Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Boris Hessen, Les racines sociales et économiques des « Principia » de Newton. Une rencontre entre Newton et Marx à Londres en 1931

Traduction et commentaires de Serge Guérout, postface de Christopher Chilvers, Paris, Vuibert, 2006, 228 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Boris Hessen, Les racines sociales et économiques des « Principia » de Newton. Une rencontre entre Newton et Marx à Londres en 1931, Traduction et commentaires de Serge Guérout, postface de Christopher Chilvers, Paris, Vuibert, 2006, 228 p.

Texte intégral

1Il convient de saluer le travail éditorial des éditions Vuibert, qui publient, pour la première fois en français, le texte fondamental, pour l’histoire et la sociologie des sciences, de Boris Hessen. Introduit par une présentation rigoureuse et complète du traducteur, Serge Guérout, l’ouvrage est clos par la postface de Christopher Chilvers.

2Lors du deuxième Congrès international d’histoire des sciences qui se tient à Londres en juin 1931, une session rassemble, sous la houlette de Nicolas Boukharine, une imposante délégation de philosophes et d’historiens des sciences soviétiques. Parmi les intervenants, Boris Hessen propose une communication intitulée « Les racines sociales et économiques des Principia de Newton », dans laquelle il propose une interprétation marxiste du célèbre texte de Newton. Plus exactement, il envisage l’articulation entre les exigences de la bourgeoisie britannique des Lumières et la théorie de la gravitation. L’entreprise est audacieuse et Hessen la structure en trois thèses.

3Il soutient d’abord que les « principaux problèmes techniques et physiques de cette période […] étaient principalement déterminés par les enjeux économiques et techniques que la bourgeoisie montante plaçait au premier plan (p. 98). » Ce sont donc les problèmes posés par la montée en puissance des « forces productives » capitalistes qui constituent les centres d’intérêt des savants de l’époque. Pour Hessen, il existe une corrélation étroite entre la science et la bourgeoisie, la première progressant « pas à pas au rythme même du développement et de l’épanouissement » (p. 104) de la seconde. Hessen soutient que le « noyau terrestre » des Principia de Newton consiste précisément à résoudre les problèmes de son temps. Ainsi « la septième section du Deuxième livre des Principia est consacrée au problème du mouvement des liquides et à la résistance rencontrée par les projectiles » (p. 114). Les recherches dans le domaine de l’hydrodynamique sont prégnantes à l’époque moderne : canaux, écluses et pompages constituent des questions pratiques pour les ingénieurs. De même, Hessen note que le Troisième Livre des Principia traite du« mouvement des planètes, de la Lune et de ses anomalies, de l’accélération due à la pesanteur et de ses variations, en relation avec l’étude des marées et les variations des chronomètres pendant les voyages en mer » (p. 114). La détermination des longitudes (notamment à partir des tables précises de la Lune) constituait un enjeu scientifique autant qu’économique depuis les grandes découvertes : la précision des parcours, la sécurité des navires et plus globalement l’essor du commerce maritime sont au cœur de ces problèmes. Hessen conclut donc qu’une brève exploration des Principia suffit à montrer « la coïncidence parfaite entre les thèmes de la physique étudiés à cette époque, nés des besoins de l’économie et de la technique, et le contenu principal des Principia, qui au plein sens du mot, constitue l’exposé et la résolution systématique des principaux problèmes de physique (p. 116). »

4La deuxième thèse de Hessen constitue, pour reprendre l’expression de Serge Guérout, un parallèle entre les compromis scientifiques auxquels Newton (en tant que membre de la bourgeoisie) doit consentir dans ses Principia et les compromis que passe la bourgeoisie britannique avec l’aristocratie féodale (p. 33). Hessen décrit une « lutte des classes pendant la révolution anglaise » qui se solde par l’acceptation bourgeoise d’une monarchie constitutionnelle. Newton valide, par ses choix d’allégeance, ce compromis politique (p. 128). De cette « caractérisation idéologique de Newton, qui était un enfant de sa classe », Hessen tire la conclusion que « les germes matérialistes cachés dans les Principia ne se développèrent pas chez lui en une structure pleinement formée de matérialisme mécaniste analogue à la physique de Descartes, mais se mêlèrent à ses croyances idéalistes et théologiques au point de reléguer au second plan, lorsqu’il était question de philosophie, les éléments matériels de sa physique (p. 129). » La propension bourgeoise au compromis explique donc, pour Hessen, l’intrication des questions physiques et théologiques dans les Principia. Le mouvement des planètes résultant de l’action de deux forces : « la première […] dirigée vers le Soleil, la seconde étant celle de l’impulsion originelle », Newton laisse cette dernière à Dieu(p. 130).

5La troisième thèse de Hessen ne concerne qu’indirectement Newton, puisqu’elle cible l’absence chez le savant anglais d’une loi de conservation de l’énergie. S’il n’a pu résoudre cette question, c’est que « les grands hommes, quel que soit leur génie, ne formulent et ne résolvent dans tous les domaines que les problèmes dont la solution est rendue nécessaire par le développement historique des forces productives et des rapports de production (p. 163). »

6Le texte de Hessen a constitué une novation majeure dans le champ historiographique de l’histoire des sciences. S’appuyant sur les thèses marxistes (et notamment sur le concept de lutte des classes), l’historien soviétique envisage de restituer les conditions sociologiques de la rédaction des Principia. Il ne s’agit pas d’une simple lecture exégétique du texte de Newton, encore moins d’une mise en perspective philosophique. L’enjeu est de restituer les Principia dans leur époque, de cerner les congruences entre les attendus/attentes d’une classe sociale montante (i.e. la bourgeoisie) à laquelle Newton appartient (et au sein de laquelle il prend position) et un ensemble de problèmes scientifiques et techniques qui se posent à cette classe sociale. Les questions hydrauliques, maritimes ou balistiques forment le cœur des préoccupations bourgeoises du siècle des Lumières ; Hessen soutient que les Principia sont une tentative de réponse systématique à ces problèmes. Il insiste sur le fait que le texte de Newton est fruit de son temps : entre compromis et contingence, il restitue l’état des rapports de force sociaux de l’Angleterre du xviiie siècle.

7Dans la présentation, Serge Guérout retrace non seulement l’histoire du texte de Boris Hessen, mais également ses suites. Les thèses marxistes ressortissant à la sociologie historique des sciences ont connu un fort développement des années 1930 aux années 1940 : les travaux de Zielsel, Bernal et Clark (pour ne prendre que ces exemples) ont poursuivi, prolongé et discuté les réflexions de Hessen. Dans les années 1970, un regain d’intérêt pour Les racines sociales et économiques des Principia de Newton a consacré la persistance de l’articulation des pratiques scientifiques aux pratiques sociales dans une perspective marxiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Boris Hessen, Les racines sociales et économiques des « Principia » de Newton. Une rencontre entre Newton et Marx à Londres en 1931 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2089

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page