Navigation – Plan du site
DÉBATS

Critique du capitalisme et théories de la décroissance en Italie : Miseria dello sviluppo (Misère du développement) de Piero Bevilacqua

Marco Di Maggio
p. 139-148

Résumé

Miseria dello sviluppo (Laterza Rome-Bari, 2008, éd. de poche 2009) de Piero Bevilacqua est l’une des plus récentes contributions italiennes au débat en cours sur le capitalisme contemporain, sa crise et la reconstruction d’une alternative possible à ce dernier. L’auteur, historien spécialiste de la période contemporaine, enseigne à l’université La Sapienza de Rome. Intellectuel engagé, il est l’une des figures majeures de l’univers fragmenté qu’est la gauche anticapitaliste italienne d’aujourd’hui. Dans un langage clair et discursif, il élabore une analyse de la phase actuelle du capitalisme en unissant la reconstruction historique à l’analyse politico-économique. Bevilacqua fait référence à la tradition marxiste italienne, et notamment à son versant historiographique, où sont pris en compte l’histoire économique comme le rôle joué par les idéologies et les phénomènes culturels et politiques. Mais l’auteur s’appuie également sur les récentes théories de la décroissance en les abordant de façon critique et originale.

Haut de page

Texte intégral

1Bevilacqua a divisé son essai en trois parties. Dans la première, il analyse la période historique du capitalisme néolibéral. Dans la seconde partie, intitulée « Siamo tutti liberali » (Nous sommes tous libéraux), il apporte une réflexion sur la crise politique dans ses différentes formes. Dans la troisième et dernière partie, l’auteur présente et défend des propositions aptes à relancer une action politique capable de mettre en place une alternative à ce qu’il appelle « la crise du développement ».

2Dans un premier temps, Bevilacqua analyse la parabole historique dessinée par la « société du développement » et en décrit les caractéristiques. Il définit le développement comme étant une « course à l’obtention de niveaux de vie toujours plus hauts au travers de niveaux de production et de consommation de biens matériels et de services toujours plus élevés ». En s’appuyant sur la reconstruction historique, sur les plus récentes contributions de l’analyse politologique et sur de nombreuses données économiques, Bevilacqua décrit les conséquences les plus tragiques du développement. Pour l’auteur, l’extension au cours des xixe et xxe siècles de la société du développement de l’Occident industrialisé au reste de la planète, en tant que système économique et productif mais aussi en tant que modèle de vie et de société, est arrivée à son terme. Cette diffusion a produit un écart entre le bien-être des populations et la croissance économique, contredisant de la sorte son principe idéologique de base. La croissance économique, entendue comme production et consommation de biens, devait en effet conduire les individus et les peuples au bonheur matériel.

3La destruction de l’environnement accompagnée de ses effets désastreux sur la santé, l’anéantissement des cultures, l’asservissement et l’appauvrissement des individus soumis aux logiques de production et de consommation, la pauvreté des peuples du sud de la planète et la misère qui envahit les rues des métropoles occidentales, la guerre permanente en tant qu’instrument permettant d’assurer le contrôle des ressources et des marchés mais également comme garant de la richesse et du bien-être consumériste de certaines parties de la planète : ces phénomènes ne sont pas que de simples dérives produites par la société du développement, ils en sont au contraire des éléments constituants, propres à sa logique. Aujourd’hui, après trente ans de libéralisme effréné, les effets destructeurs de la société du développement sont manifestes. Cette même période a vu le mouvement ouvrier et les mouvements de libération nationale s’effondrer tragiquement. Si elle n’est pas dépassée, cette société portera à la destruction de la planète.

4La première partie de l’ouvrage est la plus intéressante. C’est en effet la plus riche du point de vue critique et au niveau de l’analyse historique. Partant de nombreuses observations et intuitions qu’il serait nécessaire d’approfondir, Bevilacqua s’intéresse à l’évolution de la société capitaliste dans la période qui suit la Seconde Guerre mondiale. Il analyse la parabole descendante décrite au moment du passage des Trente Glorieuses à l’époque de la domination politique et idéologique du néolibéralisme. Pour ne citer que deux exemples, on peut se rapporter à l’analyse du système de santé et à celle de la Green revolution que nous propose l’auteur. Lors des années soixante-dix, les pays occidentaux capitalistes, les États-Unis en tête, s’opposent à l’influence opérée par le socialisme dans les mouvements de libération nationale et dans les pays du Tiers Monde par le truchement d’une politique de subventions agricoles. Si les subventions étaient apparemment vouées à garantir l’indépendance et le développement économique des pays concernés, cette politique a en réalité conduit à la destruction des modes de production et de consommation traditionnels et a contribué à la diffusion du modèle de développement capitaliste et de son idéologie. Cette opération a également eu pour conséquence l’instauration de nouvelles formes de dépendance et de domination impérialiste.

5Bevilacqua propose une critique très intéressante des modes de vie et de l’idéologie du développement. Il décrit notamment le fonctionnement de la médecine et du système de soin et de prévention occidental. Des traitements contre le cancer aux pathologies psychologiques, en passant par les maladies les plus bénignes, l’auteur nous montre comment tout le système de santé est structuré par la production et la consommation de médicaments, pour le seul avantage des multinationales pharmaceutiques. Ce système dessert en revanche les classes moyennes et les classes populaires des pays occidentaux et l’ensemble des populations des pays du sud de la planète, aussi bien sur le plan économique que sur celui de la santé.

6L’aspect le plus intéressant de cette première partie est le double raisonnement de l’auteur. Bevilacqua nous propose en effet une critiquedu modèle économique assortie d’une critique de l’idéologie. Il met ainsi en évidence le fait que les désastres et la faillite de la société du développement ne font qu’un avec l’abaissement du niveau de vie matériel et avec l’appauvrissement moral et culturel d’une très large majorité de la population mondiale. La misère endémique, le déracinement culturel et les guerres infligées aux peuples du sud de la planète d’une part, la précarité des conditions de travail, l’individualisme et l’idéologie de consommation des sociétés occidentales d’autre part, sont les deux faces de la même médaille.

7Dans la partie centrale de l’essai, intitulée « Nous sommes tous libéraux », Bevilacqua analyse comment les formes de l’action politique se sont transformées lors des trente dernières années. L’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher constitue pour l’auteur le point de départ de la vague libérale qui a conduit à un changement d’époque. Progressivement, le libéralisme a démoli les droits sociaux et politiques conquis par les luttes des classes travailleuses au cours d’un cycle de luttes qui débute à la fin du xixe siècle. Mais ce n’est pas tout : il a également profondément transformé les consciences, fragilisant, voire détruisant, le rôle de l’État et de la politique dans l’organisation économique et sociale. Les idées égalitaires qui s’étaient affirmées à partir de la Révolution française, comme celles de bien public et de citoyenneté, ont été progressivement discréditées et parfois même associées au totalitarisme.

8La vague libérale est ainsi en train de réduire à néant les idées mêmes de société civile et d’organisation sociale collective, en les remplaçant par celles d’individu et de famille, c’est-à-dire par une conception privée qui entend détruire la possibilité même de faire référence à toute forme d’égalitarisme social.

9Bevilacqua concentre son attention sur deux aspects de ce processus. Le premier concerne la nature de l’idéologie individualiste qui inspire le libéralisme et qui est utile aux seuls intérêts des classes dominantes. Le second aspect qui intéresse l’auteur est le processus de crise des organisations de gauche, qu’elles soient réformistes et sociales-démocrates ou révolutionnaires et communistes.

10On pourrait dire que Bevilacqua met l’idéologie individualiste à l’épreuve de données économiques. Il démontre ainsi que le niveau de vie des classes populaires des pays occidentaux s’est abaissé durant les trente années de règne du néolibéralisme. Durant la même période, les richesses des classes moyennes et basses sont passées aux mains des classes supérieures de la société. L’auteur met également en évidence comment la destruction de l’État social, qui accompagne la vulgate idéologique de la diminution de l’impôt, se traduit en pratique par une disproportion énorme dans la répartition de la charge fiscale, au profit des multinationales et des banques.

11Si la chute de l’Union soviétique a accéléré la crise de la gauche en Europe, elle n’en est cependant pas la cause. Pour Bevilacqua, c’est une contradiction qui traverse toute l’histoire des organisations politiques et syndicales qui a été le déclencheur de la crise. L’auteur fait ici référence aux idées de développement et de croissance économique, qui ont dès le début fait partie du bagage théorique et idéologique des organisations de gauche et de la classe ouvrière. C’est cette faiblesse qui, à la fin des Trente Glorieuses, détermine la défaite historique de la gauche européenne et le déclin des mouvements révolutionnaires comme de l’ensemble des mouvements de lutte de la planète.

12Les considérations de Bevilacqua sur les organisations de la gauche mettent le doigt sur un élément très intéressant touchant au bilan historique des mouvements révolutionnaires du xxesiècle. La question du développement économique et l’aspiration constante à une forme de modernisation, détectées par Bevilacqua aussi bien dans le bagage théorico-culturel que dans les pratiques politiques de ces organisations, tendent à se confondre avec le développement économique capitaliste. Pour l’auteur, ces aspirations ont permis aux partis de gauche d’être les protagonistes d’un profond processus de transformation qui a conduit à une amélioration des conditions de travail des masses tout en leur consentant un accès à la vie politique. Cette poussée modernisatrice marque cependant pour Bevilacqua la limite de la gauche du xxesiècle : une fois le développement essoufflé, elle devient progressivement incapable de conserver son rôle de moteur du progrès social et démocratique.

13Bevilacqua saisit ainsi le sens et les dynamiques ayant conduit à cette défaite. Il met en évidence ce phénomène en s’attachant à quelques aspects de la transformation du Parti communiste italien. Ce dernier est à bien des égards caractéristique d’une période de transformation des structures, des formes de l’action politique, des idéologies, des théories critiques du capitalisme mais également représentatif d’une époque qui s’oriente vers la disparition de toute velléité de transformation ou de dépassement de la société du développement. Le raisonnement de Bevilacqua comporte cependant quelques limites. Ainsi sa réflexion sur le rôle et sur la crise des organisations de gauche du xxesiècle reste-t-elle limitée à l’analyse de leurs différents modes d’appropriation de l’idéologie « économiciste » et « développiste ». Nous considérons pour notre part que ce phénomène d’intégration au sein de la contre-révolution néolibérale s’inscrit dans un cadre plus vaste, qui concerne l’ensemble du mouvement ouvrier du xxe siècle. Nous faisons, en effet, référence à la progressive incapacité à donner corps à une théorie et à une pratique de la révolution efficace et achevée et ce surtout lors de la seconde moitié du siècle dernier. C’est-à-dire à l’incapacité à formuler une stratégie de transition vers le socialisme assumant des formes et des modalités différentes selon les contextes et qui soit capable de dessiner une troisième voie entre la référence idéologique et identitaire à la révolution d’Octobre et à l’expérience du socialisme réel d’une part, et à l’évolution réformiste d’autre part. Ces deux dimensions font référence à la modernisation et à l’idéologie « économiciste ».

14En partie traitée dans l’ouvrage de Bevilacqua, cette question constitue pour nous un point de départ important pour dresser un bilan historique et une réévaluation critique de l’héritage laissé par le mouvement ouvrier et révolutionnaire du xxe siècle.

15Après avoir procédé à cette analyse critique de la société du développement, Bevilacqua poursuit sa réflexion et formule une série de propositions. Il n’entend pas élaborer un modèle de société alternative, exercice auquel se livrent selon lui les auteurs des théories de la « décroissance ». Ces propositions désignent des objectifs concrets et spécifiques et pourraient être parties intégrantes d’un mouvement de lutte capable de trouver un chemin conduisant au dépassement de l’actuel modèle économique et social.

16Voici exposées de façon synthétique les propositions de l’auteur :

171. Le développement d’un mouvement centré sur la consommation critique vis-à-vis des stratégies de production, de distribution et de consommation des biens produits par les multinationales.

182. Une réflexion critique et une réforme des organisations syndicales actuelles ou de ce qu’il en reste. Le dépassement des corporatismes et des pratiques bureaucratiques doit permettre de se projeter dans une dimension européenne et mondiale. La lutte pour l’adoption d’un protocole international du travail ne pourra se faire que dans ce contexte. Ce protocole devra fixer un modèle universel des conditions de travail permettant de lutter contre l’exploitation par les multinationales des peuples les plus pauvres de la planète. Ce faisant, le pouvoir de chantage exercé par ces mêmes multinationales sur les travailleurs des pays occidentaux se retrouvera limité.

193. Une réélaboration de l’État social qui proclame une nouvelle centralité de l’État et du concept de bien public. Cette nouvelle organisation devra également partir d’un principe d’auto-organisation local, communal, capable de répondre aux exigences de la population mais également apte à développer des rapports de solidarité entre individus permettant de combattre l’individualisme consumériste.

204. Une lutte ayant pour objectif l’instauration de la semaine de 20 heures de travail.

215. L’interdiction d’utiliser pesticides et engrais dans l’agriculture et la valorisation de la production et de la distribution de biens alimentaires locaux.

22Nous n’entrerons pas ici dans le détail des propositions. C’est en effet le cadre au sein duquel elles sont énoncées qui nous semble intéressant, puisqu’il permet de distinguer la position de Bevilacqua de celles des auteurs des théories de la décroissance. Alors que Latouche et les autres théoriciens de ce mouvement se concentrent sur le modèle de développement alternatif en écartant souvent la question de sa mise en place, Bevilacqua affronte ce problème. La question de la politique est ainsi placée au centre de sa réflexion. De même, il cherche à réévaluer le rôle de l’État et celui de la centralité de la notion de bien public, en tant que sources de « droit » et de « moralité civique » et en tant que « représentation impersonnelle des intérêts collectifs ».

23Au sujet de la politique, l’auteur souligne le problème posé par la construction d’une nouvelle subjectivité qui puisse permettre de dépasser la « société du développement ». Pour Bevilacqua, le problème majeur réside dans la réactivation de processus hégémoniques pouvant investir la sphère politique mais également la sphère culturelle. En outre, ces processus hégémoniques devraient encourager la convergence des innombrables luttes portant sur des questions singulières. C’est-à-dire réunir les luttes pour le travail et contre la précarité aux combats en défense de la planète et de l’environnement, en passant par les luttes pacifistes et par celles des communautés locales qui protestent contre les politiques d’exploitation et de destruction du territoire, sans oublier les luttes menées dans les ghettos des quartiers périphériques des métropoles. Dans ce cadre, la capacité hégémonique du PCI constitue une expérience intéressante et dont il s’agit de tirer des leçons. Ce type d’hégémonie pourrait ainsi être transposé à l’échelle européenne voire transnationale. Durant l’après-guerre, le Parti communiste italien est en effet parvenu à préserver l’union des intérêts et des aspirations de différents secteurs des classes populaires, créant de la sorte une véritable communauté. Il a également été capable d’élaborer une synthèse culturelle et idéologique transformant cette communauté en un sujet politique. D’importants résultats ont ainsi été obtenus, comme l’amélioration des conditions de vie ou encore le progrès civil et démocratique de la nation.

24Bevilacqua accorde une place de choix à la politique, aussi bien dans la partie critique de l’ouvrage que dans celle où il détaille ses propositions. L’importance de la politique différencie l’essai de Bevilacqua des autres ouvrages de critique du capitalisme qui composent le paysage théorique et intellectuel de la gauche italienne. La structure du livre révèle cependant une contradiction de fond, qui touche à la notion même sur laquelle s’appuie l’auteur : celle de « société du développement ». Cette contradiction apparaît surtout dans les deux premières parties de l’ouvrage, celles qui sont justement réservées à la critique de la « société du développement ». Il apparaît en effet que cette notion revêt deux acceptions : elle est ainsi utilisée pour désigner aussi bien un concept théorique qu’une période historique. Entendue comme concept, elle ressemble à la notion marxienne de « formation économico-sociale » fondée sur la production de biens au moyen de biens. Sur le plan historique, c’est-à-dire quand l’auteur se livre à l’analyse du cycle du xxe siècle, la « société du développement » ressemble au « mode de production capitaliste ».

25Le fait que la « société du développement » ne soit jamais explicitement identifiée à la société capitaliste semble être la principale source de contradictions de l’ouvrage. Il ne s’agit pas d’une ambiguïté théorique, voire doctrinale, mais d’une contradiction qui concerne l’analyse historique de l’auteur.

26En effet, lors de l’analyse de la « crise du développement » et plus particulièrement au moment où Bevilacqua s’attache à comprendre le passage de la période du keynésianisme, qui s’étend de 1945 à 1975, à celle du libéralisme, il ne développe pas suffisamment l’analyse historique de la crise capitaliste qui commence à la fin des années soixante-dix. Cette période se caractérise par un processus de redéfinition des formes d’accumulation, de pouvoir et d’exploitation. Ce phénomène se poursuit lors des trente années qui suivent sans jamais adopter une forme définitive. La période qui s’ouvre avec la Seconde Guerre mondiale se termine donc avec l’épuisement d’un cycle d’accumulation du capital et avec l’effondrement des formes de gestion du conflit de classes qu’ont été l’État social et les droits conquis par la classe ouvrière.

27L’auteur de Miseria dello Sviluppo reconnaît que les phénomènes caractéristiques de la crise sont intrinsèques au système économique et social. Par contre, il semble que Bevilacqua ne considère pas que l’origine de ces phénomènes soit à chercher dans la substance même du mode de production capitaliste. L’ambiguïté présente tout au long de l’ouvrage se précise dans la partie réservée à la guerre, que Bevilacqua considère comme étant un élément intrinsèque au système. Pour l’auteur, la Seconde Guerre mondiale n’a pas été un moment de « destruction de valeurs », c’est-à-dire un événement durant lequel le processus d’accumulation capitaliste, entré en crise en 1929, est réactivé grâce à la consommation d’immenses quantités de biens nécessaires à l’entreprise belliqueuse. En d’autres termes, pour l’auteur, la guerre – élément intrinsèque au système – n’a pas joué le rôle d’instrument permettant de sortir de la plus importante crise économique des politiques keynésiennes. C’est pourtant la guerre mais aussi le New Deal qui ont permis aux États-Unis de sortir de la crise de 1929. Keynes lui-même voyait dans l’Allemagne nazie, dans sa course aux armements comme dans sa politique sociale, l’application de ses propres théories économiques. Comment enfin ne pas reconnaître dans la doctrine de « guerre préventive » de Bush une sorte de « keynésianisme de guerre », menée par un gouvernement ouvertement libéral mais pourtant contraint de soutenir le système par le biais de l’intervention étatique ?

28Quelle place doit être réservée à ces facteurs dans l’analyse de la phase actuelle du capitalisme, dans les prévisions portant sur ses futures transformations et dans la réponse apportée par le système au moment où s’accélère sa propre crise ?

29Ces différents aspects sont présents dans l’ouvrage de Bevilacqua sans pour autant être complètement et systématiquement développés et surtout sans être pleinement source d’inspiration pour les propositions qui y sont énumérées. Comme nous l’avons vu, au sein de la dernière partie, Bevilacqua se borne à indiquer une série de propositions concrètes, parties intégrantes d’un raisonnement théorique en même temps qu’il s’identifie à l’objectif de la « décroissance ». Ici encore, on peut relever l’ambiguïté de fond de l’ouvrage : à l’instar des autres théoriciens de la décroissance, Bevilacqua n’éclaircit pas sa position vis-à-vis du dépassement du capitalisme. À la différence de Latouche et de tant d’autres cependant, cette question préoccupe l’intellectuel italien. Il accorde en effet une place centrale à la dimension politique ainsi qu’à la question de la subjectivité politique qui est encore à construire.

30En conclusion de cette réflexion critique sur Miseria dello sviluppo, nous chercherons à envisager l’essai de Bevilacqua sur l’échelle de « l’histoire des idées ». En d’autres termes, il s’agit de considérer l’ouvrage en tant qu’événement singulier, inséré dans le contexte social, culturel et politique de notre époque.

31Cet ouvrage a en effet été publié à la veille des élections italiennes des 13 et 14 avril 2008, marquées par l’écrasante victoire de la coalition de droite menée par Silvio Berlusconi. Lors de ces élections, tous les représentants de la gauche ont été évincés du parlement. Hormis lors de la période fasciste, c’est la première fois depuis l’unité de l’Italie que la gauche disparaît du parlement. Cette disparition fait suite à la dramatique défaite de la coalition de communistes, de verts et de socialistes et à la transformation des héritiers du PCI et de la Démocratie Chrétienne en un nouveau parti, le Parti Démocrate. Ce nouveau parti assume une position centriste aux forts accents sociaux libéraux. À son tour, le résultat des élections italiennes du printemps 2008 s’insère dans un cadre plus large. Ainsi, en Europe, l’on assiste à la crise dramatique de la gauche alternative, à l’avancée de la droite sous ses différentes formes et dans différentes expressions nationales, et enfin à l’acceptation définitive, de la part de la gauche dite « réformiste » ou « modérée », de contenus, de formes d’actions et de construction du consensus qui se confondent avec ceux de la droite. La défaite historique de la gauche précède l’aggravation de la crise économique mondiale. Les conséquences désastreuses de la phase actuelle de développement capitaliste et de l’idéologie qui a soutenu et justifié ce développement lors des trente dernières années commencent à se manifester. Cet ouvrage est donc publié au moment où la crise de la gauche alternative et anticapitaliste – qui avait été particulièrement vivante et active en Italie par rapport à d’autres pays européens – est à son apogée.

32Considéré sous cet angle, l’ouvrage de Bevilacqua, avec ses points forts et ses ambiguïtés, est le reflet de la phase actuelle de redéfinition de la théorie et de la pratique que traversent les mouvements en lutte contre l’ordre établi. Cependant, contrairement à de nombreux essais de critique du capitalisme parus lors des années précédentes, y compris les ouvrages se référant à la théorie de la décroissance, l’essai de Bevilacqua va au-delà de la critique et apporte un bilan historique, une reconstruction et des propositions. L’auteur exprime l’exigence et le besoin, pour la gauche du xxiesiècle, de réussir à conjuguer l’innovation théorique et pratique à la réappropriation de l’héritage du passé, afin de produire une analyse de la période historique actuelle. C’est à partir de cette analyse qu’il sera possible de construire une nouvelle subjectivité politique qui soit enfin l’expression efficace et achevée du « mouvement réel qui abolit l’état des choses existant ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Di Maggio, « Critique du capitalisme et théories de la décroissance en Italie : Miseria dello sviluppo (Misère du développement) de Piero Bevilacqua », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 111 | 2010, 139-148.

Référence électronique

Marco Di Maggio, « Critique du capitalisme et théories de la décroissance en Italie : Miseria dello sviluppo (Misère du développement) de Piero Bevilacqua », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 22 août 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2088

Haut de page

Auteur

Marco Di Maggio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page