Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Louis Pinto, Le Café du commerce des penseurs : à propos de la doxa intellectuelle

Coll. Savoir-Agir, Bellecombe-en-Bauges (France), Le Croquant, 2008, 150 p.
Pierre Bruno
Référence(s) :

Louis Pinto, Le Café du commerce des penseurs : à propos de la doxa intellectuelle, Coll. Savoir-Agir, Bellecombe-en-Bauges (France), Le Croquant, 2008, 150 p.

Texte intégral

1Dans son dernier ouvrage, Le café du commerce des penseurs, Louis Pinto se propose d’aider le lecteur à s’orienter dans un discours médiatique faussement savant mais réellement libéral : la doxa intellectuelle, qui « ne fait que redoubler savamment ce qui se dit prosaïquement, mais en le faisant avec les formes, […] semble proposer un discours produit selon les normes internes et capable de faire le poids, et même de supplanter les discours savants qui n’ont pas de la science seulement les apparences (p. 15). »

2L’intérêt de ce volume ne tient pas dans l’analyse des formes et des valeurs du discours doxique, du moins pour le lecteur régulier du regretté Plan B, de Fakir ou du site d’Acrimed, qui n’apprendra sur ce point rien de nouveau. En revanche, l’ouvrage procède par une mise en perspective qui, bien que partielle comme le reconnaît l’auteur, permet de dépasser le stade de la simple condamnation d’un vague système médiatique ou d’un individu spécifique. Tout d’abord, l’auteur montre que discours doxique résulte de la convergence d’un mode de pensée « puisant sans cesse dans le registre des clichés, des évidences vagues, plus ou moins durablement installées […] et des formules toutes faites construites autour de symétries, d’équivalences ou d’opposition tacitement admises » (p. 20), de canaux de diffusion (trop souvent dénoncés sous le terme flou de « médias ») et d’acteurs occupant des positions précises dans un champ intellectuel en mutation (BHL, Minc, Attali, pour ne citer que les plus représentatifs…). Louis Pinto montre bien ensuite la diversité de ce discours qui, loin d’être monolithique, se subdivise en trois variantes, en trois « régions », dont les oppositions, somme toute subsidiaires, tendent à faire oublier le fonds important de valeurs communes. Ainsi région de droite (d’inspiration libérale, comme l’Institut Montaigne), du centre (ou « droite du centre-gauche ») et de gauche (la « radicalité intelligente » post-moderne) partagent, par-delà une même fétichisation du changement, un paradigme politique et scientifique commun : le nécessaire dépassement d’un modèle politique marqué par l’interventionnisme de l’État et une commune détestation du structuralisme, qui concentre sur lui « le ressentiment accumulé contre le marxisme, contre les sciences de l’homme, contre le discours sociologique sur les inégalités, contre les subversions déconstructionnistes (p. 34). »

3Le second intérêt de l’ouvrage est de montrer le lien entre doxa et discours scientifique, là où le sens commun les mettrait plutôt en opposition. La doxa est certes une redite « scientifique » des lieux communs, une mise en forme rhétorique du bon sens, mais loin de marquer une rupture avec le monde intellectuel, elle ne fait qu’accompagner les mutations de celui-ci, pouvant même peser, par la valorisation médiatique de certains universitaires, sur le poids ou du moins la visibilité et l’influence des paradigmes individualistes qui, en sociologie par exemple, « récusent toute extériorité et s’en remettent au libre jeu des agents, à l’expérience, au savoir-faire, à l’ajustement souple » (p. 72), toutes compétences requises par l’indépassable loi des marchés. Plus largement, la doxa s’inscrit dans un mouvement interne au champ scientifique de critique de la critique qui « constitue une stratégie privilégiée dans la lutte idéologique menée contre les intellectuels qui entendent préserver l’autonomie de leurs activités envers les puissances politiques, économiques et médiatiques (p. 91) ». Elle tend à imposer une « nouveau modèle d’accomplissement intellectuel » et oppose aux penseurs critiques des intellectuels médiateurs, proches des pouvoirs temporels et conseillers des puissants.

4Louis Pinto reconnaît lui-même les limites de son ouvrage qui, centré sur les questions économiques et sociales, ce qui peut se comprendre, traite moins de « la » doxa intellectuelle que d’une de ces doxas, la plus influente probablement. Il serait tout aussi intéressant, par exemple, d’étudier la doxa « littéraire » qui s’appuie, elle, sur un patrimoine d’idées reçues légitimées par les institutions et le système éducatif et dont les tenants incarnent à merveille cet intellectuel post-critique qui unit à la fois les « apparences du sérieux académique, opposé aux extravagances des intellectuels critiques, et le bon sens journalistique, opposé à leurs sophismes (p. 92). » Mais si un tel travail reste à développer, il ne peut que bénéficier des apports de cet ouvrage, qui laisse au lecteur « de quoi s’orienter pour continuer dans d’autres régions, d’autres îlots ou d’autres recoins (p. 137) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bruno, « Louis Pinto, Le Café du commerce des penseurs : à propos de la doxa intellectuelle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2091

Haut de page

Auteur

Pierre Bruno

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page