1968, construction européenne, les décisions politiques des deux grands partis de l’Europe occidentale ont toujours été marquées par une dépendance vis-à-vis de l’organisation internationale, c’est-à-dire des choix stratégiques, diplomatiques du gouvernement soviétique. Mais en même temps, ces études montrent l’existence dans les deux partis de tensions, voire de divisions internes, et de marges de choix. Elles montrent aussi comment les deux partis s’observent, se calent l’un par rapport à l’autre, dans la recherche de convergences, de soutiens pour faire valoir leurs analyses, mais aussi d’hégémonie au sein du mouvement communiste international comme au sein des équilibres politiques de chaque puissance.

16L’objet des articles rassemblés ici est celui des grands choix politiques, des options choisies in fine par les directions des deux partis face à des situations tout à fait nouvelles de l’après Seconde Guerre mondiale : que faire des affirmations de Khrouchtchev sur le pouvoir de Staline ? Quels rapports entretenir avec des mouvements nationalistes, parfois anti-communistes, des pays colonisés ? Quelle place donnée dans l’analyse de la réalité sociale et les constructions politiques aux révoltes étudiantes, aux valeurs d’insoumission qu’elles mettent en avant ? Comment se situer par rapport à l’éclatement de l’unité du communisme international, à l’hostilité ouverte entre l’URSS et la Chine ? Les articles mettent en évidence les hésitations, les revirements, parfois sous pression de Moscou, parfois sous l’effet des rapports de force nationaux, des succès et insuccès électoraux, de la contestation d’une partie des militants.

17Pour conclure sur cet important dossier, on pourra regretter que les militants n’y soient pas plus présents, que le fonctionnement des directions, omniprésentes, n’y soit pas davantage décortiqué, permettant d’avancer dans la compréhension des processus de prise de décision. L’histoire croisée ici met en évidence, en effet, que les rapprochements, les contacts entre les deux partis sont des faits de direction et non de militants. Les « Italiens », resteront pour le plus grand nombre des communistes français, ces « autres », mal pensant, ces communistes français qui vont chercher leurs références à l’étranger et chez des étrangers dont la ligne politique n’est guère recommandable. L’exercice met ainsi en évidence combien les fonctionnements nationaux allaient de soi, combien les partis communistes s’étaient appropriés l’héritage républicain faisant de la nation le cadre intangible de l’expression politique. Sans doute, l’effet des sources, ces fascinantes sources des organes de direction nationale des deux partis, depuis peu accessibles et objets de d’autant plus de curiosité que les partis ont entouré les délibérations de leurs instances de beaucoup de secrets, l’effet de ces sources des secrétaires et des « dirigeants proches », comme il est dit à plusieurs reprises dans les articles, est lourd sur la recherche contemporaine et participe à cette élaboration d’une histoire du communisme, si l’on peut dire, « vue d’en-haut ». Une histoire aussi toute masculine, ou presque. Des hommes parlent, écrivent à d’autres hommes. Trait caractéristique de toute la vie politique, au niveau des dirigeants, pourra-t-on dire, trait caractéristique des directions communistes aussi en dépit de l’affirmation de l’égalité politique des femmes et des luttes menées pour faire entrer celles-ci dans les faits.

18L’ampleur du dossier ne doit pas faire oublier que ce numéro des Cahiers permet aussi de retrouver les rubriques habituelles. Elles nous rappellent salutairement qu’il n’est pas d’histoire que du communisme. Qu’il fut des temps où ce champ de nos sociétés qu’est « la politique » n’existait pas en tant que tel, que les dominations ne relèvent pas toutes du politique, que dans le champ du politique, il n’est pas que de communisme.

19Chantiers, à travers un article de Thierry Pastorello, nous installe dans un horizon, européen, éloigné de celui des dirigeants communistes du xxe siècle. Effet des temps, effet aussi des découpages du social : l’horizon est celui du xviiie siècle parisien, celui des effets de domination dans le champ des représentations et des pratiques sexuelles. L’étude met en évidence à travers la traque par la police, les sanctions infligées par les juges, combien les réputés coupables de sodomie sont parties prenantes d’un monde dont la sensibilité, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, est en train de changer : de criminel et corrupteur dangereux, le sodomite devient au cours du siècle la victime d’une déviance, un être à guérir, tel que le xixe siècle en fabriquera de nombreux.

  • 10  Roger Martelli, L’empreinte communiste. PCF et société française, 1920-2010, op.. cit.

20Métiers nous réinstalle dans le politique, en diversifiant champ chronologique et échelle d’observation, avec l’évocation de deux ouvrages, vecteurs de transmission de l’histoire. La synthèse de Roger Martelli est destinée à un vaste public, soucieux de revenir globalement sur une histoire, celle du communisme et de la société française au xxe siècle10. La seconde présentation nous ramène vers l’autre versant des grandes pensées de l’émancipation du xixe siècle, celui des anarchistes, et vers un tout autre type de production historienne, le travail collectif en cours autour de la réalisation, dans le cadre du fameux dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, le « Maitron », de nouveaux volumes consacrés aux militants anarchistes.

21Débats élargit à son tour notre horizon historiographique en nous confrontant à l’ambitieuse histoire mondiale des peuples noirs construite par l’historien de l’université de Pittsburgh (EU), Patrick Manning. Notre collègue Chloé Maurel rend compte du livre le plus récent de l’auteur, The African Diaspora. À History through Culture, à travers lequel elle présente la façon dont Manning met en œuvre l’ambition partagée par des historiens de plus en plus nombreux d’écrire au-delà des frontières, notamment nationales, de notre présent, une histoire des espaces d’interaction et d’échange des mondes anciens, espaces dont l’existence peut être explicatif de réalité sociale de notre présent. Ainsi en va-t-il selon lui du développement de l’esclavage à l’époque moderne sur de vastes espaces connectés qui a provoqué une diaspora noire, la fabrication d’un racisme, source de politiques de discrimination jusqu’au xxe siècle. Manning montre aussi l’importance des luttes sociales et des interactions entre ces luttes d’un continent, d’un État à l’autre, et, aussi, nous rappelant que cette histoire est aussi celle du siècle des communismes, le rôle unificateur des militants communistes partout dans ces luttes.

22Au moment où le peuple tunisien se soulève contre une tyrannie devenue nationale mais bien ancrée dans un ordre post-colonial, on ne peut qu’être très sensible à ces concomitances de mouvements sociaux dans des espaces disjoints mais concernés par une même histoire qu’évoquent Manning grâce à son approche à l’échelle « monde ».

23L’histoire laisse des traces qui rejouent longtemps. Ainsi, celles de la révolte des Tunisiens nous rappellent-elles à quel point le présent est à la fois pétri de ces traces et en même temps radicalement neuf. Nous, historiens, nous savons que nous devons débusquer ces traces pour rendre au passé son étrangeté et au présent son unicité. Ainsi en va-t-il aussi de l’histoire du communisme.

Haut de page

Notes

1  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 64, 1996, p. 3-4.

2  René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Seuil, 1988, rééd. Seuil, coll. « Point Histoire », 1995.

3  Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 64, 1996, « Changements de sociétés », Guy Bois, « Mutation de l’An mil et changement social », Antoine Casanova, « Raison et portée de la Révolution française », Guylain Chevrier, « Naissance de la cité grecque », Claude Mazauric, « à propos du champ conceptuel du mot “transition” ».

4  Pour l’ensemble de cette production, nous renvoyons au site des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, http://chrhc.revues.org/. Un prospectus avec la liste des titres de l’ensemble des dossiers peut également être demandé auprès de la rédaction des Cahiers d’histoire, 6, avenue Mathurin Moreau, 75167 Paris cedex 19.

5  Michel Dreyfus et alii, Le Siècle des communismes, Paris, Les éditions de l’Atelier, 2000.

6  Op. cit., p. 9.

7  Bernard Pudal, « Communisme français » dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies, II Concepts et débats, Paris, Gallimard, coll. « Folio », p. 973-985. Le séminaire du Centre Georges Chevrier de l’Université de Bourgogne organisé ces dernières années par Serge Wolikow, Jean Vigreux et Alexandre Courban aux archives départementales de la Seine-Saint-Denis, « Archives et sources du communisme. Regards croisés : chercheurs, acteurs et archivistes » est l’une des expressions de ce tournant historiographique.

8  Atteste de cette évolution, l’intitulé du séminaire du Centre d’histoire sociale du xxe siècle, de l’université de Paris I, organisé par Bernard Pudal, Claude Pennetier et Bruno Groppo, « Territoires et militants communistes. Approches plurielles et comparées ». Une des séances de 2011 donne la parole à Max-Jean Zins, auteur du « Puzzle identitaire communiste : le cas du Parti communiste de l’Inde (PCI) et du Parti Communiste Indien-Marxiste (PCI-M) », Purushartha, Revue du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud, Paris, 2001. Nous renvoyons également aux analyses publiées récemment par les Cahiers d’histoire, les articles publiés dans le dossier consacré aux « Gauches en Égypte xix-xxe siècles », coordonné par Didier Monciaud, n° 105-106, 2008, et l’article de Jean Vigreux, « ManabendraNath Roy (1887-1954), “représentant des Indes britanniques au Komintern” ou la critique de l’impérialisme britannique », dans « Conflits et conflictualité dans le monde britannique, 1815-1931 », coordonné par Jean Vigreux et Julien Vincent, n° 111, 2010.

9  Voir parmi les ouvrages récents, Roger Martelli, L’empreinte communiste. PCF et société française, 1920-2010, Paris, La Dispute, 2010.

10  Roger Martelli, L’empreinte communiste. PCF et société française, 1920-2010, op.. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 5-13.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2114

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page